A Gaza, la gastronomie méconnue des Abou Hassira

«C'est moi le dernier pêcheur de la famille. J'ai tout vendu en 2013. Aujourd'hui, nous sommes dans le commerce du poisson, nous avons 13 restaurants Abou Hassira», raconte Eid Abou Hassira, cheveux blancs presque argentés, canne en bois et masque sanitaire sous le nez. (AFP)
«C'est moi le dernier pêcheur de la famille. J'ai tout vendu en 2013. Aujourd'hui, nous sommes dans le commerce du poisson, nous avons 13 restaurants Abou Hassira», raconte Eid Abou Hassira, cheveux blancs presque argentés, canne en bois et masque sanitaire sous le nez. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 24 octobre 2021

A Gaza, la gastronomie méconnue des Abou Hassira

  • Pendant des décennies, la grande famille des Abou Hassira a lancé depuis Gaza ses hordes de pêcheurs en Méditerranée
  • Aujourd'hui, les restaurants de la famille accueillent des clients palestiniens aisés mais les temps restent durs dans ce territoire où le taux de chômage avoisine les 50%

GAZA: "Vous savez où est le restaurant Abou Hassira?". "Lequel? Celui de Mounir, Abou Ali ou Moïn?". A l'ombre des guerres, la bande de Gaza regorge de restaurants de poissons, inconnus des foodies et pour la plupart tenus par une grande famille locale.


Les premiers rayons de soleil percent à peine que déjà Mounir Abou Hassira arrive au marché de poissons, au coeur du port de Gaza.


Alors que les traders s'arrachent les kilos de sardines pêchées la nuit, Mounir se tient en retrait de la criée. 


Moustache fine et regard vif, l'homme mise plutôt sur les prises de luxe comme le mérou, la dorade et surtout les grosses crevettes qui partent ce matin-là à environ 70 shekels (environ 19 euros) le kilo. Une petite fortune pour Gaza.


"Ce sont des poissons chers pour les gens de Gaza. Alors j'en achète un peu pour mon restaurant, et le reste est entreposé au froid avant de partir en Cisjordanie, via le passage israélien de Kerem Shalom", lance Mounir, accompagné par des aides qui mettent dans une camionnette les centaines de kilos de poissons achetés ce matin-là. 


Pendant des décennies, la grande famille des Abou Hassira a lancé depuis Gaza ses hordes de pêcheurs en Méditerranée. Mais, après avoir lancé un premier restaurant dans les années 70, elle a fini par quitter la mer, où les pêcheurs disent aujourd'hui gagner des misères. 


Selon les autorités israéliennes, qui imposent depuis 2007 un blocus à l'enclave, 4 200 tonnes de poissons et fruits de mer ont été pêchés sur les côtes de Gaza l'an dernier, dont 300 sont parties à l'exportation. Trois fois rien pour les anciens qui rêvent encore de "l'âge d'or" des pêches de Gaza.

Le rabbin et la mer 
"C'est moi le dernier pêcheur de la famille. J'ai tout vendu en 2013. Aujourd'hui, nous sommes dans le commerce du poisson, nous avons 13 restaurants Abou Hassira", raconte Eid Abou Hassira, cheveux blancs presque argentés, canne en bois et masque sanitaire sous le nez.


Si Mounir est le grand marchand, c'est lui, Eid, le mokhtar aux 80 ans bien sonnés, qui dirige les affaires de la famille depuis son "diwan", sa cour, et se veut le gardien de la mémoire des Abou Hassira dont la branche gazaouie est musulmane, mais la branche israélienne juive.


Abou Hassira est le nom d'un célèbre rabbin marocain, mort lors d'un voyage en Egypte au 19e siècle. D'Egypte, un de ses descendants a eu la vision "qu'il fallait aller à Gaza", raconte Eid. "Alors nous sommes venus ici, mon grand-père a choisi de vivre de la mer", ajoute-t-il, en restant évasif sur la judaïté d'une partie de la grande famille.


Le vieil homme est plus loquace lorsqu'il s'agit de revendiquer la paternité de la +zebdiyya+. Quand il était gamin, sa mère cuisinait ce tajine de fruits de mer devenu l'emblème des tables Abou Hassira, chapelet de restaurants dans les rues autour du diwan.

