Michel Houellebecq, oracle de la France de 2027

L'acteur et écrivain français Michel Houellebecq pose lors du photocall du film "Thalasso" lors du 67e Festival du film de San Sebastian, à San Sebastian, dans le nord de l'Espagne, le 25 septembre 2019.(AFP)
L'acteur et écrivain français Michel Houellebecq pose lors du photocall du film "Thalasso" lors du 67e Festival du film de San Sebastian, à San Sebastian, dans le nord de l'Espagne, le 25 septembre 2019.(AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 30 décembre 2021

Michel Houellebecq, oracle de la France de 2027

  • Houellebecq avait prouvé, notamment avec « Soumission » en 2015, qu'il adore l'anticipation
  • Cette longue fiction (736 pages) du romancier français le plus influent au monde, à paraître le 7 janvier, ne devrait pas manquer de susciter exégèses et débats politiques

PARIS : La campagne présidentielle de 2027, au terme d'un deuxième quinquennat d'Emmanuel Macron, dans une France "en déclin", permet à Michel Houellebecq dans son huitième roman, "Anéantir", de se faire l'oracle de notre époque.

Cette longue fiction (736 pages) du romancier français le plus influent au monde, à paraître le 7 janvier, ne devrait pas manquer de susciter exégèses et débats politiques.

Houellebecq avait prouvé, notamment avec "Soumission" en 2015, qu'il adore l'anticipation, en imaginant l'élection d'un président de la République musulman. Sa sortie avait coïncidé avec l'attentat commis par deux jihadistes contre le journal satirique Charlie Hebdo, qui avait fait 12 morts à Paris.

Jamais nommé dans "Anéantir", l'actuel président français, Emmanuel Macron, est bien reconnaissable quand une conseillère en communication le qualifie de "magnifique animal politique", toujours sémillant "depuis le début de sa fulgurante ascension".

Il a dirigé un pays "en déclin", miné par les inégalités, la mort lente des petites villes et des campagnes, et un chômage persistant. "Le décalage entre les classes dirigeantes et la population avait atteint un niveau inouï", s'alarme le narrateur.

En 2027, la gauche n'existe que difficilement, le parti d'extrême droite Rassemblement national --présidé aujourd'hui par Marine Le Pen-- est toujours fort au premier tour mais en peine au second, tandis que la personnalité d'extrême droite Eric Zemmour, qui bouscule la campagne présidentielle cette année, n'attire que haine ou admiration. Autant d'éléments qui rappellent 2022.

"Anéantir" s'intéresse à un tandem au cœur de cette campagne, le ministre de l'Economie Bruno Juge et son conseiller spécial Paul Raison.

Cet homme de 49 ans, serviteur de l'Etat et de la majorité présidentielle, d'humeur égale bien qu'enfoncé dans une crise conjugale sans fin, désabusé par son propre fatalisme et son goût conscient du confort bourgeois, est le protagoniste du roman.

Le personnage de Bruno Juge, "probablement le plus grand ministre de l'Economie depuis Colbert" (XVIIe siècle), rappelle quant à lui un certain Bruno occupant les mêmes fonctions, l'actuel ministre Bruno Le Maire.

Ce dernier est un ami personnel de l'écrivain, dont il s'est dit "très lié". Fin octobre, M. Le Maire avait révélé devant un parterre d'industriels que le roman à venir défendrait l'industrie.

Question de la mort 

C'est en effet l'un des thèmes d'"Anéantir", à son début surtout, où est louée l'action de Bruno Juge, par exemple "son succès le plus impressionnant": redresser la marque automobile Citroën, nationalisée de fait et réorientée vers le haut de gamme.

En 2027, Jean-Marie Le Pen est toujours en vie, à près de 99 ans, et sa fille Marine laisse la place à plus jeune qu'elle pour la présidentielle. Le réchauffement climatique rend les étés très longs. Le terrorisme islamiste est bien moins menaçant sur le territoire français, et d'autres mouvements l'ont supplanté dans la violence politique.

Mais "Anéantir", qui sort en pleine résurgence de l'épidémie de Covid-19, est surtout un grand roman sur les questions de santé, de médecine et de fin de vie.

Le Covid a-t-il été vaincu en 2027, ou n'est-ce plus qu'un virus dont on ne parle jamais, comme la grippe? Le mot n'apparaît pas une seule fois.

Le narrateur, positionné en surplomb, est travaillé par la question de la mort dans nos sociétés occidentales: comment nous la repoussons, comment nous vivons celle de nos proches, comment nous appréhendons ce qui viendra après elle. Houellebecq y plaide une fois de plus contre l'euthanasie.

Ces sujets finissent par rattraper un Paul Raison qui s'était contenté de vivre sans foi, sans interrogation spirituelle, et qui ressent le vide laissé par l'effondrement du christianisme. Ils offrent au roman une fin sublime, lyrique, où s'efface l'intrigue politique.

