Ehpad: les propositions des candidats à l'Elysée

La résidence Ehpad du groupe Orpea, «Les Bords de Seine» à Neuilly-sur-Seine, près de Paris, le 26 janvier 2022. (Photo, AFP)
La résidence Ehpad du groupe Orpea, «Les Bords de Seine» à Neuilly-sur-Seine, près de Paris, le 26 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 02 février 2022

Ehpad: les propositions des candidats à l'Elysée

La résidence Ehpad du groupe Orpea, «Les Bords de Seine» à Neuilly-sur-Seine, près de Paris, le 26 janvier 2022. (Photo, AFP)
  • La candidate PS Anne Hidalgo, qui reproche à Emmanuel Macron de ne pas avoir mené à bout la «grande loi sur la dépendance qu'il avait pourtant promise», a l'intention de «mettre les moyens» dans le secteur du grand âge
  • Pour Marine Le Pen, il convient d'abord de «remédicaliser les Ehpad»

PARIS: Mutualisation, expropriation ou encore recrutement de personnel: au moment où le groupe privé Orpea est accusé de graves dysfonctionnements dans ses établissements, les candidats à l'Elysée rivalisent d'idées pour améliorer la situation dans les Ehpad. 

Après la sortie du livre « Les Fossoyeurs » du journaliste Victor Castanet, le président Emmanuel Macron, pas encore officiellement candidat, a affirmé mercredi lors du Conseil des ministres que « ces révélations étaient absolument choquantes, bouleversantes et qu'elles appelaient évidemment à ce que nous poursuivions notre investissement pour le grand âge ». 

Voici les propositions de ses probables rivaux dans la course à l'Elysée:  

Haro sur la spéculation (Jadot) 

A gauche, l'ensemble des candidats s'insurgent contre la « spéculation » boursière autour des Ehpad privés. Pour y mettre un terme, l'écologiste Yannick Jadot veut en finir avec « toute nouvelle autorisation d'Ehpad privé à but lucratif », afin que la »maltraitance subie dans beaucoup d'établissements ne puisse être un levier de spéculation ». A l'instar de ses rivaux à gauche, il plaide aussi pour des recrutements de « personnel d'accompagnement » afin qu'ils soient au moins 8 pour 10 résidents. 

« Y mettre les moyens » (Hidalgo) 

La candidate PS Anne Hidalgo, qui reproche à Emmanuel Macron de ne pas avoir mené à bout la « grande loi sur la dépendance qu'il avait pourtant promise », a l'intention de « mettre les moyens » dans le secteur du grand âge. Elle propose de garantir « un service public » dont le premier objectif serait de maintenir à domicile les personnes âgées grâce à des recrutements et à la formation de personnel pour s'en occuper, dont les rémunérations et le statut seraient valorisés. Les Ehpad bénéficieraient, eux aussi, d'une « augmentation de l'encadrement ». 

Expropriation (Roussel) 

C'est ce que propose le candidat communiste Fabien Roussel pour le groupe Orpea afin de « sortir nos aînés des griffes de la finance ». Son objectif: créer un grand ministère chargé des séniors, ainsi que 300 000 emplois sur trois ans, avec un coût qu'il évalue lui-même entre 10 à 13 milliards d'euros qui serait financé par « les cotisations sociales », a-t-il expliqué sur Public Sénat. 

Un réseau public (Mélenchon) 

Le candidat LFI Jean-Luc Mélenchon ne prône pas une nationalisation des Ehpad. « Non, ce n'est pas comme ça qu'il faut s'y prendre », a-t-il assuré sur sa chaîne « Allô Mélenchon ». A ses yeux, il faut confier les Ehpad « à des structures non lucratives qui ne distribuent pas de bénéfices », comme des associations, des coopératives ou des mutualistes. Dans son programme, il préconise le développement d'un « réseau public de maisons de retraite aux tarifs harmonisés et accessibles ». Il défend aussi la création de 10 000 places en Ehpad public pendant cinq ans », avec une augmentation « des moyens matériels et humains ».  

Un « changement radical » (Pécresse) 

A droite, les candidats s'accordent sur le besoin de renforcer les contrôles. La candidate LR Valérie Pécresse plaide pour « radicalement changer le modèle des Ehpad », avec notamment un « référentiel obligatoire » applicable au public et au privé. Selon elle, il est indispensable que les conditions de vie quotidienne soient « strictement contrôlées », de la qualité de l'alimentation et des soins à la taille des chambres, en passant par « le temps consacré individuellement à chaque résident par les soignants ».  

« Remédicaliser les Ehpad » (Le Pen) 

Pour Marine Le Pen, il convient d'abord de « remédicaliser les Ehpad ». La candidate du Rassemblement national à l'Elysée déplore qu'il n'y ait pas de médecin coordinateur dans « beaucoup » d'entre eux. Elle souhaite aussi qu'il y ait un certain nombre de soignants par rapport au nombre de résidents afin d'éviter les maltraitances. « Peut-être faut-il réfléchir à un système mutualiste où le profit ne serait pas la priorité et où le bien-être des personnes âgées le soit? », a-t-elle suggéré sur CNews. 

