Iran: Sans la libération de prisonniers US, pas d'accord sur le nucléaire

L'envoyé spécial des États-Unis pour l'Iran, Robert Malley, et Barry Rosen, qui fait campagne pour la libération des otages détenus par l'Iran, sont assis à une table pendant une interview avec Reuters à Vienne, en Autriche, le 23 janvier 2022. (Photo, Reuters).
L'envoyé spécial des États-Unis pour l'Iran, Robert Malley, et Barry Rosen, qui fait campagne pour la libération des otages détenus par l'Iran, sont assis à une table pendant une interview avec Reuters à Vienne, en Autriche, le 23 janvier 2022. (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Lundi 24 janvier 2022

Iran: Sans la libération de prisonniers US, pas d'accord sur le nucléaire

  • Les pourparlers indirects entre l'Iran et les États-Unis sur l'accord nucléaire en sont à leur huitième cycle
  • Ces dernières années, l'élite iranienne des Gardiens de la révolution a arrêté des dizaines d'étrangers et de personnes possédant une double nationalité

VIENNE: Il est peu probable que les États-Unis concluent un accord avec l'Iran pour sauver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien à moins que Téhéran ne libère quatre citoyens américains que Washington accuse de détenir en otage, a déclaré dimanche à Reuters le principal négociateur américain sur le nucléaire.
L'envoyé spécial des États-Unis pour l'Iran, Robert Malley, a réitéré la position américaine défendue à plusieurs reprises, à savoir que la question des quatre personnes détenues en Iran est distincte des négociations nucléaires. Il a toutefois fait un pas de plus en affirmant que leur libération était une condition préalable à un accord nucléaire.
«Les deux questions sont distinctes et nous les traitons toutes les deux. Mais je dirai qu'il est très difficile pour nous d'imaginer revenir à l'accord nucléaire alors que quatre Américains innocents sont retenus en otage par l'Iran», a déclaré Malley dans un entretien avec Reuters.
«Ainsi, alors même que nous menons indirectement des discussions avec l'Iran sur le dossier nucléaire, nous négocions, là encore indirectement, avec eux pour assurer la libération de nos otages», a-t-il indiqué à Vienne, où se déroulent des pourparlers visant à rétablir le plein respect de l'accord par Washington et Téhéran.
Ces dernières années, l'élite iranienne des Gardiens de la révolution a arrêté des dizaines d'étrangers et de personnes possédant une double nationalité, la plupart pour des motifs d'espionnage et de sécurité.
Les groupes de défense des droits de l'homme ont accusé l'Iran de détenir des prisonniers pour asseoir son influence diplomatique, tandis que les puissances occidentales exigent depuis longtemps que Téhéran libère leurs citoyens, qui les considère comme prisonniers politiques.
Téhéran nie détenir des personnes pour des raisons politiques.
Message envoyé
Malley s'exprimait lors d'une interview conjointe avec Barry Rosen, un ancien diplomate américain de 77 ans qui a entamé une grève de la faim à Vienne pour demander la libération des prisonniers américains, britanniques, français, allemands, autrichiens et suédois en Iran, et pour exiger qu'aucun accord nucléaire ne soit conclu sans leur libération.
Rosen était l'un des plus de 50 diplomates américains détenus pendant la crise des otages en Iran de 1979 à 1981.
«J'ai parlé à un certain nombre de familles d'otages qui sont extraordinairement reconnaissantes de ce que fait M. Rosen, mais qui l'implorent aussi d'arrêter sa grève de la faim, comme moi, car le message a été envoyé», a indiqué Malley.
Rosen a affirmé qu'après cinq jours sans manger, il se sentait faible et qu'il tiendrait compte de ces appels.
«À la demande de l'envoyé spécial Malley, de mes médecins et d'autres personnes, nous avons convenu qu'après cette réunion, j'arrêterai ma grève de la faim, mais cela ne signifie pas que d'autres ne prendront pas le relais», a déclaré Rosen.
Les pourparlers indirects entre l'Iran et les États-Unis visant à remettre les deux pays en pleine conformité avec l'accord historique de 2015 sur le nucléaire en sont à leur huitième cycle. L'Iran refuse d'organiser des réunions avec les responsables américains, ce qui signifie que d'autres font la navette entre les deux parties.
L'accord conclu entre l'Iran et les grandes puissances a permis de lever les sanctions contre Téhéran en échange de restrictions sur ses activités nucléaires qui ont prolongé le temps nécessaire pour obtenir suffisamment de matière fissile pour une bombe nucléaire s'il le décidait. L'Iran nie vouloir se doter d'armes nucléaires.
Le président de l'époque, Donald Trump, a retiré les États-Unis de l'accord en 2018, réimposant des sanctions économiques punitives contre Téhéran. L'Iran a répondu en violant de nombreuses restrictions nucléaires de l'accord, si bien que les puissances occidentales affirment que l'accord aura bientôt été complètement vidé de sa substance.
Effet de levier
À la question de savoir si l'Iran et les États-Unis pourraient négocier directement, Malley a répondu: «Nous n'avons rien entendu à cet effet. Nous en serions heureux.»
Parmi les quatre citoyens américains figurent l'homme d'affaires irano-américain Siamak Namazi, 50 ans, et son père Baquer, 85 ans, qui ont tous deux été condamnés pour «collaboration avec un gouvernement hostile». Namazi est toujours en prison. Son père a été libéré pour des raisons médicales en 2018 et sa peine a ensuite été réduite au temps passé en prison. Bien que l'aîné Namazi ne soit plus emprisonné, un avocat de la famille affirme qu'il est effectivement interdit de quitter l'Iran.
«De hauts responsables de l'administration Biden nous ont répété que, bien que les accords potentiels sur le nucléaire iranien et sur les otages soient indépendants et doivent être négociés en parallèle, ils ne concluront pas l'accord nucléaire tout seul», a déclaré Jared Genser, avocat bénévole de la famille Namazi.
«Sinon, tous les moyens de pression pour obtenir la libération des otages seront perdus», a-t-il ajouté.
Les autres otages sont l'écologiste Morad Tahbaz, 66 ans, qui est également britannique, et l'homme d'affaires Emad Shargi, 57 ans.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


