Fin de l’exercice naval conjoint Red Wave 5 de l’Arabie saoudite

L’exercice naval conjoint Red Wave 5 de l’Arabie saoudite prend fin. (Agence de presse saoudienne)
L’exercice naval conjoint Red Wave 5 de l’Arabie saoudite prend fin. (Agence de presse saoudienne)
Short Url
Publié le Samedi 04 juin 2022

Fin de l’exercice naval conjoint Red Wave 5 de l’Arabie saoudite

  • Le commandant de la flotte occidentale, le contre-amiral Yahya ben Mohammed al-Asiri, qui a dirigé l’exercice, a déclaré que la manœuvre Red Wave 5 a conduit à la mise en place d’un certain nombre d’entraînements au combat
  • Il déclare que l’exercice vise à renforcer la coopération militaire, à unifier les concepts, à améliorer la préparation au combat et à échanger des expériences qui contribueraient à améliorer les capacités de sécurité

DJEDDAH: La Red Wave 5 de la flotte occidentale, mise en œuvre par les forces navales royales saoudiennes, s’est terminée au large de la côte saoudienne de la mer Rouge à Djeddah.

Les pays riverains de la mer Rouge, dont la Jordanie, l’Égypte, le Soudan, Djibouti et le Yémen, ont tous participé à l’exercice naval conjoint, auquel des observateurs somaliens ont également pris part. Les forces terrestres royales saoudiennes, l’armée de l’air royale saoudienne et des unités navales des gardes-frontières saoudiens ont également participé à l’exercice.

Le commandant de la flotte occidentale, le contre-amiral Yahya ben Mohammed al-Asiri, qui a dirigé l’exercice, a déclaré que la manœuvre Red Wave 5 a conduit à la mise en place d’un certain nombre d’entraînements au combat, notamment le dégagement de sites fortifiés, l’intrusion et les tirs réels. Cela permettrait de soutenir les avions de combat et les hélicoptères dans l’exécution de tâches tactiques qui ont pour but de réaliser le principe de tâches interarmées.

Il déclare que l’exercice vise à renforcer la coopération militaire, à unifier les concepts, à améliorer la préparation au combat et à échanger des expériences qui contribueraient à améliorer les capacités de sécurité pour protéger les mers et les passages d’eau régionaux et internationaux et garantir la navigation maritime en mer Rouge.

Le mois dernier, des navires du premier escadron d’entraînement de la marine indienne – INS Tir et INS Sujata, ainsi que le navire de la garde côtière indienne Sarathi – sont arrivés au port de Djeddah pour un échange de formation. L’exercice a été mené au moment où l’on assiste à une consolidation des liens de défense entre l’Inde et l’Arabie saoudite.

Toujours en février de cette année, une délégation des Forces navales royales saoudiennes a participé à l’exercice multinational «Milan 2022» au cours duquel des délégations de quarante pays se sont entraînées sur la côte est de l’Inde.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Damas responsable d'une attaque au chlore à Douma en Syrie en 2018

Cette photo montre des bâtiments détruits à Douma le 15 août 2018. (AFP)
Cette photo montre des bâtiments détruits à Douma le 15 août 2018. (AFP)
Short Url
  • Les enquêteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) pensent que la Syrie est responsable d'une attaque au chlore en 2018 à Douma
  • Cette attaque a tué 43 personnes

LA HAYE: Les enquêteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) pensent que la Syrie est responsable d'une attaque au chlore en 2018 à Douma qui a tué 43 personnes, selon un rapport très attendu publié vendredi.

"Il existe des motifs raisonnables de croire que les forces aériennes arabes syriennes sont les auteurs de l'attaque aux armes chimiques du 7 avril 2018 à Douma", a déclaré dans un communiqué l'OIAC, basée à La Haye.


