En Syrie, les mines terrestres non explosées continuent d’emporter des vies

Après la défaite de Daech, les Forces démocratiques syriennes et leurs alliés internationaux ont eu pour lourde tâche d’éliminer les mines terrestres et autres munitions non explosées du champ de bataille afin que les familles puissent retourner chez elles. (Ali Ali)
Après la défaite de Daech, les Forces démocratiques syriennes et leurs alliés internationaux ont eu pour lourde tâche d’éliminer les mines terrestres et autres munitions non explosées du champ de bataille afin que les familles puissent retourner chez elles. (Ali Ali)
Short Url
Publié le Mardi 05 avril 2022

En Syrie, les mines terrestres non explosées continuent d’emporter des vies

Après la défaite de Daech, les Forces démocratiques syriennes et leurs alliés internationaux ont eu pour lourde tâche d’éliminer les mines terrestres et autres munitions non explosées du champ de bataille afin que les familles puissent retourner chez elles. (Ali Ali)
  • Des années plus tard, le travail de déminage se poursuit, entravé par les menaces à la sécurité que posent les derniers militants de Daech et le manque de financement
  • Le 8 décembre 2005, l’Assemblée générale des nations unies a proclamé le 4 avril comme Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte antimines

QAMICHLI, Syrie: Il y a trois ans, les Forces démocratiques syriennes et la Coalition mondiale pour vaincre Daech ont repris Baghouz, dernier bastion du groupe extrémiste Daech. 

Après avoir contrôlé un secteur de la taille de l’Angleterre, les combattants du groupe terroriste ont été contraints de se replier dans une zone de quelques centaines de mètres carrés seulement, laissant derrière eux des champs parsemés de milliers de mines terrestres. 

Lorsque les combats ont pris fin et que les derniers postes de Daech ont été éliminés, la confiance des Forces démocratiques syriennes est montée en flèche. Des célébrations ont eu lieu pendant des jours dans toute l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie. 

Cependant, une fois que les tirs ont cessé, les Forces démocratiques syriennes et leurs alliés internationaux ont eu la lourde tâche d’éliminer les mines terrestres et autres munitions non explosées du champ de bataille afin que les familles puissent retourner chez elles. 

Des années plus tard, le travail se poursuit, entravé par les menaces à la sécurité que posent les derniers militants de Daech, le manque de financement en provenance des organismes d’aide internationale et les complexités politiques de la région. 

 

Un démineur expatrié, près de Jarniya en Syrie. (Ali Ali) 
Un démineur expatrié, près de Jarniya en Syrie. (Ali Ali) 

Le 8 décembre 2005, l’Assemblée générale des nations unies a proclamé le 4 avril comme Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte antimines. 

Depuis que la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel, également connue sous le nom de «Traité d’Ottawa», a été ouverte à la signature en 1997, cent soixante-quatre pays y ont adhéré. En 2014, les signataires ont décidé d’éliminer toutes les mines terrestres d’ici à 2025. Cependant, ces armes d’emploi aveugle continuent d’être utilisées aussi bien par les acteurs étatiques que non étatiques dans les zones de conflit. 

Des derniers bastions de Daech à Deir ez-Zor et son ancienne capitale de facto – Raqqa –, à des zones comme Kobané, libérée dès 2015, les routes, les champs et même les bâtiments résidentiels sont toujours parsemés de mines terrestres qui continuent de faire énormément de victimes. 

La tâche d’éliminer ces restes explosifs de guerre incombe à la Roj Mine Control Organization (RMCO), une organisation non gouvernementale (ONG) humanitaire qui travaille en coordination avec le Centre d’action contre les mines du nord-est de la Syrie, le groupe de coordination pour les efforts de déminage dans le nord-est autonome de la Syrie. 

Les organismes locaux et internationaux affirment avoir retiré collectivement quelque trente-cinq mille mines terrestres antipersonnel et antivéhicule dans toute la région, mais il en reste des milliers. 

