Hommage à Londres à la journaliste palestinienne assassinée

L'ambassadeur palestinien au Royaume-Uni, Husam Zomlot, s'est joint à des dizaines de personnes en deuil devant le siège de la BBC. (Campagne de solidarité avec la Palestine)
L'ambassadeur palestinien au Royaume-Uni, Husam Zomlot, s'est joint à des dizaines de personnes en deuil devant le siège de la BBC. (Campagne de solidarité avec la Palestine)
Short Url
Publié le Vendredi 13 mai 2022

Hommage à Londres à la journaliste palestinienne assassinée

  • Des milliers de personnes vont participer à une manifestation nationale samedi à Londres pour rendre hommage à Shireen Abu Akleh et commémorer la nakba
  • Les manifestants demanderont la fin de l'occupation illégale et de l'apartheid d'Israël en Palestine

LONDRES: Une veillée a été organisée jeudi à Londres, pour rendre hommage au parcours de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, un jour après son assassinat en Cisjordanie.
Shireen Abu Akleh, une journaliste américano-palestinienne qui a couvert le conflit du Moyen-Orient pendant plus de vingt-cinq ans, a été abattue mercredi lors d'un raid militaire israélien dans la ville de Jénine, en Cisjordanie. Les journalistes qui l'accompagnaient, dont l'un a été blessé par balle, ont déclaré que les forces israéliennes leur ont tiré dessus alors qu'ils étaient vêtus de vestes de reporters clairement identifiables.
La veillée, à laquelle ont assisté quelque deux cents personnes, visait également à commémorer tous les journalistes palestiniens martyrs tombés en Israël dans le but «d'apporter la vérité au monde», selon les organisateurs de la Campagne de solidarité avec la Palestine.


L'ambassadeur palestinien au Royaume-Uni, Husam Zomlot, s'est joint à des dizaines de personnes en deuil, dont des journalistes, qui se sont rassemblées à 17 h 30 devant le siège de la BBC et ont été invitées à apporter des bougies, des drapeaux et des photos.
Par ailleurs, des milliers de personnes devraient prendre part à une manifestation nationale samedi à Londres pour rendre hommage à Mme Abu Akleh et commémorer soixante-quatorze ans d'occupation israélienne continue.
«Un an après le bombardement israélien de onze jours sur Gaza, qui a ôté la vie à soixante-sept enfants, les manifestants exigeront des sanctions contre Israël pour ses crimes de guerre, son occupation illégale et son apartheid en Palestine», ont déclaré les organisateurs appartenant à l’organisation non gouvernementale (ONG) Friends of Al-Aqsa (FOA), dans un communiqué.
Les manifestants porteront des photos de Shireen Abu Akleh ainsi que cinquante-cinq vestes de presse pour représenter les cinquante-cinq journalistes tués par Israël depuis 2000. Devant l’enceinte de la BBC, les noms de chacun de ces journalistes seront affichés dans un mémorial aux journalistes tués par les forces israéliennes.


«Qu’Israël prenne des journalistes pour cible est un crime de guerre», a déclaré Shamiul Joarder, responsable des affaires publiques à la FOA. «Aujourd'hui, nous demandons des sanctions immédiates contre Israël.»
Les manifestants demanderont la fin de l'occupation illégale et de l'apartheid d'Israël en Palestine; une occupation connue par beaucoup comme la nakba («catastrophe»), qui a commencé en 1948 lorsque plus de sept cent cinquante mille hommes, femmes et enfants palestiniens ont été forcés de fuir leurs maisons.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
(Avec AP)


Liban: les réfugiés syriens de plus en plus marginalisés

Un homme sort d'une boulangerie avec un sac de pain plat subventionné, tandis que d'autres continuent d'attendre dans une file d'attente, dans la capitale libanaise Beyrouth le 29 juillet 2022, au milieu d'une pénurie de blé. (AFP)
Un homme sort d'une boulangerie avec un sac de pain plat subventionné, tandis que d'autres continuent d'attendre dans une file d'attente, dans la capitale libanaise Beyrouth le 29 juillet 2022, au milieu d'une pénurie de blé. (AFP)
Short Url
  • Cet état de pénurie a provoqué ces dernières semaines de nombreux incidents et bagarres entre Libanais et Syriens, cibles d'accusations de trafic de pain sur le marché noir
  • Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde

BEYROUTH : Au Liban frappé depuis 2019 par une crise économique sans précédent, 80% de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté défini par l'ONU, alors que les autorités ont levé les subventions sur l'ensemble des produits essentiels, à l'exception du blé destiné à la fabrication du pain local.

Le Liban s'efforce de maintenir le prix du blé, denrée alimentaire de base, alors que la livre libanaise a perdu plus de 90% de sa valeur entraînant une inflation galopante.

La guerre en Ukraine a compliqué la situation, Beyrouth important habituellement 80% de son blé d’Ukraine.

Aussi, l'explosion dévastatrice en août 2020 du port a rendu l'importation et le stockage d'autant plus compliqués.

Cet état de pénurie a provoqué ces dernières semaines de nombreux incidents et bagarres entre Libanais et Syriens, cibles d'accusations de trafic de pain sur le marché noir.

Un certain nombre de municipalités, de gouvernorats et de boulangeries semblent avoir pris officieusement plusieurs décisions discriminatoires envers les réfugiés, qu’il s’agisse de vendre des paquets de pain en priorité aux Libanais avant les Syriens, ou de forcer les Syriens et les non-Libanais à faire la queue pour acheter du pain, les Libanais bénéficiant de voies spéciales ouvertes pour leur donner la priorité.