Tombes égyptiennes anciennes et objets découverts près des pyramides de Gizeh

Les autorités estiment que les tombes découvertes remontent aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. (AFP)
Les autorités estiment que les tombes découvertes remontent aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. (AFP)
Short Url
  • Le cercueil n’aurait pas été touché depuis quatre mille trois cents ans, selon l'archéologue principal, Zahi Hawass
  • «Les travaux de fouille de la mission réalisée avec le Conseil suprême des antiquités égyptiennes ont permis de trouver des tombes qui datent de l'époque de l'Ancien Empire»

LE CAIRE: L'archéologue le plus renommé d'Égypte a annoncé la découverte de dizaines de vestiges, parmi lesquels deux tombes anciennes, dans une nécropole pharaonique située à proximité du Caire.
Zahi Hawass, ancien ministre du gouvernement et directeur des fouilles, a déclaré que les découvertes faites à Saqqarah, près des pyramides de Gizeh, remontaient aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. Ces dernières ont régné de 2500 à 2100 avant Jésus-Christ.

egypte
«Les travaux de fouille de la mission réalisée avec le Conseil suprême des antiquités égyptiennes ont permis de trouver des tombes qui datent de l'époque de l'Ancien Empire, ce qui indique la présence d'un immense cimetière avec de nombreuses tombes importantes», a-t-il précisé.
«La première d'entre elles est la tombe de Khnoumdjedef, prêtre et responsable des nobles dans le complexe pyramidal d'Ounas, le dernier roi de la cinquième dynastie. La tombe est colorée et présente des scènes de la vie quotidienne.

egypte
«La seconde est destinée à Messi, connu comme le gardien des secrets et le commandant adjoint du grand palais», a indiqué M. Hawass.
L'équipe a également découvert un certain nombre de statues en calcaire coloré. Elles représenteraient des serviteurs de Messi.
Elle a en outre découvert un cercueil en calcaire qui serait celui d’un homme appelé Haka Shabis dans une pièce cachée au fond d'un puits de 15 mètres, a fait savoir M. Hawass.

egypte
«Il est apparu que ce cercueil n'avait pas été touché depuis environ quatre mille trois cents ans. Lorsque nous avons ouvert son couvercle, nous avons trouvé la momie d'un homme recouverte de feuilles d'or. Cette momie est considérée comme la plus complète et la plus ancienne momie non royale trouvée à ce jour.»
Il y avait également plusieurs statues du juge et écrivain Fatak, situées à côté d'une table d'offrandes et d'un cercueil qui contenait ses restes momifiés.
Le Dr Moustafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, a déclaré que si de nombreuses statues avaient été déterrées dans la région de Saqqarah au cours du siècle dernier, très peu avaient la taille des dernières découvertes.

egypte
«De nombreuses amulettes, des outils cosmétiques, des statues de l'idole Ptah Sokar, d’autres qui représentent des divinités, des poteries et des récipients votifs ont également été trouvés», a-t-il révélé.
Selon M. Hawass, la région archéologique de Saqqarah recèle encore de nombreux secrets qui attendent d'être découverts.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Attaque contre l'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran: un mort

Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions. (Arab News)
Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions. (Arab News)
Short Url
  • Un homme armé d'une Kalachnikov a tué le chef de la garde de la mission diplomatique
  • Deux autres gardiens de l'ambassade ont été blessés et se trouvent dans un «état satisfaisant», selon le communiqué

BAKOU: L'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran a été attaquée vendredi matin par des inconnus armés et  l'incident a fait un mort et deux blessés, a déclaré le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Le 27 janvier (...), une attaque armée s'est produite contre l'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran. Un homme armé d'une Kalachnikov a tué le chef de la garde de la mission diplomatique", indique le communiqué.

Deux autres gardiens de l'ambassade ont été blessés et se trouvent dans un "état satisfaisant", selon la même source.

Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions.

L'Iran, où résident des millions d'Azéris, a longtemps accusé son voisin de fomenter un sentiment séparatiste sur son territoire.

Les relations entre Bakou et Téhéran sont traditionnellement délicates, l'Azerbaïdjan turcophone étant un proche allié de la Turquie, une rivale historique de l'Iran.

Téhéran redoute également que le territoire azerbaïdjanais ne soit utilisé pour une éventuelle offensive contre l'Iran par Israël, le principal fournisseur d'armes à Bakou.