Les Arméniens trouvent refuge dans les pays arabes depuis des siècles

Un prêtre apostolique arménien tient une cérémonie à Alep, qui abrite une petite population prospère. Le quartier Jdaideh de la ville syrienne, le plus associé à la communauté, a été fortement endommagé pendant la guerre civile. (Photo, AFP)
Un prêtre apostolique arménien tient une cérémonie à Alep, qui abrite une petite population prospère. Le quartier Jdaideh de la ville syrienne, le plus associé à la communauté, a été fortement endommagé pendant la guerre civile. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 23 décembre 2021

Les Arméniens trouvent refuge dans les pays arabes depuis des siècles

  • Les Arméniens ont une longue histoire et constituent l'une des communautés les plus anciennes et les plus développées du Moyen-Orient
  • Ceux qui ont échappé au génocide de 1915 ont trouvé un accueil chaleureux dans les villes cosmopolites du Levant

LONDRES: Lorsque Armen Sarkissian, le président de l'Arménie, est descendu de son avion à Riyad en octobre dernier, il est devenu le premier président de la petite ancienne république soviétique à se rendre en Arabie saoudite.

Depuis près de 30 ans, depuis que l'Arménie a déclaré son indépendance de l'ex-Union soviétique en 1991, il n'y a eu pratiquement aucune relation diplomatique entre elle et certains pays islamiques.

L'une des raisons de cette absence de liens est le conflit de longue date du Haut-Karabakh, qui, à première vue, oppose l'Arménie chrétienne à l'Azerbaïdjan musulman. Ce conflit, avec le génocide arménien de 1915 par les Turcs ottomans, domine les relations d'Erevan avec de nombreux pays du Moyen-Orient.

Sur le plan géopolitique, la présence continue de plusieurs milliers de soldats russes en Arménie a permis au pays de rester enfermé dans la sphère d'influence de Moscou, laissant aux gouvernements successifs une faible marge de manœuvre.

eryjketr
La première visite présidentielle arménienne en Arabie saoudite depuis son indépendance. (Photo, AFP)

 

Au-delà de la politique, cependant, les relations entre Arméniens et Arabes, en particulier sur le plan personnel, ont été beaucoup plus étroites. En effet, les Arméniens cherchent fortune et trouvent refuge dans les pays arabes depuis des siècles, la plupart du temps de manière harmonieuse, bien que souvent en tant que membres d'une communauté discrète.

L'Arménie, qui compte 3 millions d'habitants, est un petit État enclavé, en proie à des tremblements de terre et entouré de la Turquie à l'ouest, de la Géorgie au nord et de l'Azerbaïdjan à l'est. Erevan, la capitale, est un joyau tsariste avec une superposition de kitsch soviétique et de modernisme saisissant.

Les ruines de la capitale médiévale d'Ani témoignent du fait qu'avant la Première Guerre mondiale, les Arméniens vivaient à l'ouest du mont Ararat dans une grande partie de la Turquie orientale. Mais les événements de 1915 (et avant) ont poussé des dizaines, voire des centaines de milliers d'Arméniens dans une diaspora vers le sud.

Là, ils ont trouvé un accueil chaleureux dans les villes cosmopolites du Levant, parmi les communautés existantes de leurs compatriotes.

tik
Les Arméniens étaient les principaux bâtisseurs de l'Empire ottoman. (Photo, AFP)

 

Les Arméniens étaient des bâtisseurs célèbres. En effet, Sinan Pacha, le grand architecte de l'Empire ottoman, serait d'origine arménienne. Nombreux sont ceux qui, au sein de la diaspora, se sont taillés une niche en tant qu'intermédiaires, traducteurs, banquiers et marchands. L'un de ces personnages, un certain Youkoumian, est l’anti-héros du roman comique d'Evelyn Waugh «Black Mischief» (Méfait noir), qui se déroule dans une Éthiopie fictive des années 1930.

Les Arméniens ont pu maintenir leur identité grâce au système des millets de l'Empire ottoman et, plus tard, grâce aux mandats coloniaux. Dans le cadre de ces systèmes, le paiement des impôts et le règlement des conflits de statut personnel concernant les naissances, les décès, les mariages et les héritages étaient destinés aux chefs religieux.

