Comment la Syrie reflète l’influence économique néfaste de l’Iran au Moyen-Orient

L’Iran exacerbe l’effondrement de la base manufacturière nationale de la Syrie en monopolisant des marchés entiers. (AFP)
L’Iran exacerbe l’effondrement de la base manufacturière nationale de la Syrie en monopolisant des marchés entiers. (AFP)
Les marchés syriens ont du mal à rivaliser avec les importations bon marché en provenance d’Iran. (AFP)
Les marchés syriens ont du mal à rivaliser avec les importations bon marché en provenance d’Iran. (AFP)
Les marchés syriens ont du mal à rivaliser avec les importations bon marché en provenance d’Iran. (AFP)
Les marchés syriens ont du mal à rivaliser avec les importations bon marché en provenance d’Iran. (AFP)
Les marchés syriens ont du mal à rivaliser avec les importations bon marché en provenance d’Iran. (AFP)
Les marchés syriens ont du mal à rivaliser avec les importations bon marché en provenance d’Iran. (AFP)
Les marchés syriens ont du mal à rivaliser avec les importations bon marché en provenance d’Iran. (AFP)
Les marchés syriens ont du mal à rivaliser avec les importations bon marché en provenance d’Iran. (AFP)
Les marchés syriens ont du mal à rivaliser avec les importations bon marché en provenance d’Iran. (AFP)
Les marchés syriens ont du mal à rivaliser avec les importations bon marché en provenance d’Iran. (AFP)
Les marchés syriens ont du mal à rivaliser avec les importations bon marché en provenance d’Iran. (AFP)
Les marchés syriens ont du mal à rivaliser avec les importations bon marché en provenance d’Iran. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 13 juin 2022

Comment la Syrie reflète l’influence économique néfaste de l’Iran au Moyen-Orient

  • L’Iran, capitalisant sur son soutien militaire et politique au régime du président syrien Bachar al-Assad, a élargi ses exportations vers la Syrie
  • La qualité de ces produits est largement considérée comme inférieure à celle des solutions de rechange, mais les prix plus bas signifient qu’ils constituent une option attrayante pour les consommateurs syriens pauvres

DUBAÏ: Après plus d’une décennie de guerre civile, la Syrie contrôlée par le régime est confrontée à une débâcle économique. Les conflits, la corruption endémique, la sécheresse et la migration massive de travailleurs qualifiés ont fait des ravages. Le pays est désormais une cible facile à exploiter.

Selon la Banque mondiale, le produit intérieur brut de la Syrie a diminué d’au moins 50% entre 2010 et 2019. Plus de 90% de la population vit sous le seuil de pauvreté et plus de 50% dans l’extrême pauvreté. Dans cet État vulnérable, les marchés intérieurs syriens ont été inondés par des importations bon marché.

L’Iran, capitalisant sur son soutien militaire et politique au régime du président syrien Bachar al-Assad, a élargi ses exportations vers la Syrie, exploitant et exacerbant l’effondrement de la base manufacturière nationale du pays en monopolisant des marchés entiers.

L’effondrement de l’industrie nationale depuis le début de la guerre en 2011 a doté les hommes d’affaires proches du régime d’Al-Assad d’avantages lucratifs, leur permettant d’importer des produits fabriqués à des prix bas depuis l’Iran, au détriment des producteurs syriens.

Bien que peu d’accords de reconstruction grandioses entre Téhéran et Damas aient déjà vu le jour, l’Iran a réussi à percer dans les industries pharmaceutique et alimentaire syriennes, écrasant ainsi la concurrence locale.

Avant le soulèvement qui a déclenché la guerre civile, l’industrie pharmaceutique de la Syrie était en plein essor; environ soixante-dix usines dans tout le pays ont satisfait 93% de la demande intérieure et exporté vers soixante pays environ.

Cependant, une décennie de guerre a ruiné ces usines et le réseau électrique nécessaire pour soutenir ces industries. La violence et la persécution ont conduit un très grand nombre de travailleurs qualifiés à l’exil, tandis que les sanctions ont bloqué l’accès aux matières premières et aux pièces de machines.

