«Juifs d’Orient» revient sur la présence millénaire des Juifs dans les pays du Maghreb

Mosaïque juive avec arbre du paradis, synagogue romaine de Naro (Hammam Lif, Tunisie), VIè siècle du Brooklyn Museum de New York. (Photo, Hakima Bedouani)
Mosaïque juive avec arbre du paradis, synagogue romaine de Naro (Hammam Lif, Tunisie), VIè siècle du Brooklyn Museum de New York. (Photo, Hakima Bedouani)
Short Url
Publié le Vendredi 26 novembre 2021

«Juifs d’Orient» revient sur la présence millénaire des Juifs dans les pays du Maghreb

  • L’exposition se déploie sur 1 100 mètres carrés et constitue un événement culturel de portée internationale
  • Pour le commissaire général de l’exposition, il est nécessaire de sauvegarder ce patrimoine et d’assurer sa transmission aux générations futures

PARIS: L’exposition organisée par l’Institut du monde arabe (IMA) et inaugurée en présence du président de république, Emmanuel Macron, accueillera le public à partir du 24 novembre. 

Intitulée «Juifs d’Orient, une histoire plurimillénaire», elle se déploie sur 1 100 mètres carrés et constitue un événement culturel de portée internationale; il s’agit d’évoquer l’histoire plurimillénaire de la présence des Juifs dans les pays arabes, représentée par deux cent huit éléments: vestiges archéologiques, objets liturgiques, bijoux, costumes et manuscrits anciens, peintures, photographies, musiques, installations audiovisuelles… Issus de collections internationales (France, États-Unis, Espagne, Royaume-Uni, Belgique, Brésil et Maroc), ils attestent de cette cohabitation ancestrale entre les communauté juives et musulmanes.

L’exposition permet en outre aux visiteurs de découvrir l’histoire de cette cohabitation, jalonnée par des périodes de riches créations artistiques et intellectuelles ainsi que par des périodes de violence sporadique.

Benjamin Stora, professeur des universités, historien spécialiste du Maghreb et commissaire général de l’exposition, est originaire de Constantine, en Algérie. Il rappelle que les Juifs étaient présents en Afrique du Nord avant l’arrivée du christianisme et que la langue arabe s’est imposée dans la communauté juive à partir du IXe siècle.

«La communauté juive, au Maghreb, ne parlait plus qu’en arabe, sauf dans certaines régions, où l’on parlait berbère ou latino, un mélange d’espagnol, d’hébreu et d’arabe», nous fait-il savoir, précisant qu’il existait une sorte d’interpénétration de ces trois langues, qui reflétait la cohabitation des deux communautés. Benjamin Stora cite, par exemple, la présence des rabbins expatriés d’Andalousie qui se sont installés à Tlemcen, à Constantine ainsi que dans les autres villes des pays du Maghreb.

Une empreinte indéniable

Pour l’historien, les Juifs ont laissé une empreinte indéniable dans le patrimoine culturel dans l’autre rive de la Méditerranée, notamment en ce qui concerne l’artisanat. «Les membres de ma famille, originaires de Constantine, étaient bijoutiers et fabriquaient des objets en forme de serpents que les femmes portaient lors des fêtes et des mariages», indique-t-il.

Le commissaire général de l’exposition évoque également les affrontements politiques et/ou religieux entre les deux communautés. «La période du colonialisme français et le décret Crémieux de 1870 a marqué la séparation entre les deux indigènes, musulman et juif», explique-t-il. Il ajoute que, avec l’éclatement de la guerre d’indépendance, les Juifs, qui étaient devenus français depuis quatre générations, se sont positionnés aux côtés de la France. La rupture entre musulmans et juifs est alors consommée.

«Préservation de la mémoire»

Benjamin Stora, qui travaille depuis plus de quarante ans sur l’histoire du Maghreb contemporain, a abordé la thématique de la préservation de la mémoire ancienne. «On ne peut pas réduire cette question essentielle aux affrontements sur la question palestinienne, la colonisation ou le départ des Juifs. Il est aussi question de la préservation de la mémoire, qui ne peut attendre le règlement de toutes les questions politiques», déclare-t-il.

