Tournage à AlUla du film hollywoodien Kandahar: un aperçu de ce que réserve l'avenir

Le paysage enchanteur de cette ancienne ville et des sites qui l'entourent, au nord-ouest de l'Arabie saoudite, séduisent beaucoup les cinéastes locaux et internationaux, qui apprécient l’histoire riche et le panorama exceptionnel de ces lieux. (Photo fournie)
Le paysage enchanteur de cette ancienne ville et des sites qui l'entourent, au nord-ouest de l'Arabie saoudite, séduisent beaucoup les cinéastes locaux et internationaux, qui apprécient l’histoire riche et le panorama exceptionnel de ces lieux. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Mercredi 19 janvier 2022

Tournage à AlUla du film hollywoodien Kandahar: un aperçu de ce que réserve l'avenir

  • Le Royaume est en train de placer la barre très haut en matière de production cinématographique et télévisuelle dans la région
  • Dans Kandahar, l'acteur écossais Gerard Butler incarne un agent de la CIA qui se trouve coincé dans un territoire hostile en Afghanistan

RIYAD: Le producteur exécutif de Kandahar, le premier film hollywoodien à grand budget tourné à AlUla, a rendu hommage à la beauté naturelle de cette région d'Arabie saoudite ainsi qu’aux autorités saoudiennes qui ont réussi à en faire un lieu privilégié pour le tournage de films internationaux.
En effet, le paysage enchanteur de cette ancienne ville et des sites qui l'entourent, au nord-ouest de l'Arabie saoudite, séduisent beaucoup les cinéastes locaux et internationaux, qui apprécient l’histoire riche et le panorama exceptionnel de ces lieux.
C’est dans cette optique que la Commission royale pour AlUla a créé, en 2020, l'agence cinématographique Film AlUla, dont la mission est d'encourager et de soutenir la production de films et d'émissions de télévision qui viennent des quatre coins du monde. Elle est dirigée par Stephen Strachan, un producteur de films bien connu au Moyen-Orient et en Afrique du Nord qui est un vétéran de l'industrie cinématographique du Royaume-Uni.
Selon M. Strachan, le Royaume est en train de placer la barre très haut en matière de production cinématographique et télévisuelle dans la région. Il a d’ailleurs annoncé que la création d’un studio à AlUla était envisagée.
Dans Kandahar, l'acteur écossais Gerard Butler incarne un agent de la CIA qui se trouve coincé dans un territoire hostile en Afghanistan. C'est à la fin du mois de novembre que le tournage a démarré à AlUla ainsi que dans quatorze sites de Djeddah.
«L'Arabie saoudite s'impose comme une communauté cinématographique et montre au monde entier qu'elle compte des spécialistes capables de prendre en charge un grand film comme Kandahar», confie M. Stachan à Arab News. Il ajoute que près de 10% de l'équipe et des figurants ont été choisis parmi les habitants du pays.
La Commission du film d'Arabie saoudite et le ministère de la Culture ont accordé aux producteurs de Kandahar des avantages exceptionnels pour le tournage du film à AlUla, précise M. Strachan.
«En collaboration avec le ministère de la Culture , des repérages ont été effectués dans les régions de Tabouk, Haïl, Djeddah et Taëf pendant trois semaines afin de trouver les meilleurs emplacements possibles; le réalisateur de Kandahar, Ric Roman Waugh, tenait absolument à réaliser le tournage en Arabie saoudite», ajoute le producteur.
Ric Roman Waugh a réalisé de nombreux films, parmi lesquels Angel Has Fallen («La Chute du président», 2019), avec Gerard Butler dans le rôle-titre. Il a décidé de tourner à AlUla dès qu'il a vu des photos de la région.
