60 ans après le massacre des Algériens à Paris, l'ultime combat pour la mémoire

Des manifestants crient des slogans en faveur de l'indépendance et de la paix en Algérie sur les Grands Boulevards à Paris le 18 novembre 1961. (AFP)
Des manifestants crient des slogans en faveur de l'indépendance et de la paix en Algérie sur les Grands Boulevards à Paris le 18 novembre 1961. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 14 octobre 2021

60 ans après le massacre des Algériens à Paris, l'ultime combat pour la mémoire

  • Djamila Amrane «aurait bien pu mourir» le 17 octobre 1961. Poursuivie par la police avec son bébé de deux mois, elle doit la vie, s'émeut-elle, à une «dame française» qui a ouvert son portail et l'a «tirée par le bras»
  • Angoissée à l'idée qu'on «oublie» cette page de l'Histoire, la vétérante du FLN déroule d'une voix douce le fil de ses souvenirs

PARIS: Le 17 octobre 1961, Djamila Amrane manifestait avec son nourrisson dans les bras. Soixante ans après le massacre des Algériens à Paris, cette "guerrière dans l'âme" livre un dernier combat: à 87 ans, elle transmettra, "tant qu'il faudra", une mémoire longtemps occultée. 


A l'époque, elle battait pavé aux côtés de milliers d'hommes et de femmes à l'appel de la fédération de France du FLN (Front de libération nationale), dont elle était alors agent de liaison en Seine-Saint-Denis, contre le couvre-feu imposé aux "Français musulmans d'Algérie". 


"Ce devait être une manifestation pacifique. Les organisateurs nous avaient dit de n'avoir rien sur nous, même pas une épingle à nourrice. On voulait simplement combattre l'injustice", raconte l'un des derniers témoins de cette soirée, le cheveu et la mise impeccables. 


Angoissée à l'idée qu'on "oublie" cette page de l'Histoire, la vétérante du FLN déroule d'une voix douce le fil de ses souvenirs. 


"Certaines des femmes à qui j'avais demandé de venir s'étaient bien habillées, croyant aller à une sorte de fête. Moi je savais ce que l'on risquait. Je voulais pouvoir courir", retrace Djamila Amrane, caressant des symboles kabyles portés en pendentifs. 


Elle reçoit avec une tasse de thé à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), dans les locaux d'Africa, une association antiraciste et féministe qui veut replacer l'épisode dans "l'Histoire de France". 


Impossible d'établir un bilan précis de la répression orchestrée par le préfet de police Maurice Papon, mais les historiens s'accordent a minima sur plusieurs dizaines de morts pendant la nuit, tués par balle ou jetés dans la Seine.  

Témoins taiseux 
Djamila Amrane aussi "aurait bien pu mourir" le 17 octobre 1961. Poursuivie par la police avec son bébé de deux mois, elle doit la vie, s'émeut-elle, à une "dame française" qui a ouvert son portail et l'a "tirée par le bras". 


En évoquant "les femmes qui ne sont pas revenues", sa voix se serre, puis s'éteint. Elle s'excuse: "Mes souvenirs ne sont pas flous mais j'essaye de les oublier par moments". 


Comme beaucoup de témoins, Djamila Amrane a si bien tenté d'oublier qu'elle n'a pas évoqué le massacre pendant dix longues années.


Les manifestants n'ont souvent parlé qu'à partir des années 1980 quand leurs propres enfants, de retour de la Marche des Beurs, ont demandé des réponses. 


A cette époque-là, c'est à l'université que Mimouna Hadjam, 61 ans aujourd'hui, découvre l'histoire de son pays d'origine. 


"Quand j'ai retrouvé ensuite des témoins pour les interroger, ma grand-mère m'a dit +ne remue pas ces histoires+. Je n'en veux pas à ma famille de ne pas avoir parlé, ils ont voulu nous épargner", rembobine la fondatrice d'Africa. 


"Il y a eu des parents bavards, d'autres taiseux. Mon père disait des choses comme +il pleuvait ce jour-là, on avait froid+. Sans trop entrer dans les détails", se souvient Samia Messaoudi, 77 ans. 


En 1990, "dans une volonté de reconnaissance politique et citoyenne", elle a cofondé avec Mehdi Lallaoui l'association Au nom de la mémoire.


"Il a fallu déterrer des archives disparues, retrouver des témoins. Des Algériens mais aussi des policiers qui accepteraient de parler à visage découvert", retrace Mehdi Lallaoui, réalisateur en 1991 du "Silence du fleuve", l'un des premiers documentaires sur le sujet. 

