Huit ans plus tard, on se souvient encore du canon historique du ramadan à La Mecque

Cela fait maintenant huit ans que le canon du Ramadan a cessé de retentir. À La Mecque, la célèbre « montagne du Canon » est située au nord de la Grande Mosquée. (Photo d'archives)
Cela fait maintenant huit ans que le canon du Ramadan a cessé de retentir. À La Mecque, la célèbre « montagne du Canon » est située au nord de la Grande Mosquée. (Photo d'archives)
Short Url
Publié le Lundi 04 avril 2022

Huit ans plus tard, on se souvient encore du canon historique du ramadan à La Mecque

  • La première fois que le canon a été tiré a coïncidé avec la prière du maghrib, ce qui a fait croire aux habitants que le son annonçait la fin du jeûne
  • Depuis le début du mois sacré du Ramadan jusqu'à l'annonce du début de la fête du Fitr, le canon de La Mecque tirait près de 150 coups

La Mecque : À l'approche du Ramadan, les habitants de La Mecque se souviennent du tir du canon de l'iftar, une tradition qui a pris fin depuis huit ans.

Un événement quotidien important s’est déroulé pendant des années lors du mois sacré : les habitants rompaient leur jeûne avec des dattes et de l'eau de Zamzam quand ils entendaient le son distinctif d'un canon tiré au début de la prière du maghrib.

Pic

Selon Ahmed Saleh Halabi, chercheur spécialisé dans l'histoire de La Mecque, les sources historiques indiquent que l'idée n'était pas prévue et que la tradition a d'abord vu le jour au Caire, en Égypte. Il existe plusieurs récits sur les débuts de la pratique, explique-t-il.

CONTEXTE

Certains historiens racontent qu'au coucher du soleil du premier jour du ramadan en 865, le sultan Mamlouk Khosh Qadam voulait tester un nouveau canon qu'il avait reçu. Ainsi, la première fois que le canon a été tiré a coïncidé avec la prière du maghrib, ce qui a fait croire aux habitants que le son annonçait la fin du jeûne. Ils ont alors bien accueilli cette nouvelle pratique, et depuis, le canon a été tiré chaque jour, pour marquer également le début du souhour et de l'imsak.

Certains historiens racontent, qu'au coucher du soleil du premier jour du Ramadan en 865, le sultan Mamlouk Khosh Qadam voulait tester un nouveau canon qu'il avait reçu. Ainsi, la première fois que le canon a été tiré a coïncidé avec la prière du maghrib, ce qui a fait croire aux habitants que le son annonçait la fin du jeûne. Ils ont alors bien accueilli cette nouvelle pratique, et depuis, le canon a été tiré chaque jour, pour marquer également le début du souhour et de l'imsak.

« L'une des versions relate que l'apparition du canon n'était qu'un hasard et qu'il n'était pas du tout destiné à être utilisé à cette fin. Apparemment, des soldats nettoyaient l'un des canons, et un obus est parti dans le ciel du Caire. Il se trouve que c'était à l'heure du maghrib, un jour de Ramadan », dit Halabi.

D'autres sources affirment que la tradition a commencé grâce à la fille de Qadam, qui a entendu le coup de canon accidentel. « Les gens ont cru que le gouvernement avait introduit une nouvelle tradition pour annoncer la fin du jeûne et se sont mis à en parler », raconte Halabi. Fatima, la fille de Qadam, a découvert ce qui s'était passé et a apprécié l'idée. Elle a alors publié un décret ordonnant l'utilisation du canon à l'heure du maghrib, de l'imsak et pendant les fêtes officielles.

« Les gens ont cru que c'était une nouvelle façon d'annoncer la fin du jeûne. Le canon a donc porté le nom de la princesse », précise Halabi.

Les deux versions révèlent que le canon du Ramadan est apparu pour la première fois au Caire, devenant ainsi un son traditionnel signalant la fin du jeûne.

Quant au canon du Ramadan à La Mecque, il fait partie d'une tradition du Ramadan dans le monde islamique, selon Halabi. À La Mecque, une célèbre montagne appelée « montagne du Canon» est située au nord de la Grande Mosquée. Elle s'étend jusqu'à Quaiqian, l'une des montagnes Al-Akhshabayn de La Mecque.

Le canon existant de la ville était situé sur une petite surface de quelque 10 mètres carrés, surplombant le quartier de Jarwal. Il se trouvait depuis 100 ans sur les contreforts de La Mecque ; on l'entendait retentir dans toute la ville à l'heure de la prière.

Le canon du Ramadan de La Mecque tirait des munitions à blanc pesant près de deux kilogrammes, d'après Halabi. Depuis le début du mois sacré du Ramadan jusqu'à l'annonce du début de la fête du Fitr, il tirait près de 150 coups.

2022 est la huitième année consécutive où l'on n'entendra pas le son du canon du Ramadan à La Mecque, poursuit Halabi, qui espère que le rituel associé au mois sacré sera rétabli.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'ambassadeur saoudien en Chine visite le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication

Le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication est l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises (Photo, SPA).
Le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication est l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises (Photo, SPA).
Short Url
  • Al-Harbi a rencontré le chef du Centre, le Dr Yahya Mahmoud ben Junaid, ainsi que plusieurs chercheurs
  • Lors de la rencontre, Al-Harbi et Ben Junaid ont discuté de l'importance des relations entre l'Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: L'ambassadeur saoudien en Chine, Abdulrahman ben Ahmed al-Harbi, s'est rendu dimanche au Centre de recherche et de connaissances en intercommunication, à Riyad, a rapporté l'Agence de presse saoudienne (SPA).

