Le programme GIL: un soutien de l’Unicef à la jeunesse au Liban

Logo du programme GIL. (Photo: Hoda Rizk)
Logo du programme GIL. (Photo: Hoda Rizk)
Short Url
Publié le Mardi 29 mars 2022

Le programme GIL: un soutien de l’Unicef à la jeunesse au Liban

  • Le programme GIL entend donner aux jeunes et aux femmes les moyens de se prendre en charge grâce à des ateliers et des séminaires consacrés à l'entrepreneuriat
  • Jusqu'ici, plus de 18 271 jeunes ont été formés par cette initiative de l’Unicef, dont 57% de femmes

BEYROUTH: Au moment où le Liban traverse la crise la plus profonde de son histoire moderne, Beyrouth demeure un centre où les entrepreneurs et les jeunes esprits novateurs tombent sur des opportunités qui les poussent à mettre leur ingéniosité en action. Parmi ces initiatives se trouve le projet GIL – Generation of Innovation Leaders. Mis en place par l’Unicef, ce programme est spécialement conçu pour autonomiser les jeunes au Liban.

« Dans cette situation turbulente et compte tenu de l'augmentation des défis quotidiens, donner aux jeunes les moyens de passer du statut de victimes à celui de résolveurs de problèmes est essentiel pour préserver l'avenir du pays », confie à Arab News en français Jessica Hanna, coordinatrice du projet GIL.

L’initiative GIL a débuté en mai 2016 et a été pleinement mise en œuvre à l'échelle nationale en 2017. Financé par le royaume des Pays-Bas, GIL est un programme en trois volets visant à aider les jeunes à acquérir les compétences numériques et commerciales nécessaires au XXIe siècle. Des projets réalisés par des entrepreneurs soutenus par GIL ont été présentés lors du salon Horeca Connects au public.

Cette exposition, qui s’est tenue cette année du 22 au 24 mars au pavillon du bord de mer de Beyrouth, est un point de rencontre stratégique pour les professionnels de l'hôtellerie et de la restauration de toute la région.  Son objectif principal est d'offrir aux jeunes esprits la possibilité de rencontrer des mentors et d’assister à des discussions ouvertes menées par des entrepreneurs, des experts et des figures clés de la restauration et de l'hôtellerie.

Parmi les nombreux problèmes auxquels est confrontée la jeunesse au Liban, il convient de mentionner le taux de chômage élevé. La numérisation en hausse peut considérablement améliorer les possibilités professionnelles des jeunes. Des compétences comme la capacité d'analyse, l'innovation, l'apprentissage actif, la créativité, ainsi que diverses formes de savoir-faire technologiques sont de plus en plus demandées. Actuellement, les jeunes marginalisés du pays ne sont pas qualifiés dans ces secteurs.

Le programme GIL entend ainsi donner à ces acteurs les moyens de se prendre en charge grâce à des ateliers et des séminaires consacrés à l'entrepreneuriat technologique, à la cybersécurité et au marketing des médias sociaux. Les participants sont invités à assister à une série d'activités, de séminaires, de formations et de programmes afin de combler leurs lacunes professionnelles. En effet, GIL leur fournit les outils nécessaires pour devenir des innovateurs créatifs et visionnaires dans le secteur de leur choix.

BIOWayste: transformer les déchets en ressources

BIOWayste, une start-up soutenue par GIL, a vu le jour grâce aux efforts constants du Dr Yasmine Jabali et de l’ingénieure Reine Metlej. Ce projet consiste à transformer les déchets organiques en gaz de cuisine durable et écologique.

Photo
L'ingénieure Reine Metlej et Carine Kanbar au stand de GIL, à Horeca Connects à Beyrouth. (Photo: Hoda Rizk)

La jeune ingénieure de 25 ans explique à Arab News en français qu'elle a d'abord essayé de travailler avec des organismes publics comme les municipalités. Elle leur a soumis plusieurs rapports et études, mais ceux-ci ont été rejetés pour cause de fonds insuffisants. Au Liban, certaines régions paient d’énormes sommes mensuelles pour des entreprises de collecte de déchets détenues par le secteur privé et soutenues par la classe politique du pays, accusée de corruption. Avec ce projet, la jeune ingénieure veut mettre ses idées innovantes au service de la transformation de la réalité du pays.

