Le Liban, un pays qui s’effondre

Depuis octobre 2019, les Libanais expriment leur ras-le-bol dans la rue (Photo, Anwar AMRO/AFP)
Depuis octobre 2019, les Libanais expriment leur ras-le-bol dans la rue (Photo, Anwar AMRO/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 18 juillet 2020

Le Liban, un pays qui s’effondre

  • Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme a déclaré que certains Libanais parmi les plus vulnérables risquent de mourir de faim en raison de cette crise
  • Les étudiants libanais à l’étranger ne peuvent plus recevoir de l’argent de leur famille au Liban, soit par manque de moyens, soit à cause de l’impossibilité des transferts vers l’étranger

Jean Yves le Drian, ministre français des Affaires étrangères, est attendu au Liban mercredi. Il arrive dans un pays qui s’effondre graduellement et qui est confronté à la plus grave crise économique et sociale de son histoire. La liquidité des banques s’est asséchée, les petits déposants et la classe moyenne voient leurs économies prises en otage par des banques qui ne donnent plus que des livres libanaises en échange de dollars. Le dollar qui, officiellement, vaut 1500 LL, est échangé par les banques à 3900 LL et, au marché noir, sa valeur a atteint certains jours 10000 LL. Les retraits bancaires sont très restreints suivant les établissements. Les virements vers l’étranger sont arrêtés, les étudiants libanais à l’étranger ne peuvent plus recevoir de l’argent de leur famille au Liban, soit par manque de moyens, soit à cause de l’impossibilité de transferts d’argent vers l’étranger. 

Une inflation galopante ronge le pays. Le peuple s’appauvrit à un rythme insoutenable. Un grand nombre de Libanais émigrent ou cherchent à partir. Les faillites sont nombreuses dans tous les secteurs. Le chômage frappe une grande partie de la population. Michelle Bachelet, Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme a déclaré que certains Libanais parmi les plus vulnérables risquent de mourir de faim en raison de cette crise. 

Tous les regards des Libanais se tournent vers la France qui, historiquement, n’a jamais laissé tomber le Liban. Mais que peut-elle faire pour un peuple à terre à cause de la gestion corrompue et catastrophique de sa classe politique ? La majorité chrétienne maronite au pouvoir couvre l’hégémonie du tout-puissant parti chiite libanais Hezbollah qui, par sa milice armée au service de l’Iran, dirige le pays présidé par Michel Aoun, que le Hezbollah a installé après un accord avec Saad Hariri - leader des sunnites et ancien Premier ministre - et le chef maronite des Forces libanaises Samir Geagea. Cette classe politique a œuvré pendant des années à se disputer un pouvoir de pacotille aux dépens d’un pays qui s’enfonçait dans un marasme économique et une crise qui s’amplifiait avec la guerre en Syrie dans laquelle le Hezbollah s’implique activement en envoyant les jeunes Libanais chiites salariés de l’Iran se battre ou se faire tuer pour défendre Bachar al-Assad. La revendication du parti chiite libanais de résistance contre Israël s’est muée en guerre contre le peuple syrien. Pendant ce temps, le peuple libanais s’enfonce dans la souffrance.


Après une révolte populaire commencée le 17 octobre 2019, éteinte après quelques mois, Hassane Diab, médiocre figure sunnite propulsée par Hezbollah et ses acolytes pro-syriens, a formé un gouvernement incapable de faire les réformes requises par la communauté internationale pour aider le pays à s’en sortir.

En 2018, la France avait organisé une grande conférence CEDRE pour encourager les investisseurs internationaux à contribuer la reprise de l’économie libanaise. Mais les investisseurs avaient posé leurs conditions : le gouvernement libanais devait faire des réformes, pour que des financements soient débloqués. Rien n’a été fait. Après la démission du gouvernement Saad Hariri, Diab n’a guère fait mieux. Ce qui a provoqué l’exaspération du ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian, qui a lancé aux Libanais : « Aidez-nous pour qu’on vous aide, bon sang. »

La France a, par la voix officielle, maintes fois demandé au pouvoir libanais de faire les réformes demandées. Le Drian les a énumérées. Elles sont connues, dit-il : la transparence, l’électricité, la lutte contre la corruption, la justice. Rien de cela n’a vu le jour. Pierre Duquesne, diplomate français, chargé de suivre les réformes du gouvernement libanais après la conférence CEDRE, a mis en garde à plusieurs reprises les dirigeants libanais contre le risque qu’ils prenaient en ne faisant pas les réformes demandées par la communauté internationale pour aider le Liban. L’ambassadeur de France au Liban, Bruno Foucher, a sans arrêt secoué la classe politique pour qu’elle fasse les réformes. 