Sans étoile Michelin 
Qui est le meilleur chef des Abou Hassira? A poser la question aux uns et autres, Moïn est plébiscité. Formé à la cuisine française dans un restaurant de Jaffa, en Israël, le cinquantenaire a ouvert en début d'année un nouveau restaurant Abou Hassira, le Roma.


Dans une rue où les gamins jouent au foot, il rend hommage aux racines de la famille avec sa "zebdiyya" de crevettes à la tomate, son tajine de poissons au tahiné, herbes et pignons de pin et son méchoui de mérou.


"Ici, il n'y a pas d'écoles de cuisine. Tout ce que nous savons, nous l'avons appris en s'échangeant des trucs entre nous (...) Le secret de la cuisine de Gaza, c'est le piment fort", dit-il dans la cuisine de son restaurant. 


Au fil du temps, la clientèle des restaurants Abou Hassira a changé. 


"Jusqu'au début de la première Intifada (1987), nos restaurants étaient bondés, les Israéliens venaient manger ici, comme les touristes", explique-t-il, en allusion à une époque où Gaza était accessible et visitée.


Et depuis l'imposition en 2007 du blocus israélien sur cette langue de terre tenue par les islamiste du Hamas, les touristes, les foodies étrangers et les plumes acérées des guides gastronomiques n'ont plus accès à l'enclave.


Aujourd'hui, les restaurants de la famille accueillent des clients palestiniens aisés mais les temps restent durs dans ce territoire où le taux de chômage avoisine les 50%, se désole Moïn.


Plus loin, Abou Ali, un autre membre de la famille, offre une soupe de fruits de mer magnifiée de pinces de crabe et des méchouis de poissons sur charbon de bois. 


Inconnu du guide Michelin, Abou Ali s'est vu néanmoins attribuer cette année une récompense encadrée sur le mur de sa salle: une étoile de mer et un poisson dessinés par une jeune Palestinienne qui a légendé: "meilleur poisson en ville, meilleur chef de Gaza".


Boxe: le match revanche qui oppose Joshua à Usyk à Djeddah, une inspiration pour les générations futures

Le détenteur des droits du prochain match revanche de boxe dans la catégorie poids lourds, qui oppose Anthony Joshua à Oleksandr Usyk, espère que le combat sera une source d’inspiration pour les jeunes Saoudiens. (Skill Challenge Entertainment)
Le détenteur des droits du prochain match revanche de boxe dans la catégorie poids lourds, qui oppose Anthony Joshua à Oleksandr Usyk, espère que le combat sera une source d’inspiration pour les jeunes Saoudiens. (Skill Challenge Entertainment)
Short Url
  • «Le sport et le divertissement jouent un rôle central dans l’initiative Vision 2030, la stratégie qui est à l’origine de la transformation de la nation», déclare le prince Fahad ben Abdelaziz
  • Le prince félicite par ailleurs les dirigeants saoudiens pour leur soutien continu dans l’organisation d’événements majeurs dans le Royaume

LONDRES: Encourager la prochaine génération de Saoudiens à faire du sport et à devenir champions en la matière est l’un des principaux objectifs pour attirer le sport de haut niveau au sein du Royaume, selon le détenteur des droits du prochain match revanche de boxe dans la catégorie poids lourds qui oppose Anthony Joshua à Oleksandr Usyk. 

Le prince Fahad ben Abdelaziz, porte-parole de Skill Challenge Entertainment, évoque cette semaine la préparation au combat qui se déroule à Djeddah et espère que le combat léguera un certain héritage à la jeunesse saoudienne. 

Le prince félicite par ailleurs les dirigeants saoudiens pour leur soutien continu dans l’organisation d’événements majeurs à l’intérieur du Royaume. 

«Le sport et le divertissement jouent un rôle central dans l’initiative Vision 2030, la stratégie qui est à l’origine de la transformation de la nation», déclare-t-il. 

