Dans leur «paradis» irakien, les archéologues européens reprennent brosses et truelles

Les archéologues français jubilent. Ils viennent de mettre au jour une inscription cunéiforme vieille de 4 000 ans dans le désert irakien. (AFP)
Les archéologues français jubilent. Ils viennent de mettre au jour une inscription cunéiforme vieille de 4 000 ans dans le désert irakien. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 12 janvier 2022

Dans leur «paradis» irakien, les archéologues européens reprennent brosses et truelles

  • L'inscription en langue sumérienne a été gravée sur une brique cuite au 19e siècle avant Jésus-Christ. «Au dieu Shamash, son roi Sîn-iddinam, roi de Larsa, roi de Sumer et d'Akkad»
  • «Larsa est l'un des plus grands sites d'Irak, il fait plus de 200 hectares», commente Régis Vallet, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS)

NASSIRIYA: "Venez voir!" Les archéologues français jubilent. Ils viennent de mettre au jour une inscription cunéiforme vieille de 4 000 ans dans le désert irakien qui, en raison des conflits qui ont déchiré l'Irak, n'a pas vu d'archéologues étrangers pendant plusieurs décennies.


"Quand on retrouve des inscriptions comme ça, in situ, c'est émouvant", s'enthousiasme Dominique Charpin, titulaire de la chaire de Civilisation mésopotamienne au Collège de France, lui aussi du voyage pour cette campagne de fouilles réalisée fin 2021 à Larsa, dans le sud de l'Irak.


L'inscription en langue sumérienne a été gravée sur une brique cuite au 19e siècle avant Jésus-Christ. "Au dieu Shamash, son roi Sîn-iddinam, roi de Larsa, roi de Sumer et d'Akkad", traduit Dominique Charpin avec une facilité déconcertante.


Derrière lui s'activent une dizaine d'archéologues français, européens et irakiens dans un carré de fouilles délimité par des cordelettes. 

photo
Certains brossent des briques, d'autres retirent de la terre, tous déblaient ce qui ressemble à la pile d'un pont qui enjambait le canal urbain de Larsa, capitale de la Mésopotamie juste avant Babylone, au début du deuxième millénaire avant notre ère. (AFP)


Certains brossent des briques, d'autres retirent de la terre, tous déblaient ce qui ressemble à la pile d'un pont qui enjambait le canal urbain de Larsa, capitale de la Mésopotamie juste avant Babylone, au début du deuxième millénaire avant notre ère.


"Larsa est l'un des plus grands sites d'Irak, il fait plus de 200 hectares", commente Régis Vallet, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), qui dirige la mission franco-irakienne, forte d'une vingtaine de personnes.


La campagne aura permis des "découvertes majeures", dont celle de la résidence d'un chef de gouvernement de l'époque, identifiée grâce à une soixantaine de tablettes cunéiformes ensuite transférées au musée national à Bagdad.

photo
La campagne aura permis des «découvertes majeures», dont celle de la résidence d'un chef de gouvernement de l'époque, identifiée grâce à une soixantaine de tablettes cunéiformes ensuite transférées au musée national à Bagdad. (AFP)

«Longue interruption»
Larsa est un formidable terrain de jeu, un "paradis", avance Régis Vallet, au même titre que tout l'Irak, ancienne Mésopotamie qui a vu se succéder l'empire d'Akkad, les Babyloniens, Alexandre le Grand, les chrétiens, les Perses et l'Islam. 


Mais c'est l'histoire immédiate de l'Irak et son lot de conflits qui ont tenu éloignés les chercheurs du temps long venus de l'étranger. 


Il y a d'abord eu la Première guerre du Golfe en 1990-1991, puis l'embargo, auquel a succédé l'invasion emmenée par les Etats-Unis en 2003, le conflit interreligieux des années 2006-2009, et enfin l'offensive des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) qui ont occupé jusqu'à un tiers du territoire irakien en 2014. 


Depuis que l'Etat irakien a revendiqué sa "victoire" sur l'EI en 2017, le pays "s'est largement stabilisé et il est redevenu possible" d'aller en Irak, explique Régis Vallet. "Les Français sont revenus en 2019 et les Anglais un peu avant. Les Italiens sont revenus dès 2011", dit-il. 


