Michel Houellebecq, oracle de la France de 2027

L'acteur et écrivain français Michel Houellebecq pose lors du photocall du film "Thalasso" lors du 67e Festival du film de San Sebastian, à San Sebastian, dans le nord de l'Espagne, le 25 septembre 2019.(AFP)
L'acteur et écrivain français Michel Houellebecq pose lors du photocall du film "Thalasso" lors du 67e Festival du film de San Sebastian, à San Sebastian, dans le nord de l'Espagne, le 25 septembre 2019.(AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 30 décembre 2021

Michel Houellebecq, oracle de la France de 2027

  • Houellebecq avait prouvé, notamment avec « Soumission » en 2015, qu'il adore l'anticipation
  • Cette longue fiction (736 pages) du romancier français le plus influent au monde, à paraître le 7 janvier, ne devrait pas manquer de susciter exégèses et débats politiques

PARIS : La campagne présidentielle de 2027, au terme d'un deuxième quinquennat d'Emmanuel Macron, dans une France "en déclin", permet à Michel Houellebecq dans son huitième roman, "Anéantir", de se faire l'oracle de notre époque.

Cette longue fiction (736 pages) du romancier français le plus influent au monde, à paraître le 7 janvier, ne devrait pas manquer de susciter exégèses et débats politiques.

Houellebecq avait prouvé, notamment avec "Soumission" en 2015, qu'il adore l'anticipation, en imaginant l'élection d'un président de la République musulman. Sa sortie avait coïncidé avec l'attentat commis par deux jihadistes contre le journal satirique Charlie Hebdo, qui avait fait 12 morts à Paris.

Jamais nommé dans "Anéantir", l'actuel président français, Emmanuel Macron, est bien reconnaissable quand une conseillère en communication le qualifie de "magnifique animal politique", toujours sémillant "depuis le début de sa fulgurante ascension".

Il a dirigé un pays "en déclin", miné par les inégalités, la mort lente des petites villes et des campagnes, et un chômage persistant. "Le décalage entre les classes dirigeantes et la population avait atteint un niveau inouï", s'alarme le narrateur.

En 2027, la gauche n'existe que difficilement, le parti d'extrême droite Rassemblement national --présidé aujourd'hui par Marine Le Pen-- est toujours fort au premier tour mais en peine au second, tandis que la personnalité d'extrême droite Eric Zemmour, qui bouscule la campagne présidentielle cette année, n'attire que haine ou admiration. Autant d'éléments qui rappellent 2022.

"Anéantir" s'intéresse à un tandem au cœur de cette campagne, le ministre de l'Economie Bruno Juge et son conseiller spécial Paul Raison.

Cet homme de 49 ans, serviteur de l'Etat et de la majorité présidentielle, d'humeur égale bien qu'enfoncé dans une crise conjugale sans fin, désabusé par son propre fatalisme et son goût conscient du confort bourgeois, est le protagoniste du roman.

Le personnage de Bruno Juge, "probablement le plus grand ministre de l'Economie depuis Colbert" (XVIIe siècle), rappelle quant à lui un certain Bruno occupant les mêmes fonctions, l'actuel ministre Bruno Le Maire.

Ce dernier est un ami personnel de l'écrivain, dont il s'est dit "très lié". Fin octobre, M. Le Maire avait révélé devant un parterre d'industriels que le roman à venir défendrait l'industrie.

Question de la mort 

C'est en effet l'un des thèmes d'"Anéantir", à son début surtout, où est louée l'action de Bruno Juge, par exemple "son succès le plus impressionnant": redresser la marque automobile Citroën, nationalisée de fait et réorientée vers le haut de gamme.

En 2027, Jean-Marie Le Pen est toujours en vie, à près de 99 ans, et sa fille Marine laisse la place à plus jeune qu'elle pour la présidentielle. Le réchauffement climatique rend les étés très longs. Le terrorisme islamiste est bien moins menaçant sur le territoire français, et d'autres mouvements l'ont supplanté dans la violence politique.

Mais "Anéantir", qui sort en pleine résurgence de l'épidémie de Covid-19, est surtout un grand roman sur les questions de santé, de médecine et de fin de vie.