Quête de justice 
La même année, l'historien Jean-Luc Einaudi oppose pour la première fois à la version officielle (trois morts, une soixantaine de blessés) des règlements de compte le récit documenté d'un bain de sang. 


"On me demande souvent pourquoi on a oublié cet événement. Mais avant d'oublier il faut d'abord connaitre. Le 17 octobre 1961 n'a pas été oublié mais consciemment occulté par le pouvoir en place", analyse l'historien Gilles Manceron. 


Dans la mémoire collective, le souvenir qui s'est imprimé est celui des neuf morts du métro Charonne, des manifestants anti-OAS eux aussi tués par la police de Maurice Papon le 8 février 1962. 


L'émoi de la gauche est d'autant plus vif que huit victimes étaient syndiquées à la CGT et une membre du parti communiste. Quelques jours plus tard, plusieurs centaines de milliers de personnes défilent en hommage dans les rues de Paris. 


"Les victimes de Charonne ont été érigées en martyrs, celles du 17 octobre sont restées anonymes", résume Gilles Manceron. 


Il faut attendre 2001 pour qu'une plaque commémorative soit posée à Paris, sur le pont Saint-Michel, 2012 pour que le président Hollande évoque une "sanglante répression" et rende "hommage à la mémoire des victimes". 


Insuffisant, pour Samia Messaoudi et Mehdi Lallaoui, qui réclament "justice et réparation". 


Le duo écume les d'établissements scolaires pour transmettre la mémoire du massacre aux jeunes générations. 


Depuis Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), où elle doit participer dimanche à une journée d'hommage, Djamila Amrane, aujourd'hui arrière arrière-grand-mère, attendra d'Emmanuel Macron la reconnaissance d'un "crime d’État": "Il est grand temps, non ?".


66 noms de plus au mémorial des reporters morts en action dans le monde

L'émotion a envahi le sous-bois accueillant le mémorial lors de la prise de parole de la nièce de Shireen Abu Akleh, Lina (à gauche), célébrant «sa tante, sa meilleure amie, son inspiration», qui souhaitait «justice, vérité et paix pour le monde» (Photo, AFP).
L'émotion a envahi le sous-bois accueillant le mémorial lors de la prise de parole de la nièce de Shireen Abu Akleh, Lina (à gauche), célébrant «sa tante, sa meilleure amie, son inspiration», qui souhaitait «justice, vérité et paix pour le monde» (Photo, AFP).
Short Url
  • Les proches de plusieurs victimes de l'année 2021-2022, parmi lesquelles figure ausi le Français Frédéric Leclerc-Imhoff, ont pris la parole durant la cérémonie
  • Le Prix Bayeux, qui se tient du 3 au 9 octobre, met à l'honneur des reportages de guerre du monde entier

BAYEUX: Une stèle portant 66 nouveaux noms de journalistes morts ces deux dernières années dans l'exercice de leurs fonctions, dont l'Américano-Palestinienne Shireen Abu Akleh et l'Ukrainien Maks Levin, a été inauguré jeudi au mémorial des Reporters de Bayeux, dans le nord-ouest de la France.

Les proches de plusieurs victimes de l'année 2021-2022, parmi lesquelles figure ausi le Français Frédéric Leclerc-Imhoff, ont pris la parole durant la cérémonie, organisée par l'ONG Reporters sans Frontières (RSF) dans le cadre du Prix Bayeux des correspondants de guerre 2022.

L'émotion a envahi le sous-bois accueillant le mémorial lors de prises de parole successives de la nièce de Shireen, Lina, célébrant "sa tante, sa meilleure amie, son inspiration", qui souhaitait "justice, vérité et paix pour le monde", et de Sylviane, la mère de Frédéric Leclerc-Imhoff, selon laquelle il "n'a pas donné sa vie pour l'information, on la lui a prise".

Après la mort de son fils, la mère du reporter avait envoyé un message au secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, déclarant que "sa courte vie aura eu un sens", comme celle de Maks Levin.

Ce dernier "voulait faire une photo qui mettrait fin à cette guerre (l'invasion de l'Ukraine par la Russie, NDLR)", selon Markiian Lyseiko, l'un de ses amis, lui aussi photographe de guerre.

RSF a publié en juin une enquête menée en Ukraine accusant des soldats russes d'avoir tué, et peut-être torturé, le photoreporter ukrainien Maks Levin en mars.

Frédéric Leclerc-Imhoff était un journaliste pigiste français de 32 ans, également tué en Ukraine, dans le Donbass au printemps.

Star d'Al Jazeera, la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh avait elle été tuée par balle le 11 mai alors qu'elle couvrait une opération militaire israélienne dans un camp palestinien des territoires occupés.

