Le président égyptien Al-Sissi appelle à des relations plus étroites avec la Lettonie

Le président Abdel Fattah al-Sissi rencontrant le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkevics, en présence du ministre égyptien des Affaires étrangères. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Le président Abdel Fattah al-Sissi rencontrant le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkevics, en présence du ministre égyptien des Affaires étrangères. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
Short Url
Publié le Lundi 13 juin 2022

Le président égyptien Al-Sissi appelle à des relations plus étroites avec la Lettonie

Le président Abdel Fattah al-Sissi rencontrant le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkevics, en présence du ministre égyptien des Affaires étrangères. (Porte-parole de la présidence égyptienne)
  • Le ministre letton des Affaires étrangères a affirmé la volonté de son pays de faire progresser la coopération avec l'Égypte
  • Les deux parties ont également examiné et échangé leurs poins de vue sur l'évolution du conflit russo-ukrainien

LE CAIRE: Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a appelé à une plus grande coopération avec la Lettonie et à une coordination continue sur les questions d'intérêt commun. C’est ce qu’il a déclaré lors d'une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères letton, Edgars Rinkevicss, en présence de Sameh Choukri, ministre égyptien des Affaires étrangères.

Le porte-parole officiel de la présidence de la République, l'ambassadeur Bassam Radi, a déclaré qu'Al-Sissi s'était félicité de la visite de Rinkevics en Égypte et lui a demandé de transmettre ses salutations au président et au premier ministre letton.

Le ministre letton des Affaires étrangères a affirmé la volonté de son pays de faire progresser les divers aspects de la coopération conjointe avec l'Égypte, en particulier à la lumière du rôle central du Caire au Moyen-Orient, en Méditerranée et en Afrique.

Radi a déclaré qu'un certain nombre de dossiers liés à la coopération bilatérale avaient été examinés, et qu’Al-Sissi avait salué les activités d'un certain nombre d'entreprises lettones en Égypte. Il a appelé à une nouvelle coopération entre les deux pays, en particulier dans les domaines dans lesquels la Lettonie possède un savoir-faire particulier, tels que les communications, les technologies de l'information, l'éducation et le tourisme.

La réunion a également abordé un certain nombre de dossiers régionaux et internationaux d'intérêt commun, ainsi que les problèmes auxquels sont confrontés les pays africains et européens, notamment l'immigration clandestine et le terrorisme.

Les deux parties ont également examiné et échangé leurs points de vue sur l'évolution du conflit russo-ukrainien et ses effets négatifs sur l'économie mondiale.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Damas responsable d'une attaque au chlore à Douma en Syrie en 2018

Cette photo montre des bâtiments détruits à Douma le 15 août 2018. (AFP)
Cette photo montre des bâtiments détruits à Douma le 15 août 2018. (AFP)
Short Url
  • Les enquêteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) pensent que la Syrie est responsable d'une attaque au chlore en 2018 à Douma
  • Cette attaque a tué 43 personnes

LA HAYE: Les enquêteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) pensent que la Syrie est responsable d'une attaque au chlore en 2018 à Douma qui a tué 43 personnes, selon un rapport très attendu publié vendredi.

"Il existe des motifs raisonnables de croire que les forces aériennes arabes syriennes sont les auteurs de l'attaque aux armes chimiques du 7 avril 2018 à Douma", a déclaré dans un communiqué l'OIAC, basée à La Haye.


