Le Festival du film de la mer Rouge en Arabie saoudite s’achève par un tapis rouge et un gala

Mohamed Al-Turki, célèbre réalisateur saoudien et président du comité du festival en compagnie de la top-modèle britannique Naomi Campbell. (Photo, AFP)
Mohamed Al-Turki, célèbre réalisateur saoudien et président du comité du festival en compagnie de la top-modèle britannique Naomi Campbell. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 28 décembre 2021

Le Festival du film de la mer Rouge en Arabie saoudite s’achève par un tapis rouge et un gala

  • Les stars se rassemblent à Djeddah pour un événement qui se termine en beauté, avec la promesse de nouveautés encore meilleures à venir
  • Le rideau tombe une magnifique soirée qui a marqué un moment historique pour le cinéma dans le Royaume

DJEDDAH: Prenant part à un nouvel événement marquant pour l'industrie cinématographique saoudienne naissante, les stars se sont encore une fois réunies lundi sur le tapis rouge à Djeddah pour la finale du premier festival international du film de la mer Rouge.

Même si les projections de films se poursuivront pendant deux jours encore, le gala, qui comprenait l'annonce des lauréats du festival, a marqué la fin officielle d'un événement que peu de gens voyaient se dérouler dans le Royaume il y a quelques années seulement. Effectivement, l'interdiction des cinémas n’a été levée dans le pays que depuis quatre ans.

Des dizaines d'acteurs, de célébrités, de cinéastes et de responsables étaient présents à la soirée, notamment la top-modèle Naomi Campbell, l'acteur britannique Ed Westwick, l'actrice espagnole Maria Pedraza, le scénariste de «Junoon» Pedro Paula Araujo, le président de l'Institut du monde arabe à Paris et ancien ministre français de la culture Jack Lang, le réalisateur italien Giuseppe Tornatore ainsi que plusieurs acteurs de la région, dont Basem Khayat, Hend Sabri, Maysa Maghrabi, Ahd Kamel, Dhafer Labidine et Yasmine Sabri.

«C'était notre tout premier festival international du film et nous avons appris beaucoup de choses que nous allons investir dans la deuxième édition», a déclaré Mohamed Al-Turki, célèbre réalisateur saoudien et président du comité du festival, lors de la cérémonie de clôture.

«Les réactions des invités qui ont partagé leurs histoires et ont évoqué l’accueil chaleureux et l'hospitalité que le peuple saoudien leur a offerts m’ont ému. L'industrie cinématographique saoudienne aura désormais un bel avenir.»

Ces impressions ont été réitérées par un certain nombre d'invités internationaux, dont Lang qui a dit: «Je suis très heureux parce que le premier festival du film de la mer Rouge a remporté un grand succès et nous voyons bien que les gens sont aussi heureux que moi.»

«C'est un grand progrès pour le cinéma saoudien ; nous avons découvert de nombreux nouveaux et jeunes talents. Je suis très optimiste et je suis sûr que ce festival deviendra l’un des plus importants au monde dans l’industrie du cinéma.»

Pendant la cérémonie de clôture, les lauréats des compétitions du festival – dont le meilleur film, le meilleur film saoudien, le meilleur court métrage et les prix spéciaux «Immersive» pour les projets de réalité virtuelle – ont été annoncés. Ils ont été choisis par trois jurys dirigés par Giuseppe Tornatore, réalisateur de «Cinema Paradiso», Marwan Hamad, réalisateur égyptien, et Laurie Anderson, artiste américaine avant-gardiste.

Le premier prix de la soirée, celui du meilleur film saoudien, a été décerné au thriller psychologique «Rupture» et a été remis au réalisateur Hamza Jamjoom par Campbell.

Le prix du Yusr d'or pour le meilleur film a été remis au drame «Brighton 4th» réalisé par le Géorgien Levan Koguashvili.

Le prix du court métrage a été décerné à «Tala'Vision», réalisé par le Jordanien Murad Abu Eisheh. Quant au prix de la mention spéciale, il a été attribué à «Farha», un film dont l’action se déroule en Palestine, réalisé par le cinéaste jordanien Darin J. Sallam. Adam Ali, lui, a été désigné meilleur acteur pour son rôle dans le film "Europa" ; et le prix du jury, présenté par l'acteur syrien Basel Khayat, a été attribué à « Hit the Road», film réalisé par l’Iranien Panah Panahi.

Le prix du public a été décerné à «You Resemble Me», un drame qui marque les débuts de la réalisatrice égypto-américaine et journaliste primée Dina Amer.

