Le nouveau déploiement turc à Idlib braque les projecteurs sur la Syrie

Un combattant rebelle syrien monte la garde à l’ouest de Tal Abyad dans la province de Raqqa, le long de la ligne de front avec les forces syriennes kurdes. (AFP)
Un combattant rebelle syrien monte la garde à l’ouest de Tal Abyad dans la province de Raqqa, le long de la ligne de front avec les forces syriennes kurdes. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 04 octobre 2020

Le nouveau déploiement turc à Idlib braque les projecteurs sur la Syrie

  • De quelle manière le nouveau renforcement militaire de la Turquie sera-t-il envisagé par Moscou ?
  • Conduira-t-il à de nouvelles concessions entre les deux pays, qui soutiennent des camps opposés dans la guerre civile syrienne ?

IDLIB : En dépit des affirmations selon lesquelles le Caucase du Sud est la nouvelle zone litigieuse pour la Turquie et la Russie, les renforcements militaires récents en Syrie indiquent que l’équilibre dans la province est toujours fragile et pourrait provoquer une crise régionale.

Vendredi, un convoi militaire turc, constitué de plus de 25 véhicules et camions blindés transportant du matériel logistique, est entré dans la province d’Idlib au nord-ouest afin de renforcer les zones militaires turques dans la région.

La manière dont le nouveau renforcement militaire de la Turquie sera envisagé par Moscou, ou s’il conduira à de nouvelles concessions entre les deux pays, qui soutiennent des camps opposés dans la guerre civile syrienne, restent une source de préoccupation.

Selon Navvar Saban, analyste miliaire au Centre Omran d’études stratégiques à Istanbul, ce renforcement militaire risque de perturber la Russie car le Kremlin s’attend à ce que la Turquie réduise sa présence militaire en Syrie, principalement au sud de l’autoroute M4 parallèle à la frontière turco-syrienne.

Autour de l'autoroute M4

« La Russie a commencé à autoriser le régime à mobiliser certaines de ses forces au sud de l’autoroute M4. Il n’y aura pas de grande confrontation militaire, mais il pourrait y avoir quelques tirs d’artillerie venant du régime contre les forces turques », dit-il à Arab News.

Le nombre de véhicules militaires turcs dans la région aurait dépassé 9 750 au cours des sept derniers mois.

La Russie refuse de mener de nouvelles patrouilles conjointes tant que l’instabilité règne dans la région.

Le dernier exercice militaire conjoint des troupes turques et syriennes a récemment eu lieu à Idlib le 21 septembre.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov a annoncé le 22 septembre que les deux pays reprendront leurs patrouilles conjointes au nord de la Syrie lorsque la situation se stabilisera après les attaques de Hay’at Tahrir Al-Sham (HTS) sur la base aérienne russe de Hmeimim.

Kyle Orton, chercheur sur la Syrie basé au Royaume-Uni, affirme que le renforcement militaire de la Turquie à Idleb indique qu’Ankara ne soumettra pas les parties restantes de la province.

« La Turquie a cédé plus de territoire que prévu et certainement plus que ce que nombre de ses alliés syriens espéraient. Mais le gouvernement turc a une véritable ligne rouge : il a besoin d'une zone tampon pour garder les terroristes et les réfugiés hors de Turquie », explique-t-il.

Il considère cela comme une réponse de la Turquie aux signes récents de Damas et de l’Iran qu’une autre offensive se prépare à Idleb, indiquant qu’Ankara résistera à une telle action.

« Il est peu probable que les Russes soient trop alarmés par les actions de la Turquie ; Moscou se contente de quitter la Turquie avec Idleb, mais elle ne peut pas contrôler le système Assad et le système iranien, qui a pour objectif ultime la reconquête de chaque recoin de la Syrie », ajoute-t-il.

Par ailleurs, la présidence turque a soumis une motion au parlement le 1er octobre pour étendre son autorité dans le but de lancer des opérations militaires transfrontalières au nord de l’Irak et de la Syrie jusqu’au 30 octobre 2021. La motion souligne les « responsabilités sécuritaires » continues de la Turquie au nord de la Syrie, à l’est de l’Euphrate et dans la province d’Idleb.

Selon Ruwan Al-Rejoleh, analyste indépendante à Washington, DC, une « nouvelle opération » à Idlib, le dernier bastion rebelle, a toujours été évoquée.
« Tous les acteurs l'avaient anticipée, s'y préparaient et en faisaient la promotion de temps en temps, mais les conditions de la pandémie l'ont reportée. La Russie a intérêt à contrôler toute l'autoroute M4 », déclare Mme Al-Rejoleh.

