A l’école Ohr Torah de Toulouse, «faire bloc» face à la douleur, dix ans après la tuerie

Le président français Emmanuel Macron et le président israélien Isaac Herzog (2e à gauche), avec Yaacov Monsonego (3e à gauche), directeur de l'école et père de Myriam tuée par Merah, et d'autres personnalités devant l'entrée du collège et du lycée Ohr Torah à Toulouse. (AFP).
Le président français Emmanuel Macron et le président israélien Isaac Herzog (2e à gauche), avec Yaacov Monsonego (3e à gauche), directeur de l'école et père de Myriam tuée par Merah, et d'autres personnalités devant l'entrée du collège et du lycée Ohr Torah à Toulouse. (AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 20 mars 2022

A l’école Ohr Torah de Toulouse, «faire bloc» face à la douleur, dix ans après la tuerie

  • Adolescents et jeunes adultes, présents le 19 mars 2012 quand trois écoliers et un professeur ont été tués dans l'attaque, se tiennent la main, se racontent ce qu’ils sont devenus
  • «La douleur est intense, ce qui s’est passé a été traumatisant et l’absence ne sera jamais comblée», confie l'amie de Myriam Monsonégo

TOULOUSE: "C'est une famille ici": Venus de Paris, Lisbonne, Londres pour une commémoration dimanche au collège-lycée Ohr Torah à Toulouse (sud-ouest), dix ans après la tuerie du terroriste Mohamed Merah, les anciens élèves de l'école juive avaient besoin de "faire bloc". 

Adolescents et jeunes adultes, présents le 19 mars 2012 quand trois écoliers et un professeur ont été tués dans l'attaque, se prennent dans les bras, se tiennent la main, se racontent ce qu’ils sont devenus, embrassent leurs anciens professeurs.

"C’est ici qu’on on a grandi ensemble, dansé, rigolé", confie Ava Ouaknine, 19 ans, amie de Myriam Monsonégo, fillette de 7 ans abattue dans la cour de l'école par le tueur. 

Dans cette cour de récréation, prendre la parole est une façon pour elle de "retracer l'histoire (de Myriam), la faire vivre". "La douleur est intense, ce qui s’est passé a été traumatisant et l’absence ne sera jamais comblée. Mais c’est la volonté de vivre et la solidarité au sein de l’établissement qui seront les plus fortes".

Au moment de son discours poignant en souvenir de Myriam, des larmes coulent silencieusement sur les visages.

Attaques de Merah: "nous n'avons pas pris la mesure de la menace islamiste", selon Pécresse

La candidate LR à l'Elysée Valérie Pécresse a estimé dimanche sur France 3 que "nous n'avons pas encore pris totalement la pleine mesure de cette menace islamiste", dix ans après les attentats perpétrés par Mohamed Merah.

Valérie Pécresse, qui s'est rendue vendredi sur les lieux d'une des attaques, a d'abord redit dimanche "tout (s)on soutien et toute (s)on affection aux familles des victimes".

"Dans mon projet pour la France, il y aura une grande loi constitutionnelle dans laquelle on affirmera toute une série de principes sur la sécurité, sur l'immigration et sur la lutte contre l'islamisme", a-t-elle poursuivi.

Ainsi, via un référendum, "il y aura dans la Constitution le fait que nul ne peut se prévaloir de son origine ou de sa religion pour échapper à la loi commune. La loi de la République est au-dessus de la foi", a martelé la candidate LR.

En outre, la consultation habituelle des sites jihadistes sera "pénalisée" et "tout étranger qui prêche la haine sera renvoyé immédiatement", y compris s'il a obtenu "un droit d'asile", a-t-elle prôné.

"Je souhaite aussi que le fait d'être radicalisé puisse être une cause réelle et sérieuse de licenciement parce que les entreprises le demandent", a ajouté Mme Pécresse, donnée à 11% dans les derniers sondages, en 5e position, loin derrière Emmanuel Macron crédité de 30% environ.

Se relever

Les anciens élèves disent leur attachement à l'établissement. "C’est une famille ici, souligne Julien Benarroche, étudiant au Portugal, les professeurs ne sont pas juste des professeurs, ils nous ont aidés, nous ont assistés, nous ont suivis dans les cours mais aussi dans notre vie personnelle. Ils nous ont aidés à nous relever".

