Le réseau social de Trump, nouveau révélateur des «deux Amériques»

L'entreprise qui doit permettre au réseau social de Donald Trump d'entrer en Bourse connaît une ascension fulgurante à Wall Street. Un succès qui illustre autant la fièvre spéculative autour de titres médiatisés que la popularité de l'ancien président américain auprès de sa base électorale. (Photo, AFP)
L'entreprise qui doit permettre au réseau social de Donald Trump d'entrer en Bourse connaît une ascension fulgurante à Wall Street. Un succès qui illustre autant la fièvre spéculative autour de titres médiatisés que la popularité de l'ancien président américain auprès de sa base électorale. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 23 octobre 2021

Le réseau social de Trump, nouveau révélateur des «deux Amériques»

  • L'annonce de la création de la plateforme «Truth Social» est un signe supplémentaire que l'ex-président se prépare à une nouvelle candidature
  • Les Américains sont désormais divisés en deux camps irréconciliables, chacun armé de sa propre version de la réalité, amplifiée par son média préféré

WASHINGTON : L'annonce de la création d'un réseau social estampillé Donald Trump est un signe supplémentaire que l'ex-président républicain se prépare à une nouvelle candidature. Elle risque aussi d'accentuer les divisions de la société américaine.

La notion infondée que les démocrates ont volé la présidence au républicain en 2020 devrait prendre une place de choix sur la nouvelle plateforme annoncée mercredi par le milliardaire, "TRUTH Social". Celle-ci devrait attirer nombre de conservateurs convaincus par les thèses sur une fraude électorale massive qui ont mené à l'assaut contre le Capitole du 6 janvier.

C'est sur ce socle de sympathisants, désormais majoritaires au sein de parti républicain, que l'ancien président compte pour se lancer dans une éventuelle nouvelle campagne en 2024 en vue d'un retour à la Maison Blanche. A ce jour, Donald Trump n'a fait qu'esquisser ses intentions, sans jamais les confirmer.

Donald Trump avait été banni des principaux réseaux sociaux après le 6 janvier. Sa nouvelle plateforme "TRUTH Social" sera lancée début 2022 dans un paysage de l'information lui aussi fracturé, qu'il s'agisse de réseaux sociaux ou de médias traditionnels.

Là où les Américains pouvaient autrefois se mettre d'accord sur un ensemble partagé de faits et de valeurs, désormais deux camps irréconciliables s'observent en chiens de faïence, chacun armé de sa propre version de la réalité, amplifiée par son média préféré.

Le journaliste d'investigation Carl Bernstein, dont l'enquête avec Bob Woodward sur l'affaire du Watergate avait amené à la démission du président Richard Nixon, a appelé les médias et les politiciens à s'atteler davantage à la lutte contre la désinformation, qui morcelle le pays.

"La division qui nous sépare et nous polarise dans ce pays est vicieuse. Elle est profonde", affirme-t-il. "Elle est emplie de haine et de colère. Et la majorité de cette haine et de cette colère reposent sur de grands mensonges", a ajouté le journaliste de 77 ans.

« Owning the libs »

Que l'on suive la chaîne progressiste d'information MSNBC ou la plus conservatrice Fox News, Donald Trump apparaît soit comme le dernier rempart contre une vague culturelle menée par la gauche et la prise du pouvoir par les communistes, soit comme la plus grande menace contre la démocratie américaine depuis la guerre de Sécession au 19e siècle.

Les partisans de chacune de ces deux bulles concurrentes rencontrent rarement des informations allant à l'encontre de leurs positions, et ce, au-delà de l'élection présidentielle de 2020.

La couverture par les médias des manifestations à travers les Etats-Unis après le meurtre de l'Afro-Américain George Floyd par un policier a suivi la même dichotomie, avec à gauche des images de manifestations dignes pour la justice raciale, tandis qu'à droite, les images correspondaient plus à des émeutes violentes.

La division reste un héritage marquant de l'ère Trump. Plus de 81 millions de personnes ont voté pour Joe Biden en 2020, un record, mais les 74 millions qui ont voté pour Trump représentent également le deuxième plus haut total pour un candidat.

A droite, certaines personnalités comme le fils de l'ancien président, Donald Trump Jr, ont adopté une stratégie nommée "owning the libs", que l'on pourrait traduire par "faire enrager les gauchos". Il s'agit de provoquer l'indignation par l'outrance au sein de la gauche en insistant sur les sujets les plus clivant.

 

Et dans les cercles les plus militants de gauche, chaque point de désaccord sur la question des minorités ethniques ou sexuelles est attribué à l'intolérance innée des conservateurs.

Fox News conserve une audience loyale, mais beaucoup de partisans de Donald Trump ont zappé depuis l'élection vers d'autres chaînes, plus à droite et plus conspirationnistes, comme Newsmax ou One America News.

