Israël dit vouloir préserver le statu quo sur les lieux saints à Jérusalem

Des Palestiniens agitent des drapeaux nationaux et islamiques à l'intérieur du complexe de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem après les prières du troisième vendredi du mois sacré musulman du Ramadan, le 22 avril 2022. (AFP)
Des Palestiniens agitent des drapeaux nationaux et islamiques à l'intérieur du complexe de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem après les prières du troisième vendredi du mois sacré musulman du Ramadan, le 22 avril 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 24 avril 2022

Israël dit vouloir préserver le statu quo sur les lieux saints à Jérusalem

  • «Les musulmans prient sur le Mont du Temple, les non-musulmans peuvent seulement le visiter. Il n'y a pas de changement et il n'y aura pas de changement», a déclaré M. Lapid
  • Après des attaques meurtrières en Israël, dont des opérations de l'armée israélienne en Cisjordanie occupée, des violences ont éclaté à la mi-avril à l'esplanade des Mosquées

JERUSALEM : Israël "ne changera pas" le statu quo sur l'esplanade des Mosquées de Jérusalem, selon lequel les musulmans peuvent prier sur ce lieu saint mais pas les fidèles des autres religions, a assuré dimanche son chef de la diplomatie Yaïr Lapid à l'heure où la communauté internationale craint un nouvel embrasement de violences.

"Les musulmans prient sur le Mont du Temple, les non-musulmans peuvent seulement le visiter. Il n'y a pas de changement et il n'y aura pas de changement", a déclaré M. Lapid après des violences sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam, considéré comme le lieu le plus sacré du judaïsme sous son nom de "Mont du Temple".

Après des attaques meurtrières en Israël, dont deux perpétrées par des Palestiniens, puis des opérations de l'armée israélienne en Cisjordanie occupée ayant fait une vingtaine de morts, des violences ont éclaté à la mi-avril à l'esplanade des Mosquées. Celles-ci font craindre une nouvelle escalade entre Israël et des mouvements armés palestiniens, un après une guerre de 11 jours entre l'Etat hébreu et le Hamas, mouvement islamiste armé au pouvoir à Gaza.

Vendredi, plus d'une cinquantaine de Palestiniens ont été blessés dans des heurts avec la police israélienne, qui a indiqué être intervenue après que des jeunes "émeutiers" ont lancé des pierres depuis l'esplanade vers le Mur des Lamentations en contrebas alors que les juifs célébraient Pessah, leur Pâque.

L'esplanade des Mosquées est située dans la partie orientale, palestinienne, de Jérusalem, occupée depuis 1967 par Israël. Ce lieu saint est administré par la Jordanie, mais son accès est contrôlé par l'Etat hébreu.

«Hébronisation»?

Au cours des dernières années, le nombre de juifs se rendant sur l'esplanade a augmenté, et a atteint un record la semaine dernière, avec plus de 3.800 juifs pour Pessah, selon l'organisme israélien chargé des visites. Et malgré l'interdiction pour les non-musulmans d'y prier, de nombreux fidèles juifs y sont régulièrement aperçus en train de prier subrepticement. 

Les tensions à l'esplanade des Mosquées "sont motivées par des préoccupations sur l'accès des Juifs au site et leur capacité d'y prier", explique à l'AFP Ofer Zalzberg, spécialiste du conflit israélo-palestinien. 

Des Palestiniens ont exprimé à l'AFP leur crainte de voir l'esplanade devenir comme la mosquée Ibrahimi, appelée "Caveau des Patriarches" par les Juifs, à Hébron, en Cisjordanie occupée. 

Sous contrôle musulman pendant des siècles, ce site a été divisé en une partie accessible aux juifs et une autre aux musulmans après l'attaque perpétrée sur place en 1994 par un extrémiste juif, qui a tué 29 musulmans. 

"Il y a des messages sur les réseaux sociaux palestiniens selon lesquels le gouvernement israélien a décidé de diviser l'esplanade (de Jérusalem) pour prier, ce qui n'est pas le cas. Mais cette peur est là et elle doit être prise au sérieux car elle pousse des gens à agir", témoigne M. Zalzberg.  

Israël "n'a aucune intention de diviser pour deux religions" l'esplanade des Mosquées, a soutenu dimanche le ministre Lapid, accusant les mouvements islamistes palestiniens du Hamas et du Jihad Islamique de "propager" de "fausses nouvelles", pour "créer une irruption de violence".

Intervention «justifiée»

Les images du déploiement des forces policières israéliennes sur l'esplanade des Mosquées, et dans la mosquée locale Al-Aqsa, qui circulent en boucle sur les chaînes arabes ont suscité de vives réactions au Moyen-Orient.

