Au Soudan, un mort lors des manifestations antiputsch

Cette mort porte à 94 le bilan des manifestants tués depuis le putsch du 25 octobre (Photo, AFP).
Cette mort porte à 94 le bilan des manifestants tués depuis le putsch du 25 octobre (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 07 avril 2022

Au Soudan, un mort lors des manifestations antiputsch

  • Depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux, les militants au Soudan promettent «la tempête» ou «le séisme du 6 avril»
  • Ils veulent, disent-ils, en finir avec les généraux – quasiment toujours au pouvoir en 66 ans d'indépendance – et surtout la vie chère

KHARTOUM : "Non au pouvoir militaire", "Non au gouvernement de la faim"! Par milliers, les Soudanais ont manifesté mercredi dans plusieurs régions du pays, et à Khartoum un jeune manifestant a été tué par balles, selon une source médicale.   

Les protestataires contre le coup d'Etat du 25 octobre 2021 avaient choisi de manifester le 6 avril pour marquer un double anniversaire: celui de deux révoltes (1985 et 2019) qui à 34 ans d'écart ont fait tomber deux présidents putschistes.

Depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux, les militants au Soudan, englué dans une grave crise politique et économique depuis le putsch du général Abdel Fattah al-Burhane le 25 octobre, promettent "la tempête" ou "le séisme du 6 avril".

Ils veulent, disent-ils, en finir avec les généraux – quasiment toujours au pouvoir en 66 ans d'indépendance – et surtout la vie chère, avec une livre soudanaise en chute libre et une inflation à plus de 250%.

En cette journée de ramadan, décrétée fériée par le pouvoir militaire et sous une chaleur écrasante, les manifestants sont sortis dans le Sud, l'Est côtier ou le Darfour, une région de l'Ouest ravagée par les guerres, ont rapporté des témoins à l'AFP. 

A Khartoum, des défilés ont été accueillis par des salves de grenades lacrymogènes tirées par les forces de sécurité, selon les témoins. Mêmes tirs à Omdourman, sa banlieue, et à Wad Madani (sud).

Les forces de sécurité "ont pris d'assaut" un hôpital dans la capitale soudanaise, y tirant des grenades lacrymogènes et "provoquant des problèmes respiratoires chez des médecins et des patients", a affirmé un syndicat de médecins prodémocratie.

Dans la soirée, ce syndicat annonçait la mort d'un protestataire de 19 ans.

Cette mort porte à 94 le bilan des manifestants tués depuis le putsch du 25 octobre.

«Avril, mois des victoires»

"Avril est le mois des victoires pour les Soudanais", s'enthousiasme Jaafar Hassan, des Forces de la liberté et du changement (FLC), coalition civile anti-Béchir mais qui a volé en éclats avec le putsch. 

Le 6 avril 1985, la rue poussait l'armée à évincer le président Jaafar al-Nimeiri, lui-même un officier. Le 6 avril 2019, la foule entamait un sit-in et forçait les généraux à mettre quelques jours plus tard un point final à 30 ans de dictature du général Omar el-Béchir.

Trois ans plus tard jour pour jour, "on veut dégager les putschistes et ne plus jamais vivre de coups d'Etat", explique à l'AFP le manifestant Badoui Bachir à Khartoum.

Les autorités ont fermé dès mardi soir à Khartoum les ponts menant vers les banlieues et déployé des troupes aux abords du siège de l'armée et du palais présidentiel, les deux QG du général Burhane, qui concentrent la fureur populaire.

Depuis octobre, la répression des anti-putsch a fait 93 morts et des centaines de blessés, les rafles de militants ont continué, selon des médecins pro-démocratie.

Avant les manifestations de mercredi, Washington a appelé à "ne pas recourir à la violence" et à "punir les responsables d'abus".

Pain, électricité, essence

 En rétorsion au putsch, l'Etat a perdu toute l'aide internationale - soit 40% de son budget.  

Depuis, le prix du pain a flambé, celui de l'électricité a été multiplié par six et celui de l'essence varie d'une heure à l'autre...

D'ici fin 2022, estime l'ONU, près de la moitié des 45 millions de Soudanais seront en insécurité alimentaire dans le pays, l'un des plus pauvres au monde brièvement sorti de décennies d'embargo après la chute de Béchir.

Dans le même temps, le putsch a entraîné un vide sécuritaire, qui a favorisé pillages, conflits tribaux, attaques armées et viols dans différentes régions.