Mine d’essai désarmée, près de Jarniya en Syrie. (Ali Ali) 
Mine d’essai désarmée, près de Jarniya en Syrie. (Ali Ali) 

À chaque point de contrôle sur les principales autoroutes entre Raqqa, Hassaké et Deir ez-Zor, des panneaux montrant des images de divers types de mines et de munitions explosives ont été installés, avec un message en lettres rouges géantes qui avertit: «Danger! Ne vous approchez pas! Ne touchez pas! Signalez les mines rapidement! Sensibilisez au danger! Protégez-vous de la menace des mines, des restes de guerre et des zones suspectes et dangereuses. Ne vous aventurez pas en terrain inconnu. Si vous repérez quelque chose de suspect, informez les autorités concernées.» 

Tout porte à croire que de tels avertissements sont pleinement justifiés. 

«J’avais 9 ou 10 ans. Je jouais devant chez nous quand une mine a explosé. J’ai passé deux mois et dix jours à l’hôpital. J’étais incapable de me déplacer», déclare Omar al-Omar, désormais âgé de treize ans, à Arab News

EN BREF

Le 4 avril est la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte antimines. Elle vise à sensibiliser au danger des mines terrestres et à favoriser leur éradication.  

Omar a été amputé des deux jambes. Il a retrouvé une certaine mobilité grâce aux prothèses fournies par le Hope Makers Center de Raqqa, une organisation caritative qui a dû suspendre un grand nombre de ses services depuis, en raison d’un manque de financement. «Un jour, j’espère devenir médecin», indique Omar. 

Le Comité des affaires sociales et du travail du Conseil civil de Raqqa a recensé près de deux mille cinq cents personnes qui, comme Omar, ont été mutilées par des mines terrestres dans la seule ville de Raqqa. Amira Hussein, qui travaille au Conseil, estime que le chiffre réel est beaucoup plus élevé. 

Le bras d’Ahmed, 16 ans, porte les séquelles d’une mine qui a explosé en octobre dernier, à Kobané. (Ali Ali) 
Le bras d’Ahmed, 16 ans, porte les séquelles d’une mine qui a explosé en octobre dernier, à Kobané. (Ali Ali) 

«À Raqqa, à chaque coin de rue, vous verrez un homme, une femme ou un enfant avec un membre qui manque», précise-t-elle à Arab News, en faisant défiler sur son ordinateur portable des photos d’enfants de Raqqa avec des membres manquants et des cicatrices de brûlures. 

«Même en 2022, la question des mines est toujours d’actualité. Les gens pensaient qu’une fois la ville de Raqqa libérée, ils retrouveraient leur vie d’antan. Mais quand ils sont rentrés, des mines ont explosé dans leurs maisons.» 

Une grande partie du travail effectué par les organismes de déminage locaux et internationaux se concentre sur Raqqa, puisque la ville a été fortement minée entre 2014 et 2017 lorsqu’elle était sous le contrôle de Daech. 

Bien que des engins explosifs rudimentaires laissés par les militants de Daech soient encore fréquemment découverts en ville, l’essentiel du travail de déminage a lieu en milieu rural.  

«Il y a eu énormément d’explosions de mines au début, mais il y en a beaucoup moins désormais», déclare Yusuf, administrateur d’équipe au sein des Forces de sécurité intérieure de Raqqa. 

«Nous ne voyons des mines que très rarement. Notre équipe a déminé 80 % de la ville de Raqqa.»  

Un membre de l’équipe de déminage des Forces de sécurité intérieure de Raqqa (Asayish) en Syrie. (Ali Ali) 
Un membre de l’équipe de déminage des Forces de sécurité intérieure de Raqqa (Asayish) en Syrie. (Ali Ali) 

Cependant, tous les engins explosifs désamorcés ne sont pas des vestiges de la bataille pour libérer la ville. Les cellules dormantes de Daech continuent leurs activités dans cet endroit, plaçant des explosifs le long des routes et à l’intérieur des bâtiments. 

L’équipe de déminage de Raqqa, qui comprend soixante membres, peut intervenir dans les dix minutes qui suivent le signalement d’un engin, affirme Yusuf. Cette efficacité et ce dévouement ont cependant un prix: dix-neuf de ses membres ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions. 