Les émissions en prime time de Newsmax attirent ainsi jusqu'à plus d'un million de téléspectateurs.

La polarisation des médias représente un symptôme de fissures plus larges entre les Etats côtiers américains, et les Etats plus conservateurs de l'intérieur du pays qui considèrent les premiers comme une élite hors-sol.

L'application du réseau social Parler, accueillant les conservateurs bannis de Twitter et Facebook, a connu un rebond des téléchargements après l'élection de 2020, pour atteindre depuis presque neuf millions d'utilisateurs.

Leurs messages se nourrissent des "guerres culturelles" des Etats-Unis d'aujourd'hui: déboulonnage de statues historiques, sportifs professionnels posant un genou à terre durant l'hymne national pour dénoncer les discriminations contre les Américains noirs, enseignement de l'histoire des inégalités raciales dans les écoles.

"Quand je zappe entre les chaînes le soir, je vois deux Amériques qui existent en parallèle en ce moment", avait écrit après l'élection Brian Stelter, analyste médias pour CNN.

Le futur réseau social de Trump flambe à Wall Street

L'entreprise qui doit permettre au réseau social de Donald Trump d'entrer en Bourse connaît une ascension fulgurante à Wall Street. Un succès qui illustre autant la fièvre spéculative autour de titres médiatisés que la popularité de l'ancien président américain auprès de sa base électorale.

Après avoir été suspendue à de multiples reprises vendredi matin, l'action de Digital World Acquisition Corp s'est envolée et a terminé en hausse de 107,03% à 94,20 dollars.

Son prix avait décollé d'environ 200% un peu plus tôt dans la journée après avoir déjà grimpé de plus de 350% jeudi à la clôture.

En se basant sur les chiffres les plus récents, la valeur boursière du groupe atteignait les 3,2 milliards de dollars.

Un montant impressionnant pour une entreprise récente, jusqu'alors confidentielle et sans activité commerciale.

Digital World Acquisition Corp, qui s'échange sous le symbole DWAC au Nasdaq, est en effet une société d'acquisition à vocation spécifique, ou SPAC en anglais, c'est-à-dire une coquille vide cotée en Bourse en vue d'une fusion avec une entreprise pour laquelle elle lève des fonds en vendant des actions.

Lors de son entrée au Nasdaq en septembre, DWAC avait levé 293 millions de dollars.

La société cible s'est donc avérée être le nouveau groupe de médias et de technologies de M. Trump, fondé en février dans le Delaware, qui doit porter le projet de réseau social du milliardaire républicain.

Intitulée "Truth Social", cette future plateforme a été présentée par l'ancien locataire de la Maison Blanche comme une alternative à Facebook, Twitter et YouTube dont il est banni pour avoir incité ses partisans à la violence avant l'invasion du Capitole, le 6 janvier.

Dans un communiqué publié mercredi pour annoncer la fusion avec DWAC, M. Trump a dit vouloir "résister à la tyrannie des géants technologiques" et s'est indigné d'avoir été "réduit au silence".


Femmes: Le Conseil de sécurité de l'ONU demande aux talibans d' «inverser rapidement» leur politique restrictive

Des femmes portant une burqa et un niqab marchent dans une rue de Kaboul le 7 mai 2022 (Photo, AFP).
Des femmes portant une burqa et un niqab marchent dans une rue de Kaboul le 7 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon des diplomates, la négociation de la déclaration s'est révélée ardue avec la Chine et la Russie
  • Le Conseil de sécurité réclame au pouvoir taliban de rouvrir les écoles pour toutes les élèves

NATIONS UNIES, États-Unis: Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé mardi les talibans "à inverser rapidement les politiques et pratiques qui restreignent actuellement les droits humains et les libertés fondamentales des femmes et des filles afghanes" dans une déclaration adoptée à l'unanimité.

Dans ce texte rédigé par la Norvège et négocié depuis près de deux semaines, les 15 membres du Conseil se déclarent "profondément préoccupés par l'érosion croissante du respect des droits humains et des libertés fondamentales des femmes et des filles en Afghanistan par les talibans".

Ils citent à cet égard "l'imposition de restrictions qui limitent l'accès à l'éducation, à l'emploi, à la liberté de mouvement et à la participation pleine, égale et significative des femmes à la vie publique".

En particulier, le Conseil de sécurité réclame au pouvoir taliban de rouvrir les écoles pour toutes les élèves sans plus tarder et exprime sa "profonde préoccupation" face à l'obligation faite aux femmes de se couvrir le visage dans les espaces publics et dans les émissions des médias.

Selon des diplomates, la négociation de la déclaration s'est révélée ardue avec la Chine et la Russie qui ne voulaient pas d'un texte focalisé sur les droits humains. En conséquence, ce dernier comprend plusieurs paragraphes exprimant aussi une "profonde préoccupation" face à "la situation instable" en Afghanistan, dans les domaines humanitaires, politiques, économiques, sociaux et sécuritaires.