Les forces du régime et les avions de combat russes ont récemment intensifié leurs attaques contre le HTS et d'autres groupes terroristes dans la province d'Idlib par de lourds bombardements.
L'accord de mars négocié entre la Russie et la Turquie exigeait la création d'un couloir de sécurité autour de l'autoroute M4, nettoyant la zone des éléments radicaux et effectuant des patrouilles conjointes pour servir de zone tampon entre les forces du régime et les rebelles.

Lors d’une visioconférence samedi, le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la « Turquie éliminera les zones terroristes en Syrie si les autres ne tiennent pas leur promesse ».

D’après Mme Al-Rejoleh, le problème réside dans l’identification des groupes terroristes turcs et russes.

« Bien que la Turquie considère l’existence d'entités armées séparées opérant dans le nord-est de la Syrie, telles que les Unités de protection du peuple (YPG) qui sont liées au Parti interdit des travailleurs du Kurdistan (PKK), comme la menace immédiate à ses frontières, la priorité de la Russie est de se débarrasser de HTS, un groupe internationalement reconnu comme terroriste, et d'autres groupes armés d'opposition syriens qui ont des liens avec la Turquie soit par le biais d'un soutien direct, soit par les canaux de renseignement turcs », explique-t-elle.

Sur le front syrien, ajoute Mme Al-Rejoleh, la Turquie et la Russie sont susceptibles de parvenir à un accord sur d'éventuelles concessions, où la Turquie renoncera « de nouveau » au contrôle de certaines parties d'Idlib en échange d'un soulagement des pressions dans d'autres zones de conflit ou potentiellement à l'élimination de certains chiffres affiliés au PKK et une garantie pour empêcher toute nouvelle vague de réfugiés.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com  


Le festival Riyadh Season annonce la participation du Paris Saint-Germain

Un tournoi d'un match mettra en vedette la prestigieuse liste du PSG pour affronter les stars d'Al Hilal et d'Al Nassr, les deux plus grands clubs de football de la région, dans le cadre de la série d'événements incroyables prévus pour la Riyadh Season. (Photo, Arriyadiyah)
Un tournoi d'un match mettra en vedette la prestigieuse liste du PSG pour affronter les stars d'Al Hilal et d'Al Nassr, les deux plus grands clubs de football de la région, dans le cadre de la série d'événements incroyables prévus pour la Riyadh Season. (Photo, Arriyadiyah)
Short Url
  • Riyad accueille l'un des plus grands festivals mondiaux avec plus de 500 événements dans la capitale saoudienne
  • Le match aura lieu au cours de la troisième semaine de janvier 2022

RIYAD : Le festival Riyadh Season a annoncé que le Paris Saint-Germain (PSG) participera à la Coupe de Riyadh Season en janvier 2022.

Un tournoi d'un match mettra en vedette la prestigieuse équipe du PSG et les stars d'Al Hilal et d'Al Nassr, les deux plus grands clubs de la région, dans le cadre d'une série d'événements incroyables prévus pour le festival Riyadh Season.

Le PSG viendra à Riyad lors de la saison la plus attendue de Riyad, qui a attiré plus de 10 millions de visiteurs lors de sa première édition en 2019.

Le match sera l'un des événements les plus importants et les plus excitants de du festival Riyadh Season et se tiendra au cours de la troisième semaine de janvier 2022.

Le Paris Saint-Germain est aujourd'hui l'un des clubs de football les plus brillants au monde avec sa splendide liste de superstars. Le PSG est le premier club de football français à jouer en Arabie saoudite.

Le festival Riyadh Season revient cet automne en tant que l'un des plus grands festivals de divertissement mondiaux répartis sur 5,4 millions de m² dans la capitale saoudienne avec 14 zones différentes proposant une sélection variée d'événements et d'expériences différents du mois d’octobre 2021 au mois de mars 2022 attirant des visiteurs du monde entier.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une journaliste se voit refuser l'entrée au palais présidentiel libanais

La correspondante d'Al-Jadeed, Layal Saad, lors de la retransmission en direct, quelques minutes après s'être vu refuser l'entrée au palais présidentiel de Baabda pour couvrir la réunion du cabinet libanais. (Al-Jadeed)
La correspondante d'Al-Jadeed, Layal Saad, lors de la retransmission en direct, quelques minutes après s'être vu refuser l'entrée au palais présidentiel de Baabda pour couvrir la réunion du cabinet libanais. (Al-Jadeed)
Short Url
  • Layal Saad a déjà été agressée verbalement pour avoir fait référence au président en tant que «Aoun» et non en tant que «son excellence le président Aoun»
  • Al-Jadeed TV a déclaré qu'elle engagerait une action en justice parce que «la loi n'interdit à aucun citoyen d'entrer dans un établissement public»

BEYROUTH: Une journaliste libanaise s'est vu refuser l'entrée au palais présidentiel de Baabda pour couvrir une réunion du cabinet jeudi en raison d'un incident qui s'y était produit le mois dernier.