Dans son discours de remerciements, Amer a dit que ce prix était un rêve devenu réalité et a ajouté: «Ce sont les nombreuses prières qui ont abouti à ce moment. Ce film parle de l’Islam, notre belle religion qui a été pervertie et vendue, à travers la propagande, comme une religion de violence. À travers ce film, nous pouvons revendiquer notre foi, une foi de paix, et pouvons à présent raconter notre histoire à notre manière.»

Le réalisateur David Adler a reçu le prix Immersive Golden Yusr présenté par Anderson pour son film «End of Night». Le Yusr d'argent a été décerné au réalisateur taïwanais Hsin-Chien Huang pour «Samsara».

«Ces derniers jours, nous avons examiné les 13 œuvres du cinéma immersif» , a indiqué Anderson. «Quand vous vous habituez au grand casque et aux écouteurs, vous découvrez qu’il ne s’agit pas seulement de pouvoir voler ou tomber du haut d'un immeuble, mais aussi de voir cette forme d’art qu’est le cinéma sous un autre angle.»

«Outre les astuces de gravité artificielle, on se retrouve, dans le cinéma immersif, pris dans ses rêves et ses pensées, entre l'intrigue et l'image. On utilise son corps de rêve, on réussit à mieux voir et à raconter l'histoire d'une façon complètement différente.»

Selon les organisateurs du festival, 38 % des 138 films provenant de 67 pays et projetés pendant les dix jours du festival étaient réalisés par des femmes, ce qui met l’accent sur la croissance du talent cinématographique féminin dans l'industrie locale.

L'actrice et scénariste saoudienne Sarah Taibah a révélé à Arab News qu'elle pensait que ce n'était que le début pour les scénaristes, réalisatrices et productrices.

«Beaucoup de femmes scénaristes, réalisatrices et actrices sont actives depuis longtemps, mais ce n’est que maintenant que les projecteurs se sont braqués sur elles», a-t-elle poursuivi. «Je suis tellement contente que ce festival ait enfin eu lieu dans mon pays, dans ma ville.»

«J’en perds mes mots ; je suis triste que cette soirée soit la dernière, mais la semaine a été mouvementée, folle, excitante et j'ai hâte de partager nos voix, féminines ou masculines soient-elles, mais surtout féminines.»

«Il est temps de montrer au monde entier qui nous sommes réellement, en dehors des représentations stéréotypées qui circulent dans les médias internationaux.»

Les projections de films du festival se poursuivront jusqu'au mercredi 15 décembre, date à laquelle l'événement inaugural se terminera par la projection du film hindi «83», basé sur la vraie histoire de la victoire de l'équipe indienne de cricket contre une équipe «imbattable» des Indes occidentales – une victoire qui a contribué à réintégrer l'Inde dans le monde du cricket.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Gaza: une image invitant à tourner «tous les regards vers Rafah» partagée 44 millions de fois en ligne

Selon plusieurs médias, cette image a d'abord été postée par le compte d'un photographe malaisien, @shahv4012, qui en relaie d'autres dénonçant la guerre à Gaza (Photo, Instagram).
Selon plusieurs médias, cette image a d'abord été postée par le compte d'un photographe malaisien, @shahv4012, qui en relaie d'autres dénonçant la guerre à Gaza (Photo, Instagram).
Short Url
  • De nombreuses personnalités l'ont relayée sur Instagram, parmi lesquelles l'acteur chilo-américain Pedro Pascal, les mannequins d'origine palestinienne Bella et Gigi Hadid, et, en France, les acteurs Omar Sy et Marion Cotillard
  • Générée par un logiciel d'intelligence artificielle, cette illustration montrant des milliers de tentes alignées devant des montagnes

 

PARIS: "All eyes on Rafah "tous les regards vers Rafah" a été partagée depuis lundi par plus de 44 millions de comptes sur Instagram, dont ceux de nombreuses personnalités, après une frappe israélienne sur un camp de déplacés dans le sud de la bande de Gaza.

Générée par un logiciel d'intelligence artificielle, cette illustration montrant des milliers de tentes alignées devant des montagnes, barrée du slogan "All eyes on Rafah", fait écho aux bombardements israéliens subis par cette ville frontalière de l'Egypte, où s'entassent plus d'un million de Palestiniens déplacés par la guerre.

De nombreuses personnalités l'ont relayée sur Instagram, parmi lesquelles l'acteur chilo-américain Pedro Pascal, les mannequins d'origine palestinienne Bella et Gigi Hadid, et, en France, les acteurs Omar Sy et Marion Cotillard, le joueur de football Ousmane Dembélé ou encore l'influenceuse Léna Situations.

Selon plusieurs médias, cette image a d'abord été postée par le compte d'un photographe malaisien, @shahv4012, qui en relaie d'autres dénonçant la guerre à Gaza.