Fin 2021, on comptait, selon lui, dix missions archéologiques étrangères dans le gouvernorat de Dhi Qar, où se trouve Larsa.

photo
C'est l'histoire immédiate de l'Irak et son lot de conflits qui ont tenu éloignés les chercheurs du temps long venus de l'étranger. (AFP)


Directeur du Conseil irakien des Antiquités et du Patrimoine, Laith Majid Hussein est plus qu'enthousiaste à l'idée d'accueillir des confrères étrangers. 


"Cela nous est bénéfique sur le plan scientifique et c'est une opportunité pour la formation de notre personnel après cette longue interruption", assure-t-il lors d'une interview avec l'AFP à Bagdad.

«Berceau des civilisations»
Près de Najaf, ville sainte chiite dans le centre de l'Irak, Ibrahim Salman de l'Institut allemand d'Archéologie est, lui aussi, tout à sa joie d'avoir retrouvé le terrain pour une campagne de prospection sur le site de l'ancienne ville d'Al-Hira. Car de 2003 à 2013, les archéologues allemands n'ont, eux non plus, pas pu accéder aux sites de fouilles irakiens.

photo
Larsa est un formidable terrain de jeu, un «paradis», avance Régis Vallet, au même titre que tout l'Irak, ancienne Mésopotamie qui a vu se succéder l'empire d'Akkad, les Babyloniens, Alexandre le Grand, les chrétiens, les Perses et l'Islam. (AFP)


Munie d'un appareil de mesure géomagnétique, l'équipe d'Ibrahim Salman sonde les entrailles des tells où se trouvait Al-Hira, ville longtemps chrétienne qui a connu son apogée à l'époque des Lakhmides, aux 5e et 6e siècles.


"Nous nous trouvons sur un tell que nous allons fouiller. Certains indices nous laissent penser qu'une église pourrait s'y être trouvée", explique le scientifique.


Ces "indices" consistent en des traces laissées sur le sol par l'humidité retenue par les structures enfouies sous terre et qui remonte progressivement à la surface. La terre humidifiée sur une bande de plusieurs mètres de long permet de conclure que sous les pieds de l'archéologue se trouvent sans doute les cloisons de l'ancienne église.


Et si le site d'Al-Hira est largement plus récent que d'autres sites archéologiques, leur diversité montre bien, selon Ibrahim Salmane, que "l'Irak, ou la Mésopotamie, est le berceau des civilisations. C'est aussi simple que cela".


Cannes: TikTok, c'est «la liberté de créer» pour les cinéastes débutants

Cette photographie prise le 23 mars 2022 montre le logo de l'application de mise en réseau TikToK affiché sur une tablette à Lille, dans le nord de la France (Photo, AFP).
Cette photographie prise le 23 mars 2022 montre le logo de l'application de mise en réseau TikToK affiché sur une tablette à Lille, dans le nord de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • Les vidéos courtes de TikTok, c'est «la liberté de créer» sans gros moyens et la possibilité d'une «nouvelle grammaire visuelle»
  • Pour la première fois, la plateforme a lancé un concours de films courts pour des créations «beaucoup plus construites que ce que (les tiktokeurs) font habituellement»

CANNES: Les vidéos courtes de TikTok, c'est "la liberté de créer" sans gros moyens et la possibilité d'une "nouvelle grammaire visuelle" avec des plans verticaux: au Festival de Cannes, dont il est devenu partenaire officiel, le réseau social des jeunes séduit les cinéastes.

Pour la première fois, la plateforme a lancé un concours de films courts pour des créations "beaucoup plus construites que ce que (les tiktokeurs) font habituellement", selon Angèle Diabang, cinéaste sénégalaise, membre du jury du #TikTokShortfilm qui a remis ses prix vendredi.

Claudia Cochet, tiktokeuse assidue mais surtout comédienne, a remporté le prix du "meilleur script" pour une oeuvre de trois minutes, "Princesse moderne".

Cette habituée des planches de théâtre, âgée de 34 ans, a découvert le réseau social et rejoint son milliard d'utilisateurs lors du premier confinement de mars 2020, alors qu'elle était privée de scène. 

"Aujourd'hui, je poste presque une vidéo par jour, des scènes de la vie quotidienne qui basculent dans le fantastique. J'ai 250 000 abonnés", raconte-t-elle à l'AFP.

"TikTok m'offre une liberté de créer et une audience", assure-t-elle, "et ça me donne confiance pour faire des choses seules".

