60 ans après le massacre des Algériens à Paris, l'ultime combat pour la mémoire

Des manifestants crient des slogans en faveur de l'indépendance et de la paix en Algérie sur les Grands Boulevards à Paris le 18 novembre 1961. (AFP)
Des manifestants crient des slogans en faveur de l'indépendance et de la paix en Algérie sur les Grands Boulevards à Paris le 18 novembre 1961. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 14 octobre 2021

60 ans après le massacre des Algériens à Paris, l'ultime combat pour la mémoire

  • Djamila Amrane «aurait bien pu mourir» le 17 octobre 1961. Poursuivie par la police avec son bébé de deux mois, elle doit la vie, s'émeut-elle, à une «dame française» qui a ouvert son portail et l'a «tirée par le bras»
  • Angoissée à l'idée qu'on «oublie» cette page de l'Histoire, la vétérante du FLN déroule d'une voix douce le fil de ses souvenirs

PARIS: Le 17 octobre 1961, Djamila Amrane manifestait avec son nourrisson dans les bras. Soixante ans après le massacre des Algériens à Paris, cette "guerrière dans l'âme" livre un dernier combat: à 87 ans, elle transmettra, "tant qu'il faudra", une mémoire longtemps occultée. 


A l'époque, elle battait pavé aux côtés de milliers d'hommes et de femmes à l'appel de la fédération de France du FLN (Front de libération nationale), dont elle était alors agent de liaison en Seine-Saint-Denis, contre le couvre-feu imposé aux "Français musulmans d'Algérie". 


"Ce devait être une manifestation pacifique. Les organisateurs nous avaient dit de n'avoir rien sur nous, même pas une épingle à nourrice. On voulait simplement combattre l'injustice", raconte l'un des derniers témoins de cette soirée, le cheveu et la mise impeccables. 


Angoissée à l'idée qu'on "oublie" cette page de l'Histoire, la vétérante du FLN déroule d'une voix douce le fil de ses souvenirs. 


"Certaines des femmes à qui j'avais demandé de venir s'étaient bien habillées, croyant aller à une sorte de fête. Moi je savais ce que l'on risquait. Je voulais pouvoir courir", retrace Djamila Amrane, caressant des symboles kabyles portés en pendentifs. 


Elle reçoit avec une tasse de thé à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), dans les locaux d'Africa, une association antiraciste et féministe qui veut replacer l'épisode dans "l'Histoire de France". 


Impossible d'établir un bilan précis de la répression orchestrée par le préfet de police Maurice Papon, mais les historiens s'accordent a minima sur plusieurs dizaines de morts pendant la nuit, tués par balle ou jetés dans la Seine.  

Témoins taiseux 
Djamila Amrane aussi "aurait bien pu mourir" le 17 octobre 1961. Poursuivie par la police avec son bébé de deux mois, elle doit la vie, s'émeut-elle, à une "dame française" qui a ouvert son portail et l'a "tirée par le bras". 


En évoquant "les femmes qui ne sont pas revenues", sa voix se serre, puis s'éteint. Elle s'excuse: "Mes souvenirs ne sont pas flous mais j'essaye de les oublier par moments". 


Comme beaucoup de témoins, Djamila Amrane a si bien tenté d'oublier qu'elle n'a pas évoqué le massacre pendant dix longues années.


Les manifestants n'ont souvent parlé qu'à partir des années 1980 quand leurs propres enfants, de retour de la Marche des Beurs, ont demandé des réponses. 


A cette époque-là, c'est à l'université que Mimouna Hadjam, 61 ans aujourd'hui, découvre l'histoire de son pays d'origine. 


"Quand j'ai retrouvé ensuite des témoins pour les interroger, ma grand-mère m'a dit +ne remue pas ces histoires+. Je n'en veux pas à ma famille de ne pas avoir parlé, ils ont voulu nous épargner", rembobine la fondatrice d'Africa. 