Les ampoules fabriquées en Iran ont inondé le marché syrien. (Photo fournie)
Les ampoules fabriquées en Iran ont inondé le marché syrien. (Photo fournie)

En conséquence, la capacité globale de production pharmaceutique de la Syrie avait chuté d’environ 75% en 2020.

«Les ingrédients actifs des médicaments sont très difficiles à importer et coûtent très cher», déclare Hamed, un étudiant en pharmacie sur le point d’être diplômé d’une grande université syrienne, à Arab News.

«De nombreuses usines ont arrêté les chaînes de production en raison de pénuries d’ingrédients actifs et d’énergie.»

Les médicaments dont la date d’expiration est proche se retrouvent souvent en Syrie, où ils sont consommés par des patients désespérés. (AFP)
Les médicaments dont la date d’expiration est proche se retrouvent souvent en Syrie, où ils sont consommés par des patients désespérés. (AFP)

La crise à laquelle fait face le secteur pharmaceutique syrien, ainsi que des défis similaires dans le secteur agricole national, ont été aggravés par une forte dévaluation de la monnaie qui a commencé fin 2019. Cette dévaluation, en lien avec la crise bancaire du Liban voisin, a conduit à une flambée des prix au niveau de l’importation de composants cruciaux – y compris les semences, les pesticides, les engrais, le diesel et les matières premières nécessaires à la fabrication de médicaments.

Les entreprises et industriels syriens avaient depuis longtemps déposé leurs capitaux dans des banques libanaises pour éviter les sanctions occidentales. Lorsqu’on a assisté à l’effondrement de la monnaie libanaise, les dépôts syriens ont également chuté.

Pendant ce temps, l’effroyable déclin du réseau électrique syrien en raison des nombreuses années de combats et de négligence a rendu la production encore plus chère, puisque les usines et les entrepôts frigorifiques ont été forcés de compter sur des générateurs privés coûteux.

Les coupures de courant en Syrie ont obligé les usines et les entrepôts frigorifiques à compter sur des générateurs privés coûteux. (AFP)
Les coupures de courant en Syrie ont obligé les usines et les entrepôts frigorifiques à compter sur des générateurs privés coûteux. (AFP)

Tout cela vient s’ajouter à la corruption endémique, qui a longtemps nécessité le versement de pots-de-vin aux responsables locaux, ainsi que la perte de personnel essentiel à cause de la conscription militaire et du déplacement.

Alors que les prix des produits fabriqués en Syrie montent en flèche, la demande étrangère et intérieure s’est évaporée et le marché des importations étrangères bon marché a explosé.

Les politiques protectionnistes du régime sont tout aussi perturbatrices. Selon Hamed, les «limites imposées par le ministère de la Santé» aux prix et à l’exportation des médicaments fabriqués en Syrie ont rendu la fabrication locale non rentable et ont alimenté encore plus la croissance du marché noir.

L’effondrement de la livre syrienne a permis aux importateurs iraniens de saisir toutes les exportations syriennes qu’ils pouvaient trouver. (AFP)
L’effondrement de la livre syrienne a permis aux importateurs iraniens de saisir toutes les exportations syriennes qu’ils pouvaient trouver. (AFP)

La destruction de la capacité de production de la Syrie, doublée d’une dépréciation de la monnaie iranienne après plusieurs années de sanctions occidentales, est une aubaine pour les exportateurs iraniens qui ont pu inonder le marché syrien de produits bon marché.

L’Iran a particulièrement réussi à exporter des produits pharmaceutiques vers la Syrie, le Liban et l’Irak. Il a organisé des foires commerciales et signé des accords de distribution en sa faveur, même si de nombreux consommateurs considèrent les médicaments fabriqués en Iran comme inférieurs aux normes.

Environ 75% des médicaments vendus sur le marché irakien sont introduits dans le pays via des passages frontaliers illégaux avec l’Iran. La date d’expiration de ces médicaments est souvent proche ou les ingrédients actifs nécessaires pour aider les patients en sont absents.

