La faiblesse de la monnaie turque attire les chalands transfrontaliers

Des touristes marchent en faisant leurs courses dans un bazar à Edirne, près de la frontière bulgare en Turquie, le 17 décembre 2021. (Photo, AFP)
Des touristes marchent en faisant leurs courses dans un bazar à Edirne, près de la frontière bulgare en Turquie, le 17 décembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 21 décembre 2021

La faiblesse de la monnaie turque attire les chalands transfrontaliers

  • Autrefois capitale de l'Empire Ottoman entre les XIVe et XVe siècle, la ville d'Edirne, avec ses innombrables mosquées, est désormais un marché géant pour les voisins des Balkans et de Bulgarie
  • Le nombre de clients du marché d'Edirne est passé de 50 000 par semaine environ à près de 150 000 depuis que les effets de la crise se font ressentir

EDIRNE : La marée de bus immatriculés en Bulgarie, serrés sur le parking du marché d'Edirne, près de la frontière, trahit à elle seule l'ampleur de la crise monétaire dans laquelle son président a entrainé la Turquie.

Autrefois capitale de l'Empire Ottoman entre les XIVe et XVe siècle, la ville d'Edirne, avec ses innombrables mosquées, est désormais un marché géant pour les voisins des Balkans et de Bulgarie - eux-mêmes parmi les plus pauvres de l'Union européenne.

img 4
Des touristes marchent devant un bazar à Edirne, près de la frontière bulgare en Turquie, le 17 décembre 2021. (Photo, AFP)

Des fruits et légumes aux sous-vêtements bas de gamme, tout s'achète au prix faible et s'entasse dans les soutes des bus.

"Pour nous, c'est bien mais c'est vraiment dur pour les Turcs", convient une guide, Daniela Mircheva, avant de remonter dans le bus qui la ramène chez elle à Yambol en Bulgarie. "On était dans la même situation il y a 10, 12 ans", ajoute la presque quinquagénaire en référence à la crise financière mondiale de 2008. "C'est très difficile".

«A moitié prix»

La livre turque a entamé une longue descente aux enfers, en pente raide à partir de l'automne, touchant de nouveaux fonds presque chaque jour, victime de la politique économique du président Recep Tayyip Erdogan qui persiste, à rebours des dogmes économiques, à favoriser la baisse des taux d'intérêt malgré l'inflation.

img 4
Des touristes achètent des légumes dans un bazar à Edirne, près de la frontière bulgare en Turquie, le 17 décembre 2021. (Photo, AFP)

Celle-ci a dépassé en novembre les 21% sur un an et la monnaie a perdu près de 45% de sa valeur par rapport au dollar depuis le début de l'année.

Les prix à la consommation flambent pour le citoyen turc. Mais Daniela Mircheva peut entasser encore plus de bidons d'huiles de tournesol dans son bus bondé d'acheteurs bulgares en quête de bonnes affaires. "C'est moitié prix comparé à la Bulgarie. C'est vraiment beaucoup, beaucoup moins cher pour nous". 

Mais du côté des marchands turcs, l'humeur est morose.

Humiliant

"C'est humiliant", avoue Gulsen Kaya derrière les piles de sweatshirt et de vêtements d'hiver entassés sur son comptoir. "Regardez ce qu'il a fait de la Turquie!"

Le chef de l'Etat a parié sur une livre à vil prix qui encouragerait les exportations et transformerait la Turquie en une sorte de fournisseur incontournable sur le marché mondial, à la manière de la Chine.

img 4
Des touristes font leurs achats dans un bazar à Edirne, près de la frontière bulgare en Turquie, le 17 décembre 2021. (Photo, AFP)

Comme Premier mnistre puis comme président, il s'est appuyé sur les classes populaires pour maintenir son parti islamo-conservateur, l'AKP, au pouvoir depuis 2002. 

Grâce à une croissance vigoureuse la première décennie, il a également ouvert la Turquie aux investissements étrangers. Mais pour les observateurs, économistes et diplomates, l'attitude du chef de l'Etat est aujourd'hui difficile à suivre.