«Demander du pétrole est tout simplement inadmissible», selon l’attachée de presse de la Maison Blanche

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, prenant la parole lors d’une conférence de presse quotidienne à la Maison Blanche, le 26 mai 2022 à Washington (AFP)
L’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, prenant la parole lors d’une conférence de presse quotidienne à la Maison Blanche, le 26 mai 2022 à Washington (AFP)
Short Url
  • Deux hauts responsables américains se sont rendus en Arabie saoudite pour des pourparlers cette semaine
  • «Nous consultons tous les producteurs concernés pour étudier les conditions du marché, y compris celles de l’Arabie saoudite», a expliqué Karine Jean-Pierre

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a déclaré que deux hauts responsables américains s’étaient rendus en Arabie saoudite cette semaine pour «faire le point sur l’engagement» en matière de «sécurité énergétique», et non pour demander une augmentation des exportations de pétrole.

«Demander du pétrole est tout simplement inadmissible. C’est ainsi que nous voyons les choses et il s’agit d'une mauvaise compréhension de la complexité de cette question et de nos discussions à multiples volets avec les Saoudiens», a souligné Mme Jean-Pierre jeudi.

Selon l’attachée de presse, l’Opep+ prendra ses propres décisions en ce qui concerne le pétrole. «Nous consultons tous les producteurs concernés pour étudier les conditions du marché, y compris celles de l’Arabie saoudite», a-t-elle ajouté.

Les hauts responsables américains qui se sont rendus à Riyad étaient Brett McGurk, le principal conseiller de M. Biden pour le Moyen-Orient à la Maison Blanche, et Amos Hochstein, l’envoyé du département d’État pour les affaires énergétiques.

Leur visite avait pour objectif d’assurer le suivi des conversations portant notamment sur les activités déstabilisatrices de l’Iran et d’autres questions régionales, a indiqué Mme Jean-Pierre aux journalistes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 


L’Europe peu mobilisée sur la condition des migrants en Libye, selon le chef d’une ONG

Après avoir été interceptés au large de la mer Méditerranée par les gardes-côtes libyens, les migrants sont détenus à Gasr Garabulli, au nord-ouest de la Libye, le 23 mai 2022. (Photo AP)
Après avoir été interceptés au large de la mer Méditerranée par les gardes-côtes libyens, les migrants sont détenus à Gasr Garabulli, au nord-ouest de la Libye, le 23 mai 2022. (Photo AP)
Short Url
  • Federico Soda, chef de la mission de l’OIM, affirme que les efforts déployés sont trop faibles pour avoir une incidence sur «le cadre de détention arbitraire et les conditions déplorables» du pays
  • Un rapport publié récemment par l’OIM révèle qu’un nombre record de trente-deux mille quatre cent vingt-cinq personnes ont été renvoyées en Libye après avoir tenté de se rendre en Europe l’année dernière