En plus d’être particulièrement dangereux, le travail de déminage peut également être fastidieux et prendre du temps. Un organisme d’aide internationale, qui a préféré témoigner anonymement pour des raisons de sécurité, démine systématiquement depuis des mois la route qui relie Tal Othman à Jarniya, ne progressant souvent que de quelques mètres par jour. 

Les habitants ont déclaré avoir vu des militants de Daech poser des mines le long de la route pendant sept mois avant que la zone ne soit finalement libérée en 2017. Après trois semaines de travail minutieux, des experts en déminage ont pu localiser et détruire deux mines antichars. 

Des rochers peints en rouge, marquant les limites des zones de sécurité, bordent la route où travaillent les équipes de déminage, tandis que les rochers peints en blanc indiquent des chemins sûrs. Une fois la route entièrement sécurisée et repavée, les communautés de la campagne occidentale de Raqqa auront accès de nouveau aux marchés de la ville de Manbij. 

«C’est un sacrifice pour l’avenir», confie à Arab News un expert étranger en déminage travaillant sur le site. Son visage est dissimulé par une visière de protection. Il doit rester anonyme pour des raisons de sécurité. 

«La dernière fois que je suis parti en vacances, deux enfants sont morts à Raqqa. Gardez cela pour vous.» 

Marqueurs de déminage près de Chaddadi en Syrie. (Ali Ali) 
Marqueurs de déminage près de Chaddadi en Syrie. (Ali Ali) 

Comme à Raqqa, certaines zones de Deir ez-Zor à l’est du pays sont également parsemées de restes explosifs datant de la dernière bataille de Daech. Ici, les cellules dormantes du groupe, opérant près de la frontière avec l’Irak, continuent de représenter une véritable menace pour les équipes de déminage. 

Le Bureau de surveillance, un observatoire de conflits indépendant, situé au nord-est de la Syrie, a recensé quinze attaques contre les forces de sécurité locales par les derniers militants de Daech dans la région de Deir ez-Zor, pour le seul mois de février. Deux d’entre elles auraient été perpétrées au moyen de mines terrestres. 

Outre la difficile tâche de récupérer et de détruire les mines, les organismes locaux et internationaux intervenant à Deir ez-Zor œuvrent également à sensibiliser la communauté à la menace, à ériger des panneaux d’avertissement et à distribuer des documents sur les menaces posées par les restes explosifs et sur la manière dont les gens peuvent rester en sécurité.  

Des organismes tels que la RMCO travaillent directement avec les communautés agricoles et les écoles pour apprendre aux travailleurs et aux enfants – deux des groupes les plus à risque – à reconnaître les engins explosifs et à prendre les mesures nécessaires s’ils en trouvent par hasard. 

La RMCO affirme avoir organisé plus de mille quatre cents séances de sensibilisation aux mines, au cours desquelles l’organisme de déminage s’est entretenu avec près de dix-sept mille sept cents personnes dans le nord et l’est de la Syrie. Dans le même temps, ses équipes ont retiré plus de dix-neuf mille engins explosifs. 

Bien que les agents de la RMCO travaillent selon les normes internationales établies, ils ne disposent souvent pas de machines blindées lourdes et d’équipements de protection individuelle utilisés par les organismes étrangers qui disposent de fonds plus importants, ce qui rend leur travail plus lent et parfois beaucoup plus dangereux. 

Il en va de même pour l’extrême nord de la Syrie, près de la frontière avec la Turquie, où la campagne est toujours jonchée de mines terrestres, entre autres explosifs laissés par la bataille pour la libération de Kobané en 2015. 

Dans un petit village à l’ouest de la ville, on entend le bruit de deux hélicoptères russes au-dessus de nos têtes. Au sommet d’une colline voisine, un poste militaire turc surplombe l’imposant mur frontalier. 

Mohammed Cheikhmous, un agriculteur qui vit à seulement cinquante mètres de la frontière, a perdu l’un de ses fils à cause d’une mine terrestre. 

