Le variant omicron a-t-il bouleversé la chaîne d'approvisionnement mondiale ?

Short Url
Publié le Samedi 11 décembre 2021

Le variant omicron a-t-il bouleversé la chaîne d'approvisionnement mondiale ?

  • À tout moment, environ 25 millions de conteneurs sillonnent les mers, sur environ 6 000 navires, vers des ports reliés à des réseaux ferroviaires et routiers tentaculaires
  • Les problèmes de production ont eu des conséquences de grande envergure dans tous les types d'industries

L'émergence du variant omicron a balayé les premiers signes de reprise de la chaîne d'approvisionnement mondiale, notamment au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

«Il peut encore y avoir des fluctuations, mais dans l'ensemble, je pense que le pire est passé», a déclaré Esben Poulsson, qui préside l'International Chamber of Shipping, sur "Squawk Box Asia" de CNBC le 23 novembre.

Mais trois jours plus tard, l'Organisation mondiale de la santé a annoncé la mauvaise nouvelle en qualifiant la souche de «variant préoccupant», après qu'un scientifique sud-africain a signalé sa découverte. Il a évalué le risque global posé par omicron comme «très élevé».

grkjyh
La demande soudaine de meubles pour le travail à domicile a eu un impact sur la chaîne d'approvisionnement mondiale (Photo, Shutterstock)

 

Cette nouvelle a fait chuter les marchés mondiaux, les investisseurs craignant que la reprise de l'activité économique ne soit touchée par la réimposition des restrictions et des confinements par les gouvernements.

Cela a également ébranlé les chaînes d'approvisionnement mondiales qui sont confrontées à des goulots d'étranglement, des pénuries, des retards et une hausse des prix depuis mars 2020.

À tout moment, environ 25 millions de conteneurs sillonnent les mers, sur environ 6 000 navires, vers des ports reliés à des réseaux ferroviaires et routiers tentaculaires.

Le coût moyen du fret maritime a chuté de 1,5% à 9 050,77 $ par conteneur standard de 40 pieds la semaine dernière, mais c'est près de trois fois plus élevé qu'il y a un an, selon le World Container Index, compilé par la société de recherche maritime Drewry.

Une route fondamentale entre Shanghai et New York a chuté de 5% à 12 582 $ par conteneur de 40 pieds la semaine dernière, mais plus tôt cette année, au plus fort de la crise sanitaire, les routes entre les États-Unis et la Chine ont culminé à environ 20 500 $ par conteneur de 40 pieds.

L'indice a constaté que le coût moyen du fret maritime au cours des cinq dernières années avait été de 2 709 $ par conteneur de 40 pieds.

Ces coûts plus élevés se sont traduits par des prix plus élevés pour toutes sortes de marchandises et de matières premières, des semi-conducteurs aux voitures, en passant par les dindes, les jouets et les coûts de l'énergie.

hfkgh
La chaîne de glaciers Nine Soft Serve a vu ses coûts d'approvisionnement augmenter (Photo fournie)

 

Les prix au comptant du pétrole brut Brent ont doublé depuis la fin juin de l'année dernière, a noté l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans ses plus récentes perspectives économiques.

Elle a ajouté que le charbon et le gaz naturel ont bondi d'environ huit fois et 18 fois respectivement au cours des 18 derniers mois, atteignant des pics en octobre.

Ces coûts plus élevés ont déjà fait grimper l'inflation dans de nombreux pays développés et continueront de le faire, a déclaré l'OCDE.

L'organisme économique a relevé ses prévisions d'inflation dans les pays du G20 l'année prochaine à 4,4% dans son rapport sur les perspectives économiques de décembre, contre 3,9% dans sa prévision de septembre.

L'OCDE a affirmé : «Les perspectives soulignent le risque que des perturbations continues de l'approvisionnement, peut-être associées à de nouvelles vagues d'infections à la Covid-19, puissent entraîner une inflation plus longue et plus élevée.

