Sous l'effet du coronavirus, le déficit US s'envole à un niveau historique

Les comptes de la première économie mondiale ont ainsi été plombés par l'explosion des dépenses publiques, qui ont "considérablement augmenté", souligne le département du Trésor dans son communiqué (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 17 octobre 2020

Sous l'effet du coronavirus, le déficit US s'envole à un niveau historique

  • Le déficit de l'Etat fédéral pour l'exercice 2020 clos en septembre atteint 3.132 milliards de dollars, contre 984 milliards en 2019, soit un triplement
  • C'est de loin le plus important déficit jamais enregistré par les Etats-Unis, puisqu'il représente plus du double du précédent record

WASHINGTON: Le déficit budgétaire des Etats-Unis a grimpé à un niveau historique en 2020, en raison des dépenses engagées pour aider l'économie à faire face à la crise provoquée par le Covid-19. Il dépasse les 3.000 milliards de dollars, battant de très loin son précédent record.

Le déficit de l'Etat fédéral pour l'exercice 2020 clos en septembre atteint 3.132 milliards de dollars, contre 984 milliards en 2019, soit un triplement, a dévoilé vendredi le Trésor américain.

C'est de loin le plus important déficit jamais enregistré par les Etats-Unis, puisqu'il représente plus du double du précédent record.

L'année 2020 vient donc détrôner 2009, quand, en pleine récession liée à la crise financière, le déficit avait grimpé à 1.400 milliards de dollars.

Les comptes de la première économie mondiale ont ainsi été plombés par l'explosion des dépenses publiques, qui ont "considérablement augmenté", souligne le Trésor dans son communiqué.

Elles ont bondi de 47%, pour atteindre 6.500 milliards de dollars.

Le mois de mars avait en effet vu le Covid-19 se propager sur le territoire américain.

Les travailleurs qui le pouvaient ont alors été contraints de travailler de chez eux, tandis que commerces et restaurants avaient dû fermer, licenciant, au moins temporairement, leurs salariés.

La Maison Blanche et le Congrès avaient adopté en urgence un plan de relance de 2.200 milliards de dollars, rallongé de 500 milliards en avril, et qui comprenait, entre autres, des chèques directs aux Américains, une aide supplémentaire pour les chômeurs, ou encore des prêts pour aider les petites et moyennes entreprises à continuer à payer les salaires.

Chômage

Ces mesures n'ont toutefois pas empêché des dizaines de millions de licenciements, faisant grimper à des niveaux jamais vus les allocations chômage, dont les droits avaient par ailleurs été ouverts à d'autres travailleurs, les indépendants notamment.

Résultat, les dépenses du département du Travail ont atteint en 2020, 477,5 milliards de dollars, soit 441,1 milliards de dollars de plus que prévu.

"Cette augmentation est principalement attribuable à des dépenses plus élevées pour l'assurance-chômage", explique le Trésor dans son communiqué.

Le taux de chômage, qui était de 3,5% en février, a culminé à 14,7% en avril.

Quant aux recettes, elles ont elles aussi contribué à faire grimper le déficit. Elles ont très peu diminué par rapport à 2019, mais le gouvernement fédéral, pensait initialement pouvoir récolter un peu plus d'argent.

Mais la chute inattendue des revenus de millions d'entreprises et d'Américains a réduit le montant des impôts qu'ils ont versés.

La dette s'alourdit

Le déficit avait déjà fortement grimpé en 2019, frôlant les 1.000 milliards de dollars au moment pourtant où l'économie américaine était au meilleur de sa forme après dix années de croissance.

Sans surprise, la dette s'alourdit aussi, pour atteindre 26.900 milliards de dollars à fin septembre.

Pour l'heure, l'Etat peut compter sur un coût de la dette contenu à la faveur de taux d'intérêt proches de zéro.

Mais à long terme, le service de la dette risque de se traduire par une baisse de budgets alloués à des programmes d'éducation ou sociaux, ont mis en garde les économistes.