L'ONU et les Etats-Unis ont notamment appelé à une "désescalade" alors que des roquettes ont été tirées la semaine dernière depuis la bande de Gaza, territoire palestinien sous blocus israélien, vers l'Etat hébreu. 

Le déploiement de la police à l'esplanade était "justifié" car il a permis "d'éviter un désastre", a plaidé dimanche M. Lapid, en adressant une mise en garde au Hamas. 

Début avril, Israël avait annoncé son intention de quasi doubler le nombre de permis de travail pour les Palestiniens de Gaza, où le chômage avoisine les 50%, pour le faire passer à 20.000 si la situation demeurait calme pendant le mois en cours de ramadan. 

"Mais à l'aune des événements récents, nous devrons malheureusement réétudier cette mesure attentivement", a déclaré Yair Lapid. Dimanche, le gouvernement a fermé pour un jour l'accès à Israël aux travailleurs palestiniens de Gaza.   


Mohammed ben Salmane reçoit le président ouzbek à Djeddah

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev (Photo, SPA).
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev (Photo, SPA).
Short Url

RIYAD: Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev mercredi à Djeddah.

 

Plus d’infos à suivre


OMS : le Maroc dans le Top 3 pour la hausse de l'espérance de vie en Afrique

Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé. (Photo, AFP)
Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Maroc n’est pas seul sur le podium puisqu’il est accompagné par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans
  • Le Maroc est rejoint sur le podium par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans.

CASABLANCA : Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), sur 12 pays du continent, le Maroc fait partie des trois premiers où l’espérance de vie est la plus forte. 

Le Maroc est rejoint sur le podium par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans.

Le rapport de l’OMS qui couvre une période de 19 ans (de 2000 à 2019) révèle qu’en Afrique, l'espérance de vie «en bonne santé» est passée de 47 à 56 ans en Afrique, contre 64 ans de moyenne mondiale, la couverture des services de santé essentiels s’est également améliorée, passant de 24% en 2000 à 46% en 2019.

Selon Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l'Afrique, la volonté de la région africaine d’améliorer la santé et le bien-être de la population explique cette augmentation, «Mais les progrès doivent continuer. Si les pays ne renforcent pas les mesures contre la menace du cancer et d'autres maladies non transmissibles, les avancées en matière de santé pourraient être compromises» a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, si des efforts ont été déployés pour rétablir les services essentiels affectés par la crise sanitaire, la plupart des gouvernements africains financent moins de 50% de leurs budgets de santé, ce qui se traduit par d’importants déficits de financement. 

Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé.

 


Brûlée par son mari en raison d’une grossesse non désirée, une Libanaise meurt à l'hôpital

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours. (Photo fournie)
Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours. (Photo fournie)
Short Url
  • Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a passé onze jours en soins intensifs pour des brûlures sur tout le corps
  • Son mari a été arrêté alors qu'il prévoyait de fuir à l’étranger

DUBAÏ: Une femme libanaise enceinte qui avait été violemment battue et brûlée par son mari parce qu'elle ne voulait pas avorter est décédée à l'hôpital mercredi.

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a perdu sa lutte pour la vie à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours.

Un médecin de l'hôpital a déclaré mardi que Hana avait été admise à l’hôpital le 6 août, et qu’elle recevait un traitement pour des brûlures sur tout le corps.

Il a ajouté que l’enfant qu’elle portait était mort et qu’il a dû être retiré par intervention chirurgicale. Il a décrit les chances de survie de Hana comme «très faibles».

Un ami de la famille, Abdel Rahman Haddad, a affirmé à Arab News que Hana était décédée mercredi. Un responsable de l'hôpital a confirmé la nouvelle et a déclaré que son corps avait déjà été réclamé par sa famille.

Selon les médias locaux, le mari de Hana, identifié uniquement par les initiales A. A., a battu sa femme parce qu'elle refusait d'avorter.

Il aurait déclaré que le couple – d'un milieu pauvre de la ville de Tripoli, dans le nord du pays – n'avait pas les moyens d’élever cet enfant.

S'adressant à Al-Jadeed TV mardi, la tante de Hana a confié: «Quand elle a refusé d'avorter, il l'a ramenée à la maison et l'a brûlée au moyen d’une bonbonne de gaz.»

Abdel Rahman Haddad a indiqué que A. A. avait été arrêté par les Forces de sécurité intérieure libanaises alors qu'il prévoyait de fuir le pays.

Avant son décès, la famille de Hana avait lancé plusieurs appels à un soutien financier pour l'aider à payer le traitement hospitalier, qui comprenait de multiples opérations et des transfusions sanguines.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com