Les médicaments dont la date d’expiration est proche se retrouvent souvent en Syrie, où ils sont consommés par des patients désespérés. (AFP)
Les médicaments dont la date d’expiration est proche se retrouvent souvent en Syrie, où ils sont consommés par des patients désespérés. (AFP)

Selon Khedr, un pharmacien syrien vivant dans l’ouest du pays, la qualité des médicaments iraniens n’est «pas excellente» et on les trouve principalement dans les hôpitaux publics plutôt que dans les pharmacies privées, où les clients ont tendance à privilégier des solutions de rechange de meilleure qualité.

Abdallah, médecin dans un hôpital de Damas, est également sceptique quant à l’efficacité des médicaments iraniens.

«Les médicaments iraniens se trouvent dans tous les hôpitaux syriens et je les utilise également dans ma pratique, mais ils ne sont pas de bonne qualité», déclare-t-il à Arab News.

Pour de nombreuses personnes vivant dans les communautés pauvres de Syrie, cependant, tout médicament vaut mieux que pas de médicament. Avec les pénuries qui sévissent, en partie à cause d’un marché noir de produits fabriqués localement, peu d’entre eux ont le choix de se procurer autre chose que les marques iraniennes.

Pour de nombreuses personnes vivant dans les communautés pauvres de Syrie, tout médicament vaut mieux que pas de médicament. (AFP)
Pour de nombreuses personnes vivant dans les communautés pauvres de Syrie, tout médicament vaut mieux que pas de médicament. (AFP)

« Les gens essaient d’éviter les médicaments iraniens et préfèrent se tourner vers ceux fabriqués localement», dit Hamed. «Mais, ces derniers mois, certains médicaments fabriqués en Syrie ont complètement disparu du marché puisqu’ils sont introduits en contrebande au Liban. Les gens comptent donc davantage sur la médecine iranienne.»

Les opioïdes fabriqués en Iran se retrouvent également sur le marché noir. Ces analgésiques peuvent créer une forte dépendance ou être mortels s’ils sont pris à fortes doses.

Selon Abdallah, ces médicaments «nécessitent des genres particuliers de prescriptions ou ne peuvent être trouvés que dans des institutions appartenant au ministère de la Santé parce qu’ils contiennent de la morphine et d’autres opiacés pour les analgésiques».

Il ajoute: «Si quelqu’un est en possession de ce type de médicaments (sans ordonnance appropriée), il peut être arrêté pour trafic de drogue. Mais ces médicaments inondent le marché et tout est fabriqué en Iran.»

En mai, la Chambre de commerce mixte syro-iranienne a organisé un forum à Téhéran, au cours duquel des représentants des secteurs privés des deux pays ont échangé des idées sur la manière de développer les relations commerciales.

«Notre plan est d’augmenter le niveau des échanges mutuels à un milliard de dollars (1 dollar = 0,95 euro) lors de la première phase. Mener à bien cet objectif nécessite la forte présence du secteur privé iranien sur les marchés syriens», explique Gholam-Hossein Shafeie, le chef de la chambre, aux délégués, selon le Tehran Times.

Le régime syrien a été en partie poussé dans les bras de Téhéran, pour reconstruire les infrastructures et relancer l’économie, en vertu de leur statut commun de paria. Les deux gouvernements ont subi les sanctions occidentales et l’isolement à l’échelle mondiale.

«Nous sommes prêts à coopérer avec le secteur privé iranien pour trouver des solutions en vue de supprimer les barrières et de neutraliser l’incidence des sanctions américaines», soutient Shafiq Dayoub, ambassadeur de Syrie en Iran, devant la chambre mixte

Le Premier ministre syrien Imad Khamis à droite et le vice-président iranien Eshaq Jahangiri se serrent la main après la signature d’un accord à Damas le 28 janvier 2019. (AFP)
Le Premier ministre syrien Imad Khamis à droite et le vice-président iranien Eshaq Jahangiri se serrent la main après la signature d’un accord à Damas le 28 janvier 2019. (AFP)

Cependant, un problème primordial auquel ce partenariat en développement fait face est le déséquilibre commercial massif entre les deux économies, ce qui signifie que la Syrie est le partenaire junior et permet à l’Iran de mettre en place ses conditions.