Un autre risque, exposé par l'émergence du variant omicron ces derniers jours, est une aggravation de la situation sanitaire en raison de la Covid-19 entraînant de nouvelles restrictions qui mettraient en péril la reprise économique».

Les prix d'expédition élevés découlent d'une augmentation de la demande au début de la pandémie de la part des consommateurs qui ne pouvaient pas dépenser pour des articles tels que les repas au restaurant, les vacances et les sorties au cinéma.

Au lieu de cela, ils ont dépensé pour des articles pour leur maison, allant des bureaux, des consoles de jeux vidéo pour le divertissement aux factures d'épicerie plus importantes.

Cela a touché des producteurs dans des usines et des fermes qui avaient réduit leur production sur le houblon, car ils avaient été frappés par des pénuries de main-d'œuvre provoquées par la crise sanitaire.

C'était le cas dans bon nombre des principales usines de fabrication du monde en Chine, en Corée du Sud, à Taïwan, au Vietnam ainsi qu'en Allemagne.

La volonté des usines et des fermes d'augmenter la production pour répondre à une demande plus élevée a entraîné des pénuries, des goulots d'étranglement et de longues files d'attente dans les ports et les entrepôts tout au long de la chaîne d'approvisionnement. Au même moment, les restrictions sanitaires ont entraîné une pénurie de chauffeurs routiers, qui ne pouvaient pas facilement traverser les frontières, ou restaient simplement chez eux.

Ces problèmes de production ont eu des conséquences de grande envergure dans tous les types d'industries.

Au cours des neuf premiers mois de l'année, la production automobile dans la zone euro était inférieure de 26% à celle de la même période en 2019 et de 10% aux États-Unis, a noté l'OCDE, en grande partie en raison d'une pénurie de semi-conducteurs et de métaux.

Même avant l'émergence d'omicron, les hauts responsables des entreprises étaient divisés sur la durée pendant laquelle les effets de la pandémie pèseraient sur les chaînes d'approvisionnement.

«Ce ne sera pas du tout un problème l'année prochaine», a affirmé le PDG de JPMorgan Chase, Jamie Dimon, lors d'une conférence virtuelle organisée par l'Institute of International Finance en octobre.

Le patron de la banque a ajouté : «C'est le pire. Je pense que les grands systèmes de marché s'y adapteront comme les entreprises l'ont fait».

Mais le même mois, DP World, basé à Dubaï, qui gère 81 ports et terminaux intérieurs dans le monde, a signalé que la chaîne d'approvisionnement pourrait prendre deux ans pour revenir à l'ordre, en partie parce que le monde est tellement dépendant de la production chinoise.

«Je ne pense pas que le problème des chaînes d'approvisionnement s'atténuera au cours des deux prochaines années, c'est l'effet d'entraînement», a expliqué le président-directeur général de DP World, Sultan Ahmed ben Sulayem, au Financial Times.

Il a ajouté : «Les retards aujourd'hui ne sont pas seulement le problème de ce qui n'est pas livré, le problème est aussi celui des autres produits qui ne peuvent pas être livrés. Ils sont maintenant dans une file d'attente.

«La Chine ne tolérera ni ne permettra aucune possibilité de propagation de ce virus. Donc, s'ils ont une infection, ils ferment les ports, et cela se reflète certainement dans la chaîne d'approvisionnement».

La société de logistique basée à Djeddah Uniworld Freight, qui livre du fret maritime, aérien et routier dans 65 pays, a souligné que les réseaux de transport sont actuellement encore sous pression.

Le PDG d'Uniworld Freight, Mohammed Bawazir, a déclaré à Arab News : «Nous sommes confrontés à plusieurs défis. Nos importantes entreprises importent d'Extrême-Orient, et la plupart des navires manquent d'espace et il y a aussi une pénurie de conteneurs vides. Le prix du fret maritime a été multiplié par trois et il y a peu de stabilité».

Bawazir a ajouté : «Sur la base de nos discussions avec les clients, des coûts d'expédition plus élevés ont conduit les entreprises à réduire les commandes, ce qui à son tour entraîne une baisse de la production».

