Liban: sans Hariri, la communauté sunnite fragmentée à l'approche des élections

L'ancien premier ministre libanais Saad Hariri, qui a été propulsé en politique après l'assassinat de son père Rafik en 2005, fait des gestes à la foule après une conférence de presse dans la capitale Beyrouth, le 24 janvier 2022. (AFP).
L'ancien premier ministre libanais Saad Hariri, qui a été propulsé en politique après l'assassinat de son père Rafik en 2005, fait des gestes à la foule après une conférence de presse dans la capitale Beyrouth, le 24 janvier 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 13 mai 2022

Liban: sans Hariri, la communauté sunnite fragmentée à l'approche des élections

  • M. Hariri, 52 ans, avait annoncé fin janvier son retrait de la vie politique et appelé en mars son parti à boycotter les élections
  • Son bloc parlementaire comptant 18 députés (sur 128), il sera le grand absent des prochaines législatives au Liban

BEYROUTH : A quelques jours des législatives prévues au Liban le 15 mai, les sunnites, importante communauté parmi les 18 que compte ce pays multiconfessionnel, se retrouvent fragmentés après la décision de leur leader politique, l'ancien Premier ministre Saad Hariri, de boycotter le scrutin.

Les sunnites ont longtemps été un acteur essentiel sur la scène politique de ce petit pays du Proche-Orient, régi par un laborieux système de partage du pouvoir entre communautés religieuses.

Les législatives se tiennent sur fond d'effondrement économique et d'impasse politique, mais elles ne devraient pas apporter de changement important à un paysage politique dominé par les partis traditionnels, estiment des experts, même si des candidats anti-système pourraient réaliser des percées. 

M. Hariri, 52 ans, avait annoncé fin janvier son retrait de la vie politique et appelé en mars son parti à boycotter les élections. Son bloc parlementaire comptant 18 députés (sur 128), il sera le grand absent des prochaines législatives.

Mais "dans le but d'éviter que le Hezbollah ne profite" de l'absence de Saad Hariri pour attirer le vote des sunnites, "il y a eu une mobilisation des figures sunnites traditionnelles", explique à l'AFP le politologue Karim Bitar. 

Saad Hariri bénéficiait autrefois du soutien indélébile de l'Arabie saoudite. Mais leurs relations se sont détériorées ces dernières années, Ryad estimant qu'il était trop complaisant envers le puissant mouvement chiite Hezbollah, proche de l'Iran, grand rival régional du royaume saoudien.

Propulsé sur la scène politique à la suite de l'assassinat de son père Rafic Hariri en 2005, également ancien Premier ministre, Saad Hariri a dirigé trois gouvernements et a été contraint de composer avec le Hezbollah, qui domine la vie politique. 

"Il ne fait aucun doute que pour éviter une guerre civile, j'ai dû faire des compromis", a-t-il déclaré en janvier. "Ce souci a guidé tous mes pas, m'a fait perdre ma fortune personnelle, ainsi que certains amis à l'étranger et beaucoup d'alliés", a-t-il déploré.

«Plusieurs pôles sunnites»

Omniprésente sur la scène politique depuis la fin de la guerre civile (1975-1990) et bénéficiant d'une relation privilégiée avec plusieurs pays, dont la France, la famille Hariri a longtemps eu le dernier mot au sein du camp sunnite lorsqu'il s'agit des législatives.

Mais Dar el-Fatwa, la plus haute instance de l'islam sunnite au Liban, a mis en garde à quelques jours du scrutin contre le "danger" du boycott des élections et appelé à une participation massive de la communauté.  

Cet appel a aussitôt reçu le soutien de figures politiques sunnites comme l'ancien Premier ministre Fouad Siniora ou le chef du gouvernement actuel Najib Mikati.

Selon M. Bitar, l'absence de Saad Hariri a propulsé d'anciens dirigeants sunnites ainsi que de nouveaux visages, dont des candidats indépendants, sur la scène politique.

"Je pense qu'on se dirige vers la ré-émergence de plusieurs pôles sunnites, (...) qui chercheraient à combler le vide en attendant un éventuel retour de l'influence saoudienne et de Saad Hariri", estime M. Bitar. 

Ancien numéro deux du parti de M. Hariri, Moustapha Allouche ne s'est pas conformé aux consignes et a démissionné de la formation pour présenter sa candidature. 

