Montée des tensions entre la France et la Turquie en Libye et en Méditerranée 

De g.à d. le président turc Recep Tayyip Erdogan, le président français Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin lors du sommet pour la paix en Libye. (AFP/Fichiers)
De g.à d. le président turc Recep Tayyip Erdogan, le président français Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin lors du sommet pour la paix en Libye. (AFP/Fichiers)
Short Url
Publié le Dimanche 19 juillet 2020

Montée des tensions entre la France et la Turquie en Libye et en Méditerranée 

  • Dans le cadre du conflit libyen, les tensions sont de plus en plus vives entre la France et la Turquie
  • La France exprime sa déception en constatant que le président turc s’appuie sur le réalisme politique

L’escalade entre la France et la Turquie s’est intensifiée suite aux récents déboires de l’Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le maréchal Khalifa Haftar. La tension grandissante entre les deux pays a provoqué une crise au sein de l’Organisation du traité de l’atlantique nord (Otan), et a illustré l’échec de l’Union européenne (UE) dans la gestion de la crise libyenne et dans le maintien des équilibres stratégiques en Méditerranée. 

La prise de contrôle par les troupes loyales au gouvernement d’union (GNA) basé àTripoli de tout l’ouest libyen jusqu’à la ligne Syrie-Al Jofra a été interprété par Paris comme une rupture et un véritable tournant dans les guerres libyennes gigognes (2011-2020), s’exerçant aux dépens des forces de l’Est libyen du maréchal Haftar et mettant en danger le « croissant pétrolier ». Ankara, qui a profité d’un « feu orange » américain contre l’irruption russe dans l’Est libyen, cherche à sauvegarder à tout prix les victoires acquises sur le terrain et accuse la France d’aggraver la situation libyenne, condamnant son alignement sur le camp du maréchal « rebelle » Khalifa Haftar. 

Les liens entre Paris et Ankara, marqués historiquement par des hauts et des bas, ont souvent été caractérisés par des complications et des contradictions, en Méditerranée ou sur d’autres théâtres d’opérations. L’actuel différend franco-turc concernant la Libye n’est qu’une illustration supplémentaire de la concurrence qui existe dans le contexte des guerres énergétiques et de la délimitation des zones d’influence géopolitiques.

La compétition franco-turque concerne d’autres dossiers, liés à la question kurde et à la Méditerranée orientale. Son issue dépend des accords entre les différentes acteurs concernés, notamment la Russie, les États-Unis, l’Italie et des acteurs européens et régionaux. La Libye, convoitée pour ses richesses, se retrouve prise dans un jeu international sans pitié, et s’est transformée en foyer de conflits d’intérêts, devenant une menace croissante pour la stabilité et la sécurité.

Selon des sources françaises et africaines concordantes, il existe un risque réel que plusieurs dizaines d’éléments djihadistes et de membres de Daech s’enfuient du nord de la Syrie vers la côte et l’Afrique de l’Ouest. Cela constitue une menace terroriste directe pour le continent africain et l’Europe.

Malgré la complexité du dossier libyen, le litige entre Erdogan et Macron ne se limite pas à ce problème, car les deux hommes s’étaient déjà affrontés, fin 2019, au sujet de l’opération turque dans le nord-est de la Syrie et sur l’évaluation du rôle de l’Otan, à laquelle appartiennent les deux pays.

À cette époque, Erdogan avait prononcé des mots durs en attaquant Macron. Il réagissait à une déclaration retentissante du président français, dans laquelle ce dernier dénonçait une Otan entrée en état de « mort cérébrale », en raison de son inaction ou de son silence face aux agissements turcs.

Au fil des mois, la France exprime sa déception en constatant que le président turc s’appuie sur la realpolitik, jouant sur les contradictions entre Moscou et Washington, de la Syrie à la Méditerranée orientale, et jusqu’à la Libye. Paris riposte en cultivant ses relations européennes et en réduisant les divergences avec Rome à propos de la Libye. Paris rejoint aussi le « Forum du gaz de la Méditerranée orientale », qui rassemble l’Égypte, Israël, la Grèce, Chypre et l’Italie, ce qui lui assure une meilleure position parmi les principaux acteurs du jeu méditerranéen.

