Tahar Lazrak alias Oualas: «J’ai été piqué par le virus du théâtre»

Nouvelle aventure pour Tahar Lazrak alias Oualas. Il y a moins d’un mois le plus Ivoirien des Marocains inaugurait son propre Comedy Club à Abidjan. Un lieu qui, depuis, affiche complet tous les soirs et fait la fierté de l’humoriste originaire de Casablanca. (Photo, fournie)
Nouvelle aventure pour Tahar Lazrak alias Oualas. Il y a moins d’un mois le plus Ivoirien des Marocains inaugurait son propre Comedy Club à Abidjan. Un lieu qui, depuis, affiche complet tous les soirs et fait la fierté de l’humoriste originaire de Casablanca. (Photo, fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 18 novembre 2021

Tahar Lazrak alias Oualas: «J’ai été piqué par le virus du théâtre»

  • Dans son Music All Comedy, où il s’est lui-même produit, il fait le pari d’accueillir des artistes en tout genre
  • «Le festival Afrique du rire est né d’une frustration. Je trouvais qu’on ne mettait pas assez en lumière les artistes africains dans de nombreux festivals»

CASABLANCA: Nouvelle aventure pour Tahar Lazrak alias Oualas. Il y a moins d’un mois le plus Ivoirien des Marocains inaugurait son propre Comedy Club à Abidjan. Un lieu qui, depuis, affiche complet tous les soirs et fait la fierté de l’humoriste originaire de Casablanca.

Music All Comedy

Oualas en rêvait depuis longtemps. Dans son Music All Comedy, où il s’est lui-même produit, il fait le pari d’accueillir des artistes en tout genre. L’humoriste franco-tunisienne Samia Orosemane a d’ailleurs fait le déplacement depuis Paris, pour y jouer son dernier spectacle, Je suis une bouffonne.

Hormis l’humour, dans ce nouvel espace culturel, Tahar Lazrak compte bien rendre hommage à l’art, en général.

(Photo, fournie)

«On va mettre en place des spectacles de danse, du slam, du jazz, de la musique classique... On va monter un vrai show pour Noël. J’espère aussi pouvoir proposer un artiste international par mois.»

La programmation s’annonce d’ores et déjà riche et variée. Le mois prochain, c’est le comédien franco-algérien Ahmed Sparrow qui est attendu à Abidjan pour jouer son one-man-show.

Pour relever ce défi de taille, Oualas n’est pas seul. Il est épaulé par son associé et grand ami, Abass Zein. Le metteur en scène libanais n’est autre que celui qui lui a ouvert les portes de l’univers théâtral, quelques années plus tôt. Depuis, les deux hommes sont inséparables.

Une graine de comédien

Depuis toujours, Tahar a l’humour dans le sang. Durant des années, il suit de près la carrière ses compatriotes Gad Elmaleh et Jamel Debbouze. Mais c’est en 2007 que le jeune homme a le déclic.

«Après le travail, je rentrais à la maison et je téléchargeais l’émission Jamel Comedy Club. Je ne dormais pas avant d’avoir regardé tous les sketchs. Je m’en suis inspiré, j’ai commencé à écrire et me filmer, j’utilisais un fond vert que j’habillais aves des images de scène et je rajoutais des rires et des applaudissements», se remémore-t-il.

(Photo, fournie)

 

Ces vidéos, gravées sur CD et distribuées un peu partout, tomberont entre les mains d’un certain Hamouda Attieh. Un ami de la famille de Oualas, qui lui présentera Abass Zein.

«C’était le 20 octobre 2007. Abass mettait en scène sa pièce Chawarma Story. Hamouda lui a demandé de m’auditionner et Abass lui a répondu qu’à dix jours de la première, ce n’était pas possible. Il nous a quand même proposé d’assister aux répétitions. J’étais subjugué, j’avais des étoiles plein les yeux, et ça, Abass l’avait vu lui aussi. Alors, pendant la pause il m’a demandé de monter sur scène et de jouer. Je l’ai fait, mais personne n’a rigolé. Quand Je lui ai demandé ce qu’il en pensait, il m’a répondu: “C’était nul” (rires). Je me suis pris une grosse claque. Il m’a donné quarante-huit heures pour retravailler le sketch.»

Deux jours plus tard, lorsque Tahar rejoue son sketch, Abass est conquis. Il lui offre alors la possibilité de faire la première partie de sa pièce. Ce seront les débuts de Oualas sur scène.

«Quand j’ai commencé à faire rire les gens, ça m’a donné confiance en moi; c’est là que j’ai été piqué par le virus du théâtre.» 