En tant que tels, les évêques et archevêques arméniens étaient responsables du comportement de leurs communautés. D'Alep au Caire, de Bassora à Beyrouth, l'église était, et est toujours, le centre de la vie arménienne, fournissant une aide sociale aux nécessiteux et une éducation aux jeunes.

Cela a donné lieu à un fort sentiment de communauté et d'identité, qui a été nourri et soutenu par la philanthropie. Calouste Gulbenkian, par exemple, un pionnier arménien de l'industrie pétrolière, est devenu fabuleusement riche et a financé des dizaines d'écoles, d'orphelinats et d'églises arméniens à travers le Moyen-Orient grâce à sa fondation.

Pour la plupart, ces communautés étaient apolitiques. La carrière de Nubar Pacha, célèbre premier ministre égyptien de la fin du XIXe siècle, fait exception. Il a servi trois mandats de durées variables, a contribué à négocier les termes de la construction du canal de Suez, a réformé le système des tribunaux consulaires en vertu duquel les puissances coloniales maintenaient un système judiciaire parallèle, et a géré des dirigeants inconstants tels que l'énergique mais dépensier Ismail Pacha.

Le patron de Nubar Pacha, Boghos Bey, était un Arménien qui devint secrétaire de Mohammed Ali Pacha, le fondateur de l'Égypte moderne. Lorsque Alaa al-Aswany a choisi le titre de son brillant roman «The Yacoubian Building» (Le bâtiment Yacoubian), il rendait hommage à la contribution arménienne au Caire.

En Méditerranée orientale, le Burj Hammoud de Beyrouth est souvent considéré comme la zone arménienne de la capitale libanaise. Il a d'abord été construit comme zone d'installation de réfugiés après la Première Guerre mondiale et a accueilli des milliers de personnes qui avaient fui les massacres dans l'est de la Turquie et le nord de la Syrie.

À l'intérieur des terres, Anjar, sur l'autoroute Beyrouth-Damas, est également une ville arménienne connue pour ses magnifiques vestiges archéologiques et comme l'ancien quartier général des renseignements militaires syriens au Liban.

En vertu du système confessionnel libanais, les Arméniens se voient garantir six sièges sur les 128 sièges du Parlement, mais ont toujours maintenu un profil politique bas.

Au sud, la cathédrale Saint-Jacques est au centre du quartier arménien de la vieille ville de Jérusalem, le plus petit des quatre quartiers.

Les Arméniens sont l'un des trois principaux gardiens de l'église du Saint-Sépulcre, réputée et construite sur le site de la crucifixion de Jésus-Christ dans la vieille ville. Les moines, avec leurs capuchons noirs distinctifs, ont maintenu les traditions de l'église arménienne en vie pendant les longues décennies d'athéisme soviétique en Arménie même.

En Syrie, Alep était le centre de la population arménienne. Le célèbre hôtel Baron de la ville appartenait et était géré par la famille Mazloumian. Là-bas, en tant que minorité relativement prospère, les Arméniens auraient largement soutenu le régime d'Assad.

En conséquence, Jdaideh, une zone historique en dehors des vieux murs d'Alep et le quartier le plus associé aux Arméniens, a été fortement endommagé au cours de la guerre civile. Des images bouleversantes d'anciens palais et musées détruits par des explosifs circulent sur Internet.

En Iran, pays d'où l'Arménie moderne tire une grande partie de son approvisionnement énergétique, se trouve la célèbre cathédrale du Saint-Sauveur, également appelée Vank, dans le quartier de New Julfa à Ispahan.

Au début du XVIIe siècle, dans le cadre d'une politique de terre brûlée visant à repousser les armées turques, chah Abbas de Perse a installé de force des milliers d'Arméniens au sud de la rivière Zayande qui traverse Ispahan. Les Arméniens restent une minorité importante en Iran.