Afin de mieux saisir les animosités franco-turques, évoquons la reconnaissance par Paris du « génocide arménien » commis par la Turquie, la question kurde, ainsi que les liens unissant Paris aux Forces démocratiques syriennes (FDS) impliquées dans la bataille contre Daech. De plus, le refus de la France de voir la Turquie entrer dans l’UE a eu un impact négatif sur les rives du Bosphore. Ce conflit d’intérêts entre les deux pays n’empêche pas le maintien de relations économiques, culturelles et humaines solides.

Il convient également de noter que l’aspect obscur du dossier franco-turc réside peut-être dans la tentative d’Erdogan d’effacer l’influence politique et culturelle décisive que la France a exercée à l’époque de la fondation de la République turque, sur les ruines de l’Empire ottoman. Ataturk, inspiré par les idées des Lumières françaises, a construit la voie de la modernité turque et rendu possible le rapprochement avec l’Occident.

Derrière le combat de « coqs » qui oppose Macron et Erdogan se cache une bataille identitaire à propos de l’affiliation et la place de la Turquie dans le jeu international et des relations de la France avec l’est du Bassin méditerranéen. Ce sont des lignes de contact religieuses, culturelles, civilisationnelles et géopolitiques qui s’inscrivent dans les luttes pour déplacer les cartes, les alliances et les intérêts dans le « chaos stratégique » du monde.

Il est clair par ailleurs que, face à l’UE, Ankara possède des atouts pour « marchander » : contrôle du flux de réfugiés et de l’immigration illégale, investissements européens en Turquie et relations commerciales. En outre, en raison de l’absence d’une décision européenne unifiée (l’Allemagne et l’Autriche tiennent compte des relations avec la Turquie pour un certain nombre de raisons historiques et immédiates) et du caractère variable de la position américaine, Ankara possède une marge de manœuvre.

Cela empoisonne la cohésion de l’Otan, et montre son incapacité à coordonner les décisions stratégiques prises par les États-Unis et la Turquie en Syrie, ou sa difficulté à gérer la contradiction dans les prises de position de ses membres en Libye et en Méditerranée orientale. À l’instar de Londres, Washington et certains dirigeants de l’Alliance considèrent que l’entrée d’Ankara en Libye ferait contrepoids à l’intervention de Moscou, alors que la diplomatie française s’y oppose, considérant quant à elle que « plus de rôle turc en Libye ne signifie pas moins de rôle russe ».

En effet, les opérations militaires d’Ankara dans une région transfrontalière entre l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient ont été facilitées par la désintégration du système mondial issu de la guerre froide. Car les États-Unis se sont désengagés de nombreux théâtres d’opérations extérieurs, tandis que l’UE apparaît sans perspectives politiques et a échoué sur la question libyenne. Le camp de l’Atlantique Ouest et européen semble donc avoir une moins grande influence dans le remodelage de la géographie politique de la Méditerranée orientale et de l’Afrique du Nord. Ajoutons que les changemens en cours sont liés à un nouvel équilibre énergétique qui rebat les cartes au niveau mondial, en particulier depuis la découverte d’importants gisements de gaz à Chypre, en Israël et en Égypte et depuis la transformation de la Méditerranée orientale.


Le budget de la Sécu et les épineuses mesures grand âge, en vue à l'Assemblée

L'Assemblée nationale met le cap sur le budget 2022 (Photo, AFP).
L'Assemblée nationale met le cap sur le budget 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Ce dernier projet de loi de financement de la Sécurité sociale du quinquennat anticipe un déficit de 21,6 milliards d'euros soit bien moins que les deux années précédentes
  • Le projet de budget est surtout marqué par son volet consacré aux personnes âgées en perte d'autonomie, même s'il laisse de nombreux acteurs sur leur faim

PARIS: L'Assemblée nationale met le cap sur le budget 2022 de "sortie de crise" pour la Sécu, et son lot de mesures du quotidien, de la contraception aux soins visuels, mais sans plan grand âge à la hauteur, d'après les oppositions et certains membres de la majorité.

Ce dernier projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) du quinquennat, en première lecture en milieu de semaine et jusqu'au weekend compris, anticipe un déficit de 21,6 milliards d'euros, soit bien moins que les deux années précédentes, grâce aux effets de la croissance. Quelque cinq milliards restent provisionnés pour faire face aux suites de la crise du Covid-19.

"Un déficit durable d'environ 15 milliards d'euros est prévu" pour les années à venir, reconnaît le ministre de la Santé Olivier Véran, selon qui "il nous faudra définir collectivement une solution structurelle".

