Trois industries à surveiller dans les écosystèmes des startups en croissance record du monde arabe

Le Rapport mondial sur les écosystèmes des startups (Global Startup Ecosystem Report) — qui a étudié plus de 1,27 million d'entreprises dans plus de 250 écosystèmes — reconnaît le soutien aux startups offert par Bahreïn et Sharjah.
Le Rapport mondial sur les écosystèmes des startups (Global Startup Ecosystem Report) — qui a étudié plus de 1,27 million d'entreprises dans plus de 250 écosystèmes — reconnaît le soutien aux startups offert par Bahreïn et Sharjah.
Short Url
Publié le Samedi 17 octobre 2020

Trois industries à surveiller dans les écosystèmes des startups en croissance record du monde arabe

  • Startup Genome a nommé Bahreïn et Sharjah parmi les endroits les plus propices à la prospérité des startups technologiques au monde
  • Tous deux ont lancé des programmes visant à stimuler les PME afin de les aider à survivre et à se développer pendant la pandémie de Covid-19

DUBAI : Au Moyen-Orient, Bahreïn et la ville de Sharjah aux Émirats arabes unis offrent les meilleurs écosystèmes pour les startups dans de nombreux  domaines : la technologie financière (fintech), la technologie de l'éducation (edtech) et les médias numériques. C'est ce qu'affirme Startup Genome, l'organisation de conseil politique et de recherche.

En effet, Bahreïn et Sharjah sont classés parmi les cinq premiers écosystèmes au monde qui favorisent  l'activation la plus rapide des startups. Cela signifie que les fondateurs peuvent « s'appuyer sur les forces économiques locales et développer des programmes ciblés afin d’accélérer la croissance des écosystèmes et réaliser des réussites ponctuelles menant à des sorties importantes ».

Le Rapport mondial sur les écosystèmes des startups (Global Startup Ecosystem Report) — qui a étudié plus de 1,27 million d'entreprises dans plus de 250 écosystèmes — reconnaît le soutien que ces deux écosystèmes ont apporté aux startups à la suite de la pandémie de coronavirus (Covid-19).

Bahreïn comme Sharjah ont mis en place des programmes de relance pour les petites et moyennes entreprises (PME), soit par des aides sans participation au capital, soit par des exemptions de certains frais.

Grâce aux normes qu'il applique en matière de financement participatif et d'ouverture bancaire, le Bahreïn est en tête de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MENA) en tant qu'écosystème de haute technologie (fintech). Le bac à sable réglementaire géré par la Banque centrale de Bahreïn (CBB) permet aux joueurs de tester de nouveaux concepts avant qu'ils ne soient rendus publics. Cela explique pourquoi l'île accueille 90 startups actives et diverses.

Ebrahim Janahi, directeur général du fonds de travailleurs Tamkeen, déclare que « le Bahreïn s'est imposé comme un centre de fintech innovant, abritant des réglementations conçues pour permettre et encourager l'esprit d'entreprise ».

Parmi les succès récents, on compte Fasset, une entreprise de la CBB (Banque centrale de Bahreïn)  proposant aux investisseurs mondiaux des jetons numériques pour financer des investissements fractionnés dans le secteur des infrastructures durables. Actuellement en phase de test bêta, le Fasset Exchange (FEX) a pour objectif de gérer les jetons - essentiellement des pièces numériques -  adossés à des devises virtuelles telles que le bitcoin et l'éthereum, ainsi qu'à des actifs réels tels que l'or.

 « Jusqu'à présent, l'accès aux actifs numériques - qu'il s'agisse de crypto-monnaies ou de véritables jetons adossés à des actifs - dans la région MENA SA (le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord

et l’Asie du Sud) a été un processus onéreux », explique Mohammed Raafi Hossain, PDG de Fasset.

 « FEX apporte au CCG (Conseil de coopération du Golfe) l'accessibilité, la variété et la facilité d'utilisation qui caractérisent de plus en plus les marchés des actifs numériques dans le reste du monde. Nous sommes convaincus que chaque investisseur devrait disposer d'une allocation saine et adaptée aux risques, en matière d'actifs numériques », a-t-il ajouté.

Mashal Waqar (à gauche), co-fondateur de The Tempest, et Ahmed Faraj (à droite), co-fondateur et directeur général de Lumofy . (Fourni)

Cette décision intervient après le lancement de Rain, le premier échange de devises cryptographiques du Golfe. Les startups capitalisent sur le marché mondial des devises virtuelles qui devraient atteindre 1,48 milliard de dollars d'ici 2025, avec un taux de croissance annuel de 6 % au cours des cinq prochaines années.

