A Bagdad, une mosquée de l'ère Saddam cristallise les divisions

Cette photo prise le 16 novembre 2021 montre une vue de la grande mosquée al-Rahman dans le district d'al-Mansour de la capitale irakienne Bagdad, l'un des derniers projets du défunt dictateur irakien Saddam Hussein. Conçue pour accueillir 15 000 fidèles, l'une des plus grandes du Moyen-Orient, la mosquée al-Rahman était censée rivaliser en grandeur avec le Taj Mahal, mais le projet monumental de l'ancien dictateur irakien n'a jamais été achevé. (Ahmad Al-Rubaye/AFP)
Cette photo prise le 16 novembre 2021 montre une vue de la grande mosquée al-Rahman dans le district d'al-Mansour de la capitale irakienne Bagdad, l'un des derniers projets du défunt dictateur irakien Saddam Hussein. Conçue pour accueillir 15 000 fidèles, l'une des plus grandes du Moyen-Orient, la mosquée al-Rahman était censée rivaliser en grandeur avec le Taj Mahal, mais le projet monumental de l'ancien dictateur irakien n'a jamais été achevé. (Ahmad Al-Rubaye/AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 05 décembre 2021

A Bagdad, une mosquée de l'ère Saddam cristallise les divisions

  • Prévue pour accueillir 15.000 fidèles, la mosquée Al-Rahmane devait être une des plus grandes du Moyen-Orient
  • Initialement de rite sunnite, la mosquée est tombée sous la coupe des religieux chiites après 2003

BAGDAD, Irak : La monumentale mosquée inachevée en béton gris, en plein cœur de la capitale irakienne, était un des derniers projets phares de Saddam Hussein et devait rivaliser avec le Taj Mahal. Elle est aujourd'hui un enjeu de lutte entre différentes factions politico-religieuses.

Prévue pour accueillir 15.000 fidèles, la mosquée Al-Rahmane devait être une des plus grandes du Moyen-Orient. Lancée à la fin des années 1990 en plein embargo occidental, sa construction était un pied-de-nez à Washington. Elle ne sera jamais achevée et le dictateur sera renversé en 2003 par l'invasion américaine.

Aujourd'hui, un trou béant s'ouvre vers le ciel, à l'endroit où le dôme central de céramique orné d'or, haut de 84 mètres, devait couvrir le lieu de culte.

En revanche, les huit dômes secondaires, hauts de 28 mètres et abritant eux-mêmes huit petits dômes de 14 mètres, sont quasi terminés. Plusieurs grues sont toujours immobilisées autour du bâtiment, dans un des quartiers aisés de la capitale.

"Malheureusement nous avons négligé le patrimoine du pays. Ces projets appartiennent à tous les Irakiens, il faut exploiter cet héritage, en faire des sites culturels et touristiques", plaide l'architecte et universitaire Mohamed Qassem Abdel Ghaffour.

"Tout ça, c'est l'argent de l'Irak et l'État doit en tirer profit", insiste-t-il.

Initialement de rite sunnite, la mosquée est tombée sous la coupe des religieux chiites après 2003. Elle est aujourd'hui au cœur de dissensions internes au sein de cette communauté, qui domine le pouvoir central de Bagdad.

"Depuis la chute de l'ancien régime, la mosquée est contrôlée par le Parti de la vertu islamique", indique un haut responsable gouvernemental s'exprimant sous anonymat. "Le parti n'a jamais pu finir la construction, car les besoins (financiers) sont énormes."

- «Partis armés» -

Ce parti a été un "obstacle" face aux projets du gouvernement, qui aurait pu transformer le bâtiment en université ou en musée, assure le responsable.

Saddam Hussein "voulait une mosquée plus grande encore que le Taj Mahal", reconnaît-il.

Officiellement le parti nie avoir fait main basse sur la mosquée. Même si, chaque vendredi, ses partisans s'y rendent pour la traditionnelle prière de la mi-journée, sous un des dômes secondaires.

Et quelque 150 familles affiliées au parti vivent depuis des années dans des habitations informelles érigées sur des terrains vagues autour de la mosquée.

