ONU: des violences communautaires «fractureraient» la société en Ethiopie

Le conflit en Ethiopie, s'il dégénérait en violences communautaires, pourrait fracturer la société, voire déclencher un exode rappelant les scènes d'évacuations chaotiques à l'aéroport de Kaboul en août, a déclaré à l'AFP le responsable de l'aide humanitaire des Nations unies. (Photo, AFP)
Le conflit en Ethiopie, s'il dégénérait en violences communautaires, pourrait fracturer la société, voire déclencher un exode rappelant les scènes d'évacuations chaotiques à l'aéroport de Kaboul en août, a déclaré à l'AFP le responsable de l'aide humanitaire des Nations unies. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 02 décembre 2021

ONU: des violences communautaires «fractureraient» la société en Ethiopie

  • Des combats dans la capitale Addis Abeba et une augmentation de la violence communautaire pourraient conduire à une aggravation « exponentielle » de la situation
  • Selon les estimations de l'ONU, la guerre a fait plusieurs milliers de morts, plus de deux millions de déplacés et plongé des centaines de milliers d'autres personnes dans des conditions proches de la famine

GENEVE : Le conflit en Ethiopie, s'il dégénérait en violences communautaires, pourrait fracturer la société, voire déclencher un exode rappelant les scènes d'évacuations chaotiques à l'aéroport de Kaboul en août, a déclaré à l'AFP le responsable de l'aide humanitaire des Nations unies.

La guerre, qui fait rage depuis plus d'un an dans le nord de l'Ethiopie, a peut-être provoqué la crise humanitaire la plus inquiétante, a déclaré dans un entretien à l'AFP le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, Martin Griffiths.

Des combats dans la capitale Addis Abeba et une augmentation de la violence communautaire pourraient conduire à une aggravation "exponentielle" de la situation, a-t-il prévenu.

"Le pire d'un point de vue humanitaire (serait) qu'il y ait une bataille pour (le contrôle d') Addis ou des troubles autour de cette ville, entraînant une augmentation des violences communautaires dans tout le pays", a averti M. Griffiths.

"Si cela devait se produire, nous serions confrontés à quelque chose que nous n'avons pas connu depuis de très nombreuses années: nous serons confrontés à une fracture" du tissu social éthiopien, a-t-il ajouté.

« Inimaginable »

Un scénario qui verrait s'effondrer, dans ce pays de quelque 115 millions d'habitants, un système soigneusement élaboré pour assurer la cohésion nationale entre plus de 80 groupes ethniques et qui pourrait entraîner un chaos dépassant ce que l'Ethiopie a connu au cours des 13 derniers mois.

Selon les estimations de l'ONU, la guerre a fait plusieurs milliers de morts, plus de deux millions de déplacés et plongé des centaines de milliers d'autres personnes dans des conditions proches de la famine depuis que le conflit a éclaté en novembre 2020.

Le Premier ministre Abiy Ahmed avait alors envoyé des troupes dans la région du Tigré, la plus septentrionale, pour renverser le Front populaire de libération du Tigré (TPLF) en réponse, selon lui, aux attaques des rebelles contre les camps de l'armée.

Les rebelles ont effectué un retour en force en reprenant la majeure partie du Tigré en juin, avant de rejoindre les régions voisines d'Amhara et d'Afar. Le conflit a pris un nouveau tournant il y a un mois, lorsque le TPLF a affirmé avoir capturé des villes stratégiques sur une autoroute clé menant à la capitale.

Mercredi, l'Ethiopie a toutefois annoncé la reprise par les forces progouvernementales du site de Lalibela, classé par l'Unesco au patrimoine mondial, qui était passé en août sous le contrôle des rebelles du Tigré.

« Malheur »

Martin Griffiths a appelé à la fin des violences. Il a cependant averti que si les combats atteignaient la capitale éthiopienne, "les principales cibles devaient être évitées", notamment l'aéroport et la ville elle-même, qui compte plus de cinq millions d'habitants et "où il est inimaginable d'envisager une telle bataille."

Selon lui, les diplomates et autres expatriés à Addis Abeba craignent que le pays ne soit le théâtre de scènes rappelant l'évacuation chaotique de l'aéroport de Kaboul après la prise de contrôle de l'Afghanistan par les talibans en août.

A la question de savoir s'il pensait qu'un tel scénario pourrait se produire, il a répondu: "Je pense que cela pourrait, mais j'espère que ce ne sera pas le cas."

S'adressant à l'AFP en amont de l'appel global annuel pour l'aide humanitaire d'urgence, M. Griffiths a souligné que le montant de près de 3 milliards de dollars demandé pour l'Ethiopie l'année prochaine était considérablement plus élevé qu'auparavant "en raison de la probabilité que les besoins (d'aide) augmentent."  

