Trois industries à surveiller dans les écosystèmes des startups en croissance record du monde arabe

Le Rapport mondial sur les écosystèmes des startups (Global Startup Ecosystem Report) — qui a étudié plus de 1,27 million d'entreprises dans plus de 250 écosystèmes — reconnaît le soutien aux startups offert par Bahreïn et Sharjah.
Short Url
Publié le Samedi 17 octobre 2020

Trois industries à surveiller dans les écosystèmes des startups en croissance record du monde arabe

  • Startup Genome a nommé Bahreïn et Sharjah parmi les endroits les plus propices à la prospérité des startups technologiques au monde
  • Tous deux ont lancé des programmes visant à stimuler les PME afin de les aider à survivre et à se développer pendant la pandémie de Covid-19

DUBAI : Au Moyen-Orient, Bahreïn et la ville de Sharjah aux Émirats arabes unis offrent les meilleurs écosystèmes pour les startups dans de nombreux  domaines : la technologie financière (fintech), la technologie de l'éducation (edtech) et les médias numériques. C'est ce qu'affirme Startup Genome, l'organisation de conseil politique et de recherche.

En effet, Bahreïn et Sharjah sont classés parmi les cinq premiers écosystèmes au monde qui favorisent  l'activation la plus rapide des startups. Cela signifie que les fondateurs peuvent « s'appuyer sur les forces économiques locales et développer des programmes ciblés afin d’accélérer la croissance des écosystèmes et réaliser des réussites ponctuelles menant à des sorties importantes ».

Le Rapport mondial sur les écosystèmes des startups (Global Startup Ecosystem Report) — qui a étudié plus de 1,27 million d'entreprises dans plus de 250 écosystèmes — reconnaît le soutien que ces deux écosystèmes ont apporté aux startups à la suite de la pandémie de coronavirus (Covid-19).

Bahreïn comme Sharjah ont mis en place des programmes de relance pour les petites et moyennes entreprises (PME), soit par des aides sans participation au capital, soit par des exemptions de certains frais.

Grâce aux normes qu'il applique en matière de financement participatif et d'ouverture bancaire, le Bahreïn est en tête de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MENA) en tant qu'écosystème de haute technologie (fintech). Le bac à sable réglementaire géré par la Banque centrale de Bahreïn (CBB) permet aux joueurs de tester de nouveaux concepts avant qu'ils ne soient rendus publics. Cela explique pourquoi l'île accueille 90 startups actives et diverses.

Ebrahim Janahi, directeur général du fonds de travailleurs Tamkeen, déclare que « le Bahreïn s'est imposé comme un centre de fintech innovant, abritant des réglementations conçues pour permettre et encourager l'esprit d'entreprise ».

Parmi les succès récents, on compte Fasset, une entreprise de la CBB (Banque centrale de Bahreïn)  proposant aux investisseurs mondiaux des jetons numériques pour financer des investissements fractionnés dans le secteur des infrastructures durables. Actuellement en phase de test bêta, le Fasset Exchange (FEX) a pour objectif de gérer les jetons - essentiellement des pièces numériques -  adossés à des devises virtuelles telles que le bitcoin et l'éthereum, ainsi qu'à des actifs réels tels que l'or.

 « Jusqu'à présent, l'accès aux actifs numériques - qu'il s'agisse de crypto-monnaies ou de véritables jetons adossés à des actifs - dans la région MENA SA (le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord

et l’Asie du Sud) a été un processus onéreux », explique Mohammed Raafi Hossain, PDG de Fasset.

 « FEX apporte au CCG (Conseil de coopération du Golfe) l'accessibilité, la variété et la facilité d'utilisation qui caractérisent de plus en plus les marchés des actifs numériques dans le reste du monde. Nous sommes convaincus que chaque investisseur devrait disposer d'une allocation saine et adaptée aux risques, en matière d'actifs numériques », a-t-il ajouté.

Mashal Waqar (à gauche), co-fondateur de The Tempest, et Ahmed Faraj (à droite), co-fondateur et directeur général de Lumofy . (Fourni)

Cette décision intervient après le lancement de Rain, le premier échange de devises cryptographiques du Golfe. Les startups capitalisent sur le marché mondial des devises virtuelles qui devraient atteindre 1,48 milliard de dollars d'ici 2025, avec un taux de croissance annuel de 6 % au cours des cinq prochaines années.