«Les dirigeants estimés du pays sont vraiment conscients des répercussions que le sport pourrait avoir sur l’amélioration de la vie des habitants et nous soutenons pleinement cette transformation. Les changements déjà mis en place ont déjà eu une incidence considérable sur les gens de notre pays.» 

«Il est évident que les Saoudiens sont enthousiastes à l’idée que certains des plus grands événements sportifs du monde se déroulent au Royaume.» 

Le prince Fahad affirme également que l’organisation du combat en Arabie saoudite s’inscrit dans le cadre d’une ambition plus large: développer la boxe dans le Royaume. 

«L’une des principales raisons d’organiser des événements comme celui-là ici dans le Royaume est d’inspirer les habitants et les générations futures au niveau local», précise-t-il. 

«Depuis le dernier combat, intitulé “Clash on the Dunes”, en 2019, nous avons assisté à une augmentation de 300% du nombre d’hommes et de femmes qui suivent des cours de boxe et le nombre de salles est passé de sept à cinquante-neuf.» 

«En organisant d’autres événements comme celui-là, y compris les premiers championnats de boxe féminine, nous souhaitons inciter plus de 500 000 personnes à pratiquer ce sport au cours des quatre prochaines années. Un exploit clé serait d’inspirer les habitants de la nation et de la région à s’adonner aux pratiques sportives et, espérons-le, à en tomber amoureux comme c’est arrivé pour tant d’autres.» 

Il poursuit en ces termes: «Parallèlement à cela, nous voulons montrer la véritable Arabie saoudite au reste du monde, les gens merveilleux, la transformation des régions, ainsi que la beauté du paysage de la mer Rouge.» 

Il déclare que l’organisation du Championnat du monde poids lourds constitue le point culminant de la transformation en cours dans le Royaume en ce moment. 

«Les changements et la transformation qui résultent de l’initiative Vision 2030 nous incitent à accueillir certains des plus grands événements sportifs mondiaux comme celui-là. C’est vraiment ce qui nous a donné, à Skill Challenge Entertainment, l’ambition d’organiser cet événement et de promouvoir l’Arabie saoudite à l’échelle mondiale.» 

Lors de la préparation du combat et des conférences de presse qui l’annoncent, le prince Fahad affirme que le fait de mettre en avant Djeddah et l’Arabie saoudite sur le plan mondial représente un moment fort. 

«Il y avait une immense fierté lors du tournage de la vidéo promotionnelle. Pour la partie principale de la vidéo, Anthony Joshua et Usyk se sont affrontés dans la partie historique de Djeddah devant trois cents habitants, ce qui a donné un aperçu de l’enthousiasme que les habitants ressentent envers l’organisation de cet événement dans le Royaume», souligne-t-il. 

«Les combattants ont profité de ce moment et se sont montrés émerveillés par l’atmosphère exceptionnelle du lieu. Tous deux disent à quel point le quartier historique de Djeddah est remarquable. C’est formidable d’être là à ce moment bien précis et nous espérons que tout le monde appréciera cet événement autant que nous avons pris du plaisir à l’organiser», renchérit-il. 

Le message qu’adresse le prince Fahad aux fans de boxe qui se rendent à Djeddah pour le combat baptisé «Rage on the Red Sea», qui se tiendra le 20 août prochain, est de «s’attendre à l’inattendu». 

Il conclut par ces mots: «Rage on the Red Sea est sur le point de devenir l’un des plus grands moments sportifs de cette année à l’échelle mondiale. Il se déroule ici même, chez nous. Je vous encourage à faire partie de l’histoire en assistant au combat. Vous passerez forcément un moment exceptionnel.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Elham Dawsari: Mes histoires sont celles de toutes les femmes saoudiennes

Les Subabat, des femmes qui servent le café lors d'événements exclusivement féminins, sont au cœur de l'œuvre la plus populaire de Dawsari. (Photo fournie)
Les Subabat, des femmes qui servent le café lors d'événements exclusivement féminins, sont au cœur de l'œuvre la plus populaire de Dawsari. (Photo fournie)
Short Url
  • Dawsari a peu à peu fait des femmes oubliées le centre de son travail
  • Au lieu de se pencher sur les problèmes de l'époque actuelle, elle a préféré mettre en valeur les histoires du passé

RIYAD: Alors que l'artiste et écrivaine saoudienne interdisciplinaire Elham Dawsari savoure un latte espagnol glacé – un doux moyen de lutter contre la chaleur extérieure –, elle se souvient de l'un de ses premiers croquis: une version plus jeune d'elle-même, assise sur le perron de sa maison, en train de regarder des garçons de son âge jouer pieds nus dans l'herbe, loin de la bienséance sociale. Elle tient un walkman à la main.