«Il n’y a pas suffisamment de devises étrangères en Syrie pour payer les exportations iraniennes et la Syrie n’a pas grand-chose à exporter vers l’Iran en retour», déclare Abbas Akbari, secrétaire du siège du développement des relations économiques syro-iraniennes.

Les confiseries iraniennes ont remplacé celles fabriquées localement dans de nombreuses régions en Syrie. (Photo fournie)
Les confiseries iraniennes ont remplacé celles fabriquées localement dans de nombreuses régions en Syrie. (Photo fournie)

Ce sont les agriculteurs et les industriels syriens qui paient le prix de ce déséquilibre commercial. Tout comme dans l’industrie pharmaceutique, un flux d’importations iraniennes bon marché, combiné aux contrôles stricts du régime syrien sur les exportations, a anéanti les moyens de subsistance des producteurs alimentaires locaux.

Autrefois, la Syrie était un grenier régional, regorgeant de terres fertiles et d’installations de production alimentaire, complétées par des importations en provenance de la Turquie voisine. Aujourd’hui, elle dépend presque entièrement des importations de produits frais et non périssables en provenance d’Iran.

Un vendeur ambulant attend des clients sur le marché principal de la ville d’Al-Bab, tenue par les rebelles, dans la province d’Alep, au nord de la Syrie, à la frontière avec la Turquie. (AFP)
Un vendeur ambulant attend des clients sur le marché principal de la ville d’Al-Bab, tenue par les rebelles, dans la province d’Alep, au nord de la Syrie, à la frontière avec la Turquie. (AFP)

Une fois de plus, la qualité de ces produits est largement considérée comme inférieure à celle des solutions de rechange, mais les prix plus bas signifient qu’ils constituent une option attrayante pour les consommateurs syriens pauvres.

«Aujourd’hui, j’ai cuisiné des macaroni fabriqués dans une usine qui porte le nom de l’ayatollah Ruhollah Khomeiny», déclare Bassam, un agriculteur vivant à Hama, à Arab News.

Abou Omar, un agriculteur de l’ouest de Daraa, dit à Arab News qu’il est interdit aux agriculteurs du sud de la Syrie d’exporter leurs produits avant que les besoins du marché local soient satisfaits. Pourtant, au même moment, les produits iraniens sont autorisés à inonder le marché syrien pendant la saison des récoltes, ce qui nuit à la capacité des agriculteurs locaux à réaliser des bénéfices.

Sur cette photo, des Syriens travaillent dans un petit champ au sein d’un camp de réfugiés internes. (Photo publiée avec l’aimable autorisation de la FAO)
Sur cette photo, des Syriens travaillent dans un petit champ au sein d’un camp de réfugiés internes. (Photo publiée avec l’aimable autorisation de la FAO)

«L’agriculteur perd de l’argent à la fin de la récolte, puisqu’il achète des pesticides et du diesel en dollars, règle l’ingénieur agronome (fournissant les semences) en dollars et paye ses ouvriers», poursuit Abou Omar.

Les agriculteurs du sud de la Syrie ont fait appel au gouvernement pour obtenir une aide supplémentaire, mais peu d’entre eux osent suggérer que l’arrêt des importations iraniennes est nécessaire pour rétablir l’équilibre.

«C’est une politique de l’État. Une personne n’est pas en mesure de la changer», renchérit Abou Omar. «Et si vous donnez votre opinion, vous pouvez vous retrouver directement en prison.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Parlement égyptien envisage d'activer la loi sur la transplantation d'organes et de cornée

Un débat est en cours au sein du Parlement égyptien sur les amendements à la loi sur la transplantation d'organes humains (AP/File).
Un débat est en cours au sein du Parlement égyptien sur les amendements à la loi sur la transplantation d'organes humains (AP/File).
Short Url
  • Le parlement n'a pas encore pris de décision malgré ses discussions des derniers jours
  • Le député Makram Radwan a soulevé un tollé au Parlement lorsqu'il a demandé une séance d'information sur l'amendement de la loi sur la transplantation d'organes humains.

LE CAIRE : Un débat est en cours au sein du Parlement égyptien sur les amendements à la loi sur la transplantation d'organes humains.