Cependant, le gouvernement, qui a pour sponsor le Hezbollah et le gendre du président Gebran Bassil, connu sous le nom du « président de l’ombre », n’est pas en mesure de faire ces réformes qui seraient un suicide pour Hezbollah et ses alliés car le Hezbollah ne pourrait accepter la transparence alors qu’il fait transférer des dollars du Liban en Syrie, dont les Libanais manquent pourtant cruellement. 

Comment accepterait-il la lutte contre la corruption, puisque cette dernière serait préjudiciable au parti qui a bâti son pactole financier sur la contrebande, les revenus clandestins du port et de l’aéroport de Beyrouth contrôlés par le parti et d’autres malversations par l’Iran pour aller faire la guerre en Syrie, en Irak et former les rebelles houthis au Liban et au Yémen, financer la télé houthi Al Masirah émettant de la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah. Le Hezbollah, actif dans l’opération de déstabilisation iranienne dans toute la région du Levant et du Golfe, a privé les Libanais de l’aide de leurs amis arabes. Son allié le président Michel Aoun et son gendre ont réussi par cette alliance avec le parti chiite à isoler le Liban de ses amis arabes traditionnels, les pays du Golfe. Le parti veut entraîner le Liban appauvri dans le giron iranien sur le plan économique en déclarant que l’Iran peut vendre des produits pétroliers au Liban en étant payé en livres libanaises. Ce pays écoule déjà au Liban des médicaments produits en Iran à des prix compétitifs.

L'obstacle "Hezbollah"
Mais ce Liban qui se noie espère que la France viendra à la rescousse. La France avait déjà organisé une réunion des amis du Liban pour aider ce pays au début de la révolution populaire. Une fois de plus, la nécessité des réformes que le Liban doit faire était soulignée par le groupe international réuni à Paris.
Les Libanais, désespérés, pensent que la France viendra les sauver de leur malheur. Mais la France ne peut, comme l’a dit un responsable français à Arab News, combler le trou de la Banque du Liban pour que le Hezbollah s’en mette plein les poches ou pour qu’il envoie les dollars en Syrie. Le Drian redira ce qu’il ne fait que répéter : « Faites les réformes, bougez ! »

Cependant, le mur constitué par le Hezbollah et l’Iran est un obstacle à ces réformes. Le régime iranien veut utiliser le Liban par l’entremise du Hezbollah pour négocier avec les États-Unis. La France a, depuis des années, essayé de dialoguer avec l’Iran sur le Liban, sans aucun succès. Ceux qui, en France, critiquent les sanctions américaines contre l’Iran sont nombreux. Ils font fausse route car le Hezbollah et l’Iran ne comprennent pas le langage du dialogue. Preuve en est : l’Iran est le bailleur de fonds et le fournisseur d’armes du parti chiite libanais. Le Hezbollah et ses alliés libanais ont transformé ce que certains appelaient à tort le miracle libanais en cataclysme. 

Toutefois, le ministre français apportera un soutien aux écoles françaises et aux familles qui ne peuvent plus payer les frais de scolarité de leurs enfants. C’est appréciable. Le président français Emmanuel Macron a depuis un moment déjà essayé de mobiliser l’aide des pays amis du Golfe. Mais comment ces pays vont-ils pouvoir aider un gouvernement adoubé par un parti chiite agent de l’Iran qui contribue à déstabiliser leurs pays ? Un parti qui ne connaît pas la distanciation préconisée par la France et les amis du Liban et qui contribue, avec sa milice armée, à couler le Liban, un naufrage du Titanic.


Le croissant de Dhou al-Hijjah ayant été aperçu, l’Aïd al-Adha débutera le 9 juillet

Eid Al-Adha est célébré pour commémorer la dévotion du prophète Ibrahim à Allah, qui était prêt à sacrifier son fils, Ismail. (Photo, AN)
Eid Al-Adha est célébré pour commémorer la dévotion du prophète Ibrahim à Allah, qui était prêt à sacrifier son fils, Ismail. (Photo, AN)
Short Url
  • L’Aïd al-Adha est célébré pour commémorer la dévotion du prophète Ibrahim à Allah, qui était prêt à sacrifier son fils
  • Le 4 juin, l'Arabie saoudite a accueilli des pèlerins étrangers pour le Hajj pour la première fois depuis que la pandémie de Covid-19 a frappé le pays

RIYAD: Le croissant de lune du mois de Dhou al-Hijjah ayant été aperçu mercredi soir, la célébration de l’Aïd al-Adha commencera le 9 juillet. Cette célébration, qui durera cinq jours , commence le 10 de Dhou al-Hijjah.