Dans un reportage en direct, la journaliste d'Al-Jadeed TV, Layal Saad, a déclaré qu'un représentant du bureau de presse du palais lui avait dit qu'elle ne pouvait pas entrer dans le bâtiment. Elle a ajouté qu'elle «n'avait pas été autorisée à exercer son travail de journaliste» en raison du précédent incident.

Saad, qui a couvert pendant cinq ans les événements au palais, aurait été victime d'agression verbale par un agent de sécurité le 21 août. Elle a affirmé qu’alors que l’on préparait le podium pour les discours, l'agent de sécurité l'a entendue demander à ses collègues, en référence au président Michel Aoun, «Aoun va-t-il prononcer un discours?» L'homme s'est approché d'elle, a-t-elle ajouté, s'est tenu très près d'elle et lui a parlé avec colère et sur un ton agressif, lui disant: «Vous faites référence à lui en disant son excellence le président, le général Michel Aoun, et non pas Aoun tout court.»

Saad a expliqué que cet incident était la raison pour laquelle elle s'est vu refuser l'entrée au palais jeudi. Dans une émission en direct, elle a dit: «Certains membres du personnel du palais et des conseillers présidentiels m'ont appelée après l'incident du mois d'août et se sont excusés, disant que c'était une erreur qui n'aurait pas dû se produire.»

Elle a ajouté qu'on lui avait dit que l'agent de sécurité n'aurait pas dû lui adresser la parole, car seul le personnel du bureau de presse est censé traiter avec les journalistes.

«L'employé (qui a refusé de laisser Saad entrer dans le palais jeudi) m'a dit que l'incident précédent n'était toujours pas résolu», a-t-elle soutenu. «C’est le conseiller de presse du président, Rafic Chlala, qui lui a demandé de m’informer que je ne pourrais pas entrer dans le palais pour couvrir la réunion… ils ne voulaient pas que quelqu’un du personnel de sécurité me parle.»

Saad a ajouté qu'on lui avait dit de demander à ses employeurs d'envoyer un autre correspondant.

La télévision Al-Jadeed a répondu au palais en déclarant fermement qu'elle «n'affectera aucun collègue pour remplacer Layal Saad. Ce n'est plus une question d'alternatives, mais il s'agit plutôt du cœur des libertés et de la transformation du palais de Baabda en outil de suppression des mots et de l'existence.»

En déclarant «Layal Saad ou personne», elle a ajouté: «Face à cette interdiction, la chaîne se voit contrainte de porter plainte contre les autorités compétentes au palais de Baabda, qui est le palais du peuple. La loi n’interdit à aucun citoyen d’entrer dans un établissement public.»

Saad a déclaré à Arab News que le personnel du palais ne doit pas être autorisé à considérer le bâtiment comme «sa propre maison privée car il s'agit d'un établissement public et tout citoyen peut y entrer.»

Elle a ajouté que bien qu'elle n'engage personnellement pas de poursuites judiciaires contre les autorités du palais, ses employeurs ont l'intention de le faire.

«Le procès sera intenté contre tout membre du personnel et des conseillers impliqués dans l’imposition de cette interdiction, et je ne sais pas si cela inclut la présidence… c'est aux avocats d'en parler», a-t-elle précisé.

Le bureau de presse du président a déclaré que la direction d'Al-Jadeed a été invitée à remplacer Saad par un autre journaliste et que d'autres journalistes ont été affectés récemment à la couverture du palais sans aucun problème.

Il a ajouté qu'on avait rappelé à Al-Jadeed que la même restriction continuait à être appliquée à la suite de l'incident du mois d'août, mais cette fois, la chaîne a quand même envoyé Saad pour couvrir la réunion du cabinet qui a été invitée à partir.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le nouveau gouvernement libanais augmente le prix des carburants et signe un accord d'audit

La police anti-émeute libanaise monte la garde devant le bâtiment de la banque centrale, où des manifestants anti-gouvernementaux protestent contre le gouverneur de la banque centrale libanaise Riad Salameh et l'aggravation de la crise financière, à Beyrouth. (Photo, AP)
La police anti-émeute libanaise monte la garde devant le bâtiment de la banque centrale, où des manifestants anti-gouvernementaux protestent contre le gouverneur de la banque centrale libanaise Riad Salameh et l'aggravation de la crise financière, à Beyrouth. (Photo, AP)
Short Url
  • L'audit est une condition essentielle pour que le Liban obtienne de l'aide étrangère
  • Les prix des carburants publiés vendredi ont consisté en une augmentation du prix de l'essence de plus de 37% avec effet immédiat

BEYROUTH: Le nouveau gouvernement libanais a augmenté vendredi le prix des carburants, réduisant ainsi une subvention que le Premier ministre, Najib Mikati, a qualifié d’inabordable alors qu'il élabore des plans pour faire face à un effondrement financier dévastateur.

