Algérie: sur le littoral d’Oran, des murs antimigrants provoquent la colère des riverains

Les murs de béton ont été posés dans le but de lutter contre le phénomène de «harraga» (émigration clandestine), qui a pris de l’ampleur en 2020 et 2021. (Photo, réseaux sociaux)
Les murs de béton ont été posés dans le but de lutter contre le phénomène de «harraga» (émigration clandestine), qui a pris de l’ampleur en 2020 et 2021. (Photo, réseaux sociaux)
Short Url
Publié le Mercredi 09 mars 2022

Algérie: sur le littoral d’Oran, des murs antimigrants provoquent la colère des riverains

  • Les autorités locales de la ville balnéaire d’Oran ont entamé la construction de murs antimigrants le long de certaines parties du littoral
  • Les murs de béton ont été posés dans le but de lutter contre le phénomène de «harraga» (émigration clandestine), qui a pris de l’ampleur en 2020 et 2021

RABAT: Les autorités locales de la ville balnéaire d’Oran ont entamé la construction de murs antimigrants le long de certaines parties du littoral, ce qui a provoqué la colère des riverains, qui y voient une atteinte au patrimoine naturel.

«L’opération de bétonnage des accès à des plages de la daïra côtière d’Aïn el-Turk se poursuit. Après les plages de Trouville et de Bomo, c’est au tour de la Grande-Plage de recevoir, depuis jeudi dernier, les équipes de Cosider qui procèdent à l’installation de panneaux de béton d’une hauteur de quatre mètres», rapporte le quotidien Liberté dans son édition du 6 mars.

Les murs de béton ont été posés dans le but de lutter contre le phénomène de «harraga» (émigration clandestine), qui a pris de l’ampleur en 2020 et 2021. L’année dernière, plus de quatre cents clandestins sont morts en tentant de traverser l’Espagne, alors que, en 2020, ils étaient deux cent quatre-vingt-onze, selon l’ONG espagnole CIPIMD.

Pendant la semaine du 27 septembre au 3 octobre 2021, ils étaient quelque mille neuf cents migrants à tenter la traversée, selon le journaliste Ignacio Cembrero, spécialiste des questions migratoires. Ces migrants étaient majoritairement algériens.

Si, auparavant, ce phénomène ne touchait que les jeunes en difficulté, ce sont désormais des familles entières, voire des enfants, qui tentent la dangereuse traversée à bord d’embarcations de fortune. Le phénomène ne touche plus seulement les catégories sociales à faible revenu, mais également les plus aisés.

«Le nouveau phénomène de “harraga familiale”, qui concerne des femmes, des bébés, des femmes enceintes et des personnes handicapées, nous donne une idée du degré de désespoir», avait alors réagi Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH).

La ville d’Oran, située à proximité des côtes espagnoles, est particulièrement prisée des réseaux de passeurs de migrants.

Les clandestins déboursent des sommes astronomiques pour pouvoir embarquer. Certains médias algériens parlent de 900 000 dinars algériens (soit plus de 5 700 euros au taux officiel).

«Une idée ridicule»

Interrogé par Arab News en français, Mourad, un Oranais qui habite près de l’un de ces murs et qui a préféré s’exprimer sous couvert d’anonymat, dénonce une décision «ridicule».

Il évoque une décision «égoïste» de la part des autorités, étant donné que «ces migrants peuvent tout simplement utiliser d’autres points de départ le long de la côte oranaise». «Peuvent-ils murer tout le littoral algérien?», s’interroge-t-il.

Pour sa part, Mahmoud estime que les autorités «devraient aborder le vrai problème», c’est-à-dire «le chômage, l’inflation et le mal-vivre» qui incitent ces Algériens – de toutes les catégories sociales – à quitter le payer à la recherche d’un avenir meilleur.


Gaza: Biden dit qu'il «espère» un cessez-le-feu d'ici le ramadan

Des enfants blessés lors des bombardements israéliens attendent d'être soignés à l'hôpital al-Najjar de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er mars 2024, au milieu des combats en cours entre Israël et le mouvement palestinien Hamas (AFP).
Des enfants blessés lors des bombardements israéliens attendent d'être soignés à l'hôpital al-Najjar de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er mars 2024, au milieu des combats en cours entre Israël et le mouvement palestinien Hamas (AFP).
Short Url
  • Le démocrate avait dit en début de semaine espérer d'ici au lundi suivant, le 4 mars, un accord pour une trêve de six semaines dans les combats entre Israël et le Hamas, mais il est revenu sur cet agenda
  • Les tirs israéliens et la bousculade pendant une distribution d'aide humanitaire, qui ont causé plus de 110 morts selon le Hamas, pourraient avoir compliqué les négociations

WASHINGTON: Joe Biden a déclaré vendredi qu'il "espère" qu'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas à Gaza pourrait intervenir d'ici au ramadan, le mois saint musulman qui commence le soir du 10 mars ou le 11.