L’Aïd al-Adha est célébré pour commémorer la dévotion du prophète Ibrahim à Allah, qui était prêt à sacrifier son fils, Ismaïl. Au moment du sacrifice, Allah a remplacé Ismaïl par un bélier, pour être sacrifié à la place de son fils.

L’ordre initial d'Allah avait pour objectif de tester l'engagement du prophète Ibrahim à obéir à son commandement, sans aucun remise en question. En conséquence, l’Aïd al-Adha  signifie la fête du sacrifice.

Dhou al-Hijjah, qui commence cette année le 30 juin, est le mois au cours duquel a lieu le pèlerinage du Hajj. C’est le dernier mois du calendrier islamique.

Le Hajj commencera le 7 de Dhou al-Hijjah (6 juillet) et se terminera le 11 de Dhou al-Hijjah (10 juillet). Le jour d'Arafat tombera le 9 de Dhou al-Hijjah, (8 juillet).

Les tentes des pèlerins à Arafat, ainsi que les installations à Mina et dans d'autres zones où les pèlerins séjourneront à Mouzdalifah ont toutes été inspectées et entièrement préparées pour recevoir les invités de Dieu pour le Hajj de cette année.

Le 4 juin, l'Arabie saoudite a accueilli des pèlerins étrangers pour le Hajj dans la deuxième ville sainte de l'islam pour la première fois depuis que la pandémie de Covid-19 a frappé le pays.

Les pèlerins, qui sont arrivés à l'aéroport international du prince Mohammed ben Abdalaziz de Médine en provenance d'Indonésie, ont reçu à leur arrivée des fleurs, des dattes et des bouteilles d'eau de Zamzam.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Abdallah II de Jordanie s'engage à déterminer les responsabilités dans l'explosion d’Aqaba

Le roi «a souligné la nécessité de donner au peuple des explications claires, une fois l’enquête terminée et de déterminer les failles et les responsabilités, en application de la loi». (Petra/RHCJO)
Le roi «a souligné la nécessité de donner au peuple des explications claires, une fois l’enquête terminée et de déterminer les failles et les responsabilités, en application de la loi». (Petra/RHCJO)
Short Url
  • Au moins 13 personnes ont été tuées, et 250 ont eu des problèmes de santé, à la suite de l’explosion d’un conteneur dans le port d'Aqaba
  • Le Premier ministre jordanien a indiqué que la concentration de gaz dans la région était revenue à la normale et que la plupart des activités portuaires avaient repris

AMMAN: Le roi Abdallah II de Jordanie a demandé que les responsabilités soient définies dans l’incident de la fuite mortelle de gaz qui s’est produit lundi.

Au moins 13 personnes ont été tuées et 250 ont eu des problèmes de santé à la suite de l’explosion d’un conteneur de chlore dans le port d'Aqaba, sur la mer Rouge, lorsqu'il est tombé d’une grue, dégageant un large nuage de fumée jaune toxique.

Le roi «a souligné la nécessité de donner au peuple des explications claires une fois l’enquête terminée et de déterminer les failles et les responsabilités en application de la loi», a annoncé le palais dans un communiqué. Il a également présenté ses condoléances aux familles des victimes.

Mardi, le roi Abdallah a présidé une réunion au Centre national de sécurité et de gestion des crises pour suivre les derniers développements liés à l’explosion. 

Lors de la réunion, à laquelle assistait à distance le prince héritier Al-Hussein ben Abdallah II depuis Aqaba, le roi Abdallah a présenté ses condoléances aux familles des personnes mortes dans l'exercice de leurs fonctions, tout en souhaitant aux blessés un prompt rétablissement.

Le roi a suivi avec le prince héritier les détails et les efforts de sauvetage et d'évacuation depuis le tout début de l’incident. Il a exigé que toutes les précautions nécessaires soient prises pour éviter que de tels incidents ne se reproduisent à l'avenir.

Par ailleurs, il a salué les efforts des membres des Forces armées jordaniennes et des forces de sécurité, en particulier le Département de la défense civile et le personnel médical civil et militaire, pour leur immédiate disponibilité et leur grand professionnalisme dans la gestion de l'incident et l'évacuation des blessés.