"Pour moi, si les gens qui dirigent la Turquie faisaient ce qu'ils ont à faire, la livre reviendrait au niveau où elle était avant très, très vite", professe Tinko Garev, un client bulgare. "Je suis vraiment désolé pour les Turcs parce que je comprends ce que ces prix bas signifient pour eux".

img 4
Une touriste porte ses sacs alors qu'elle fait ses courses dans un bazar à Edirne, près de la frontière bulgare en Turquie, le 17 décembre 2021. (Photo, AFP)

Sous le choc

Bulent Reisoglu dirige le marché d'Edirne depuis qu'il s'est installé il y a 15 ans sur le site actuel, semblable à un vaste hangar. Selon lui, le nombre de clients est passé de 50 000 par semaine environ à près de 150 000 depuis que les effets de la crise se font ressentir.

"Le nombre de clients étrangers a été multiplié par quatre ou cinq", précise-t-il. Cependant, les commerçants gagnent moins bien leur vie parce que les ventes supplémentaires ne compensent pas l'effondrement de la livre turque.

img 4
Des touristes emmènent leurs sacs de courses dans leur bus à Edirne, près de la frontière bulgare en Turquie, le 17 décembre 2021. (Photo, AFP)

"Nos fournisseurs nous envoient de nouvelles listes de prix chaque semaine", se plaint un commerçant, Utku Bitmez. "Toutes les matières premières viennent de l'étranger, d'Europe, de Chine et d'Italie", explique-t-il. "Le prix des produits a doublé depuis l'année dernière". 

M. Reisoglu, le responsable du marché, confie qu'il voit les commerçants rivés à leur téléphone pour surveiller l'évolution des taux de change. "Nous sommes sous le choc", ajoute-t-il. "Personne ne s'attendait à une dévaluation pareille".

Les clients bulgares eux-mêmes semblent mal à l'aise. "Les locaux ne peuvent pas acheter toutes ces choses", confirme Ilyana Todorova qui fait des emplettes de vêtements avec sa fille adolescente. "Pour les gens ordinaires, ce n'est pas bon."


Pétrole russe: pourquoi la Hongrie veut échapper à l'embargo

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban fait un geste en présentant les membres du nouveau gouvernement hongrois avant une cérémonie de prestation de serment au bâtiment du Parlement hongrois à Budapest le 24 mai 2022. (AFP)
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban fait un geste en présentant les membres du nouveau gouvernement hongrois avant une cérémonie de prestation de serment au bâtiment du Parlement hongrois à Budapest le 24 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Le dirigeant hongrois, qui entend «protéger les familles hongroises» d'une insécurité énergétique inédite, est le dernier à bloquer le projet d'embargo et réclame une exemption pure et simple pour son pays
  • Viktor Orban, proche de Vladimir Poutine avant la guerre et critique du pouvoir ukrainien, joue régulièrement les trouble-fête. Au risque cette fois de briser pour la première fois l'unité affichée par les 27 depuis l'invasion de l'Ukraine

BUDAPEST: A l'approche du Conseil européen de lundi, Viktor Orban persiste dans son refus de sevrer la Hongrie d'un pétrole russe bon marché, pierre angulaire d'une série de mesures populistes garantes de son maintien au pouvoir.

Le dirigeant hongrois est le dernier à bloquer le projet d'embargo et réclame une exemption pure et simple pour son pays.

Il entend "protéger les familles hongroises" d'une insécurité énergétique inédite, entre pénuries, flambée des prix et possible récession à la clé.


Si les Slovaques et les Tchèques semblent se satisfaire d'une dérogation de deux années, lui parle de "bombe atomique" lancée sur son économie et exige au moins le double de temps ainsi que près de 800 millions d'euros en financements européens pour adapter les installations. 


Car il lui faut transformer son unique raffinerie dans les environs de Budapest et doper la capacité de l'oléduc Adria qui part de Croatie.