Stephen Goose, directeur de la division «Armes» de Human Rights Watch. (AFP) 
Stephen Goose, directeur de la division «Armes» de Human Rights Watch. (AFP) 

«Mon fils a marché sur une mine alors qu’il guidait son troupeau de moutons», déclare M. Cheikhmous à Arab News. «Il ne restait plus rien de lui. Nous avons dû rassembler les parties de son corps», poursuit-il. 

Avant cette tragédie, un autre de ses fils avait été grièvement blessé par l’explosion d'une mine terrestre. Le garçon avait passé deux mois à l’hôpital. Il en garde des cicatrices permanentes sur les bras et les jambes. 

En 2021, les mines dans les villages qui entourent Kobané ont coûté la vie à douze personnes, dont six enfants. 

En raison de la complexité politique de la situation dans cette partie de la Syrie, il est difficile pour les équipes de déminage d’obtenir une autorisation d’accès et de travailler. Les organismes doivent, d’une manière ou d’une autre, trouver un moyen de se coordonner avec les milices locales, les forces du régime syrien et les forces russes et turques qui patrouillent conjointement dans la campagne autour de Kobané depuis octobre 2019, dans le cadre d’un accord de «désescalade». 

Tant que les difficultés inhérentes au secteur ne sont pas résolues, les communautés agricoles de part et d’autre de la frontière seront obligées de vivre avec cette menace invisible, mais mortelle. 

«Ce fardeau pèse toujours aussi lourd, même avec la fin de la guerre», déclare Amira Hussein. «Les mines placées à ces endroits sont toujours là», s’alarme-t-elle. 

«De nombreuses personnes sont encore confrontées à ces menaces. Elles ne peuvent pas rentrer chez elles, car elles ne savent jamais à quel moment leur vie sera mise en péril.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Inflation: Les populations du Maghreb et du Moyen-Orient particulièrement affectées

La livre libanaise a perdu environ 95% de sa valeur depuis 2019 (Photo, LTA).
La livre libanaise a perdu environ 95% de sa valeur depuis 2019 (Photo, LTA).
Short Url
  • Les classes moyennes des pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord ressentent aujourd'hui l'impact de la flambée des prix
  • Elles ont subi le triple choc de la pandémie, de la hausse des prix des denrées alimentaires et des carburants, et de l'invasion de l'Ukraine par la Russie

DUBAÏ: Face à des économies en crise, des monnaies en difficulté et une inflation qui sape le pouvoir d'achat, il est clair que les pauvres de la région arabe sont en difficulté. Alors que même les classes moyennes de certains pays commencent à être touchées, de plus en plus de familles ont du mal à se nourrir.
«C'est comme si nous avions été frappés par un tremblement de terre. Tout à coup, vous devez tout laisser tomber», a déclaré Manar, une Égyptienne de 38 ans, mère de deux enfants, à l'Agence France-Presse (AFP).
«Désormais, la vie semi-humaine que les gens avaient se réduit à penser au prix du pain et des œufs.»

Le prix du pain a augmenté dans certains pays arabes en raison de la guerre en Ukraine (Photo, AFP).

La livre égyptienne a perdu la moitié de sa valeur par rapport au dollar depuis mars dernier après une dévaluation exigée par le Fonds monétaire international dans le cadre d'un accord de prêt de 3 milliards de dollars. L'inflation globale annuelle officielle dans le pays a atteint 21,9% en décembre et les prix des denrées alimentaires ont grimpé de 37,9%.
L'économie égyptienne s'était difficilement remise de la pandémie de Covid-19. C'est toutefois l'invasion de l'Ukraine par la Russie qui a déclenché la dernière crise, car ces deux pays sont de gros exportateurs de blé vers l'Égypte et des sources de tourisme de masse.
Selon la Banque mondiale, près d'un tiers de la population égyptienne, soit 104 millions de personnes, vit actuellement sous le seuil de pauvreté, et presque autant sont «vulnérables à la pauvreté».
Par ailleurs, des prévisions économiques inquiétantes pèsent déjà sur l'année 2023. Les économistes prédisent une aggravation de la récession mondiale qui entraînera une nouvelle dépréciation des monnaies, une flambée des prix et une augmentation des taux de chômage et de pauvreté.
L'année dernière, l'économie mondiale a connu de multiples revers. Les pays et les entreprises qui commençaient tout juste à se remettre des confinements, des restrictions et des autres conséquences de la pandémie de Covid-19 ont subi un nouveau coup dur avec le début de la guerre en Ukraine il y a presque un an.
Le conflit a perturbé les chaînes d'approvisionnement mondiales, entraînant une forte hausse des prix des denrées alimentaires et du carburant, aggravant ainsi les pressions inflationnistes. Cette situation a exercé une pression supplémentaire sur les monnaies nationales et la confiance des entreprises, menaçant l'emploi et freinant la croissance.
La dépréciation des monnaies arabes contre le dollar est particulièrement préoccupante pour les pays les plus vulnérables, car les ménages qui avaient constitué une épargne avant la récession ont vu la valeur de leurs économies s'effondrer et les filets de sécurité se dérober sous leurs pieds.