#alleyesonrafah

Le slogan "All eyes on Rafah" est également largement repris sur d'autres publications et réseaux sociaux, notamment sur X où le hashtag #alleyesonrafah cumule près d'un million d’occurrences, selon l'outil de veille de Visibrain.

Plus globalement, cette plateforme recense 27,5 millions de messages sur ce même réseau social publiés en trois jours sur l'attaque de Rafah, qui a fait dimanche 45 morts et 249 blessés, selon le ministère de la Santé du Hamas, et suscité une vague d'indignation mondiale.

La guerre a éclaté après une attaque sans précédent menée le 7 octobre sur le sol israélien à partir de la bande de Gaza par des commandos du mouvement islamiste palestinien Hamas, qui a entraîné la mort de plus de 1.189 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte réalisé par l'AFP à partir des derniers chiffres officiels disponibles.

L'opération de représailles d'Israël a fait plus de 36.000 morts, en majorité des civils, et entraîné une crise humanitaire majeure dans le territoire palestinien, selon le ministère de la Santé du Hamas.

 


Mort de Maradona: le procès de son équipe médicale encore reporté

Les supporters argentins brandissent un maillot de Lionel Messi et une effigie représentant la légende du football Diego Maradona (Photo, AFP).
Les supporters argentins brandissent un maillot de Lionel Messi et une effigie représentant la légende du football Diego Maradona (Photo, AFP).
Short Url
  • Parmi ces huit praticiens, un neurochirurgien et médecin traitant, un médecin clinicien, une psychiatre, une psychologue, un chef infirmier, des infirmiers
  • Tous demeurent en liberté

BUENOS AIRES: Le procès très attendu de huit professionnels de santé pour négligence potentielle ayant entraîné la mort de Diego Maradona en 2020, qui devait commencer la semaine prochaine, a été reporté au 1er octobre par un tribunal argentin.

Le tribunal a par ailleurs décidé de ne pas accéder, "pour le moment", à la demande de transfert du corps de l'ex-star mondiale du football vers un futur mausolée formulée par ses enfants, selon une résolution mercredi dont l'AFP a obtenu copie.

Maradona, icône en Argentine et légende du football mondial, est décédé d'une crise cardio-respiratoire le 25 novembre 2020 à 60 ans, seul, sur un lit médicalisé d'une résidence de Tigre, au nord de Buenos Aires, où il était en convalescence après une neurochirurgie pour un hématome à la tête.

En mars 2023, la justice argentine avait confirmé en appel le procès à venir de huit professionnels de santé, qui avaient été envoyés en 2022 devant la justice pour négligence potentielle ayant entraîné la mort de Maradona.

Tous en liberté 

Parmi ces huit praticiens, un neurochirurgien et médecin traitant, un médecin clinicien, une psychiatre, une psychologue, un chef infirmier, des infirmiers. Tous demeurent en liberté.

Les accusés avaient contesté soit leur renvoi en procès, soit le chef retenu, évoquant un homicide involontaire. Mais la justice, en appel, a maintenu la qualification d'"homicide avec dol éventuel", soit une infraction caractérisée lorsqu'une personne commet une négligence tout en sachant que celle-ci peut entraîner la mort. Elle est passible de 8 à 25 ans de prison.

Mecredi, la chambre d'appel du Tribunal de San Isidro, dans la province de Buenos Aires, a décidé de "suspendre l'audience prévue le 4 juin et de la reprogrammer le 1er octobre à partir de 09H30 locales" (12H30 GMT).

Selon le tribunal, il existe "une série de questions soulevées par les différentes parties qu'il reste encore à résoudre avant le début des audiences".

Parmi ces recours, une infirmière -qui depuis le début dit n'avoir fait que suivre les directives des médecins- a demandé à être jugée à part, et par un jury populaire. Soulevant en retour des questions sur une égalité de traitement.

Devant la technicité des arguments impliqués et le temps requis, l'avocat des filles de Maradona, Dalma et Gianina, avait sollicité à son tour un report du procès, que le tribunal a octroyé.

Par ailleurs, dans la même résolution mercredi, le juge a décidé de ne pas accéder "pour le moment, au transfert de la dépouille" de Maradona, une sollicitude présentée il y a quelques semaines par ses filles, et son ex-compagne Veronica Ojeda.

L'idée est de transférer les restes de l'ancien N.10, qui repose dans un cimetière privé à Bella Vista, en banlieue de Buenos Aires, vers le quartier central de Puerto Madero. Pour en faire un mausolée où "le peuple argentin et les citoyens du monde puissent rendre hommage à celui qui fut la plus grande idole de l'Argentine".

Le juge a motivé sa décision temporaire d'"éventuelles mesures qui pourraient être requises" dans le cadre du procès.