Tombes égyptiennes anciennes et objets découverts près des pyramides de Gizeh

Les autorités estiment que les tombes découvertes remontent aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. (AFP)
Les autorités estiment que les tombes découvertes remontent aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. (AFP)
Short Url
  • Le cercueil n’aurait pas été touché depuis quatre mille trois cents ans, selon l'archéologue principal, Zahi Hawass
  • «Les travaux de fouille de la mission réalisée avec le Conseil suprême des antiquités égyptiennes ont permis de trouver des tombes qui datent de l'époque de l'Ancien Empire»

LE CAIRE: L'archéologue le plus renommé d'Égypte a annoncé la découverte de dizaines de vestiges, parmi lesquels deux tombes anciennes, dans une nécropole pharaonique située à proximité du Caire.
Zahi Hawass, ancien ministre du gouvernement et directeur des fouilles, a déclaré que les découvertes faites à Saqqarah, près des pyramides de Gizeh, remontaient aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. Ces dernières ont régné de 2500 à 2100 avant Jésus-Christ.

egypte
«Les travaux de fouille de la mission réalisée avec le Conseil suprême des antiquités égyptiennes ont permis de trouver des tombes qui datent de l'époque de l'Ancien Empire, ce qui indique la présence d'un immense cimetière avec de nombreuses tombes importantes», a-t-il précisé.
«La première d'entre elles est la tombe de Khnoumdjedef, prêtre et responsable des nobles dans le complexe pyramidal d'Ounas, le dernier roi de la cinquième dynastie. La tombe est colorée et présente des scènes de la vie quotidienne.

egypte
«La seconde est destinée à Messi, connu comme le gardien des secrets et le commandant adjoint du grand palais», a indiqué M. Hawass.
L'équipe a également découvert un certain nombre de statues en calcaire coloré. Elles représenteraient des serviteurs de Messi.
Elle a en outre découvert un cercueil en calcaire qui serait celui d’un homme appelé Haka Shabis dans une pièce cachée au fond d'un puits de 15 mètres, a fait savoir M. Hawass.

egypte
«Il est apparu que ce cercueil n'avait pas été touché depuis environ quatre mille trois cents ans. Lorsque nous avons ouvert son couvercle, nous avons trouvé la momie d'un homme recouverte de feuilles d'or. Cette momie est considérée comme la plus complète et la plus ancienne momie non royale trouvée à ce jour.»
Il y avait également plusieurs statues du juge et écrivain Fatak, situées à côté d'une table d'offrandes et d'un cercueil qui contenait ses restes momifiés.
Le Dr Moustafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, a déclaré que si de nombreuses statues avaient été déterrées dans la région de Saqqarah au cours du siècle dernier, très peu avaient la taille des dernières découvertes.

egypte
«De nombreuses amulettes, des outils cosmétiques, des statues de l'idole Ptah Sokar, d’autres qui représentent des divinités, des poteries et des récipients votifs ont également été trouvés», a-t-il révélé.
Selon M. Hawass, la région archéologique de Saqqarah recèle encore de nombreux secrets qui attendent d'être découverts.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Attaque contre l'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran: un mort

Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions. (Arab News)
Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions. (Arab News)
Short Url
  • Un homme armé d'une Kalachnikov a tué le chef de la garde de la mission diplomatique
  • Deux autres gardiens de l'ambassade ont été blessés et se trouvent dans un «état satisfaisant», selon le communiqué

BAKOU: L'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran a été attaquée vendredi matin par des inconnus armés et  l'incident a fait un mort et deux blessés, a déclaré le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Le 27 janvier (...), une attaque armée s'est produite contre l'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran. Un homme armé d'une Kalachnikov a tué le chef de la garde de la mission diplomatique", indique le communiqué.

Deux autres gardiens de l'ambassade ont été blessés et se trouvent dans un "état satisfaisant", selon la même source.

Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions.

L'Iran, où résident des millions d'Azéris, a longtemps accusé son voisin de fomenter un sentiment séparatiste sur son territoire.

Les relations entre Bakou et Téhéran sont traditionnellement délicates, l'Azerbaïdjan turcophone étant un proche allié de la Turquie, une rivale historique de l'Iran.

Téhéran redoute également que le territoire azerbaïdjanais ne soit utilisé pour une éventuelle offensive contre l'Iran par Israël, le principal fournisseur d'armes à Bakou.