L'un des secteurs les plus affectés ces derniers temps est celui des médias, où les modèles traditionnels d'entreprises ont été gravement atteints.

Dans ce contexte, plusieurs startups se sont développées pour servir un public de niche, considérée comme une « entreprise médiatique pour les femmes de la nouvelle génération ». Fondée en 2016, la startup a été admise dans un programme d'accélération géré par Sheraa, un incubateur basé à Sharjah.

« Le meilleur aspect du programme est l'encadrement et les opportunités que vous obtenez en tant que startup une fois que vous faites partie de l'écosystème de Sheraa », affirme le co-fondateur de The Tempest, Mashal Waqar.

« Ils ont créé un environnement de soutien et d'encouragement qui nous a permis de travailler sur l'aspect commercial et sur les revenus, et de peaufiner notre processus de vente ».

Startup Genome a identifié Sharjah comme un centre pour les startups de médias numériques, comportant deux zones franches. Sheraa, quant à elle, a mis en place des programmes dédiés aux industries de la publication des livres et du contenu numérique. Selon les prévisions de la société d'études de marché Technavio, le marché du contenu numérique devrait croître de 18,7 % en 2020, avec une croissance de 519,83 milliards de dollars sur les cinq ans jusqu'en 2024.

Les entreprises spécialisées dans les technologies de l'éducation, qu'elles s'adressent aux élèves ou aux adultes désireux d'améliorer leurs compétences, ont vu la demande de leurs services augmenter depuis le déclenchement de l'épidémie de Covid-19.

Dans le monde entier, les startups de l'éducation numérique (edtech) ont attiré 4,8 milliards de dollars en 2020, soit plus d'investissements en capital-risque au cours des neuf premiers mois de l'année 2020 qu'en 2019, selon les données de l'entreprise de renseignements commerciaux CB Insights. Le secteur est en voie d'établir un nouveau record cette année.

 

Dans l'ensemble, le marché de l'éducation numérique (edtech) et des classes virtuelles fera plus que doubler au cours des cinq prochaines années, avec une croissance annuelle de 16 %, passant de 85,8 milliards de dollars en 2020 à 181,3 milliards de dollars en 2025.

 

La société Lumofy, basée à Bahreïn, figure parmi les acteurs régionaux qui se sont hissés à la tête des startups au cours des derniers mois. Le fournisseur de solutions d'apprentissage en ligne a contribué à accélérer la transformation numérique des entreprises et des institutions du pays depuis l'épidémie de Covid-19, en commençant par un abonnement gratuit de deux mois à ses produits de passerelle.

 

Selon le co-fondateur et PDG Ahmed Faraj « la situation liée à la COVID-19 nous a amenés à envisager d’une nouvelle manière la relation entre la technologie et l'éducation ».

 

« Nous sommes passés plus rapidement au monde numérique. En tant qu'innovateurs, nous sommes capables de nous adapter pour permettre aux entreprises, aux institutions et aux entités gouvernementales d'évoluer rapidement grâce à la panoplie d'outils dont nous disposons ».

--------------------------

 

Ce rapport est publié par Arab News en tant que partenaire du Middle East Exchange, qui a été lancé par les initiatives mondiales de Mohammed ben Rashid Al Maktoum pour refléter la vision du Premier ministre des Émirats arabes unis et souverain de Dubaï afin d'explorer la possibilité de changer le statut de la région arabe.

 

 


Puces: le «Chips Act» européen présenté début 2022, avec un mécanisme de «préférence européenne» selon Breton

Un nouveau type de plaquette de 300 millimètres avec des puces semi-conductrices et des micropuces finies du fabricant allemand Bosch est photographié à Dresde, en Allemagne, le 31 mai 2021. (Photo, AFP)
Un nouveau type de plaquette de 300 millimètres avec des puces semi-conductrices et des micropuces finies du fabricant allemand Bosch est photographié à Dresde, en Allemagne, le 31 mai 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'objectif de l'UE est de doubler les capacités de production de puces en Europe d'ici à 2030
  • L'Europe compte notamment attirer les investissements étrangers

PARIS : Bruxelles présentera début 2022 le projet de loi sur les semi-conducteurs annoncé en septembre pour défendre la souveraineté technologique de l'Union européenne, et le texte inclura "un mécanisme de préférence européenne en cas de crise", a indiqué le commissaire européen Thierry Breton dans une interview publiée samedi.

"Dans le cadre du 'chips act' que je présenterai début 2022, l'Europe supportera les investissements, notamment de rupture, et plus largement l'ensemble du secteur en assouplissant les règles de concurrence relatives aux aides d'Etats. En contrepartie de ce soutien public, nous instaurerons un mécanisme de préférence européenne en cas de crise", a indiqué M. Breton dans cette interview réalisée par Les Echos et d'autres médias européens.

