Affrontements à Beyrouth : les images

Des combattants du mouvement Amal et du Hezbollah lors d'affrontements dans le quartier de Tayouneh, dans la banlieue sud de la capitale Beyrouth, le 14 octobre 2021. ANWAR AMRO / AFP
Des combattants du mouvement Amal et du Hezbollah lors d'affrontements dans le quartier de Tayouneh, dans la banlieue sud de la capitale Beyrouth, le 14 octobre 2021. ANWAR AMRO / AFP
Short Url
Publié le Jeudi 14 octobre 2021

Affrontements à Beyrouth : les images

  • Une manifestation organisée par le Hezbollah et ses alliés contre le juge chargé de l'enquête sur l'explosion au port de Beyrouth a dégénéré jeudi, faisant six morts et une vingtaine de blessés
  • Des tirs nourris et des explosions résonnaient non loin du Palais de justice, devant lequel s'étaient massés des centaines de manifestants vêtus de noir,

BEYROUTH : Une manifestation organisée par le Hezbollah et ses alliés contre le juge chargé de l'enquête sur l'explosion au port de Beyrouth a dégénéré jeudi, faisant six morts et une vingtaine de blessés et transformant des quartiers de la capitale libanaise en zone de guerre.

liban
Un combattant chiite vise lors d'affrontements dans la région de Tayouneh, dans la banlieue sud de la capitale Beyrouth, le 14 octobre 2021. ANWAR AMRO / AFP

Des tirs nourris et des explosions résonnaient non loin du Palais de justice, devant lequel s'étaient massés des centaines de manifestants vêtus de noir, alors que des correspondants de l'AFP ont vu des hommes portant des armes légères ou moyennes.

liban
Des combattants des mouvements chiites Hezbollah et Amal visent avec leurs armes lors d'affrontements dans la région de Tayouneh, dans la banlieue sud de la capitale Beyrouth, le 14 octobre 2021. ANWAR AMRO / AFP

Des ambulances, sirènes hurlantes, affluaient pour prendre en charge les victimes dans les rues désertées, les habitants s'étant réfugiés dans leurs appartements et revivant des scènes de guerre qu'ils pensaient oubliées.

liban
Des soldats et des médecins de l'armée libanaise prennent position dans le quartier de Tayouneh, dans la banlieue sud de la capitale Beyrouth, le 14 octobre 2021, après des affrontements à la suite d'une manifestation de partisans du Hezbollah et du mouvement Amal.
JOSEPH EID / AFP

Sur les réseaux sociaux, des images montraient des écoliers d'un établissement du secteur se cachant sous leurs bureaux ou rassemblés par terre devant les salles de classe.

"Je me suis cachée avec mon cousin et ma tante dans un espace de deux mètres carrés entre les chambres, parce que nous avons peur des balles perdues", a déclaré à l'AFP Bissan al Fakih, une habitante du secteur. "Nous ne savons pas s'il y a un moyen de sortir" du quartier. 

liban
Les chars de l'armée se sont déployés dans le quartier, en bouclant les accès, et la troupe a prévenu qu'elle tirerait à bout portant sur toute personne qui ouvrirait le feu. JOSEPH EID / AFP

Le Hezbollah et le mouvement Amal avaient appelé à la manifestation pour exiger le remplacement du juge Tareq Bitar, qui est déterminé à interroger de hauts responsables dont deux ex-ministres d'Amal.

liban
Dans un communiqué commun, les deux mouvements chiites ont accusé des "francs-tireurs postés sur les toits des immeubles" du secteur d'avoir tiré sur les manifestants. La séquence des événements qui a mené à l'embrasement reste cependant confuse. JOSEPH EID / AFP

 

Selon un médecin à l'hôpital al-Sahel dans la banlieue sud de Beyrouth, un homme a été tué par un tir à la tête, un deuxième a été atteint à la poitrine, et une femme de 24 ans a été tuée par une balle perdue alors qu'elle se trouvait chez elle.

L'agence nationale d'information (ANI, officielle), a fait état d'un quatrième mort. Mais le bilan ne cesse de grimper.

liban
L'agence nationale d'information (ANI, officielle), a fait état d'un quatrième mort. Mais le bilan ne cesse de grimper. JOSEPH EID / AFP

Vingt autres personnes ont été blessées, selon la Croix Rouge libanaise.

Le Premier ministre Nagib Mikati a appelé au retour au calme et mis en garde contre les tentatives d'entraîner le Liban dans un cycle de violence.