"Il y a eu des parents bavards, d'autres taiseux. Mon père disait des choses comme +il pleuvait ce jour-là, on avait froid+. Sans trop entrer dans les détails", se souvient Samia Messaoudi, 77 ans. 


En 1990, "dans une volonté de reconnaissance politique et citoyenne", elle a cofondé avec Mehdi Lallaoui l'association Au nom de la mémoire.


"Il a fallu déterrer des archives disparues, retrouver des témoins. Des Algériens mais aussi des policiers qui accepteraient de parler à visage découvert", retrace Mehdi Lallaoui, réalisateur en 1991 du "Silence du fleuve", l'un des premiers documentaires sur le sujet. 

Quête de justice 
La même année, l'historien Jean-Luc Einaudi oppose pour la première fois à la version officielle (trois morts, une soixantaine de blessés) des règlements de compte le récit documenté d'un bain de sang. 


"On me demande souvent pourquoi on a oublié cet événement. Mais avant d'oublier il faut d'abord connaitre. Le 17 octobre 1961 n'a pas été oublié mais consciemment occulté par le pouvoir en place", analyse l'historien Gilles Manceron. 


Dans la mémoire collective, le souvenir qui s'est imprimé est celui des neuf morts du métro Charonne, des manifestants anti-OAS eux aussi tués par la police de Maurice Papon le 8 février 1962. 


L'émoi de la gauche est d'autant plus vif que huit victimes étaient syndiquées à la CGT et une membre du parti communiste. Quelques jours plus tard, plusieurs centaines de milliers de personnes défilent en hommage dans les rues de Paris. 


"Les victimes de Charonne ont été érigées en martyrs, celles du 17 octobre sont restées anonymes", résume Gilles Manceron. 


Il faut attendre 2001 pour qu'une plaque commémorative soit posée à Paris, sur le pont Saint-Michel, 2012 pour que le président Hollande évoque une "sanglante répression" et rende "hommage à la mémoire des victimes". 


Insuffisant, pour Samia Messaoudi et Mehdi Lallaoui, qui réclament "justice et réparation". 


Le duo écume les d'établissements scolaires pour transmettre la mémoire du massacre aux jeunes générations. 


Depuis Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), où elle doit participer dimanche à une journée d'hommage, Djamila Amrane, aujourd'hui arrière arrière-grand-mère, attendra d'Emmanuel Macron la reconnaissance d'un "crime d’État": "Il est grand temps, non ?".


Législatives: Le NPA soutiendra des candidats Nupes

Philippe Poutou, membre du Conseil municipal et métropolitain de Bordeaux et candidat à la présidence, prononce un discours lors d'un rassemblement électoral à la salle Mermoz à Toulouse, dans le sud de la France, le 7 avril 2022 (Photo, AFP).
Philippe Poutou, membre du Conseil municipal et métropolitain de Bordeaux et candidat à la présidence, prononce un discours lors d'un rassemblement électoral à la salle Mermoz à Toulouse, dans le sud de la France, le 7 avril 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le NPA ne présentera que 12 candidatures indépendantes
  • Ni Philippe Poutou, ni Olivier Besancenot ne sont investis pour ces législatives

PARIS: Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), qui n'a pas rejoint la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), va cependant "s'inscrire dans la campagne" et soutenir les candidatures de la Nupes "en rupture avec la politique libérale", a annoncé mardi l'ex-candidat à la présidentielle Philippe Poutou.

"Même si on n’est pas dans l'accord, on va s'inscrire dans cette campagne le mieux possible, partout où il y a des candidatures qui correspondent à ce que nous on pense être important aujourd’hui, (...), des candidatures qui ont ce profil de contestation du système capitaliste ou de contestation des idées libérales", a expliqué Philippe Poutou, lors d'une conférence de presse.

Le NPA ne présentera que 12 candidatures indépendantes dans "des circonscriptions gagnables" pour le parti, et où il semblait impensable à ses militants de soutenir certains candidats de la Nupes "loin d'avoir un profil antilibéral". 