Denis Charbit, professeur en sciences politiques à l’Université ouverte d’Israël, membre du conseil scientifique de l’exposition, est en charge de la liaison entre l’IMA, le Musée d’Israël et l’Institut Yad Yitzhak Ben-Zvi. Il estime que cette exposition contribue à la lutte contre l’ignorance. Ce spécialiste de l’histoire juive du XXe siècle rappelle que la présence juive aux côtés des populations arabe et berbère remonte à mille cinq cents ans, voire à deux mille ans.

Néanmoins, il affirme qu’il était nécessaire d’intégrer à l’exposition la rupture et l’exil des Juifs des pays arabes. Si les relations n’ont pas toujours été apaisées, il ne s’agit pas non plus d’un livre noir, explique-t-il.

Interrogé par Arab News en français sur les raisons de cette rupture, Denis Charbit explique que le nationalisme arabe ne s’est pas montré suffisamment intégrateur. «On considérait que les populations juives, qui étaient aussi autochtones, arabes et non musulmanes, ne faisaient pas partie des nations algérienne, tunisienne, irakienne ou yéménite.»

Dans le même temps, Denis Charbit rappelle que, pendant cette période, la naissance du sionisme et la création de l’État d’Israël se sont présentées aux Juifs comme la possibilité d’un départ définitif. D’autres, qui ont bénéficié du projet culturel et linguistique de l’Alliance israélite universelle à Bagdad, au Maroc, en Tunisie, au Liban ou dans d’autres contrées du bassin méditerranéen, se sont exilés en France.

Pour le commissaire général de l’exposition, il est nécessaire de sauvegarder ce patrimoine et d’assurer sa transmission aux générations futures. Il estime en effet qu’«il ne s’agit pas d’une seule histoire, d’une seule religion, d’une seule culture, mais d’une pluralité d’interventions, de cultures, de civilisations de langues, ainsi que d’une circulation de populations».

«Des passerelles»

Est-ce la fin de l’histoire des Juifs dans le monde arabe? Denis Charbit n’en est pas convaincu. «En Israël, les Juifs possèdent une histoire avec les Palestiniens, même si elle s’écrit dans la tension et dans le sang; des passerelles et des points communs existent», nous confie-t-il. Les Juifs orientaux d’Israël ont un rapport sucré-salé avec leurs pays d’origine, notamment en raison des conditions de départ difficiles, avec ce sentiment d’exil, mais ils ressentent également beaucoup de nostalgie pour leurs histoires, pour la vie sociale harmonieuse qu’ils connaissaient avant.
«Le trou noir de la Shoah n’a pas empêché les Juifs d’Europe de rester en lien avec leur patrimoine européen. Maintenir ce lien est la grande ambition de cette exposition», conclut Denis Charbit.
 


A vendre, pièce de théâtre maudite de la main d'Emile Zola: «Germinal»

Cette photo prise le 12 octobre 2020 montre un dessin lié au film Germinal, avec le chanteur français Renaud Sechan alias Renaud à Paris. (Photo, AFP)
Cette photo prise le 12 octobre 2020 montre un dessin lié au film Germinal, avec le chanteur français Renaud Sechan alias Renaud à Paris. (Photo, AFP)
Short Url
  • Sotheby's Paris ouvre la vente en ligne mardi et jusqu'au 8 décembre pour ces 454 feuillets signés de la main du célèbre romancier naturaliste, entre 1885 et 1887
  • Seuls quelques spécialistes ont pu les lire et voir comment Zola a transcrit pour la scène l'un des sommets de son œuvre, sur la révolte de mineurs de charbon dans le Nord de la France dans les années 1860

PARIS : "Germinal", immense succès d'Emile Zola en roman, fut aussi une pièce de théâtre qui fit un four et se laissa oublier. Le manuscrit se retrouve aux enchères et l'occasion est unique d'acquérir un inédit.


Sotheby's Paris ouvre la vente en ligne mardi et jusqu'au 8 décembre pour ces 454 feuillets signés de la main du célèbre romancier naturaliste, entre 1885 et 1887.


Seuls quelques spécialistes ont pu les lire et voir comment Zola a transcrit pour la scène l'un des sommets de son œuvre, sur la révolte de mineurs de charbon dans le Nord de la France dans les années 1860.


Ce projet d'adaptation était cher à l'auteur de la saga des "Rougon-Macquart". Il s'en est occupé seul, au lieu de déléguer la tâche, comme pour "L'Assommoir" ou "Nana", au dramaturge William Busnach.


Le public des théâtres parisiens, à cette époque, "est populaire et c'est celui qu'il veut toucher", explique à l'AFP Diana Cooper-Richet, chercheuse de l'université de Versailles-Saint-Quentin, près de Paris, qui a étudié l'échec de cette pièce.


