Tunisie: libération d'un présentateur TV ayant critiqué Saïed

Des manifestants tunisiens affrontent les forces de sécurité lors d'une manifestation devant le parlement, contre la prise des pouvoirs par leur président Kais Saied, dans la capitale Tunis, le 14 novembre 2021. (Photo, AFP)
Des manifestants tunisiens affrontent les forces de sécurité lors d'une manifestation devant le parlement, contre la prise des pouvoirs par leur président Kais Saied, dans la capitale Tunis, le 14 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 26 novembre 2021

Tunisie: libération d'un présentateur TV ayant critiqué Saïed

Des manifestants tunisiens affrontent les forces de sécurité lors d'une manifestation devant le parlement, contre la prise des pouvoirs par leur président Kais Saied, dans la capitale Tunis, le 14 novembre 2021. (Photo, AFP)
  • Amer Ayad, présentateur de la chaîne Zitouna TV, a été remis en liberté conditionnelle durant la durée de son procès, dont la prochaine audience aura lieu le 20 janvier
  • Au début de l'émission, le présentateur Amer Ayad avait commenté de façon critique la nomination de Najla Bouden, première femme à la tête d'un gouvernement tunisien

TUNIS: Un tribunal militaire tunisien a ordonné jeudi la libération d'un journaliste de télévision arrêté début octobre après avoir formulé lors de son émission de virulentes critiques contre le président Kais Saied, a indiqué son avocat. 
Amer Ayad, présentateur de la chaîne Zitouna TV, a été remis en liberté conditionnelle durant la durée de son procès, dont la prochaine audience aura lieu le 20 janvier, a déclaré l'avocat, Samir Ben Omar. 
Le député Abdellatif al-Aloui qui participait à l'émission en question avait été arrêté en même temps que le présentateur mais déjà remis en liberté quelques jours plus tard. 
Au début de l'émission, le présentateur Amer Ayad avait commenté de façon critique la nomination de Najla Bouden, première femme à la tête d'un gouvernement tunisien.  
« Elle ne sera qu'un serviteur du Sultan et un exécutant de ses ordres », a-t-il lancé, estimant que le « populiste » Saied n'avait pas réussi à trouver un homme pour ce poste.  
Abdellatif Al-Aloui, membre de la formation islamo-conservatrice Al-Karama, alliée du parti Ennahdha qui disposait du plus grand nombre de sièges dans le Parlement gelé fin juillet, figurait parmi les invités de cette émission. 
Le président Saied a annoncé par surprise le 25 juillet qu'il limogeait le Premier ministre, suspendait les activités du Parlement et reprenait en main le pouvoir judiciaire.  
Il a assuré vouloir « sauver » le pays d'un « péril imminent », caractérisé par les blocages parlementaires et la crise socio-économique aggravée par l'épidémie de Covid-19. 
La chaîne Zitouna TV est considérée par les observateurs comme proche de Al-Karama et Ennahdha, partis qui sont les bêtes noires de M. Saied. 
Dans l'émission, le député avait affirmé avoir « le courage de dire » que les mesures décidées par M. Saied étaient « un coup d'Etat ». Il avait aussi jugé que c'était « une honte pour la condition féminine » d' »utiliser (la nomination de Mme) Bouden comme alibi » pour dissimuler la réalité, selon lui. 


La coalition arabe affirme que 60 Houthis ont été tués lors de frappes à Marib

La coalition a annoncé vendredi qu'elle avait détruit des sites houthis utilisés pour stocker des drones et des armes à Dhahban et Sanaa.
La coalition a annoncé vendredi qu'elle avait détruit des sites houthis utilisés pour stocker des drones et des armes à Dhahban et Sanaa.
Short Url
  • La coalition a déclaré que sept véhicules militaires avaient également été détruits lors des frappes au cours des dernières 24 heures
  • Le nombre de personnes déplacées dans les camps de la province a presque décuplé depuis septembre

RIYAD : La coalition arabe a déclaré samedi que 60 Houthis avaient été tués lors de frappes dans la province de Marib au Yémen.
La coalition a ajouté que sept véhicules militaires ont également été détruits lors des frappes au cours des dernières 24 heures.
Le nombre de personnes déplacées dans les camps de la province a presque décuplé depuis septembre, avec plus de 45 000 personnes fuyant leurs foyers alors que les milices lancent une offensive, a annoncé mercredi l'agence des Nations Unies pour les migrations, l'OIM.
La coalition a annoncé vendredi qu'elle avait détruit des sites houthis utilisés pour stocker des drones et des armes à Dhahban et Sanaa, et a exhorté les civils à rester à l'écart d'eux.


