L'ambassadeur de France en Arabie saoudite, salue la profondeur des relations entre les deux pays

Ludovic Pouille, l'ambassadeur de France en Arabie saoudite, lors d'un entretien accordée à SPA. (Photo, @SPAeconomic)
Ludovic Pouille, l'ambassadeur de France en Arabie saoudite, lors d'un entretien accordée à SPA. (Photo, @SPAeconomic)
Short Url
Publié le Mardi 26 octobre 2021

L'ambassadeur de France en Arabie saoudite, salue la profondeur des relations entre les deux pays

  • L'ambassadeur a salué le lancement de l’Initiative verte saoudienne et de l’Initiative verte au Moyen-Orient, notant que ces deux stratégies prévoyaient des efforts ambitieux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre
  • Il a souligné la nouvelle dimension prise par la relation franco-saoudienne ces dernières années, notamment après la conclusion d'un partenariat stratégique bilatéral lors de la visite du prince héritier à Paris en avril 2018

TUNIS: Dans une interview accordée à l'Agence de presse saoudienne (SPA), l'ambassadeur de France dans le Royaume, Ludovic Pouille, a salué la profondeur des relations entre la France et l’Arabie saoudite, affirmant qu'elles étaient riches, anciennes et fondées sur la confiance.

 «Les relations franco-saoudiennes se sont développées sur un consensus continu existant entre les dirigeants des deux pays. Je n’oublie pas les liens de confiance qui se sont noués entre le roi Faysal ben Abdelaziz al-Saoud et le général de Gaulle après leur rencontre du 2 juin 1967, ainsi qu'entre le roi Faysal ben Abdelaziz al-Saoud et le général de Gaulle, le roi Fahd ben Abdelaziz al-Saoud et le président François Mitterrand», a-t-il déclaré.

Il a souligné la nouvelle dimension prise par cette relation ces dernières années, notamment à la suite de la conclusion d'un partenariat stratégique bilatéral lors de la visite du prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, à Paris en avril 2018. Il a également qualifié la relation franco-saoudienne d’«excellente», et ce «dans tous les domaines couverts par Vision 2030».

Ludovic Pouille, l'ambassadeur de France en Arabie saoudite, lors d'un entretien accordée à SPA. (Photo, @SPAeconomic)
Ludovic Pouille, l'ambassadeur de France en Arabie saoudite, lors d'un entretien accordée à SPA. (Photo, @SPAeconomic)

Évoquant le forum Future Investment Initiative (FII), Ludovic Pouille a noté que la dimension internationale de cet événement a contribué à ouvrir la voie au Royaume pour promouvoir son économie devant un large public d'investisseurs internationaux, en vue de réaliser les objectifs de la Vision 2030.

Il a indiqué que la représentation française à la cinquième édition de forum Future Investment Initiative (FII) sera d’«un niveau élevé». «Cette semaine constitue une opportunité riche en activités», a-t-il précisé, expliquant que «les dirigeants de grandes entreprises françaises ont répondu à l'invitation».

Dans son interview à SPA, l'ambassadeur de France a salué le lancement par le prince héritier de l’Initiative verte saoudienne et de l’Initiative verte au Moyen-Orient, notant que ces deux stratégies prévoyaient des efforts ambitieux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, protéger la biodiversité et développer des sources alternatives d'énergie, notamment renouvelables et nucléaires, ainsi que l’hydrogène. Il a félicité le Royaume qui aspire à atteindre 50 % d'énergies renouvelables dans le mix énergétique d'ici à 2030, afin de devenir un pays neutre en carbone d'ici à 2060.

M. Pouille a également souligné le soutien de la France à l’Arabie saoudite pour développer les énergies bas carbone. Sur ce point, il a souligné qu'il existait de nombreuses entreprises françaises travaillant sur des projets importants dans le domaine des énergies renouvelables dans le Royaume, comme EDF Renewable Energy, en tête d'un consortium travaillant au développement d'un parc éolien à Dumat al-Jandal. Il a ajouté que de nombreuses autres entreprises françaises étaient prêtes à accompagner la transformation énergétique du pays.

Il a souligné que les ambitions stratégiques de la France s'inscrivaient pleinement dans celles du Royaume, et que le volet environnemental était un élément central pour assurer un développement durable des économies des deux États.

S’agissant des relations économiques et commerciales, l'ambassadeur a assuré que les deux pays entretenaient des relations économiques solides, avec un vrai potentiel pour renforcer cette coopération, notant que la France a conservé 3,5% du total des importations saoudiennes pendant dix ans, et demeurait le septième fournisseur du Royaume. Le total des investissements directs français (IDE) dans le pays s’est élevé à 5 milliards de dollars (soit 4,3 milliards d’euros), avec environ 120 entreprises françaises présentes.

M. Pouille a exprimé sa joie d'être nommé ambassadeur dans le Royaume, affirmant qu’il avait visité plusieurs villes et gouvernorats saoudiens, constatant l’importance du patrimoine saoudien, que ce soit à Diriyah et Dammam, Djeddah et Abha, Taïf, ou AlUla. Il a dit son admiration pour la richesse culturelle de l’Arabie saoudite et de son peuple. «Il existe une grande diversité dans le pays, l'accueil est chaleureux, les Saoudiens portent un message de fraternité, où que l’on se trouve dans le Royaume», a-t-il ajouté.