Une surenchère faisant dire au ministre allemand de l'Economie, Robert Habeck, qu'il serait moins coûteux pour l'UE de faire l'embargo sans la Hongrie.


Depuis son retour au pouvoir il y a douze ans, Viktor Orban, proche de Vladimir Poutine avant la guerre et critique du pouvoir ukrainien, joue régulièrement les trouble-fête. 


Au risque cette fois de briser pour la première fois l'unité affichée par les 27 depuis l'invasion de l'Ukraine. 


Cours gonflés, profits éclairs: les cryptomonnaies ciblées par les spéculateurs

Cette photo d'archive prise à Londres le 8 mai 2022 montre des pièces de crypto-monnaie plaquées or Tether (USDT), Bitcoin et Etherium disposées à côté d'un écran affichant un graphique commercial. (AFP)
Cette photo d'archive prise à Londres le 8 mai 2022 montre des pièces de crypto-monnaie plaquées or Tether (USDT), Bitcoin et Etherium disposées à côté d'un écran affichant un graphique commercial. (AFP)
Short Url
  • Des spéculateurs, organisés en groupes, n'hésitent plus à lancer des opérations éclairs pour gonfler artificiellement la valeur de ces actifs numériques très volatils et engranger rapidement des profits
  • Enzyme Finance, la société qui gère la cryptomonnaie, a tenté de calmer le jeu, invitant à se méfier des «faux comptes» qui cherchaient à gonfler soudainement sa valeur

PARIS: Une cryptomonnaie dont le cours bondit soudainement avant de chuter: des spéculateurs, organisés en groupes, n'hésitent plus à lancer des opérations éclairs pour gonfler artificiellement la valeur de ces actifs numériques très volatils et engranger rapidement des profits.

Mi-mai, une obscure cryptomonnaie, l'Enzyme, est ainsi passée en quelques minutes de 30 à 74 dollars, avec un volume de transactions très élevé. Quelques heures plus tard, elle replongeait et elle ne vaut plus aujourd'hui que 27 dollars.

A l'origine de ce mouvement: un groupe de la messagerie Telegram sur lequel plusieurs investisseurs ont choisi leur cible avant de passer à l'action.

"Sur les marchés boursiers, c'est illégal, mais des malfaiteurs profitent du cadre réglementaire moins sévère concernant les cryptomonnaies", explique Mircea Mihaescu, de l'entreprise spécialisée Coinfirm.

Pour donner plus d'ampleur à leur action sur l'Enzyme, ils ont également utilisé un réseau social grand public, Twitter en l'occurrence, afin d'inciter d'autres personnes à investir également.

"Les baleines (surnom des gros investisseurs, NDLR) ramassent plein de +MLN+ (le nom abrégé d'Enzyme sur les marchés, NDLR), ça vaut le coup d'essayer", a par exemple tweeté un certain Cryptosanta.

Enzyme Finance, la société qui gère la cryptomonnaie, a tenté de calmer le jeu, invitant à se méfier des "faux comptes" qui cherchaient à gonfler soudainement sa valeur.

Mais il était trop tard et de nombreux investisseurs s'étaient déjà lancés en suivant un procédé périlleux: acheter puis revendre suffisamment vite avant que le soufflé ne retombe et que la demande ne se tarisse.

Presque tous ont perdu car, dans ces stratagèmes, il est essentiel d'agir très rapidement. Pour l'Enzyme, la poussée haussière n'a en effet duré que quelques minutes et les seuls qui avaient une chance de ne pas perdre de l'argent étaient les initiateurs du mouvement.

«Pas de véritable demande»
"Dans toutes ces manipulations, tout le monde est convaincu d'être" celui qui va profiter de la montée du cours, explique l'économiste comportemental Stuart Mills, de la London School of Economics.

Le phénomène n'est pas isolé. D'autres groupes sont en train de promouvoir une opération similaire dans les prochains jours.

