Pourquoi la Turquie complique l'adhésion de la Suède et la Finlande à l'Otan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'une réunion de groupe à la Grande Assemblée nationale turque (TGNA) à Ankara, le 18 mai 2022. (Photo, AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'une réunion de groupe à la Grande Assemblée nationale turque (TGNA) à Ankara, le 18 mai 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 18 mai 2022

Pourquoi la Turquie complique l'adhésion de la Suède et la Finlande à l'Otan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'une réunion de groupe à la Grande Assemblée nationale turque (TGNA) à Ankara, le 18 mai 2022. (Photo, AFP)
  • La Turquie peut-elle bloquer l'entrée de la Suède et de la Finlande? 
  • L'unanimité est nécessaire pour entamer les discussions d'adhésion dans l'Otan et chaque pays membre doit aussi ratifier l'accord au niveau parlementaire, donnant de fait un droit de veto à chacun des 30 membres actuels

STOCKHOLM: L'opposition de la Turquie à l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan devrait pouvoir se régler avec un mélange de concessions et de pressions sur Ankara, selon des analystes, mais l'hypothèse d'un blocage complet ne peut être exclue. 

La Turquie peut-elle bloquer l'entrée de la Suède et de la Finlande? 

L'unanimité est nécessaire pour entamer les discussions d'adhésion dans l'Otan et chaque pays membre doit aussi ratifier l'accord au niveau parlementaire, donnant de fait un droit de veto à chacun des 30 membres actuels. 

Membre de l'Otan depuis les premières années de l'organisation (1952), la Turquie peut donc en théorie bloquer l'entrée des deux pays nordiques.  

Après avoir affirmé mardi qu'il ne « céderait pas », son président Recep Tayyip Erdogan a appelé mercredi les membres de l'Otan à « entendre » ses « inquiétudes ».  

Réunis à Bruxelles mercredi matin à l'occasion de la remise officielle des candidatures suédoise et finlandaises, les ambassadeurs des pays de l'alliance n'ont pas réussi à s'accorder sur le lancemement immédiat des discussions d'adhésion, du fait de l'opposition turque. 

De nombreux bras de fer de ce type ont opposé la Turquie et l'Occident ces dernières années, et Ankara n'en est pas toujours sorti vainqueur, rappellent les analystes. 

Pour Paul Levin, directeur de l'Institut des études turques à l'université de Stockholm, il est toutefois probable qu'un accord soit trouvé. 

« Dans un dossier aussi stratégique, je mise sur le fait que la Suède fera des concessions et que d'autres pays de l'Otan contribueront en mettant de la pression sur la Turquie et en leur donnant quelques carottes », dit-il. 

Mais un blocage complet « ne peut pas être exclu, notamment parce que la question du PKK est tellement sensible pour tant de Turcs », selon lui. 

Qu'est ce qui pose problème à la Turquie? 

Avec surtout la Suède dans le viseur, les critiques turques se concentrent sur l'attitude des deux pays sur la question des groupes kurdes. Principalement le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), mais aussi des mouvements armés kurdes en Syrie combattus par la Turquie. 

Considéré comme « une organisation terroriste » par Ankara, le PKK l'est aussi par un grand nombre de pays dont les Etats-Unis et l'Union européenne - Suède et Finlande comprises. 

Mais les lois antiterroristes suédoises ne sont pas aussi étendues qu'en Turquie, « elles sont mêmes à l'autre bout du spectre », note Paul Levin, directeur de l'Institut des études turques à l'université de Stockholm. 

« Par exemple, il n'est pas interdit d'être membre ou d'agiter un drapeau d'une organisation terroriste », souligne-t-il, ce qui permet l'organisation régulières de manifestations pro-PKK dans les rues de Stockholm. 

La Turquie reproche aux deux pays de rejeter ses demandes d'extradition de membres d'« organisations terroristes ». 

L'agacement turc sur le PKK s'est étendu ces dernières années à des signes de soutien suédois aux groupes armés kurdes en Syrie, comme la milice anti-Etat islamique des Unités de protection du peuple (YPG). 

Avec d'autres pays européens, les deux pays ont interdit les exportations d'armes vers la Turquie en octobre 2019, en représailles d'une offensive turque dans le nord de la Syrie. 