Le Programme alimentaire mondial des Nations unies a annoncé la semaine dernière que le nombre de personnes ayant besoin d'une aide alimentaire dans le nord de l'Ethiopie avait grimpé à plus de neuf millions, tandis que la sécheresse a aggravé l'insécurité alimentaire dans d'autres régions.

Quelque 400 000 personnes dans le nord du pays sont menacées de famine, un chiffre sans doute sous-estimé selon M. Griffiths en raison des difficultés pour se rendre sur le terrain.

Toutefois, les conditions s'étant améliorées, les agences de l'ONU sont désormais en mesure d'évaluer la situation dans les semaines qui viennent.

Interrogé sur le risque d'un retour de la famine qui a tué plus d'un million de personnes en Ethiopie au milieu des années 1980, M. Griffiths a répondu : "J'espère simplement devant Dieu que nous ne verrons pas ce genre de malheur".


Une Académie de la Fédération française de football inaugurée à Riyad pour former les talents saoudiens

Lancement de l’académie française de Football en présence de l’ambassadeur français en Arabie Saoudite Ludovic Pouille, le 24 janvier 2022. (Twitter)
Lancement de l’académie française de Football en présence de l’ambassadeur français en Arabie Saoudite Ludovic Pouille, le 24 janvier 2022. (Twitter)
Short Url
  • Présent lors de l’inauguration au stade Qabous de Riyad, Ludovic Pouille a affirmé que le sport était «un pilier de la coopération» entre la France et le Royaume
  • L’installation de cette association française de renom à Jeddah et à Riyad est une opportunité de choix pour les jeunes aspirants sportifs saoudiens

BUENOS AIRES : Ce lundi, l’ambassadeur français en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a annoncé le lancement officiel à Riyad de l'Académie de la Fédération française de football en Arabie saoudite. 

Le diplomate a rendu public sur son compte Twitter la nouvelle, déclarant être «ravi d'assister à l'inauguration de l'Académie de la Fédération française de football». Il a ajouté que «le sport est un pilier de notre coopération bilatérale et la France est fière de contribuer au développement de la formation footballistique dans le Royaume!» 

Présent lors de ce coup d’envoi au stade Qabous de Riyad, Ludovic Pouille a également partagé quelques photographies de l’événement. Il n’a d’ailleurs pas hésité à échanger quelques passes avec les participants.

Le site officiel de la Fédération française de football indique que cette académie désormais présente dans le Royaume va «former les futures générations du pays». 

La FFF, fondée en 1919 sous le nom de Fédération française de football association (FFFA) a toujours été une référence d’excellence dans la formation des sportifs. 

Par ailleurs, la Fédération compte parmi ses membres les meilleurs joueurs du monde ainsi que les meilleurs entraîneurs et accompagnateurs de l’histoire du football international. Ce qui fait de l’installation de cette association française de renom à Jeddah et à Riyad une opportunité de choix pour les jeunes aspirants sportifs saoudiens.


Allemagne: des blessés par arme à feu dans une université, l'assaillant décédé

"Un individu a blessé plusieurs personnes dans un amphithéâtre avec une arme longue", a expliqué la police de Mannheim dans un communiqué. (AFP).
"Un individu a blessé plusieurs personnes dans un amphithéâtre avec une arme longue", a expliqué la police de Mannheim dans un communiqué. (AFP).
Short Url
  • Ce site universitaire, sur la rive nord du fleuve Neckar, accueille notamment des facultés de sciences naturelles
  • Selon les informations de la chaîne publique Südwestrundfunk (SWR), l'université a demandé par mail à ses étudiants de ne pas se rendre sur le campus du quartier de Neuenheimer Feld pour le moment

BERLIN: Plusieurs personnes ont été blessées lundi dans une attaque perpétrée par un homme muni d'une "arme longue" dans un amphithéâtre de l'université de Heidelberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne, a annoncé la police locale, ajoutant que l'assaillant était décédé.


"Un individu a blessé plusieurs personnes dans un amphithéâtre avec une arme longue", a expliqué la police de Mannheim dans un communiqué.


"L'auteur lui-même est mort", a-t-elle ajouté, sans préciser s'il avait ou non été abattu par les forces de l'ordre arrivées en nombre sur place.


Selon les informations de la chaîne publique Südwestrundfunk (SWR), l'université a demandé par mail à ses étudiants de ne pas se rendre sur le campus du quartier de Neuenheimer Feld pour le moment. Il n'y aurait cependant "plus de menace imminente", selon SWR.


Ce site universitaire, sur la rive nord du fleuve Neckar, accueille notamment des facultés de sciences naturelles, des départements du centre hospitalier universitaire et le jardin botanique.


La législation allemande sur la détention d'armes à feu a été renforcée après deux attaques perpétrées dans des écoles dans la ville d'Erfurt, dans l'est du pays, en avril 2002, et dans la ville de Winnenden, dans le sud-ouest, en mars 2009. 


