Propagande djihadiste: Dix ans de prison pour l'Algérien Saber Lahmar

L'ex-détenu algérien de Guantanamo Saber Lahmar lors d'un entretien le 23 mai 2011 à Bordeaux (Photo, AFP).
L'ex-détenu algérien de Guantanamo Saber Lahmar lors d'un entretien le 23 mai 2011 à Bordeaux (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 17 juin 2022

Propagande djihadiste: Dix ans de prison pour l'Algérien Saber Lahmar

  • Le tribunal a retenu contre Saber Lahmar des prêches et des propos «où il justifiait le départ en Syrie et en Irak», établis par des enregistrements ou des témoignages de proches
  • Les magistrates l'ont en outre condamné à une période de sûreté des deux tiers ainsi qu'à une interdiction définitive du territoire français

PARIS : L'Algérien Saber Lahmar, innocenté de Guantanamo mais jugé en mai à Paris pour avoir incité des candidats au djihad à partir en Irak ou Syrie, a été condamné vendredi à dix ans de prison par le tribunal qui a revanche relaxé celui que l'accusation voyait comme son «second».

La 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée en matière de terrorisme, a considéré que cet homme né en 1969 avait, via des prêches et des conversations, «joué un rôle actif» dans plusieurs départs aux conséquences importantes, puisqu'un homme est présumé mort depuis fin 2015.

Né en Algérie, Saber Lahmar fait une licence en sciences islamiques et, selon la justice, devient membre du Groupe islamique armé (GIA).

Il part ensuite quelques années terminer ses études à Médine, en Arabie saoudite, avant d'apparaître en Bosnie-Herzégovine entre 1996 et 2001, où il travaille notamment dans une grande mosquée de Sarajevo considérée comme un lieu de rassemblement d'islamistes.

Les Bosniens le livrent aux Américains début 2002 avec cinq autres Algériens, soupçonnés d'avoir fomenté un attentat contre l'ambassade des Etats-Unis.

Il est transféré dans la prison militaire de Guantanamo, sur l'île de Cuba, où il est détenu jusqu'en 2008 et subit des tortures, avant d'être innocenté par la justice américaine et d'être accueilli en France fin 2009.

Rapidement considéré comme un «guide religieux» par des membres de la communauté musulmane locale en Nouvelle-Aquitaine, il officie dans une salle de prière clandestine située au-dessus du restaurant à Bordeaux de Mohamed H., l'autre prévenu, puis régulièrement pour la prière du vendredi dans la mosquée de Saint-André-de-Cubzac (Gironde).

Le tribunal a retenu contre lui des prêches et des propos «où il justifiait le départ en Syrie et en Irak», établis par des enregistrements ou des témoignages de proches, ainsi que des conversations avec les personnes parties sur zone, après leur départ, où «il ne remettait pas en cause» celui-ci.

Les magistrates, qui ont suivi les réquisitions du parquet national antiterroriste (Pnat), l'ont en outre condamné à une période de sûreté des deux tiers ainsi qu'à une interdiction définitive du territoire français.

- «Particulière gravité» -

La 16e chambre a justifié sa décision par les importantes «conséquences provoquées» par les faits d'une «particulière gravité» qui lui sont reprochés : le départ d'Othman Yekhlef, probablement mort sur zone fin 2015, ainsi celui d'un couple et ses cinq enfants.

Le père, Salim Machou, est l'un des sept Français condamnés à mort en 2019 par la justice irakienne pour leur appartenance au groupe Etat islamique. Les enfants «ont vécu en zone de guerre» et «sont retenus depuis 2017 dans un camp du Rojava», a déploré le tribunal.

Pendant toute l'audience, M. Lahmar avait rejeté constamment les accusations. Ses avocats, Me Christian Blazy et Alix de Villanove, ont annoncé qu'ils allaient faire appel.

«Sous prétexte qu'il avait une certaine aura de par sa culture islamique, on le condamne sans preuve, pour avoir facilité le départ d'une famille vers la zone irako-syrienne alors qu'il n'avait objectivement aucun pouvoir pour le faire», ont-ils critiqué.