Pourtant, Donald Trump, pendant sa campagne présidentielle de 2016, s'était lui-même surnommé "le roi de la dette", critiquant avec virulence les dépenses supposées trop larges engagées par les démocrates, sous l'administration Obama.

L'administration Trump et les démocrates discutent depuis trois mois, pour tenter d'adopter un nouveau plan de relance, qui se heurte aux profonds désaccords entre les deux camps en particulier sur son montant, qui constituera un fardeau supplémentaire au budget de l'Etat.

Après de multiples volte-face, la Maison Blanche veut des mesures ciblées, comme des actions pour les PME ou des aides pour les compagnies aériennes.

Les démocrates, dont la présidente à la chambre des représentants Nancy Pelosi, veulent un paquet de mesures plus vaste évalué à 2.200 milliards de dollars.


Artcurial, leader français des enchères, présente le bilan de sa première année au Maroc

La filiale marocaine tiendra ses prochaines ventes le 30 décembre 2020 à La Mamounia de Marrakech (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette année, Artcurial présentera un catalogue riche et varié qui comptera notamment des ventes d’objets et de mobilier design, de toiles de maîtres anciens, d’automobiles...
  • Une exposition sur quatre jours, avant la vente aux enchères, sera programmée pour permettre aux clients potentiels et au public de découvrir les œuvres

PARIS: La filiale de la maison de vente Artcurial, leader français des enchères, inaugurée en octobre 2016 à Marrakech, fait le bilan de sa première année dans le royaume chérifien. L’entreprise française, qui a développé des liens avec sa clientèle marocaine depuis de nombreuses années, confirme que 40 % des lots ont été achetés par la clientèle locale. La maison a fait savoir que les transactions seront réalisées en dirhams. «Cela confirme l’intérêt croissant en faveur des arts et de la culture dans le Royaume», précise Olivier Berman, directeur associé d’Artcurial Maroc.

Bilan positif

Majorelle et ses contemporains, la première vente, réalisée en décembre 2019, a connu un franc succès. En effet, selon la direction d’Artcurial, l’événement a remporté «un formidable succès avec un bilan totalisant 41 millions de dirhams».

Selon la même source, le département Orientalisme était en tête des ventes, enregistrant à lui seul sept records de vente, parmi lesquels Le Fils d’un saint M’rabeth, une œuvre d’Etienne Dinet qui a été adjugée à 13 millions de dirhams. Cette session de vente, qui a rapporté 8 560 000 dirhams pour les quatre œuvres présentées, présente donc un bilan très positif, puisqu’il représente le double des estimations. «Le public marocain est particulièrement sensibilisé au patrimoine culturel, à travers de plus en plus de musées, galeries, fondations, foires et biennales», explique Olivier Berman.

Une rentrée 2020 prometteuse

Cette année, Artcurial présentera un catalogue riche et varié qui comptera notamment des ventes d’objets et de mobilier design, de toiles de maîtres anciens, d’automobiles, de bandes dessinées, d’art urbain, ou encore de grandes ventes d’art moderne et contemporain, sans oublier les ventes online only.

«Plusieurs grandes ventes thématiques rythmeront ce second semestre, dont la vente de 22 manuscrits originaux de Georges Brassens, la collection Roméo ou encore une vente consacrée à l’univers du créateur de Tintin avec Le Lotus bleu», annonce la maison de vente. La maison mère fait savoir que les traditionnelles ventes monégasques de joaillerie, horlogerie et Hermès Vintage seront également de retour en janvier, ainsi que le salon Rétromobile 2021 en février à Paris.

«Ces ventes seront toutes ouvertes aux acheteurs marocains, grâce notamment au Live Bid», assure la direction d’Artcurial, ce procédé «permettant de suivre les ventes en direct sur Internet et d’enchérir en ligne», affirme la maison mère.

La filiale marocaine tiendra ses prochaines ventes le 30 décembre 2020 à La Mamounia de Marrakech. Une exposition sur quatre jours, avant la vente aux enchères, sera programmée pour permettre aux clients potentiels et au public de découvrir les œuvres.

