Soudan: les pro-civils mettent en garde contre «un coup d'Etat rampant»

Des manifestants soudanais défilent dans les rues de Nyala, la capitale du Sud-Darfour, pour exiger la transition du gouvernement vers un régime civil, le 21 octobre 2021. (Photo, AFP)
Des manifestants soudanais défilent dans les rues de Nyala, la capitale du Sud-Darfour, pour exiger la transition du gouvernement vers un régime civil, le 21 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 24 octobre 2021

Soudan: les pro-civils mettent en garde contre «un coup d'Etat rampant»

  • Les partisans d'un transfert complet du pouvoir aux civils se sont mobilisés jeudi par dizaines de milliers, prenant la rue dans une démonstration de force
  • Signe que les tensions ne sont pas retombées, une centaine de manifestants ont brûlé des pneus samedi devant l'agence officielle Suna qui accueillait la conférence de presse des FLC

KHARTOUM : La coalition pro-civils au Soudan a réitéré samedi son soutien au Premier ministre Abdallah Hamdok, mettant en garde contre "un coup d'Etat rampant" lors d'une conférence de presse que des manifestants hostiles ont brièvement tenté d'empêcher.

"Nous renouvelons notre confiance au gouvernement et au chef du gouvernement", a martelé Yasser Arman, un des leaders des Forces de la liberté et du changement (FLC), fer de lance de la révolte qui a démis l'autocrate Omar el-Béchir en 2019.

"La crise actuelle est une machination, un coup d'Etat rampant", a-t-il poursuivi alors que le Soudan, déjà englué dans le marasme politique et économique, est le théâtre depuis un mois du blocage de son principal port dans l'Est et que des centaines de manifestants réclament depuis une semaine un "gouvernement militaire" aux portes du palais présidentiel.

Face à ces pro-armée, les partisans d'un transfert complet du pouvoir aux civils se sont mobilisés jeudi par dizaines de milliers, prenant la rue dans une démonstration de force qui, pour les experts, ne va malgré tout pas accélérer la difficile transition après 30 ans de dictature.

Signe que les tensions ne sont pas retombées, une centaine de manifestants ont brûlé des pneus samedi devant l'agence officielle Suna qui accueillait la conférence de presse des FLC, forçant cette coalition à repousser sa prise de parole de deux heures.

"Ce sont des partisans du régime Béchir", a accusé M. Arman, une accusation que les pro-civils renvoient également aux participants au sit-in pro-armée tenu non loin de Suna.

Samedi également, M. Hamdok a affirmé ne pas avoir ordonné de remaniement de son cabinet, ni même de changement au sein des autorités de transition alors que depuis des jours les rumeurs de remplacement se multiplient.

Khartoum est depuis plusieurs jours le théâtre d'un ballet diplomatique. Après la venue de la responsable de l'Afrique au sein de la diplomatie britannique, l'émissaire des Etats-Unis pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman, a rencontré samedi les dirigeants soudanais.

Devant M. Hamdok, le général Abdel Fattah al-Burhane --chef du Conseil de souveraineté qui gère la transition-- et son numéro 2 le commandant paramilitaire Mohamed Hamdan Daglo, M. Feltman a plaidé pour "une transition démocratique civile comme le réclame le peuple".

Il les a également appelés à "redire leur attachement à travailler ensemble", précise l'ambassade américaine à Khartoum, alors que le plan de transition de 2019 prévoit une remise du pouvoir aux civils avant les premières élections libres depuis 30 ans, prévues fin 2023. 


Cisjordanie: Les forces israéliennes ont tué un jeune Palestinien, affirme le ministre de la Santé

Un adolescent palestinien a été tué par les forces israéliennes samedi matin lors d'un raid à Jénine, en Cisjordanie occupée (Photo, AFP).
Un adolescent palestinien a été tué par les forces israéliennes samedi matin lors d'un raid à Jénine, en Cisjordanie occupée (Photo, AFP).
Short Url
  • «Un garçon de 17 ans a été tué, et un autre de 18 ans a été grièvement blessé par les balles de l'occupant israélien lors de son agression à Jénine», indique un communiqué de ce ministère.
  • Le camp de réfugiés de Jénine a été le centre de tensions récemment à la suite d'une vague d'attaques en Israël qui ont fait 19 morts

RAMALLAH: Un adolescent palestinien a été tué par les forces israéliennes samedi matin lors d'un raid à Jénine, en Cisjordanie occupée, a affirmé le ministère palestinien de la Santé.