Mohamed H., coprévenu présenté par l'accusation comme le «second du +cheikh+ Lahmar» et né au Maroc en 1977, a en revanche été relaxé, malgré les réquisitions du Pnat de six ans d'emprisonnement.

Le tribunal a estimé que son «adhésion totale à l'idéologie de l'organisation Etat islamique» entre fin 2015 et mi 2017 était certes établie.

Mais «l'adhésion à une idéologie propagée par une organisation terroriste ne constitue pas une participation à une association de malfaiteurs terroriste», a souligné la présidente de la 16e chambre.

Au cours de l'audience, Mohamed H. avait reconnu pour la première fois sa «radicalisation» passée, un «réel cheminement d'introspection» selon la 16e chambre, qui a en outre jugé qu'aucun élément ne prouvait qu'il avait eu un rôle de propagande ou d'incitation au départ.

«La justice ne s’est pas contentée d’hypothèses ou de suppositions et a rendu une décision de justice fondée et à la motivation sans faille. Mon client va pouvoir reprendre le cours de sa vie. C’est un soulagement», s'est félicitée son avocate, Me Noémie Saidi-Cottier.


SOS Racisme dénonce des discriminations sur la Côte d’Azur

SOS Racisme a secrètement envoyé des couples de différentes ethnies à Juan-les-Pins, Antibes et Marseille pour qu'ils surveillent l'accueil qui leur serait réservé. (Twitter/@antibes_jlp)
SOS Racisme a secrètement envoyé des couples de différentes ethnies à Juan-les-Pins, Antibes et Marseille pour qu'ils surveillent l'accueil qui leur serait réservé. (Twitter/@antibes_jlp)
Short Url
  • SOS Racisme a mené plusieurs opérations d’infiltration depuis les années 1990, mais c'est la première fois que le groupe cible la Côte d'Azur
  • Cette situation est due à l' «échec évident» des pouvoirs publics à rendre la discrimination raciale illégale, a souligné Dominique Sopo, président de SOS Racisme

PARIS: Des militants d’SOS Racisme envisagent d'intenter une action en justice contre des plages privées, des bars et des restaurants de la Côte d'Azur qui ont eu des comportements discriminatoires capturés par des caméras cachées.

L’association a mené une opération d'infiltration à Juan-les-Pins, Aix-en-Provence Antibes et Marseille. Pour ce faire, l’organisation a envoyé des couples de différentes ethnies dans des lieux huppés, pour analyser l'accueil qui leur serait réservé, indique le journal britannique The Guardian.

Quand les couples blancs souhaitaient obtenir des chaises longues sur les plages et des tables dans les boîtes de nuit, on leur en donnait. On refusait de telles demandes aux couples «d'apparence nord-africaine» ou aux personnes portant des «noms à consonance étrangère». Ces comportements ont été enregistrés par des caméras cachées.

«Quand j'appelais pour réserver une place avec un nom à consonance africaine, on me disait que l'endroit était complet. Quand je rappelais et que je donnais un nom français, bizarrement, il restait des places», raconte au journal Le Monde l'un des participants à l'expérience.

SOS Racisme a mené plusieurs opérations pareilles depuis les années 1990, mais c'est la première fois que le groupe cible la Côte d'Azur.

«Nous avons constaté que la discrimination pouvait être basée sur les vêtements, la couleur de peau, l'apparence physique et l'origine de la personne», a dit Karima Es-slimani, de la branche niçoise de l'organisation, à la télévision France 3. «Vivre ainsi est injuste et intolérable.»

«Nous travaillons avec des avocats bénévoles qui doivent avoir de nombreux détails pour pouvoir intenter une action en justice contre ces lieux. Ils utiliseront également les informations qu'ils auront recueillies pour rédiger des rapports annuels décrivant les cas de discrimination par région», a déclaré Paula Cornette, de SOS Racisme.

Cette situation est due à l' «échec évident» des pouvoirs publics à rendre la discrimination raciale illégale, a souligné Dominique Sopo, président de SOS Racisme.