Le gouvernement a également signé un nouveau contrat avec le cabinet-conseil en restructuration Alvarez & Marsal (A&M) pour effectuer un audit juricomptable de la Banque centrale, une étape souhaitée par les donateurs qui veulent voir Beyrouth adopter des réformes pour débloquer l'aide dont elle a grandement besoin.

Le gouvernement Mikati, qui a pris ses fonctions il y a une semaine, a promis des mesures pour faire face à la crise, notamment des pourparlers avec le Fonds monétaire international (FMI) et un début de réformes.

Le porte-parole du FMI, Gerry Rice, a déclaré jeudi qu'il y avait eu des appels de courtoisie avec des membres du nouveau gouvernement et que le Fonds était prêt à s'engager dans la période à venir. Les pourparlers entre le gouvernement précédent et le FMI l'année dernière avaient échoué.

La Banque mondiale affirme que l'effondrement économique du Liban est l'un des pires jamais enregistrés.

La monnaie a perdu plus de 90% de sa valeur depuis 2019, plongeant plus des trois quarts de la population dans la pauvreté. Le système bancaire est paralysé, et une grave pénurie des devises a entraîné des carences dans les importations vitales, notamment de carburants.

Le Liban a réduit le prix des carburants en fournissant des dollars à des taux de change subventionnés bien inférieurs au prix de la livre sur le marché parallèle, dans le but déclaré de protéger les personnes touchées par l'effondrement.

Les critiques affirment que ce système a donné lieu à la contrebande et à la thésaurisation, contribuant à des pénuries qui ont paralysé la vie normale et engendré un marché noir où l'essence a été vendue à des prix prohibitifs.

Les prix des carburants publiés vendredi ont consisté en une augmentation du prix de l'essence de plus de 37% avec effet immédiat.

«C'est l'avant-dernière étape de la levée de la subvention», a déclaré Georges Braks, membre du syndicat des propriétaires de stations-service, qui s'attend à ce que cette subvention soit supprimée d'ici la fin du mois de septembre. 

Il a précisé que les nouveaux prix sont basés sur un taux de change d'environ 12 000 livres libanaises pour un dollar, contre un taux de 8 000 livres par dollar fixé par le gouvernement précédent le mois dernier. Le nouveau taux reste néanmoins inférieur au taux du marché parallèle, où les dollars étaient échangés vendredi à 14 600 livres libanaises.

La Banque centrale a déclaré le mois dernier qu'elle n’était plus en mesure de fournir des dollars pour les carburants à des taux fortement subventionnés.

Cette décision signifie que les importateurs s'approvisionneront toujours en dollars auprès de la Banque centrale plutôt que sur le marché et qu'une subvention sera ainsi toujours appliquée, a déclaré Mike Azar, conseiller financier principal basé à Beyrouth.

Alors qu’elle s'échangeait autour de 19 000 pour un dollar, la livre libanaise s’est renforcée ces derniers jours. En effet, l’entrée en fonction de Mikati a mis fin à une année de conflits politiques sur les sièges gouvernementaux qui a mené le pays à la dérive.

Le FMI a recommandé au Liban d'unifier les taux de change multiples, ainsi que d'entreprendre d’autres mesures, notamment l'audit de la Banque centrale.

Le ministre des Finances, Youssef Khalil, ancien haut responsable de la Banque centrale, a signé le contrat avec A&M, qui, selon le ministère, présenterait un rapport initial douze semaines après le début des travaux par son équipe.

A&M s'est retiré de l'audit en novembre dernier, affirmant n’avoir pas reçu les informations requises. Le ministère des Finances a déclaré en avril que la Banque centrale avait accepté de remettre les documents requis.

Le Parlement a ensuite accepté en décembre de lever le secret bancaire pendant un an, au milieu de nombreuses tractations entre les responsables libanais, notamment le ministère des Finances et la Banque centrale, sur la possibilité de divulguer certaines informations.

Les pourparlers du Liban avec le FMI l'année dernière ont échoué en grande partie en raison d'un différend sur l'ampleur des pertes dans le système financier. Un plan élaboré par le gouvernement précédent indiquait que celles-ci s'élevaient à quelque 90 milliards de dollars, un chiffre approuvé par le FMI mais rejeté par les banques libanaises et la classe politique.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com