«Juifs d’Orient» revient sur la présence millénaire des Juifs dans les pays du Maghreb

Mosaïque juive avec arbre du paradis, synagogue romaine de Naro (Hammam Lif, Tunisie), VIè siècle du Brooklyn Museum de New York. (Photo, Hakima Bedouani)
Mosaïque juive avec arbre du paradis, synagogue romaine de Naro (Hammam Lif, Tunisie), VIè siècle du Brooklyn Museum de New York. (Photo, Hakima Bedouani)
Short Url
Publié le Vendredi 26 novembre 2021

«Juifs d’Orient» revient sur la présence millénaire des Juifs dans les pays du Maghreb

  • L’exposition se déploie sur 1 100 mètres carrés et constitue un événement culturel de portée internationale
  • Pour le commissaire général de l’exposition, il est nécessaire de sauvegarder ce patrimoine et d’assurer sa transmission aux générations futures

PARIS: L’exposition organisée par l’Institut du monde arabe (IMA) et inaugurée en présence du président de république, Emmanuel Macron, accueillera le public à partir du 24 novembre. 

Intitulée «Juifs d’Orient, une histoire plurimillénaire», elle se déploie sur 1 100 mètres carrés et constitue un événement culturel de portée internationale; il s’agit d’évoquer l’histoire plurimillénaire de la présence des Juifs dans les pays arabes, représentée par deux cent huit éléments: vestiges archéologiques, objets liturgiques, bijoux, costumes et manuscrits anciens, peintures, photographies, musiques, installations audiovisuelles… Issus de collections internationales (France, États-Unis, Espagne, Royaume-Uni, Belgique, Brésil et Maroc), ils attestent de cette cohabitation ancestrale entre les communauté juives et musulmanes.

L’exposition permet en outre aux visiteurs de découvrir l’histoire de cette cohabitation, jalonnée par des périodes de riches créations artistiques et intellectuelles ainsi que par des périodes de violence sporadique.

Benjamin Stora, professeur des universités, historien spécialiste du Maghreb et commissaire général de l’exposition, est originaire de Constantine, en Algérie. Il rappelle que les Juifs étaient présents en Afrique du Nord avant l’arrivée du christianisme et que la langue arabe s’est imposée dans la communauté juive à partir du IXe siècle.

«La communauté juive, au Maghreb, ne parlait plus qu’en arabe, sauf dans certaines régions, où l’on parlait berbère ou latino, un mélange d’espagnol, d’hébreu et d’arabe», nous fait-il savoir, précisant qu’il existait une sorte d’interpénétration de ces trois langues, qui reflétait la cohabitation des deux communautés. Benjamin Stora cite, par exemple, la présence des rabbins expatriés d’Andalousie qui se sont installés à Tlemcen, à Constantine ainsi que dans les autres villes des pays du Maghreb.

Une empreinte indéniable

Pour l’historien, les Juifs ont laissé une empreinte indéniable dans le patrimoine culturel dans l’autre rive de la Méditerranée, notamment en ce qui concerne l’artisanat. «Les membres de ma famille, originaires de Constantine, étaient bijoutiers et fabriquaient des objets en forme de serpents que les femmes portaient lors des fêtes et des mariages», indique-t-il.

Le commissaire général de l’exposition évoque également les affrontements politiques et/ou religieux entre les deux communautés. «La période du colonialisme français et le décret Crémieux de 1870 a marqué la séparation entre les deux indigènes, musulman et juif», explique-t-il. Il ajoute que, avec l’éclatement de la guerre d’indépendance, les Juifs, qui étaient devenus français depuis quatre générations, se sont positionnés aux côtés de la France. La rupture entre musulmans et juifs est alors consommée.

«Préservation de la mémoire»

Benjamin Stora, qui travaille depuis plus de quarante ans sur l’histoire du Maghreb contemporain, a abordé la thématique de la préservation de la mémoire ancienne. «On ne peut pas réduire cette question essentielle aux affrontements sur la question palestinienne, la colonisation ou le départ des Juifs. Il est aussi question de la préservation de la mémoire, qui ne peut attendre le règlement de toutes les questions politiques», déclare-t-il.