Un activiste libanais brandit des billets de banque factices appelés «Lollars» au cours d'une manifestation visant à dénoncer la corruption qui ravage le pays, à Beyrouth, le 13 mai 2022 (Photo, AFP).

La livre libanaise a récemment atteint son record le plus bas jamais enregistré et a désormais perdu environ 95% de sa valeur depuis le début de la crise financière dans le pays, fin 2019.
La Jordanie, la Syrie et l'Irak connaissent de même des hausses massives du coût des denrées alimentaires, du carburant et d'autres produits de première nécessité. Le pouvoir d'achat des populations continue de baisser, ce qui entraîne des protestations et des vagues occasionnelles de violence.
La vie d'environ 130 millions de personnes dans la région est désormais rongée par la pauvreté, selon l'enquête sur les développements économiques et sociaux dans la région arabe, publiée en décembre par la Commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie occidentale (Cesao).
 


Au Yémen, une unité militaire créée dans le cadre de la stratégie de reconstruction

Le président du Conseil présidentiel du Yémen, Rashad al-Alimi, rencontre l'envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, Hans Grundberg, à Aden, au Yémen, le 10 mai 2022 (Photo, Reuters).
Le président du Conseil présidentiel du Yémen, Rashad al-Alimi, rencontre l'envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, Hans Grundberg, à Aden, au Yémen, le 10 mai 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Rashad al-Alimi a émis un ordre établissant la Force du Bouclier de la nation comme réserve sous son commandement
  • La Commission de consultation et de réconciliation met en garde contre la légitimation de la prise de pouvoir des Houthis dans les pourparlers