Interrogé par l'AFP, le secrétaire général de RSF a rappelé que 400 journalistes sont en détention aujourd'hui dans le monde et que 50 à 70 sont assassinés tous les ans du fait de l'exercice de leur profession, dont 31 depuis le 1er janvier.

"Nous sommes dans un moment d'explosion de la communication et les pouvoirs, quels qu'ils soient, n'ont plus d'intérêt à passer par le filtre des journalistes. Certains estiment même que leur intérêt est de les éliminer", a analysé M. Deloire.

Il a cependant relevé que, "sur la décennie, il y a une baisse des journalistes tués. Les rédactions sont beaucoup plus précautionneuses aujourd'hui, peut-être parce que les conflits en Irak et en Syrie ont été très meurtriers".

Le Prix Bayeux, qui se tient du 3 au 9 octobre, met à l'honneur des reportages de guerre du monde entier. La remise des prix aura lieu samedi.


Livraisons d'armes à l'Ukraine: Moscou convoque l'ambassadeur français

Des canons-obusiers de 155 mm montés sur camion Caesar du 3e Régiment d'artillerie de marine, participent au défilé militaire annuel du 14 juillet sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris le 14 juillet 2018 (Photo, AFP).
Des canons-obusiers de 155 mm montés sur camion Caesar du 3e Régiment d'artillerie de marine, participent au défilé militaire annuel du 14 juillet sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris le 14 juillet 2018 (Photo, AFP).
Short Url
  • Depuis le début de l'offensive russe en Ukraine, le 24 février, Paris a livré du matériel militaire à Kiev, notamment 18 canons longue portée Caesar
  • Paris étudie également la possibilité de livrer à Kiev 20 véhicules blindés Bastion

MOSCOU: La Russie a convoqué jeudi l'ambassadeur français, Pierre Lévy, au ministère des Affaires étrangères à Moscou pour protester contre les livraisons d'armes à l'Ukraine, au moment où Kiev a repris des territoires avec l'aide de ces armements.

"La partie russe a souligné les dangers qu'entraînent l'augmentation des livraisons d'armes et de matériel au régime de Kiev, ainsi que l'intensification des programmes d'entraînement pour la formation de militaires ukrainiens", a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué.

"Cette ligne contredit les déclarations depuis Paris de responsables officiels qui disent vouloir un règlement pacifique en Ukraine", a ajouté cette source, précisant que l'ambassadeur français s'était entretenu avec un vice-ministre russe, Alexandre Grouchko.

Le 20 septembre déjà, Pierre Lévy s'était entretenu à Moscou avec M. Grouchko. Dans un communiqué, la diplomatie russe avait alors jugé "inacceptable" la poursuite "du gavage de l'Ukraine avec des armes occidentales, dont françaises".

Depuis le début de l'offensive russe en Ukraine, le 24 février, Paris a livré du matériel militaire à Kiev, notamment 18 canons longue portée Caesar, particulièrement redoutables pour frapper les lignes d'approvisionnement à l'arrière du front.

La France envisage de fournir à Kiev six à 12 exemplaires supplémentaires de ce canon de 155 mm monté sur camion, prélevés sur une commande destinée au Danemark, a indiqué lundi une source proche du dossier, confirmant une information du quotidien Le Monde.

Paris étudie également la possibilité de livrer à Kiev 20 véhicules blindés Bastion.

L'Ukraine, après avoir reçu de nombreuses livraisons d'armes occidentales, surtout américaines, mène depuis début septembre plusieurs contre-offensives avec succès et a repris d'importants territoires aux forces russes.


Les investigations sur l'assassinat de Samuel Paty terminées

Le 16 octobre 2020, le professeur d'histoire-géographie, âgé de 47 ans, avait été poignardé puis décapité près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), par Abdoullakh Anzorov, réfugié russe d'origine tchétchène, tué peu après par la police (Photo, AFP).
Le 16 octobre 2020, le professeur d'histoire-géographie, âgé de 47 ans, avait été poignardé puis décapité près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), par Abdoullakh Anzorov, réfugié russe d'origine tchétchène, tué peu après par la police (Photo, AFP).
Short Url
  • Les magistrats ont informé les parties de la fin de l'information judiciaire dans laquelle 14 personnes sont poursuivies
  • Les parties ont désormais un mois pour envoyer aux juges leurs observations

PARIS: Les juges d'instruction antiterroristes ont clôturé jeudi leurs investigations dans le dossier Samuel Paty, alors que la France s'apprête à commémorer les deux ans de l'assassinat de l'enseignant par un jeune homme radicalisé rapidement tué par la police.