Si par la suite, le Marocain se donnera corps et âme pour tenter de percer dans ce milieu, le contexte politique instable en Côte d’Ivoire ne va pas lui faciliter la tâche.

D’ailleurs, le natif de Casablanca, arrivé dans son pays d’adoption quelques jours seulement après sa naissance, vit, depuis tout petit, entre ce qu’il appelle «ses terres père et mère».

Tahar passe ainsi les premières années de sa vie entre Casablanca et Bouaké, ville du centre de la Côte d’Ivoire. Mais après deux coups d’État, en 1999 et 2002, et plusieurs guerres civiles, sa famille décide de partir pour reconstruire sa vie à Abidjan.

À la fin de ses études, il travaille aux côtés de son père, dans le commerce familial, avant d’embrasser une carrière dans l’hôtellerie, sans jamais délaisser sa passion. Il crée ainsi l’Abidjan Comedy Club. Le projet permettra à de nombreux jeunes de se faire un nom dans l’humour. 

Sauf qu’au fil du temps, concilier les deux devient difficile pour l’artiste. Il fait son choix: ce sera la comédie.

L’Afrique du rire

En 2013, Oualas fait sa première scène marocaine, à Rabat, lors du festival de musique Mawazine. En première partie de l’artiste américain George Benson, le jeune humoriste fait un carton. Un exploit qu’il réitérera quelques jours plus tard devant le public du Marrakech du rire.

Très plébiscité en Afrique, l’humoriste enchaîne les shows télévisés, notamment dans le célèbre Parlement du rire et remplit rapidement les salles de spectacle, au Maroc et dans le reste du continent, avec son premier one-man-show Dans la tête de Oualas.

Le comédien va également conquérir le public européen en jouant sur les scènes du Montreux Comedy Festival, du Tarmac Festival, ainsi qu’en France.

(Photo, fournie)

Autant d’expériences qui lui donneront envie de lancer son propre festival d’humour. Un défi relevé avec brio, en 2017.

Dès ses débuts, l’événement baptisé «Afrique du rire», est un succès. Lors des trois premières éditions, organisées au Maroc et à travers l’Afrique, plusieurs milliers de spectateurs répondent présent, tout comme les humoristes aux racines africaines, venus des quatre coins du monde; à l’instar de Rachid Badouri, Samia Orosemane, Michel Gohou, Redouane Bougheraba, Ahmed Sparrow, Kev Adams, Wahid Bouzidi, Patson, Tatiana Rojo…

«Le festival est né d’une frustration. Je trouvais qu’on ne mettait pas assez en lumière les artistes africains dans de nombreux festivals, j’ai donc compris que c’était à nous de le faire. Nous aussi on sait faire des choses et on l’a prouvé avec l’Afrique du rire», fustige l’organisateur du festival itinérant.

Si l’événement, coproduit par Abass Zein et Reda el-Bradi, a été mis en pause pour cause de pandémie, Oualas espère, dès que possible, reprendre les rênes de son festival, pour une quatrième édition.

En attendant, c’est en Côte d’Ivoire, où la situation sanitaire semble sous contrôle, qu’il poursuit ses projets. Le comédien est à l’affiche de Gaou Story. Une pièce écrite par Abass Zein, inspirée du film Le Dîner de cons.

En parallèle, l’humoriste joue également les dernières dates de son premier one-man-show, avant de dévoiler au public son nouveau spectacle, Oualas déconfiné.


Mort de Thierry Mugler, grand couturier de la pop-culture

Le créateur français Thierry Mugler est décédé dimanche à 73 ans de "mort naturelle" (Photo, AFP).
Le créateur français Thierry Mugler est décédé dimanche à 73 ans de "mort naturelle" (Photo, AFP).
Short Url
  • La mort du grand couturier, qui se faisait désormais appeler Manfred Thierry Mugler, est survenue de façon inattendue dimanche après-midi
  • Metteur-en-scène dans l'âme, il avait marqué les esprits en devenant pionnier, dès les années 1970, des défilés à grand spectacle

PARIS: Le créateur français Thierry Mugler, qui avait régné sur la mode des années 1980 et continuait de ravir des stars internationales avec ses tenues spectaculaires aux silhouettes marquées, est décédé dimanche à 73 ans de "mort naturelle", a annoncé son attaché de presse à l'AFP.

"Nous avons l’immense tristesse de vous faire part du décès de Monsieur Manfred Thierry Mugler survenu dimanche 23 janvier 2022", est-il également écrit dans un communiqué publié sur le compte Facebook officiel du créateur. "Que son âme repose en paix."

