Les membres du Fatah indignés après la défaite du mouvement aux élections de l’université de Beir Zeit

Des Palestiniens participent à un rassemblement pour célébrer la victoire du Hamas aux élections du conseil des étudiants de l’université de Beir Zeit, près de Ramallah, en Cisjordanie occupée par Israël, le 19 mai 2022. (Reuters)
Des Palestiniens participent à un rassemblement pour célébrer la victoire du Hamas aux élections du conseil des étudiants de l’université de Beir Zeit, près de Ramallah, en Cisjordanie occupée par Israël, le 19 mai 2022. (Reuters)
Short Url
Publié le Vendredi 20 mai 2022

Les membres du Fatah indignés après la défaite du mouvement aux élections de l’université de Beir Zeit

  • Au lendemain de la défaite – l’une des plus cuisantes du parti –, le Fatah a déclaré qu’il formerait un comité pour en déterminer les raisons et en tirer des leçons
  • Le Fatah a mené la lutte palestinienne depuis son lancement, en 1965, et il représente le parti au pouvoir depuis la création de l’Autorité palestinienne, en 1994

RAMALLAH: Les membres et les partisans du mouvement Fatah, affilié au président palestinien, Mahmoud Abbas, ont été à la fois bouleversés et indignés par la défaite écrasante du bloc soutenu par le mouvement lors des élections du conseil étudiant de l’université de Beir Zeit qui se sont tenues cette semaine.
Au lendemain de la défaite – l’une des plus cuisantes du parti –, le Fatah a déclaré qu’il formerait un comité pour en déterminer les raisons et en tirer des leçons.
Les rivaux du bloc Fatah, un groupe militant lié au Hamas, ont remporté mercredi une victoire écrasante lors des élections étudiantes de cette université phare de Cisjordanie. Selon certains observateurs, ce résultat pourrait marquer un changement au niveau de l’opinion publique palestinienne.
Il s’agirait de l’un des revers les plus importants essuyés par le Fatah depuis sa défaite face au Hamas lors des élections législatives de 2005.
Le Fatah a mené la lutte palestinienne depuis son lancement, en 1965, et il représente le parti au pouvoir depuis la création de l’Autorité palestinienne, en 1994.
Cependant, le bloc Fatah a obtenu le plus faible nombre de voix et de sièges depuis le début des élections universitaires, en 1996, poussant le chef du mouvement Fatah à Ramallah et à Al-Beireh, Muwafaq Suhwail, à présenter sa démission.
D’autres membres de la direction du Fatah à Ramallah devraient démissionner dans les prochains jours, alors qu’une enquête sur la défaite a été ordonnée.
M. Suhwail a en effet appelé à ce que le résultat des élections soit analysé. Il a affirmé que le mouvement regorgeait de «mercenaires» et d’«intrus».
Le Hamas, quant à lui, rapporte que sa victoire envoie «un message à l’Autorité palestinienne» selon lequel «la coordination en matière de sécurité ne permettra pas au peuple palestinien de recouvrer ses droits».
Le groupe indique que «le large soutien dont il bénéficie confirme qu’il est devenu le leader du projet national et que la résistance est désormais le choix du peuple palestinien».
La défaite du Fatah découragera l’Autorité palestinienne d’organiser des élections législatives ou présidentielles sous quelque forme que ce soit. Les dernières élections législatives avaient été programmées au début de l’année 2005.
Le bloc islamique du Hamas, Al-Wafaa, a remporté haut la main les élections de l’université de Beir Zeit, soit vingt-huit sièges au conseil étudiant. C’est la première fois que ses candidats prennent le contrôle de l’établissement. Le mouvement Fatah n’a, lui, remporté que dix-huit sièges.
Le Fatah essaierait de prendre ses distances vis-à-vis de l’Autorité palestinienne.
Cependant, les partisans du mouvement attribuent la perte des élections aux erreurs de l’Autorité palestinienne ainsi qu’à ses politiques relatives à Israël et aux citoyens palestiniens.
Dans une publication en ligne, l’ancien ministre du Hamas Mohammed al-Barghouti écrit: «Il n’est plus du tout pertinent d’essayer de convaincre les gens, en particulier les étudiants à l’université, que l’Autorité palestinienne et le mouvement Fatah sont deux entités distinctes, notamment depuis que le chef du mouvement Fatah – le président de l’Autorité palestinienne – et le chef de l’Organisation de libération de la Palestine sont une seule et même personne.»
M. Al-Barghouti affirme: «C’est le mouvement Fatah qui paie le prix de tous les aspects négatifs et des infortunes de l’Autorité palestinienne.»
En revanche, il soutient que «tous les privilèges et les avantages de l’Autorité palestinienne vont à quelques bénéficiaires; la plupart d’entre eux ne sont pas issus du mouvement Fatah et n’ont jamais fait partie de ses cadres».
Le Fatah doit prendre des décisions audacieuses et développer une structure bien élaborée s’il veut restaurer son image et renforcer la confiance, poursuit-il.
L’un des dirigeants du mouvement Fatah en Cisjordanie, Walid Assaf, ancien chef de la Commission de la résistance contre le mur et la colonisation, écrit quant à lui: «Si l’on tient ceux qui réussissent pour responsables et que l’on récompense les échecs, le Fatah et le projet national paieront un lourd tribut.»
Ahmed Ghuneim, un dirigeant éminent du Fatah à Jérusalem-Est, déclare à Arab News: «Le Fatah ne peut continuer ainsi. Il est temps de prendre une décision déterminante et courageuse pour arrêter cet effondrement. Le comité central doit absolument porter la responsabilité de la faiblesse du Fatah.»
Il ajoute: «Nous, au Fatah, payons le prix des décisions ratées au niveau de la performance politique, gouvernementale, organisationnelle et économique de l’Autorité palestinienne et de ses dirigeants. Ces dirigeants savent pertinemment que c’est un problème, mais ils veulent à tout prix rester au pouvoir et nous mènent ainsi de défaite en défaite.»
Cependant, le lieutenant-général Jibril Rajoub, secrétaire général du comité central du Fatah, explique à Arab News que le comité se réunira samedi pour déterminer les causes de la défaite et prendre les décisions nécessaires.
«Notre expérience avec ces dirigeants prouve qu’ils n’évaluent aucune perte. Si jamais cela se produit, ils ne prennent pas les mesures adéquates, mais préfèrent rejeter la faute sur les personnes qui occupent des postes inférieurs au sein du mouvement.»
Nasser al-Qidwa est un ancien ministre palestinien des Affaires étrangères renvoyé du Fatah par Mahmoud Abbas après avoir critiqué la politique du chef de l’Autorité palestinienne. De son domicile, situé en France, il confie à Arab News: «Voter pour le Hamas ne signifie pas nécessairement soutenir sa politique, mais plutôt punir le Fatah, qui le mérite, parce qu’il a commis suffisamment d’erreurs pour retourner l’opinion publique palestinienne contre lui.»
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre souligne l'importance de continuer à développer le partenariat entre Bahreïn et le Royaume-Uni

Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Short Url
  • La ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling, est en visite à Manama
  • Le ministre des finances et de l'économie nationale de Bahreïn a souligné la profondeur des relations entre le Royaume-Uni et Bahreïn

RIYADH : Le ministre des finances de Bahreïn a souligné l'importance de continuer à développer le partenariat entre son pays et le Royaume-Uni afin de créer des opportunités d'investissement plus ambitieuses, a rapporté dimanche l'agence de presse de Bahreïn.

Le ministre des finances et de l'économie nationale, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, a également mis en avant le lien qui unit le Royaume-Uni et le Bahreïn et qui a renforcé la coopération économique et le partenariat entre les deux pays.

Le ministre a également souligné l'importance de s'appuyer sur la coopération fructueuse entre les deux pays et d’élargir les horizons afin d’atteindre des ambitions et des objectifs communs.

C’est dans le cadre de la visite à Manama de la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling que ces propos sont intervenus.

Milling a déclaré qu'elle était ravie de visiter Bahreïn et de rencontrer les fonctionnaires de l'ambassade britannique pour en savoir plus sur le « travail en cours avec le gouvernement de Bahreïn. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Jordanie: plusieurs responsables limogés après une fuite mortelle de gaz dans un port

Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Premier ministre a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des «grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba»
  • La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune

AMMAN: Plusieurs hauts responsables jordaniens ont été limogés après une fuite de chlore lundi dernier dans le port d'Aqaba ayant causé la mort de treize personnes et blessé plus de 260, a annoncé dimanche le Premier ministre, Bicher al-Khasawneh. 

