Washington rassure Beyrouth: pas de sanctions sur l'approvisionnement énergétique

Des camions-citernes pour carburant bloquent le 13 janvier 2022 une route à Beyrouth lors d'une grève générale des transports publics et des syndicats de travailleurs pour dénoncer la crise économique que traverse le pays. (Photo, Anwar Amro/AFP)
Des camions-citernes pour carburant bloquent le 13 janvier 2022 une route à Beyrouth lors d'une grève générale des transports publics et des syndicats de travailleurs pour dénoncer la crise économique que traverse le pays. (Photo, Anwar Amro/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 15 janvier 2022

Washington rassure Beyrouth: pas de sanctions sur l'approvisionnement énergétique

  • La faiblesse de la monnaie locale pèse lourdement sur la population
  • La délégation du FMI reporte sa visite au Liban pour le mois de février

BEYROUTH: Les États-Unis ont rassuré le Liban qu'il ne devrait pas craindre une loi de sanctions contre ses projets d'approvisionnement en énergie de la région, selon un communiqué du bureau du Premier ministre Najib Mikati vendredi.

L'ambassadrice américaine au Liban, Dorothy Shea, a remis à Mikati une lettre du Trésor américain pour répondre aux préoccupations des autorités libanaises concernant les accords régionaux sur l'énergie que les États-Unis avaient contribué à faciliter avec la Jordanie et l'Égypte.

La diplomate a affirmé: «Il ne faudra pas craindre la loi sur les sanctions américaines. Ce message représente un élan vers l'avant et une étape importante alors que nous continuons à progresser vers une énergie plus propre et plus durable pour contribuer à résoudre la crise énergétique».

Le Liban traverse une profonde crise financière et la faiblesse de sa monnaie locale pèse lourdement sur sa population.

Vendredi, le taux de change du dollar sur le marché noir a chuté de plus de 5 000 L.L d'un coup pour atteindre 27 500 L.L.

Les bureaux de change ont tenté de limiter leurs ventes de dollars après que les personnes se sont précipitées pour les acheter ou les vendre.

La Banque centrale a publié une circulaire le 27 décembre et l'a suivie d'amendements. Cette dernière supprime le plafond lié aux achats bancaires de dollars en utilisant la plateforme officielle de taux de change Sayrafa.

Elle permet ainsi aux déposants et aux titulaires de comptes en livres libanaises de retirer leurs dépôts et leurs salaires en dollars sur la base du taux fixé par Sayrafa.

Cette mesure a injecté des dollars sur le marché libanais en remplaçant les retraits de livres par des dollars frais.

Une nouvelle clause a été introduite permettant aux banques d'augmenter le quota de dollars, en achetant des billets en dollars auprès de la Banque centrale au taux fixé par Sayrafa en utilisant les livres libanaises détenues par ces banques ou leurs clients, sans plafond spécifique. Cette mesure vise à répondre à la demande de retraits en dollars.

Les experts financiers estiment que ces mesures pourraient permettre de réduire le taux de change du dollar sur le marché parallèle en raison de l'offre et de la demande et de récupérer les livres «planquées par les citoyens dans leurs maisons», faisant ainsi baisser l'inflation.

Ces mesures ont également permis de réévaluer le rôle de la Banque centrale dans la question du contrôle du taux de change du dollar, ajoutent les experts.

Ce rôle s'était récemment estompé en raison de la spéculation et de la priorité accordée par la Banque centrale aux subventions des produits de base, du carburant et des médicaments, ont-ils indiqué.

L'accent aurait dû être mis sur le contrôle du taux du dollar, car c'était le point de départ pour contrôler les autres prix, ont déclaré les experts.

La crise de confiance dans le secteur bancaire s'est aggravée depuis fin 2017, entraînant une diminution des flux de capitaux vers le Liban, tandis qu'un marché parallèle s'est mis en évidence en septembre 2019. Les autorités politiques de l'époque n'ont pas accepté et n'ont toujours pas accepté d'approuver la mise en place de contrôles des capitaux.

Les changeurs du marché noir ont été inondés de livres libanaises. Des enregistrements audios exprimant leur confusion et leur inquiétude face aux derniers développements ont été partagés sur les réseaux sociaux.

Un expert bancaire a déclaré à Arab News: «La Banque centrale a commencé une procédure de test le 27 décembre. Les personnes ont échangé leurs salaires en livres libanaises dans les banques contre des dollars sur la base du taux de change Sayrafa.