«Nous reprendrons nos grands classiques et nous proposerons aussi des nouveautés à travers une vente dédiée à l’art moderne et contemporain marocain, international et africain», déclare le directeur associé d’Artcurial Maroc. Ce dernier ajoute qu’une vente Made in Morocco sera consacrée aux arts décoratifs. M. Berman souligne, à ce sujet, qu’une belle sélection de ces œuvres est déjà disponible pour la vente.

La maison française Artcurial dispose d’une notoriété internationale, notamment grâce à la qualité des estimations effectuées et à une garantie de dix ans sur les produits vendus.


Auchan vend sa filiale chinoise SunArt à Alibaba pour 3 milliards d'euros

Le groupe de distribution français Auchan a annoncé un premier volet de son plan de « redressement » au printemps 2019, avec la cession de 21 sites concernant potentiellement entre 700 et 800 salariés (Photo, AFP)
Short Url
  • « Par cette opération et son retrait de Chine, Auchan Retail réaffirme sa volonté d'accélérer le déploiement de son projet d’entreprise Auchan 2022 sur ses implantations actuelles »
  • Présent dans 14 pays, Auchan Retail compte 2 293 points de vente et emploie 329 694 collaborateurs

PARIS : Le groupe de distribution français Auchan a annoncé lundi la vente de sa filiale chinoise SunArt au géant du e-commerce chinois Alibaba, pour quelque 3 milliards d'euros, actant ainsi la fin de ses activités dans le pays.

« Trois ans après la signature d'une alliance » et après avoir « conjointement constaté la spécificité du marché chinois, Auchan Retail a accepté la proposition faite par Alibaba de rachat de la totalité de sa participation dans SunArt (484 hypermarchés, 150 000 collaborateurs, leader en part de marché alimentaire en Chine) », a expliqué le groupe français dans un communiqué.

« Par cette opération et son retrait de Chine, Auchan Retail réaffirme sa volonté d'accélérer le déploiement de son projet d’entreprise Auchan 2022 sur ses implantations actuelles », ajoute-t-il, en soulignant que « par cette cession d'un montant d'environ 3 milliards d'euros, il disposera ainsi des moyens financiers pour se désendetter », pour saisir de nouvelles opportunités et « se développer dans de nouveaux pays ».

« Depuis vingt ans, en lien étroit avec nos partenaires locaux Ruentex et Alibaba et grâce à l'engagement de nos équipes chinoises, nous avons accompagné le développement de nos activités dans ce pays. Marché inspirant, il n'en reste pas moins très spécifique » et « Alibaba nous est apparu comme le plus à même de faire grandir SunArt », a affirmé Edgard Bonte, président d'Auchan Retail, cité dans le communiqué. 

« L'opération se fait au prix équivalent de 8,10 dollars de Hong Kong par action et fera l'objet d'une offre publique d'achat sur cette base », a précisé Auchan.

Le groupe de distribution a annoncé un premier volet de son plan de « redressement » au printemps 2019, avec la cession de 21 sites concernant potentiellement entre 700 et 800 salariés. Puis il a lancé en janvier un plan de départs volontaires, qui épargnait les magasins, avec la suppression de plus de 500 postes.

Début septembre, le groupe a présenté la seconde étape de ce plan, qui passe par 1 500 nouvelles suppressions de postes.

Au premier semestre 2020, la rentabilité a progressé de 79 %, mais le résultat opérationnel reste négatif. Le chiffre d'affaires numérique représente quant à lui désormais 12 % du chiffre d'affaires total sur le semestre (soit une croissance de 33 %).

Présent dans 14 pays, Auchan Retail compte 2 293 points de vente et emploie 329 694 collaborateurs.