Le Covid a-t-il été vaincu en 2027, ou n'est-ce plus qu'un virus dont on ne parle jamais, comme la grippe? Le mot n'apparaît pas une seule fois.

Le narrateur, positionné en surplomb, est travaillé par la question de la mort dans nos sociétés occidentales: comment nous la repoussons, comment nous vivons celle de nos proches, comment nous appréhendons ce qui viendra après elle. Houellebecq y plaide une fois de plus contre l'euthanasie.

Ces sujets finissent par rattraper un Paul Raison qui s'était contenté de vivre sans foi, sans interrogation spirituelle, et qui ressent le vide laissé par l'effondrement du christianisme. Ils offrent au roman une fin sublime, lyrique, où s'efface l'intrigue politique.

"Cette mort solitaire, plus solitaire qu'elle ne l'avait jamais été depuis les débuts de l’histoire humaine, avait récemment été célébrée par les auteurs de différents ouvrages de développement personnel", déplore-t-il.

"Anéantir" est imprimé à 300.000 exemplaires.


Le projet de Beirut Museum of Art, une lueur d'espoir dans un Liban en crise

Le BeMA présentera la grande diversité de l'art libanais et fournira des installations pour l'éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence. (Fourni/WORKac)
Le BeMA présentera la grande diversité de l'art libanais et fournira des installations pour l'éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence. (Fourni/WORKac)
Le projet de Beirut Museum of Art peut-il aider le Liban à redécouvrir son identité et à se remettre de ses nombreux traumatismes ? (Fourni/WORKac)
Le projet de Beirut Museum of Art peut-il aider le Liban à redécouvrir son identité et à se remettre de ses nombreux traumatismes ? (Fourni/WORKac)
Le cabinet d'architectes new-yorkais WORKac a été contacté en 2018 pour concevoir le nouveau musée, qui devrait être achevé en 2026. (Fourni/WORKac)
Le cabinet d'architectes new-yorkais WORKac a été contacté en 2018 pour concevoir le nouveau musée, qui devrait être achevé en 2026. (Fourni/WORKac)
Situé dans le quartier chic de Badaro, le musée se dressera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » qui divisait Beyrouth pendant la guerre civile. (Fourni/WORKac)
Situé dans le quartier chic de Badaro, le musée se dressera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » qui divisait Beyrouth pendant la guerre civile. (Fourni/WORKac)
Short Url
  • Les architectes new-yorkais WORKac ont été contactés en 2018 pour concevoir le nouveau musée d'art de Beyrouth
  • Le BeMA se dressera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » divisant la capitale libanaise pendant la guerre civile

DUBAI : Pour de nombreux Libanais, le passé peut être un sujet douloureux. Une guerre civile a détruit de larges pans du pays entre 1975 et 1990. La période d'après-guerre a été marquée par des conflits sectaires et le dysfonctionnement du gouvernement.

Mais malgré les traumatismes des dernières décennies, le Liban reste une terre d'une immense richesse culturelle, avec une histoire riche qui se reflète dans son patrimoine architectural, culturel et anthropologique.

C'est pourquoi le Beirut Museum of Art, ou BeMA, qui doit ouvrir en 2026, a été présenté comme une « lueur d'espoir » dans un pays en proie à la paralysie politique, au déclin économique et à une crise humanitaire de plus en plus grave.

Lorsque Sandra Abou Nader et Rita Nammour ont lancé le projet du musée, leur objectif était de présenter la grande diversité de l'art libanais et de fournir des installations pour l'éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence d'artistes.

« Elles ont réalisé qu'il y avait, en fait, très peu de visibilité pour la scène artistique libanaise, dans le pays et à l'étranger, et pour les artistes libanais, qu'ils soient modernes ou contemporains », a déclaré Juliana Khalaf, consultante en art du BeMA, à Arab News.

image 4
Vues du BeMA générées par ordinateur. Décrit comme un « jardin de sculptures vertical », il comprendra trois étages de galeries qui emprunteront des éléments aux designs Art déco locaux. (Fourni/WORKac)

Environ 700 œuvres d'art seront exposées dans le nouveau lieu, provenant de la collection du ministère libanais de la culture, qui compte plus de 2 000 pièces, dont la plupart sont stockées depuis des décennies.