LONDRES: L’Europe se mobilise très peu pour se préoccuper du sort de milliers de migrants qui sont, pour la plupart, détenus arbitrairement et dans des «conditions déplorables» en Libye, déclare le chef d’une organisation non gouvernementale (ONG) internationale.
Federico Soda, chef de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) des nations unies en Libye, affirme que les efforts déployés sont trop faibles pour avoir une incidence sur «le cadre de détention arbitraire et les conditions déplorables» du pays pour les migrants.
«La plupart des États membres gardent le silence sur ces questions», précise-t-il aux journalistes à Bruxelles. «Sur de nombreux sujets concernant la Libye, l’OIM est la seule voix. C’est problématique. Ce qui me préoccupe par-dessus tout, c’est cette forme de complaisance.»
Il décrit l’attitude qui prévaut en Europe ainsi: «Le problème ne se passe pas chez nous, alors gardons-le éloigné.»
M. Soda soutient que la communauté internationale devrait «condamner» plus fermement ce qui se passe et réclamer «l’adoption de lois et d’enquêtes» sur la situation en Libye.
Un rapport publié récemment par l’OIM révèle qu’un nombre record de trente-deux mille quatre cent vingt-cinq personnes ont été renvoyées en Libye après avoir tenté de se rendre en Europe l’année dernière.
La majorité d’entre elles ont été interceptées ou sauvées dans de petites embarcations souvent dangereuses dans lesquelles elles voyagent pour traverser la mer Méditerranée.
Federico Soda affirme que le problème concerne la société dans son ensemble. De nombreux groupes sont coupables d’avoir permis à la crise de perdurer.
«Il ne s’agit pas que des représentants élus. L’ensemble de la communauté a une part de responsabilité, car lorsque les sociétés deviennent aussi polarisées que nous le sommes sur les questions de migration, je pense que nous devrions tous nous regarder dans le miroir et nous mettre à la place de ces gens», conclut-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Entrée interdite à La Mecque sans permis pour les expatriés

Short Url
  • Le général de brigade Sami al-Shuwairekh, porte-parole de la sécurité publique, déclare que cette mesure est conforme au règlement du pèlerinage du Hajj pour cette année
  • Le Royaume déploie par ailleurs d’importants efforts pour améliorer les services logistiques pendant le Hajj dans le but de proposer une saison de pèlerinage réussie

LA MECQUE: La Direction générale de la sécurité publique a exigé que les expatriés qui souhaitaient entrer à La Mecque pour le Hajj obtiennent un permis des autorités à partir de jeudi.
Pour que les expatriés aient la possibilité d’entrer dans la Ville Sainte, l'un des documents suivants est requis: un permis d'entrée pour travailler dans les Lieux saints délivré par l'autorité compétente, une autorisation de résidence (iqama) délivrée par La Mecque, un permis d’Omra ou de Hajj.
Le général de brigade Sami al-Shuwairekh, porte-parole de la sécurité publique, déclare que cette mesure est conforme au règlement du pèlerinage du Hajj pour cette année.
«Selon ces instructions, seuls les expatriés qui obtiennent un permis d'entrée à La Mecque seront autorisés à entrer dans la Ville sainte à partir de jeudi. Ils peuvent obtenir les permis auprès des autorités compétentes. L’ensemble des véhicules et des résidents qui ne présenteront pas les documents requis seront refoulés», souligne-t-il.
Ahmed Saleh al-Halabi, spécialiste des services du Hajj et de l’Omra, a déclaré à Arab News que ces changements sont le résultat d'années de surveillance des entrées dans les Lieux saints. Des mesures pratiques permettent d'organiser en toute sécurité l'entrée des résidents à La Mecque, précise-t-il.
«Ce dispositif est mis en place afin d'éradiquer toute forme d'infiltration des Lieux saints, notamment en ce qui concerne les résidents qui ne détiennent pas de permis, qui sont en vacances et se rendent à La Mecque pour travailler ou qui restent chez leurs parents et leurs amis et s'infiltrent ensuite dans les Lieux saints pour accomplir le pèlerinage. Ils dorment alors sur les trottoirs, ce qui a des conséquences déplorables sur l'environnement et la propreté publique», explique-t-il.
Le Dr Othman Qazzaz, chef du département de recherche et d'études sur les médias à l'Institut de recherche sur le Hajj et l’Omra du Gardien des deux Saintes Mosquées, fait savoir à Arab News que le Royaume déploie par ailleurs d’importants efforts pour améliorer les services logistiques pendant le Hajj dans le but de proposer une saison de pèlerinage réussie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com