Pour le #TikTokShortfilm, elle a voulu aborder un sujet grave, pas vraiment familier de l'audience de TikTok, qui vient plutôt y rechercher des sujets "fun": les violences faites aux femmes.

Pour les très gros plans qu'elle voulait tourner, elle a exceptionnellement lâché son smartphone et préféré une caméra 16K. Au final, peu de mots et aucune violence physique à l'écran, mais beaucoup de signes de malaise et d'émotion dans cette histoire de fille battue qui finit par commettre l'irréparable pour se défendre: "Quand on est victime de violences conjugales, on n'ose pas en parler, mais on peut le montrer...", explique Claudia Cochet.

«Nouvelle grammaire visuelle»

"On peut avoir l'impression que trois minutes, c'est court, mais on a vraiment essayé de les juger comme des films de 120 minutes", a expliqué Camille Ducellier, réalisatrice française, membre du jury, lors de la présentation des prix.

Cette dernière, plus habituée du grand écran, apprécie beaucoup le format vertical imposé par TikTok car "ça permet de s'affranchir du poids de toutes ces décennies à l'horizontal et donc de réinventer toute une nouvelle grammaire visuelle".

Pour elle, "ce jeu de cadrage ne renvoie pas seulement au smartphone, mais aussi à la fenêtre, la porte, et du coup se rapproche plus de la peinture".

A l'initiative de ce concours, Eric Garandeau, directeur de TikTok France, affirme à l'AFP que "plusieurs dizaines de milliers de créateurs ont participé au concours", dans 44 pays.

Pour cet ancien président du CNC (Centre national du cinéma), TikTok revient "aux origines du cinéma, à l'époque de la +minute Lumière+".

"Aujourd'hui, le cinéma est parfois un peu +obèse+ et TikTok offre une alternative plus courte et une expérience plus intense", estime-t-il.

En écho à cette analyse, un des lauréats, le Slovène Matej Rimanić (Grand Prix), joue avec les codes des premiers films sortis en salle, avec une histoire d'amour en noir et blanc, muette, où les deux héros, des vingtenaires d'aujourd'hui, s'envoient des messages sur des avions en papier.

Pour cette première, Eric Garandeau a choisi un jury "avec un grand brassage de diversité", du TikToker vedette Khaby Lame (deuxième personne la plus suivie au monde sur le réseau) au cinéaste franco-cambodgien "hardcore très engagé" Rithy Panh, président du jury.

Ce dernier a créé quelques remous quand il a démissionné pour dénoncer des "pressions" de la plateforme sur les choix du jury, avant de se raviser et de reprendre sa place quelques heures seulement avant le palmarès, assurant que "le jury (était) de nouveau souverain".

Vendredi après-midi, la plateforme n'a pas autorisé les membres du jury à répondre aux questions de la presse après la remise des prix.


Le projet de Beirut Museum of Art, une lueur d'espoir dans un Liban en crise

Le BeMA présentera la grande diversité de l'art libanais et fournira des installations pour l'éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence. (Fourni/WORKac)
Le BeMA présentera la grande diversité de l'art libanais et fournira des installations pour l'éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence. (Fourni/WORKac)
Le projet de Beirut Museum of Art peut-il aider le Liban à redécouvrir son identité et à se remettre de ses nombreux traumatismes ? (Fourni/WORKac)
Le projet de Beirut Museum of Art peut-il aider le Liban à redécouvrir son identité et à se remettre de ses nombreux traumatismes ? (Fourni/WORKac)
Le cabinet d'architectes new-yorkais WORKac a été contacté en 2018 pour concevoir le nouveau musée, qui devrait être achevé en 2026. (Fourni/WORKac)
Le cabinet d'architectes new-yorkais WORKac a été contacté en 2018 pour concevoir le nouveau musée, qui devrait être achevé en 2026. (Fourni/WORKac)
Situé dans le quartier chic de Badaro, le musée se dressera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » qui divisait Beyrouth pendant la guerre civile. (Fourni/WORKac)
Situé dans le quartier chic de Badaro, le musée se dressera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » qui divisait Beyrouth pendant la guerre civile. (Fourni/WORKac)
Short Url
  • Les architectes new-yorkais WORKac ont été contactés en 2018 pour concevoir le nouveau musée d'art de Beyrouth
  • Le BeMA se dressera sur ce qui était autrefois la « ligne verte » divisant la capitale libanaise pendant la guerre civile

DUBAI : Pour de nombreux Libanais, le passé peut être un sujet douloureux. Une guerre civile a détruit de larges pans du pays entre 1975 et 1990. La période d'après-guerre a été marquée par des conflits sectaires et le dysfonctionnement du gouvernement.