Selon son attaché de presse Jean-Baptiste Rougeot, la mort du grand couturier, qui se faisait désormais appeler Manfred Thierry Mugler, est survenue de façon inattendue dimanche après-midi. Il avait encore des projets et devait annoncer de nouvelles collaborations en début de semaine, a-t-il indiqué.

Les premiers hommages sont arrivés dans la nuit des Etats-Unis. "Vous avez changé notre perception de la beauté. (...) Votre héritage est quelque chose que je porte avec moi dans tout ce que je fais", a écrit sur Instagram le directeur artistique de Mugler, l'Américain Casey Cadwallader.

La chanteuse Diana Ross a partagé sur Twitter une photo avec le créateur français lors d'un de ses défilés à Paris en 1990, avec ces mots: "Vous allez me manquer, Thierry Mugler, c'était un moment merveilleux dans nos vies".

"Repose en paix, Thierry Mugler", a écrit la chanteuse Beyonce sur son site, sur une photo en noir et blanc d'un Thierry Mugler souriant.

Né à Strasbourg en décembre 1948, Thierry Mugler était arrivé à Paris à 20 ans puis avait crée sa propre griffe "Café de Paris" en 1973, avant un an plus tard de fonder la société "Thierry Mugler".

Ses silhouettes structurées et sophistiquées s'étaient rapidement imposées. La "femme Mugler", aux épaule accentuées, décolletés plongeants et tailles corsetées, a fait le tour du monde, de Jerry Hall à Kim Kardashian. 

Metteur-en-scène dans l'âme, il avait marqué les esprits en devenant pionnier, dès les années 1970, des défilés à grand spectacle.

Il s'était plus tard lancé dans la création de parfums, son premier modèle féminin "Angel" lancé en 1992 connaissant un très grand succès, jusqu'à disputer la première place des ventes au mythique N°5 de Chanel.

Ses collections mode avait aussi marqué le monde politique, comme lorsqu'en 1985, le ministre français de la Culture Jack Lang fut sifflé à l'Assemblée nationale à cause de son costume col Mao signé Mugler, porté sans cravate. 

Se détacher de la haute couture

Thierry Mugler s'était retiré de la mode en 2002, mais les icônes de la pop culture d'aujourd'hui comme Lady Gaga, Beyoncé, Cardi B ou Kim Kardashian arborent encore ses tenues d'archives pour les grandes occasions.

Ainsi en septembre 2021, pour l'inauguration de l'exposition "Thierry Mugler, Couturissime" au Musée des arts décoratifs à Paris, la rappeuse américaine Cardi B avait posé à ses côtés vêtue d'une spectaculaire robe à paillettes rouge, surmonté de plumes.

"Mugler voulait se détacher de la haute couture qui correspondait à une élite, et montrer que les jeunes pouvaient aussi porter de la haute couture et que cela pouvait être autre chose qu'une robe pour aller à une soirée chic", avait à l'époque déclaré à l'AFP Thierry-Maxime Loriot, commissaire de l'exposition, produite à l'origine par le Musée des beaux-arts de Montréal.

Parmi les dernières photos sur son compte Facebook, on pouvait voir Kim Kardashian, en tenue et chapeau de cow-bow métallisés, conçue pour elle pour Halloween par le créateur.

En 2013 et 2014, le couturier avait voulu "bousculer" l'art de la revue en lançant les "Mugler Follies" dans un théâtre parisien, transformé en cabaret.

Danseuses singulières de la filiforme au modèle Botero, ventriloques, cantatrice, chanteuse de fado, acrobates, numéros de force inédits : cela faisait "longtemps" qu'il voulait monter une revue, "un art libre, de joie de vivre et d’échange, sans message, où tout est possible", avait-il à l'époque confié à l'AFP.

"La mode ne me manque pas vraiment", expliquait-il alors.

"Je fais beaucoup plus maintenant: de l’architecture, du design, monter une revue, mettre en scène… Quand j’étais couturier, c’était une mise en scène journalière proposée à des clientes. Maintenant, c’est une narration, une histoire, des shows, des films...".


Spider-Man déloge «Scream» de la tête du box-office nord-américain

Dans cette photo d'archive prise le 26 juin 2019, un Spider-Man gonflable géant est affiché sur le tapis rouge de la première mondiale de «Spider-Man: Far From Home» au théâtre chinois TCL à Hollywood. (Photo, AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 26 juin 2019, un Spider-Man gonflable géant est affiché sur le tapis rouge de la première mondiale de «Spider-Man: Far From Home» au théâtre chinois TCL à Hollywood. (Photo, AFP)
Short Url
  • Six semaines après sa sortie, le film produit par Sony continue d'apporter une bouffée d'oxygène à une industrie du cinéma mise à genoux par la pandémie,
  • La nouvelle version de la saga «Scream», cinquième du nom, arrive en deuxième position

WASHINGTON : "Spider-Man: No Way Home", dernier épisode en date des aventures de l'homme-araignée, a repris la tête du box-office nord-américain en engrangeant encore 14,1 millions de dollars sur le week-end, selon les chiffres provisoires publiés dimanche par Exhibitor Relations, cabinet spécialisé dans l'industrie cinématographique.

