Dix ans après le carnage d'Utøya, Breivik demande sa libération

Coupable d’une tuerie de masse, Anders Behring Breivik (à droite) est photographié le premier jour du procès où il demande une libération conditionnelle, le 18 janvier 2022 dans une salle d'audience de fortune à la prison de Skien, en Norvège. (Ole Berg-Rusten / NTB / AFP)
Coupable d’une tuerie de masse, Anders Behring Breivik (à droite) est photographié le premier jour du procès où il demande une libération conditionnelle, le 18 janvier 2022 dans une salle d'audience de fortune à la prison de Skien, en Norvège. (Ole Berg-Rusten / NTB / AFP)
Short Url
Publié le Mardi 18 janvier 2022

Dix ans après le carnage d'Utøya, Breivik demande sa libération

  • Le 22 juillet 2011, Breivik avait fait exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, faisant huit victimes, puis tué 69 autres personnes, dans un camp d'été sur l'île d'Utøya
  • Aux magistrats, il s'est présenté comme «candidat au Parlement pour le mouvement nazi»

OSLO, Norvège :  Salut hitlerien, propagande... l'extrémiste de droite norvégien Anders Behring Breivik a multiplié les coups d'éclat mardi au premier jour d'une procédure, douloureuse et a priori vouée à l'échec, de demande de remise en liberté, dix ans seulement après avoir tué 77 personnes en Norvège.

Si l'issue de la procédure, délocalisée pour raisons de sécurité dans le gymnase de la prison de Skien (sud) où il est incarcéré, semble jouée d'avance, survivants et proches des victimes redoutaient que Breivik en fasse une tribune idéologique.

L'extrémiste de 42 ans a conforté leurs craintes: crâne rasé et bouc soigné, il a fait son entrée avec un écriteau «Cessez votre génocide contre nos nations blanches» en anglais sur sa mallette et son costume sombre, a adressé aux journalistes des propos politiques puis a fait un salut nazi à l'arrivée des trois juges.

Aux magistrats, il s'est présenté comme «candidat au Parlement pour le mouvement nazi».

Rescapés et familles des victimes ont vivement réagi à l'attention qui lui est accordée, la procédure de trois jours étant intégralement retransmise avec un léger différé par certains médias.

«Ce n'est pas parce que c'est +scandaleux+ ou +douloureux+ que j'estime que Breivik ne devrait pas être diffusé à la télé», a tweeté Elin L'Estrange, qui avait survécu aux attaques. «C'est parce qu'il est un symbole de l'extrême droite qui a déjà inspiré plusieurs autres tueries de masse».

Le 22 juillet 2011, Breivik avait fait exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, faisant huit victimes, puis tué 69 autres personnes, des adolescents pour la plupart, en ouvrant le feu sur un camp d'été de la Jeunesse travailliste sur l'île d'Utøya.

En 2012, il avait été condamné à 21 ans de prison avec possibilité d'extension, assortis d'une peine minimale de dix ans -- le maximum à l'époque. 

«Comme dans tout autre Etat de droit, un condamné a le droit de demander sa libération conditionnelle et Breivik a décidé de faire usage de ce droit», a déclaré son avocat, Øystein Storrvik, à l'AFP avant l'audience.

- Test pour l'État de droit -

Dans un pays qui n'avait pas connu de crime aussi violent depuis la Seconde Guerre mondiale, la demande de libération conditionnelle n'a, de l'avis général, aucune chance d'aboutir.

Mais elle est considérée comme un test que l'Etat de droit --que Breivik avait tenté de détruire-- doit surmonter en traitant l'extrémiste comme tout autre justiciable.

«C'est une épreuve pour nous tous qu'une personne qui a tué des enfants, a traqué des gens qui fuyaient afin de les tuer et qui a tiré sur des gens qui plaidaient pour leur vie, bénéficie aussi des aspects libéraux de la justice», écrivait mardi le journal populaire Verdens Gang dans un éditorial.

«Il doit avoir les droits qu'un Etat de droit lui donne. Pas pour son bien, mais pour le nôtre. Aucun terroriste ne doit pouvoir changer notre modèle de gouvernance et les droits juridiques qui valent pour tous les citoyens norvégiens», soulignait-il.

En 2016, Breivik, qui dispose en prison de trois cellules, d'une télévision avec lecteur DVD et console de jeux et d'une machine à écrire, avait réussi à faire condamner l'Etat pour traitement «inhumain» et «dégradant» en raison de son maintien à l'écart des autres détenus. Le jugement avait été cassé en appel.

- Détournement de justice? -

Dans les prétoires ou des courriers, notamment à l'AFP, Breivik a dans le passé dit renoncer à la violence, se comparant même à Nelson Mandela, mais il n'a jamais exprimé de remords crédibles.

«Il n'a d'aucune façon pris ses distances avec la tuerie de masse qu'il a commise et qu'il juge totalement légitime», a fait valoir Tore Bjørgo, directeur du Centre de recherche sur l'extrémisme de droite (C-REX) de l'université d'Oslo.