Ludovic Pouille, l'ambassadeur de France en Arabie saoudite. (Photo, @SPAeconomic)
Ludovic Pouille, l'ambassadeur de France en Arabie saoudite. (Photo, @SPAeconomic)

«J'ai été impressionné par la vitalité existant dans chaque parcelle de la société saoudienne, en particulier parmi les jeunes hommes et femmes qui travaillent dur pour le Royaume de demain», a-t-il encore affirmé. «Nous ne pouvons vraiment l'apprécier à sa juste valeur que si nous le vivons nous-mêmes, et je suis très heureux de parler de cette expérience intéressante que je vis ici, partout où je vais, et de l'intérêt et de l'amour des Saoudiens pour la France.»

(Avec SPA)


Le Premier ministre espagnol se réunit à Madrid avec le Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza. (agence de presse saoudienne)
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza. (agence de presse saoudienne)
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza. (agence de presse saoudienne)
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza. (agence de presse saoudienne)
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza. (agence de presse saoudienne)
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza. (agence de presse saoudienne)
Short Url
  • Les membres du comité ont salué la décision de l’Espagne de reconnaître l’État de Palestine
  • Ils se sont engagés à continuer de faire pression pour garantir les droits des Palestiniens et promouvoir la paix dans la région et dans le monde à une époque d’extrémisme et de violence

RIYAD: Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza, dirigé par le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rapporte l’agence de presse saoudienne.

Les ministres des Affaires étrangères du Qatar, de la Palestine, de la Jordanie et de la Turquie ainsi que le secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) ont participé à la réunion, destinée à discuter de l’évolution de la situation dans la bande de Gaza assiégée.

Les membres du comité ont salué la décision de l’Espagne de reconnaître l’État de Palestine et se sont engagés à continuer de faire pression pour garantir les droits des Palestiniens et promouvoir la paix dans la région et dans le monde à une époque d’extrémisme, de violence et de violations du droit international, indique le rapport.

Plus de cent quarante pays reconnaissent désormais l’État palestinien, après que l’Espagne, la Norvège et l’Irlande ont entrepris cette démarche diplomatique mardi.

La réunion a porté sur les efforts visant à mettre fin à l’agression israélienne dans la bande de Gaza et la ville de Rafah, de l’importance d’un cessez-le-feu immédiat et de l’acheminement d’une aide humanitaire durable.

Elle a également appelé à mettre fin aux actions israéliennes illégitimes en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, afin de parvenir à une paix globale, de protéger les droits des Palestiniens et de garantir la sécurité à l’échelle régionale.

La réunion a passé en revue les efforts du comité pour soutenir la création d’un État palestinien et prendre les mesures nécessaires en vue de mettre en œuvre la solution à deux États, conformément à l’Initiative de paix arabe et à d’autres propositions internationales.

Le comité a insisté sur l’importance pour la communauté internationale de prendre des mesures urgentes pour reconnaître la Palestine afin de préserver les droits de son peuple et d’assurer la sécurité dans la région.

Le prince Faisal a remercié l’Espagne et il a déclaré que sa décision avait donné «de l’espoir dans une période très sombre».

«Nous sommes ici pour remercier l’Espagne, la Norvège, l’Irlande et la Slovénie d’avoir pris la bonne décision au bon moment, d’être du bon côté de l’Histoire et du côté de la justice en ces moments si obscurs au regard de la catastrophe humaine continue à Gaza», déclare-t-il.

«C’est le bon moment pour redonner une lueur d’espoir à la solution à deux États, à la paix et à la coexistence. Pour cela, nous vous remercions en espérant que d’autres pays suivront, car la seule voie à suivre est celle de la paix. Or le chemin vers la paix passe par une solution à deux États, par un État de Palestine qui vit en paix et en harmonie avec tous ses voisins, y compris Israël.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’armée libanaise attaquée par les mitrailleuses israéliennes

Mercredi, un site de l’armée libanaise, situé à la périphérie de la ville frontalière d’Alma el-Chaab, a été la cible de tirs de mitrailleuses de l’armée israélienne. Personne n'a été blessé lors de l’incident. (Reuters)
Mercredi, un site de l’armée libanaise, situé à la périphérie de la ville frontalière d’Alma el-Chaab, a été la cible de tirs de mitrailleuses de l’armée israélienne. Personne n'a été blessé lors de l’incident. (Reuters)
Short Url
  • L’artillerie israélienne a également visé la périphérie de Mays el-Jabal, Wazzani, Jebbayn, Chihine et Kfar Kila
  • Le porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee, a déclaré que les défenses aériennes avaient intercepté un «objet aérien suspect» dans la région de Ras Naqoura sans activer aucune sirène

BEYROUTH: Un site de l’armée libanaise situé à la périphérie de la ville frontalière d’Alma el-Chaab a été la cible, mercredi, de tirs de mitrailleuses de l’armée israélienne. Personne n’a été blessé lors de l'incident.

