Au Moyen-Orient, un projet hôtelier repousse les limites de la construction durable

Images fournies par le groupe Kleindienst qui développe le projet baptisé «Heart of Europe» sur les îles du monde de Dubaï.
Images fournies par le groupe Kleindienst qui développe le projet baptisé «Heart of Europe» sur les îles du monde de Dubaï.
Short Url
Publié le Mardi 30 novembre 2021

Au Moyen-Orient, un projet hôtelier repousse les limites de la construction durable

Images fournies par le groupe Kleindienst qui développe le projet baptisé «Heart of Europe» sur les îles du monde de Dubaï.
  • L’ONU avertit que les émissions de gaz à effet de serre devraient être réduites de 25 à 55 % par rapport aux niveaux de 2017 d’ici à 2030
  • Le projet «Heart of Europe» adoptera les politiques zéro rejet et zéro microplastique pour protéger la vie marine autour des îles et du golfe Arabique

DUBAÏ: Des incendies de forêt aux glissements de terrain, en passant par la désertification et les inondations, les effets du réchauffement climatique s’avèrent de plus en plus destructeurs et ravagent les habitats fauniques et floristiques, ainsi que les communautés rurales vulnérables. 

Les zones urbaines ne sont pas non plus à l’abri des risques et elles sont donc également contraintes de s’adapter au changement. 

1
The Floating seahorse, première villa sous-marine. 

L’Organisation des nations unies (ONU) avertit que les émissions de gaz à effet de serre devraient être réduites de 25 à 55 % par rapport aux niveaux de 2017 d’ici à 2030. À la lumière de ces statistiques, les promoteurs explorent des moyens innovants de réduire l’empreinte carbone des villes, tout en améliorant la qualité de vie des habitants. 

Josef Kleindienst fait partie de ces personnes-là. Il est président du groupe Kleindienst, le promoteur du projet baptisé «Heart of Europe» qui est en cours d’exécution à Dubaï. L’entreprise se fixe pour objectif de changer le climat, au lieu de se contenter de construire selon les principes du développement durable. 

Le projet «Heart of Europe» occupe une partie des îles du monde de Dubaï – un ensemble d’îles artificielles au large des côtes de la ville, construites sous la forme d’une carte du monde. Une fois terminé, il devrait se transformer en complexe haut de gamme, respectueux de l’environnement et mettant en valeur l’utilisation des dernières technologies pour atténuer les effets du changement climatique dans les zones urbaines. 

Selon le promoteur, «Heart of Europe» comprendra, entre autres, une Rainy Street (rue où il pleuvra toute l’année) rafraîchissante, une place enneigée en plein air et le premier poste de police flottant au monde. 

«La vision est de mettre en œuvre un projet touristique, tout en apportant de l’innovation sur ces îles», déclare M. Kleindienst à Arab News. 

1
L’Allemagne 

«Le projet des îles a été initié en 2003, et une pépinière de coraux a été construite sur une structure. Elle produit cent mille coraux par an à planter sur nos récifs. Pour moi, Dubaï a toujours eu des visions futuristes, et ce projet relève de la durabilité pure et dure.» 

Selon le promoteur, la durabilité est au cœur dudit projet, qui abritera plus de cinq cent mille mètres carrés de récifs coralliens et des oliviers en provenance d’Andalousie, au sud de l’Espagne. 

Une fois opérationnel, le projet présentera un aménagement paysager durable, dépourvu de pesticides et de fongicides, et irrigué avec de l’eau recyclée, explique Josef Kleindienst. Il s’agira d’un environnement dépourvu de voitures, alimenté par une énergie propre et qui proposera un transport fluvial durable aux visiteurs. 

Les panneaux solaires assureront une grande partie des besoins en électricité du complexe, tandis que son approvisionnement en eau sera entièrement recyclé et réutilisé pour les chasses d’eau et l’arrosage des plantes, précise le promoteur. 

1
L’attraction touristique Honeymoon Island. 

De plus, le projet «Heart of Europe» adoptera les politiques zéro rejet et zéro microplastique afin de protéger la vie marine autour des îles et du golfe Arabique. 

L’Institut sur les coraux, un centre de recherche et de développement interne, a été chargé de créer de nouveaux récifs coralliens, d’aider à l’expansion de l’écosystème marin et de rééquilibrer l’environnement sous-marin, dans le cadre du programme de responsabilité sociale du groupe Kleindienst. 

Dès l’année prochaine, l’institut prévoit également de régénérer et de développer les coraux de dix récifs et sites de plongée à travers le monde, selon le groupe Kleindienst. 

EN BREF

• Le projet «Heart of Europe» adoptera les politiques zéro rejet et zéro microplastique pour protéger la vie marine autour des îles et du golfe Arabique. 