Ankara, qui reproche à Stockholm d'avoir été en pointe sur ces mesures, ne veut pas voir entrer dans l'Otan des pays ayant pris des »sanctions » contre la Turquie, selon M. Erdogan. 

Que veut Ankara? 

Outre le règlement des querelles avec la Suède sur les Kurdes, le président turc Erdogan peut espérer obtenir des contreparties d'armement américain voire soigner sa popularité intérieure ou adresser un signal favorable à la Russie, avec qui il entretient des rapports complexes, selon les analystes. 

« Erdogan est un dirigeant habitué aux transactions dans les liens de la Turquie avec l'Occident, et il essaie je pense de faire d'une pierre plusieurs coups, pas juste de forcer la Suède à bouger sur le PKK », analyse Soner Cagaptay, directeur des recherches sur la Turquie au Washington Institute.  

Le dossier de l'exportation d'avions de combat américains vers la Turquie est cité régulièrement comme une piste de solution. 

L'achat de missiles russes sol-air S-400 par la Turquie en 2019 avait entrainé son exclusion du programme du F-35 américain.  

Un déblocage pour ce fleuron de l'aviation américaine semble improbable mais des discussions ont eu lieu ces dernières semaines sur un accord d'exportation et de modernisation pour un avion de précédente génération, le F-16.  

Le Parlement américain doit toutefois donner son accord et ce qui pourrait être perçu comme un chantage risque d'agacer des élus à Washington, selon les analystes. 

« Je ne pense pas que le gouvernement turc puisse obtenir quelque chose de considérable à l’issue de ces négociations », estime Zeynep Gürcanli, éditorialiste au quotidien turc Dünya, selon qui Ankara agit « de façon maladroite » en multipliant les déclarations publiques. 

De nombreux bras de fer de ce type ont opposé la Turquie et l'Occident ces dernières années, et Ankara n'en est pas toujours sorti vainqueur. 

Dans les années 1990, le pays avait menacé de bloquer l'élargissement de l'Otan à des pays d'Europe de l'est, dans le but à l'époque de faire avancer sa candidature à l'Union européenne. 

En 2009, Ankara avait tenté d'empêcher le Danois Anders Fogh Rasmussen de prendre la tête de l'Otan. 

En 2019, dans un autre conflit lié notamment à la Libye et aux YPG kurdes, la Turquie avait cette fois obtenu des postes plus importants au sein de l'Otan. 


Conclusion d’un mémorandum pour lutter contre la désertification dans la région d’Al-Baha

Le village historique de Dhee Ayn, connu sous le nom de «Village de marbre», dans la région d’Al-Baha. (Photo, Twitter)
Le village historique de Dhee Ayn, connu sous le nom de «Village de marbre», dans la région d’Al-Baha. (Photo, Twitter)
Short Url
  • Les domaines de coopération et d’entente définis dans le protocole d’accord comprennent divers projets concernant la région d’Al-Baha, tels que des projets de développement de la végétation
  • Le mémorandum vise également à créer un environnement propice aux investissements qui contribue à la réalisation des objectifs de la Vision 2030 saoudienne et de l’Initiative verte saoudienne

RIYAD: Le Centre national pour le développement de la couverture végétale et la lutte contre la désertification (NCVC) a conclu dimanche un mémorandum d’entente avec le Bureau stratégique pour le développement de la région d’Al-Baha.

Il a été signé sous les auspices du PDG du Centre, le Dr Khaled al-Abdelqader, et du PDG du Bureau, Abdelaziz al-Naïm, et vise à renforcer la compréhension mutuelle entre les deux organisations dans le domaine des investissements et du développement de la végétation.

Le mémorandum vise également à créer un environnement propice aux investissements qui contribue à la réalisation des objectifs de la Vision 2030 saoudienne et de l’Initiative verte saoudienne. Cette dernière a lancé un effort global pour inverser la dégradation de l’environnement et le changement climatique par le biais du développement régénérateur, de la conservation et des pratiques durables.