Une famille pakistanaise brisée après la mort du père, dans l'attaque Houthie contre Abu Dhabi

Les fils de Mamoor Khan pleurent leur père dans leur maisonade Mir Ali, dans le Waziristan du Nord, au Pakistan, le 24 janvier 2022. (Photo, AN)
Les fils de Mamoor Khan pleurent leur père dans leur maisonade Mir Ali, dans le Waziristan du Nord, au Pakistan, le 24 janvier 2022. (Photo, AN)
Short Url
  • Mamoor Khan est mort dans une frappe de drone et de missile lancée par les Houthis, soutenus par l'Iran, sur Abu Dhabi
  • «Nous nous préparions pour son retour, mais nous avons reçu son cadavre à la place» a révélé le frère cadet de Khan

Les membres de la famille de Mamoor Khan attendaient avec impatience son retour dans la ville de Mir Ali, dans le nord du Pakistan. Mais quelques jours avant les retrouvailles familiales prévues, son corps est arrivé des Émirats arabes unis, laissant les proches engourdis par le choc et le chagrin.

Khan et deux ressortissants indiens ont été tués lorsque des frappes de drones et de missiles lancées par les Houthis soutenus par l'Iran au Yémen, ont touché des camions-citernes de carburant près des installations de stockage du géant pétrolier national Adnoc à Abu Dhabi le 17 janvier. Khan travaillait comme chauffeur pour un sous-traitant d’Adnoc.

photo
Une photo non datée de Mamoor Khan, un travailleur pakistanais du Waziristan du Nord qui a été tué lors d'une attaque houthie contre les Émirats arabes unis le 17 janvier 2022. (Photo fournie par la famille de Mamoor Khan)

«Nous nous préparions pour son retour», a révélé le frère cadet de Khan, Manzoor Ahmad, à Arab News. «Mais nous avons reçu son cadavre à la place.»

Khan, 49 ans, laisse dans le deuil ses parents, sa femme et ses huit enfants, qui attendaient avec impatience son retour pour des vacances à la fin du mois.

Son deuxième frère, Javed Khan, également chauffeur aux Émirats arabes unis, a été le premier à apprendre sa mort. Un employé d'Adnoc l'avait appelé pour lui dire qu'il avait été blessé lors de l'attaque et qu'il était hospitalisé à Abu Dhabi.

«Je ne savais toujours pas ce qui s'était passé, mais le site où mon frère travaillait était en feu», a-t-il confirmé. «J'ai demandé à l’employé qui m’a contacté de me dire clairement si mon frère était décédé. Il a répondu d'une voix étouffée, ‘oui’, et que son cadavre était à l'hôpital.»

Khan était le principal soutien de sa famille dans le Waziristan du Nord, un district tribal appauvri à la frontière pakistano-afghane, où des années de militantisme et d'opérations de sécurité ont contrecarré le développement social et économique.

Une semaine après les funérailles de Khan, son père, qui l'avait envoyé aux Émirats arabes unis il y a plus de deux décennies pour trouver une vie meilleure, a déclaré à Arab News qu'il avait encore du mal à parler de la perte de son fils.

photo
Yasir Ahmad, fils de Mamoor Khan, prie sur la tombe de son père à Mir Ali, dans le Waziristan du Nord, au Pakistan, le 24 janvier 2022. (Photo fournie par la famille de Mamoor Khan)

«J'ai eu l'impression d'enjamber un feu dévastateur quand j'ai appris la nouvelle de la mort de mon fils», a-t-il indiqué.

La mère de Khan est sous tranquillisants depuis qu'elle a reçu la nouvelle tragique.

«Chez nous, nous avons beaucoup souffert du militantisme, et quand Mamoor est parti pour les Émirats arabes unis, nous étions convaincus qu'il y mènerait une vie sûre», a témoigné son voisin et ami Munawar Shah Dawar. «Sa mort nous a dévastés, car il a été la proie d'un attentat terroriste là-bas aussi.»

Yasir Ahmad, le fils aîné de Khan, a dévoilé que son père et lui avaient de nombreux projets pour l'avenir de la famille et qu’ils en discutaient souvent au téléphone. L'un de ces projets, la création d'une petite entreprise, devait être mis en œuvre lors de la visite de Khan ce mois-ci. L'idée était que cette entreprise lui aurait permis plus tard de retourner définitivement à Mir Ali.

L'une des priorités de Khan était de veiller à ce que ses plus jeunes enfants reçoivent une éducation, ce qu'il avait demandé à Ahmad de superviser.

«Mon père voulait que mon jeune frère devienne médecin, pour qu'il puisse revenir et passer le reste de sa vie avec nous.»

«Nous n'avons plus rien maintenant, et même l'éducation de mes frères en souffrira parce que je suis un travailleur journalier, gagnant 600 roupies (1 roupie = 0,012 euro) par jour, ce qui n'est pas suffisant.»

Le corps de Khan a été rapatrié au Pakistan et enterré le 20 janvier.