Le poids de la fragile chaîne d'approvisionnement mondiale a également touché une chaîne de six glaciers indépendants basés à Riyad, Dammam et Al-Khobar, appelée Nine Soft Serve.

La PDG de la chaine de magasins, Abeer Al-Hashim, a révélé : «Je pense que tout le monde dans l'industrie de l'alimentation et des boissons souffre de retards. Certains fournisseurs en Europe ont arrêté la production pendant un certain temps, ce qui a entraîné une pénurie d'approvisionnement».

Al-Hashim a indiqué qu'elle avait constaté une augmentation des prix de ses fournisseurs et s'attend à ce qu'ils augmentent encore l'année prochaine, mais a résisté à la répercussion sur les acheteurs.

Elle a souligné: «En fait, nous reconsidérons nos prix pour les rendre plus abordables pour nos clients».

Al-Hashim a ajouté que son «objectif est d'être aussi indépendante que possible» et travaille actuellement avec une gamme de distributeurs pour avoir un meilleur contrôle sur la chaîne d'approvisionnement de l'entreprise.

Les entreprises du monde entier, des multinationales aux détaillants à magasin unique, sont probablement occupées à essayer de résoudre le même casse-tête.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Maire à Washington, pour discuter des subventions vertes au «Made in America»

«Le plus important, c'est que nous coopérions entre alliés pour qu'il y ait de la transparence sur le montant des subventions et des crédits d'impôts qui seront accordés», a expliqué Bruno Le Maire (Photo, AFP).
«Le plus important, c'est que nous coopérions entre alliés pour qu'il y ait de la transparence sur le montant des subventions et des crédits d'impôts qui seront accordés», a expliqué Bruno Le Maire (Photo, AFP).
Short Url
  • Bruno Le Maire, et son homologue allemand, Robert Habeck, vont plaider pour une concurrence «équitable»
  • L'Union européenne s'inquiète pour son industrie, craignant des délocalisations industrielles vers les Etats-Unis

WASHINGTON: Les subventions pour l'industrie verte "Made in America" du plan climat de Joe Biden inquiètent l'Europe, et les ministres de l'Economie français et allemand tenteront, mardi à Washington, de convaincre les Etats-Unis de mieux coopérer avec leur partenaire d'Outre-Atlantique.

Le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, et son homologue allemand, Robert Habeck, vont ainsi plaider pour une concurrence "équitable", lors de cette journée dans la capitale des Etats-Unis.

Le but principal: obtenir de la "transparence" de la part de leur allié quant aux subventions accordées dans le cadre de l'"Inflation Reduction Act" (IRA), qui prévoit 370 milliards de dollars d'investissements en faveur de la lutte contre le changement climatique, notamment pour les fabricants américains de batteries de voitures électriques ou de panneaux solaires.

L'Union européenne s'inquiète pour son industrie, craignant des délocalisations industrielles vers les Etats-Unis.

"Le plus important, c'est que nous coopérions entre alliés pour qu'il y ait de la transparence sur le montant des subventions et des crédits d'impôts qui seront accordés", a ainsi expliqué le ministre français, dans un entretien à l'AFP.

"La Commission européenne a proposé la mise en œuvre de 'matching clauses', clauses d'alignement sur le montant des aides américaines. (...) Encore faut-il que nous sachions quel est le montant de ces aides", avait-il ajouté.

«Nouvelles solutions»

C'est en effet la Commission européenne qui mène les négociations avec Washington, et préparera sa réponse à l'occasion d'un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement les 9 et 10 février.

Mais "étant les ministres de terrain responsables des industries, nous voulons apporter notre expertise", a précisé le ministre allemand, lundi à des journalistes à Washington.

"Nous pouvons contribuer à trouver de nouvelles solutions", a ajouté M. Habeck, saluant cependant "un grand succès" dans le fait "que le gouvernement américain ait finalement décidé de faire quelque chose contre le réchauffement climatique".