L’artillerie israélienne a également visé la périphérie de Mays el-Jabal, Wazzani, Jebbayn, Chihine et Kfar Kila.

Dans un communiqué publié par le Hezbollah, ce dernier aurait à son tour pris pour cible «le matériel d’espionnage nouvellement installé sur le site d’Al-Raheb, le frappant de plein fouet et le détruisant».

Le porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee, a déclaré que les défenses aériennes avaient intercepté un «objet aérien suspect» dans la région de Ras Naqoura sans activer aucune sirène.

«Des avions de chasse ont attaqué un bâtiment militaire abritant des membres du Hezbollah dans la région de Naqoura. Les avions ont également attaqué des bâtiments du Hezbollah à Ramyah et Al-Tiri, dans le sud du Liban», ajoute-t-il. Un raid sur la ville de Naqoura a occasionné plusieurs blessures légères.

Le chef de la Force intérimaire des nations unies au Liban-Sud (Finul), le général Aroldo Lazaro, a exhorté toutes les parties à cesser le feu, à réaffirmer leur engagement envers la résolution 1 701 et à commencer à travailler en vue d’une solution politique et diplomatique, qui, selon lui, est le seul moyen de résoudre la situation.

La situation sécuritaire dans la région a empêché la Finul d’organiser des célébrations pour marquer la Journée internationale des soldats de la paix des nations unies.

Dans un communiqué, le général Lazaro déclare: «Les morts et les destructions que nous avons vues des deux côtés de la Ligne bleue sont déchirantes. Trop de vies ont été perdues et perturbées. Des milliers de personnes sont toujours déplacées et ont perdu leur maison et leurs moyens de subsistance. En tant que soldats de la paix, nous réaffirmons chaque jour notre engagement à œuvrer pour restaurer la stabilité.»

Des soldats de la paix en provenance de quarante-neuf pays sont actuellement dans le sud et ils rendent régulièrement des comptes au Conseil de sécurité.

Hier, Jean-Yves Le Drian, envoyé spécial du président français au Liban, a rencontré le chef du bloc parlementaire de la Loyauté à la résistance du Hezbollah, le député Mohammad Raad, dans son bureau à Beyrouth.

Il est arrivé mardi soir pour sa sixième mission, en vue de discuter de l’évolution de la situation dans le pays avec des responsables libanais.

M. Le Drian a rencontré plusieurs dirigeants, dont le Premier ministre par intérim, Najib Mikati, et le président du Parlement, Nabih Berri, ainsi que d’autres chefs de partis chrétiens d’opposition et du bloc de la Modération nationale composé en majorité de députés sunnites.

Selon les informations divulguées, le responsable français a insisté sur la nécessité d’une concertation entre les puissances libanaises pour nommer un président.

Jean-Yves Le Drian prévient: «La particularité politique du Liban disparaîtra si la crise et le vide présidentiel persistent. Le Liban ne pourra conserver que sa particularité géographique.»

M. Berri a assuré à M. Le Drian qu’il «répondrait à l’appel à des consultations inconditionnelles centrées sur l’élection présidentielle et s’adresserait au Parlement pour procéder à des tours de scrutin successifs avec une liste de candidats jusqu’à ce qu’un nouveau président de la république soit élu».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le président égyptien Sissi appelle à empêcher tout déplacement de Gazaouis «  par la force »

Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne". (AFP).
Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne". (AFP).
Short Url
  • "J'appelle la communauté internationale à fournir immédiatement une aide humanitaire à long terme à la bande de Gaza, à mettre fin au siège israélien et à cesser toute tentative de contraindre les Palestiniens à quitter leur terre par la force"
  • Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne"

PEKIN: Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé jeudi la communauté internationale à empêcher tout déplacement de Gazaouis "par la force", lors d'un forum Chine-pays arabes à Pékin.

"J'appelle la communauté internationale à fournir immédiatement une aide humanitaire à long terme à la bande de Gaza, à mettre fin au siège israélien et à cesser toute tentative de contraindre les Palestiniens à quitter leur terre par la force", a déclaré le chef de l'Etat égyptien dans un discours.

L'armée israélienne a annoncé avoir pris le contrôle "ces derniers jours" du couloir de Philadelphie, une zone tampon stratégique de 14 kilomètres de long qui borde la frontière égyptienne le long du sud de la bande de Gaza, près de Rafah.

Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne".

Il a appelé à un "engagement sérieux et immédiat envers une solution à deux Etats et la reconnaissance du droit légitime des Palestiniens à un Etat indépendant".

L'attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien Hamas, le 7 octobre en Israël, a entraîné la mort de plus de 1.189 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte réalisé par l'AFP à partir des derniers chiffres officiels disponibles.

Sur les 252 personnes emmenées comme otages pendant l'attaque, 121 sont toujours détenues à Gaza, dont 37 sont mortes selon l'armée.

En représailles, Israël a juré d'anéantir le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne, et a lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 36.171 morts dans la bande de Gaza, selon le ministère de la Santé de l'administration du Hamas.

La guerre a déplacé la majorité des quelque 2,4 millions d'habitants de Gaza et provoqué une catastrophe humanitaire majeure.