C'est par exemple le cas dans la 4e circonscription de Lyon, où Hubert Julien-Laferrière "a été élu il y a cinq ans sous la bannière En Marche" et est "maintenant investi par la Nouvelle union populaire. Le fait d’imaginer faire campagne pour un libéral et qui plus est opportuniste, c'est assez insupportable pour les militants de terrain", a expliqué Mathilde Millat, suppléante de Raphaël Arnault, candidat NPA dans cette circonscription.

Ni Philippe Poutou, ni Olivier Besancenot ne sont investis pour ces législatives. 

"Notre politique, dans la majorité des circonscriptions où nous existons, c'est-à-dire dans 70 à 80 circonscriptions, c'est le soutien des candidats de la Nupes. Ca va du simple communiqué d'appel au vote, jusqu'à un investissement militant dans la campagne", comme dans la 20e circonscription de Paris au côté de la LFI Danielle Simonnet, a précisé Philippe Poutou. 

Le NPA, qui avait été approché par La France  insoumise pour intégrer la Nupes, avec le PS, EELV et le PCF pour les élections législatives de juin, avait finalement refusé de signer un accord "incluant le Parti socialiste".

Il avait aussi déploré le faible nombre de circonscriptions gagnables qui lui étaient réservées. "Il n’y avait pas de raisons qu’on soit là juste avec un logo, des colleurs d’affiches et des distributeurs de tracts et que derrière, au parlement, éventuellement, il y ait zéro élus du NPA", a insisté M. Poutou.  


Accusations de viols : la cour d'appel de Paris confirme le non-lieu en faveur de Luc Besson

Le réalisateur français Luc Besson pose sur le tapis rouge à son arrivée pour la première du film "Eva" présenté en compétition lors de la 68e Berlinale le 17 février 2018 à Berlin (Photo, AFP).
Le réalisateur français Luc Besson pose sur le tapis rouge à son arrivée pour la première du film "Eva" présenté en compétition lors de la 68e Berlinale le 17 février 2018 à Berlin (Photo, AFP).
Short Url
  • L'enquête préliminaire avait été classée sans suite en février 2019 par le parquet de Paris
  • La cour d'appel a suivi mardi les réquisitions du ministère public

PARIS: La cour d'appel de Paris a confirmé mardi l'ordonnance de non-lieu en faveur du producteur Luc Besson, accusé depuis mai 2018 de viols par l'actrice Sand Van Roy, qui s'est immédiatement pourvue en cassation.

"La cour a confirmé l’innocence de mon client. Une dizaine d'initiatives procédurales de Mme Van Roy se sont toutes conclues de la même manière. Luc Besson regrette ces quatre années perdues", a indiqué son avocat, Me Thierry Marembert, à l'issue du délibéré.

"Nous faisons un pourvoi en cassation immédiat", a répondu Me Antoine Gitton, avocat de Mme Sand Van Roy avec Me Francis Szpiner.

"C'était un sordide fait divers et ça devient une affaire d'Etat, qu'on va traiter comme telle. Je n'ai pas vu de justice, là, uniquement un simulacre de justice de petite vertu. Nous promettons de donner à cette petite justice une leçon de vertu", a-t-il lancé.

La chambre de l'instruction de Paris avait examiné le 19 avril le recours de l'actrice contre l'abandon des poursuites dont a bénéficié le 9 décembre l'influent cinéaste et producteur français. 

La cour d'appel a suivi mardi les réquisitions du ministère public, favorable à la confirmation du non-lieu.

L'actrice demandait également la récusation de la présidente de la chambre de l'instruction, sur laquelle il n'a pas été statué dans l'immédiat.

Le 18 mai 2018, l'actrice déposait une plainte pour viol, quelques heures après un rendez-vous dans un palace parisien dont les protagonistes ont donné deux versions: d'après Sand Van Roy, une pénétration anale digitale imposée puis un évanouissement, malgré ses injonctions à arrêter. Pour Luc Besson, un rapport vaginal consenti empreint de "douceur".