• Le projet est alimenté par des combustibles solaires et hydrauliques. Il comprend un aménagement paysager durable, dépourvu de pesticides et de fongicides. Il s’agit d’un environnement sans voitures où l’eau est recyclée.  

En 2018, l’Organisation de coopération et de développement économiques a publié un rapport sur les tendances majeures qui façonnent l’avenir du tourisme. Selon le rapport, le tourisme durable est un domaine de croissance qui changera radicalement le secteur. Le tourisme est une activité humaine qui mobilise des ressources importantes, mais il peut jouer un rôle central dans la transition vers une économie à faible émission de carbone et économe en ressources. 

«Compte tenu de son caractère transversal et des liens étroits qu’il entretient avec de nombreux secteurs, même de petites améliorations auront des répercussions importantes», indique le rapport. 

1
Marbella. 

«Les gouvernements et le secteur du tourisme devront travailler de pair et adopter une approche proactive pour garantir la gestion et le développement durables des attractions au profit et pour le plaisir des communautés locales et des touristes.» 

Les pays, villes, îles et autres destinations qui n’adhèrent pas à la tendance du développement durable perdront très probablement des clients, étant donné que les consommateurs sont de plus en plus préoccupés par l’environnement, mentionne le rapport. 

«Dubaï cherche à mettre cette approche à exécution depuis 2003, car une loi sur la politique zéro rejet a été adoptée sur ces îles», déclare M. Kleindienst. «Nous ne sommes pas autorisés à rejeter quoi que ce soit qui pourrait polluer l’air ou l’eau. C’est la technique la plus durable si vous tenez à protéger l’environnement», poursuit-il. 

L’une des innovations principales de «Heart of Europe», selon M. Kleindienst, est la Rainy Street, une artère d’un kilomètre qui utilise une technologie contrôlée par des capteurs pour générer des pluies qui garantissent aux visiteurs un climat agréable, même durant les températures estivales qui peuvent dépasser les 50 degrés Celsius. 

1
Côte d’Azur. 

Le long de la rue, qui accueillera des boutiques, des restaurants et des bars, une température ambiante de près de 27 degrés Celsius sera maintenue, grâce à l’utilisation d’une technologie de pointe capable de contrôler le climat extérieur. 

«Nous avons fait appel à des consultants et des spécialistes du monde entier pour apporter des solutions», indique Josef Kleindienst. 

«L’Institut Fraunhofer-Gesellschaft en Allemagne est à la pointe lorsqu’il s’agit de mettre au point ces technologies qui utilisent de l’eau et éliminent l’humidité de l’air. Lorsque la température dépasse 27 degrés Celsius et que l’humidité atteint 60 %, la pluie est libérée.» 

1
Portofino. 

Une autre innovation en matière de maîtrise du climat est la place enneigée, selon le groupe Kleindienst. Un concept similaire est adopté pour les systèmes de climatisation utilisés dans les centres commerciaux qui refroidissent l’eau à 5 degrés Celsius pour créer de l’air frais. En réduisant davantage la température de l’eau à 2 degrés Celsius, il est possible de produire de la neige. 

«Nous avons commencé à travailler sur ces technologies en 2008. Désormais, nous sommes prêts», affirme M. Kleindienst. «Il a fallu plus de quatre ans uniquement pour développer, tester et optimiser la technologie requise pour exécuter la vision du plan directeur. Nous l’avons testée pendant les jours de grande chaleur en été et elle fonctionne bien. On utilise un système de canalisation, comme dans les films.» 

1
Marbella. 

Le lancement du projet «Heart of Europe» a commencé le 28 octobre avec la mise en contact de tous les services publics. Quelque trois cents tests techniques seront réalisés en un mois et, si tout se passe comme prévu, des clients seront accueillis avec une capacité réduite, avant son lancement complet avec l’ouverture de l’hôtel-boutique Monaco. Mais Dubaï n’est sans doute que le point de départ. 

«Nous avons été invités en Arabie saoudite et en Égypte pour discuter d’éventuels projets dans les deux pays, mais notre objectif est de mener à bien ce projet avant d’évoquer l’expansion», précise Josef Kleindienst. 

La Conférence des nations unies sur les changements climatiques (COP 26) qui s’est tenue à Glasgow, en Écosse, ce mois-ci, a une fois de plus souligné l’importance des enjeux tels que la durabilité et la conservation. M. Kleindienst affirme que son entreprise relève le défi. 

1
La Suède. 

«Nous devons prendre soin de l’environnement», poursuit-il. «Nous ne savions pas à quelle vitesse le changement climatique surviendrait et à quel point son impact serait important sur nos vies.» 

