Turquie: 16 journalistes écroués pour «appartenance à une organisation terroriste»

Des gens manifestent devant le journal Bugun et la chaîne de télévision Kanalturk à Istanbul lors d'un rassemblement contre la répression du gouvernement turc contre les médias en 2019. (Photo, AFP)
Des gens manifestent devant le journal Bugun et la chaîne de télévision Kanalturk à Istanbul lors d'un rassemblement contre la répression du gouvernement turc contre les médias en 2019. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 16 juin 2022

Turquie: 16 journalistes écroués pour «appartenance à une organisation terroriste»

Des gens manifestent devant le journal Bugun et la chaîne de télévision Kanalturk à Istanbul lors d'un rassemblement contre la répression du gouvernement turc contre les médias en 2019. (Photo, AFP)
  • Travaillant pour des médias et sociétés de production proches du HDP (Parti démocratique des peuples, pro-kurde), 20 journalistes avaient été interpellés le 8 juin pour «appartenance à la section presse» du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK)
  • Selon des médias locaux, les journalistes ont été interrogés par le procureur sur le contenu de leurs articles

ANKARA: Seize journalistes turcs ont été écroués jeudi pour « appartenance à une organisation terroriste » à Diyarbakir, dans le sud-est à majorité kurde de la Turquie, selon l'acte d'écrou consulté par l'AFP. 

Travaillant pour des médias et sociétés de production proches du HDP (Parti démocratique des peuples, pro-kurde), 20 journalistes avaient été interpellés le 8 juin pour « appartenance à la section presse » du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme terroriste par Ankara et ses alliés occidentaux. 

En garde à vue depuis, seize d'entre eux ont été écroués jeudi, dont Serdar Altan, co-président d'une association de journalistes, accusés d'« appartenance à une organisation terroriste », selon l'acte d'écrou et l'un des avocats des journalistes, Resul Temir, interrogé par l'AFP. 

Les autres journalistes ont été relâchés sous contrôle judiciaire. 

Selon des médias locaux, les journalistes ont été interrogés par le procureur sur le contenu de leurs articles. 

« Cela laisse penser à une manœuvre préélectorale pour couper l'herbe sous le pied de la classe politique kurde et les priver de moyen d'expression », à un an de la prochaine élection présidentielle et au moment où la Turquie dit préparer une offensive contre des combattants kurdes dans le nord de la Syrie, a réagi le représentant en Turquie de l'ONG Reporters sans frontières (RSF), Erol Onderoglu, interrogé par l'AFP. 

« Nous vivons les jours les plus sombres de notre pays en matière de liberté de presse », a également réagi dans un communiqué le président de l'Association des journalistes de Turquie, Nazim Bilgin. 

M. Bilgin a souligné que cette décision intervient au lendemain de l'adoption en commission de justice au Parlement turc d'un projet de loi qui prévoit des peines de prison contre tout journaliste ou citoyen reconnu coupable de « diffusion publique d'informations trompeuses », un texte qui pourrait être adopté prochainement et qu'il qualifie de « loi de censure ». 

Des ONG dénoncent régulièrement l'érosion de la liberté de la presse en Turquie, qui pointe à la 149ème place sur 180 du classement 2022 de la liberté de la presse publié par RSF. 

Le HDP, troisième plus grand groupe au Parlement turc, est accusé par le président Recep Tayyip Erdogan d'être la « vitrine politique » du PKK. 

Depuis 2016, plusieurs centaines de membres du HDP ont été arrêtés, dont son charismatique chef de file, Selahattin Demirtas, emprisonné en dépit de protestations européennes. 


Les forces saoudiennes et les Marines américains débutent un exercice d'entraînement conjoint à Yanbu

L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
L'exercice baptisé «Outrageous Anger 22» a été lancé par les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains. (Twitter/@modgovksa)
Short Url
  • Une visite d'inspection a permis de découvrir les sites où les deux forces mèneront leurs opérations conjointes
  • L'exercice, qui s'étend sur un mois, comprend des manœuvres logistiques et des opérations avec des munitions réelles

RIYAD: Les Forces armées royales saoudiennes et le corps des Marines américains ont lancé samedi un exercice d'entraînement conjoint le long de la côte de la mer Rouge dans la ville occidentale de Yanbu, a déclaré le ministère de la Défense du Royaume.

L’exercice baptisé «Outrageous Anger 22» (Colère 22) a été inauguré en présence du commandant du secteur occidental, le général de division Ahmed al-Dibais, du commandant de la marine américaine, le général de division Paul Rock, et des officiers supérieurs des deux parties.

Une visite d'inspection a permis de découvrir les sites où les deux forces mèneront leurs opérations conjointes.

Le colonel Saoud al-Aqili a indiqué que le but de l'exercice qu'il commande lui-même était de s'entraîner à la mise en œuvre des plans opérationnels et logistiques bilatéraux, de faire un échange d'expertise entre les deux parties et de développer un travail complémentaire avec les autorités civiles.

Par ailleurs, le colonel Matthew Hakula, commandant des forces américaines, a précisé que les manœuvres conjointes permettraient d'améliorer la préparation au combat et de renforcer la compatibilité entre les troupes saoudiennes et américaines.