Il s’agit de l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises.

Al-Harbi a rencontré le chef du Centre, le Dr Yahya Mahmoud ben Junaid, ainsi que plusieurs chercheurs.

Ben Junaid a expliqué à Al-Harbi le rôle que joue le Centre dans la préparation d'études sur la Chine et la traduction en mandarin d'ouvrages saoudiens publiés en Chine.

Il [lui] a également présenté l'unité d'études chinoises qui comprend un groupe d'élite de chercheurs saoudiens.

Lors de la rencontre, Al-Harbi et Ben Junaid ont discuté de l'importance des relations entre l'Arabie saoudite et la Chine, de l'évolution des groupes de réflexion et du rôle que joue l'ambassade d'Arabie saoudite en Chine dans l'approfondissement et le développement de ces relations au profit des deux pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Jacques Bouthier: Au Maroc, les présumées victimes subissent une campagne d'intimidation

Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Short Url
  • Les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier
  • Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure

CASABLANCA: Après avoir déposé plainte le 17 juin pour harcèlement sexuel contre l’ex-patron du groupe de courtage d’assurance Assu 2000 les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier, poursuivi et écroué pour traite d’êtres humains et viols sur mineurs.

Après avoir porté l’affaire en justice en ayant saisi le procureur du Roi à Tanger, les présumées victimes ont également souhaité briser le silence médiatique en s’exprimant, pour certaines, face caméra. Elles se disent, aujourd’hui, harcelées et intimidées par l’entourage de l'une des grandes fortunes de l'Hexagone qui n'en est pas à sa première affaire de harcèlement.

Tanger

Jacques Bouthier est soupçonné d’avoir entretenu un système de prédation sexuelle dans son centre d’appel de Tanger. En effet, les présumées victimes ont immédiatement été présentées au patron du groupe après leur recrutement par les ressources humaines.

Selon Khamisse un ex-manager chez Assu 2000 à Tanger, Jacques Bouthier choisissait ses cibles présumées parmi les jeunes employées âgées de 18 à 24 ans qui ne s’expriment pas avec aisance en français. Dans une vidéo virale diffusée sur youtube, il explique que l’ex-PDG choisissait les filles sur place, il passait ensuite l’information à l’un de ses responsables pour que celui-ci gère l’affaire pour lui en prenant contact avec les intéressées.

Plainte

Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure. Les quatre plaignantes, âgées de 26 à 28 ans, ont signé une procuration au nom de l’Association marocaine des droits des victimes qui a déposé plainte auprès du procureur général. En plus de la procédure judiciaire en France portant peu où prou, sur les mêmes chefs d’accusations, Jacques Bouthier est également poursuivi au Maroc pour «traite d'êtres humains», «harcèlement sexuel» et «violences verbales et morales». Selon les avocates de l’association en charge du dossier, les faits reprochés à l’ex-patron se seraient produit entre 2018 et 2022.

Lors d’une conférence de presse organisée avec la participation des présumées victimes, les jeunes femmes ont évoqué, non sans émotion, le harcèlement systématique, les menaces et les intimidations qu’elles auraient subies dans un contexte de précarité sociale pour certaines d’entre elles. 

L’une des plaignantes a affirmé avoir été licenciée après avoir refusé les avances de Jacques Bouthier. Une autre a expliqué qu’elle était considérée comme un bout de viande par le multimillionnaire qui procédait avec la complicité de plusieurs autres salariés du groupe. 

Depuis, même incarcéré, le système mis en place par l'entourage de Jacques Bouthier perdure et tente d'imposer l'omerta en essayant d'acheter le silence des plaignantes selon le témoigne de l'une d'entre elles. 

Âgé de 75 ans, le chef d’entreprise a été mis en examen en mai dernier avec cinq autres personnes, à l’issue d’une enquête préliminaire ouverte mi-mars en France.

L’ex-roi des assurances déchu est aussi poursuivi pour association de malfaiteurs en vue de commettre le crime d’enlèvement et séquestration en bande organisée, ainsi que détention d’images pédopornographiques.

 


Le ministre souligne l'importance de continuer à développer le partenariat entre Bahreïn et le Royaume-Uni

Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Short Url
  • La ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling, est en visite à Manama
  • Le ministre des finances et de l'économie nationale de Bahreïn a souligné la profondeur des relations entre le Royaume-Uni et Bahreïn

RIYADH : Le ministre des finances de Bahreïn a souligné l'importance de continuer à développer le partenariat entre son pays et le Royaume-Uni afin de créer des opportunités d'investissement plus ambitieuses, a rapporté dimanche l'agence de presse de Bahreïn.

Le ministre des finances et de l'économie nationale, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, a également mis en avant le lien qui unit le Royaume-Uni et le Bahreïn et qui a renforcé la coopération économique et le partenariat entre les deux pays.

Le ministre a également souligné l'importance de s'appuyer sur la coopération fructueuse entre les deux pays et d’élargir les horizons afin d’atteindre des ambitions et des objectifs communs.

C’est dans le cadre de la visite à Manama de la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling que ces propos sont intervenus.

Milling a déclaré qu'elle était ravie de visiter Bahreïn et de rencontrer les fonctionnaires de l'ambassade britannique pour en savoir plus sur le « travail en cours avec le gouvernement de Bahreïn. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com