Au cours de la journée marathon de mardi, les deux ministres rencontreront le conseiller économique de la Maison Blanche, Brian Deese, et le conseiller adjoint à la sécurité nationale, Mike Pyle, s'entretiendront avec la secrétaire au Commerce, Gina Raimondo, puis avec leur homologue américaine, la secrétaire au Trésor Janet Yellen.

Une conférence de presse conjointe sera ensuite organisée, avant leur dernier entretien de la journée, avec le sénateur démocrate Joe Manchin, qui a joué un rôle décisif dans le renforcement des conditions d'attribution des subventions en échange de son vote en faveur de l'IRA.

«Engagement continu et soutenu»

Washington assure vouloir travailler avec Bruxelles. Mais se montre ferme quant au bien-fondé de sa législation.

"Cette réunion s'inscrit dans le cadre de notre engagement continu et soutenu avec nos homologues européens sur des questions d'intérêt mutuel", a indiqué un responsable du département au Trésor.

Les Etats-Unis sont "impatients de travailler avec (leurs) alliés européens pour accélérer les investissements dans les technologies vertes", et "se sont engagés à s'associer à leurs homologues en Europe et dans le monde pour construire des chaînes d'approvisionnement résilientes en énergie propre", a-t-il assuré.

La secrétaire américaine au Trésor "a souligné le besoin de stimuler le développement et le déploiement technologique des deux côtés de l'Atlantique pour accélérer la transition vers l'énergie verte et accomplir nos objectifs climatiques collectifs" lors d'un appel concernant l'IRA lundi avec la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager, selon un communiqué du département au Trésor.

Autre requête des Européens envers les Etats-Unis: "une approche coopérative sur les investissements les plus stratégiques dans des domaines aussi sensibles que les semi-conducteurs", avait précisé Bruno Le Maire.

"Le défi n'est pas de se voler des marchés très compétitifs, le défi est que nous arrivions à développer ensemble, Etats-Unis et Europe, une industrie verte performante, compétitive et la plus innovante de la planète", a-t-il ajouté.


La conférence Leap 2023 accorde une place de choix à l'économie créative

La conférence Leap examine l'impact des technologies sur la croissance de l'économie créative (Photo fournie).
La conférence Leap examine l'impact des technologies sur la croissance de l'économie créative (Photo fournie).
Short Url
  • La deuxième édition de la conférence consacrée à la technologie s'intéresse autant à la science et à la technologie qu'aux arts et au divertissement
  • Les sessions de la première journée ont abordé le rôle crucial de la créativité dans le développement de la technologie, de l'intelligence artificielle et de l'économie