Mais malgré les traumatismes des dernières décennies, le Liban reste une terre d'une immense richesse culturelle, avec une histoire riche qui se reflète dans son patrimoine architectural, culturel et anthropologique.

C'est pourquoi le Beirut Museum of Art, ou BeMA, qui doit ouvrir en 2026, a été présenté comme une « lueur d'espoir » dans un pays en proie à la paralysie politique, au déclin économique et à une crise humanitaire de plus en plus grave.

Lorsque Sandra Abou Nader et Rita Nammour ont lancé le projet du musée, leur objectif était de présenter la grande diversité de l'art libanais et de fournir des installations pour l'éducation, la numérisation, la restauration, le stockage et les programmes de résidence d'artistes.

« Elles ont réalisé qu'il y avait, en fait, très peu de visibilité pour la scène artistique libanaise, dans le pays et à l'étranger, et pour les artistes libanais, qu'ils soient modernes ou contemporains », a déclaré Juliana Khalaf, consultante en art du BeMA, à Arab News.

image 4
Vues du BeMA générées par ordinateur. Décrit comme un « jardin de sculptures vertical », il comprendra trois étages de galeries qui emprunteront des éléments aux designs Art déco locaux. (Fourni/WORKac)

Environ 700 œuvres d'art seront exposées dans le nouveau lieu, provenant de la collection du ministère libanais de la culture, qui compte plus de 2 000 pièces, dont la plupart sont stockées depuis des décennies.

« Nous allons abriter cette très importante collection », a déclaré M. Khalaf. « Nous l'appelons la collection nationale et elle appartient au public. C'est notre rôle de la rendre, pour la toute première fois, accessible. Elle n'a jamais été vue auparavant. »

Les œuvres d'art, créées par plus de 200 artistes et datant de la fin du XIXe siècle à nos jours, racontent l'histoire de ce petit pays méditerranéen, de son époque de renaissance et d'indépendance à la période de la guerre civile et au-delà.

La collection comprend des œuvres de l'écrivain, poète et artiste visuel libano-américain Khalil Gibran et de son mentor, le maître influent de la fin de l'ère ottomane Daoud Corm, réputé pour ses portraits et ses natures mortes sophistiqués.

Des œuvres de pionniers du modernisme libanais tels que Helen Khal, Saloua Raouda Choucair et Saliba Douaihy figureront également dans la collection, de même que plusieurs artistes moins connus du XXe siècle, dont Espérance Ghorayeb, qui a créé plusieurs compositions abstraites rares dans les années 1970.

« La collection est un rappel du magnifique héritage que nous avons », a déclaré Khalaf. « Elle nous montre notre culture à travers les yeux de nos artistes ».

Parmi les priorités de l'équipe du BeMA, en partenariat avec l'Institut des sciences de la conservation de Cologne, figure la restauration de la collection, qui comprend plusieurs peintures et œuvres sur papier endommagées par la guerre, la négligence, un stockage inadéquat ou simplement l’écoulement du temps.

Le rassemblement des informations sur les artistes et leurs effets sur le patrimoine artistique du Liban est une autre priorité pour l'équipe du BeMA, et c'est une tâche qui s'est avérée difficile étant donné le manque de ressources publiées et de moyens pour les cataloguer.

 


Sur les murs de Cotonou, des graffeurs peignent «le nouveau Bénin» et ses trésors

Le célèbre artiste brésilien Edgar Bernardo Dos Santos (Photo, AFP).
Le célèbre artiste brésilien Edgar Bernardo Dos Santos (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette juridiction spéciale, mise en place en 2016 pour mettre fin à l'impunité au sein de la classe politique, est perçue par ses détracteurs comme le bras armé du pouvoir
  • Elle a notamment condamné à de très lourdes peines d'emprisonnement les principales figures de l'opposition au Bénin, mais le pouvoir dénie, lui, toute forme d'ingérence

COTONOU: Juché sur un échafaudage, le célèbre artiste brésilien Edgar Bernardo Dos Santos (Ed-Mun), bombe de peinture en main, scrute d'un regard minutieux l'oeuvre qu'il vient de graffer sur un mur de Cotonou, la capitale économique du Bénin.