Les magistrats ont informé les parties de la fin de l'information judiciaire dans laquelle 14 personnes sont poursuivies, a indiqué une source judiciaire, confirmant une source proche du dossier.

Les parties ont désormais un mois pour envoyer aux juges leurs observations. Si les investigations ne sont pas relancées, il appartiendra ensuite au Parquet national antiterroriste (Pnat) de rendre son réquisitoire définitif, avant une décision finale des juges d'instruction.

Le 16 octobre 2020, le professeur d'histoire-géographie, âgé de 47 ans, avait été poignardé puis décapité près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), par Abdoullakh Anzorov, réfugié russe d'origine tchétchène, tué peu après par la police.

L'attaque terroriste avait suscité un immense émoi en France et à l'étranger. Le président Emmanuel Macron avait rendu un hommage national à l'enseignant dans la symbolique cour de la Sorbonne à Paris.

L'homme de 18 ans, radicalisé, lui reprochait d'avoir montré en classe des caricatures de Mahomet. Dans un message audio en russe, il avait revendiqué son geste en se félicitant d'avoir "vengé le prophète".

Il avait pris connaissance de la polémique visant le professeur quelques jours plus tôt via les réseaux sociaux où avaient été diffusées des vidéos de Brahim Chnina, père d'une collégienne visée par une exclusion pour indiscipline et qui prétendait avoir assisté au cours, et du sulfureux militant islamiste Abdelhakim Sefrioui.

«Complicité»

Quatorze personnes sont mises en examen, dont plusieurs collégiens.

Au premier rang, deux connaissances d'Anzorov de sa ville d'Evreux, Azim E. et Naïm B., qui l'ont accompagné pour acheter un couteau. Le second était allé avec lui jusqu'au collège de Conflans-Sainte-Honorine.

MM. Chnina et Sefrioui sont poursuivis pour complicité d'assassinat terroriste, soupçonnés d'avoir "ciblé" Samuel Paty via une vidéo et ainsi d'avoir "facilité la définition d'un projet criminel" par Abdoullakh Anzorov.

"L'information judiciaire a établi que notre client n'avait jamais été en contact avec le terroriste et il n'a jamais pu être prouvé que le terroriste avait pris connaissance de la vidéo de M. Sefrioui", ont commenté auprès de l'AFP les avocats de ce dernier, Mes Elise Arfi, Ouadie Elhamamouchi et Sefen Guez Guez.

"Des investigations plus poussées semblaient s’imposer sur certains aspects du dossier, tel que le rôle d'instigateur de Faruq Shami", un contact tadjik d'Anzorov en Syrie, "qui apparaît avoir été le mentor du terroriste", ont-ils ajouté.

Autre mise en cause pour cette "complicité" d'assassinat, Priscilla M., trentenaire convertie à l'islam, en lien sur les réseaux sociaux avec l'assassin, les jours précédents l'attaque.

Les juges antiterroristes ont estimé que celle surnommée "Cicatrice sucrée" sur les réseaux avait renforcé "la détermination d'Abdoullakh Anzorov à passer à l'acte criminel", facilité "la localisation de la victime" et lui avait donné "les arguments idéologiques pour commettre l'assassinat de Samuel Paty".

Son avocate n'a pas réagi.

Quant à la fille de M. Chnina, elle est mise en examen pour dénonciation calomnieuse : elle a admis avoir menti en affirmant que le professeur avait demandé aux élèves musulmans de se signaler et de sortir de la classe lors de ce cours.

Une quinzième personne, adolescente mineure, avait également été mise en examen mais son dossier a été disjoint, selon la source judiciaire.

Les avocats d'un des collégiens poursuivis, Me Dylan Slama et Me Mourad Battikh, se sont dits "satisfaits que cette affaire arrive enfin à son terme", évoquant un "soulagement" pour leur client et souhaitant qu'il puisse "reprendre une vie normale le plus rapidement possible".

L'assassinat avait entraîné une vive polémique et des accusations visant l'Intérieur et l'Education nationale, qui avaient été alertés de menaces visant le professeur mais qui, selon des membres de sa famille ayant porté plainte, n'avaient pas pris suffisamment en compte le péril.

Le parquet de Paris a ouvert en avril une enquête distincte visant des membres de l'administration pour non-assistance à personne en péril et non-empêchement de crime.

Sans ces fautes, "Samuel Paty aurait pu être sauvé", avait estimé l'avocate de cette partie de la famille Paty, Virginie Le Roy, qui n'a pas réagi jeudi.