Saisi par le Waqf chiite -- une institution religieuse gérant les biens de la communauté chiite --, un tribunal avait reconnu en janvier 2020 que la propriété de la mosquée revenait à cette institution qui gère les biens religieux de la communauté.

Le verdict obligeait le Parti de la vertu islamique à payer 200 millions de dollars (176,5 millions d'euros) de compensations, selon un communiqué du Waqf.

Le Waqf accusait le parti de s'être accaparé le site "pendant plus de 16 ans", l'administrant "sans aucune légitimité légale ou religieuse".

La décision de justice n'a jamais été appliquée.

"A plusieurs reprises, l'armée et la police sont intervenues. Mais face aux armes de l'Etat, il y a les armes des partis", résume le militant Subeih al-Kachtini. "La construction ne pourra pas reprendre tant que la mosquée continuera à être l'objet de conflits partisans."

- «Récupération de la religion» -

Le site, assure le Waqf chiite, pourrait permettre la création de 20.000 emplois, grâce à des investissements visant à ériger des centres commerciaux ou des complexes résidentiels sur les terrains jouxtant la mosquée.

Mais en attendant, c'est le statu quo.

Pour Caecilia Pieri, chercheuse associée à l'Institut français du Proche-Orient, la mosquée s'inscrit dans la "politique de symbolique architecturale" menée sous l'ancien régime.

Saddam Hussein érige alors d'immenses monuments à Bagdad, et son action dans les années 1990 se fait sous le signe de "la récupération de la religion: je mets Allah Akbar sur le drapeau et je construis des mosquées", indique cette spécialiste de l'architecture de Bagdad au XXe siècle.

L'architecte Mazen al-Aloussi, un des responsables de la conception du projet sous l'ancien régime, vante, lui, une initiative "unique en son genre".

Ayant quitté l'Irak en 2005 pour fuir les violences confessionnelles qui déchiraient le pays, il assure que les financements nécessaires pour achever l'édification de la mosquée ne devraient pas être si élevés que cela.

"Il faudrait en faire une mosquée unifiée, où tant les chiites que les sunnites vont prier."


Début de la construction du complexe artistique royal, le Parc du Roi Salmane, à Riyad

Le complexe a pour ambition d'être un haut lieu de la culture et des arts au cœur de Riyad. (Photo, Fondation du parc du roi Salmane)
Le complexe a pour ambition d'être un haut lieu de la culture et des arts au cœur de Riyad. (Photo, Fondation du parc du roi Salmane)
Short Url
  • Le complexe, qui s’étendra sur plus de 500 000 mètres carrés, comprendra un musée des cultures du monde, un théâtre national et un institut royal des arts traditionnels
  • Le parc du Roi Salmane a été conçu pour être le «poumon vert» de la capitale et le plus grand parc urbain du monde, couvrant une superficie de plus de 16 millions de mètres carrés

RIYAD: Les travaux de construction du Complexe artistique royal à Riyad ont commencé, a annoncé mercredi la Fondation du parc du roi Salmane.
Le complexe, qui couvrira une superficie de plus de 500 000 mètres carrés, est l'une des parties les plus importantes du projet du parc du roi Salmane, qui a été lancé par le roi le 19 mars 2019, sous la supervision directe du prince héritier, Mohammed ben Salmane.
Il comprend le Musée des cultures du monde, haut de 110 mètres, le Théâtre national, d'une capacité de 2 300 places, et l'Institut royal des arts traditionnels, qui comprendra l'Académie des arts visuels traditionnels, l'Académie du patrimoine culturel et de la restauration, et l'Académie des arts théâtraux.


Il y aura également un pavillon de sculptures, deux théâtres, trois cinémas, un grand hall pour exposer les œuvres des artistes et autres créateurs, et une bibliothèque spécialisée dans la culture et les arts qui abritera plus de 250 000 livres.
La fondation est présidée par le prince héritier et incarne sa vision du complexe, qui doit être un haut lieu de la culture et des arts au cœur de Riyad, en adoptant le design architectural salmanien, qui allie valeurs modernes et traditionnelles, dans sa construction.