Le général Burhane, lui, continue de soutenir qu'il ne "remettra le pouvoir qu'à une autorité de confiance et élue qui conviendrait à tous".

Et il menace de manière de plus en plus tonitruante d'expulser l'émissaire de l'ONU qui plaide pour des négociations et un retour au partenariat militaires-civils.

En face, chez les civils, l'idée d'une nouvelle alliance avec les militaires a fait long feu.

En juin 2019, des hommes en treillis ont tué au moins 128 manifestants qui réclamaient un pouvoir civil et non les généraux qui avaient remplacé Béchir.   

"Nous avons essayé le partenariat avec les militaires et il a échoué, nous ne ferons pas deux fois la même erreur", affirme M. Hassan, des FLC.       


L’Arabie saoudite annonce le lancement de projets de développement vitaux au Yémen

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane, s’entretient avec le président du conseil présidentiel du Yémen, le Dr Rachad al-Alimi. (SPA)
Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane, s’entretient avec le président du conseil présidentiel du Yémen, le Dr Rachad al-Alimi. (SPA)
Short Url
  • Ces initiatives comprennent dix-sept projets de développement dans six secteurs, évalués à 400 millions de dollars
  • 200 millions de dollars supplémentaires serviront à fournir des dérivés du pétrole pour faire fonctionner les centrales électriques

RIYAD: L’Arabie saoudite a annoncé le lancement de plusieurs projets de développement vitaux au Yémen visant à stimuler l’économie, a déclaré jeudi le vice-ministre de la Défense du Royaume.

«Ces initiatives comprennent dix-sept projets de développement dans six secteurs, évalués à 400 millions de dollars (1 dollar = 0,96 euro), ainsi que plus de 200 millions de dollars pour fournir des dérivés du pétrole aux centrales électriques», a tweeté le prince Khaled ben Salmane.

Les projets seront mis en œuvre par le Programme saoudien de développement et de reconstruction du Yémen et ont pour objectif d’aider le peuple yéménite.

Le prince Khaled s’est entretenu avec le président du conseil présidentiel du Yémen, le Dr Rachad al-Alimi, et avec les membres du conseil afin de leur transmettre le soutien et la reconnaissance du Royaume pour leurs efforts.

Le vice-ministre de la Défense a affirmé que l’Arabie saoudite s’engageait à soulager les souffrances au Yémen et à assurer la sécurité, la paix, la stabilité et le développement économique.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Libye: les discussions à Genève se terminent sans accord sur les élections, selon l'ONU

Les pourparlers menés à l'ONU entre les présidents des deux chambres libyennes rivales ont pris fin sans accord (Photo, Twitter).
Les pourparlers menés à l'ONU entre les présidents des deux chambres libyennes rivales ont pris fin sans accord (Photo, Twitter).
Short Url
  • Deux gouvernements se disputent le pouvoir depuis mars
  • L'un basé à Tripoli et dirigé par Abdelhamid Dbeibah depuis 2021 et un autre conduit par Fathi Bachagha et soutenu par le camp du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est

GENEVE: Les pourparlers menés à l'ONU entre les présidents des deux chambres libyennes rivales ont pris fin sans accord sur un cadre constitutionnel permettant la tenue d'élections nationales.

"Si les progrès réalisés lors des trois cycles de consultations au Caire et de ce cycle à Genève sont importants, ils restent insuffisants", a déclaré l'émissaire de l'ONU, Stephanie Williams, à l'issue de ces trois jours de discussions menées au siège de l'ONU à Genève.

Deux gouvernements se disputent le pouvoir depuis mars: l'un basé à Tripoli et dirigé par Abdelhamid Dbeibah depuis 2021 et un autre conduit par Fathi Bachagha et soutenu par le camp du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est.

Des scrutins présidentiel et législatif devaient initialement se tenir en décembre 2021 en Libye, pour couronner un processus de paix parrainé par l'ONU après les violences de 2020.

Mais ils ont été reportés sine die, en raison de fortes divergences entre rivaux politiques et des tensions sur le terrain, avec des affrontements armés de plus en plus récurrents entre milices rivales à Tripoli.

"Malgré les progrès réalisés pendant les négociations cette semaine entre les chefs des chambres, un désaccord persiste sur les conditions d'éligibilité des candidats aux premières élections présidentielles", a affirmé Mme Williams.

Selon les médias libyens, les divergences portent notamment sur la possibilité pour les double nationaux de se présenter ou pas.

L'exclusion des double nationaux reviendrait en effet à exclure Khalifa Haftar, qui détient la nationalité américaine.