L'un des secteurs les plus affectés ces derniers temps est celui des médias, où les modèles traditionnels d'entreprises ont été gravement atteints.

Dans ce contexte, plusieurs startups se sont développées pour servir un public de niche, considérée comme une « entreprise médiatique pour les femmes de la nouvelle génération ». Fondée en 2016, la startup a été admise dans un programme d'accélération géré par Sheraa, un incubateur basé à Sharjah.

« Le meilleur aspect du programme est l'encadrement et les opportunités que vous obtenez en tant que startup une fois que vous faites partie de l'écosystème de Sheraa », affirme le co-fondateur de The Tempest, Mashal Waqar.

« Ils ont créé un environnement de soutien et d'encouragement qui nous a permis de travailler sur l'aspect commercial et sur les revenus, et de peaufiner notre processus de vente ».

Startup Genome a identifié Sharjah comme un centre pour les startups de médias numériques, comportant deux zones franches. Sheraa, quant à elle, a mis en place des programmes dédiés aux industries de la publication des livres et du contenu numérique. Selon les prévisions de la société d'études de marché Technavio, le marché du contenu numérique devrait croître de 18,7 % en 2020, avec une croissance de 519,83 milliards de dollars sur les cinq ans jusqu'en 2024.

Les entreprises spécialisées dans les technologies de l'éducation, qu'elles s'adressent aux élèves ou aux adultes désireux d'améliorer leurs compétences, ont vu la demande de leurs services augmenter depuis le déclenchement de l'épidémie de Covid-19.

Dans le monde entier, les startups de l'éducation numérique (edtech) ont attiré 4,8 milliards de dollars en 2020, soit plus d'investissements en capital-risque au cours des neuf premiers mois de l'année 2020 qu'en 2019, selon les données de l'entreprise de renseignements commerciaux CB Insights. Le secteur est en voie d'établir un nouveau record cette année.

 

Dans l'ensemble, le marché de l'éducation numérique (edtech) et des classes virtuelles fera plus que doubler au cours des cinq prochaines années, avec une croissance annuelle de 16 %, passant de 85,8 milliards de dollars en 2020 à 181,3 milliards de dollars en 2025.

 

La société Lumofy, basée à Bahreïn, figure parmi les acteurs régionaux qui se sont hissés à la tête des startups au cours des derniers mois. Le fournisseur de solutions d'apprentissage en ligne a contribué à accélérer la transformation numérique des entreprises et des institutions du pays depuis l'épidémie de Covid-19, en commençant par un abonnement gratuit de deux mois à ses produits de passerelle.

 

Selon le co-fondateur et PDG Ahmed Faraj « la situation liée à la COVID-19 nous a amenés à envisager d’une nouvelle manière la relation entre la technologie et l'éducation ».

 

« Nous sommes passés plus rapidement au monde numérique. En tant qu'innovateurs, nous sommes capables de nous adapter pour permettre aux entreprises, aux institutions et aux entités gouvernementales d'évoluer rapidement grâce à la panoplie d'outils dont nous disposons ».

--------------------------

 

Ce rapport est publié par Arab News en tant que partenaire du Middle East Exchange, qui a été lancé par les initiatives mondiales de Mohammed ben Rashid Al Maktoum pour refléter la vision du Premier ministre des Émirats arabes unis et souverain de Dubaï afin d'explorer la possibilité de changer le statut de la région arabe.

 

 


Tourisme: Basmah Al-Mayman, représentante de l'OMT, optimiste pour l'avenir

Avec près de 19 ans d’expérience dans l’industrie du tourisme, Basmah Al-Mayman est une pionnière dans son domaine et la première ressortissante arabe du Golfe à représenter l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) au niveau régional. (Photo fournie)
Short Url
  • Le tourisme sortira plus fort que jamais de la crise de la pandémie, déclare Basmah Al-Mayman, directrice de l'OMT pour le Moyen-Orient
  • Des investissements d'une valeur de 810 milliards de dollars s'inscrivent dans un plan ambitieux visant à transformer l'Arabie saoudite en une destination majeure du tourisme de loisirs

RIYADH: Avec près de 19 ans d’expérience dans l’industrie du tourisme, Basmah Al-Mayman est une pionnière dans son domaine. La première ressortissante arabe du Golfe à représenter l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) au niveau régional envisage l’avenir du secteur au Moyen-Orient avec optimisme.