Cinéma: «Un p'tit truc en plus» devient le plus gros succès de l'année dans les salles françaises

Le chemin de l'intégration reste encore long. Lors de la montée des marches, Artus a dû porter l'un de ses comédiens, Sofian Ribes, qui se déplace au fauteuil roulant. (Photo, AFP)
Le chemin de l'intégration reste encore long. Lors de la montée des marches, Artus a dû porter l'un de ses comédiens, Sofian Ribes, qui se déplace au fauteuil roulant. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le raz-de-marée observé depuis le 1er mai s'est poursuivi ces sept derniers jours, avec 1,1 million d'entrées supplémentaires
  • Cette comédie tendre, qui prend le parti de rire avec les personnes handicapées et non à leurs dépens, devance ainsi la super-production de Denis Villeneuve, (4,1 millions d'entrées)

PARIS: "Un p'tit truc en plus" que n'ont pas les blockbusters: porté par des acteurs en situation de handicap, le premier film d'Artus a attiré 4,5 millions de spectateurs en moins d'un mois à l'affiche, devenant le plus gros succès de l'année en salles devant "Dune, deuxième partie".

Le raz-de-marée observé depuis le 1er mai s'est poursuivi ces sept derniers jours, avec 1,1 million d'entrées supplémentaires, selon les chiffres diffusés par CBO Box-Office mercredi.

Cette comédie tendre, qui prend le parti de rire avec les personnes handicapées et non à leurs dépens, devance ainsi la super-production de Denis Villeneuve, (4,1 millions d'entrées) et la suite des aventures de Po dans "Kung Fu Panda 4" (2,3 millions) au sommet du box-office 2024.

Autre exploit, elle talonne désormais "Astérix et Obélix: l'empire du milieu" de Guillaume Canet, plus gros succès tricolore en salles depuis la crise sanitaire, qui avait attiré 4,6 millions de spectateurs en 2023 avec un budget bien supérieur.

De quoi prolonger le "rêve éveillé" d'Artus et sa bande, une semaine après leur montée des marches au Festival de Cannes pour ce film, qui avait d'emblée créé la surprise en signant le meilleur démarrage de l'année, porté par ses performances en région et un lancement opportun un jour férié.

Père et fils à l'écran, Clovis Cornillac et Artus y incarnent deux petits malfrats qui se cachent au milieu d'une colonie de vacances pour jeunes porteurs d'un handicap mental, afin d'échapper à la police. Artus se fait passer pour un pensionnaire et Clovis Cornillac pour son éducateur spécialisé.

Une dizaine de comédiens amateurs en situation de handicap y donnent la réplique au casting de professionnels, complété entre autres par Alice Belaïdi, apportant ce "p'tit truc en plus" qui avait pourtant rebuté certains producteurs frileux, selon Artus.

Ses scores au box-office sonnent comme une revanche pour cette figure de l'humour -- Victor-Artus Solaro de son vrai nom --, qui ne pouvait rêver mieux pour son tout premier long-métrage derrière la caméra, à 36 ans.

Petite "pierre"

"Dans cette époque un peu anxiogène, c'est un film qui fait du bien" et qui permet de découvrir "une population qu'on ne voit pas souvent", avait estimé le réalisateur pour expliquer cette ruée dans les salles obscures.

Son succès rappelle celui du drame "Le Huitième jour" (1996), porté par Daniel Auteuil et l'acteur trisomique Pascal Duquenne, et s'inscrit dans la lignée des cartons d'"Intouchables" (2011), avec Omar Sy et François Cluzet, et de "La famille Bélier" (2014), avec la chanteuse Louane.

Les associations oeuvrant pour les personnes en situation de handicap ont également bien accueilli cette comédie, estimant qu'elle représente une petite "pierre" bienvenue pour essayer d'améliorer la situation des principaux concernés.

En marge du Festival de Cannes, des personnalités du cinéma (Léa Drucker, Alexandra Lamy ou encore Eric Toledano et Olivier Nakache) ont signé une tribune, sur le site de Libération, pour une "réforme du statut des intermittents du spectacle, en direction des artistes handicapés" au cinéma et à la télé.

Mais le chemin de l'intégration reste encore long. Lors de la montée des marches, Artus a dû porter l'un de ses comédiens, Sofian Ribes, qui se déplace au fauteuil roulant.

"Cela n'est plus acceptable de voir ce genre d'images, c'est une atteinte à la dignité de la personne, que de devoir se faire porter jusqu'en haut", avait commenté par la suite la ministre déléguée chargée des personnes handicapées, Fadila Khattabi, dans le journal Nice-Matin.

"L'année prochaine, les marches devront être accessibles aux personnes en situation de handicap. Ça n'est pas à elles de s'adapter à la société, c'est à la société tout entière de s'adapter à elles", avait-elle insisté.