Laurence Cohen est la mère d’une ancienne élève qui était en seconde au moment des faits. Avant le début des discours, elle appelle sa fille qui vit en Israël, en branchant la vidéo: "Regarde la cour, tes amis".

"Après le bac, elle est partie vivre en Israël avec tout un groupe de copines. C’est très émouvant de se dire que ça fait 10 ans déjà. On est très soudés".

Devant l’école, des roses de toutes les couleurs ont été accrochées à des grilles. Des dizaines de personnes, anciens élèves, professeurs, parents d’élèves assistent, les yeux mouillés, à la cérémonie dans la cour de l’école Ohr Torah, devant l’Arbre de vie, érigé en souvenir des victimes.

Dix ans après les attaques de Merah, Toulouse honore les victimes

Il y a dix ans, la série d'attaques de Mohamed Merah, un délinquant âgé de 23 ans, avait généré l'effroi: le 11 mars, à Toulouse, un militaire du 1er Régiment du train parachutiste, Imad Ziaten, 30 ans, était le premier à tomber d'une balle dans la tête.

Le 15, trois militaires sont visés alors qu'ils retirent de l'argent devant la caserne du 17e Régiment du génie parachutiste à Montauban: Mohamed Legouad, 23 ans, et Abel Chennouf, 26 ans, sont tués; Loïc Lieber, un Guadeloupéen de 28 ans, restera tétraplégique.

Le 19 mars, vers 08h00, l'affaire prend une autre tournure: deux enfants, Myriam Monsonego, 7 ans, et Gabriel Sandler, 3 ans, sont abattus à bout portant dans la cour de récréation de l'école Ozar Hatorah de Toulouse. Quelques secondes plus tôt, Arié Sandler, 6 ans, et son père Jonathan Sandler succombaient aux balles du tueur casqué.

Plusieurs centaines d'enquêteurs sont mobilisés pour identifier l'auteur qui a basculé dans le fondamentalisme lors de séjours en prison, mais est passé sous les radars de l'antiterrorisme.

Dans la nuit du 20 au 21 mars, les policiers lancent une opération pour l'interpeller, mais le RAID se heurte à une résistance inattendue chez le suspect qui ouvre le feu à travers la porte de son appartement.

Des négociateurs de la police parlementent avec le jeune délinquant, qui revendique les trois attentats au nom d'Al-Qaïda. Le siège durera trente heures, jusqu'à l'assaut au cours duquel il est abattu. 

Les attaques de Toulouse et Montauban, survenues quelques jours avant l'élection présidentielle lors de laquelle s'affrontaient le président sortant Nicolas Sarkozy et le leader socialiste François Hollande, ont marqué le début d'une série d'attaques terroristes en France, avec notamment ceux visant Charlie Hebdo, le Bataclan, l'Hyper Casher.

Se livrer, verbaliser

"J'avais 16 ans, cela a changé ma vie. Ca a été très dur, je faisais des cauchemars. Puis je me suis reconstruite et finalement ça m'a aidée à réussir, à avancer, à persévérer. Je me suis dit +j'ai de la chance d'être là+ et ça m'a boostée pour mes études", confie Sharon Benitah, qui a fait le voyage depuis New York. 

Après ses études à Toulouse, Jonathan Chetrit, 27 ans, s'est installé à Paris, est devenu avocat et a publié un livre des témoignages d'élèves, professeurs, parents d'élèves "Toulouse 19 mars 2012. L'attentat de l'école Ozar Hatorah par ceux qui l'ont vécu". 

Il dit avoir eu "besoin (avec son livre) de remettre les victimes au centre, de donner la parole aux témoins directs, aux élèves qui étaient présents à l'école ce matin-là. Leur donner la parole pour qu'ils puissent enfin témoigner, enfin se livrer, car ils avaient besoin de verbaliser".

Un peu plus loin, Carine Chaput, professeur d'anglais, prend ses anciens élèves dans ses bras. "On est une région de rugby, on était un pack, on était une mêlée, c'est ça qui nous tenait debout", dit la femme de 58 ans, en repensant aux jours qui ont suivi l'attentat. 