"Cette mort solitaire, plus solitaire qu'elle ne l'avait jamais été depuis les débuts de l’histoire humaine, avait récemment été célébrée par les auteurs de différents ouvrages de développement personnel", déplore-t-il.

"Anéantir" est imprimé à 300.000 exemplaires.


«Novembre», sur les attentats de Paris, triomphalement accueilli à Cannes

L'acteur vénézuélien Alejandro Nones et l'actrice mexicaine Geraldine Bazan arrivent pour la projection du film "November (Novembre)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes, dans le sud de la France, le 22 mai 2022 (Photo, AFP) .
L'acteur vénézuélien Alejandro Nones et l'actrice mexicaine Geraldine Bazan arrivent pour la projection du film "November (Novembre)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes, dans le sud de la France, le 22 mai 2022 (Photo, AFP) .
Short Url
  • L'histoire débute le 13 novembre 2015 au siège de la Sous-direction anti-terroriste
  • Le spectateur ressort assourdi et aveuglé après la scène de l'assaut final

CANNES: Le film policier de Cédric Jimenez sur les attentats de novembre 2015 à Paris, décrivant la traque des terroristes dans les jours ayant suivi le drame, a fait un triomphe dimanche soir au festival de Cannes, où il était projeté hors compétition.

Après "Bac Nord" (présenté à Cannes en 2021) sur la police de Marseille, et "La French", Cédric Jimenez s'inspire de nouveau de faits réels pour "Novembre", avec une nouvelle immersion chez les forces de l'ordre.

L'histoire débute le 13 novembre 2015 au siège de la Sous-direction anti-terroriste de la police judiciaire, quand une dizaine de téléphones se mettent à sonner simultanément.

Ce soir-là, en quelques heures à peine, des commandos jihadistes ont fait 130 morts et 350 blessés à Paris et en banlieue, près du Stade de France, sur des terrasses de la capitale et dans la salle de spectacle du Bataclan.

Plus de six ans après les faits, un autre long-métrage présenté à Cannes se consacre à la tragédie du 13 novembre 2015, "Revoir Paris", d'Alice Winocour, qui adopte lui le point de vue des survivants.

Dans le film de Jimenez, c'est le travail de la police qui est mis en lumière: sous les ordres d'Héloïse (Sandrine Kiberlain) et Fred (Jean Dujardin), ils entament une traque tous azimuts, en France, au Maroc, et sur internet, pour mettre la main sur les terroristes.

Cinq jours durant, les résultats espérés par la France entière se font attendre: les policiers luttent contre des accès de fatigue et de colère et accumulent les fausses pistes. Un témoignage d'une amie de la "logeuse" des islamistes va finalement s'avérer décisif. 

Le spectateur ressort assourdi et aveuglé après la scène de l'assaut final --déluge d'armes et de feu-- dans l'appartement de Saint-Denis où se terrent les terroristes.

A la fin de la projection dans le Grand théâtre Lumière, l'équipe du film, présente, a été très longuement applaudie, par un public debout.

En 2021, "BAC Nord", qui revenait sur des accusations de corruption dans la police marseillaise, avait été un gros succès en salles mais avait provoqué la polémique, quand un syndicat policier ainsi que des politiques de droite et d'extrême droite l'avait "récupéré" pour justifier leurs préoccupations sécuritaires, au grand dam de Cédric Jimenez.


Les top-modèles Alessandra Ambrosio et Naomi Campbell se démarquent lors d'un événement saoudien à Cannes

Alessandra Ambrosio, habillée par Elie Saab, lors du dîner de gala célébrant les femmes du cinéma (Women in Cinema), organisé par le Festival international du film de la mer Rouge. (Photo, Getty Images)
Alessandra Ambrosio, habillée par Elie Saab, lors du dîner de gala célébrant les femmes du cinéma (Women in Cinema), organisé par le Festival international du film de la mer Rouge. (Photo, Getty Images)
Short Url
  • Le Festival de Cannes, annulé en 2020 et tenu avec un strict protocole sanitaire en 2021, a fait un retour spectaculaire, plein de glamour, la semaine dernière
  • De nombreuses vedettes débarquent sur la Croisette, habillées de tenues à couper le souffle, créées par des designers du Moyen-Orient

DUBAÏ: En habillant certaines des stars – mannequins et actrices – les plus connues sur le tapis rouge, les créateurs arabes se sont illustrés au 75e Festival de Cannes, notamment lors de l'événement «Women in Cinema» organisé par le Festival international du film de la mer Rouge.

Samedi, à l'occasion du Festival annuel du film en France, Alessandra Ambrosio a fait une apparition fabuleuse sur le tapis noir lors de son arrivée à l'Hôtel du Cap-Eden-Roc. Le mannequin brésilien portait une robe en maille nue digne d'un conte de fées, ornée de bougainvilliers en organza et de bretelles argentées, créée par le couturier libanais Elie Saab.

