Le roman iranien s'épanouit chez les femmes et en Occident

Des femmes iraniennes à Téhéran, le 14 octobre 2020 (Photo, AFP)
Des femmes iraniennes à Téhéran, le 14 octobre 2020 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 18 octobre 2020

Le roman iranien s'épanouit chez les femmes et en Occident

  • « Il n'y a jamais eu vraiment de romanciers iraniens »
  • Toutes trois espèrent contrebalancer l'image d'un pays hostile aux étrangers

PARIS : C'est en Occident que s'épanouit le roman iranien, chez des autrices qui cherchent à nuancer l'image d'un pays abîmé par les soubresauts de la politique internationale, et par les censeurs qui frappent la culture.

Deux points communs unissent Dina Nayeri, Américaine, Nazanine Hozar, Canadienne, et Négar Djavadi, Française: elles sont exilées d'un même pays, et publient un roman en France en cette rentrée littéraire.

Pour cette dernière, cela n'a rien d'un hasard. « Il n'y a jamais eu vraiment de romanciers iraniens. La poésie a toujours été une tradition forte. Le roman était moins noble, et de ce fait, laissé aux femmes. Les hommes sont plus poètes. Les femmes plus romancières », dit-elle, rencontrée fin septembre lors du festival littéraire Correspondances de Manosque.

Cette scénariste de 51 ans a signé deux romans. Le premier, « Désorientale » (2016), qui racontait sous la forme d'une fiction son départ d'Iran, a connu un succès international. Dans le second, « Arène » (2020), elle évoque les quartiers populaires de Paris.

Même thème, le départ d'Iran, pour Dina Nayeri, actuellement en résidence artistique à Paris, et qui voit paraître la traduction française de « Faiseurs d'histoires ». Le livre, écrit en anglais, raconte les multiples parcours et désarrois d'émigrés iraniens peinant à se faire accepter comme demandeurs d'asile en Europe.

« Il y a une envie d'histoires comme celles que je dis là, bien entendu. Mais l'immigration, les réfugiés ne sont pas le seul sujet sur lequel je veux écrire », affirme-t-elle.

Cases prédéfinies

Ces réfugiés se retrouvent face à des administrations froides, qui traquent le moindre prétexte pour rejeter leur demande d'asile, et tentent de ranger les individus dans des cases prédéfinies de persécutés sans appréhender la complexité des situations. A force de s'y heurter, l'un d'eux commettra l'irréparable. « Même le meilleur écrivain ne peut émouvoir le lecteur paresseux et cynique », dit la narratrice.

Le roman émeut quand il raconte l'expérience de cette émigrée aux Etats-Unis, un pays que Dina Nayeri, 41 ans, a quitté pour l'instant sans regret. « Pour certains lecteurs, cela leur a ouvert les yeux. Des gens âgés par exemple, qui vont à l'église, pas forcément diplômés. Certains ont commencé à se dire: est-ce que c'est comme ça que nous voulons accueillir des personnes qui souffrent? », rapporte-t-elle, un an après la parution en anglais.

La Canadienne Nazanine Hozar, 42 ans, qui publie « Aria », a pour sa part choisi de dépeindre l'Iran d'avant la Révolution islamique de 1979. « Ce qui m'intéressait c'était d'écrire sur et de comprendre la Révolution: pourquoi la Révolution s'est produite. Je pense toujours qu'il faut aller voir quelques temps en arrière, dans le passé », dit-elle, jointe par téléphone dans la région de Vancouver.

Pour parler de Téhéran sous le Shah d'Iran, à partir de 1953, elle choisit une fiction: le destin d'une orpheline qui navigue entre les milieux sociaux, du bas en haut de l'échelle, les quartiers, les cultures et même les religions.

Si cette époque ne doit pas être idéalisée, « il avait au moins une certaine capacité à s'exprimer chez les gens, qui ensuite est réprimée. Aujourd'hui, en ce qui concerne la musique et la culture plus généralement, c'est ça qui est mis sous l'éteignoir », d'après Nazanine Hozar.

Toutes trois espèrent contrebalancer l'image d'un pays hostile aux étrangers, comme on la perçoit dans le best-seller mondial « Jamais sans ma fille » de l'Américaine Betty Mahmoody (1988), adapté ensuite en film.