Budget santé: Le Sénat tente à nouveau de réformer l'aide médicale aux migrants

La sénatrice Laurence Cohen (Photo, AFP).
La sénatrice Laurence Cohen (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette mesure ne sera certainement pas retenue au final par le gouvernement
  • Le Sénat a adopté, par 199 voix pour et 131 contre

PARIS: Le Sénat dominé par l'opposition de droite a voté une nouvelle fois mardi, contre l'avis du gouvernement, en faveur d'une réforme de l'aide médicale d'État (AME) couvrant les étrangers en situation irrégulière, afin de la recentrer sur les soins indispensables.

Le Sénat a adopté, par 199 voix pour et 131 contre, un amendement du rapporteur LR Christian Klinger visant à remplacer l'AME par une "aide médicale de santé publique", dans le cadre du débat sur le budget pour 2023 de la "mission santé".

Cette mesure ne sera certainement pas retenue au final par le gouvernement, qui devrait à nouveau user de l'article 49.3 de la Constitution devant l'Assemblée nationale sur ce texte.


Procès de l'attentat de Nice: l'impossible «pardon» pour les victimes

Sur cette photo d'archive prise le 15 juillet 2016, des militaires français patrouillent près de cadavres recouverts d'un drap bleu sur la Promenade des Anglais à Nice (Photo, AFP).
Sur cette photo d'archive prise le 15 juillet 2016, des militaires français patrouillent près de cadavres recouverts d'un drap bleu sur la Promenade des Anglais à Nice (Photo, AFP).
Short Url
  • Chez ces accusés, «nous n'avons perçu aucune once de sentiment de responsabilité, aucun soupçon de retour sur soi»
  • Chez beaucoup de personnes qui y ont perdu un proche, la douleur est «quasi indélébile»

PARIS: Au procès de l'attentat de Nice, les avocats des parties civiles ont mis en exergue mardi, devant la cour d'assises spéciale de Paris, les "obstacles" qui empêchent selon eux les victimes d'accorder leur "pardon" aux accusés.

Chez beaucoup de personnes présentes le 14 juillet 2016 sur la Promenade des Anglais ou qui y ont perdu un proche, la douleur est "quasi indélébile" et le temps qui passe "accentue l'horreur" au lieu de jouer son rôle "cicatrisant", a constaté l'avocate Claudette Eleini.

Face à ce "passé qui ne passe pas", "seul le pardon permet de devenir un autre soi" et de renouer avec "le sens de la vie", sans "se confondre avec l'oubli et l'excusable", estime-t-elle.

Mais ce pardon nécessite un "rapport (...) entre celui qui demande le pardon et celui qui le donne", il suppose que le premier "reconnaisse sa faute".

Dans le cas des "faits abominables de l'attentat de Nice", poursuit Me Eleini, l'auteur, qui a fait 86 morts et plus de 400 blessés au volant d'un camion-bélier, "n'est pas là pour le demander", ayant été abattu par la police pour stopper sa course meurtrière.

En son absence, huit personnes sont jugées depuis le 5 septembre: trois pour association de malfaiteurs terroriste et cinq pour trafic d'armes (dont l'une en son absence). Aucune n'est poursuivie pour complicité de l'attentat.

Chez ces accusés, "nous n'avons perçu aucune once de sentiment de responsabilité, aucun soupçon de retour sur soi", hormis quelques "mots préparés" à l'avance, regrette Me Eleini.

"Aucun ne se sent coupable" de ce qu'il a fait ou n'a pas évité, ajoute-t-elle, déplorant une "inversion des rôles" alors que de nombreuses victimes ont fait part de leur sentiment de culpabilité pour n'avoir pas prêté assistance aux blessés ou ne pas être décédé à la place d'un autre membre de leur famille.

«Ouvrir une porte»

"Le procès a révélé la haine de certains" accusés, estime Me Eleini en référence aux messages Facebook au contenu violent de Chokri Chafroud et au "selfie satisfait" réalisé par Mohamed Ghraieb sur la Promenade le lendemain des faits.

Leurs réponses pendant les interrogatoires se sont résumées à "ça ne veut rien dire" et "je n'ai rien à voir dans tout cela".