Les domaines de coopération et d’entente définis dans le protocole d’accord comprennent divers projets concernant la région d’Al-Baha, tels que des projets de développement de la végétation, ainsi que la coordination et la communication concernant l’Initiative verte saoudienne. Parmi les autres projets figurent l’échange de connaissances et d’expériences, et l’organisation de programmes et d’événements touristiques dans la région.

Ce mémorandum fait partie d’une série de contrats et d’accords conclus par le NCVC et s’inscrit dans le cadre de ses efforts de lutte contre la désertification, de réduction de l’ensablement et de préservation des ressources naturelles visant à améliorer la qualité de vie et à favoriser un développement économique durable.

Ces efforts ont également pour but de renforcer la coopération et l’intégration avec les institutions gouvernementales, privées et à but non lucratif, et d’unifier et d’organiser les efforts nationaux dans la mise en œuvre des initiatives de réhabilitation de la végétation.

Le NCVC travaille à la protection et au contrôle des sites de couverture végétale dans tout le Royaume, à la réhabilitation de ceux qui sont dégradés, à la détection des empiètements, à la lutte contre la déforestation et à la supervision de la gestion et des investissements dans les pâturages, les forêts et les parcs nationaux.

Il soutient aussi, à travers ses nombreux projets, les efforts de lutte contre le changement climatique et de réduction des émissions de carbone au niveau mondial.

Sous le slogan «parcs durables», le NCVC a lancé une campagne de sensibilisation le 28 juillet, en coopération avec l’Autorité de développement d’Asir et plus de douze organismes gouvernementaux, afin de sensibiliser la société à la nécessité de protéger la couverture végétale en Arabie saoudite.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite renouvelle automatiquement la carte d’identité de visiteur des résidents yéménites

Les Yéménites vivant en Arabie saoudite verront leur carte d’identité de visiteur automatiquement renouvelée de six mois rapporte l’Agence de presse saoudienne. (Shutterstock)
Les Yéménites vivant en Arabie saoudite verront leur carte d’identité de visiteur automatiquement renouvelée de six mois rapporte l’Agence de presse saoudienne. (Shutterstock)
Short Url
  • La Direction générale des passeports indique que les résidents éligibles peuvent demander une prolongation de six mois jusqu’au 7 décembre
  • Les bénéficiaires devront payer les frais par le biais d’un service disponible jusqu’au 23 août

RIYAD: Les Yéménites vivant en Arabie saoudite verront leur carte d’identité de visiteur automatiquement renouvelée de six mois, rapporte l’Agence de presse officielle saoudienne.

Dans un communiqué publié par l’agence, la Direction générale des passeports indique que les résidents éligibles peuvent demander une prolongation de six mois jusqu’au 7 décembre.

Cela s’applique également aux résidents yéménites qui renouvellent régulièrement leur carte d’identité de visiteur, selon l’autorité.

Les bénéficiaires devront payer les frais par le biais d’un service disponible jusqu’au 23 août.

«Le renouvellement se fera automatiquement sans qu’il ne soit nécessaire de se rendre aux départements de passeports», précise l’autorité.

La nouvelle carte d’identité sera délivrée au résident via Saudi Post, peut-on lire dans le communiqué.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les Palestiniens de Gaza pansent leurs plaies au premier jour de la trêve

Des Palestiniens inspectent un cratère après les trois derniers jours de conflit avec Israël avant une trêve, dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 8 août 2022 (Photo, AFP).
Des Palestiniens inspectent un cratère après les trois derniers jours de conflit avec Israël avant une trêve, dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 8 août 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le président américain Joe Biden a salué le cessez-le-feu négocié par l'Egypte et entré en vigueur à 20H30 GMT dimanche
  • En Israël, trois personnes ont été blessées par les tirs de roquettes, selon des secouristes

GAZA: Les habitants de la bande de Gaza pansent leurs plaies lundi, au premier jour d'une trêve entre le Djihad islamique et Israël qui a mis fin à trois jours de bombardements ayant fait 44 morts palestiniens et d'importantes destructions dans l'enclave paupérisée.

La vie reprenait doucement son cours avec la réouverture du passage entre le territoire palestinien sous blocus et Israël qui a permis à l'unique centrale électrique de l'enclave de redémarrer.