Mustafa Haider, directeur général de la division de l'aide sociale à la Fondation des Pakistanais d'outre-mer, a déclaré à Arab News que les allocations de décès seraient versées à la famille et que la fondation envisageait également d’apporter un soutien financier sur ses propres fonds.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un garçon musulman référé au programme anti-extrémiste du gouvernement britannique

Le garçon, qui avait du mal à faire ses devoirs, a été référé au programme de prévention anti-extrémisme après avoir été entendu dire qu'il souhaitait que l'école brûle. (Shutterstock)
Le garçon, qui avait du mal à faire ses devoirs, a été référé au programme de prévention anti-extrémisme après avoir été entendu dire qu'il souhaitait que l'école brûle. (Shutterstock)
Short Url
  • La mère a critiqué la décision et a déclaré: «Être un garçon brun, musulman et asiatique ne fait pas de vous un terroriste»
  • Une enquête sur l'incident n'a trouvé aucune preuve de liens avec l'extrémisme et aucune autre mesure n'a été prise

LONDRES: Un garçon de 11 ans issu d'une famille musulmane a été référé à un programme anti-extrémisme du gouvernement britannique, appelé Prevent, après avoir dit à un ami qu'il espérait que son école brûlerait.

Sa mère a déclaré au journal The Guardian: «Être un garçon brun, musulman et asiatique ne fait pas de vous un terroriste.»

Elle a admis que les propos de son fils étaient inacceptables mais a ajouté qu'ils étaient «isolés» et dus au stress. L'enfant souffrirait d'anxiété.

Une enquête menée par l'école sur l'incident n'a trouvé aucune preuve de liens avec des groupes extrémistes ou de cas antérieurs de rhétorique radicale.

«Les directives de Prevent mettent clairement l'accent sur le caractère approprié et la proportionnalité», a déclaré sa mère.

L'agent de Prevent qui a examiné l'affaire a décidé de ne pas prendre de mesures supplémentaires mais, conformément au protocole, les informations personnelles du garçon devaient être enregistrées pendant six ans dans une base de données antiterroriste de la police, mais sa mère est intervenue.

Elle s'est également plainte à l'école, située dans le nord de l'Angleterre, qu’elle n'avait pas été informée de l'incident ou du renvoi, et devrait recevoir des excuses.

«L'agent de Prevent m'a dit que l'affaire n'irait pas plus loin car il s’agit d’un garçon de 11 ans ayant des difficultés scolaires», a-t-elle déclaré. «Mon fils était devenu si mécontent et stressé par les exigences qui lui étaient imposées concernant les devoirs.»

Elle a ajouté qu'elle avait dû se battre pour que le nom de son fils soit retiré de la base de données antiterroriste.

«J'ai remporté une victoire partielle parce que la police a accepté de retirer son nom de sa base de données, mais je cherche des informations supplémentaires sur ses dossiers, qui sont détenus par le ministère de l'Intérieur britannique», a-t-elle déclaré.

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a déclaré: «Prevent est un programme de sauvegarde qui vise à détourner des individus de la radicalisation. Les données d’orientation du programme ne sont conservées que temporairement par la police, et les parents ou tuteurs peuvent demander qu'elles soient supprimées plus tôt, au moment propice.

«Toutes les données sont gardées totalement confidentielles, sauf en cas d'émergence d'un risque grave pour la sécurité. Les informations et les conseils sur l'utilisation et l'accès à la base de données centrale d’orientation Prevent appartiennent à la police et non au ministère de l'Intérieur.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Saoudien Nasser Hawsawi, sculpteur de son propre avenir

Nasser Hawsawi a précisé que sa connaissance des caractéristiques de divers matériaux et types de sol, ainsi que sa familiarisation avec la conception 3D, l'ont aidé à développer son métier. (Photo Fournie)
Nasser Hawsawi a précisé que sa connaissance des caractéristiques de divers matériaux et types de sol, ainsi que sa familiarisation avec la conception 3D, l'ont aidé à développer son métier. (Photo Fournie)
Short Url
  • L'autodidacte Nasser Hawsawi s'est révélé être une attraction populaire à Riyadh Oasis
  • «Je puis ma philosophie dans l'environnement et les choses que j'aime dessiner, ainsi que dans ce dont dont j'ai été témoin et ce que j’ai vécu»

LA MECQUE: Le travail du sculpteur Nasser Hawsawi a été un succès auprès des visiteurs de Riyadh Oasis, l'une des 14 zones mises en place autour de la capitale au cours de Riyadh Season.

Ingénieur de formation et originaire de La Mecque, ce Saoudien âgé de 30 ans sculpte depuis environ quatre ans seulement. C’est un autodidacte dont le travail lui a valu des éloges et des félicitations, ainsi que quelques fans célèbres.

«La sculpture est un art authentique qui représente les formes, les personnes, l'harmonie, le rythme, l'équilibre, le plaisir visuel et des aspects variés, dans le but d'atteindre une certaine profondeur artistique, véhiculant un sens artistique élevé en représentant les détails de la forme humaine», a précisé Hawsawi.

Il expose ses œuvres à Riyadh Oasis dans un studio ouvert aux visiteurs. Il a également effectué un certain nombre de démonstrations de sculpture en direct, au cours desquelles il a créé les sculptures de célèbres chanteurs arabes alors qu'ils se produisaient sur scène, notamment Nawal al-Zoghbi, Majid al-Mohandis et Assala Nasri, puis leur a présenté les œuvres à la fin du spectacle.