Denis Charbit, professeur en sciences politiques à l’Université ouverte d’Israël, membre du conseil scientifique de l’exposition, est en charge de la liaison entre l’IMA, le Musée d’Israël et l’Institut Yad Yitzhak Ben-Zvi. Il estime que cette exposition contribue à la lutte contre l’ignorance. Ce spécialiste de l’histoire juive du XXe siècle rappelle que la présence juive aux côtés des populations arabe et berbère remonte à mille cinq cents ans, voire à deux mille ans.

Néanmoins, il affirme qu’il était nécessaire d’intégrer à l’exposition la rupture et l’exil des Juifs des pays arabes. Si les relations n’ont pas toujours été apaisées, il ne s’agit pas non plus d’un livre noir, explique-t-il.

Interrogé par Arab News en français sur les raisons de cette rupture, Denis Charbit explique que le nationalisme arabe ne s’est pas montré suffisamment intégrateur. «On considérait que les populations juives, qui étaient aussi autochtones, arabes et non musulmanes, ne faisaient pas partie des nations algérienne, tunisienne, irakienne ou yéménite.»

Dans le même temps, Denis Charbit rappelle que, pendant cette période, la naissance du sionisme et la création de l’État d’Israël se sont présentées aux Juifs comme la possibilité d’un départ définitif. D’autres, qui ont bénéficié du projet culturel et linguistique de l’Alliance israélite universelle à Bagdad, au Maroc, en Tunisie, au Liban ou dans d’autres contrées du bassin méditerranéen, se sont exilés en France.

Pour le commissaire général de l’exposition, il est nécessaire de sauvegarder ce patrimoine et d’assurer sa transmission aux générations futures. Il estime en effet qu’«il ne s’agit pas d’une seule histoire, d’une seule religion, d’une seule culture, mais d’une pluralité d’interventions, de cultures, de civilisations de langues, ainsi que d’une circulation de populations».

«Des passerelles»

Est-ce la fin de l’histoire des Juifs dans le monde arabe? Denis Charbit n’en est pas convaincu. «En Israël, les Juifs possèdent une histoire avec les Palestiniens, même si elle s’écrit dans la tension et dans le sang; des passerelles et des points communs existent», nous confie-t-il. Les Juifs orientaux d’Israël ont un rapport sucré-salé avec leurs pays d’origine, notamment en raison des conditions de départ difficiles, avec ce sentiment d’exil, mais ils ressentent également beaucoup de nostalgie pour leurs histoires, pour la vie sociale harmonieuse qu’ils connaissaient avant.
«Le trou noir de la Shoah n’a pas empêché les Juifs d’Europe de rester en lien avec leur patrimoine européen. Maintenir ce lien est la grande ambition de cette exposition», conclut Denis Charbit.
 


La boutique rurale d'Asir propose du pain traditionnel fraîchement sorti du four

Elham Asiri attire les visiteurs et les habitants de la région d'Asir avec ses pains frais connus sous le nom de mifa et hali, entre autres. (Photo, AN/Huda Bashatah)
Elham Asiri attire les visiteurs et les habitants de la région d'Asir avec ses pains frais connus sous le nom de mifa et hali, entre autres. (Photo, AN/Huda Bashatah)
Elham Asiri attire les visiteurs et les habitants de la région d'Asir avec ses pains frais connus sous le nom de mifa et hali, entre autres. (Photo, AN/Huda Bashatah)
Elham Asiri attire les visiteurs et les habitants de la région d'Asir avec ses pains frais connus sous le nom de mifa et hali, entre autres. (Photo, AN/Huda Bashatah)
Short Url
  • Vêtue de la tenue traditionnelle d'Asir, composée d’une burqa et d’une tafsha, et d'un chapeau de paille pour se protéger du soleil, Asiri ouvre sa boutique tous les jours à 14 heures
  • La boutique d'Asiri est unique car elle pétrit et cuit le pain et le sert chaud à ses visiteurs, dès qu'elle reçoit une commande

ABHA: L'arôme du pain fraîchement sorti du four émanant des boulangeries et des maisons locales embaume l'air frais d'un quartier d'Asir.