Il a déclaré que leurs actions avaient contribué à sauver des vies et à limiter les pertes. Le prince héritier a évoqué son inspection sur le site de l'incident mardi et sa visite aux blessés  hospitalisés. Il a réitéré la nécessité de maintenir la coopération et la coordination entre toutes les entités concernées, qui attendent les résultats de l’enquête. 

Mardi, le Premier ministre jordanien, Bisher al-Khasawneh s’est rendu sur le site et, se référant aux autorités de la défense civile et de l'environnement, a indiqué que la concentration de gaz dans la région était revenue à la normale. Il a précisé que la plupart des activités portuaires avaient repris, à l'exception du site exact de l'incident, en cours de nettoyage et d'inspection.

Al-Khasawneh a affirmé qu’un grand nombre de personnes ayant été hospitalisées retournaient chez elles.

Un porte-parole du gouvernement, Faisal al-Shboul, a déclaré aux médias officiels que 8 des personnes décédées étaient des Jordaniens et 5 des étrangers. Parmi les blessés figuraient des ressortissants chinois et vietnamiens, ont indiqué des responsables de l'hôpital.

Une vidéo diffusée à la télévision d’État a montré le moment où le conteneur a explosé, amenant les employés du port à se précipiter pour échapper au nuage toxique. Environ 200 personnes ont été hospitalisées.

La Direction de la sécurité publique, qui avait initialement décrit l’incident comme une fuite de gaz, a déclaré que les autorités avaient bouclé la zone après avoir évacué les blessés et envoyé des spécialistes sur place. 

La télévision publique Jordan TV a déclaré que 13 personnes avaient été tuées. Al-Mamlaka TV, un autre média officiel, a assuré que 199 personnes étaient toujours soignées dans les hôpitaux. La Direction de la sécurité publique a déclaré qu'au total, 251 personnes avaient été blessées.

Aqaba se trouve à la pointe nord de la mer Rouge, à côté de la ville israélienne d'Eilat, située juste de l'autre côté de la frontière. Les deux villes sont des destinations prisées pour la plage et la plongée. Les services d'urgence d'Eilat ont déclaré dans un communiqué que la ville n’avait pas été impactée, mais qu'ils suivaient la situation de près.

(Avec AP)

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Libye: 20 personnes mortes de soif en plein désert

Des membres de la branche locale du service libyen «de secours et d'urgences» de la ville de Koufra récupèrent les dépouilles de personnes retrouvées mortes de soif en plein désert libyen, près de la frontière avec le Tchad. (Photo, AFP)
Des membres de la branche locale du service libyen «de secours et d'urgences» de la ville de Koufra récupèrent les dépouilles de personnes retrouvées mortes de soif en plein désert libyen, près de la frontière avec le Tchad. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Le véhicule, en provenance du Tchad, a été retrouvé à 310 km au sud de Koufra et à 120 km de la frontière tchado-libyenne», selon le communiqué
  • Le service de secours a publié sur sa page Facebook une vidéo montrant les dépouilles en état de décomposition gisant sur le sable ocre, près de leur pick-up

TRIPOLI: Vingt personnes ont été retrouvées mortes de soif en plein désert libyen, près de la frontière avec le Tchad, après une panne de leur véhicule sous une chaleur aride, ont indiqué mercredi les services de secours. 

La branche locale du service libyen « de secours et d'urgences » de la ville de Koufra, dans l'extrême sud-est du pays, a indiqué dans un communiqué que l'une de ses équipes avait « récupéré 20 corps retrouvés dans le désert après que leur voiture est tombée en panne. Ils sont tous morts de soif ». 

« Le véhicule, en provenance du Tchad, a été retrouvé à 310 km au sud de Koufra et à 120 km de la frontière tchado-libyenne », selon le communiqué. 

Le service de secours a publié sur sa page Facebook une vidéo montrant les dépouilles en état de décomposition gisant sur le sable ocre, près de leur pick-up. 

Dans cette zone aride du désert libyen à très faible population les températures peuvent dépasser les 40 degrés en été. 

Le sud désertique de la Libye, pays plongé dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, est devenu ces dernières années un haut-lieu de la contrebande de marchandises et de l'immigration clandestine. 

Des milliers de migrants traversent chaque année les frontières poreuses de la Libye depuis le Soudan, le Niger et le Tchad, pour venir travailler dans ce pays ou pour tenter la traversée de la Méditerranée vers l'Europe. 

Les cas de migrants disparus ou retrouvés morts en plein désert y sont fréquents.