Le parlement n'a pas encore pris de décision malgré les discussions de ces derniers jours.

Les amendements portent sur l'activation de deux lois : une loi publiée en 2010 interdisant la vente d'organes, qui n'a pas encore été pleinement mise en œuvre en raison de la révolution de 2011, et une loi publiée en 1962 concernant l'organisation de la banque des yeux.

La commission des affaires sanitaires de la Chambre des représentants égyptienne a recommandé au ministère de la Santé d'activer les dispositions de la loi sur la transplantation d'organes humains adoptée en 2010, dans laquelle l'article 8 de son règlement exécutif permet aux personnes de demander dans leur testament que leurs organes soient donnés après leur décès.

Le député Makram Radwan a soulevé un tollé au Parlement lorsqu'il a soumis une demande d'information sur l'amendement de la loi sur la transplantation d'organes humains.

« L'Égypte a pris du retard par rapport à de nombreux pays qui ont mis en œuvre la loi », a déclaré Radwan à Arab News.

« Bien que nous ayons une loi sur la transplantation d'organes, elle n'a pas été activée. Il ne peut y avoir de transfert d'organes sans autorisation préalable afin de protéger les médecins. »

Quant à la loi concernant la banque des yeux, la question a été abordée à la demande du député Karim Badr Helmy.

Badr a déclaré à Arab News : « Je ne demande pas quelque chose de nouveau. Cela s'inscrit dans le cadre des dispositions de la loi de 1962 qui réglemente les banques des yeux. »

Helmy a demandé que toutes les banques de cornées soient remises en service dans des hôpitaux autorisés à les établir.

Il a également proposé que le ministre de la Santé prenne une décision afin de définir les procédures de transfert des cornées des défunts vers les hôpitaux universitaires et les autres hôpitaux du ministère autorisés à créer des banques pour les préserver.

Le Dr Khaled Omran, l'un des administrateurs de la fatwa au Dar Al-Iftaa égyptien, a déclaré à Arab News que le don d'organes est hautement bénéfique, qu'il aide de nombreux patients et qu'il est considéré comme une forme de charité.

Omran a déclaré qu'un don a lieu conformément aux conditions fixées par la loi et approuvées par Dar Al-Iftaa.

La première est que le patient doit être légalement, et pas seulement cliniquement, mort.

La deuxième est que le don doit être fondé sur la volonté de la personne, documentée par des médecins.

La troisième condition est que le don d'organes liés au système reproductif doit être évité afin d'écarter tout soupçon de mélange de lignées.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L'Arabie saoudite « restera concentrée et se battra », déclare le coach Renard

L'entraîneur principal de l'Arabie saoudite, Hervé Renard, donne des instructions depuis la ligne de touche lors de leur match du groupe C de la Coupe du monde contre la Pologne, au stade de l'Education City à Al Rayyan, samedi (AP).
L'entraîneur principal de l'Arabie saoudite, Hervé Renard, donne des instructions depuis la ligne de touche lors de leur match du groupe C de la Coupe du monde contre la Pologne, au stade de l'Education City à Al Rayyan, samedi (AP).
Short Url
  • « Ne pensez pas que nous sommes finis », dit le Français après la défaite contre la Pologne
  • Les Green Falcons joueront leur dernier match du groupe C contre le Mexique mercredi

DUBAΪ : Les joueurs de football d'Arabie Saoudite resteront concentrés et continueront à se battre jusqu'aux derniers instants de la Coupe du Monde, a déclaré leur entraîneur principal samedi après la défaite 2-0 de l'équipe contre la Pologne.             

« Je suis fier de mes joueurs et le football est un sport d'équipe dans lequel il y a des succès et des échecs », a déclaré Hervé Renard lors d'une conférence de presse. « Le plus important est que nous avons un match (à disputer) et que nous devons rester concentrés ».

Après une victoire épique contre l'Argentine lors de leur premier match, les Faucons verts n'ont pas réussi la même performance contre Robert Lewandowski et ses coéquipiers polonais à l'Education City Stadium au Qatar et restent donc dans le groupe C avec trois points.