«Lors de mon arrivée ici, j'ai compris que les photos ne rendaient pas justice à cet endroit et que c'était un lieu d'une beauté époustouflante», confie-t-il à Arab News. «Je suis un réalisateur égoïste. Je n'hésiterai donc pas à être le premier à montrer au monde la beauté d'AlUla à cette échelle. C'est un rêve devenu réalité, j’adore cela!»
«Travailler dans un endroit qui ne dispose pas de l'infrastructure nécessaire peut présenter des difficultés, mais ce projet n'aurait jamais vu le jour sans le concours des Saoudiens eux-mêmes et sans leur détermination à soutenir notre projet.»
M. Waugh a remercié la Commission royale d'AlUla ainsi que le ministère saoudien de la Culture pour l'aide, le dévouement et la patience dont ils ont fait preuve durant la réalisation de ce film.
«Des personnes de vingt-cinq nationalités différentes ont participé à ce film», explique-t-il. «Des chrétiens, des musulmans, des hindous et des agnostiques contribuent à ce caractère cosmopolite; c'est cette idée de réussir ensemble qui nous a motivés et c'est ainsi que nous avons relevé tous les défis qui se sont présentés à nous.»
L'acteur indien Ali Fazal – qui incarne le personnage de Kahil Nazir dans le film – et sa femme reconnaissent avoir été vivement impressionnés par la beauté sauvage d'AlUla.
«AlUla m'a fasciné. Lorsque ma femme est arrivée ici, elle est tombée sous le charme des rochers et des paysages», raconte-t-il. «Nous avons visité Hégra et d'autres endroits; c'était vraiment plaisant. Notre prochaine destination, c’est Djeddah et La Mecque, où nous allons accomplir l’Omra.»
Le producteur exécutif du film, Scott LaStaiti, a félicité les autorités saoudiennes pour la rapidité avec laquelle elles ont développé AlUla.
«La Commission royale d'AlUla a suivi une stratégie globale dans le développement d'AlUla; dans certains endroits où nous avons tourné, comme la vallée de Sultan, [...] on peut revivre le passé d'AlUla et imaginer les personnes qui vivaient ici il y a trois mille ans. La nature est magnifique ici, elle fait rêver», confie-t-il.
«L'Arabie saoudite et la Commission royale d'AlUla proposent des avantages vraiment attrayants. La Commission et l’ensemble des Saoudiens font preuve de clairvoyance en nous encourageant à venir tourner sur ce site, et je pense qu'ils vont inciter de nombreux producteurs à choisir ce lieu pour les tournages.»
Outre Kandahar, deux productions ont été tournées à AlUla: parmi eux, Cello est un film d'horreur écrit par Turki al-Sheikh, le président de l'Autorité générale du divertissement d'Arabie saoudite. Il est inspiré de l'un de ses romans. Ce film bilingue (anglais et arabe), qui sortira cette année, a pour vedette l'acteur britannique Jeremy Irons. Il raconte l'histoire d'un musicien en herbe qui se rend compte que son violoncelle vaut beaucoup plus cher qu'il ne le pensait.
Cherry, des réalisateurs Anthony et Joe Russo, est un autre film tourné en Arabie saoudite. Le rôle principal est interprété par Tom Holland, que l’on a vu dans le film Spider-Man: No Way Home («Spider-Man : Sans retour»). Dans Cherry, Holland rencontre l'amour de sa vie et il risque de le perdre en raison d'une série de mauvaises décisions et de circonstances défavorables. Ce film est sorti au début de l'année dernière.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Cannes: Ruben Östlund remporte une deuxième Palme d'Or pour «Sans filtre»