« Nous allons abriter cette très importante collection », a déclaré M. Khalaf. « Nous l'appelons la collection nationale et elle appartient au public. C'est notre rôle de la rendre, pour la toute première fois, accessible. Elle n'a jamais été vue auparavant. »

Les œuvres d'art, créées par plus de 200 artistes et datant de la fin du XIXe siècle à nos jours, racontent l'histoire de ce petit pays méditerranéen, de son époque de renaissance et d'indépendance à la période de la guerre civile et au-delà.

La collection comprend des œuvres de l'écrivain, poète et artiste visuel libano-américain Khalil Gibran et de son mentor, le maître influent de la fin de l'ère ottomane Daoud Corm, réputé pour ses portraits et ses natures mortes sophistiqués.

Des œuvres de pionniers du modernisme libanais tels que Helen Khal, Saloua Raouda Choucair et Saliba Douaihy figureront également dans la collection, de même que plusieurs artistes moins connus du XXe siècle, dont Espérance Ghorayeb, qui a créé plusieurs compositions abstraites rares dans les années 1970.

« La collection est un rappel du magnifique héritage que nous avons », a déclaré Khalaf. « Elle nous montre notre culture à travers les yeux de nos artistes ».

Parmi les priorités de l'équipe du BeMA, en partenariat avec l'Institut des sciences de la conservation de Cologne, figure la restauration de la collection, qui comprend plusieurs peintures et œuvres sur papier endommagées par la guerre, la négligence, un stockage inadéquat ou simplement l’écoulement du temps.

Le rassemblement des informations sur les artistes et leurs effets sur le patrimoine artistique du Liban est une autre priorité pour l'équipe du BeMA, et c'est une tâche qui s'est avérée difficile étant donné le manque de ressources publiées et de moyens pour les cataloguer.

 


Sur les murs de Cotonou, des graffeurs peignent «le nouveau Bénin» et ses trésors

Le célèbre artiste brésilien Edgar Bernardo Dos Santos (Photo, AFP).
Le célèbre artiste brésilien Edgar Bernardo Dos Santos (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette juridiction spéciale, mise en place en 2016 pour mettre fin à l'impunité au sein de la classe politique, est perçue par ses détracteurs comme le bras armé du pouvoir
  • Elle a notamment condamné à de très lourdes peines d'emprisonnement les principales figures de l'opposition au Bénin, mais le pouvoir dénie, lui, toute forme d'ingérence

COTONOU: Juché sur un échafaudage, le célèbre artiste brésilien Edgar Bernardo Dos Santos (Ed-Mun), bombe de peinture en main, scrute d'un regard minutieux l'oeuvre qu'il vient de graffer sur un mur de Cotonou, la capitale économique du Bénin.

Sur fond bleu et jaune, il retouche ensuite au pinceau sa représentation de la statue mi-homme mi-requin du roi Béhanzin, l'un des 26 trésors pillés par les troupes coloniales françaises à la fin du 19ème siècle et restitués fin 2021 au Bénin après plus de deux ans de négociation entre Paris et Cotonou.

A ses côtés, 25 autres graffeurs, dont 15 également venus de l'étranger, agitent bombes et pinceaux, pour raconter en peinture l'histoire et la culture du Bénin sur ce mur de plus d'un kilomètre longeant le port de Cotonou.

Leur objectif: réaliser la plus grande fresque murale du monde dans le cadre du festival Effet Graff, qui a retenu pour sa huitième édition le thème, le "Nouveau Bénin".

Plus de 700 mètres de mur ont été colorés depuis le 11 avril (Photo, AFP).
Plus de 700 mètres de mur ont été colorés depuis le 11 avril (Photo, AFP).

Plus de 700 mètres de mur ont été colorés depuis le 11 avril, et les organisateurs espèrent l'agrandir à 1 300 mètres lors de la neuvième édition qui doit se tenir début 2023. Ils espèrent ainsi battre le record de la plus longue fresque graffiti du monde.

"Pour réaliser le Bénin du futur, il faut garder le Bénin du passé sous nos yeux", explique Laurenson Djihouéssi, de son nom d'artiste Mr Stone, graffeur et promoteur du festival.