« Je suis sûr que nous y arriverons, mais nous ne savons pas quand»

Aujourd'hui, des milliers de jeunes au Liban sont autonomisés grâce à ce projet de l’Unicef. Selon les données fournies à Arab News en français, plus de 18 271 jeunes ont été formés par GIL jusqu’à présent, dont 57% de femmes. Certains acquièrent une formation grâce à des séminaires; d'autres lancent leur entreprise après avoir reçu un capital de départ. Enfin, certains gagnent de l'argent grâce à un approvisionnement par impact.

Photo
Nicolas Oberlin, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial (PAM) au Liban (à droite), lors d'une conférence durant Horeca Connects. (Photo: Hoda Rizk).

Nicolas Oberlin, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial (PAM) au Liban, est optimiste quant à la destinée du pays. « L’avenir du Liban est très prometteur. Il y a un potentiel incroyable, je suis sûr que nous y arriverons mais nous ne savons pas quand », a-t-il affirmé lors d’une conférence à Horeca Connects sur les femmes, les jeunes et l'innovation dans des contextes difficiles.

Au pays du Cèdre, il est plus que jamais nécessaire de donner aux acteurs les plus actifs de la société libanaise, notamment les jeunes et les femmes, à partir de projets comme GIL, les bons outils afin de proposer leurs solutions et d’espérer construire un pays qui les ressemble.


L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance

Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Short Url
  • Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian
  • Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans

ALGER: L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance après 132 ans de colonisation française, dont la mémoire crispe toujours ses relations avec Paris en dépit des gestes symboliques de la France.

Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian, ouvrant la voie à la proclamation d'indépendance de l'Algérie le 5 juillet de la même année, approuvée quelques jours plus tôt par 99,72% des voix lors d'un référendum d'autodétermination.

Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans.

Selon le programme des festivités divulgué par le ministre des Moudjahidines (anciens combattants) Laid Rebiga, un méga-spectacle épique, qui "retracera l'histoire millénaire de l'Algérie", est également prévu lundi soir à l'opéra d'Alger.

Signe de l'importance que revêt l'occasion pour le pouvoir, un logo spécial, de forme circulaire orné de 60 étoiles, a été conçu pour marquer l'anniversaire, avec comme slogan "une histoire glorieuse et une ère nouvelle".

L'indépendance a été arrachée au terme de sept ans et demi de guerre qui a fait des centaines de milliers de morts, faisant de l'Algérie la seule ex-colonie française d'Afrique dans les années 1960 à s'affranchir par les armes de la tutelle de la France.


Syrie: une frappe israélienne fait deux blessés

La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
Short Url
  • Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais
  • Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne

DAMAS : Une frappe aérienne israélienne a été menée samedi matin sur la côte ouest de la Syrie blessant deux civils, rapporte le ministère syrien de la Défense.

«Vers 6H30 ce matin, l'armée ennemie israélienne a mené une frappe» contre des exploitations de volailles près de la localité de Al-Hamidiyeh, au sud de Tartous, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Défense sans fournir d'indications supplémentaires.

Le raid de l'aviation a été mené depuis la mer Méditerranée à l'ouest de la ville libanaise de Tripoli (nord) «et deux civils ont été blessés, dont une femme», précise le ministère, citant une source militaire.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais, alliés du régime syrien.

L'Etat hébreu commente rarement ses frappes contre la Syrie mais affirme qu'il ne laissera pas l'Iran étendre son influence aux frontières d'Israël.

Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne, endommageant les bâtiments et mettant les pistes d'atterrissage hors service.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, les missiles israéliens ont ciblé des dépôts appartenant au Hezbollah libanais et à des forces iraniennes près de l'aéroport en plus de la seule piste encore en service de l'aéroport.

Déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a fait environ 500.000 morts, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.


Cinq morts dans un séisme de magnitude 6 en Iran

Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6
  • La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas

TEHERAN: Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 qui a secoué tôt samedi le sud de l'Iran, selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique IRNA.

En outre, 19 personnes ont été blessées suite à ce séisme qui a secoué la province d'Hormozgan, notamment le village de Sayeh Khosh, le plus touché.

La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas, selon l'Institut sismologique américain (USGS).

Une personne avait déjà été tuée en novembre 2021 dans cette province d'Hormozgan, frappée par des séismes jumeaux de magnitude 6,4 et 6,3.

Situé en bordure de plusieurs plaques tectoniques, l'Iran est une zone de forte activité sismique.

Le tremblement de terre le plus meurtrier d'Iran a été un séisme de magnitude 7,4 survenu en 1990, tuant 40.000 personnes dans le nord du pays.