«Les bureaux de change se retrouvent maintenant avec d'énormes quantités de dollars, car les gens ne veulent plus leur acheter de dollars à cause du taux de change élevé, ce qui a entraîné une baisse du taux de change du dollar sur le marché noir.

«La Banque centrale essaie ainsi de maintenir le taux de change du dollar dans une certaine fourchette. Il est possible de dire qu'avec cette mesure, la Banque centrale rétablira son rôle sur le marché des devises.»

Cependant, l'expert bancaire craint une flambée du taux de change du dollar pendant le week-end, avec la fermeture des banques et la tentative des dealers syriens de la Bekaa d'acheter des dollars aux changeurs de la région.

Il s'attend également à ce que le taux de change baisse à nouveau en début de semaine avec la reprise du travail des banques.

L'économiste Dr Louis Hobeika a déclaré à Arab News : «Ce sont des déclins superficiels, car la situation politique se détériore davantage et rien ne laisse présager l'émergence de solutions de sitôt.»

«Si cette mesure ne s'accompagne pas de la reprise des réunions du Conseil des ministres et du lancement d'un plan de redressement comprenant la mise en œuvre de réformes et le rétablissement de la confiance dans le secteur bancaire, ces mesures ne seront que des tactiques peu fiables. Le problème n'est pas monétaire, mais politique et économique. Ce que la Banque centrale essaie de faire, c'est un réglage fin.»

Interrogé sur la possibilité que cette mesure conduise à l'unification du taux de change du dollar, qui est l'une des exigences du Fonds monétaire international (FMI), Hobeika déclare: «Je pense que le taux de la plateforme Sayrafa est le plus raisonnable au Liban».

Toutefois, Hobeika souligne que cette affaire n’a «rien à voir» avec le FMI.

La délégation du FMI, qui devait arriver au Liban ce mois-ci, a reporté sa visite au mois de février.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Égypte et le Soudan effectuent un exercice militaire conjoint

L’exercice conjoint Guardian of the South-2, qui se poursuivra pendant plusieurs jours, fait partie d’une série d’exercices menés par les forces armées des deux nations. (Ministère égyptien de la Défense)
L’exercice conjoint Guardian of the South-2, qui se poursuivra pendant plusieurs jours, fait partie d’une série d’exercices menés par les forces armées des deux nations. (Ministère égyptien de la Défense)
Short Url
  • Des garde-frontières égyptiens et soudanais participeront à cette formation axée sur les tâches de sécurité frontalière
  • Des conférences et des exercices pratiques ont également été organisés pour renforcer les expériences de combat des deux parties

LE CAIRE: Un exercice d’entraînement militaire égypto-soudanais a débuté au complexe des champs d’entraînement des garde-frontières en Égypte.

L’exercice conjoint Guardian of the South-2, qui se poursuivra pendant plusieurs jours, fait partie d’une série d’exercices menés par les forces armées des deux nations.

Selon le porte-parole de l’armée égyptienne, Gharib Abdel-Hafez, des garde-frontières égyptiens et soudanais participeront à cette formation axée sur les tâches de sécurité frontalière.

Dans un discours accueillant le contingent soudanais, le commandant des garde-frontières égyptiens a déclaré que l’exercice contribuerait à renforcer les capacités des forces des deux pays.

La première phase de la formation comprenait une exposition des armes et équipements les plus récents utilisés pour la sécurité des frontières et la lutte contre la contrebande et l’infiltration, ainsi qu’une présentation des efforts déployés pour promouvoir l’intégration entre les forces.

Des conférences et des exercices pratiques ont également été organisés pour renforcer les expériences de combat des deux parties, améliorer la coopération militaire et développer les opérations conjointes.

Le premier exercice militaire conjoint de l’Égypte et du Soudan, Guardian of the South-1, a eu lieu en octobre 2021 dans la base militaire égyptienne Mohammed Naguib, la plus grande du Moyen-Orient, située dans la région d’Al-Hamam à l’ouest d’Alexandrie.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Jordanie et l'Algérie ouvrent une nouvelle phase de coopération

Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, se sont entretenus dimanche à Alger. (Petra)
Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, se sont entretenus dimanche à Alger. (Petra)
Short Url
  • Le roi Abdallah de Jordanie et le président algérien ont assisté à la signature de deux accords et de trois protocoles d'accord
  • Les deux gouvernements ont pour instruction de prendre des mesures visant à stimuler les investissements et les opportunités commerciales dans les deux pays

ALGER: Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, ont ouvert une nouvelle phase dans leurs relations bilatérales.