La déclaration cite notamment le trafic de drogue et la poursuite d'attaques terroristes visant des civils, ainsi que la nécessité de restaurer les systèmes financiers et bancaires du pays.

A la mi-mars, le Conseil de sécurité de l'ONU avait approuvé une résolution renouvelant pour un an la mission politique de l'Organisation en Afghanistan en tablant sur une approche plus modérée des talibans, en fonctions depuis la mi-août, par rapport à leur précédent exercice du pouvoir, entre 1996 et 2001.

Ces derniers mois, les talibans ont cependant imposé une série de restrictions à la société civile, dont une grande partie vise à soumettre les femmes à leur conception intégriste de l'islam.


Un Irakien lié à l'EI a cherché à assassiner George W. Bush

L'ancien président américain George W. Bush s'exprimant lors d'une commémoration du 11 septembre au Flight 93 National Memorial à Shanksville, Pennsylvanie, le 11 septembre 2021 (Photo, AFP).
L'ancien président américain George W. Bush s'exprimant lors d'une commémoration du 11 septembre au Flight 93 National Memorial à Shanksville, Pennsylvanie, le 11 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Il précise que l'homme avait fait des repérages
  • Selon le FBI, le suspect s'est rendu début février devant l'ancien domicile de George W. Bush à Dallas

WASHINGTON: Un Irakien lié au groupe Etat Islamique a été arrêté et inculpé mardi aux Etats-Unis, soupçonné d'avoir préparé une tentative d'assassinat contre l'ancien président américain George W. Bush, ont annoncé les autorités.

Shihab Ahmed Shihab, 52 ans, est accusé d'avoir "aidé et soutenu un complot visant à tuer l'ancien président des Etats-Unis George W. Bush", a indiqué dans un communiqué un procureur fédéral de l'Ohio.

Il précise que l'homme avait fait des repérages, prévu de faire venir toute une équipe du Moyen-Orient et réfléchi à acquérir armes et uniformes de police factices afin de tuer le président, à l'origine de l'invasion de l'Irak en 2003.

Arrivé légalement en 2020 aux Etats-Unis avec un visa de tourisme, M. Shihab a vécu entre Colombus, dans l'Ohio (nord) et Indianapolis, avant de demander l'asile. Il a tenté d'aider un homme, qu'il pensait être irakien, à immigrer aux Etats-Unis en échange d'argent.

"En octobre et décembre 2021, M. Shihab a accepté des dizaines de milliers de dollars pour le supposé passage. En réalité, l'individu était fictif et les échanges étaient coordonnés sous la direction du FBI", la police fédérale américaine, précise le procureur.

Dans un document rendu public mardi, celle-ci indique que deux sources anonymes, qui ont discuté à plusieurs reprises avec le suspect, ont permis de mettre à jour cette affaire.

Les hommes qu'il voulait faire venir aux Etats-Unis n'étaient "pas propres", a-t-il dit à la source du FBI, selon ce document. M. Shihab se dit également cousin de l'ancien leader de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi.

«Al-Raed»

Deux hommes, anciens des services secrets irakiens, devaient mener l'opération, aidés d'autres hommes membre de l'EI et d'un groupe nommé "Al-Raed", a indiqué Shihab Ahmed Shihab à la taupe du FBI.

Le groupe "Al-Raed", dont se dit membre le suspect, est basé au Qatar et semble être derrière cette cellule.

L'un des six ou sept membres de l'équipe prévue "était le secrétaire d'un ministre des Finances de l'EI" et aurait permis de financer l'opération, estimée à trois millions de dollars.

Ces hommes devaient arriver et repartir illégalement des Etats-Unis par la frontière avec le Mexique.

Toujours selon le FBI, le suspect s'est rendu début février devant l'ancien domicile de George W. Bush à Dallas, au Texas, pour prendre des images. Début mars, la taupe du FBI a présenté des armes et uniformes de police au suspect, qui a pris des photos.

Shihab Ahmed Shihab a dit devant cette taupe avoir "aidé la résistance en tuant de nombreux Américains en Irak entre 2003 et 2006", la "résistance" étant comprise par le FBI comme Al-Qaïda en Irak ou le groupe Etat islamique.

La cellule "souhaitait tuer l'ancien président Bush car ils estimaient qu'il était responsable de la mort de nombreux Irakiens et de l'effondrement de l'ensemble de l'Irak" à la suite de son intervention militaire lancée en 2003, note le document.

A la suite de son arrestation mardi matin par une cellule antiterroriste du FBI, il a comparu une première fois devant un tribunal fédéral.