Pour lui, mieux vaut diviser le camp sunnite que boycotter les législatives. 

"Quand on se retire de la scène, on donne la chance aux adversaires", déclare-t-il à l'AFP, préconisant la formation d'"un front uni contre le projet du Hezbollah, si celui-ci obtient la majorité" à l'issue du scrutin.

A Beyrouth, le quartier sunnite de Tarik Jdidé est parsemé de portraits géants de Saad Hariri alors que des panneaux y appellent au boycott des élections. 

Mais parmi les résidents, certains refusent de baisser les bras. 

"Nous allons voter car nous n'acceptons pas que d'autres partis profitent de la situation ou manipulent la communauté pour leurs intérêts personnels", martèle Ahmad, 60 ans, père de famille au chômage.

Mais "la division du camp sunnite sert les intérêts du Hezbollah. C'est le seul bénéficiaire" de cette situation, estime Anwar Ali Beyrouti, 70 ans. 


L'Arabie saoudite s'apprête à accueillir un million de pèlerins pour le hajj

Des fidèles musulmans arrivent à la Grande Mosquée dans la ville sainte de La Mecque, en Arabie saoudite, le 2 juillet 2022. (AFP).
Des fidèles musulmans arrivent à la Grande Mosquée dans la ville sainte de La Mecque, en Arabie saoudite, le 2 juillet 2022. (AFP).
Short Url
  • L'Arabie saoudite va accueillir un million de musulmans pour le grand pèlerinage annuel, dont 850 000 de l'étranger, pour la première fois depuis 2019
  • L'un des cinq piliers de l'islam, le hajj consiste en une série de rites sur cinq jours devant être accomplie à la Mecque et dans la région avoisinante par tous les musulmans qui en ont la possibilité

LA MECQUE : Les rues de La Mecque, la ville la plus sacrée de l'islam, en Arabie saoudite, grouillent de pèlerins venus du monde entier pour accomplir le hajj, qui commence mercredi, après deux ans de restrictions drastiques en raison de la pandémie du Covid-19.

L'Arabie saoudite va accueillir un million de musulmans pour le grand pèlerinage annuel, dont 850 000 de l'étranger, pour la première fois depuis 2019.

"C'est le bonheur absolu", dit à l'AFP Abdel Qader Kheder, un pèlerin soudanais. "Je n'arrive presque pas à croire que je suis là. Je profite de chaque instant".

En 2021, pour limiter la propagation du virus, seuls 60 000 résidents d'Arabie saoudite avaient été autorisés à faire le pèlerinage et à peine un millier l'année précédente - contre 2,5 millions de musulmans du monde entier en 2019.

L'un des cinq piliers de l'islam, le hajj consiste en une série de rites sur cinq jours devant être accomplie à la Mecque et dans la région avoisinante par tous les musulmans qui en ont la possibilité, au moins une fois dans leur vie.

La Grande Mosquée sera lavée 10 fois par jour

Alors que les cas de contamination au Covid-19 remontent en flèche dans le monde, notamment au Moyen-Orient, le rassemblement d'un million de personnes n'est pas sans risques.

Les autorités saoudiennes, qui avaient annoncé en juin l’abandon du port du masque dans la plupart des espaces fermés, ont précisé qu'il serait toujours exigé dans la Grande Mosquée de La Mecque entourant la Kaaba.

Le hajj est réservé cette année aux personnes vaccinées âgées de moins de 65 ans.

Les pèlerins venant de l'étranger doivent également présenter un résultat négatif au test PCR Covid-19 effectué dans les 72 heures précédant le voyage.

La Grande Mosquée sera "lavée 10 fois par jour, par plus de 4000 travailleurs et travailleuses, et plus de 130.000 litres de désinfectant seront utilisés à chaque opération", ont indiqué les autorités.


L'ambassadeur saoudien en Chine visite le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication

Le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication est l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises (Photo, SPA).
Le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication est l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises (Photo, SPA).
Short Url
  • Al-Harbi a rencontré le chef du Centre, le Dr Yahya Mahmoud ben Junaid, ainsi que plusieurs chercheurs
  • Lors de la rencontre, Al-Harbi et Ben Junaid ont discuté de l'importance des relations entre l'Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: L'ambassadeur saoudien en Chine, Abdulrahman ben Ahmed al-Harbi, s'est rendu dimanche au Centre de recherche et de connaissances en intercommunication, à Riyad, a rapporté l'Agence de presse saoudienne (SPA).