Le projet de l'OMT d'ouvrir un bureau régional à Riyad, le premier en dehors de son siège mondial en Espagne, montre qu'il y a une reconnaissance croissante du potentiel de la région MENA dans ce secteur lucratif, a déclaré Al-Mayman à Arab News dans une interview exclusive.

« Le choix de l'Arabie saoudite pour le bureau régional était une bonne décision, juste à côté des plus grands projets touristiques du monde, qui se préparent en Arabie saoudite », a-t-elle déclaré, faisant sans doute référence à AlUla, Diriyah, Qiddiya, Amaala, le projet de la mer rouge et la ville intelligente NEOM entre autres.

« C’est certainement un indicateur de l’amélioration du profil de l’Arabie saoudite au sein de l’OMT, en plus de refléter le développement du tourisme dans le cadre du plan de diversification économique du Royaume.

« La présence du tourisme dans le programme de la Vision 2030 et les plans de transformation économique reflète la prospérité croissante du Royaume dans le domaine du tourisme mondial »

 

Basmah Al-Mayman avec l'ambassadeur saoudien en Espagne à Madrid à l'occasion de la fête nationale saoudienne en 2019 (Photo fournie)

Des investissements d'une valeur de 810 milliards de dollars devraient transformer le royaume au cours de la prochaine décennie en l'un des plus grands marchés du tourisme de loisirs au monde, avec le Fonds d'investissement public du Royaume et de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national (CSTP) en tête.

Le tourisme religieux continuera également d’attirer des millions de pèlerins en Arabie saoudite chaque année pour le Hajj et la Omra, qui, ensemble, ajoutent environ 12 milliards de dollars au PIB du Royaume par année.

Le potentiel du secteur a été démontré à juste titre par une vague de tourisme intérieur pendant les mois d'été 2020, après que les mesures contre le coronavirus ont provoqué une forte baisse des voyages à l'étranger. Les voyages intérieurs ont augmenté de 31% cette année par rapport aux 12 mois précédents. Les vols locaux ont été doublés pour faire face à la demande croissante.

Par conséquent, les joyaux cachés du Royaume, comme la côte d'Umluj parsemée d'îles, les montagnes du sud d'Abha et la pittoresque province d'Asir, connue pour ses paysages à couper le souffle et son climat frais toute l'année, sont désormais de retour sur la carte touristique.

De son bureau à Madrid, la capitale espagnole, où elle a occupé le poste de directrice régionale du Moyen-Orient depuis 2018, Al-Mayman a consacré toute sa carrière au développement de l'industrie du tourisme, bien avant que l'Arabie saoudite ne commence à s'ouvrir au monde.

« Le tourisme saoudien et moi avons tous deux commencé ensemble », a-t-elle déclaré. « J'étais très jeune lorsque j'ai rejoint la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national (CSTP) à ses débuts. Il n’y avait ni structure officielle pour l’organisation ni même pour l’industrie du tourisme ». Étant donné qu'il y avait très peu de femmes dans l'industrie du tourisme saoudienne à l'époque (« en fait moins de cinq »), Al-Mayman se dit satisfaite du virage qu'elle a pris depuis.

Pendant son séjour à la CSTP, où elle a siégé au conseil d'administration, Al-Mayman s'est battue pour obtenir que les précieux monuments historiques de l'Arabie saoudite, y compris les ruines impressionnantes d'AlUla et de Diriyah, soient inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO. Elle a rappelé ces premières luttes lors d'une récente réunion des ministres du tourisme du G20.

 

Basmah Al-Mayman avec le Secrétaire général de l'OMT lors de sa dernière visite à Aseer. (Photo fournie)

« Pour moi personnellement, le fait d'avoir ces sites sur la table du G20, m'a fait réaliser à quel point nous avons progressé et ce que nous avons réalisé dans ce secteur », a-t-elle affirmé.