Suppression des ARS   

Le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour a trouvé dans la controverse sur les Ehpad un argument supplémentaire pour s'en prendre aux Agences régionales de santé (ARS), dont il souhaite la suppression après leur gestion fortement critiquée de la crise sanitaire. Pour éviter les cas de maltraitance, « la première chose à faire, cela me paraît évident, c'est les contrôles », a-t-il expliqué sur France 2. « Ce sont les ARS qui avaient en charge le contrôle, ce qui prouve qu'elles ne servent à rien ».  


Fusion de l'audiovisuel public: les opposants pensent à la suite

Un manifestant tient une pancarte avec le logo de la radio française France Inter lors d'une manifestation des syndicats de Radio France, France TV, Ina et France Médias Monde contre le projet du gouvernement français de fusionner Radio France et France TV, place Colette à Paris le 23 mai 2024. (AFP)
Un manifestant tient une pancarte avec le logo de la radio française France Inter lors d'une manifestation des syndicats de Radio France, France TV, Ina et France Médias Monde contre le projet du gouvernement français de fusionner Radio France et France TV, place Colette à Paris le 23 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Une grève de 48 heures avait été votée dans les quatre entreprises concernées: France Télévisions, Radio France, l'Ina et France Médias Monde
  • Ce projet commence toutefois à soulever des doutes au sein même de la majorité présidentielle, dans son aile gauche

PARIS: Après deux jours de grève, jeudi et vendredi, les salariés de l'audiovisuel public, Radio France en tête, réfléchissent à la suite de leur mobilisation contre le projet gouvernemental de fusion, dont l'examen à l'Assemblée nationale a été repoussé.

Pour protester contre cette réforme portée par la ministre de la Culture, Rachida Dati, une grève de 48 heures avait été votée dans les quatre entreprises concernées: France Télévisions, Radio France, l'Ina et France Médias Monde (RFI, France 24), dont le sort fait cependant débat jusque dans le camp présidentiel.

Comme la veille, les antennes de Radio France ont été particulièrement perturbées vendredi. De la musique a remplacé les programmes de France Inter, franceinfo, France Culture et d'un grand nombre de locales de France Bleu.

Les perturbations étaient moins visibles à la télé. Le journal de 13h00 de France 2 a toutefois été réalisé avec des moyens limités, avec une seule caméra fixe sur le présentateur Julian Bugier.

Initialement, les députés devaient débattre de cette réforme éclair jeudi et vendredi. Mais, face à l'encombrement de l'ordre du jour, le gouvernement a décidé jeudi de reporter l'examen du texte. Il pourrait avoir lieu la semaine du 24 juin.

«Idée fixe»

Ce contretemps intervient alors que le calendrier voulu par Mme Dati était déjà très serré: une fusion de l'audiovisuel public dès le 1er janvier 2026, après une année de transition sous un régime de holding.

Au lendemain d'un rassemblement de plusieurs centaines de personnes jeudi près du ministère de la Culture, les salariés de l'audiovisuel public ont tenu une assemblée générale vendredi matin à Paris. L'affluence y était moindre, avec moins d'une centaine de personnes.

Les grévistes ont débattu de la suite de la mobilisation d'ici l'examen du texte à l'Assemblée.

"Il y a du travail à faire", a lancé Antoine Chuzeville, représentant syndical SNJ (Syndicat national des journalistes) à France Télévisions.

Il a évoqué les pistes d'un "rassemblement encore plus grand fin juin", d'une "mobilisation des auditeurs et des téléspectateurs", ou d'un travail de persuasion auprès des parlementaires.

Benoît Gaspard, délégué Sud à Radio France, a pour sa part jugé "décevante" la réunion à laquelle les syndicats ont participé jeudi au ministère.

Les membres du cabinet de Mme Dati "ne sortent pas d'une idée fixe: un texte de loi va passer", a-t-il dit. Il a rappelé "l'opposition" des syndicats à "toute forme de rapprochement de nos entreprises".

Doutes 

"Il y a encore des marges de progression: c'est à France Télévisions qu'il y a le plus de salariés, et le moins de grévistes", a toutefois noté M. Chuzeville.

La direction du groupe a assuré qu'il y avait 9,9% de grévistes vendredi (12% jeudi), tous métiers confondus.

En interne, on attribue cette faible mobilisation à une lassitude après plusieurs réorganisations récentes et au fait que la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte Cunci, est favorable à la réforme.

Ce projet commence toutefois à soulever des doutes au sein même de la majorité présidentielle, dans son aile gauche.

"Je ne suis pas convaincu par l'état actuel de la réforme", a lâché le député Renaissance et ancien ministre Clément Beaune, vendredi sur Sud Radio. "Sur un sujet comme ça, je pense qu'il ne faut pas aller trop vite".