Par cette attitude de "déni", "ils s'interdisent le pardon à eux-mêmes, mais aussi de recevoir celui des victimes", abonde Me Olivia Chalus.

"Ce procès aura permis de faire la lumière sur comment ce crime a été commis, mais il laissera en suspens la question du pourquoi", laissant les victimes "seules face à leurs questionnements", regrette encore Me Eleini.

Malgré tout, ce procès de plus de trois mois, qui a "pris le temps d'écouter toutes les parties", permettra au travail de deuil des victimes de "se faire sur une base saine", veut-elle croire.

Si "ce n'est évidemment pas les moments d'amnésie collective des accusés qui permettront aux victimes" de se reconstruire, elles s'appuient sur "l'espoir de justice pour atteindre la résilience", espère aussi Me Nisrine Bounssir.

"Peut-être que ce procès permettra" à certaines victimes "d'ouvrir une porte fermée à double tour et, derrière cette porte, de renouer un lien avec les autres, de redécouvrir ce que veut dire être vivant et de s'octroyer le droit d'aimer et d'être aimé", souhaite Me Chalus, qui clôture la plaidoirie coordonnée menée depuis mercredi dernier par 55 avocats.

Les plaidoiries de parties civiles doivent se poursuivent jusqu'à jeudi soir, avec les interventions individuelles d'une vingtaine d'avocats, avant le réquisitoire prévu mardi.


L'avocat nationaliste algérien Ali Boumendjel a désormais une rue à son nom à Gonesse

Portrait non daté de l'avocat algérien Me Ali Boumendjel alors âgé de 32 ans (Photo, AFP).
Portrait non daté de l'avocat algérien Me Ali Boumendjel alors âgé de 32 ans (Photo, AFP).
Short Url
  • La plaque portant son nom a été apposée sur une allée du quartier populaire de la Fauconnière
  • Cette inauguration revêt une importance symbolique

BOBIGNY: La ville de Gonesse, au nord de Paris, a dévoilé mardi la plaque d'une allée au nom de l'avocat nationaliste algérien Ali Boumendjel, dont Emmanuel Macron a reconnu en 2021 qu'il avait été "torturé et assassiné" par l'armée française pendant la guerre d'Algérie.

L'évènement s'est déroulé mardi après-midi en présence de "la famille" de M. Boumendjel, a indiqué le service communication de la ville à l'AFP.

La plaque portant son nom a été apposée sur une allée du quartier populaire de la Fauconnière.

Une autre allée du même quartier a également été nommée du nom de Fanny Pech, "ancienne directrice d'école et élue de la ville il y a plusieurs années qui était rapatriée d'Algérie", a précisé la même source.

"Ces deux évènements s'inscrivent dans la volonté du maire d'une démarche de conciliation des mémoires, dans le respect de chaque récit, l'année des 60 ans de la fin de la guerre d'Algérie et de l'histoire d'un quartier symbolique", a fait valoir la ville, située dans le Val-d'Oise et dirigée par le socialiste Jean-Pierre Blazy.

Cette inauguration revêt une importance symbolique.

C'est "la première fois à ma connaissance en France" qu'a été dévoilée la plaque d'une rue au nom d'Ali Boumendjel, "ce militant algérien pour la démocratie, pour la paix et pour l'indépendance de l'Algérie", a souligné l'historien Benjamin Stora, spécialiste de la guerre d'Algérie (1954-1962).

"La bataille continue pour le respect des droits de l'homme, une société plus juste et égalitaire, et qui doit affronter avec lucidité les passés douloureux", a écrit l'historien français dans un message transmis à l'AFP. M. Stora est l'auteur d'un rapport sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie, remis en janvier 2021 au président de la République.

Début mars 2021, Emmanuel Macron a reconnu, "au nom de la France", que l'avocat nationaliste Ali Boumendjel avait été "torturé et assassiné" le 23 mars 1957 par des soldats de l'armée française au moment de la bataille d'Alger, contredisant la thèse officielle d'un suicide.

Cette étape s'inscrivait dans la série des événements organisés depuis l'arrivée du chef de l’État en 2017 pour tenter de "construire une mémoire apaisée et commune" sur la colonisation de l'Algérie et la guerre ayant conduit à son indépendance en 1962.