"Un garçon de 17 ans a été tué, et un autre de 18 ans a été grièvement blessé par les balles de l'occupant israélien lors de son agression à Jénine", indique un communiqué de ce ministère.

Le camp de réfugiés de Jénine a été le centre de tensions récemment à la suite d'une vague d'attaques en Israël qui ont fait 19 morts.

Treize Palestiniens ont été blessés la semaine dernière lors d'une opération des forces israéliennes dans le camp au cours de laquelle un soldat israélien et un Palestinien ont également été tués.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a identifié ce soldat israélien du nom de Noam Raz.

Le Palestinien a ensuite été identifié comme étant Daoud al-Zubaidi, un frère de Zakaria al-Zubaidi, qui dirigeait la branche armée du mouvement Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas et s'est brièvement évadé de la prison israélienne l'année dernière.

Les raids ont eu lieu quelques heures avant que les violences n'éclatent lors des funérailles de Shireen Abu Akleh, une journaliste d'Al Jazeera qui a été tuée la semaine dernière alors qu'elle couvrait un autre raid israélien dans le camp.

Lors de ses funérailles, la police israélienne a pris d'assaut les abords d'un hôpital de Jérusalem au moment où le corps de la journaliste était transporté pour l'enterrement, ce qui a provoqué un tollé international.


L'Europe veut renforcer son partenariat avec l'Arabie saoudite

L'ambassadeur de l'UE en Arabie saoudite, Patrick Simonnet (à droite) avec les délégués lors de la réception pour la Journée de l'Europe au Palais culturel de Riyad. (Photo fournie)
L'ambassadeur de l'UE en Arabie saoudite, Patrick Simonnet (à droite) avec les délégués lors de la réception pour la Journée de l'Europe au Palais culturel de Riyad. (Photo fournie)
Short Url
  • L'UE dévoile sa première stratégie à long terme pour façonner les futurs relations avec les pays du Golfe
  • «Nous sommes tout à fait conscients que la libéralisation des visas pourrait favoriser les échanges entre les deux parties», a souligné Simonnet

RIYAD: L'ambassadeur de l'Union européenne (UE) en Arabie saoudite, Patrick Simonnet, a confirmé vendredi la volonté du bloc de renforcer son partenariat avec le Royaume.

L'UE a dévoilé mercredi sa première stratégie à long terme visant à façonner les futurs relations avec les pays du Golfe, lorsque le Haut représentant et la Commission européenne ont adopté une communication conjointe intitulée «Partenariat stratégique avec le Golfe».

«À une époque d'insécurité et de défis importants pour l'ordre international fondé sur des règles, aggravés par la guerre de la Russie en Ukraine, l'Union européenne et les pays du Golfe ont tout à gagner d'un partenariat plus fort et plus stratégique s'étendant sur un certain nombre de domaines essentiels. Nous devons travailler plus étroitement ensemble sur la stabilité dans le Golfe et au Moyen-Orient, sur les menaces à la sécurité mondiale, la sécurité énergétique, le changement climatique et la transition verte, la numérisation, le commerce et les investissements. Nous devons également renforcer les contacts entre les étudiants, les chercheurs, les entreprises et les citoyens», a déclaré Josep Borrell, responsable de la politique étrangère de l'UE, en dévoilant le plan.

«  La stratégie à long terme, la première de ce type entre les deux groupes, sera déterminante pour les relations entre l'UE et le CCG. Nous avons besoin les uns des autres. L'UE et le CCG ont beaucoup à gagner en renforçant leur partenariat.  »

 Patrick Simonnet, ambassadeur de l'UE en Arabie saoudite

Dans une interview exclusive accordée à Arab News, Simonnet estime que «la stratégie à long terme, la première de ce type entre les deux groupes, sera déterminante pour les relations entre l'UE et le CCG. Nous avons besoin les uns des autres. L'UE et le CCG ont beaucoup à gagner en renforçant leur partenariat. C'est ce que nous avons ressenti lors de différentes visites au cours des 12 derniers mois. Nous avons réalisé que nous avions un intérêt commun à renforcer notre partenariat. Il s'agit de l'économie, de la manière dont nous pouvons mieux soutenir nos stratégies respectives, la Vision 2030 saoudienne et le Green Deal de l'UE (Pacte vert pour l'Europe)».