«J'ai fait ce dessin parce que je voulais non seulement répondre à des questions, mais aussi en poser moi-même certaines: qu'en est-il des espaces ? Des femmes ? Du sexe ?» s’interroge-t-elle auprès d’Arab News.

Comme elle était à la fois le sujet du croquis et l'arrière-plan des garçons qui jouaient, elle a établi une connexion intrinsèque avec l'espace qui l'entourait et la place qu'occupaient les femmes dans cet espace.

arabie saoudite
Deux personnages féminins miniatures, l'un époussetant le patio et l'autre appliquant une crème hydratante et du citron, dans le cadre de l'œuvre d'art «Nfas» de l'artiste Elham Dawsari présentée au Jax Arts Festival, à Riyad. (Photo prise par le photographe Moat Alyahya)

Dawsari a peu à peu fait des femmes oubliées le centre de son travail.

L'artiste explore la ville de Riyad dans les années 1980 et 1990, dans l’ère pré-Internet, et s'intéresse surtout aux femmes issues de classes moyennes ou défavorisées. Et notamment sur la manière dont internet a modifié leur comportement et les a façonnées dans leurs espaces environnants.

«Je pense que c'est une façon pour moi d'accepter beaucoup de choses qui se sont passées dans ma vie, y compris les histoires de femmes, parce que je me suis longtemps posé des questions pour essayer de les comprendre», explique-t-elle.


Elton John et Britney Spears unissent leurs talents pour une nouvelle chanson

Elton John a fêté ses 75 ans il y a quelques mois. (AFP).
Elton John a fêté ses 75 ans il y a quelques mois. (AFP).
Short Url
  • Les chanteurs - qui ont, à eux deux, 90 ans d'expérience dans l'industrie musicale - collaboreront pour "Hold Me Closer"
  • L'annonce intervient après des jours de spéculation sur une possible collaboration entre les deux stars

LOS ANGELES: L'icône de la pop Britney Spears et la superstar britannique Elton John vont unir leurs voix dans une nouvelle chanson, a annoncé lundi la maison de disques qui la distribuera.

Les chanteurs - qui ont, à eux deux, 90 ans d'expérience dans l'industrie musicale - collaboreront pour "Hold Me Closer", selon Interscope Records.

Si sa date de sortie reste inconnue, il s'agira du premier nouveau titre de Britney Spears depuis des années.

Son titre est inspiré des paroles de la chanson "Tiny Dancer", sortie par Elton John au début des années 1970.

L'annonce intervient après des jours de spéculation sur une possible collaboration entre les deux stars.

Britney Spears et son compagnon Sam Asghari ont récemment annoncé que la chanteuse avait fait une fausse couche.

Sa grossesse avait été rendue publique cinq mois après l'annonce dans un tribunal californien de la fin de la tutelle controversée exercée principalement par son père, Jamie Spears.

La mesure avait été décidée en 2008 en raison de troubles psychologiques de la star, qui l'a qualifiée d'"abusive" et qui, selon elle, l'empêchait de retirer son stérilet contraceptif malgré son désir d'avoir d'autres enfants.

La pop star, révélée par plusieurs tubes planétaires dont "...Baby One More Time", n'a pas donné d'interview depuis des années et apparaît rarement publiquement.

Elton John, qui a fêté ses 75 ans il y a quelques mois, est notamment connu pour son tube "Rocket Man".

Il s'est lancé en 2018 dans une tournée d'adieux aux proportions XXL. Etalée sur plusieurs années, elle prévoyait plus de 300 dates à travers le monde avant d'être perturbée par la pandémie de Covid-19.