"Nous nous sommes réjouis de l'annonce du cessez-le-feu, et avons repris le travail", raconte Hazem Douima qui tient une boutique à Gaza. "Plus d'effusion de sang!"

La "situation est tragique et difficile", raconte à l'AFP Mohamed Alai, un autre habitant. "Nous avons beaucoup de morts et de blessés, des destructions (...) mais Gaza panse ses plaies", dit-il.

Entre le début de l'opération israélienne vendredi et dimanche soir, 44 Palestiniens dont 15 enfants sont morts et 360 ont été blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza, qui a fait en outre état d'immeubles entiers détruits dans les frappes.

Lundi, des camions de carburant sont entrés dans la bande de Gaza par le passage de Kerem Shalom fermé par Israël depuis le 2 août, a constaté l'AFP.

L'unique centrale électrique de ce micro-territoire surpeuplé, paupérisé et sous blocus israélien depuis plus de 15 ans, qui avait cessé de marcher samedi faute de carburant livré par Israël, a recommencé "à générer de l'électricité", selon le porte-parole de la compagnie d'électricité, Mohammed Thabet.

Les passages entre l'Etat hébreu et la bande de Gaza ont rouvert "pour des besoins humanitaires lundi", a indiqué dans un communiqué le Cogat, organe du ministère israélien de la Défense qui supervise les activités civiles dans les Territoires palestiniens.

«Guerre tous les six mois»

A Gaza, Souhail al-Baouab a "vécu trois jours dans la peur". "Nous ne voulons pas de guerre tous les six mois et quand on a entendu parler de la trêve, on était si contents malgré le deuil pour les martyrs car la vie reprend son cours normal", a dit cette résidente de 56 ans.

Lundi, des familles ont enterré leurs morts, comme à Jabalia (nord) où des centaines de personnes ont assisté aux funérailles de quatre jeunes d'une même famille tués dans les bombardements.

Dans le sud de l'Etat hébreu frontalier avec Gaza où a repris la circulation ferroviaire et routière, un habitant d'Askhelon, Davit Shitrit, a indiqué ne "pas faire confiance" au Djihad islamique. "Ils promettent toujours mais attaquent chaque fois de nouveau (...) j'espère que cette fois, ça va tenir".

Selon le Djihad islamique, l'accord de trêve prévoit entre autres "l'engagement de l'Egypte à oeuvrer en faveur de la libération de deux prisonniers" du groupe aux mains d'Israël, notamment Bassem al-Saadi, dont l'arrestation le 1er août en Cisjordanie occupée a mené à cette flambée de violences.

Le président américain Joe Biden a salué le cessez-le-feu négocié par l'Egypte et entré en vigueur à 20H30 GMT dimanche, demandant que des enquêtes soient menées sur les victimes civiles.

Le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell, a lui prévenu qu'il était "essentiel d'oeuvrer à consolider le cessez-le-feu".

En Israël, trois personnes ont été blessées par les tirs de roquettes, selon des secouristes, l'armée faisant état de centaines de roquettes tirées à partir de Gaza depuis vendredi, la grande majorité ayant été interceptée.

Les autorités israéliennes ont par ailleurs affirmé que certains Palestiniens tués auraient péri à cause de tirs de roquettes ratés du Djihad islamique vers Israël, tombées dans l'enclave palestinienne.

«Attaque préventive»

L'armée israélienne a présenté son opération lancée vendredi comme une "attaque préventive", craignant des représailles du Djihad islamique après l'arrestation d'un de ses chefs, Bassem al-Saadi, le 1er août en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël.

Au cours de cette opération, les principaux chefs militaires du groupe à Gaza, Tayssir Al-Jabari et Khaled Mansour, ont été tués.

La branche militaire du Djihad islamique a confirmé lundi dans un communiqué que 12 de ses hommes avaient été tués dans les frappes.

Ces derniers jours, quelque 40 membres du Djihad islamique ont été arrêtés par les forces israéliennes en Cisjordanie.

La confrontation entre Israël et le Djihad islamique est la pire depuis celle entre Israël et le Hamas en mai 2021. Cette dernière avait fait en onze jours 260 morts côté palestinien dont des combattants et 14 morts en Israël, dont un soldat, d'après les autorités locales.