Malgré la déception, Renard a déclaré que son équipe était loin de baisser les bras.

« Nous jouerons jusqu'à la dernière seconde de ce tournoi et nous n'abandonnerons pas », a-t-il déclaré.

« Nous allons jouer le troisième match avec la même énergie et nous avons besoin que les fans soient présents et remplissent le stade contre le Mexique ».

« Nous n'avons pas perdu à cause de la chance mais parce que nous n'avons pas été aussi efficaces, et je soutiendrai tous les joueurs. J'ai fait beaucoup de changements après la première mi-temps pour avoir une bonne réaction et revenir dans le match. »

L'entraîneur français a déclaré que la raison pour laquelle il a remplacé Nawaf Al-Abed était que le joueur s'était blessé à la cheville.

« Je suis très fier de ce que les joueurs ont réalisé... nous aurions dû égaliser avant la fin de la première mi-temps », a déclaré Renard à Alkass Sports Channel, ajoutant que son équipe avait travaillé incroyablement dur.

« La chose la plus importante est que nous restons debout ici. Et ne pensez pas que nous sommes finis », a-t-il ajouté.

L'entraîneur de la Pologne, Czeslaw Michniewicz, n'a pas tari d'éloges sur l'équipe saoudienne.

« Ils ont de bons joueurs », a-t-il dit. « Le meilleur pour moi est le capitaine, le numéro 10, Salem Al-Dowsari, et le gardien Mohammed Al-Owais, qui est un grand gardien et a intercepté des tirs dangereux de nos joueurs. »

La Pologne a remporté une victoire difficile « avec deux buts contre une équipe de valeur », a-t-il ajouté.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Cinq choses à retenir de la défaite 2-0 de l'Arabie saoudite contre la Pologne.

Le Polonais Wojciech Szczesny arrête un penalty tiré par le Saoudien Salem Al-Dawsari lors du match du Groupe C de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022, au stade de l'Education City, à Al Rayyan, samedi (Reuters).
Le Polonais Wojciech Szczesny arrête un penalty tiré par le Saoudien Salem Al-Dawsari lors du match du Groupe C de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022, au stade de l'Education City, à Al Rayyan, samedi (Reuters).
Short Url
  • Un match divertissant qui aurait dû engendrer plus de buts
  • La possession du ballon était en faveur des Green Falcons qui ont eu plus d'occasions

DUBAΪ : L'Arabie Saoudite a perdu 2-0 contre la Pologne à Education City au Qatar samedi et reste à trois points après deux matchs dans le groupe C de la Coupe du Monde.

Voici cinq choses que nous avons apprises du match :

L'Arabie saoudite méritait quelque chose

Ce fut une rencontre divertissante qui aurait dû enregistrer plus de buts, dont beaucoup auraient pu aller à l'Arabie saoudite. On aurait pu craindre que la victoire sur l'Argentine soit si importante qu'il aurait été difficile pour le sélectionneur Hervé Renard de faire redescendre ses joueurs sur terre et de les concentrer sur la tâche à accomplir, mais il n’en fut rien. Le problème était simplement dans la finition. Mais beaucoup de choses étaient appréciables dans cette performance, Salem Al-Dawsari et Mohamed Kanno étant particulièrement impressionnants.

La possession était en faveur de l'Arabie saoudite qui a eu plus d'occasions. Même si l'on ne tient pas compte du penalty manqué, les occasions de marquer ont été nombreuses. Contrairement à la victoire contre l'Argentine, où les deux premières tentatives se sont soldées par des buts, il fut impossible de passer à travers les filets de Wojciech Szczesny. Le gardien polonais a fait un excellent match et les tirs en bonne position sont passés à côté ou au-dessus.

L’Arabie saoudite aurait pu autrement prendre un point de ce match, mais elle a été punie par les décisions de l'arbitre, ses propres erreurs, le fait de ne pas saisir ses chances et le fait que la Pologne ait profité des siennes.