Il s’agit de l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises.

Al-Harbi a rencontré le chef du Centre, le Dr Yahya Mahmoud ben Junaid, ainsi que plusieurs chercheurs.

Ben Junaid a expliqué à Al-Harbi le rôle que joue le Centre dans la préparation d'études sur la Chine et la traduction en mandarin d'ouvrages saoudiens publiés en Chine.

Il [lui] a également présenté l'unité d'études chinoises qui comprend un groupe d'élite de chercheurs saoudiens.

Lors de la rencontre, Al-Harbi et Ben Junaid ont discuté de l'importance des relations entre l'Arabie saoudite et la Chine, de l'évolution des groupes de réflexion et du rôle que joue l'ambassade d'Arabie saoudite en Chine dans l'approfondissement et le développement de ces relations au profit des deux pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Jacques Bouthier: Au Maroc, les présumées victimes subissent une campagne d'intimidation

Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Short Url
  • Les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier
  • Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure

CASABLANCA: Après avoir déposé plainte le 17 juin pour harcèlement sexuel contre l’ex-patron du groupe de courtage d’assurance Assu 2000 les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier, poursuivi et écroué pour traite d’êtres humains et viols sur mineurs.

Après avoir porté l’affaire en justice en ayant saisi le procureur du Roi à Tanger, les présumées victimes ont également souhaité briser le silence médiatique en s’exprimant, pour certaines, face caméra. Elles se disent, aujourd’hui, harcelées et intimidées par l’entourage de l'une des grandes fortunes de l'Hexagone qui n'en est pas à sa première affaire de harcèlement.

Tanger

Jacques Bouthier est soupçonné d’avoir entretenu un système de prédation sexuelle dans son centre d’appel de Tanger. En effet, les présumées victimes ont immédiatement été présentées au patron du groupe après leur recrutement par les ressources humaines.

Selon Khamisse un ex-manager chez Assu 2000 à Tanger, Jacques Bouthier choisissait ses cibles présumées parmi les jeunes employées âgées de 18 à 24 ans qui ne s’expriment pas avec aisance en français. Dans une vidéo virale diffusée sur youtube, il explique que l’ex-PDG choisissait les filles sur place, il passait ensuite l’information à l’un de ses responsables pour que celui-ci gère l’affaire pour lui en prenant contact avec les intéressées.

Plainte

Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure. Les quatre plaignantes, âgées de 26 à 28 ans, ont signé une procuration au nom de l’Association marocaine des droits des victimes qui a déposé plainte auprès du procureur général. En plus de la procédure judiciaire en France portant peu où prou, sur les mêmes chefs d’accusations, Jacques Bouthier est également poursuivi au Maroc pour «traite d'êtres humains», «harcèlement sexuel» et «violences verbales et morales». Selon les avocates de l’association en charge du dossier, les faits reprochés à l’ex-patron se seraient produit entre 2018 et 2022.

Lors d’une conférence de presse organisée avec la participation des présumées victimes, les jeunes femmes ont évoqué, non sans émotion, le harcèlement systématique, les menaces et les intimidations qu’elles auraient subies dans un contexte de précarité sociale pour certaines d’entre elles. 

L’une des plaignantes a affirmé avoir été licenciée après avoir refusé les avances de Jacques Bouthier. Une autre a expliqué qu’elle était considérée comme un bout de viande par le multimillionnaire qui procédait avec la complicité de plusieurs autres salariés du groupe. 

Depuis, même incarcéré, le système mis en place par l'entourage de Jacques Bouthier perdure et tente d'imposer l'omerta en essayant d'acheter le silence des plaignantes selon le témoigne de l'une d'entre elles. 

Âgé de 75 ans, le chef d’entreprise a été mis en examen en mai dernier avec cinq autres personnes, à l’issue d’une enquête préliminaire ouverte mi-mars en France.

L’ex-roi des assurances déchu est aussi poursuivi pour association de malfaiteurs en vue de commettre le crime d’enlèvement et séquestration en bande organisée, ainsi que détention d’images pédopornographiques.