Al-Mayman incarne une grande partie l'esprit qui conduit les changements sociaux qui se produisent au sein de la société saoudienne, y compris l'autonomisation des femmes. Elle est particulièrement reconnaissante à sa mère de l’avoir soutenu dans son éducation afin de réaliser son plein potentiel.

---------------------------------------

12 milliards de dollars

La contribution annuelle du tourisme religieux au PIB de l’Ar. saoudite.

----------------------------------------

« Depuis mon enfance, ma mère m'a encouragé à lire et elle était une très bonne lectrice. C’est elle qui m'a encouragé à sortir le meilleur de moi », a-t-elle déclaré. « Je suis la seule fille de la famille, mais je n'ai pas été élevée en tant que fille. J'ai été élevé de la même manière que mes frères ».

Faisant allusion aux paroles souvent citées du prince héritier Mohammed ben Salmane lors de la conférence de l'Initiative d'investissement futur en octobre 2018. « Le Moyen-Orient sera la nouvelle Europe » - a déclaré Al-Mayman: « C'est une ambition régionale. Je cite simplement le leader derrière cela. C'est vrai. Nous pouvons le voir se produire. Même maintenant, pendant la pandémie de la Covid-19, notre région est moins touchée et moins vulnérable pour de nombreuses raisons ».

Le succès d’Al-Mayman lui a permis de se classer 13e dans la « liste des femmes puissantes » 2020 de Forbes Moyen-Orient de 100 femmes d’affaires qui sont au sommet de leur performance. Elle était également la seule femme à représenter le tourisme dans le monde arabe. Mais, comme elle l’a souligné, les femmes fortes ont toujours été nombreuses dans la région ».

« Si nous parlons de cette terre, qui est aujourd'hui connue sous le nom d'Arabie saoudite, à Makkah, nous avons Sayidah Khadijah (l'épouse du prophète), a joué un rôle majeur dans sa société et son économie locale », a-t-elle déclaré.

« Si nous passons à l’histoire moderne, lorsque le Royaume a commencé, la princesse Nourah bint Abdulrahman, la sœur du fondateur, a joué un rôle majeur. Elle a représenté son frère, le roi Abdulaziz dans de nombreuses situations, où elle recevait des délégations internationales de femmes venant pour le Hajj ou pour d’autres raisons.

« De plus, nous avons tellement de femmes formidables dans les domaines de l'éducation et de la médecine. Les Saoudiennes n'ont jamais cessé de travailler, de contribuer à leur société et de contribuer à leur économie. Je me demande simplement pourquoi certains pays pensent que le rôle des femmes saoudiennes n'a commencé que maintenant.

En ce qui concerne l’industrie du tourisme au Moyen-Orient, Al-Mayman est convaincue que des jours encore meilleurs nous attendent. « Je suis très optimiste pour la région », a-t-elle déclaré. « Plusieurs de ses pays progressent dans le tourisme et dans la création des emplois pour les hommes et les femmes et même pour les jeunes ».

 

Basmah Al-Mayman avec le roi d'Espagne lors de la dernière édition du FITUR à Madrid en janvier 2020 (Photo fournie)

L'Arabie saoudite a lancé son nouveau programme de visa électronique en septembre 2019 pour attirer les touristes étrangers, mais a été contrainte de suspendre le service avec le début de la pandémie. Il reprendra certainement dès janvier 2021, a déclaré Ahmed Al-Khateeb, le ministre saoudien du Tourisme, à Bloomberg le mois dernier. Peut-être même plus tôt si un vaccin contre la Covid-19 est découvert.

Al-Mayman est convaincue que le tourisme rebondira beaucoup plus rapidement après la reprise économique dans le Golfe que dans les économies européennes et autres économies développées. « Nous prenons cette pandémie au sérieux », a-t-elle déclaré. « Par conséquent, les dégâts et les pertes ne sont pas d’une ampleur alarmante car nous avons des populations beaucoup plus petites et la plupart des pays de la région ont également des économies fortes ».