AL-MUKALLA: Un nouveau groupe militaire au Yémen, la Force du bouclier de la nation, a été créé par le président du Conseil présidentiel, Rashad al-Alimi, dans le but d'unifier les groupes armés et les unités dispersées dans les territoires contrôlés par le gouvernement.
L'agence de presse officielle SABA a rapporté dimanche soir qu'Al-Alimi a émis un ordre présidentiel établissant la Force du bouclier de la nation comme troupe de réserve sous son commandement et nommant à sa tête un officier militaire peu connu, le brigadier Basher Saif Qaid Ghobair al-Subaihi.
SABA a indiqué que le dirigeant yéménite publiera un autre décret précisant le nombre, l'objectif et le lieu de déploiement des forces.
Al-Subaihi a fait partie des milliers de Yéménites qui ont combattu les Houthis soutenus par l'Iran lorsque la milice a conquis en 2015 la ville portuaire d'Aden, dans le sud du pays.
Des responsables et des experts au Yémen ont déclaré que les combattants de la résistance ainsi que les forces militaires et de sécurité qui ont combattu les Houthis seraient recrutés et recevraient une formation militaire officielle, ainsi que des grades dans la nouvelle unité.
Le général de brigade Mohammed al-Kumaim, un analyste militaire yéménite, a indiqué à Arab News que la nouvelle unité comprendra des forces militaires et de sécurité actives sur le terrain, ainsi que des unités provenant de zones militaires. Cette procédure fait, selon lui, partie d'une stratégie visant à légitimer les unités actives sur le terrain et à les unir sous la direction des institutions du pays.
«Ces forces ne sont pas nouvelles et sont déjà présentes sur le champ de bataille. Ceci s'inscrit dans le cadre de la réorganisation et du repositionnement du ministère yéménite de la Défense, et de la réorganisation de ses forces militaires», a déclaré Al-Kumaim, ajoutant que les troupes de la nouvelle unité participeront aux opérations militaires contre les Houthis dans tout le Yémen.
Ce dernier a rejeté les critiques des opposants qui accusent le leader yéménite de créer une force sous son commandement pour concurrencer les armées privées des autres membres du conseil.
«En tant que commandant en chef des forces armées, il commande toutes les forces sur le terrain et a le pouvoir de former toute nouvelle force. Il n'y a pas de concurrence», a assuré Al-Kumaim.
Dans une interview accordée à la chaîne de télévision Al Arabiya le mois dernier, Al-Alimi a souligné que la priorité du conseil était de rassembler divers groupes militaires sous un seul centre de commandement. Il a par ailleurs reconnu que la fusion des forces sous l'égide du ministère de la Défense pourrait ne pas avoir lieu dans un avenir proche.
En avril dernier, l'ancien président Abed Rabbo Mansour Hadi a transféré son autorité au Conseil présidentiel de direction, composé de huit membres et dirigé par Al-Alimi. Ce conseil comprend des responsables militaires et politiques ainsi que de nombreux gouverneurs de province tels que Aidarous al-Zubaidi, le président du Conseil de transition du Sud pro-indépendance, Tareq Mohammed Abdullah Saleh, le commandant des forces de la Garde républicaine et Abdul Rahman al-Muharami, le commandant de la Brigade des géants.
Par ailleurs, la Commission de consultation et de réconciliation, organe consultatif du Conseil présidentiel, a conseillé au gouvernement yéménite d'œuvrer à l'instauration de la paix au Yémen et de s'attaquer aux difficultés économiques du pays. Elle l’a toutefois mis en garde contre la légitimation de la prise de pouvoir militaire des Houthis dans le cadre de toute négociation directe avec la milice.
«Nous avons souligné la nécessité d'un dialogue politique approfondi et direct entre la légitimité dirigée par le Conseil présidentiel de direction et la milice houthie sur la base de la légitimité et du coup d'État», a déclaré Mohammed al-Ghaithi, le chef de la commission, sur Twitter après une réunion virtuelle avec d'autres membres dimanche.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: Le président limoge deux ministres

Le président tunisien Kais Saied (Photo, AFP).
Le président tunisien Kais Saied (Photo, AFP).
Short Url
  • Début janvier, le président avait déjà limogé la ministre du Commerce
  • Les deux nouveaux limogeages interviennent dans un contexte de tensions politiques

TUNIS: La présidence tunisienne a annoncé lundi soir le limogeage des ministres de l'Agriculture et de l'Éducation, sans donner d'explications, dans un contexte de pénuries de produits de base, dont le lait, et de grèves sporadiques dans l'enseignement. 

Le président Kais Saied a décidé "un remaniement partiel en nommant Mohamed Ali Boughdiri comme ministre de l'Éducation" en remplacement de Fethi Sellaouti, a annoncé un communiqué de la présidence. Le ministre de l'Agriculture Elyes Hamza a été remplacé par Abdelmomen Belati, a ajouté la présidence.

Début janvier, le président avait déjà limogé la ministre du Commerce Fadhila Rebhi Ben Hamza et Fakher Fakhfakh, le gouverneur de Sfax, deuxième ville du pays, engluée depuis des mois dans une crise autour de la gestion de ses déchets.

La ministre du Commerce avait été le premier membre du gouvernement de Najla Bouden, formé en novembre 2021, à être limogé par le président Saied.

Les deux nouveaux limogeages interviennent dans un contexte de tensions politiques, le pays étant en proie à de profondes divisions depuis le coup de force du président Saied qui s'est arrogé tous les pouvoirs en juillet 2021.