« Il y a beaucoup d'histoires dans la société iranienne. Il y a certes cette histoire, mais il y a aussi celle d'Iraniens qui désapprouveraient ce qui se passe dans cette famille en particulier. Et dépeindre tout un pays et tout un peuple avec un pinceau unique et dans une couleur unique, c'est là le danger », estime la Canadienne.

Pour ces romancières, il serait difficile d'imaginer une parution dans leur pays d'origine. Ou même, il aurait été difficile d'envisager d'y être romancière.

« Le propre de ce régime politique, c'est de rentrer dans la vie privée des gens, jusqu'aux prénoms de leurs enfants. Et quand vous sortez de l'Iran, vous sortez de l'emprise », souligne Négar Djavadi.


A New York, Metallica, Mariah Carey et ... Biden au chevet de la planète

L'auteur-compositeur-interprète américain Charlie Puth se produit lors du Global Citizen Festival à Central Park à New York, le 24 septembre 2022. (Photo, AFP)
L'auteur-compositeur-interprète américain Charlie Puth se produit lors du Global Citizen Festival à Central Park à New York, le 24 septembre 2022. (Photo, AFP)
L'auteure-compositrice-interprète américaine Mariah Carey se produit lors du Global Citizen Festival à Central Park à New York, le 24 septembre 2022. (Photo, AFP)
L'auteure-compositrice-interprète américaine Mariah Carey se produit lors du Global Citizen Festival à Central Park à New York, le 24 septembre 2022. (Photo, AFP)
James Hetfield de Metallica se produit lors du Global Citizen Festival à Central Park à New York, le 24 septembre 2022. (Photo, AFP)
James Hetfield de Metallica se produit lors du Global Citizen Festival à Central Park à New York, le 24 septembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Retransmis sur nombre de télés et plateformes, le concert new-yorkais se tenait en même temps qu'un autre à Accra, au Ghana, en dépit du décalage horaire
  • Le président Joe Biden et son épouse Jill ont assuré dans un message vidéo que les Etats-Unis étaient engagés dans le «combat» pour le climat

NEW YORK: New York s'est offert samedi un concert caritatif géant pour le climat et contre la pauvreté en faisant défiler une dizaine de stars, de Metallica à Mariah Carey, et des dirigeants internationaux comme Ursula von der Leyen et, via une vidéo, le couple Biden. 

Derrière cet événement, qui se tient chaque année depuis dix ans à la fin de l'Assemblée générale de l'ONU, on trouve l'ONG philanthropique Global Citizen, une plateforme numérique internationale créée par l'Australien Hugh Evans et qui veut rassembler des "citoyens mondialisés" sensibilisés aux fléaux de la famine, du sous-développement, du dérèglement climatique ou des discriminations. 

Pour gagner son billet pour Central Park -- l'immense poumon vert de Manhattan -- il fallait s'inscrire sur le site de Global Citizen, signer des pétitions et relayer des messages sur les réseaux sociaux afin de faire pression sur les dirigeants politiques et économiques de la planète. 

Retransmis sur nombre de télés et plateformes, le concert new-yorkais se tenait en même temps qu'un autre à Accra, au Ghana, en dépit du décalage horaire. 

Loi américaine pour le climat 

Le président Joe Biden et son épouse Jill ont assuré dans un message vidéo que les Etats-Unis étaient engagés dans le "combat" pour le climat et s'étaient dotés cet été d'une loi comportant 369 milliards de dollars d'investissements pour "améliorer la santé, faire avancer la justice et construire une énergie propre". 

Les deux chefs de la majorité démocrate au Sénat et à la Chambre des représentants, Chuck Schumer et Nancy Pelosi, sont venus en personne sur scène pour défendre la politique environnementale de Washington. 

Avant eux, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen était aussi au concert de Central Park pour dire aux "citoyens du monde (qu'elle les) avait bien entendus". 

"Nous devons mettre un terme aux famines (...) L'Europe mobilise 600 millions d'euros pour la sécurité alimentaire en Afrique, dans les Caraïbes et dans le Pacifique", a-t-elle assuré. 

Mais après cinq heures de mini-concerts et de messages consensuels de dirigeants politiques et d'entreprises américaines sponsors du festival, il a fallu la puissance du son métal du groupe légendaire de hard rock Metallica pour animer les milliers de fans rassemblés à Central Park. 

Les Californiens presque sexagénaires ont ravi leur public une heure durant avec notamment une version de leur titre mythique "Nothing Else Matters" chanté par Mickey Guyton, qui revendique le titre de première artiste noire américaine de musique country. 