Pour elle, une publication du texte pourrait "apporter du nouveau à la connaissance de l'œuvre de Zola". Elle donnerait une idée plus précise "de ses déboires avec la censure, des concessions qu'il était prêt à faire pour voir la pièce montée".


Une édition critique confidentielle était sortie en 1989, grâce à l'universitaire canadien James Bernard Sanders, à Québec. De 200 pages, elle ne contient que "quelques extraits" et omet "les multiples variantes que révèle le manuscrit", souligne Sophie Dufresne, de Sotheby's.


L'intérêt pour "Germinal" a été réveillé par la diffusion par France 2 d'une adaptation en série. Avec ses six épisodes de 52 minutes, cette production télévisée, beau succès d'audience, dure à peu près autant que la pièce de théâtre, marathon de cinq heures.

Trop risqué
D'après Sotheby's, c'est le "dernier grand manuscrit d'Emile Zola encore en mains privées". L'essentiel des manuscrits de l'écrivain, y compris celui du roman, consultable en ligne, appartient en effet à la Bibliothèque nationale de France (BnF) et le reste à d'autres institutions.


Interrogée par l'AFP sur ses intentions, la BnF s'est refusée à tout commentaire avant la vente.


Ce "Germinal" est estimé entre 100.000 et 150.000 euros. Le nom du vendeur n'est pas révélé: Sotheby's parle d'un collectionneur "européen" qui "souhaite garder l'anonymat" et n'en dit "pas plus sur l'itinéraire du manuscrit".


"Germinal" est une pièce maudite, mutilée pour satisfaire des censeurs qui la trouvaient subversive, et éreintée par la critique.


Quand Zola, auréolé du succès du roman, la soumet en 1885 à la "Commission d'examen" qui s'occupe de la censure, mauvaise surprise: avis défavorable. Décrire la colère d'ouvriers contre leurs employeurs, violemment réprimée, dans un livre de 600 pages, passe encore; les représenter sur scène, non, trop risqué. Le gouvernement suit et interdit l'œuvre sous cette forme.


Le romancier va insister, atténuer la violence du propos, et obtenir le feu vert pour une version édulcorée, à l'affiche en 1888. Elle déplaît à la presse.


Zola la défend vigoureusement, en obtenant par exemple du théâtre du Châtelet à Paris une représentation gratuite qui attire 20.000 curieux, pour seulement 3.500 places. Peine perdue: il ne sera jamais reconnu comme auteur de théâtre.


Rap : la vertigineuse ascension de Ninho

Le musicien français Ninho pose lors d'une séance photo à Paris le 18 novembre 2021. JOEL SAGET / AFP
Le musicien français Ninho pose lors d'une séance photo à Paris le 18 novembre 2021. JOEL SAGET / AFP
Short Url
  • «Jefe» («chef» en espagnol), le troisième album de Ninho qui sort le 3 décembre, est une invitation à un voyage
  • Dans des titres comme «RER D» ou «Vérité», il parle de sa vie dans un grand ensemble en banlieue parisienne, et «loue le charme du ghetto»

PARIS : A tout juste 25 ans, Ninho s'est imposé comme un pilier du rap français, aux côtés de Jul et PNL. Une ascension vertigineuse pour cet artiste réservé, qui cultive le mystère, mais est bien décidé à rester le leader incontesté de cette scène, comme il le raconte dans son nouvel opus.

"Jefe" ("chef" en espagnol), son troisième album qui sort le 3 décembre, est une invitation à un voyage. Un voyage pour tenter de percer la "success story" de cette météorite du rap, totalement inconnue il y a cinq ans.

"On ne connaît pas la vie d'un gars qui arrive en haut, qui arrive à concrétiser son plan. On ne connaît pas le début, la base, les fondations. On regarde souvent la maison mais jamais les fondations", dit-il dans un entretien à l'AFP.

Les fondations, ce sont ces années de galère avant de percer ou sa vie dans un grand ensemble en banlieue parisienne, qu'il raconte dans des titres comme "RER D" ou "Vérité" et où il loue "le charme du ghetto".

Pas seulement l'histoire d'un transfuge, "Jefe" - 15 titres dont aucune collaboration - est aussi un manifeste. Celui d'un jeune homme qui a commencé le rap à 12 ans "par passion" et qui est aujourd'hui l'une des ses plus grosses têtes d'affiche.