Interrogé par des journalistes sur la possibilité d'un accord sur une trêve dans le territoire palestinien d'ici cette date, le président américain a répondu: "J'espère bien, nous travaillons toujours beaucoup sur le sujet. On n'y est pas encore".

"Nous allons y arriver, mais on n'y est pas encore, et on pourrait ne pas y parvenir", a-t-il déclaré alors qu'il quittait la Maison Blanche pour passer le week-end dans la résidence présidentielle de Camp David, près de Washington.

Le démocrate avait dit en début de semaine espérer d'ici au lundi suivant, le 4 mars, un accord pour une trêve de six semaines dans les combats entre Israël et le Hamas, mais il est revenu sur cet agenda.

Les tirs israéliens et la bousculade pendant une distribution d'aide humanitaire, qui ont causé plus de 110 morts selon le Hamas, pourraient avoir compliqué les négociations, a reconnu plus tôt le président.

Vendredi, face à la situation désespérée à Gaza, Joe Biden s'est résolu à faire participer les Etats-Unis, "dans les prochains jours" et pour la première fois, à des largages aériens d'aide humanitaire dans la bande de Gaza, territoire palestinien assiégé par l'armée israélienne.


Les Soudanais vivent dans un climat de «pure terreur», selon l'ONU

Parade militaire à Gedaref, dans l’est du Soudan (Photo, AFP).
Parade militaire à Gedaref, dans l’est du Soudan (Photo, AFP).
Short Url
  • «La crise au Soudan est une tragédie qui semble s'être glissée dans le brouillard de l'amnésie mondiale», a déclaré Volker Turk
  • «Cette crise bouleverse le pays et menace profondément la paix, la sécurité et les conditions humanitaires dans toute la région», a-t-il ajouté

GENEVE: Les civils soudanais vivent dans un climat de "pure terreur" en raison du "conflit impitoyable et insensé" qui bouleverse leur pays et constitue un risque pour la paix régionale, a déclaré vendredi le Haut commissaire des Nations unies aux droits humains Volker Turk.

"La crise au Soudan est une tragédie qui semble s'être glissée dans le brouillard de l'amnésie mondiale", a déclaré Volker Turk devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

Il a qualifié ce conflit d'"impitoyable et insensé", avec des milliers de personnes tuées, "apparemment sans remords". Et les belligérants "ont créé un climat de pure terreur, forçant des millions de personnes à fuir".

La guerre fait rage depuis le 15 avril 2023 entre l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les Forces de soutien rapide (FSR, paramilitaires) du général Mohammed Hamdane Daglo, ancien numéro deux du pouvoir militaire.

Le Haut commissaire a ajouté que les deux parties avaient toujours agi en toute impunité, alors que les pourparlers en faveur de la paix stagnent. "Le Soudan est devenu un véritable cauchemar".

Ce conflit a fait des milliers de morts et déclenché une catastrophe humanitaire. Environ 25 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population, ont besoin d'aide, dont près de 18 millions confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, selon des chiffres de l'ONU.

Un rapport soumis au Conseil des droits de l'homme de l'ONU met en lumière des violations flagrantes du droit international sur les droits de l'homme commises par les belligérants entre avril et décembre. Le document détaille également de graves violations du droit international humanitaire, dont beaucoup peuvent constituer des crimes de guerre.

M. Turk a déclaré qu'au moins 14.600 personnes avaient été tuées et 26.000 blessées, même si le bilan réel risque d'être bien plus élevé.

Outre l'artillerie lourde, "la violence sexuelle comme arme de guerre, y compris le viol, a été une caractéristique déterminante – et méprisable – de cette crise", a souligné M. Turk, qui s'est également dit profondément inquiet pour les milliers de civils détenus arbitrairement.

M. Turk a souligné que 80% des établissements hospitaliers étaient hors service, ajoutant que la destruction des hôpitaux et des écoles aurait des effets durables sur l'accès à la santé et à l'éducation.

"Avec plus de huit millions de personnes contraintes de fuir à l'intérieur du Soudan et vers les pays voisins, cette crise bouleverse le pays et menace profondément la paix, la sécurité et les conditions humanitaires dans toute la région", a-t-il ajouté.