Selon le spécialiste des données Matt Ranger, la plupart de ces actions sont lancées par des personnes dotées avant tout d'un solide sens du marketing.

"Vous n'avez pas besoin de savoir écrire une ligne de code", souligne-t-il. Il suffit de savoir rédiger des messages qui trouvent un écho auprès des investisseurs dans les cryptoactifs, par exemple en reprenant la thématique de la défaillance des grandes institutions économiques.

Les théories conspirationnistes fourmillent et certains soupçonnent ainsi des grands fonds d'investissements américains d'avoir orchestré le naufrage actuel des cryptomonnaies, pour en acheter ensuite à un bon prix.

"Tout à coup, tous ces comportements non éthiques deviennent plus justifiés" avec ces théories, relève Stuart Mills. Car les spéculateurs se disent: +Je me suis fait avoir, donc à mon tour de rouler les autres+".

La baisse récente de la demande pour les cryptomonnaies et le recul des cours qui en découle rendent toutefois d'autant plus périlleuses ces opérations.

"Les seuls ordres d'achat viennent de ces gens sur Telegram ou Twitter", prévient Matt Ranger. Alors, à un moment, sans réelle demande d'investisseurs lamba pour la cryptomonnaie visée, "tout s'écroule", souligne-t-il.


Litige avec Airbus: le patron de Qatar Airways espère une résolution «hors des tribunaux»

Un Airbus A350 de Qatar Airways décolle de l'aéroport international de Hamad près de la capitale qatarie Doha le 11 janvier 2021 (Photo, AFP).
Un Airbus A350 de Qatar Airways décolle de l'aéroport international de Hamad près de la capitale qatarie Doha le 11 janvier 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • La compagnie aérienne qatarie le conteste et affirme qu'Airbus rejette les corrections proposées
  • L'Agence européenne de la sécurité aérienne, l'AESA, a confirmé que ces dégradations n'entraînaient pas de risques de navigabilité

DOHA: Qatar Airways et Airbus ont dit jeudi espérer que le différend qui les oppose au sujet des défauts de ses avions A350 "puisse être résolu hors des tribunaux". 

"Chaque partenariat connaît des différends et j'espère simplement que ce différend puisse être résolu hors des tribunaux", a dit le dirigeant de Qatar Airways Akbar al-Baker en conférence de presse à Doha. 

"L'affaire peut maintenant avancer rapidement pour se concentrer sur le sujet principal, à savoir les fausses déclarations de Qatar Airways sur la sécurité et la navigabilité de l'A350, que nous continuerons à défendre", a déclaré de son côté Airbus dans un communiqué, assurant "privilégier une solution à l'amiable".

L'an dernier, la compagnie aérienne qatarie a cloué au sol une partie de sa flotte de gros porteurs A350 en raison d'une dégradation de la surface des fuselages et poursuit l'avionneur européen devant la justice britannique pour obtenir réparation. Elle réclame 200 000 dollars d'indemnisation par avion par jour d'immobilisation.

Airbus a répliqué en annulant une commande de 50 avions A321 pour plus 6 milliards de dollars par la deuxième compagnie du Moyen-Orient (après Emirates) et l'un de ses gros clients.

Fin avril, la justice britannique a rejeté la demande de Qatar Airways d'interdire à Airbus de revendre à d'autres ces A321. Un rejet confirmé jeudi par la Haute cour de Londres qui a aussi accédé à la demande de la compagnie aérienne d'accélérer le calendrier du procès.

Pour l'avionneur, qui reconnaît une dégradation de la peinture pouvant exposer un filet métallique intégré destiné à protéger l'avion en cas de frappe d'éclair sur son fuselage en matériaux composites, cette situation n'a pas de conséquence sur la sécurité en vol. 

La compagnie aérienne qatarie le conteste et affirme qu'Airbus rejette les corrections proposées.

L'Agence européenne de la sécurité aérienne, l'AESA, a confirmé que ces dégradations n'entraînaient pas de risques de navigabilité.