Al-Mayman estime qu'il est de la responsabilité de ces pays plus riches du Golfe de mettre leurs compétences et leur savoir-faire au service du développement international. « Je suis très ambitieuse et je souhaite voir plus d'Arabes et de représentants du CCG occuper davantage de postes de direction au sein des agences spécialisées des Nations Unies. Nous formons un seul monde que nous devons le servir en s’entraidant », a-t-elle déclaré.

« Il ne suffit pas d’être un contributeur financier. Nous avons également des personnes dotées de talents et de bonnes compétences qui peuvent également aider les autres régions du monde à faire notre planète un endroit meilleur » a-t-elle conclu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Londres signe avec Tokyo son premier accord commercial majeur post-Brexit

Couvrant le textile, la finance, les nouvelles technologies en passant par l'agroalimentaire et les pièces automobiles, le texte reproduit dans les grandes lignes l'accord UE-Japon existant, qui ne s'appliquera plus au Royaume-Uni à compter du 1er janvier. (AFP).
Short Url
  • Le Royaume-Uni et le Japon ont signé vendredi à Tokyo un accord commercial bilatéral, premier grand traité de libre-échange post-Brexit
  • Selon Londres, environ 99% des exportations entre les deux pays seront exempts de droits de douane grâce à cet accord, dont la conclusion avait déjà été annoncée le 11 septembre

TOKYO : Le Royaume-Uni et le Japon ont signé vendredi à Tokyo un accord commercial bilatéral, premier grand traité de libre-échange post-Brexit pour Londres, alors que des négociations difficiles, à l'issue incertaine, se poursuivent entre Britanniques et Européens.

Couvrant le textile, la finance, les nouvelles technologies en passant par l'agroalimentaire et les pièces automobiles, le texte reproduit dans les grandes lignes l'accord UE-Japon existant, qui ne s'appliquera plus au Royaume-Uni à compter du 1er janvier.

Londres s'est toutefois efforcé de souligner qu'il s'agissait d'un texte "allant plus loin" que l'accord UE-Japon, avec notamment des améliorations en matière de libre circulation des échanges numériques.

Toujours selon Londres, environ 99% des exportations entre les deux pays seront exempts de droits de douane grâce à cet accord, dont la conclusion avait déjà été annoncée le 11 septembre.

Les échanges de biens et de services entre le Royaume-Uni et le Japon ont représenté en 2019 environ 30 milliards de livres sterling (33 milliards d'euros), soit à peine 2% du total du commerce extérieur britannique.

C'est aussi très peu comparé aux échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, qui pesaient plus de 670 milliards de livres l'an passé.

L'accord nippo-britannique pourrait permettre à terme d'augmenter de 15 milliards de livres les échanges commerciaux entre les deux pays, affirme encore Londres.

Faire taire les sceptiques

Les Parlements des deux pays doivent encore ratifier l'accord d'ici la fin de cette année pour qu'il entre en vigueur le 1er janvier 2021, afin de coïncider avec la fin de la période de transition avec l'Union européenne après le Brexit qui a démarré le 31 janvier 2020.

Le texte a été signé lors d'une brève cérémonie à Tokyo en présence de la ministre britannique du Commerce international Liz Truss et du ministre japonais des Affaires étrangères Toshimitsu Motegi.

"Certains disaient qu'un Royaume-Uni indépendant ne parviendrait pas à conclure des accords commerciaux séparés ou que cela prendrait des années. Mais, aujourd'hui, nous avons prouvé aux sceptiques qu'ils avaient tort", a lancé Mme Truss après la signature.

Cet accord "ouvre la voie" à des liens plus étroits entre le Royaume-Uni et 11 pays du Pacifique dans le cadre du traité commercial transpacifique (CPTPP), a ajouté Londres.

M. Motegi de son côté a rappelé que le Japon considère le Royaume-Uni comme une "porte d'entrée vers l'Europe continentale" et a souligné l'importance d'une fin en douceur de la période de transition du Brexit.

"Il est d'une importance capitale que les chaînes d'approvisionnement entre le Royaume-Uni et l'UE soient maintenues même après la fin de la période de transition", a dit le ministre japonais.