Le film, premier de l'ère Covid à avoir récolté plus d'un milliard de dollars en Amérique du Nord et à l'international depuis sa sortie, a ainsi délogé le film d'horreur "Scream" qui l'avait brièvement détrôné le week-end dernier. 

Six semaines après sa sortie, le film produit par Sony continue d'apporter une bouffée d'oxygène à une industrie du cinéma mise à genoux par la pandémie, avec des recettes mondiales de 1,69 milliard de dollars.

La nouvelle version de la saga "Scream", cinquième du nom, arrive en deuxième position. Le film d'horreur des studios Paramount a engrangé 12,4 millions de dollars dans les cinémas américains et canadiens de vendredi à dimanche.

Troisième sur le podium, le film d'animation des studios Universal "Tous en Scène 2" a glané 5,7 millions ce week-end (10 millions attendus sur quatre jours).

Autre produit Universal, le nouveau drame romantique chrétien "Redeeming Love" arrive en quatrième position avec des recettes de 3,7 millions de dollars. Cette parabole sur le péché et la rédemption qui se situe en Californie pendant la Ruée vers l'or a eu plus de succès d'audience, notamment dans le Sud conservateur des Etats-Unis, qu'auprès des critiques.

"The King's Man", préquel des films d'espionnage "Kingsman", avec les acteurs Ralph Fiennes, Gemma Arterton et Rhys Ifans, conserve sa cinquième place avec 1,8 million de dollars.

 

Voici le reste du top 10:

 

6 - "355" (1,6 million de dollars)

7 - "American Underdog" (1,2 million)

8 - "The King's Daughter" (750 000 dollars)

9 - "West Side Story" (698 000)

10 - "Licorice Pizza" (683 000)


L'Inde dévoile un hologramme en hommage à un héros de la lutte d'indépendance

Cette photographie prise le 23 janvier 2022 et publiée par le Bureau d'information de la presse indienne (PIB) montre un hologramme de la statue du leader nationaliste indien Subhas Chandra Bose.(AFP)
Cette photographie prise le 23 janvier 2022 et publiée par le Bureau d'information de la presse indienne (PIB) montre un hologramme de la statue du leader nationaliste indien Subhas Chandra Bose.(AFP)
Short Url
  • L'hologramme a été installé près de la Porte de l'Inde, un monument aux morts de New Delhi conçu par les autorités coloniales, pour marquer le 125e anniversaire de la naissance de Bose, le 23 janvier 1897
  • Contemporain du Mahatma Gandhi, Subhas Chandra Bose avait, lui, opté pour la résistance armée, ne jugeant pas la résistance pacifique suffisante

NEW DELHI : Un monument holographique a été illuminé dimanche à New Delhi en hommage à l'une des figures de proue de la lutte pour l'indépendance de l'Inde, qui s'allia avec l'Axe contre le colonisateur britannique durant la deuxième guerre mondiale.

Contemporain du Mahatma Gandhi, Subhas Chandra Bose avait, lui, opté pour la résistance armée, ne jugeant pas la résistance pacifique suffisante, et il se rapprocha de l'Allemagne nazie et de l'Empire du Japon au nom de son anti-colonialisme.

Il reste largement vénéré dans son pays. En présidant la cérémonie dimanche, le Premier ministre Narendra Modi a ainsi salué un "grand héros de l'indépendance de l'Inde".

L'hologramme a été installé près de la Porte de l'Inde, un monument aux morts de New Delhi conçu par les autorités coloniales, pour marquer le 125e anniversaire de la naissance de Bose, le 23 janvier 1897. Il restera allumé jusqu'à l'érection d'une statue.

Maintes fois emprisonné par les Britanniques, Bose déjoua leur surveillance en 1941 pour se rendre en Allemagne, partit au Japon en 1943, se rallia le soutien d'Indiens expatriés en Asie du sud-est pour fonder une armée nationale indienne rebelle...

Il est mort dans un accident d'avion qui s'écrasa à Taiwan en 1945, est-il généralement estimé. Mais bon nombre d'Indiens ont refusé ce décès et des théories ont fleuri, allant d'une disparition volontaire à la fin de la guerre pour ne pas être jugé par les Britanniques, à une capture par l'Union soviétique et sa détention dans un goulag.