Est de RDC: combats au nord de Goma près du Rwanda, le M23 soupçonné

Des unités des Forces armées de la République démocratique du Congo et de la police se tiennent à l'aérodrome de Kiwanja quelques jours après des affrontements avec les rebelles du M23 à Rutshuru, à 70 kilomètres de la ville de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 3 avril 2022 (Photo, AFP).
Des unités des Forces armées de la République démocratique du Congo et de la police se tiennent à l'aérodrome de Kiwanja quelques jours après des affrontements avec les rebelles du M23 à Rutshuru, à 70 kilomètres de la ville de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 3 avril 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le M23 est une ancienne rébellion tutsi vaincue en 2013 par les forces armées de RDC
  • Lundi, le Rwanda avait affirmé que plusieurs civils avaient été blessés par des tirs congolais

GOMA, RD Congo: Des combats ont éclaté mardi à une vingtaine de km au nord de Goma, chef-lieu de la province troublée du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, au lendemain d'accusations rwandaises contre l'armée congolaise, a-t-on appris de sources locales.

Certaines de ces sources affirment que des rebelles du M23 ("Mouvement du 23 mars"), en conflit avec l'armée dans cette province frontalière du Rwanda et de l'Ouganda, ont attaqué une position militaire. D'autres accusent "des Rwandais" d'avoir participé aux combats.

Selon des témoignages d'habitants, des tirs d'armes lourdes ont été entendus à partir de 03H00 (01H00 GMT) dans le groupement de Buhumba et ses environs en territoire de Nyiragongo, dans la zone du massif des Virunga autour du mont Mikeno, région connue pour ses gorilles de montagne. Le calme semblait revenu en fin de journée.

"Une position des FARDC (armée congolaise) a été attaquée", les villageois se sont enfuis, certains allant vers Goma, d'autres vers le Rwanda, a déclaré à l'AFP Olivier Nzabonimpa, président de la société civile du groupement Buhumba. Selon lui, plusieurs villages "se sont vidés de leurs habitants".

Boniface Kagumyo, bourgmestre de la commune de Kibumba, une des localités touchées, a accusé les rebelles du M23 d'être à l'origine de l'attaque dans cette zone de Buhumba où, selon lui, les militaires n'étaient pas déployés en grand nombre.

"Ce sont des Rwandais qui ont attaqué les FARDC (...) Il y a deux blessés parmi les civils", a de son côté déclaré Augustin Mirere, chef de la localité de Rubiranga, également ciblée.

"C'est calme pour l'instant, nous attendons de voir comment se passera la nuit", a déclaré en fin d'après-midi à l'AFP sous couvert d'anonymat un haut responsable militaire congolais, affirmant avoir "saisi des tenues de l'armée rwandaise et récupéré des armes". 

"Nous avons repoussé l'attaque de l'ennemi, ils ont fui vers la frontière, nous les avons pourchassés", a affirmé cet officier. "Nous avons compté 22 corps de leur côté et avons perdu 9 militaires", a-t-il ajouté. 

«Déposer les armes»

Lundi, le Rwanda avait affirmé que plusieurs civils avaient été blessés par des tirs congolais de roquettes en territoire rwandais à la frontière avec la RDC, et appelé à une "enquête urgente" sur cet incident.

La veille, les Nations unies avaient accusé le M23 d'avoir "délibérément" attaqué des Casques bleus dans le territoire congolais voisin de Rutshuru.

"Notre mission reste prête à utiliser tous les (moyens) nécessaires dans le cadre de son mandat pour soutenir les efforts congolais visant à neutraliser les groupes armés et protéger les civils", a déclaré Stéphane Dujarric, porte-parole de l'ONU dans son point presse de mardi.

Dans un communiqué daté de lundi, le président de la Commission de l'Union africaine Moussa Faki Mahamat a appelé "les rebelles du M23 à déposer définitivement leurs armes, à cesser toute hostilité et à s'inscrire dans l'esprit du processus de Nairobi pour une résolution des crises à l’Est de la RDC".

Des consultations ont été menées en avril dans la capitale kényane entre le gouvernement congolais et des groupes rebelles, nouvelle initiative lancée pour tenter de mettre fin à plus d'un quart de siècle de violence. Une branche du M23, accusée par Kinshasa d'avoir relancé les hostilités au moment des discussions, en avait été exclue.

Le M23 est une ancienne rébellion tutsi vaincue en 2013 par les forces armées de RDC et réapparue en fin d'année dernière, qui reproche aux autorités de Kinshasa de ne pas avoir respecté des engagements sur la démobilisation de ses combattants.

Les relations entre Kinshasa et Kigali sont tendues depuis le génocide au Rwanda en 1994 avec l'arrivée massive en RDC de Hutu rwandais accusés d'avoir massacré des Tutsi durant le génocide. Depuis, le Rwanda a été régulièrement accusé par Kinshasa d'incursions au Congo et de soutien à des groupes armés dans l'est du pays.