Aujourd'hui, les Kardashian, Cher, Andre Agassi et Charles Aznavour, pour n'en citer que quelques-uns, sont des descendants célèbres de l'Arménie internationale. Mais, plus proches de leur terre natale, les Arméniens ont une longue histoire en tant que l'une des communautés les plus anciennes et les plus prospères du Moyen-Orient.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: l'ONU met en garde contre un risque de famine inégalé

Le 14 janvier 2016,, un convoi d'une cinquantaine de camions d'aide quitte Damas pour la ville syrienne de Madaya, frappée par la faim, où 40 000 habitants ont subi un siège gouvernemental paralysant qui a suscité une vive condamnation de l'ONU. (Photo de Louai BESHARA / AFP)
Le 14 janvier 2016,, un convoi d'une cinquantaine de camions d'aide quitte Damas pour la ville syrienne de Madaya, frappée par la faim, où 40 000 habitants ont subi un siège gouvernemental paralysant qui a suscité une vive condamnation de l'ONU. (Photo de Louai BESHARA / AFP)
Short Url
  • «La faim a atteint un niveau inégalé depuis 12 ans en Syrie», a déclaré le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué
  • Selon l'ONU, plus de 90% de la population syrienne vit sous le seuil de la pauvreté depuis le début, en 2011, d'un conflit sanglant ayant tué près d'un demi-million de personnes et dévasté les infrastructures du pays

BEYROUTH : Le nombre de Syriens souffrant de la faim a atteint un nouveau record après 12 ans de guerre civile, a averti vendredi l'ONU qui a mis en garde contre «une nouvelle vague d'émigration de masse».

«La faim a atteint un niveau inégalé depuis 12 ans en Syrie», a déclaré le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué.

«Douze millions de personnes ne savent pas comment elles se procureront leur prochain repas», a ajouté le PAM, auxquelles s'ajoutent «2,9 millions de personnes qui risquent de souffrir de la faim».

Selon l'ONU, plus de 90% de la population syrienne vit sous le seuil de la pauvreté depuis le début, en 2011, d'un conflit sanglant ayant tué près d'un demi-million de personnes et dévasté les infrastructures du pays.

La Syrie, dont l'économie s'est effondrée, est désormais au sixième rang des pays comptant le plus de personnes menacées d'insécurité alimentaire.

Les prix des denrées alimentaires ont été multipliés par 12 au cours des trois dernières années dans ce pays frappé en outre par la sécheresse, le choléra et le Covid-19.

La malnutrition infantile et des mères «augmente également à une vitesse sans précédent», selon le communiqué.

Si la communauté internationale n'intervient pas pour aider la Syrie, le pays risque d'être confronté à «une autre vague de d'émigration massive», a déclaré le directeur du PAM, David Beasley, lors d'une visite en Syrie cette semaine.

«Est-ce ce que veut la communauté internationale?», a-t-il ajouté, exhortant les pays donateurs à redoubler d'efforts pour «éviter cette catastrophe imminente».

Déclenchée par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a également provoqué le déplacement de millions de personnes.

Au cours de la «crise migratoire» de 2015, l'Europe avait vu arriver sur son sol 1,2 million de personnes, dont de nombreux Syriens fuyant la guerre.


Liban: deux députés indépendants poursuivent leur sit-in au Parlement

Cette photo fournie par le bureau de presse du Parlement libanais le 19 janvier 2023 montre les parlementaires Melhem Khalaf (à gauche) et Najat Saliba faisant une déclaration à la presse à la fin d'une session dans le bâtiment du Parlement, dans le quartier du centre-ville de la capitale Beyrouth. (Photo par Stringer / Parlement Libanais / AFP)
Cette photo fournie par le bureau de presse du Parlement libanais le 19 janvier 2023 montre les parlementaires Melhem Khalaf (à gauche) et Najat Saliba faisant une déclaration à la presse à la fin d'une session dans le bâtiment du Parlement, dans le quartier du centre-ville de la capitale Beyrouth. (Photo par Stringer / Parlement Libanais / AFP)
Short Url
  • «L'Etat se délite complètement, nous voulons préserver ce qu'il en reste, à savoir le Parlement», a ajouté la députée qui dit dormir dans un salon de l'hémicycle, comme son collègue
  • La décision lundi du juge indépendant Tarek Bitar de reprendre l'enquête sur l'explosion meurtrière au port de Beyrouth en 2020 a déclenché une véritable guerre au sein de la justice

BEYROUTH : Une élue indépendante a promis vendredi à Beyrouth de poursuivre son sit-in au Parlement jusqu'à ce que les députés élisent un chef de l'Etat au Liban, pays sans président depuis près de trois mois et où la crise socio-économique s'aggrave.