La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune. 

Aqaba, l'un des principaux ports de la mer Rouge, est également le seul du royaume hachémite, par lequel transitent la plupart des importations et exportations jordaniennes. La ville est en outre une importante station balnéaire. 

M. Khasawneh a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des « grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba ». 

De son côté, le ministre jordanien de l'Intérieur, Mazen al-Faraya, qui a présidé la commission d'enquête, a confirmé lors d'une conférence de presse que des « négligences à plusieurs niveaux » étaient à l'origine de l'accident. 

Il a pointé du doigt notamment la responsabilité du « directeur général de l'Autorité maritime jordanienne, du directeur général de l'entreprise de gestion et d'exploitation des ports d'Aqaba », ainsi que deux autres chefs de département de cette entreprise. 

Les responsables n'ont selon l'enquête « pas pris les précautions nécessaires pour la sécurité publique lors du chargement de ces matières dangereuses ». 

« Le poids du conteneur était de 28 900 tonnes, soit trois fois plus que la capacité du câble de 8,6 tonnes, ce qui a entraîné sa rupture », a expliqué le ministre. 

Selon lui, l'enquête a prouvé que « certaines tâches dans le port ont été attribuées à des employés non spécialisés ». 

Par ailleurs, 95% des quelque 2 300 employés du port d'Aqaba ont entamé dimanche une grève, selon un dirigeant syndical. 

Ils « protestent contre les manquements aux mesures de sécurité dans le port, qui a entraîné des morts et des blessés parmi leurs collègues », a déclaré Ahmed Amayreh, chef du syndicat des travailleurs du port. 


Shihana Alazzaz nommée Secrétaire générale adjointe du Conseil des ministres saoudien par décret royal

Le roi Salmane. (Dossier/SPA)
Le roi Salmane. (Dossier/SPA)
Short Url
  • Alazzaz a été l'une des premières femmes autorisées à pratiquer le droit en Arabie
  • La princesse Haïfa bent Mohammed a été nommée vice-ministre du Tourisme par décret royal

RIYAD : Le roi Salmane d'Arabie saoudite a nommé dimanche Shihana Alazzaz au poste de secrétaire général adjoint du Conseil des ministres.

Alazzaz a été l'une des premières femmes autorisées à pratiquer le droit en Arabie saoudite et a occupé le poste de conseiller juridique au Fonds d'investissement public. 

La princesse Haifa bent Mohammed a été nommée vice-ministre du tourisme par décret royal. 

Le prince Abdelrahman ben Mohammed a été relevé de son poste de secrétaire général du Conseil des ministres et a été nommé conseiller à la Cour royale.

Le Dr Bandar ben Obaid ben Hamoud Al-Rasheed est nommé secrétaire du prince héritier Mohammed ben Salmane en plus de ses autres fonctions.

Mansour ben Abdallah ben Ali ben Salama est nommé adjoint au secrétaire du prince héritier Mohammed ben Salmane. 

Ayman ben Mohammed Al-Sayari est nommé gouverneur adjoint pour les investissements et la recherche à la Banque centrale saoudienne.

Le Dr Khaled ben Walid ben Fadl Al-Dhaher est nommé gouverneur adjoint pour le contrôle et la technologie à la Banque centrale saoudienne. 

Abdelaziz ben Ismail ben Rashad Trabzoni est nommé conseiller à la Cour royale.

Le Dr. Rumaih ben Mohammed Al-Rumaih est nommé vice-ministre des transports et des services logistiques et est chargé d'effectuer le travail du président de l'autorité des transports publics.

Ihab ben Ghazi ben Fahmy Al-Hashani est nommé vice-ministre des Affaires municipales, rurales et du Logement.

Abdelaziz ben Hamad ben Saleh Al-Rumaih est nommé vice-ministre de la Planification et du Développement au ministère de la santé. 

Ahmed ben Sufyan ben Abdel Razzaq Al-Hassan est nommé ministre adjoint des Transports et des Services logistiques.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com