"A quand de telles réformes ?", demande-t-on chez LR, pour qui le gouvernement "arrose à tout vent". A gauche, après "les largesses toutes relatives" de la période électorale, on craint des "régressions sociales", avec notamment le surgissement à intervalles réguliers du "fantôme fatigué de la réforme des retraites", selon les mots de Pierre Dharréville (PCF).

En attendant, les engagements du Ségur de la santé se poursuivent pour 2,7 milliards, dont l'essentiel est consacré à la revalorisation salariale des personnels soignants.

"Il n'y a pas d'économies cachées dans le budget hospitalier", vante Olivier Véran, cependant que la gauche pointe des fermetures de lits.

Annoncé par Emmanuel Macron fin septembre, le plan pour la santé mentale doit en outre être décliné, avec en particulier la prise en charge sous conditions de consultations chez le psychologue.


Castex à la rencontre du pape, au milieu d'une tempête pour l'Eglise de France

Jean Castex, premier ministre français, sera reçu par le pape François, avant de rencontrer son homologue italien Mario Draghi
Jean Castex, premier ministre français, sera reçu par le pape François, avant de rencontrer son homologue italien Mario Draghi
Short Url
  • François a exprimé sa «honte» et sa «douleur» à la suite du rapport Sauvé et M. Castex assurera qu'il suivra «de très près les décisions que vont prendre les évêques dans les prochaines semaines»
  • Dans l'après-midi, Castex, accompagné de Jean-Yves Le Drian et de Gérald Darmanin, sera attendu au Palazzo Chigi par le chef du gouvernement Mario Draghi

ROME : Avant de rencontrer son homologue italien Mario Draghi, Jean Castex sera reçu lundi matin à Rome par le pape François dans un contexte houleux pour l'Eglise de France, confrontée aux révélations fracassantes sur les abus sexuels et à une polémique autour du "secret de la confession".

La visite de M. Castex, prévue de longue date afin de célébrer le centenaire du rétablissement des relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège, est bousculée par l'actualité après la publication le 5 octobre des conclusions de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église (Ciase), présidée par le haut fonctionnaire Jean-Marc Sauvé.

Si le Premier ministre, reçu en audience privée par le souverain pontife, devrait selon son entourage évoquer plusieurs sujets sur lesquels France et Vatican convergent (accès aux vaccins pour tous, changement climatique, Liban...), impossible d'occulter l'ampleur des chiffres du rapport: 216 000 mineurs agressés par un prêtre ou un religieux en France depuis les années 1950, 330 000 en comptant les agresseurs laïcs en lien avec les institutions de l'Eglise.

D'autant que depuis son élection en 2013, le pape a fait de la lutte contre les abus sexuels - "instrument de Satan" - une des priorités de son pontificat.

François a d'ailleurs déjà exprimé sa "honte" et sa "douleur" à la suite du rapport Sauvé et M. Castex assurera qu'il suivra "de très près les décisions que vont prendre les évêques dans les prochaines semaines", selon ses conseillers. 

Mais le débat s'est aussi noué autour du secret de la confession, que le président de la Conférence des évêques de France (CEF) Emmanuel de Moulins-Beaufort avait jugé "supérieur aux lois de la République", avant de rétropédaler et d'évoquer une "formulation maladroite".

Sur ce point, M. Castex, qui rencontrera au cours de la matinée à Rome plusieurs dignitaires du Saint-Siège ainsi que des représentants de la communauté ecclésiastique française, devrait circonscrire le débat aux frontières nationales en rappelant que "l'interlocuteur du gouvernement, c'est l'Eglise de France". 

"La pierre est avant tout dans le jardin des évêques" de France, qui devront "dire comment articuler la protection des enfants et le secret de la confession qui, dans le droit français, est un secret professionnel, ni plus ni moins", insistent les services du Premier ministre.

Une façon de ne pas brusquer le Vatican qui lui même marche sur des oeufs: d'un côté, un formulaire de signalement de délit a été mis à disposition de tout ecclésiastique en juillet 2020 ; de l'autre, le Saint-Siège a confirmé la primauté du secret de la confession, le confesseur étant simplement encouragé à "tenter de convaincre le pénitent" d'alerter des personnes en mesure, elles, de saisir la justice.