Le Maroc suspend le trafic maritime de passagers avec la France

Vue du port Tanger Med dans la ville nord de Tanger sur le détroit de Gibraltar le 13 mars 2020. (Photo, AFP)
Vue du port Tanger Med dans la ville nord de Tanger sur le détroit de Gibraltar le 13 mars 2020. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les vols réguliers vers et en provenance de la France seront également interrompus jusqu'à nouvel ordre
  • La France est de loin le premier partenaire économique du Maroc

RABAT : Le Maroc a décidé de suspendre le transport maritime de passagers avec la France à partir de dimanche soir, en raison de la recrudescence de l'épidémie de Covid-19, a indiqué samedi un responsable au ministère du Transport.

A la même date, les vols réguliers vers et en provenance de la France seront également interrompus jusqu'à nouvel ordre, avaient annoncé jeudi les autorités marocaines en expliquant chercher à "faire face à la dégradation de la situation sanitaire dans certains pays du voisinage européen". 

"Dans le cadre des mesures prises par le Maroc pour contenir la pandémie et consolider les acquis en termes de lutte contre la propagation de la Covid-19, le transport maritime de passagers en provenance et à destination de la France est suspendu à partir du dimanche 28 novembre 2021 à 23h59", a déclaré le responsable à l'AFP.

"Cette suspension ne s'applique pas aux véhicules utilitaires destinés au transport de marchandises et de messagerie", a-t-il ajouté.

La France est de loin le premier partenaire économique du Maroc. Les liens culturels et humains sont également étroits: plus de 1,3 million de Marocains vivent en France et près de 80 000 Français résident au Maroc.

Au Maroc, la situation épidémiologique s'est améliorée et a permis la levée début novembre d'un couvre-feu nocturne national en vigueur depuis des mois.

 


Une première femme irako-kurde victime de la tragédie de la Manche identifiée

Maryam Nuri Mohamed Amin, 24 ans, envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot dans lequel elle se trouvait a commencé à couler mercredi. (Photo, Reuters)
Maryam Nuri Mohamed Amin, 24 ans, envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot dans lequel elle se trouvait a commencé à couler mercredi. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Maryam Nuri Mohamed Amin envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot a commencé à couler
  • 27 personnes sont mortes en tentant un voyage périlleux de la côte française au Royaume-Uni

LONDRES : Une femme kurde du nord de l'Irak est la première victime identifiée de la noyade massive de cette semaine dans la Manche.

Maryam Nuri Mohamed Amin, 24 ans, envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot dans lequel elle se trouvait a commencé à couler mercredi.

Elle est l'une des 27 victimes du périlleux voyage de la côte française vers la Grande-Bretagne, qui a fait des dizaines de morts cette année.

Son fiancé a déclaré à la BBC qu'elle avait essayé de le rassurer sur le fait qu'ils seraient secourus pendant qu'ils coulaient, mais elle a péri avec 26 autres personnes. Seuls deux passagers ont survécu.

17 hommes, six femmes - dont une enceinte - et trois enfants ont péri.

Les deux survivants, un Somalien et un Irakien, sont sortis d'un hôpital français et devraient être interrogés sur l'incident.

Amin avait tenté le voyage avec une proche, en espérant rejoindre une famille en Grande-Bretagne.

Elle envoyait un message à son fiancé sur l'application de médias sociaux Snapchat quelques instants avant que le canot ne commence à chavirer.

Elle était originaire de Souran, une ville du nord-est du Kurdistan irakien. Sa famille attend le retour de son corps pour des funérailles.

Un proche dit : « Son histoire est la même que celle de tout le monde : elle cherchait une vie meilleure. L'un de ses oncles était l'une des personnes les plus proches de moi. Il s'est occupé de nous quand mon père était prisonnier politique. Mais la famille a eu une vie tellement tragique. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com