La matinée a été consacrée à la lecture du jugement de 2012, avec la longue lecture des noms des victimes et des circonstances de leur mort, et à des considérations juridiques.

Impassible comme à l'accoutumée , Breivik a été rappelé à l'ordre par le juge Dag Bjørvik quand, en pleine audience, il a de nouveau brandi son écriteau.

En amont, le groupe de soutien aux familles des victimes avait dit «encourager à placer aussi peu d'attention que possible au terroriste et à son message».

«Je trouve que c'est plutôt absurde qu'il soit autorisé à recevoir tant d'attention en demandant sa libération après seulement dix ans», a déclaré la présidente de l'association, Lisbeth Kristine Røyneland, vendredi à la radio NRK.

Breivik a inspiré d'autres attentats, dont celui de Christchurch en Nouvelle-Zélande en 2019, et projets d'attentats à travers le monde.


Ukraine: plus de 500 localités toujours sans électricité

Cette photographie prise le 26 octobre 2022 montre un pylône électrique détruit bloquant une rue du village ukrainien récemment repris de Yampil, dans l'est de l'Ukraine, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine. (AFP)
Cette photographie prise le 26 octobre 2022 montre un pylône électrique détruit bloquant une rue du village ukrainien récemment repris de Yampil, dans l'est de l'Ukraine, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine. (AFP)
Short Url
  • Samedi, les autorités ukrainiennes avaient de nouveau exhorté les civils à tenir bon malgré des conditions de vie qui se détériorent
  • «L'ennemi continue d'attaquer les infrastructures essentielles du pays. Actuellement, 507 localités dans huit régions de notre pays sont coupées de l'alimentation électrique», a déclaré un haut responsable

KIEV: Plus de 500 localités ukrainiennes se trouvaient dimanche toujours sans électricité, à la suite de frappes russes ces dernières semaines qui ont largement endommagé le réseau électrique national, a indiqué un représentant du ministère de l'Intérieur.

"L'ennemi continue d'attaquer les infrastructures essentielles du pays. Actuellement, 507 localités dans huit régions de notre pays sont coupées de l'alimentation électrique", a déclaré à la télévision ukrainienne Yevgueniï Yénine, premier vice-ministre de l'Intérieur.

Dans le détail, "la région de Kharkiv est la plus touchée, où 112 villages sont isolés; dans les régions de Donetsk et de Kherson: plus de 90; la région de Mykolaïv: 82; la région de Zaporijjia: 76; la région de Lougansk: 43", a-t-il précisé.

Samedi, les autorités ukrainiennes avaient de nouveau exhorté les civils à tenir bon malgré des conditions de vie qui se détériorent.

"Il faut tenir", avait lancé à la télévision le gouverneur de la région de Mykolaïv (Sud), Vitaliï Kim, alors que, plusieurs fois par jour, les coupures de courant plongent des millions d'Ukrainiens dans le noir, sans compter le froid qui s'installe dans les foyers, les températures étant négatives depuis plusieurs jours.

La perspective de nouvelles frappes russes sur le réseau énergétique ukrainien fait craindre un hiver particulièrement compliqué pour la population civile et une nouvelle vague de réfugiés hors du pays.


Indonésie: le volcan Semeru entre en éruption, alerte maximale

Le Mont Semeru crache de la fumée et des cendres à Lumajang le 4 décembre 2022. (Photo par Agus Harianto / AFP)
Le Mont Semeru crache de la fumée et des cendres à Lumajang le 4 décembre 2022. (Photo par Agus Harianto / AFP)
Short Url
  • Le Centre de volcanologie et de prévention des catastrophes géologiques (PVMBG) a relevé le niveau d'alerte autour du mont Semeru du niveau trois au niveau quatre, le plus élevé
  • Il y a exactement un an, le 4 décembre 2021, le mont Semeru était déjà entré en éruption, faisant au moins 51 morts

LUMAJANG, Indonésie : Le volcan Semeru, sur l'île de Java en Indonésie, est entré en éruption dimanche un an jour pour jour après une catastrophe meurtrière et les autorités ont déclenché l'alerte maximale.

Le Centre de volcanologie et de prévention des catastrophes géologiques (PVMBG) a relevé le niveau d'alerte autour du mont Semeru du niveau trois au niveau quatre, le plus élevé, a déclaré son porte-parole Hendra Gunawan à la chaîne Kompas TV.

«Cela signifie que le danger menace les zones peuplées et que l'activité du volcan s'est intensifiée», a-t-il expliqué.

Situé dans l'Est de l'île de Java, dont il est le point culminant avec une altitude de 3.676 mètres, le mont Semeru a craché dimanche un nuage de cendres haut de 1,5 km environ.

Aucune victime n'a été signalée immédiatement après l'éruption, mais M. Gunawan a conseillé aux habitants des environs de se tenir à au moins huit km à l'écart du cratère.

Les autorités ont également demandé à la population d'éviter une zone de 13 km de long située le long d'une rivière au sud-est du mont Semeru, vers laquelle le nuage de cendres volcaniques se déplaçait.