"C'est, je le rappelle, ce que les Américains ont fait à propos des vaccins produits sur leur sol. Nous devons retenir la leçon. Les semi-conducteurs sont aussi un enjeu d'équilibre des pouvoirs. Ce n'est pas du protectionnisme mais de la souveraineté géopolitique", a argué le commissaire européen.

Le "European Chips Act" est censé être un élément clé pour résoudre la pénurie chronique de puces qui entrave la production de voitures, d'ordinateurs, de smartphones, de consoles de jeux, etc. Il doit aussi soutenir l'ambition de l'UE de devenir une puissance numérique.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen en avait annoncé le principe mi-septembre. "Nous sommes dépendants des microprocesseurs les plus avancés fabriqués en Asie. Il ne s'agit donc pas seulement de notre compétitivité. L'enjeu est aussi notre souveraineté technologique", ainsi que la conquête de "nouveaux marchés pour des technologies européennes novatrices", avait-elle souligné.

L'objectif de l'UE est de doubler les capacités de production de puces en Europe d'ici à 2030 pour parvenir à produire 20% des semi-conducteurs dans le monde, selon la feuille de route de l'UE présentée en mars, alors que le marché mondial est estimé à 440 milliards d'euros.

L'Europe compte notamment attirer les investissements étrangers.

Même si Samsung vient de choisir le Texas pour implanter sa future usine, M. Breton est confiant, estimant que "l'Europe a des atouts majeurs à faire valoir: la qualité et la robustesse de sa production électrique", ses machines qui "tournent 24 heures sur 24" dans l'industrie des puces ou encore son "excellent vivier de talents et de compétences dans un secteur où les difficultés de recrutement sont aujourd'hui le plus grand frein au développement".


Le ministre saoudien des Finances approuve les amendements à la loi douanière unifiée du CCG

Le ministre saoudien des Finances Mohammed Al-Jadaan.
Le ministre saoudien des Finances Mohammed Al-Jadaan.
Short Url
  • Les droits de douane sur les marchandises étrangères réexportées en dehors du Conseil de coopération du Golfe doivent être remboursés, totalement ou en partie
  • La valeur des produits étrangers à réexporter et auxquels la nouvelle règle s'applique ne doit pas être inférieure à 20 000 SR (4 710 €) ou son équivalent dans d'autres devises du CCG

RIYAD : Le ministre saoudien des Finances Mohammed Al-Jadaan, qui est également président de l’Autorité fiscale et douanière Zakat, a approuvé les amendements aux règlements exécutifs de la loi douanière uniforme du CCG, rapporte Argaam citant le journal officiel Umm Al Qura.

Conformément aux règles modifiées, les droits de douane sur les marchandises étrangères réexportées en dehors du Conseil de coopération du Golfe doivent être remboursés, totalement ou en partie, à condition que l'exportateur (ré-exportateur) soit l'importateur au nom duquel les marchandises étrangères sont reçues, ou toute personne justifiant de la propriété auprès de la Direction des Douanes.

En outre, les marchandises étrangères réexportées dont les droits de douane doivent être remboursés doivent provenir d'une seule expédition, afin de les identifier et de les faire correspondre aux documents d'importation, signale Argaam.

La valeur des produits étrangers à réexporter et auxquels la nouvelle règle s'applique ne doit pas être inférieure à 20 000 SR (4 710 €) ou son équivalent dans d'autres devises du CCG.

Le rapport indique : « La demande de remboursement devrait concerner les produits étrangers qui n'ont pas été utilisés localement après avoir été importés de l'extérieur de la région du CCG, et qui sont dans le même état qu’à l'importation.

« Les produits étrangers doivent être réexportés dans un délai d'une année civile à compter de la date de paiement des droits de douane lors de leur première importation de l'extérieur du CCG. »

Le remboursement doit être réclamé dans les six mois à compter de la date de réexportation.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


La conférence ministérielle de l'OMC, victime d'Omicron

Le Premier ministre italien, Mario Draghi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan Al Saud et le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Ngozi Okonjo-Iweala assistent à la session d'ouverture du sommet du G20 des dirigeants mondiaux le 30 octobre 2021 au centre de congrès "La Nuvola" dans le quartier EUR de Rome. Andreas SOLARO / AFP
Le Premier ministre italien, Mario Draghi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan Al Saud et le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Ngozi Okonjo-Iweala assistent à la session d'ouverture du sommet du G20 des dirigeants mondiaux le 30 octobre 2021 au centre de congrès "La Nuvola" dans le quartier EUR de Rome. Andreas SOLARO / AFP
Short Url
  • A l'issue d'une réunion d'urgence, les 164 membres de l'OMC ont convenu vendredi de reporter "sine die" la 12e conférence ministérielle suite à la propagation d'Omicron
  • L'OMC est la première organisation internationale à Genève à faire les frais du nouveau variant du Covid-19 détecté à l'origine en Afrique australe

Genève: L'Organisation mondiale du commerce a reporté à la dernière minute sa première conférence ministérielle depuis quatre ans face à l'apparition du variant préoccupant Omicron, douchant les espoirs de relancer l'organisation très affaiblie.