Les deux dirigeants se sont entretenus dimanche à Alger pour discuter du renforcement de la coopération jordano-algérienne dans les domaines de la politique, de l'économie, du commerce, des investissements et de la défense, a rapporté la Jordan News Agency. 

Au cours de cette réunion, à laquelle étaient présents de hauts responsables des deux parties, a également été confirmé l'intérêt de maintenir la coordination et les consultations sur les causes arabes ainsi que sur d'autres questions d'intérêt commun.

Le roi Abdallah a réitéré l’importance de la cause palestinienne et la nécessité de protéger les droits légitimes des Palestiniens.

Il a appelé à un plan de paix juste et global basé sur une solution à deux États conduisant à la création d’un État palestinien indépendant et souverain selon les frontières de juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Il a également réaffirmé l'importance du maintien du statu quo historique et juridique de la mosquée Al-Aqsa.

À la suite de la réunion, les deux dirigeants ont assisté à la signature d'un accord sur les exemptions de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques, ainsi que sur un programme de coopération entre la Jordan News Agency et le Service de presse algérien.

Trois protocoles d'accord ont également été signés, portant sur les consultations politiques, la coopération entre l'Institut jordanien de la diplomatie et l'Institut algérien de la diplomatie et des relations internationales, ainsi que la reconnaissance mutuelle entre les deux pays des certificats de qualification maritime pour les marins, les programmes d'éducation et la formation maritime.

Le roi Abdallah et le président Tebboune ont en outre demandé à leurs gouvernements respectifs de prendre les mesures nécessaires pour encourager les investisseurs et les entreprises à étudier les opportunités d'investissement et commerciales dans les deux pays.

Les gouvernements ont également été invités à aller de l'avant dans des accords qui élargiraient la collaboration dans les domaines de la santé, de l'énergie, du tourisme médical, de l'hôtellerie, des transports, de la formation aéronautique, de l'enseignement supérieur et des échanges culturels entre les universités.

Les économistes ont salué les résultats de la visite officielle du roi Abdallah en Algérie.

Le sénateur jordanien Mazen Darwazah a indiqué que les investissements jordaniens en Algérie avaient progressivement augmenté au cours des deux dernières décennies, l'industrie pharmaceutique dépensant près d'un milliard de dollars.

Le coordinateur du Conseil commercial jordano-algérien, Khaled al-Soub, a précisé que la loi algérienne permettait aux investisseurs jordaniens d'élargir leurs projets et d'acquérir des actions auprès de partenaires étrangers.

L'expert en énergie Hachem Akel a affirmé que l'Algérie était riche en pétrole et en ressources naturelles et qu’il espérait que les importations d'énergie de la Jordanie augmenteraient une fois qu’elle aura reçu des prix préférentiels.

 Ce texte est la traduction d ;un article paru sur Arabnews.com


Le président israélien arrive aux Émirats arabes unis pour assister au débat sur l’espace d’Abu Dhabi

Le ministre des Affaires étrangères des EAU, Abdallah ben Zayed al-Nahyane, accueille le président israélien Isaac Herzog à Abu Dhabi. (AFP)
Le ministre des Affaires étrangères des EAU, Abdallah ben Zayed al-Nahyane, accueille le président israélien Isaac Herzog à Abu Dhabi. (AFP)
Short Url
  • Le président israélien fera partie des 300 personnalités et décideurs de haut rang qui participeront à l’événement
  • Le débat sur l’espace d’Abu Dhabi durera deux jours et portera sur les défis les plus pressants de l’industrie spatiale

DUBAÏ: Le président israélien, Isaac Herzog, est arrivé lundi aux Émirats arabes unis (EAU) pour assister au débat sur l’espace d’Abu Dhabi, selon l’agence de presse nationale (WAM).

M. Herzog a été accueilli par le ministre des Affaires étrangères des EAU, cheikh Abdallah ben Zayed al-Nahyane, à l’aéroport présidentiel d’Abu Dhabi.

Le président israélien fera partie des 300 personnalités et décideurs de haut rang qui participeront à la première édition du débat sur l’espace d’Abu Dhabi, qui a démarré lundi.

Cet événement de deux jours portera sur les défis les plus pressants de l’industrie spatiale et sur les facteurs permettant de stimuler la nouvelle économie spatiale.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com