- Discret et mystérieux -

Pour autant, "N.I" assure tenter de "garder la tête froide et la tête sur les épaules". "La célébrité tout ça, c'est pas important. Pour moi, le plus important c'est de continuer de créer".

Créer et se tenir à l'écart du "clash", si courant dans le monde du rap. Avec son visage poupin, sa voix claire, et sa timidité qu'il peine à dissimuler, le rappeur, très discret dans les médias, n'a eu de cesse de cultiver le mystère.

Sur la forme, "Jefe" reprend les codes des ses précédents opus: savant mélange entre des titres rocailleux et purement rappés et d'autres plus dansants et chantés, comme "Aicha", clin d’œil à la chanson de Khaled, chanteur de raï algérien.

Rumba, tonalités proches du raï ou de la pop ... Ces mélanges, alors peu présents dans le rap il y a quelques années, lui ont permis de s'imposer sur une scène hyper concurrentielle. Et de rafler au passage un public féminin, jusque là délaissé par ce milieu.

Né à Longjumeau (Essonne, sud de Paris) de parents originaires du Congo Kinshasa, William Nzobazola, de son vrai nom, a la musique dans les veines: son père Serge Kiambukuta est un chanteur de rumba congolaise.

- 2 milliards de vues -

Mais voila, William, lui, ne s'intéresse qu'au rap, qu'il pratique à l'insu de ses parents. Progressivement, William va laisser place à Ninho, surnom que "les grands de la cité donnaient aux petits, les +niños+" (enfants), explique-t-il.

En 2014 sort sa première mixtape (compilations de chansons, ndlr) : "Ils sont pas au courant", référence à peine voilée à ses parents. Mais les premières années sont difficiles et le succès se fait attendre. "C'était compliqué au début mais formateur parce que j'ai appris à travailler vite, écrire vite, enregistrer et mixer vite", dit-il.

Le succès arrive en 2016 avec sa mixtape "M.I.L.S" ("Maintenant ils le savent", ndlr). Un an plus tard, son premier album "Comme prévu", fait de lui une star du rap.

L'année 2018 est une année faste. Il enchaîne les collaborations avec des poids lourds du rap tels que Rim'K ou SCH. Tous s'arrachent le "bambino", promis à un avenir éclatant.

Prolifique, il sort en 2019 "Destin", qui fait de lui l'artiste français le plus écouté sur les plateformes de streaming devant le Marseillais Jul ou les deux frères de PNL. En juillet dernier, sa chaîne Youtube dépasse la barre des deux milliards de vue.

"Jefe" pourra-t-il faire mieux que "Destin" ? "On verra", répond l'artiste. "Si ça marche tant mieux, si ça marche pas, tant pis, on proposera un autre projet". En attendant la réponse des charts, une tournée dans toute la France est déjà prévue pour 2022. Le "niño" du rap a bien grandi.


Ballon d'Or: Messi, Lewandowski, Benzema, une pluie de prétendants

Le Ballon d'Or sacre la classe et la personnalité d'un joueur, mais aussi son palmarès sur l'année. Lewandowski aurait eu toutes ses chances en 2020, où il a remporté la Ligue des champions avec le Bayern Munich.   Mais en raison de l'épidémie de Covid, le magazine France Football n'a pas attribué de Ballon d'Or l'an dernier. (Photo, AFP)
Le Ballon d'Or sacre la classe et la personnalité d'un joueur, mais aussi son palmarès sur l'année. Lewandowski aurait eu toutes ses chances en 2020, où il a remporté la Ligue des champions avec le Bayern Munich. Mais en raison de l'épidémie de Covid, le magazine France Football n'a pas attribué de Ballon d'Or l'an dernier. (Photo, AFP)
Short Url
  • A 34 ans, Messi n'a pas réussi une grande année avec le FC Barcelone et a commencé doucement avec le PSG, mais il a enfin guidé l'Argentine vers son premier trophée sous son règne
  • Outre Messi, Lewandowski pourrait bien emporter les suffrages des 180 jurés, un journaliste par pays (le vote s'est terminé le 24 octobre)

PARIS : Robert Lewandowski, Karim Benzema ou l'éternel Cristiano Ronaldo: de nombreux prétendants se bousculent derrière Lionel Messi, qui pourrait étendre son règne avec un septième Ballon d'Or, lundi lors du gala de remise du prestigieux trophée de meilleur joueur de l'année à Paris.