1
L'ancien «ange» de Victoria's Secret a complété son look par des bijoux discrets, à savoir des boucles d'oreilles et une bague en diamants étincelants. (Photo, Getty Images)

La pièce florale est tirée de la dernière collection de couture printemps 2022 de Saab, qu'il a présentée à Paris en janvier lors de son premier défilé présentiel depuis deux ans.

La collection composée de 55 modèles représentait une ode à la Méditerranée et mettait en avant des silhouettes à jupe ample dans des tissus luxueux comme le taffetas et le tulle, ornés de plumes, de strass, de perles et de paillettes.

L'ancien «ange» de Victoria's Secret a complété son look par des bijoux discrets, à savoir des boucles d'oreilles et une bague en diamants étincelants.

Naomi Campbell était également présente à l'événement organisé par le PDG du Festival international du film de la mer Rouge, Mohammed al-Turki. Le top-modèle britannique a opté pour une robe rose vif de la collection automne-hiver 2022 de Valentino.

1
Naomi Campbell pose avec Mohammed al-Turki. (Photo, Getty Images)

Le Festival de Cannes, annulé en 2020 et tenu avec un strict protocole sanitaire en 2021, a fait un retour spectaculaire, plein de glamour, la semaine dernière.

Comme à l'accoutumée, les couturiers arabes s'imposent sur le tapis rouge: de nombreuses vedettes débarquent sur la Croisette, habillées de tenues à couper le souffle, créées par des designers du Moyen-Orient.

L'actrice américaine Larsen Thompson est apparue sur le tapis rouge de la première de «Triangle of Sadness» dans une élégante robe noire conçue par le label saoudien Ashi Studio. La pièce aux épaules dénudées était dotée d'une traîne asymétrique et d'une petite fente sur le devant. Thompson l'a associée à des escarpins noirs assortis et des bijoux délicats.

Les créateurs arabes ne sont pas les seuls à se distinguer lors du festival du film. Les personnalités régionales – dont l'actrice saoudienne Fatima Al-Banawi, la présentatrice de télévision libanaise Diala Makki et la star de la télé-réalité libanaise Alice Abdelaziz – ont une fois de plus volé la vedette à la Côte d'Azur avec des looks magnifiques.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


À Cannes, une version «féministe» de Don Juan, avec Tahar Rahim

L'acteur français Tahar Rahim arrive pour la projection du film "Forever Young (Les Amandiers)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 22 mai 2022 (Photo, AFP).
L'acteur français Tahar Rahim arrive pour la projection du film "Forever Young (Les Amandiers)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 22 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Seule particularité du Don Juan originel: le regard que porte Laurent sur les femmes
  • Pas tout à fait une comédie musicale, plusieurs scènes chantées par Tahar Rahim et Virginie Efira émaillent le film

CANNES: Oubliez le Don Juan de Molière ou de Tirso de Molina, place à la version 2022: présenté dimanche soir à Cannes, "Don Juan" de Serge Bozon réinvente le tombeur invétéré en un amant éconduit, incarné par Tahar Rahim. 

A l'ère post-MeToo, Don Juan ne serait-il pas un peu "has been" ? Pas pour le réalisateur Serge Bozon qui a complètement transformé le personnage. Dans sa version, sorte de comédie musicale avec le chanteur Alain Chamfort, Don Juan est un homme quitté, obsédé par son ex-compagne. 

Le film se centre sur l'histoire de Laurent (Tahar Rahim ; "Désigné coupable", "Le Serpent"), acteur de théâtre, abandonné devant l'autel par Julie (Virginie Efira ; "Benedetta"). La cause ? En arrivant à la mairie, l'ex-jeune mariée le surprend à regarder une femme depuis la fenêtre. Se sentant trahie par ce regard, elle le quitte sans dire le moindre mot. 

À partir de là, Laurent voit Julie partout et sombre dans la dépression.

En faisant de Don Juan un homme quitté plutôt qu’un briseur de cœurs, Serge Bozon renverse l'imaginaire attaché à ce personnage emblématique de la littérature.

"De ce point de vue, je pense qu'on peut dire que le film a un aspect féministe", explique son réalisateur à l'AFP. D'ailleurs, "ce Don Juan est un anti-héros. Il ne cesse de se prendre des vents et de se faire jeter par les femmes, même si dans le fond il ne brûle pour une seule femme: Julie".

Seule particularité du Don Juan originel que Serge Bozon a conservée: le regard que porte Laurent sur les femmes. Ce dernier ne peut s'empêcher de les regarder, voire de les fixer.

Pas tout à fait une comédie musicale, plusieurs scènes chantées par Tahar Rahim et Virginie Efira émaillent le film. "Pour moi, la musique prolonge le côté douloureux des personnages", précise Serge Bozon. 

Des scènes qui ont été un défi pour Virginie Efira et Tahar Rahim. "Ils ont été incroyables", salue le réalisateur, qui raconte s'être très bien entendu avec Tahar Rahim: "C'est un acteur qui n'a pas peur du ridicule et ça, pour un acteur, c'est quelque chose de plutôt rare".