Mexique: une deuxième journaliste assassinée à Tijuana en une semaine

Des journalistes couvrent la scène du crime où la journaliste Lourdes Maldonado a été assassinée à Santa Fe, dans la périphérie de Tijuana, en Basse-Californie, au Mexique, le 23 janvier 2022. (Guillermo Arias/AFP)
Des journalistes couvrent la scène du crime où la journaliste Lourdes Maldonado a été assassinée à Santa Fe, dans la périphérie de Tijuana, en Basse-Californie, au Mexique, le 23 janvier 2022. (Guillermo Arias/AFP)
Short Url
  • Lourdes Maldonado Lopez a été tuée par «arme à feu alors qu'elle se trouvait à bord d'un véhicule»
  • Elle avait demandé il y a deux ou trois ans au président de la République, Andres Manuel Lopez Obrador, «appui, aide et justice parce qu'on a peur pour ma vie»

TIJUANA, Mexique Une journaliste, qui avait publiquement déclaré qu'elle craignait pour sa vie il y a déjà quelques années, a été assassinée dimanche à Tijuana, deuxième meurtre d'un professionnel des médias en une semaine dans cette ville du nord-ouest du Mexique, à la frontière des États-Unis.

Lourdes Maldonado Lopez a été tuée par «arme à feu alors qu'elle se trouvait à bord d'un véhicule», a indiqué le parquet général de l'Etat de Basse-Californie dans un communiqué.  Elle «travaillait comme journaliste», a ajouté le parquet en annonçant l'ouverture d'une enquête.

Des coups de feu ont été entendus vers 18h20 (02h20 GMT) dans un quartier de Tijuana, a rapporté le journal Zeta Tijuana.

Un autre journaliste, le photoreporter Margarito Martinez, avait été tué lundi dernier à Tijuana. Il collaborait avec Zeta, le quotidien Jornada et des journalistes étrangers en reportage à Tijuana. Le parquet a déclaré qu'il n'écartait aucune piste.

La journaliste assassinée dimanche avait travaillé pour Primer Sistema de Noticias (PSN) de Jaime Bonilla, gouverneur de l'Etat de Basse-Californie de 2019 à fin 2021, au sein d'une coalition soutenant le parti présidentiel Morena.

La victime avait gagné il y a quelques jours un procès contre PSN, qu'elle poursuivait depuis neuf ans pour licenciement abusif, avait rapporté la presse mexicaine.

Elle avait demandé il y a deux ou trois ans au président de la République, Andres Manuel Lopez Obrador, «appui, aide et justice parce qu'on a peur pour ma vie», selon une vidéo republiée sur les réseaux sociaux à l'annonce de son assassinat.

«Je suis en procès depuis six ans avec lui», ajoutait-elle au sujet du gouverneur Bonilla, en interpellant le chef de l'Etat lors de l'une de ses conférences de presse.

Le président l'avait renvoyée vers son «coordinateur de communication sociale» (porte-parole) pour «qu'il t'aide et t'appuie, pour que l'on demande justice, pour qu'il n'y ait pas d'abus de pouvoir».

La déléguée de l'ONG Reporters sans frontière (RSF) au Mexique, Balbina Flores, a déclaré à l'AFP qu'il restait à confirmer si Mme Maldonado disposait d'une protection officielle.

La représentante de RSF a demandé aux autorités d'enquêter de manière exhaustive et transparente. La plupart des assassinats de journalistes restent non élucidés.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) s'est déclaré «choqué» par ce dernier assassinat, en demandant également aux autorités «d'enquêter de manière exhaustive et transparente».

Au moins sept journalistes ont été tués en 2021 au Mexique, d'après un décompte de l'AFP, qui tente à chaque fois d'établir si la victime était bien encore en activité, et si elle a été tuée à cause de son travail journalistique.

C'est le cas dans l'Etat du Veracruz (sud-est), où un homme présenté comme un journaliste, José Luis Gamboa, a été retrouvé mort poignardé le 10 janvier, ont indiqué lundi plusieurs sources.

Reporters sans frontière et la Commission d'Etat pour la protection des journalistes ont demandé aux enquêteurs de prendre en compte son statut de journaliste.

«Gamboa avait dénoncé et critiqué fortement les autorités locales pour leur relation avec le crime organisé», d'après RSF.

Sur son compte suivi par 1.070 abonnés, la victime se présentait comme le «directeur général» de trois publications en ligne. Dans l'un de ses derniers articles publiés fin décembre - en fait un long éditorial -, José Luis Gamboa dénonçait des acteurs politiques «liés au crime organisé».

Le Mexique est considéré comme l'un des pays les plus dangereux au monde pour les journalistes, exposés aux représailles des cartels de narcotrafiquants à l'oeuvre dans plusieurs des 32 Etats du pays.

Une centaine de journalistes ont été tués depuis 2000, d'après des chiffres de la Commission des droits de l'homme.