Sur fond bleu et jaune, il retouche ensuite au pinceau sa représentation de la statue mi-homme mi-requin du roi Béhanzin, l'un des 26 trésors pillés par les troupes coloniales françaises à la fin du 19ème siècle et restitués fin 2021 au Bénin après plus de deux ans de négociation entre Paris et Cotonou.

A ses côtés, 25 autres graffeurs, dont 15 également venus de l'étranger, agitent bombes et pinceaux, pour raconter en peinture l'histoire et la culture du Bénin sur ce mur de plus d'un kilomètre longeant le port de Cotonou.

Leur objectif: réaliser la plus grande fresque murale du monde dans le cadre du festival Effet Graff, qui a retenu pour sa huitième édition le thème, le "Nouveau Bénin".

Plus de 700 mètres de mur ont été colorés depuis le 11 avril (Photo, AFP).
Plus de 700 mètres de mur ont été colorés depuis le 11 avril (Photo, AFP).

Plus de 700 mètres de mur ont été colorés depuis le 11 avril, et les organisateurs espèrent l'agrandir à 1 300 mètres lors de la neuvième édition qui doit se tenir début 2023. Ils espèrent ainsi battre le record de la plus longue fresque graffiti du monde.

"Pour réaliser le Bénin du futur, il faut garder le Bénin du passé sous nos yeux", explique Laurenson Djihouéssi, de son nom d'artiste Mr Stone, graffeur et promoteur du festival.

Alors nombreux sont les graffeurs qui ont choisi de représenter sur ce mur les 26 trésors restitués, présentés depuis février pour la première fois au Bénin au sein d'une exposition historique au palais présidentiel, situé à quelques centaines de mètres de là.

«L'art au public»

"Là-bas, le public va en direction de l'art, mais ici l'art va au public", explique le graffeur Mr Stone, qui a décidé de rendre hommage aux amazones, les troupes d'élite uniquement constituées de femmes du royaume du Dahomey (l'un des royaumes constituant le Bénin avant la colonisation).

Leurs tuniques guerrières sont désormais visibles au sein de l'exposition présentée à la présidence, mais Mr Stone a décidé de représenter une amazone avec une cape, sur laquelle sont dessinés les emblèmes du royaume du Dahomey.

"C'est une continuité de l'exposition (à la présidence) et nous misons ici sur le graffiti qui est un grand vecteur de communication pour nous reconnecter à notre histoire", ajoute le graffeur.

Avec cette oeuvre, l'artiste veut placer la femme béninoise "au coeur de l'action et du développement", dit-il, qu'elle "soit une amazone des temps modernes".

Mais ce n'est pas seulement l'histoire royale du Bénin peinte sur cette fresque qui attire les passants par dizaines. 

Soutenu par la fondation Claudine Talon, la Première dame du Bénin, et le ministère de la Culture, ce mur met également en avant les récentes réalisations entreprises dans le pays ouest-africain.

Modernisation 

Drusille Fagnibo, 32 ans, est l'une des rares femmes artistes participant au festival. Chapeau en raphia sur la tête, elle s'active sous un soleil de plomb pour terminer son oeuvre.

Des grues évoquant la réforme du port de Cotonou, poumon économique du pays, en passant par les machines agricoles, en référence à la modernisation du secteur de l'agriculture, ou encore les voies bitumées, symboles des centaines de kilomètres de routes construites, les principaux chantiers lancés par le président béninois Patrice Talon sont représentés sur cette fresque.

Depuis sa première élection en 2015, le chef de l'Etat réélu en 2021 a mené des dizaines de projets tous azimuts en vue d'engager son pays dans la voie du développement. Cette impressionnante modernisation de l'économie, aussi rapide qu'à marche forcée, s'est aussi accompagnée d'un important recul démocratique, selon l'opposition, réduite quasiment à néant aujourd'hui.

Sur son pan du mur, Drusille Fagnibo a également représenté le bâtiment de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet).

Cette juridiction spéciale, mise en place en 2016 pour mettre fin à l'impunité au sein de la classe politique, est perçue par ses détracteurs comme le bras armé du pouvoir. Elle a notamment condamné à de très lourdes peines d'emprisonnement les principales figures de l'opposition au Bénin, mais le pouvoir dénie, lui, toute forme d'ingérence.