Immigration au menu avec Draghi

Dans l'après-midi, M. Castex, accompagné du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, sera attendu au Palazzo Chigi par le chef du gouvernement et ancien patron de la Banque centrale européenne Mario Draghi.

L'occasion d'incarner davantage le réchauffement des relations entre France et Italie, marquées par des épisodes de tension, notamment sur la question migratoire quand le leader d'extrême droite Matteo Salvini était ministre de l'Intérieur.

Le sujet s'invitera évidemment de nouveau à la table des discussions alors que la France exercera à partir du 1er janvier prochain la présidence tournante de l'Union européenne. 

Dans ce cadre, Paris compte faire du renforcement des frontières extérieures de l'Europe une de ses priorités, en mettant notamment en place des camps d'enregistrements sécurisés aux principales portes d'entrée sur le continent, dont l'Italie.

L'enjeu est d'amener Rome à mettre en place ce filtrage, qui conditionnera une "politique de solidarité", c'est-à-dire l'attribution de fonds, objet de négociations serrées à Bruxelles depuis un an. 

Enfin, MM. Castex et Draghi devraient affirmer leur volonté de voir aboutir rapidement, peut-être d'ici la fin de l'année, le projet de traité du Quirinal, initié en 2017 et qui est destiné à donner "un cadre plus stable et ambitieux" à la coopération franco-italienne, sur le modèle du traité de l'Elysée entre France et Allemagne.


Une adolescente condamnée à 14 ans de prison pour l'assassinat de sa mère en Guadeloupe

De sources concordantes, l'accusation a souligné que l'adolescente avait "essayé" l'arme chez elle avant les faits et avait appelé la soeur de sa mère pour lui dire que cette dernière avait "des idées suicidaires". (Photo, AFP)
De sources concordantes, l'accusation a souligné que l'adolescente avait "essayé" l'arme chez elle avant les faits et avait appelé la soeur de sa mère pour lui dire que cette dernière avait "des idées suicidaires". (Photo, AFP)
Short Url
  • Le 6 juillet 2020, la victime âgée de 48 ans avait été mortellement blessée d'une balle dans le cou dans sa voiture
  • «La décision est excessive dans la mesure où tous les éléments du dossier laissent à croire qu’il s’agit bien d’un accident»

POINTE-A-PITRE : Une adolescente de 16 ans a été condamnée samedi soir à Pointe-à-Pitre à 14 ans de prison pour l’assassinat de sa mère en juillet 2020 à Baie-Mahault, a-t-on appris dimanche du parquet de Pointe-à-Pitre, confirmant une information de médias locaux.


A l’issue d’un procès de quatre jours à huis clos, l’adolescente, âgée de 15 ans au moment des faits, a été condamnée à "14 ans de prison", a confirmé à l’AFP Patrick Desjardins, procureur de la République à Pointe-à-Pitre.


Devant le tribunal pour enfants statuant en matière criminelle, la vice-procureur Marie-Eve Brunet avait requis 15 ans dans ce "dossier d’une complexité vertigineuse", selon la même source. La défense a plaidé en vain l’acte accidentel.


Le 6 juillet 2020, la victime âgée de 48 ans avait été mortellement blessée d'une balle dans le cou dans sa voiture alors qu’elle venait de se garer sur le parking du centre commercial Destreland à Baie-Mahault, l’un des plus grands centres commerciaux de l’archipel.


Les premiers éléments recueillis sur place avaient laissé penser à une tentative de suicide mais l’enquête s’était rapidement orientée vers la jeune fille qui accompagnait sa mère ce jour-là.


Joint par l’AFP, le bâtonnier Roland Ezelin, avocat du père de la victime, partie civile, s’est dit "surpris" de cette décision. "La qualification aurait pu se transformer en homicide involontaire et la peine en être diminuée", a-t-il dit.


Soulignant le parcours scolaire d'"une jeune fille extrêmement brillante", Me Jenny Morvan, avocate de la défense a annoncé à l'AFP sont intention de faire appel. "La décision est excessive dans la mesure où tous les éléments du dossier laissent à croire qu’il s’agit bien d’un accident", a-t-elle dit.


De sources concordantes, l'accusation a souligné que l'adolescente avait "essayé" l'arme chez elle avant les faits et avait appelé la soeur de sa mère pour lui dire que cette dernière avait "des idées suicidaires".


Incarcérée depuis les faits, l'adolescente reste en détention.