Cette députée, l'écologiste Najat Saliba, et un collègue, l'ancien bâtonnier de Beyrouth Melhem Khalaf, entament vendredi leur deuxième semaine de sit-in pour protester contre les profonds différends politiques empêchant l'élection d'un successeur à Michel Aoun.

A l'issue d'une onzième session du Parlement le 19 janvier, qui a échoué à élire un chef de l'Etat, ils étaient restés dans l'hémicycle.

«Nous restons ici, que personne ne pense que nous allons partir» avant l'élection d'un président, a déclaré vendredi à l'AFP Najat Saliba.

«L'Etat se délite complètement, nous voulons préserver ce qu'il en reste, à savoir le Parlement», a ajouté la députée qui dit dormir dans un salon de l'hémicycle, comme son collègue.

«Nous sommes sans gouvernement, sans système financier et sans justice», a encore déploré Mme Saliba.

Parallèlement à la crise politique et économique, la décision lundi du juge indépendant Tarek Bitar de reprendre l'enquête sur l'explosion meurtrière au port de Beyrouth en 2020 a déclenché une véritable guerre au sein de la justice.

Le mandat du président Michel Aoun a expiré le 31 octobre et les députés, profondément divisés entre le camp du puissant Hezbollah pro-iranien et celui de leurs adversaires, n'arrivent pas à désigner un successeur.

Aucun camp ne dispose d'une claire majorité pour imposer un candidat dans un pays où l'élection d'un président prend souvent des mois.


Arrestation d’une femme accusée d’avoir tué un étudiant saoudien avec un couteau aux États-Unis

La police a retrouvé le corps d’Alwaleed Algheraibi, 25 ans, à l’intérieur d’une propriété de Hansberry Street, à Germantown, un quartier de Philadelphie. (Fournie)
La police a retrouvé le corps d’Alwaleed Algheraibi, 25 ans, à l’intérieur d’une propriété de Hansberry Street, à Germantown, un quartier de Philadelphie. (Fournie)
Nicole Marie Rodgers, 19 ans, a été arrêtée aujourd’hui. (fournie)
Nicole Marie Rodgers, 19 ans, a été arrêtée aujourd’hui. (fournie)
Short Url
  • Les enquêteurs ont déclaré à la presse locale que le téléphone de la victime et d’autres objets de valeur avaient été saisis
  • La police a confirmé aujourd’hui que Nicole Marie Rodgers avait été placée en garde à vue après avoir été recherchée pendant une semaine

DUBAÏ: La police de Philadelphie a arrêté aujourd’hui une femme de dix-neuf ans en lien avec l’agression mortelle contre un étudiant saoudien, rapportent les médias américains locaux. La femme en question aurait été la voisine de la victime.
La police a retrouvé le corps d’Alwaleed Algheraibi, 25 ans, à l’intérieur d’une propriété de Hansberry Street, à Germantown, un quartier de Philadelphie. Il avait été blessé au cou par un couteau lundi vers midi, heure locale.
Il a été déclaré mort sur les lieux.
Les enquêteurs ont déclaré à la presse locale que le téléphone de la victime et d’autres objets de valeur avaient été saisis.
La police a confirmé aujourd’hui que Nicole Marie Rodgers avait été placée en garde à vue après avoir été recherchée pendant une semaine.
Elle est accusée de meurtre, de vol qualifié, de cambriolage et de possession d’instrument du crime, précise la police.
Alwaleed Algheraibi était sur le point de finir ses études et il devait retourner en Arabie saoudite.
L’oncle de la victime a indiqué aux médias saoudiens locaux que l’accusée vivait dans l’appartement situé en face de celui de son neveu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com