A l'issue d'une réunion d'urgence, les 164 membres de l'OMC ont convenu vendredi de reporter "sine die" la 12e conférence ministérielle suite à la propagation d'Omicron "qui a conduit de nombreux gouvernement à imposer d'importantes restrictions de voyage, lesquelles auraient empêché de nombreux ministres de se rendre à Genève", a indiqué l'organisation.

"Cela ne signifie pas que les négociations doivent s'arrêter. Au contraire, les délégations à Genève devraient être pleinement habilitées à rapprocher leurs positions le plus possible", a déclaré la directrice générale de l'OMC, la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala.

L'OMC est la première organisation internationale à Genève à faire les frais du nouveau variant du Covid-19 détecté à l'origine en Afrique australe. Il a été classé "préoccupant" par l'OMS quelques heures avant le report de la ministérielle. Il représente un risque "élevé à très élevé" pour l'Europe, selon l'agence de santé de l'UE.

Les regards se tournent désormais vers l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont les 194 membres doivent débattre la semaine prochaine d'un éventuel traité pandémique. La tenue de deux autres grandes réunions - l'une sur la finance durable, l'autre sur les systèmes d'armes létales autonomes - pourrait également être mise en péril.

La ministérielle de l'OMC, qui devait réunir du 30 novembre au 3 décembre au siège de l'organisation environ 4.000 participants, dont des chefs d'Etat et plus d'une centaine de ministres, aurait dû se tenir au Kazakhstan en juin 2020, mais avait déjà été reportée suite à l'apparition des premiers cas de Covid-19 fin 2019.

Tous les membres ont soutenu le nouveau report. Selon l'OMC, Mme Okonjo-Iweala a expliqué aux diplomates qu'une réunion en ligne n'aurait pas permis de mener "des négociations complexes sur des questions politiquement sensibles".

L'ambassadeur européen auprès de l'OMC, João Aguiar Machado, a reconnu que "ce n'était pas un choix facile, mais la bonne décision".

- «Mauvais exutoire» -

Il s'agissait de la première ministérielle de Mme Okonjo-Iweala, arrivée en mars, dont tout le monde salue depuis la volonté sans relâche de redonner une visibilité à l'OMC, dans un contexte de crise et de rivalités croissantes entre les deux premières puissances économiques mondiales: la Chine et les Etats-Unis.

Ce premier test de la réalité de son influence était d'autant plus important que la précédente ministérielle de Buenos Aires s'était achevée fin 2017 sans accord significatif. Depuis, les dossiers se sont empilés.

De nombreux observateurs jugeaient difficile que les 164 membres de l'OMC puissent conclure des accords d'envergure durant cette 12e ministérielle de l'OMC, notamment sur la pêche et la question des droits de propriété intellectuelle pendant la pandémie. Mais beaucoup gardaient l'espoir que la réunion permette au moins de débloquer les discussions.

"Une conférence ministérielle offre la possibilité de trouver des solutions politiques à des questions pour lesquelles les solutions techniques ne suffisent pas à elles seules", a réagi auprès de l'AFP Dmitry Grozoubinski, directeur de l'organisation Geneva Trade Platform.

Cette conférence devait en outre intervenir alors que l'OMC - où les décisions sont prises par consensus - a perdu en pertinence faute de pouvoir conclure des accords majeurs et régler des désaccords entre certains membres et la Chine.

De plus, le principal instrument pour régler les différends entre ses membres - l'organe d'appel - est paralysé faute de juges. L'administration du président américain Joe Biden s'est dite prête à le relancer après le blocage des années Trump, mais sans proposition concrète.

"Il y avait peu d'optimisme sur l'issue des négociations de ces prochains jours, mais cette suspension est un mauvais exutoire et empêche de souligner que le non-engagement des Etats-Unis encourage l'inertie d'une difficile réforme de l'OMC", a dit à l'AFP Elvire Fabry, chercheuse en charge de la politique commerciale à l'Institut européen Jacques Delors.