«Nous importons du combustible fossile d'Arabie saoudite depuis longtemps. Nous allons continuer, mais nous aimerions passer à une consommation plus durable d'énergie renouvelable. Nous savons que le Golfe possède un énorme potentiel d'exportation d'énergies renouvelables, notamment d'hydrogène vert. L'Arabie saoudite a réalisé d'énormes investissements et souhaite devenir un fournisseur mondial d'hydrogène, et il serait très utile pour nous, d'importer cet hydrogène vert afin d’atteindre nos propres objectifs en matière de changement climatique. Cela serait aussi une bonne chose pour le Royaume, pour ses propres objectifs en matière de changement climatique. Il y a donc une excellente adéquation entre nous», a-t-il poursuivi.

«Nous pouvons travailler ensemble sur la crise régionale, il y a beaucoup d'harmonisation entre nos points de vue sur le processus de paix au Moyen-Orient, sur le Yémen, la Syrie, la Libye et le Liban. La stratégie propose que nous collaborions encore plus étroitement sur les questions de stabilité régionale. La coopération en matière de sécurité est également cruciale. Nous voulions une stratégie plus politique, davantage axée sur la sécurité. Nous sommes en train de négocier le JCPOA (l'accord sur le nucléaire iranien, officiellement connu sous le nom de plan d'action global conjoint), et si nous pouvons obtenir un résultat positif à ce niveau, nous pourrons nous appuyer sur celui-ci pour contribuer encore davantage à la stabilité et à la sécurité dans le Golfe», a clarifié l'envoyé de l'UE.

 «Nous sommes le plus grand fournisseur d'investissements directs étrangers ici, et le CCG est le deuxième partenaire commercial de l'UE. Nous allons donc examiner comment nous réengager sur l'accord de libre-échange (ALE)», a-t-il poursuivi.

La communication conjointe vise également à améliorer la coopération dans les domaines de l'enseignement supérieur et la culture. L'un des objectifs est d'attirer davantage d'étudiants saoudiens en Europe et d'étudiants ou d'enseignants européens dans le Royaume, a-t-il expliqué.

Un autre objectif, selon Simonnet, est la suppression des visas vers l’Europe pour tous les pays du Golfe. «Nous sommes tout à fait conscients que la libéralisation des visas pourrait favoriser les échanges entre les deux parties», a-t-il souligné.

«J'ai rencontré des blogueurs de voyage saoudiens il y a quelques jours. C'était intéressant de discuter de tous les joyaux cachés de l'Arabie saoudite en termes de tourisme, des sites où nous pourrions attirer beaucoup plus de touristes, et de la même façon en Europe, il y a beaucoup plus de destinations en Europe qui pourraient être découvertes par les touristes saoudiens, donc la libéralisation des visas est importante.»

Des réunions plus régulières au niveau ministériel seront organisées à l’avenir entre les ministres des Affaires étrangères et les ministres de l'Énergie de l'UE et du CCG.

«L'Europe propose de passer à la vitesse supérieure dans ses relations», a précisé l'envoyé, ajoutant que l'UE va augmenter ses délégations diplomatiques dans la région, en élargissant ses délégations existantes en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et au Koweït.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les tempêtes de sable, un risque pour la santé humaine

Tempête de sable à Basra, en Irak (Photo, AP).
Tempête de sable à Basra, en Irak (Photo, AP).
Short Url
  • Les tempêtes de sable et de poussière touchent au total plus de 150 pays et régions, avec des impacts notamment sur l'environnement, la santé et l'économie
  • Les brumes de sables sont composées de particules pouvant pénétrer dans l'appareil respiratoire et nuire à la sphère respiratoire mais également cardiovasculaire

PARIS: Un risque de troubles surtout respiratoires qui peuvent conduire à l'hôpital, voire tuer: les tempêtes de sable, qui affectent le Moyen-Orient ces derniers jours et risquent de se multiplier avec le dérèglement climatique, ne sont pas sans danger pour la santé humaine.