Arab News a rencontré Elham Asiri, une mère de famille et une boulangère experte, qui attire les visiteurs et les habitants de la région d’Asir avec ses pains traditionnels frais connus sous le nom de mifa et hali, entre autres.

Située au sommet de la montagne Al-Sawda, à environ 3 133 mètres d'altitude, sur le chemin du retour vers Abha, la boutique d'Asiri se trouve sur le bord d'une route menant à Rijal Alma, un village historique.

Vêtue de la tenue traditionnelle d’Asir, composée d’une burqa et d’une tafsha, et d'un chapeau de paille pour se protéger du soleil, Asiri ouvre sa boutique tous les jours à 14 heures, les clients faisant déjà la queue pour passer leurs commandes du jour. 

1

Elle prépare de grandes quantités de pâte pendant la nuit, et l'après-midi, elle les met au four pour les cuire. Les pains sont principalement composés de farine blanche ou brune, de sel, de levure et d'eau.

Le mifa est un pain de forme ovale fait de farine brune sans garniture, avec des graines de sésame ou de nigelle sur le dessus, ce qui donne au pain un goût et une saveur distincts lorsqu'il est cuit.


Cannes: un cinéaste autochtone exclu du tapis rouge à cause de ses moccassins

Kelvin Redvers s'était rendu en France avec une délégation de cinéastes autochtones  (Photo, Facebook: Kelvin Redvers).
Kelvin Redvers s'était rendu en France avec une délégation de cinéastes autochtones (Photo, Facebook: Kelvin Redvers).
Short Url
  • Des responsables du services de sécurité du festival lui ont cependant barré l'accès
  • Dans les heures qui ont suivi l'incident, le réalisateur a indiqué avoir rencontré de hauts responsables du festival

MONTRÉAL: Le cinéaste autochtone Kelvin Redvers a affirmé s'être récemment vu refuser l'entrée au tapis rouge de la 75e édition du Festival de Cannes parce qu'il portait des mocassins, des chaussures traditionnelles qu'il a par la suite pu chausser.

"J'ai grandi avec ma culture et les mocassins sont importants. Je comprends qu'il y ait certaines règles concernant le dress-code sur le tapis rouge alors j'ai pensé que si je portais un smoking, un noeud papillon, et une pièce qui montrait que je suis autochtone, ça serait accepté", a raconté samedi le réalisateur déné, originaire des Territoires du Nord-Ouest, à la chaîne CBC.

"Dans de nombreuses cultures au Canada, les mocassins sont tout à fait considérés comme des vêtements traditionnels et formels", a-t-il souligné.

Kelvin Redvers s'était rendu en France avec une délégation de cinéastes autochtones et était invité à l'avant-première du film "Les Amandiers" de l'actrice franco-italienne Valeria Bruni Tedeschi, projeté le 22 mai.

Des responsables du services de sécurité du festival lui ont cependant barré l'accès, a raconté le réalisateur dans plusieurs grands médias nationaux. Il a ensuite été autorisé à retourner sur le tapis rouge avec d'autres chaussures.

"C'est difficile de digérer des choses comme ça. Même maintenant quand j'y repense, ça me bouleverse. J'étais déçu, en colère", a-t-il expliqué, à son retour à Vancouver en Colombie-Britannique (ouest). 

Kelvin Redvers a déclaré qu'il était "excité depuis un moment" à l'idée de pouvoir porter ses mocassins bruns, qui avaient été confectionnés par sa soeur. 

Dans les heures qui ont suivi l'incident, le réalisateur a indiqué avoir rencontré de hauts responsables du festival, qui se sont excusés et l'ont invité à porter les mocassins sur le tapis rouge lors de la présentation des "Crimes du Futur" de David Cronenberg, lundi. 

Cette semaine, le cinéaste a dit sur Facebook espérer que cet incident permettrait de faire savoir "partout dans le monde que les vêtements traditionnels autochtones sont tout à fait acceptables dans des contextes formels comme le tapis rouge".