«Nous devons faire en sorte que la planète, le climat et la nature redeviennent ce qu’ils étaient auparavant, et garantir leur pérennité pour nos enfants et les leurs. C’est une obligation absolue pour nous.» 

Conformément à la tendance croissante vers la durabilité, des projets de tourisme respectueux de l’environnement sont initiés dans toute la région. Les chutes d’eau durables de Hatta à Dubaï, à titre d’exemple, devraient être achevées d’ici au mois de novembre de l’année prochaine. Les chutes recueilleront l’eau, la recycleront et la pomperont jusqu’au sommet du barrage. 

L’Arabie saoudite, quant à elle, a initié le mois dernier le Sustainable Tourism Global Center («Centre mondial du tourisme durable»). Le secteur international des voyages et du tourisme est responsable de près de 8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, et le Royaume a donc priorisé le soutien au secteur pour l’aider à accélérer sa transition vers le système zéro émission nette. 

«Ces émissions augmenteront si nous n’agissons pas maintenant», souligne Ahmed al-Khateeb, ministre saoudien du Tourisme, lors de l’inauguration du centre. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le vice-ministre saoudien de la Défense rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg. (SPA/Délégation de l’UE au Yémen)
Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg. (SPA/Délégation de l’UE au Yémen)
Short Url
  • Le vice-ministre de la Défense a souligné l'engagement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à soutenir le gouvernement et le peuple yéménites
  • Grundberg a indiqué qu'ils ont discuté des moyens de mettre fin à la guerre et de maintenir la stabilité dans la péninsule Arabique

RIYAD: Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, a rencontré jeudi l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg, pour discuter des derniers développements au Yémen. 

Il a souligné l'engagement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à soutenir le gouvernement et le peuple yéménites ainsi que les efforts pour parvenir à un règlement politique qui assure la stabilité de la région. 

«Lors de ma rencontre avec Grundberg, nous avons discuté des derniers développements au Yémen et des efforts de l'ONU pour parvenir à un règlement politique», a affirmé le prince Khalid, ajoutant: «J'ai mis l’accent sur la détermination de la coalition dirigée par le Royaume à assurer la sécurité et la stabilité au Yémen.» 

Grundberg a indiqué qu'ils ont discuté des moyens de mettre fin à la guerre et de maintenir la stabilité dans la péninsule Arabique. 

«Nous sommes convenus de travailler en étroite collaboration, et j’espère poursuivre cette coopération», a-t-il ajouté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


L'EI attaque une grande prison en Syrie et libère des djihadistes

Détenus soupçonnés d'être affiliés à Daech, prison de Ghwayran, Al-Hasakah, 26 octobre 2019. (AFP)
Détenus soupçonnés d'être affiliés à Daech, prison de Ghwayran, Al-Hasakah, 26 octobre 2019. (AFP)
Short Url
  • Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI, ont confirmé l'assaut contre la prison de Ghwayran, l'une des plus grandes abritant des djihadistes en Syrie
  • Selon l'OSDH, une voiture piégée a explosé à l'entrée de la prison et une deuxième explosion s'est produite à proximité avant que des djihadistes de l'EI n'attaquent de front les forces de sécurité kurdes gardant l'établissement pénitentiaire

BEYROUTH : Le groupe Etat islamique (EI) a lancé jeudi un assaut contre une prison contrôlée par les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, libérant un nombre indéterminé de djihadistes, a rapporté une ONG syrienne.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, n'a pas fait état dans l'immédiat d'éventuelles victimes dans cette attaque rare survenue dans la ville de Hassaké contrôlée par les Kurdes syriens.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI, ont confirmé l'assaut contre la prison de Ghwayran, l'une des plus grandes abritant des djihadistes en Syrie, mais pas l'évasion de djihadistes.

Selon l'OSDH, une voiture piégée a explosé à l'entrée de la prison et une deuxième explosion s'est produite à proximité avant que des djihadistes de l'EI n'attaquent de front les forces de sécurité kurdes gardant l'établissement pénitentiaire. 

"Un nombre de prisonniers à réussi à s'enfuir", a précisé l'ONG, sans préciser leur nombre.

Ghwayran est l'un des plus grands centres de détention abritant des combattants de l'EI en Syrie, pays en guerre depuis 2011, a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Une tentative d'évasion de terroristes de Daech (un acronyme arabe pour désigner l'EI) détenus à la prison de Hassaké a eu lieu après une explosion et l'explosion d'une voiture piégée", ont indiqué les FDS dans un communiqué.

"Des membres de cellules dormantes de Daech ont surgi des quartiers environnants et affronté les forces de sécurité" kurdes, ont-elles poursuivi.

Les FDS ont dépêché des renforts à la prison et bloqué le secteur, a indiqué l'OSDH.