Le réalisateur suédois Ruben Ostlund (C) pose sur scène avec son trophée après avoir remporté la Palme d'Or pour le film "Triangle of Sadness" lors de la cérémonie de clôture de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 28 mai 2022. (AFP)
Le réalisateur suédois Ruben Ostlund (C) pose sur scène avec son trophée après avoir remporté la Palme d'Or pour le film "Triangle of Sadness" lors de la cérémonie de clôture de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 28 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • La comédie «Sans filtre», satire acide des ultra-riches et des rapports de classe dans les sociétés occidentales
  • Le Grand Prix, deuxième distinction la plus prestigieuse, a été remise ex-aequo à la Française Claire Denis pour «Stars at noon» et au Belge Lukas Dhont, le benjamin de la compétition, pour «Close»

CANNES: Cinq ans après "The Square", le Suédois Ruben Östlund a raflé samedi une deuxième Palme d'or au 75e Festival de Cannes avec "Sans filtre", satire jouissive des super-riches et du luxe, sans conteste le film le plus divertissant de la compétition.


Euphorique sur la scène du Grand théâtre Lumière, le Suédois à l'humour grinçant rejoint, à 48 ans, le club très fermé des doubles palmés, parmi lesquels les frères Dardenne et Ken Loach.


"Tout le jury a été extrêmement choqué par ce film", a annoncé Vincent Lindon, le président du jury.


"Lorsque nous avons commencé ce film, nous n'avions qu'un but: essayer de faire un film qui intéresse le public et qui le fasse réfléchir avec provocation", a déclaré le Suédois, en recevant son prix.


Qui aura la Palme ? Le Festival de Cannes rend son verdict samedi

L'acteur français François Cluzet pose lors d'un photocall pour le film "Mascarade" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 28 mai 2022. (AFP)
L'acteur français François Cluzet pose lors d'un photocall pour le film "Mascarade" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 28 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Après avoir visionné les 21 films en compétition, le jury s'est retiré dans le plus grand secret, pour choisir qui recevra une Palme plus chic que jamais: incrustée de 100 diamants pour cette 75e édition
  • Avant d'entrer dans le dur, «Les bonnes étoiles» du Japonais Kore-eda, un film sur une mère abandonnant son bébé, en lice pour la Palme d'or, a remporté le prix du jury oecuménique

CANNES: Après la claque de "Titane", les jeux sont ouverts pour la Palme d'Or décernée samedi soir, entre un jeune réalisateur qui interroge la masculinité ("Close"), un thriller sud-coréen ou le film des frères Dardenne qui pourrait obtenir un triplé inédit. 


Après avoir visionné les 21 films en compétition, le jury s'est retiré dans le plus grand secret, pour choisir qui recevra une Palme plus chic que jamais: incrustée de 100 diamants pour cette 75e édition.


Avant d'entrer dans le dur, "Les bonnes étoiles" du Japonais Kore-eda, un film sur une mère abandonnant son bébé, en lice pour la Palme d'or, a remporté le prix du jury oecuménique.


Autre film de la compétition d'ores et déjà récompensé: "Boy from heaven" de Tarik Saleh, plongée dans les arcanes politico-religieuses en Egypte, s'est vu décerner le prix François Chalais, qui récompense un film qui traduit "au mieux la réalité du monde".


Mais ce n'est qu'à 20H30 (18H30 GMT) que débutera la cérémonie que tous attendent, retransmise sur France 2 et la chaîne en ligne Brut. 


Le président du jury, le Français Vincent Lindon, tâchera de ne pas se prendre les pieds dans le tapis comme son prédécesseur Spike Lee qui, en 2021, révélait par mégarde la Palme d'or au début de la cérémonie.


A ses côtés, figurent notamment l'actrice et réalisatrice Rebecca Hall ("Vicky Cristina Barcelona"), la révélation de "Millenium" Noomi Rapace, les réalisateurs Asghar Farhadi (Grand prix 2021 avec "Un héros"), Ladj Ly ("Les misérables", prix du jury 2019) et Joachim Trier ("Julie en 12 chapitres").

Jeune talent 
Les jeux restent ouverts pour succéder à Julia Ducournau, la trentenaire qui a secoué la Croisette et dépoussiéré la compétition l'an dernier avec "Titane".


Les chances de voir une troisième réalisatrice couronnée dans l'histoire du Festival semblent minces: l'Américaine Kelly Reichardt n'a pas transporté son public avec "Showing Up", pas plus que la Française Claire Denis ("Stars at Noon"). Et la marche semble un peu haute pour les jeunes talents Charlotte Vandermeersch et Léonor Serraille.


Un couronnement de Lukas Dhont, Belge de 31 ans à la carrière météorique, enverrait un signal supplémentaire de rajeunissement pour la 75e édition du plus important festival de cinéma, qui souhaite ne pas perdre le lien avec les nouveaux publics.


Son film "Close", déchirant, l'a emporté à l'applaudimètre en projection officielle (12 minutes de vivats). Il dresse le portrait d'un garçon meurtri par une amitié perdue, abordant avec délicatesse la question de la masculinité et du poids des normes. Et révèle un talent, le jeune Eden Dambrine, 15 ans.


Mais il n'est pas seul sur les rangs: le jury pourrait suivre la majorité des critiques internationaux interrogés par le magazine Screen, et distinguer Park Chan-wook, qui rapporterait ainsi une deuxième Palme d'or à la Corée du Sud, trois ans après "Parasite" de Bong Joon-ho.