RIYAD: Qu'est-ce qu'une économie créative? Ce concept en vogue aujourd'hui donne à la culture et à l'imagination une place centrale dans l'expansion économique et technologique.
L'auteur britannique John Howkins a inventé ce terme en 2001 pour décrire les systèmes économiques où la valeur est liée à l'imagination plutôt qu'aux ressources traditionnelles que sont le travail, la terre et le capital.
Howkins applique ce terme aux biens culturels, à l'art, à la recherche et au développement, aux jouets et aux jeux. Il estime que la créativité est une caractéristique intrinsèque des économies du XXIe siècle, tout comme l'industrie manufacturière a défini les économies des XIXe et XXe siècles.
La conférence Leap de cette année accorde une attention particulière à l'économie créative et lui a consacré un programme axé sur la créativité, l'économie et la technologie.
La conférence s'intéresse autant à la science et à la technologie qu'à l'art et au divertissement. Elle illustre la manière dont le progrès technologique dans le domaine du divertissement immersif et numérique influence les domaines de l'art, de la mode, de l'architecture et du design, ce qui a une incidence sur le mode de vie et le travail des êtres humains.
Les tables rondes intitulées «L'art au croisement de la culture et du numérique», «Préserver les arts et la culture avec l'intelligence artificielle», «Construire des communautés engagées à l'ère du métavers» et «La création de contenu et économie de la création», notamment, examinent le rôle primordial que joue la créativité dans l'expansion de la technologie, de l'intelligence artificielle et de l'économie.
«En tant qu'artiste, je trouve que l'intelligence artificielle (IA) est un outil qui me permet de penser davantage à l'avenir et d'élargir ma pratique artistique», a déclaré MaryLiz Bender, artiste, technophile, directrice de la création et cofondatrice de Cosmic Perspective, lors d'une table ronde sur «L'avenir de l'art, l'évolution de l'humanité».
«Je veux penser à l'avenir et à ce que nous serons dans 10, 20, 30, 50, voire 100 ans, et c'est là que l'IA m'a aidé.»
«Nous sommes arrivés à un point où notre interaction et notre collaboration avec les modèles d'IA améliorent notre rendement créatif en tant qu'artistes», a-t-elle ajouté.
L'économie créative est également un thême central de la Vision 2030 saoudienne, pilier du programme de réforme et de transformation sociale du pays. Cette stratégie, lancée par le prince héritier Mohammed ben Salmane en 2016, vise à sortir le pays de sa dépendance au pétrole et au gaz et à développer une économie tournée vers l'avenir, une économie créative, avant-gardiste et avancée sur le plan technologique.
Selon Vision 2030, la créativité dans toutes les industries est essentielle à la réalisation des trois objectifs principaux du programme: «Construire une société dynamique, une économie florissante et une nation ambitieuse».
La technologie, comme l'a démontré le premier jour de la conférence, occupe une place fondamentale dans la préservation de la culture et du patrimoine, et dans le progrès artistique.
Lors d'une session intitulée «Préserver les arts et la culture», Rami Jawhar, directeur de programme pour Google Arts & Culture, a présenté le rôle des technologies telles que l'IA dans la protection de la culture.
Évoquant les régions touchées par les conflits et la misère, où les langues et les cultures traditionnelles sont menacées d'extinction, M. Jawhar a montré comment, grâce à la technologie, Google s'efforce de préserver le patrimoine culturel, y compris dans le monde immatériel du métavers.
Grâce à diverses technologies, il est possible d'entretenir et de préserver la mémoire des cultures et des traditions du passé, une pratique vitale à l'heure où l'humanité entre de plein pied dans la «quatrième révolution industrielle».
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Organisation de coopération numérique dévoile sa feuille de route pour 2030

L'Organisation de coopération numérique (OCN) a annoncé sa feuille de route pour 2030 à Riyad, le 5 janvier (Photo AN, Abdulaziz Alarifi).
L'Organisation de coopération numérique (OCN) a annoncé sa feuille de route pour 2030 à Riyad, le 5 janvier (Photo AN, Abdulaziz Alarifi).
Short Url
  • Ce plan aspire à un avenir ambitieux dans lequel l'économie numérique contribue à hauteur de 30% au PIB mondial
  • «Nous pouvons libérer tout le potentiel de l'économie numérique mondiale», affirme la secrétaire générale de l’OCN

RIYAD: L'Organisation de coopération numérique a appelé à une collaboration mondiale pour combler le fossé technologique, dévoilant sa feuille de route pour 2030 lors de sa deuxième assemblée générale annuelle à Riyad.
Ce plan aspire à un avenir ambitieux dans lequel l'économie numérique contribue à hauteur de 30% au produit intérieur brut mondial et crée 30 millions d'emplois dans le monde.
Il est conçu pour promouvoir les intérêts communs, plaider en faveur d'une coopération accrue, mettre en place un cadre réglementaire et un climat propice aux affaires, et préserver l'inclusivité et la fiabilité de l'économie numérique aux niveaux local, régional et mondial.
«La beauté de cette feuille de route est qu'elle est agile et flexible», a déclaré à Arab News la secrétaire générale de l'OCN, Deemah al-Yahya.
«Elle se penche sur tous les défis auxquels nous sommes actuellement confrontés dans nos pays membres. Elle examine en profondeur les besoins, les réformes que nous devons adopter et les initiatives que nous devons lancer pour atteindre ces objectifs.»