Dans un autre communiqué, un porte-parole des FDS, Ferhad Sahmi, a affirmé que "la situation à l'intérieur de la prison est maintenant sous contrôle" et fait état "d'affrontements intermittents entre les combattants kurdes et les djihadistes près de la prison".

Survol de la coalition

Des avions de la coalition internationale anti-djihadistes dirigée par les Etats-Unis ont survolé le secteur et largué des fusées éclairantes dans les environs de la prison, d'après l'OSDH.

Selon les autorités kurdes, qui contrôlent de vastes pans du nord de la Syrie, quelque 12 000 djihadistes de plus de 50 nationalités sont détenus dans les prisons sous leur contrôle.

En première ligne dans le combat contre l'EI, les FDS, soutenues par la coalition internationale, ont vaincu en 2019 le groupe djihadiste en Syrie en le chassant de son dernier fief de Baghouz dans la province de Deir Ezzor (est).

Malgré sa défaite, l'EI mène des attaques meurtrières, notamment dans le vaste désert syrien, qui s'étend de la province centrale de Homs jusqu'à celle de Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak.

Ces attaques ciblent aussi bien l'armée syrienne et ses alliées que les forces kurdes, longtemps soutenues par Washington dans leur lutte contre l'EI qui semait la terreur dans ces deux pays et perpétrait des attentats sanglants à travers le monde.

En Syrie comme en Irak, le groupe djihadiste conserve des cellules dormantes.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de puissances régionales et internationales et la montée en puissance des djihadistes.

Elle a fait près d'un demi-million de morts selon l'OSDH et a déplacé des millions de personnes.


La navigation aérienne dans le Royaume est à l’abri de l’interférence des réseaux 5G, selon les autorités saoudiennes

Un appareil cellulaire 5G d’Ericsson sur un poteau électrique. (Photo, AFP)
Un appareil cellulaire 5G d’Ericsson sur un poteau électrique. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Autorité générale de l’aviation civile travaille constamment sur la modernisation de l’infrastructure de navigation aérienne et suit les développements techniques
  • Selon un communiqué, les fréquences utilisées dans le transport aérien ne perturbent pas la navigation aérienne

RIYAD: Les autorités saoudiennes de l’aviation civile et de la communication ont déclaré que la navigation aérienne dans le Royaume ne risquait pas d’être perturbée par les réseaux 5G. 

L’Autorité générale saoudienne de l’aviation civile et la Commission des communications et des technologies de l’information (CITC) ont publié un communiqué conjoint affirmant que les systèmes de navigation dans l’espace aérien et les aéroports du Royaume sont à l’abri des interférences potentielles des réseaux mobiles 5G. 

Le communiqué indique que les fréquences utilisées dans le transport aérien ne perturbent pas la navigation aérienne et répondent aux exigences de fourniture de services de navigation de qualité dans lesquels sont appliqués les plus hauts niveaux de sécurité aérienne. 

La CITC a confirmé que les bandes de fréquence du réseau 5G dans le Royaume adhèrent aux normes techniques compatibles avec les meilleures pratiques internationales de plus de quarante pays dans le monde. 

La commission a ajouté qu’elle est chargée de la régulation du spectre des fréquences au niveau national et qu’elle met en place et soutient divers services radio pour les secteurs nationaux dans le domaine de la défense, de la sécurité, de l’espace, de l’aviation, des communications et de la météorologie. 

Certains vols à destination et en provenance des États-Unis ont été annulés mercredi par crainte que le déploiement du service sans fil à haut débit n’interfère avec les appareils de mesure de l’altitude. 

Les transporteurs internationaux qui utilisent beaucoup le gros-porteur Boeing 777 ainsi que d’autres appareils Boeing ont annulé des vols matinaux ou changé d’avion mercredi à la suite d’avertissements de la Federal Aviation Administration (FAA) et du constructeur d’avions basé à Chicago concernant de possibles interférences avec les radioaltimètres. 

Les géants américains des télécommunications AT&T et Verizon ont déployé mercredi le service 5G aux États-Unis sans perturbation majeure des vols, après que le lancement de la nouvelle technologie sans fil a été retardé. 

Ces entreprises ont dépensé des dizaines de milliards de dollars pour obtenir des licences 5G l’année dernière, mais les groupes de l’industrie aéronautique ont fait part de leurs inquiétudes quant aux interférences possibles avec les radioaltimètres des avions, qui peuvent fonctionner sur les mêmes fréquences et sont indispensables pour atterrir de nuit ou par mauvais temps. 

Cette semaine, AT&T et Verizon ont accepté de retarder le lancement de la 5G à proximité des aéroports, à la suite de la réaction des compagnies aériennes américaines, qui avaient prévenu que ce déploiement entraînerait des perturbations massives. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com