"J'exhorte les deux chambres à surmonter le désaccord pendant dès que possible. Je continue également d'exhorter tous les acteurs et toutes les parties en Libye à ne pas prendre de mesures précipitées et à souligner que le calme et la stabilité doivent être maintenus", a indiqué Mme Williams.

Elle a par ailleurs fait état "de consensus sans précédent sur un certain nombre de questions de longue date, notamment la désignation du siège et la répartition des sièges pour les deux chambres du pouvoir législatif".

Mme Williams a également cité "la répartition des responsabilités entre le président, le Premier ministre, le cabinet et le gouvernement local; la forme spécifique de décentralisation, y compris la délimitation du nombre de gouvernorats et leurs pouvoirs; un mécanisme de répartition des revenus pour les différents niveaux de gouvernement; et une représentation accrue des composantes culturelles".

La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute du régime du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.


De hauts responsables politiques britanniques préviennent qu'un nouvel accord sur le nucléaire iranien «déstabiliserait le Moyen-Orient»

Les changements comprennent l'introduction d'un régime de surveillance plus strict de l'activité nucléaire iranienne. (Fichier/AFP)
Les changements comprennent l'introduction d'un régime de surveillance plus strict de l'activité nucléaire iranienne. (Fichier/AFP)
Short Url
  • Les députés Travaillistes et Libéraux-démocrates soutiennent les anciens ministres conservateurs qui insistent sur des modifications au nouveau projet d'accord
  • Ces changements comprennent l'adoption d'une attitude plus sévère pour contrôler les activités «déstabilisatrices» de l'Iran

LONDRES: Trois anciens ministres britanniques entendent mettre en garde sur le fait qu'un nouvel accord nucléaire iranien déstabiliserait le Moyen-Orient, en guise d’avertissement au soutien du gouvernement à cet accord.

L'ancien secrétaire à la défense Liam Fox, l'ancien secrétaire aux communautés Robert Jenrick et l'ancien secrétaire gallois Stephen Crabb soutiennent tous une motion qui sera débattue au Parlement, énumérant une série de modifications au projet qui ont été proposées et qui, selon eux, compromettront la volonté de Téhéran de se diriger vers les armes nucléaires.

Ces changements comprennent l'introduction d'un régime de surveillance plus strict de l'activité nucléaire iranienne et l'adoption d'une attitude plus sévère pour contrôler les activités «déstabilisatrices» de l'Iran.

La motion qui sera débattue aujourd'hui stipule ce qui suit: «Cette Assemblée exprime sa profonde inquiétude face à la perspective imminente d'un Iran doté de l'arme nucléaire; demande au gouvernement, dans le cadre de ses négociations en cours concernant l'accord sur le Plan d'action global conjoint, de chercher à prolonger les clauses de suspension, d'adopter un régime de surveillance plus strict, de maintenir les interdictions relatives au terrorisme et d'élargir son champ d'action pour y inclure les autres activités déstabilisatrices de l'Iran dans la région.»

Les députés conservateurs et les partisans des partis d'opposition travaillistes ainsi que les Libéraux-démocrates seraient préoccupés par l'accord actuel remodelé, qui reste sujet à des négociations et vise à remplacer l'accord de 2015 dont les États-Unis se sont retirés sous le mandat de l'ancien président Donald Trump.

Cet accord nucléaire iranien initial, appelé Plan d'action global conjoint (PAGC), avait été signé avec le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine, la France, l'Allemagne, la Russie et l'UE. En vertu de cet accord, Téhéran acceptait de freiner son développement nucléaire en échange de la levée des sanctions économiques.

S'adressant au Telegraph, Jenrick a déclaré: «Le PAGC était une réponse inadéquate au programme nucléaire iranien en 2015. Pourquoi reviendrions-nous à cet accord alors qu'il a singulièrement échoué à réduire l'enrichissement d'uranium de l'Iran?»

«En cette période cruciale, l'Occident doit de toute urgence changer de cap dans sa stratégie. Tolérer avec faiblesse les agressions et les violations flagrantes de l'Iran par crainte d'un échec des pourparlers nous a conduits sur une voie dangereuse. Il est temps d'adopter une approche plus ferme, d’imposer à nouveau des sanctions à l'Iran et de resserrer la vis économique jusqu'à ce que ce pays soit prêt à accepter des propositions sérieuses.»

Il a ajouté: «Le Royaume-Uni devrait suivre la trace des États-Unis et considérer le Corps des gardiens de la révolution islamique comme une organisation terroriste.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com