Le parc du Roi Salmane a été conçu pour être le «poumon vert» de la capitale et le plus grand parc urbain du monde, couvrant une superficie de plus de 16 millions de mètres carrés. Il offrira une expérience dynamique aux habitants et aux visiteurs de la ville en proposant une variété d'installations environnementales, culturelles, artistiques et récréatives. Il vise également à renforcer le classement mondial de Riyad parmi les villes les plus agréables à vivre.
Le projet comprend une voie piétonne circulaire de 7,2 kilomètres, plus de 11 kilomètres carrés d'espaces ouverts et environ un million d'arbres.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’ONU exige que les assassins d'Abou Akleh soient traduits en justice

Mémorial improvisé sur le site où la journaliste Shireen Abou Akleh a été tuée par balle, dans la ville de Jénine, en Cisjordanie (Photo, AP).
Mémorial improvisé sur le site où la journaliste Shireen Abou Akleh a été tuée par balle, dans la ville de Jénine, en Cisjordanie (Photo, AP).
Short Url
  • Les membres du Conseil de sécurité condamnent la violence israélienne lors des funérailles de la journaliste et demandent à nouveau une enquête indépendante sur sa mort
  • Israël est de nouveau appelé à mettre fin à l'expansion des colonies et à annuler les ordres de démolition et d'expulsion des propriétés palestiniennes

NEW YORK: L'assassinat de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abou Akleh à Jénine, en Cisjordanie, et l'usage excessif de la force par la police israélienne contre les personnes en deuil lors de ses funérailles ont de nouveau été au cœur de la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies qui s'est tenue jeudi.

Les membres du Conseil ont condamné le meurtre d'Abou Akleh et ont réitéré leurs appels à une enquête indépendante et transparente sur sa mort, tandis que Tor Wennesland, le coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, a insisté que «les responsables de la mort de la journaliste doivent être tenus pour responsables».

La représentante permanente des États-Unis auprès des Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, a décrit le «meurtre déchirant» d'Abou Akleh comme une «perte tragique et une offense à la liberté de la presse, partout dans le monde».

Elle a fermement condamné le meurtre et a appelé à «une enquête immédiate, approfondie, transparente et impartiale», ajoutant: «Dès la conclusion de l'enquête, nous attendons que les personnes jugées responsables répondent pleinement de leurs actes.»

Thomas-Greenfield a signalé que la mort d'Abou Akleh a été aggravée par la violence qui a marqué son cortège funéraire.

«Nous avons directement fait part de nos préoccupations à Israël concernant les images troublantes de la police israélienne faisant intrusion dans le cortège», a-t-elle avisé.

L'envoyée américaine a appelé toutes les parties à honorer Abou Akleh en «redoublant» les efforts de paix.

Les anciens et actuels membres européens du Conseil de sécurité ont également réitéré leur demande d'enquête sur le meurtre d'Abou Akleh et se sont dits choqués par «la violence exercée par la police israélienne à l'égard des personnes en deuil lors de ses funérailles».

Dans une déclaration commune publiée après la réunion du Conseil de sécurité, les membres de l'UE, la France, l'Irlande et l'Estonie, rejoints par l'Albanie, ont déploré la décision prise le 12 mai par le Conseil supérieur de la planification israélien d'avancer les plans de construction de plus de 4 000 logements en Cisjordanie occupée.

La déclaration a exhorté Israël à annuler cette décision, ainsi qu'à renoncer aux démolitions et aux expulsions prévues, en particulier dans la zone de Masafer Yatta, qui pourrait à elle seule entraîner le transfert forcé de 1 200 personnes.

Condamnant toutes les attaques contre les journalistes, Wennesland a indiqué que la mort d'Abou Akleh «a rassemblé les Palestiniens et d'innombrables autres personnes dans le monde entier dans le chagrin et la colère, tout en servant de nouveau à rappeler le coût humain dévastateur de ce conflit».

Le coordinateur spécial a également déploré «le schéma familier de la violence quotidienne, notamment les affrontements armés, l'expansion des colonies, les expulsions, les démolitions et les saisies de biens palestiniens, ainsi qu'une attaque terroriste mortelle en Israël».

Les violences quotidiennes ont fait 10 morts, dont une femme et trois enfants, et 346 blessés, dont 24 enfants.