Cannes: Song Kang-ho, le visage du cinéma coréen

L'acteur sud-coréen Song Kang-Ho pose avec son trophée à Cannes, dans le sud de la France, en mai 28 février 2022 (Photo, AFP).
L'acteur sud-coréen Song Kang-Ho pose avec son trophée à Cannes, dans le sud de la France, en mai 28 février 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans le film, il joue un homme criblé de dettes qui découvre un bébé abandonné
  • C'est son deuxième succès à Cannes, après la Palme d'Or décernée au film coréen «Parasite»

CANNES: Star du cinéma coréen, acteur fétiche de son compatriote Bong Joon-ho, Song Kang-Ho a accédé à la notoriété internationale grâce à "Parasite", Palme d'or 2019 et Oscar du meilleur film, où il incarnait un père de famille pauvre qui va faire imploser un foyer de riches Coréens. 

A 55 ans, l'acteur a franchi une étape supplémentaire en recevant samedi le prix d'interprétation à Cannes pour son rôle dans le film "Les bonnes étoiles" du Japonais Kore-Eda. Visiblement ému, il a seulement remercié et salué toute sa famille, présente en partie dans la salle. 

Dans le film, il joue un homme criblé de dettes qui découvre un bébé abandonné et se porte volontaire pour lui trouver une nouvelle famille, en échange d'argent. 

La vente du bébé va se transformer en voyage entre Busan et Séoul, dans un van décati. 

C'est son deuxième succès à Cannes, après la Palme d'Or décernée au film coréen "Parasite". 

Devenu le visage le plus connu du cinéma sud-coréen, Song Kang-ho était aussi revenu à Cannes en juillet 2021, en tant que membre du jury présidé par Spike Lee.

C'est sa première collaboration avec Kore-eda, grand analyste de la famille et des liens entre parents et enfants. Dans "Les bonnes étoiles", il a imaginé des êtres se rencontrant fortuitement qui recréent une forme de famille, cette fois-ci autour d'un bébé abandonné dans une de ces boites où les mères peuvent laisser leur nouveau-né. 

L'occasion de s'interroger sur les liens du sang, les séquelles de l'abandon, la douleur des séparations...     

Expressif 

"Ce n'est pas l'histoire, le thème ou même le scénario des +Bonnes étoiles+ qui m'a motivé, mais le fait même de travailler avec lui (Kore-eda). J’aime beaucoup son cinéma, pour son humanité, et pour l’amour qu’il porte à ses personnages", a expliqué l'acteur dans une interview à Paris Match. 

Début mai, Song Kang-ho avait raconté à Séoul qu'il s'attendait à une direction d'acteurs "méticuleuse et calculée" de Kore-eda. "Mais il nous a vraiment respectés et a fait ressortir nos émotions d'une manière qui soit vraiment libre, bienveillante et inépuisable".

L'acteur a débuté sa carrière sur les planches en Corée, avant de percer au cinéma dans un petit rôle en 1996, pour lequel il est aussitôt remarqué par Lee Chang-Dong, qui le fait jouer dans son premier film, "Green Fish" (1997).

Il enchaîne ensuite les films coréens, et devient l'acteur fétiche de plusieurs réalisateurs: Kim Jee-woon ("The Quiet Family") puis Park Chan-wook ("JSA" - Joint Security Area", "Sympathy for Mr. Vengeance", premier volet de sa trilogie de la vengeance, et "Thirst, ceci est mon sang", film de vampires librement inspiré de "Thérèse Raquin" d’Émile Zola). 

Avec Bong Joon-ho, il a joué un policier obsédé par un serial killer dans le polar "Memories of Murder". Il a également tourné sous sa direction dans "The Host", "Snowpiercer"... puis "Parasite".

"Song Kang-ho est un acteur tellement expressif, que ce soit pour exprimer la tension, la comédie ou la confusion", commentait récemment à l'AFP Brian Hu, professeur de cinéma à l'Université d'Etat de San Diego.