Arabie saoudite: les emplois montent en flèche grâce aux secteurs public et privé

Ammar Al-Sabban, directeur créatif et marionnettiste, fait partie de ceux qui ont bénéficié de la plate-forme du ministère (Fournie)
Ammar Al-Sabban (Fournie)
Short Url
  • La plupart des nouveaux emplois ont été créés à partir des plates-formes électroniques durant le confinement
  • L'initiative «Fazza.tech» a collaboré avec 27 entreprises du secteur privé

DJEDDAH: Des organismes philanthropiques issus de cercles publics et privés ont donné un coup de pouce aux Saoudiens touchés par le confinement, en leur offrant des opportunités d'emploi à temps partiel et en tant que travailleurs indépendants.

Une aide économique d'ampleur nationale visant à aider les individus qui ont perdu leur emploi, ou qui ont subi une baisse de salaire grâce à un nombre d’initiatives de soutien.

«Bab Rizq Jamee», une branche de «Community Jameel», a aidé plus de 15 000 personnes à trouver un emploi dans le Royaume cette année.

Le taux d'emploi aurait atteint 96 % pour les hommes, les résultats montrent que la plupart des nouveaux emplois ont été créés dans les services de livraison sur des plates-formes électroniques durant le confinement.

Tahseen, un programme offert par «Community Jameel», guide les jeunes à travers des offres d'emploi saisonnier et temporaire. C’est le plus actif avec 12 730 emplois créés dans les neuf derniers mois.

Rola Basamad, directrice en chef de «Bab Rizq Jameel», a déclaré: «2020 est sans doute une année inhabituelle, mais la crise sanitaire mondiale ne fait que renforcer notre capacité à nous adapter à la situation, à relever les nombreux défis et à surmonter les obstacles pour poursuivre nos opérations. »

Naif al-Rabee, directeur général du marketing chez «Bab Rizq Jameel», a parlé à Arab News de la campagne menée pendant le confinement, et baptisée «fazza.tech», Fazza signifie «soutien» dans le langage courant saoudien.

La campagne a apporté son appui à deux parties: le secteur privé dont les applications de livraison et de réparations et les personnes qui ont perdu leur emploi à cause de la pandémie, ou qui cherchent du travail à temps partiel. «Nous avons recherché des chauffeurs saoudiens pour répondre à une grande demande du marché», a-t-il déclaré.

«Nous avons mis ces deux parties en contact le plus rapidement possible, et nous investissons encore des heures supplémentaires pour assurer le service dans tout le Royaume.»

L'initiative «Fazza.tech» a collaboré avec 27 entreprises du secteur privé.

Le ministère des Ressources humaines et du Développement social a aussi lancé une plate-forme en février dédiée pour sa part aux travailleurs indépendants et qui compte diversifier les opportunités de travail, renforcer la sécurité de l’emploi et augmenter la crédibilité des offres.

Arab News s'est entretenu avec Ammar al-Sabban, directeur créatif, scénariste, doubleur, marionnettiste et travailleur indépendant depuis 2008.  M. Al-Sabban fait partie de ceux qui ont bénéficié de la plate-forme du ministère.

«Le problème est que nous n'avons jamais eu d'entité, de représentation légale ou de statut avant aujourd’hui dans le Royaume. Je travaillais sans statut juridique, et quand je l’ai enfin obtenu, je me suis trouvé obligé de demander un permis pour ouvrir un établissement », a-t-il déclaré.

Un nombre de frais s’appliquent lors de la création d'une entreprise, en plus d’avoir à fournir un emplacement, sans oublier tout un processus d’inscriptions. Un travailleur indépendant n'exige pas de telles procédures. «Quand le ministère a lancé cette initiative, j'ai postulé sur-le-champ. Le nombre de professions était limité au début, mais ils n’ont pas tardé à en ajouter d'autres, et une fois trouvé un emploi dans mon domaine, je me suis inscrit. Le processus est vraiment simple, j'ai reçu mes permis en un ou deux jours. Un travailleur indépendant peut postuler jusqu'à un maximum de cinq services distincts. Ça m’a vraiment facilité la vie».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com