Chez les filles, la championne d'Europe barcelonaise Alexia Putellas a été désignée favorite par Ada Hegerberg, première Ballon d'Or féminin de l'histoire en 2018, mais elle est concurrencée par les Canadiennes championnes olympiques et les joueuses de Chelsea, finalistes malheureuses contre elle de la Ligue des champions.


Une septième merveille pour Messi? L'Argentin a pour lui la force de l'habitude. Depuis 2008, lui et "CR7" ont confisqué tous les Ballon d'Or sauf un, en 2018, remporté par le Croate Luka Modric.


A 34 ans, Messi n'a pas réussi une grande année avec le FC Barcelone (seulement une Coupe du Roi) et a commencé doucement avec le Paris SG, mais il a enfin guidé l'Argentine vers son premier trophée sous son règne, la Copa America, enlevée chez le grand rival brésilien.


Il serait le second joueur du PSG à finir Ballon d'Or, mais le premier à le soulever avec le maillot bleu et rouge. Le Libérien Georges Weah a joué la moitié de 1995 à Paris, mais il a été sacré sous les couleurs de l'AC Milan.


Outre Messi, Lewandowski pourrait bien emporter les suffrages des 180 jurés, un journaliste par pays (le vote s'est terminé le 24 octobre).

«Tout le monde a vu» Lewandowski

Le Ballon d'Or sacre la classe et la personnalité d'un joueur, mais aussi son palmarès sur l'année. "Lewy" aurait eu toutes ses chances en 2020, où il a remporté la Ligue des champions avec le Bayern Munich.


Mais en raison de l'épidémie de Covid, le magazine France Football n'a pas attribué de Ballon d'Or l'an dernier.


Mais "tout le monde a vu ce que j'ai fait et ce que je continue à faire", a dit lui-même Lewandowski à Marca, rappelant qu'il a notamment battu d'une unité l'incroyable record de Gerd Müller en marquant 41 buts en Bundesliga 2020-2021. Derrière l'avant-centre, toute la Pologne rêve d'un premier Ballon d'Or.


Karim Benzema aussi possède la classe et la personnalité d'un lauréat, même s'il n'a remporté ni la Liga ni la C1 avec le Real Madrid, et a échoué en 8e de finale avec la France à l'Euro. 


Sa récente condamnation à un an de prison avec sursis dans l'affaire de la "sextape", un jugement prononcé après la clôture du vote et contre lequel l'attaquant a fait appel, ne plaide pas non plus en sa faveur.


Mais, à 33 ans, "Benz" est au sommet de son art, et il a guidé les Bleus vers une victoire en Ligue des nations avec deux buts d'anthologie contre la Belgique (3-2) puis l'Espagne (2-1).


Derrière ce trio de favoris, il ne faut jamais mésestimer l'aura de Cristiano Ronaldo, qui porte sur ses épaules Manchester United où il est retourné cet été. Mais il n'a pas évité les barrages du Mondial-2022 pour le Portugal et n'a gagné que la Coupe d'Italie cette année avec la Juventus.

Putellas favorite
L'Italien d'origine brésilienne Jorginho a lui tout gagné, l'Euro avec la "Nazionale" et la C1 avec Chelsea, mais le milieu défensif n'a pas le talent des premiers cités, et le Ballon d'Or sacre presque toujours des attaquants.


C'est aussi pour cette raison que le gardien Gianluigi Donnarumma, la deuxième chance du PSG, part de très loin, même s'il a été élu meilleur joueur de l'Euro.


La course est encore plus disputée chez les filles. Pour la Norvégienne Ada Hegerberg (Lyon), la capitaine barcelonaise Alexia Putellas "a de très bonnes chances de gagner", a-t-elle confié à l'AFP, grâce notamment à son sacre en Ligue des champions contre Chelsea (4-0).


Mais les "Blues" battues ont de beaux arguments aussi, comme Sam Kerr, également capitaine de l'Australie, l'Anglaise Fran Kirby, la Danoise Pernille Harder ou la Canadienne Jessie Fleming, championne olympique à Tokyo.


Enfin la Chilienne Christiane Endler, passée du PSG à Lyon, peut rêver de succéder à l'icône américaine Megan Rapinoe, Ballon d'Or avec le Reign FC en 2019, et devenir la première gardienne Ballon d'Or.