Star de Bollywood 

Le "Global Citizen Festival" a également vibré grâce aux dynamiques jeunes rockeurs italiens du goupe Maneskin et aux New-Yorkais des Jonas Brothers, dont l'un des trois frères est marié à la star du cinéma indien de Bollywood, Priyanka Chopra, maîtresse de la cérémonie à Central Park. 

L'artiste pop new-yorkaise de renommée mondiale Mariah Carey a donné une version enlevée de son classique "Hero", accompagnée par la danseuse classique Misty Copeland. 

Entre deux mini-concerts, des dirigeants politiques et économiques se sont succédé sur scène. 

La Première ministre de la Barbade, Mia Mottley a relayé les messages alarmistes de ses homologues de petits pays du Pacifique et des Caraïbes menacés par le réchauffement climatique, qu'ils ont martelés toute la semaine à l'ONU. 

"Oui, mes amis, notre temps est compté", a-t-elle prévenu. 

Les violences faites aux femmes ont aussi été dénoncées: une avocate iranienne réfugiée à Berlin, Anuscheh Amir-Khalili, a évoqué sur scène la mort en Iran de la jeune Masha Amini arrêtée par la police des moeurs, déclenchant des manifestations et leur répression. 

"J'ai vu mes soeurs forcées de fuir les agressions, les oppressions et les féminicides dans le monde entier (...) Nous devons porter la parole des femmes opprimées", a-elle lancé, la mine grave, sous les applaudissements. 


Le tournage de la version saoudienne de l’émission internationale «Idol» devrait bientôt commencer

L’émission saoudienne «Idol» tentera de découvrir des talents locaux, principalement à Riyad, avec un jury de quatre membres composé de la chanteuse saoudienne Aseel Abu Bakr, de la chanteuse et actrice émiratie Ahlam, de la chanteuse populaire arabe Asala (syrienne) et du chanteur et compositeur irako-saoudien Majed al-Mohandis. (Twitter/@AlArabiya_KSA)
L’émission saoudienne «Idol» tentera de découvrir des talents locaux, principalement à Riyad, avec un jury de quatre membres composé de la chanteuse saoudienne Aseel Abu Bakr, de la chanteuse et actrice émiratie Ahlam, de la chanteuse populaire arabe Asala (syrienne) et du chanteur et compositeur irako-saoudien Majed al-Mohandis. (Twitter/@AlArabiya_KSA)
Short Url
  • L’émission du groupe MBC, «Trending», qui fait la lumière sur l’actualité des artistes, a annoncé le début des préparatifs pour l’émission de talents saoudienne dont le tournage devrait commencer le mois prochain
  • Sur Twitter, le groupe MBC lance un appel à candidatures: «Vous avez une belle voix et aimeriez chanter? Vous aimez la compétition et la célébrité? Participez au plus grand concours de chant. N’attendez plus, inscrivez-vous dès aujourd’hui»

RIYAD: Une version saoudienne de l’émission internationale «Idol» a été dévoilée samedi, dans le cadre d’un partenariat entre la General Entertainment Authority (GEA) du Royaume et le groupe MBC.

Le président de la GEA, Turki al-Sheikh, écrit sur twitter que ladite autorité et le groupe MBC ont établi un partenariat pour lancer la première saison de la version saoudienne de l’émission «Idol», qui débutera en décembre.

Le tournage devrait débuter en octobre et l’émission «Idol» tentera de découvrir des talents locaux, principalement à Riyad, avec un jury de quatre membres composé de la chanteuse saoudienne Aseel Abu Bakr, de la chanteuse et actrice émiratie Ahlam, de la chanteuse populaire arabe Asala (syrienne) et du chanteur et compositeur irako-saoudien Majed al-Mohandis.

«Je suis heureux de faire part d’un nouveau partenariat entre la GEA et le groupe MBC pour lancer Idol. L’émission commence en décembre 2022», tweete M. Al-Sheikh.

L’émission du groupe MBC, «Trending», qui fait la lumière sur l’actualité des artistes, a annoncé le début des préparatifs pour l’émission de talents saoudienne dont le tournage devrait commencer le mois prochain.