M. Turk, qui a exhorté les pays à augmenter leurs dons en faveur du Soudan, a appelé la communauté internationale à "recentrer son attention sur cette crise déplorable avant qu'elle ne sombre encore plus dans le chaos".


Gaza: L'aide peut tomber du ciel, mais en quantité limitée

La situation humanitaire est de plus en plus désespérée à Gaza (Photo, AFP).
La situation humanitaire est de plus en plus désespérée à Gaza (Photo, AFP).
Short Url
  • Des appareils jordaniens, avec le soutien de pays tels que la Grande-Bretagne, la France et les Pays-Bas, ont pour l'instant organisé la plupart des largages
  • Les Nations unies accusent les forces israéliennes de bloquer «systématiquement» l'accès à Gaza, ce qu'Israël nie

TERRITOIRES PALESTINIENS: Face à une situation humanitaire de plus en plus désespérée à Gaza, où les Nations unies préviennent que la famine est "presque inévitable", des pays donateurs ont commencé à parachuter des secours.

Après cinq mois de guerre, la quantité d'aide humanitaire acheminée par camions a chuté de façon drastique, et les habitants du territoire font face à de graves pénuries de nourriture, d'eau et de médicaments.

Des avions militaires étrangers ont commencé à y parachuter des palettes d'aide humanitaire. Des appareils jordaniens, avec le soutien de pays tels que la Grande-Bretagne, la France et les Pays-Bas, ont pour l'instant organisé la plupart des largages.

Plusieurs appareils égyptiens ont fait de même jeudi, ainsi que des avions des Emirats arabes unis.

Imad Dughmosh, d'Al-Sabra, dans le centre de la bande de Gaza, a déclaré à l'AFP qu'il avait pu récupérer de l'eau potable et de la nourriture grâce à ces largages, mais qu'il n'y en avait pas assez pour tous ceux qui attendaient.

"En fin de compte, j'ai pu récupérer des sacs de pâtes et de fromage, mais mes cousins n'ont rien eu", a dit cet homme de 44 ans. "J'étais content d'avoir de la nourriture pour les enfants, mais ce n'est pas assez".

Crise humanitaire

Dans le nord de la bande de Gaza, où l'offensive israélienne a commencé, de nombreux habitants en sont réduits à manger du fourrage.

Dix enfants sont déjà morts de "malnutrition et de déshydratation", a affirmé vendredi le ministère de la Santé.

Outre les risques liés au largage de lourds colis dans des zones surpeuplées, des habitants de Gaza ont assuré à l'AFP que de nombreuses palettes avaient fini dans la Méditerranée.

"La plupart de l'aide est tombée dans la mer aujourd'hui, et les parachutes qui sont tombés jeudi et mercredi sont tous tombés dans la mer, à l'exception d'un très petit nombre", a indiqué Hani Ghabboun, qui vit à Gaza-City avec sa femme et ses cinq enfants.

Selon lui, ce sont des "centaines de tonnes d'aide qu'il faudrait pour lutter contre la famine et nourrir la population".

«Extrêmement difficile»

Pour Jens Laerke, porte-parole de l'agence de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), les largages aériens posent "de nombreux problèmes".

"L'aide qui arrive de cette manière ne peut être qu'un dernier recours", a-t-il déclaré. "Le transfert par voie terrestre est tout simplement meilleur, plus efficace et moins coûteux".

Il a toutefois lancé un avertissement : "Si rien ne change, une famine est presque inévitable".

Les Nations unies accusent les forces israéliennes de bloquer "systématiquement" l'accès à Gaza, ce qu'Israël nie.

Les organisations humanitaires, dont l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), estiment que la meilleure serait qu'Israël ouvre les points de passage frontaliers et permette aux convois de camions d'entrer et de livrer en toute sécurité.

Un porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré à la presse que près d'un millier de camions attendaient à la frontière égyptienne.

"Les parachutages sont extrêmement difficiles", a déclaré Stéphane Dujarric. "Mais toutes les options restent sur la table".

Les largages aériens peuvent également se révéler très coûteux.

Pour Jeremy Konyndyk, président de l'ONG Refugees International, les parachutages ne peuvent "être utiles qu'à la marge".

Un avion peut larguer l'équivalent du chargement de deux camions, mais pour un coût dix fois supérieur, a-t-il déclaré vendredi à la BBC.

"Plutôt que larguer de la nourriture depuis les airs, nous devrions exercer une forte pression sur le gouvernement israélien pour qu'il permette l'acheminement de l'aide par des canaux plus traditionnels, qui permettent de fournir une aide à plus grande échelle", a-t-il estimé.