Alors nombreux sont les graffeurs qui ont choisi de représenter sur ce mur les 26 trésors restitués, présentés depuis février pour la première fois au Bénin au sein d'une exposition historique au palais présidentiel, situé à quelques centaines de mètres de là.

«L'art au public»

"Là-bas, le public va en direction de l'art, mais ici l'art va au public", explique le graffeur Mr Stone, qui a décidé de rendre hommage aux amazones, les troupes d'élite uniquement constituées de femmes du royaume du Dahomey (l'un des royaumes constituant le Bénin avant la colonisation).

Leurs tuniques guerrières sont désormais visibles au sein de l'exposition présentée à la présidence, mais Mr Stone a décidé de représenter une amazone avec une cape, sur laquelle sont dessinés les emblèmes du royaume du Dahomey.

"C'est une continuité de l'exposition (à la présidence) et nous misons ici sur le graffiti qui est un grand vecteur de communication pour nous reconnecter à notre histoire", ajoute le graffeur.

Avec cette oeuvre, l'artiste veut placer la femme béninoise "au coeur de l'action et du développement", dit-il, qu'elle "soit une amazone des temps modernes".

Mais ce n'est pas seulement l'histoire royale du Bénin peinte sur cette fresque qui attire les passants par dizaines. 

Soutenu par la fondation Claudine Talon, la Première dame du Bénin, et le ministère de la Culture, ce mur met également en avant les récentes réalisations entreprises dans le pays ouest-africain.

Modernisation 

Drusille Fagnibo, 32 ans, est l'une des rares femmes artistes participant au festival. Chapeau en raphia sur la tête, elle s'active sous un soleil de plomb pour terminer son oeuvre.

Des grues évoquant la réforme du port de Cotonou, poumon économique du pays, en passant par les machines agricoles, en référence à la modernisation du secteur de l'agriculture, ou encore les voies bitumées, symboles des centaines de kilomètres de routes construites, les principaux chantiers lancés par le président béninois Patrice Talon sont représentés sur cette fresque.

Depuis sa première élection en 2015, le chef de l'Etat réélu en 2021 a mené des dizaines de projets tous azimuts en vue d'engager son pays dans la voie du développement. Cette impressionnante modernisation de l'économie, aussi rapide qu'à marche forcée, s'est aussi accompagnée d'un important recul démocratique, selon l'opposition, réduite quasiment à néant aujourd'hui.

Sur son pan du mur, Drusille Fagnibo a également représenté le bâtiment de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet).

Cette juridiction spéciale, mise en place en 2016 pour mettre fin à l'impunité au sein de la classe politique, est perçue par ses détracteurs comme le bras armé du pouvoir. Elle a notamment condamné à de très lourdes peines d'emprisonnement les principales figures de l'opposition au Bénin, mais le pouvoir dénie, lui, toute forme d'ingérence.


Menart Fair 2022 : Zerrouki Boukhari, artiste algérien

Zerrouki Boukhari, artiste peintre algérien. (Photo fournie)
Zerrouki Boukhari, artiste peintre algérien. (Photo fournie)
Short Url
  • L’artiste a exposé à Alger, Oran, à Moscou lors de l’exposition collective Expressions d’Algérie avec d’autres artistes algériens comme Issiakhem, Kadda Medjeded et Ballagh en 1989
  • Il se nourrit des intrigues d'une société algérienne en pleine mutation qui s’en inspire dans le processus créatif de ses œuvres.

PARIS : Après des études à l’École nationale d’architecture et des Beaux-arts d’Alger, Zerrouki Boukhari, artiste peintre, décorateur et scénographe algérien, est devenu un fin observateur d’une société en pleine mutation. Il se nourrit des intrigues qui s’y déroulent et s’en inspire dans le processus créatif de ses œuvres. L’artiste a exposé à Alger, Oran, à Moscou lors de l’exposition collective Expressions d’Algérie avec d’autres artistes algériens comme Issiakhem, Kadda Medjeded et Ballagh en 1989, et à Casablanca, Tunis et Nouakchott lors de l’exposition Art contemporain maghrébin en 1990.  

Représenté par l’Ayn Gallery (Paris), Zerrouki Boukhari, explique à Arab News en français le processus de création et les symboles qu’il a intégrés dans les œuvres exposées à la Menart Fair 2022.