Deux mois plus tard, l'actrice déposait une plainte pour d'autres viols et agressions sexuelles commis entre 2016 et 2018, épisodes d'une "relation d'emprise professionnelle" sous menaces de "rétorsion sur sa carrière d'actrice" avec celui qui a créé la Cité du cinéma au nord de Paris.

L'enquête préliminaire avait été classée sans suite en février 2019 par le parquet de Paris. Une juge d'instruction avait ensuite été saisie du dossier en octobre 2019.

Deux ans plus tard, le 9 décembre dernier, une autre magistrate instructrice a rendu une ordonnance de non-lieu "en l'absence de tout élément matériel venant étayer les déclarations" de la plaignante de 34 ans.

Une vision rejetée par Sand Van Roy qui a porté plainte contre la juge pour "faux" et conteste avec ses avocats radicalement la teneur de l'information judiciaire, selon elle biaisée et incomplète.

Devant la justice, au moins trois femmes ont évoqué des faits allant de "bisous dans le cou" jusqu'à la "tentative de viol", contestés par M. Besson.

D'autres femmes avaient également témoigné auprès de Mediapart de gestes déplacés ou d'agressions sexuelles, souvent prescrits, de la part du réalisateur.


Gaz: Les stockages français se remplissent bien, le gestionnaire du réseau appelle à aller «le plus vite possible»

Station de compression de GRTgaz, à Morelmaison, dans l'est de la France (Photo, AFP).
Station de compression de GRTgaz, à Morelmaison, dans l'est de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • La France a ainsi commencé à organiser en avril la manière dont des coupures ciblées
  • Pour diversifier ses approvisionnements, la France a aussi pris des mesures pour augmenter ses capacités d'importations

PARIS: Les stockages de gaz français se remplissent à un rythme soutenu et le gestionnaire du réseau a appelé mardi les fournisseurs à continuer à les remplir "le plus vite possible" pour mettre le pays à l'abri d'un défaut de gaz russe durant l'hiver.

"L'enjeu de l'été, c'est de remplir les stockages correctement; aujourd'hui nous sommes à peu près à 47% de niveau de remplissage, donc on a bien progressé depuis le début du printemps, où on était à 19%", a déclaré sur France Info Thierry Trouvé, le directeur général de GRTgaz, gestionnaire du réseau de transport de gaz sur la majorité du territoire.

"On a un rythme qui est assez bon et j'appelle les fournisseurs à continuer à ce rythme soutenu, il faut remplir les stockages le plus vite possible et les remplir le plus possible, ça veut dire au-delà de la réglementation qui impose 85% de remplissage: plus on se rapproche de 100% mieux on sera pour faire face à un aléa éventuellement cet hiver", a-t-il poursuivi.

Le responsable a estimé qu'en cas de tarissement du gaz russe l'hiver prochain, "si l'hiver est normal il n'y aura pas de difficulté". "Si maintenant il y a périodes de froid intense pendant l'hiver, nous pourrions être amenés à réduire la consommation" et "l'effort porterait sur les grands consommateurs industriels", a-t-il confirmé.

La France a ainsi commencé à organiser en avril la manière dont des coupures ciblées pourraient être mises en oeuvre chez de gros consommateurs. Ce dispositif de dernier recours épargnerait toutefois les particuliers tout comme certains services publics essentiels et même les entreprises les plus fragiles.

Pour diversifier ses approvisionnements, la France a aussi pris des mesures pour augmenter ses capacités d'importations de gaz naturel liquéfié (GNL) dans ses terminaux méthaniers et envisage même de construire un nouveau terminal méthanier flottant au Havre.

"Nous pensons que ce terminal pourrait entrer en service dans le courant de l'année prochaine, de l'année 2023", a indiqué Thierry Trouvé. "C'est un projet très important", qui "aura à peu près la capacité d'accueillir l'équivalent de la moitié de la consommation française de gaz russe".