Ces décisions ont été saluées et soutenues par un certain nombre de citoyens libanais dont la rancœur contre les réfugiés a été exacerbée par la crise et le manque, tandis que de nombreux autres se sont opposés à ces mesures qui menaceraient la sécurité des Syriens et mettraient leur vie en danger, estimant que c’est l'État qui provoque la crise.

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a condamné, vendredi, "l'augmentation des tensions et des provocations entre les différentes communautés" au Liban, particulièrement contre les réfugiés syriens.

"Le HCR a constaté une augmentation des tensions et des provocations entre les différentes communautés conduisant à des violences localisées dans les rues, y compris contre les réfugiés", indique un communiqué de l'agence.

Lors de la cérémonie de lancement du "Plan de réponse à la crise au Liban 2022-2023", soutenu par les Nations unies, le Premier ministre libanais avait affirmé que son pays, plongé dans une crise économique sans précédent, allait expulser les réfugiés syriens du territoire libanais si la communauté internationale n’aidait pas à leur rapatriement. 

Le Liban dit accueillir 1,5 million de réfugiés syriens, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde.

Les autorités libanaises avaient annoncé, en juillet 2022, vouloir rapatrier 15 000 déplacés syriens par mois.


Les forces saoudiennes et les Marines américains débutent un exercice d'entraînement conjoint à Yanbu

L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
Short Url
  • Une visite d'inspection a permis de découvrir les sites où les deux forces mèneront leurs opérations conjointes
  • L'exercice, qui s'étend sur un mois, comprend des manœuvres logistiques et des opérations avec des munitions réelles

RIYAD: Les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains ont lancé samedi un exercice d'entraînement conjoint le long de la côte de la mer Rouge dans la ville occidentale de Yanbu, a déclaré le ministère de la Défense du Royaume.

L’exercice baptisé «Outrageous Anger 22» (Colère 22) a été inauguré en présence du commandant du secteur occidental, le général de division Ahmed al-Dibais, du commandant de la marine américaine, le général de division Paul Rock, et des officiers supérieurs des deux parties.

Une visite d'inspection a permis de découvrir les sites où les deux forces mèneront leurs opérations conjointes.

Le colonel Saoud al-Aqili a indiqué que le but de l'exercice qu'il commande lui-même était de s'entraîner à la mise en œuvre des plans opérationnels et logistiques bilatéraux, de faire un échange d'expertise entre les deux parties et de développer un travail complémentaire avec les autorités civiles.

Par ailleurs, le colonel Matthew Hakula, commandant des forces américaines, a précisé que les manœuvres conjointes permettraient d'améliorer la préparation au combat et de renforcer la compatibilité entre les troupes saoudiennes et américaines.

L'exercice, qui s'étend sur un mois, comprend des manœuvres logistiques et des opérations avec des munitions réelles.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Incendie dans une église au Caire, le bilan monte à 41 morts selon l'Église copte égyptienne

Intérieur de la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc, Abbassiyya, Le Caire, 2009 (image, Library on Congress loc.gov)
Intérieur de la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc, Abbassiyya, Le Caire, 2009 (image, Library on Congress loc.gov)
Short Url
  • Cet incendie, dont l'origine n'a jusqu'ici pas été éclaircie, fait encore rage, selon les autorités, à l'église Abou Sifine du quartier populaire d'Imbaba
  • Le président Sissi présente ses condoléances «aux familles des victimes innocentes»

LE CAIRE : Un incendie qui s'est déclenché dimanche au beau milieu d'une messe dans une église d'un quartier populaire du Caire a fait 41 morts, endeuillant la plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient avec 10 à 15 des 103 millions d'Egyptiens.

L'Eglise copte égyptienne a fait état de "41 morts et 14 blessés" en citant "des sources au sein du ministère de la Santé", dans un communiqué publié sur son compte Facebook.

L'Église copte a cité des responsables de la santé pour faire état du nombre de victimes. Elle a déclaré que le feu s'est déclaré alors qu'un service était en cours. Le porte-parole de l'Église copte a déclaré à la chaîne de télévision Al Arabiya que le prêtre de l'église était décédé dans l'accident.


L'incident a incité le président Abdel Fattah el-Sisi à demander aux services d'urgence de la région de prendre toutes les mesures nécessaires. M. Sisi s'est également entretenu par téléphone avec le pape chrétien copte Tawadros II pour lui présenter ses condoléances.

Cet incendie, attribué à un court-circuit dans le système de climatisation,  faisait encore rage en début d'après-midi, selon les autorités, à l'église Abou Sifine du quartier populaire d'Imbaba

Le président Abdel Fattah el-Sisi a demandé aux services d'urgence de la région de prendre toutes les mesures nécessaires.

Au moins 30 ambulances ont transféré les blessés vers les hôpitaux locaux, a déclaré le porte-parole du ministère de la santé, Hossam Abdel Ghaffar, cité dans un rapport du site d'information public Ahram.

Les blessés, selon le rapport, ont été transférés à l'hôpital général d'Imbaba et à l'hôpital d'Agouza.

Sisi a déclaré sur un post facebook qu'il suivait de près les développements de cet "accident tragique" et a ordonné à toutes les agences et institutions étatiques concernées de prendre les mesures nécessaires.

"Je présente mes sincères condoléances aux familles des victimes innocentes", a déclaré le président égyptien. (Avec agences)