- Brume de cendres -

Des vidéos partagées avec l'AFP par le groupe de sauvetage local Irannala Rescue montraient un gigantesque nuage s'élevant du cratère et masquant complètement le soleil et des villages des environs couverts de cendres, baignés par une brume sombre.

Le secteur était battu dimanche après-midi par la mousson, l'eau de pluie se mélangeant aux cendres, selon les chaînes de télévision.

«Beaucoup de gens ont commencé à descendre» des flancs du volcan, a déclaré à Kompas TV Thoriqul Haq, le chef de l'administration du district de Lumajang où est situé le volcan.

Les habitants des deux villages les plus menacés ont fui par eux-mêmes, a ajouté un porte-parole des services de secours locaux.

Des refuges ont été mis en place pour héberger les personnes déplacées et les autorités ont distribué des masques aux habitants des environs pour les protéger contre la pollution de l'air par les cendres.

Après l'éruption, internet a été coupé et le réseau téléphonique mobile était défaillant, selon un journaliste de l'AFP.

De son côté, l'Agence météorologique japonaise a mis en garde contre un possible tsunami, causé par l'éruption du volcan indonésien, vers 14H30 (05H30 GMT) dans les îles de Miyako et Yaeyama, à l'extrême-sud de l'archipel nippon, selon l'agence Kyodo. Une heure plus tard, aucun dégât n'avait cependant été signalé.

Il y a exactement un an, le 4 décembre 2021, le mont Semeru était déjà entré en éruption, faisant au moins 51 morts. Des coulées de boue et de cendres avaient englouti des villages et près de 10.000 personnes avaient dû fuir leurs maisons. Une autre éruption avait eu lieu deux jours plus tard.

Un pont reliant deux districts de la région, en cours de reconstruction après l'éruption de l'année dernière, a de nouveau été fortement endommagé dimanche, selon le PVMBG.

L'Indonésie se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, où la rencontre des plaques continentales provoque une forte activité volcanique et sismique. L'archipel d'Asie du Sud-Est compte environ 130 volcans actifs.


Colombie: le président Petro annonce un premier accord avec la guérilla de l'ELN

Dans cette photo d'archive prise le 2 octobre 2021, des femmes indigènes Embera puisent de l'eau à une fontaine dans un parc de Bogota. (AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 2 octobre 2021, des femmes indigènes Embera puisent de l'eau à une fontaine dans un parc de Bogota. (AFP)
Short Url
  • «Le premier point d'accord que nous avons atteint avec l'ELN consiste à permettre un retour des peuples déplacés par cette organisation» sur leurs terres
  • Après la suspension des pourparlers, les effectifs de l'ELN sont passés de 1 800 à 2 500 membres, selon les estimations officielles

BOGOTA: Le président colombien Gustavo Petro a annoncé samedi la conclusion d'un accord entre son gouvernement et l'ELN sur le retour de réfugiés indigènes déplacés dans l'ouest du pays, le premier depuis l'ouverture de négociations de paix entre Bogota et cette guérilla.

"Le premier point d'accord que nous avons atteint avec l'ELN, une semaine à peine après le début des négociations, consiste à permettre un retour des peuples déplacés par cette organisation" sur leurs terres, a affirmé le président de gauche lors d'un acte officiel à Dabeiba (nord-ouest).

Il n'a pas précisé la date du retour de ces communautés qui avaient fuit les territoires qu'elles occupaient légalement dans les régions de Choco (nord-ouest) et Risaralda (centre-ouest), à cause des violences entre narcotrafiquants, groupes paramilitaires et guérilleros de l'Armée de libération nationale (ELN), dernière guérilla reconnue en Colombie.

Les négociations avec l'ELN, interrompues en 2019 par le gouvernement précédent en réponse à un attentat qui avait fait 22 morts, ont été rouvertes par le président Petro, premier président de gauche dans l'histoire de la Colombie, arrivé au pouvoir en août.

Des représentants du gouvernement et de l'ELN avaient entamé ces nouvelles discussions le 21 novembre au Venezuela.

Cet accord devrait bénéficier à une communauté qui a organisé plusieurs occupations de divers parcs à Bogota depuis fin 2020, en guise de protestations, et qui ont donné lieu à de violents affrontements avec la police.

Le gouvernement et l'ELN n'ont pas convenu d'un cessez-le-feu, mais se sont entendus en octobre pour "reprendre tous les accords et les progrès réalisés depuis la signature de l'agenda" du 30 mars 2016. Ces dernières semaines, les deux parties se sont données des "gages de confiance" avec, notamment, des libérations de prisonniers ou la baisse des opérations sur le terrain.

Après la suspension des pourparlers, les effectifs de l'ELN sont passés de 1.800 à 2.500 membres, selon les estimations officielles.

Fondée en 1964 par des syndicalistes et des étudiants sympathisants d'Ernesto "Che" Guevara et de la révolution cubaine, l'ELN reste à ce jour la dernière guérilla constituée comme telle encore active en Colombie, alors que les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont signé un accord de paix en 2016.