En Irak, affecté par huit tempêtes de sable depuis mi-avril, au moins 4.000 personnes ont dû se rendre lundi dans des hôpitaux pour des troubles respiratoires. Le précédent épisode avait entraîné le 5 mai un décès dû à des troubles similaires, qui avaient poussé plus de 5.000 personnes à aller à l'hôpital.

Les tempêtes de sable et de poussière touchent au total plus de 150 pays et régions, avec des impacts notamment sur l'environnement, la santé, l'économie, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM). 

Des vents violents soulèvent dans l'atmosphère de grandes quantités de sable et de poussière pouvant parcourir des centaines, voire des milliers de kilomètres. "C'est un phénomène à la fois local et global, avec une intensité plus forte dans les zones d'origine", note Carlos Pérez García-Pando, expert en tempêtes de sable et de poussière au Barcelona Supercomputing Center (BsC) et à l'Icrea (l'institution catalane de recherches et d'études avancés).

Ces tempêtes proviennent surtout des régions arides ou semi-arides d'Afrique du Nord, de la péninsule arabique, d'Asie centrale et de Chine. L'Australie, le continent américain et l'Afrique du Sud sont des sources moins actives.

"Les poussières aéroportées représentent une sérieuse menace pour la santé", écrit l'OMM, institution spécialisée de l'ONU.

Les brumes de sables sont composées de particules pouvant pénétrer dans l'appareil respiratoire et nuire à la sphère respiratoire mais également cardiovasculaire.

Leur taille détermine "en grande partie l'ampleur du danger", souligne l'OMM.

Les particules fines (plutôt autour de 10 micromètres) "se déposent souvent dans le nez, la bouche et les voies respiratoires supérieures et peuvent causer des affections respiratoires (asthme, trachéite, pneumonie, rhinite allergique, silicose, etc)", poursuit l'institution. 

Irrespirable

"La gravité est cependant moindre qu'avec les particules ultrafines, issues par exemple du trafic routier, lesquelles peuvent pénétrer dans le cerveau ou le système sanguin", déclare à l'AFP Thomas Bourdrel, médecin radiologue, chercheur à l'université de Strasbourg, membre du collectif Air Santé Climat.

Si les particules de sable, faites de beaucoup d'éléments minéraux, ont "une composition moins toxique que des particules liées par exemple au chauffage au bois, au charbon, au diesel ou à des incendies de forêt ou industriels", "leur densité extrême lors des tempêtes provoque une hausse de la mortalité cardio-respiratoire assez significative, surtout chez les plus fragiles", explique-t-il.

Avec "une concentration de milliers de micromètres cubes dans l'air, c'est quasi irrespirable", abonde Carlos Perez García-Pando.

Les plus âgés, les jeunes enfants, les insuffisants respiratoires et cardiaques sont plus à risque.

Et les habitants des pays régulièrement confrontés aux tempêtes de sable ont une exposition plus chronique que, par exemple, les Européens confrontés plus rarement aux poussières venant du Sahara comme avec l'épisode marquant en mars.

En fonction des conditions météorologiques et climatiques, la poussière de sable peut rester en suspension dans l'air pendant des jours et voyager sur d'immenses distances, agrégeant parfois au passage des bactéries, des spores de pollen, des champignons et des virus.

La fréquence et l'intensité des tempêtes de sable pourraient augmenter sous l'effet du dérèglement climatique, estiment certains scientifiques.

Mais le phénomène est "plein d'incertitudes" et "complexe", avec un cocktail de facteurs (chaleur, vent, pratiques d'agriculture, etc), précise à l'AFP Carlos Perez García-Pando.

"Dans certaines zones, le changement climatique pourrait réduire les vents à l'origine des tempêtes, mais les phénomènes extrêmes pourraient perdurer voire augmenter", selon lui.

Avec la hausse des températures, il est ainsi probable que les terres dans de nombreuses régions deviennent plus arides. 

"Cette année, une importante anomalie de température a été observée dans l'est de l'Afrique, au Moyen-Orient, en Asie de l'Est, et cette sécheresse affecte la végétation, un facteur qui pourrait accroître les tempêtes de poussière", remarque le chercheur espagnol.