Il s'est notamment félicité d'un "accès amélioré" au marché britannique pour certains produits japonais par rapport à l'accord avec l'UE, comme des pièces pour les secteurs ferroviaire ou automobile.

Le constructeur automobile japonais Nissan, allié du français Renault, exploite notamment une énorme usine à Sunderland (nord-est de l'Angleterre), dont l'avenir serait sérieusement compromis en cas de "no deal" entre Londres et Bruxelles.

Urgence avec l'UE

Le Royaume-Uni a repris jeudi ses négociations difficiles avec l'Union européenne sur leurs futures relations commerciales, après une semaine de paralysie.

Les deux parties espèrent trouver un compromis d'ici la fin du mois, pour éviter un chaos économique après le 1er janvier 2021, mais des points de friction importants subsistent.

Gravement affectée comme le reste de l'Europe par la crise liée à la pandémie de Covid-19, l'économie britannique souffre par ailleurs déjà des dommages causés par sa décision de quitter l'UE.

"L'économie britannique est déjà 2,5% plus petite qu'elle ne l'aurait été sans le Brexit", ce qui équivaut à un quart de point de pourcentage de croissance en moins à chaque trimestre depuis le référendum de 2016 sur la sortie de l'UE, selon un rapport de l'agence de notation financière Moody's publié jeudi.

Vendredi dernier, Moody's avait abaissé d'un cran la note financière du Royaume-Uni, de Aa2 à Aa3, en raison d'une croissance moins élevée que prévu et des risques que fait peser le Brexit sur son économie.


Renault voit son chiffre d'affaires baisser de 8 % au troisième trimestre

Hors d'Europe, les ventes du groupe sont en recul de 9 %, affectées principalement par la baisse des ventes au Brésil (-50,9 %). En Russie, deuxième marché du Groupe Renault, Lada est en hausse de 4,5 %. (AFP).
Short Url
  • Le groupe automobile Renault a fait état vendredi d'un chiffre d'affaires en baisse de 8,2 % au troisième trimestre 2020
  • Le groupe a vendu 806 320 véhicules au cours des trois derniers mois, soit une baisse de 6,1 % par rapport à la même période en 2019

PARIS : Le groupe automobile Renault a fait état vendredi d'un chiffre d'affaires en baisse de 8,2 % au troisième trimestre 2020, à 10,4 milliards d'euros, en raison d'un redressement tardif de ses ventes et de taux de changes négatifs.

Au premier semestre, les ventes de Renault avaient plongé de 34,3 % en raison de la crise sanitaire.

À taux de change et périmètre constants, le recul au 3e trimestre n'est toutefois que de 3,2 %, après une chute de 32,9 % sur les six premiers mois de l'année.

Le groupe a vendu 806 320 véhicules au cours des trois derniers mois, soit une baisse de 6,1 % par rapport à la même période en 2019.

Le mois de septembre 2020 montre cependant une dynamique positive, selon Renault, «particulièrement marquée en Europe» où le groupe est leader sur le marché de l'électrique. 

«Notre performance dans l'électrique, le très bon accueil de nos modèles E-Tech hybrides, nos réserves de liquidités et la dynamique positive de nos équipes nous rendent confiants en la capacité du groupe à enclencher son redressement», souligne dans un communiqué le directeur général du groupe, Luca de Meo. 

Le carnet de commandes, en hausse de 60 % au 30 septembre, est à «un niveau élevé» tandis que les stocks sont à un «point bas».

Hors d'Europe, les ventes du groupe sont en recul de 9 %, affectées principalement par la baisse des ventes au Brésil (-50,9 %). En Russie, deuxième marché du Groupe Renault, Lada est en hausse de 4,5 %.

M. De Meo doit présenter un nouveau plan stratégique entre la fin de l'année et janvier 2021, qui reposera en partie sur une nouvelle marque consacrée aux solutions de mobilité. 

D'ici à 2025, le dirigeant italien avait dit cet été espérer que Renault puisse «récolter les premiers bénéfices de la reprise des marchés», alors que le groupe au losange, touché de plein fouet par la crise, a subi une perte colossale de 7,3 milliards d'euros au 1er semestre et annoncé la suppression de 15 000 emplois dans le monde.