L'exercice, qui s'étend sur un mois, comprend des manœuvres logistiques et des opérations avec des munitions réelles.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Incendie dans une église au Caire, le bilan monte à 41 morts selon l'Église copte égyptienne

Intérieur de la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc, Abbassiyya, Le Caire, 2009 (image, Library on Congress loc.gov)
Intérieur de la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc, Abbassiyya, Le Caire, 2009 (image, Library on Congress loc.gov)
Short Url
  • Cet incendie, dont l'origine n'a jusqu'ici pas été éclaircie, fait encore rage, selon les autorités, à l'église Abou Sifine du quartier populaire d'Imbaba
  • Le président Sissi présente ses condoléances «aux familles des victimes innocentes»

LE CAIRE : Un incendie qui s'est déclenché dimanche au beau milieu d'une messe dans une église d'un quartier populaire du Caire a fait 41 morts, endeuillant la plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient avec 10 à 15 des 103 millions d'Egyptiens.

L'Eglise copte égyptienne a fait état de "41 morts et 14 blessés" en citant "des sources au sein du ministère de la Santé", dans un communiqué publié sur son compte Facebook.

L'Église copte a cité des responsables de la santé pour faire état du nombre de victimes. Elle a déclaré que le feu s'est déclaré alors qu'un service était en cours. Le porte-parole de l'Église copte a déclaré à la chaîne de télévision Al Arabiya que le prêtre de l'église était décédé dans l'accident.


L'incident a incité le président Abdel Fattah el-Sisi à demander aux services d'urgence de la région de prendre toutes les mesures nécessaires. M. Sisi s'est également entretenu par téléphone avec le pape chrétien copte Tawadros II pour lui présenter ses condoléances.

Cet incendie, attribué à un court-circuit dans le système de climatisation,  faisait encore rage en début d'après-midi, selon les autorités, à l'église Abou Sifine du quartier populaire d'Imbaba

Le président Abdel Fattah el-Sisi a demandé aux services d'urgence de la région de prendre toutes les mesures nécessaires.

Au moins 30 ambulances ont transféré les blessés vers les hôpitaux locaux, a déclaré le porte-parole du ministère de la santé, Hossam Abdel Ghaffar, cité dans un rapport du site d'information public Ahram.

Les blessés, selon le rapport, ont été transférés à l'hôpital général d'Imbaba et à l'hôpital d'Agouza.

Sisi a déclaré sur un post facebook qu'il suivait de près les développements de cet "accident tragique" et a ordonné à toutes les agences et institutions étatiques concernées de prendre les mesures nécessaires.

"Je présente mes sincères condoléances aux familles des victimes innocentes", a déclaré le président égyptien. (Avec agences)


Irak: sommée par Sadr, la justice se dit incompétente pour dissoudre le Parlement

Des partisans portent des portraits du religieux chiite Moqtada Sadr alors qu'ils se rassemblent dans la ville de Nasiriyah, dans la province de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak, le 12 août 2022, pour protester contre la nomination au poste de Premier ministre d'un membre d’une faction chiite rivale. (Photo par Asaad NIAZI / AFP)
Des partisans portent des portraits du religieux chiite Moqtada Sadr alors qu'ils se rassemblent dans la ville de Nasiriyah, dans la province de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak, le 12 août 2022, pour protester contre la nomination au poste de Premier ministre d'un membre d’une faction chiite rivale. (Photo par Asaad NIAZI / AFP)
Short Url
  • L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination
  • Chaque camp poursuit désormais son propre sit-in à Bagdad pour faire pression sur la partie adverse

BAGDAD : La justice irakienne a assuré dimanche dans un communiqué ne pas avoir le droit de dissoudre le Parlement, comme le réclame l'influent leader chiite Moqtada Sadr, qui lui avait fixé un délai d'une semaine et poursuit son bras de fer politique avec ses adversaires.

M. Sadr a sommé la justice de dissoudre le Parlement d'ici la fin de la semaine pour ouvrir la voie à des législatives anticipées, alors que ses partisans campent depuis fin juillet aux abords du Parlement pour faire pression sur ses rivaux, les influentes factions chiites pro-Iran du Cadre de coordination.

M. Sadr avait justifié cet appel à la justice en rappelant que tous les délais impartis par la Constitution pour nommer un nouveau président et un nouveau chef du gouvernement n'avaient pas été respectés après les dernières législatives d'octobre 2021.

«Le Conseil suprême de la magistrature n'est pas compétent pour dissoudre le Parlement», a annoncé l'institution judiciaire dans un communiqué, précisant que ses prérogatives «ne l'autorisent pas à s'ingérer dans les affaires des deux pouvoirs législatif et exécutif, en application du principe de séparation des pouvoirs».

Selon la Constitution, une dissolution du Parlement doit être actée par un vote à la majorité absolue. Elle peut être demandée par un tiers des députés, ou par le Premier ministre avec accord du président de la République.

Le Conseil suprême de la magistrature est d'accord avec les critiques de M. Sadr, concernant «les violations constitutionnelles» que représentent «la non-élection d'un président de la république, d'un Premier ministre et l'absence de gouvernement formé dans les délais constitutionnels impartis».

«C'est une situation inacceptable à laquelle il faut remédier et qui ne doit pas être répétée», ajoute le communiqué.

L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination.

Chaque camp poursuit désormais son propre sit-in à Bagdad pour faire pression sur la partie adverse, sans toutefois jamais laisser la situation basculer dans la violence.

Evoquant sur Twitter ces deux sit-in, un proche de M. Sadr, Saleh Mohamed al-Iraqi, a estimé qu'il était temps de montrer «lequel des deux camps a le plus grand nombre» de soutiens parmi le peuple.

Il a appelé tous les partisans de M. Sadr à travers le pays à rallier Bagdad pour une «manifestation d'un million d'hommes» dont la date n'a pas encore été dévoilée.