"Decision to Leave", son thriller sur un inspecteur qui tombe amoureux d'une suspecte, qui rappelle "Basic Instinct".


Faire rêver 
Sont également cités les frères Dardenne pour "Tori et Lokita", qui pourrait leur valoir une troisième Palme d'or, du jamais vu dans l'histoire de Cannes.


Autres favoris: l'Américain James Gray, très autobiographique dans "Armageddon Time" ou bien "La Femme de Tchaïkovski" du Russe Kirill Serebrennikov, sur l'épouse du compositeur, longtemps restée dans l'ombre.


Le couronnement de cet artiste russe, en rupture avec le régime, serait un évènement en soi en pleine guerre en Ukraine, au terme d'un Festival qui a mis un point d'honneur à offrir une large place à ce pays: dès la cérémonie d'ouverture, le président Zelensky a convoqué, en direct de Kiev, l'esprit de Chaplin et promis la défaite de Poutine.


Les surprises sont toujours possibles, voire incontournables, au terme d'un festival qui espère aider les cinémas à attirer à nouveau les foules en salles, comme avant la Covid.


Pour faire rêver le public, la 75e édition du Festival a dégainé cette année, hors compétition, la méga-star Tom Cruise, venue présenter le nouveau "Top Gun", ou encore la nouvelle coqueluche d'Hollywood, Austin Butler, dans le rôle d'Elvis pour le biopic-évènement du "King".


Le Misk Art Institute saoudien célèbre les œuvres de Fahad Hajailan et d'Amina Agueznay

Fahad Hajailan était connu pour son incarnation de la femme dans la plupart de ses œuvres, ainsi que pour son art abstrait, ses formes géométriques et ses espaces colorés. (Fourni)
Fahad Hajailan était connu pour son incarnation de la femme dans la plupart de ses œuvres, ainsi que pour son art abstrait, ses formes géométriques et ses espaces colorés. (Fourni)
Amina Agueznay
Amina Agueznay
Fahad Hajailan
Fahad Hajailan
Short Url
  • L'institut Misk a invité Agueznay à tenir sa première exposition à Riyad, où les visiteurs ont pu apprécier les formes distinctes créées à partir de la laine et d'autres éléments

RIYAD : Le Misk Art Institute a célébré le lancement de ses cinquième et sixième série des livres Art Library, mettant en avant le travail de l'artiste saoudien décédé Fahad Hajailan et de l'artiste marocaine Amina Agueznay.

L'ouvrage présente une sélection de leurs œuvres influentes et séminales, ainsi que des articles de critiques d'art et de conservateurs locaux et internationaux.

Le lancement a été accompagné de deux expositions d'œuvres d'artistes abordées dans les livres de l'Art Library.

Le livre « Poetry in Color » de Hajailan présente un ensemble de peintures qui incarnent son style figuratif et abstrait et son utilisation poétique de la couleur.

L'art d'Amina Agueznay combine les techniques de construction modernes et le tissage traditionnel et fait tomber les barrières entre art et artisanat.

Il était connu pour son incarnation de la femme et de l'art abstrait, ses formes géométriques et ses espaces colorés.

L'institut Misk a invité Agueznay à tenir sa première exposition à Riyad, où les visiteurs ont pu apprécier les formes distinctes créées à partir de la laine et d'autres éléments.

L'art d'Amina Agueznay combine les techniques de construction modernes et le tissage traditionnel et fait tomber les barrières entre art et artisanat.
L'art d'Amina Agueznay combine les techniques de construction modernes et le tissage traditionnel et fait tomber les barrières entre art et artisanat.

Agueznay est une artiste, une créatrice de bijoux et une architecte basée à Casablanca. 

« Je suis dans l'art depuis mon enfance puisque ma mère a également été une artiste », a-t-elle déclaré à Arab News. « J'ai travaillé comme architecte aux États-Unis, et je suis revenue au Maroc pour concevoir des bijoux et collaborer avec d'autres artistes pour fabriquer des bijoux. J'ai aimé la synergie et l'échange que j'ai appris d'eux. De même, ils apprennent de moi. »