 

Une première mi-temps difficile pour les Falcons

L'Arabie saoudite a bien joué pendant la première mi-temps, qui a duré 55 minutes, mais tous les incidents majeurs de cette période ont joué en sa défaveur. Tout d'abord, le Polonais Matty Cash aurait dû être expulsé. Le défenseur d'Aston Villa a reçu un carton jaune pour un tacle tardif, mais quelques minutes plus tard, il s'en est sorti avec un geste dangereux contre Mohammed Al-Burayk.

Si un deuxième carton jaune avait été montré, Cash n'aurait pas été en position avancée à la 39e minute pour passer le ballon à Robert Lewandowski qui a ensuite servi Piotr Zielinski pour marquer. Ce but a été marqué contre le cours du jeu, mais c'est ce qui arrive sur terrain de football. L'Arabie saoudite se sentira lésée par le fait que la Pologne avait encore onze hommes sur le terrain.

Et puis il y a eu le penalty dans le temps additionnel, lorsque Saleh Al-Shehri a été mis à terre dans la surface. En vérité, le penalty de Salem Al-Dawsari n'était pas le meilleur, mais Al-Burayk aurait dû faire mieux sur le rebond. Le fait de revenir à égalité à la pause contre 10 hommes aurait donné lieu à une deuxième mi-temps très différente.

 

C'est une nouvelle Arabie saoudite, confiante

Quelle différence peut faire une victoire contre l'Argentine ! Si quelqu'un avait regardé le match sans rien savoir des équipes, il aurait pensé que les hommes en vert étaient les favoris, avec des joueurs actifs au plus haut niveau, et que les hommes en bleu et blanc étaient les outsiders.

On se demandait si Renard allait mettre son équipe en place de la même manière pour le deuxième match, et il l'a fait. La même ligne haute, courageuse, était là, le même élan et encore plus d'énergie. L'Arabie saoudite mène et s'attaque à la Pologne, qui n'a pas impressionné lors de son premier match nul 0-0 avec le Mexique. Les Polonais étaient clairement ébranlés, comme en témoignent les trois cartons jaunes récoltés dans la première moitié de la première mi-temps.

C'est maintenant une équipe saoudienne qui sait qu'elle peut inquiéter les adversaires européens et sud-américains et qui ne recule pas. C'est une attitude qui doit perdurer.

 

L'Arabie saoudite a l'avantage du terrain

Le match de samedi a peut-être eu lieu officiellement au Qatar, mais il aurait pu se dérouler à Riyad, Djeddah ou Dammam, tant les supporters saoudiens étaient nombreux dans le stade. En plus de la quantité, il y avait aussi la qualité, avec des niveaux d’ovations atteignant des sommets rarement vus dans le tournoi.

L'atmosphère était différente et a stimulé les joueurs. Elle a également ébranlé les Polonais, qui ont eu beaucoup de mal à se mettre en place. Ils étaient conspués lorsqu'ils étaient en possession du ballon, contrairement aux Saoudiens. Il a fallu une ouverture du score pour que les Polonais aient l'air un tant soit peu à l'aise. Quoi qu'il en soit, les supporters saoudiens et les joueurs se sont unis pour créer l'un des évènements de la Coupe du monde, et le Mexique ne sera pas impatient de se rendre au Lusail Iconic Stadium mercredi.

 

Tout reste à faire et il n'y a aucune raison de se sentir découragé.

Les supporters devront attendre le match de samedi entre l'Argentine et le Mexique pour savoir exactement ce qu'ils doivent faire, mais quoi qu'il arrive, tout le monde aurait accepté cette position avant le début de la Coupe du monde. Avec trois points engrangés lors des deux premiers matches, les Falcons tiennent leur destin en main. Une victoire sur le Mexique signifie qu'une place dans la phase à élimination directe est garantie. Reste à savoir si un match nul suffira.

L'entraîneur Renard devra attendre l’évolution de l’état des joueurs qui ont été touchés, mais il y a encore beaucoup de raisons de se réjouir. L'Arabie Saoudite a montré qu'elle pouvait se mesurer à ses adversaires. La gloire les attend et avec des dizaines de milliers de supporters derrière eux la semaine prochaine, tout peut arriver. La défaite contre la Pologne ne doit pas nécessairement être dévastatrice et personne ne doit se sentir découragé.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com