Sur Twitter, le groupe MBC lance un appel à candidatures: «Vous avez une belle voix et aimeriez chanter? Vous aimez la compétition et la célébrité? Participez au plus grand concours de chant. N’attendez plus, inscrivez-vous dès aujourd’hui.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Le succès retentissant d'Iraq Idol
Par Rami Abou Diab -
Spécial
MBC inaugure son nouveau siège à Riyad
Par Lama Alhamawi -

A Chypre, des cultivateurs de caroube récoltent toujours leur «or noir»

Les caroubes, considérées comme une des principales ressources de l'île au début du XXe siècle, sont des gousses remplies de graines noires (Photo, AFP).
Les caroubes, considérées comme une des principales ressources de l'île au début du XXe siècle, sont des gousses remplies de graines noires (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans le village côtier voisin de Zygi, plusieurs cultivateurs livrent des sacs de gousses de caroube à une minoterie
  • Des usines à l'abandon ou réaménagées viennent rappeler la gloire passée de cette industrie dans ce village réputé autrefois pour sa production de caroube

ASGATA, Chypre: Du haut de ses 79 ans, Christos Charalambous n'hésite pas à grimper sur des caroubiers, des arbres fruitiers méditérranéens, pour en récolter les fruits, de longues gousses appelées "or noir" qui ont fait la richesse de l'île de Chypre dans le passé.

Les caroubes, considérées comme une des principales ressources de l'île au début du XXe siècle, sont des gousses remplies de graines noires. Utilisées pour la fabrication de pellicules photo ou de gélules, elles peuvent également rentrer dans la composition de sirop, d'agent sucrant ou alimentation animale.

Le fruit du caroubier peut également servir de substitut au cacao et ses grains sont utilisés dans l'industrie almimentaire.

Après trois semaines de travail avec son petit-fils, M. Charalambous a déjà récolté trois tonnes de caroube. Mais avec l'urbanisation croissante et l'exode rural à Chypre, les caroubiers ont été délaissés et la production a chuté.

"C'est un fruit dont toutes les parties peuvent être utilisées", explique M. Charalambous, qui cultive ses caroubiers dans le village d'Asgata situé dans le sud de Chypre.

Pour son petit-fils, Teophanis Christou, 20 ans, il s'agit d'une agriculture "difficile". "Mais c'est un travail qui peut garder la famille soudée", ajoute-t-il.

«Or noir»

Dans le village côtier voisin de Zygi, plusieurs cultivateurs livrent des sacs de gousses de caroube à une minoterie.

Des usines à l'abandon ou réaménagées viennent rappeler la gloire passée de cette industrie dans ce village réputé autrefois pour sa production de caroube.

"La caroube était considérée comme l'or noir de Chypre car beaucoup de fermiers la cultivaient", explique Stavros Glafkou Charalambous, qui représente une coopérative de commerçants de ce produit.

La coopérative, qui dirige la minoterie de Zygi, travaille avec 1.500 à 2.000 petits producteurs, dont la majeure partie cultive la caroube pour s'assurer "un revenu supplémentaire".

George Pattichis, un cultivateur de caroubiers de 75 ans, se rend à la minoterie de Zygi depuis plus de 50 ans. "Je fais partie des dernières générations -- mes enfants travaillent dans d'autres secteurs", confie-t-il.

«Changement climatique»

En 2019, les producteurs vendaient la caroube à 35 centimes d'euro le kilo et ce fruit représentait moins de 1,5% de la production agricole de Chypre, selon le ministère de l'Agriculture.

Mais la demande mondiale pour les graines de caroube, utilisées dans l'industrie alimentaire, a fait grimper les prix de ce produit, explique Marios Kyriacou, de l'Institut national de recherche agricole.

Cette année, le prix du kilo est environ d'un euro, assurent des cultivateurs à l'AFP.

En 2021, l'exportation des gousses et grains de caroube a rapporté près de huit millions d'euros à l'économie nationale, selon des chiffres officiels.

"Je compte vendre au plus offrant", confie Anastasis Daniel, un cultivateur de 65 ans.

Le ministre de l'Agriculture, Costas Kadis, reconnaît pour sa part que la production de caroube a décliné pendant un moment. Mais cette production "reprend à nouveau", dit-il à l'AFP tout en rappelant que Chypre était le 3e exportateur mondial de caroube dans les années 60.

Le caroubier "a besoin de peu d'insecticides, d'engrais et d'eau, ce qui est important quand on parle de changement climatique", ajoute M. Kadis.

Cet arbre "résiste à la sécheresse", confirme M. Kyriacou qui étudie également les vertus "antidiabétiques" des gousses de caroube.