Ces morts et ces blessés aux mains des forces de sécurité israéliennes se sont produits lors de manifestations, d'affrontements et d'opérations de recherche et d'arrestation, a indiqué Wennesland.

Il a souligné que des colons israéliens et d'autres civils ont mené 57 attaques contre des Palestiniens, qui ont entraîné la mort d'un enfant palestinien, fait 24 blessés et endommagé des biens palestiniens.

Entre-temps, quatre civils israéliens et un membre du personnel de sécurité israélien ont été tués et 22 civils et 20 membres du personnel de sécurité ont été blessés par des Palestiniens lors d'attaques à l'arme à feu ou à l'arme blanche ou lors d'affrontements impliquant le lancement de pierres ou d’engins incendiaires de fabrication artisanale.

Wennesland a également demandé que l'on se penche d'urgence sur la situation financière «désastreuse» de l'Autorité palestinienne, «aggravée par les restrictions de l'occupation, l'absence de réformes palestiniennes sérieuses et les perspectives peu claires de soutien des donateurs».

 «Sans mesures politiques significatives de la part d'Israël, sans réformes audacieuses de la part de l'Autorité palestinienne et sans un soutien accru des donateurs, ces défis économiques se poursuivront», a-t-il soutenu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Irak: Deux morts dans des tirs de roquettes au Kurdistan

Des roquettes lancées par les forces armées irakiennes contre des positions kurdes peshmergas dans la région de Faysh Khabur, le 26 octobre 2017 (Photo, AFP).
Des roquettes lancées par les forces armées irakiennes contre des positions kurdes peshmergas dans la région de Faysh Khabur, le 26 octobre 2017 (Photo, AFP).
Short Url
  • Deux des victimes étaient âgées de 10 et 13 ans, ont indiqué des proches
  • Les vergers touchés se trouvent à quelques kilomètres seulement d'une base turque

DOHOUK: Au moins deux enfants ont été tués jeudi dans des tirs de roquettes sur des vergers au Kurdistan autonome dans le nord de l'Irak, a annoncé un responsable local, les services antiterroristes kurdes imputant ces frappes à des rebelles kurdes turcs.

Les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont "catégoriquement démenti ces allégations" dans un communiqué, dénonçant une tentative des autorités d'Erbil de "blanchir" la Turquie, qui a lancé plusieurs offensives contre le PKK dans le nord de l'Irak.

Deux des victimes étaient âgées de 10 et 13 ans, ont indiqué des proches à un correspondant de l'AFP dans une mosquée de la ville de Dohouk, où les corps ont été apportés.

"Des tirs d'artillerie ont visé le secteur de Bamarni, tuant deux civils, des mineurs, et blessant deux autres civils", a indiqué à l'AFP Warchine Souleimane, chef du district d'Ammadia, où se trouve la zone frappée.

Dans un communiqué, les services antiterroristes kurdes ont accusé le PKK d'avoir "tiré deux roquettes sur le village d'Ardana dans le secteur de Bamarni", faisant état de "deux civils tués et deux blessés".

Les vergers touchés se trouvent à quelques kilomètres seulement d'une base turque.

Classé comme organisation "terroriste" par Ankara, le PKK, qui dispose de bases et de camps d'entraînement dans la région autonome du Kurdistan d'Irak, mène une insurrection contre l'Etat turc depuis 1984.

La Turquie, qui a de facto installé plusieurs dizaines de bases militaires depuis 25 ans au Kurdistan irakien, a lancé à la mi-avril une nouvelle opération militaire contre le PKK dans le nord de l'Irak.

Erbil, capitale du Kurdistan d'Irak, entretient des relations compliquées avec le PKK car sa présence dans la région entrave ses relations commerciales vitales avec la Turquie voisine.

Le ministère turc de la Défense a annoncé jeudi la mort d'un soldat turc lors d'une opération dans le nord de l'Irak, sixième militaire turc tué dans la zone depuis mardi.

Il y a près d'une semaine, au moins six personnes, dont trois civils, ont été tuées dans le nord de l'Irak par des frappes de drones imputées à la Turquie et visant le PKK, selon des responsables locaux.