Pour sa part, la directrice de France Inter, Adèle Van Reeth, a invité les députés à "visiter" la station. "Je suis sûre que vous repartirez convaincus de tout faire pour préserver la radio publique", a-t-elle dit sur le réseau social X.

"Chiche", lui a répondu le président des députés Renaissance, Sylvain Maillard.

Dans ce climat de turbulences pour l'audiovisuel public, la direction de Radio France a dénoncé une "opération de dénigrement" du Figaro Magazine.

Dans son édition de ce weekend, le magazine reproche à l'audiovisuel public un "manque de pluralisme" qui profite à la gauche, sur la base d'une étude de l'institut "libéral et conservateur" Thomas More.

Il s'agit "d'une étude à la méthodologie hautement questionnable, dont ni le contenu, ni le timing de publication, ne sont neutres", a protesté Radio France dans un communiqué.


Grève du contrôle aérien en France: 70% des vols annulés samedi à Paris-Orly

 L'aviation civile française a demandé vendredi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement samedi 70% des vols à Paris-Orly, le deuxième aéroport du pays. (AFP)
 L'aviation civile française a demandé vendredi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement samedi 70% des vols à Paris-Orly, le deuxième aéroport du pays. (AFP)
Short Url
  • Le gouvernement a déploré cette nouvelle grève, un mois après la signature d'un accord salarial avec les contrôleurs aériens
  • Selon l'organisation syndicale Unsa-Icna, l'accord signé in extremis fin avril ne résout pas la question des "sous-effectifs" qui se profilent à Orly, selon elle, à l'horizon 2027

PARIS: L'aviation civile française a demandé vendredi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement samedi 70% des vols à Paris-Orly, le deuxième aéroport du pays, en raison de l'appel à la grève ce week-end d'un syndicat de contrôleurs aériens, en désaccord avec un accord conclu le mois dernier.

"Les opérateurs aériens doivent réduire leur programme de vols commerciaux pour la journée du 25 mai 2024 de 04H00 à 21H30 GMT de 70% (...) sur l'aéroport de Paris-Orly", selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

Le gouvernement a déploré cette nouvelle grève, un mois après la signature d'un accord salarial avec les contrôleurs aériens.

"Je déplore le comportement de quelques agents au niveau local, qui refusent de reconnaître la légitimité d'un accord majoritaire et en font payer le prix aux passagers. J’en appelle à leur responsabilité", a réagi le ministre délégué aux Transports Patrice Vergriete, interrogé par l'AFP.

L'Unsa-Icna, deuxième syndicat représentatif des aiguilleurs du ciel (17% aux dernières élections professionnelles), a appelé à la grève pour réclamer des "effectifs adéquats", selon elle non garantis par l'accord signé fin avril entre la DGAC et le principal syndicat des contrôleurs, le SNCTA (60% des voix).

Selon l'organisation syndicale Unsa-Icna, l'accord signé in extremis fin avril ne résout pas la question des "sous-effectifs" qui se profilent à Orly, selon elle, à l'horizon 2027.

Cet accord sur des mesures d'accompagnement, notamment salariales, à la refonte prévue du contrôle aérien en France avait été rejeté par l'Unsa-Icna, ainsi que par le troisième syndicat représentatif, l'Usac-CGT, qui avaient maintenu un préavis de grève pour le 25 avril.

Ce mouvement s'était traduit par l'annulation de plusieurs milliers de vols en France et en Europe.

Parallèlement à la mobilisation de l'Unsa-Icna à Orly, l'Usac-CGT a déposé un préavis de grève du 23 au 30 mai pour protester spécifiquement contre l'affaiblissement du "maillage territorial" prévu selon le syndicat par la réforme du contrôle aérien.


Le président français accueillera les ministres arabes des affaires étrangères pour des discussions sur Gaza

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours à la résidence du haut-commissaire de Nouvelle-Calédonie à Nouméa, le 24 mai 2024. (AFP)
Le président français Emmanuel Macron prononce un discours à la résidence du haut-commissaire de Nouvelle-Calédonie à Nouméa, le 24 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Le président français Emmanuel Macron accueillera vendredi les ministres des Affaires étrangères de quatre États arabes
  • Accompagné de son propre chef de la diplomatie, Stéphane Sejourne, M. Macron discutera de la situation à Gaza

PARIS : Le président français Emmanuel Macron accueillera vendredi les ministres des Affaires étrangères de quatre États arabes clés pour des discussions sur la guerre à Gaza entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas, a déclaré son bureau.

Accompagné de son propre chef de la diplomatie, Stéphane Sejourne, M. Macron discutera de la situation avec Mohammed bin Abdulrahman al-Thani (Qatar), Sameh Shoukry (Égypte), Ayman Safadi (Jordanie) et Faisal bin Farhan al-Saud (Arabie saoudite), le ministre des affaires étrangères, a indiqué l'Élysée.