Il a ensuite précisé que les conclusions auxquelles l'organisation aboutira seraient transmises à la police et aux autorités locales. «Nous surveillerons de près les suites judiciaires qui seront données à cette affaire», a-t-il conclu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Nucléaire: Des réacteurs abaissent leur production avec la chaleur, dérogations étendues

Les températures devraient grimper dans les 30 degrés Celsius cette semaine dans une grande partie de la France, réchauffant davantage les rivières qu'EDF utilise pour refroidir les réacteurs (Photo, Reuters).
Les températures devraient grimper dans les 30 degrés Celsius cette semaine dans une grande partie de la France, réchauffant davantage les rivières qu'EDF utilise pour refroidir les réacteurs (Photo, Reuters).
Short Url
  • Chaque centrale a ses propres limites réglementaires de température de rejet de l'eau à ne pas dépasser
  • Les deux autres réacteurs de la centrale sont pour leur part en arrêt pour une maintenance programmée

PARIS: Plusieurs réacteurs nucléaires d'EDF ont été contraints d'abaisser leur production en raison des températures élevées des cours d'eau utilisées pour leur refroidissement, a indiqué l'entreprise vendredi, tandis que les dérogations environnementales dont bénéficient certains sites étaient étendues.

"Les conditions climatiques exceptionnelles actuelles se traduisent par une montée de la température de la Garonne qui a atteint 28 degrés", indique EDF.

"À la demande du gestionnaire de réseau d'électricité national (RTE), l'unité de production n°2 de la centrale de Golfech reste en production (puissance minimale)", poursuit le producteur d'électricité.

Cette puissance minimale correspond à environ 300 MW, contre 1.300 MW normalement. Le second réacteur de la centrale située dans le Tarn-et-Garonne est pour sa part en arrêt programmé.

Chaque centrale a ses propres limites réglementaires de température de rejet de l'eau à ne pas dépasser, afin de ne pas échauffer les cours d'eau environnants et d'en protéger la faune et la flore. Les centrales pompent en effet l'eau pour le refroidissement des réacteurs, avant de la rejeter.

Les arrêtés fixant les limites de rejet prévoient également des seuils plus élevés "en conditions climatiques exceptionnelles", comme c'est le cas actuellement à Golfech.

En outre, des dérogations temporaires peuvent encore relever les seuils, ce qui a été accordé à quatre centrales nucléaires, dont celle du Bugey (Ain), alors que la France traverse un nouvel épisode caniculaire.

"Les conditions climatiques exceptionnelles que nous connaissons depuis quelques jours se traduisent par une montée de la température du Rhône, qui a atteint plus de 25 degrés", constate EDF dans un point distinct sur la centrale du Bugey.

"Les unités de production n°2 et 5 ont été maintenues sur le réseau dans le respect des dispositions relatives aux situations climatiques exceptionnelles", indique le groupe.

Ces deux réacteurs ont "dû effectuer des baisses de charge", autrement dit réduire leur puissance, a précisé une porte-parole d'EDF à l'AFP.

Les deux autres réacteurs de la centrale sont pour leur part en arrêt pour une maintenance programmée.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a par ailleurs prolongé jusqu'au 11 septembre la dérogation environnementale, qui courait initialement jusqu’au 7 août, dont bénéficiaient quatre centrales pour qu'elles puissent continuer à fonctionner, a indiqué à l'AFP le ministère de la Transition énergétique.

"L’ASN a également autorisé, hier (jeudi), une cinquième autorisation de dérogation, concernant celle de Tricastin", a-t-on ajouté au ministère, qui doit encore avaliser formellement cette décision.

"Lorsque cette décision sera homologuée par l’État, les centrales de Bugey, Blayais, Golfech, Saint Alban et Tricastin bénéficieront d’une dérogation jusqu’au 11 septembre", a résumé la même source.

Les rejets feront l'objet d'un suivi "renforcé et quotidien" des effets sur la faune et la flore, tandis qu'EDF tirera un bilan à l'issue de la période, a souligné le ministère.

EDF avait prévenu qu'il pourrait être contraint d'abaisser sa production nucléaire ces prochains jours et même arrêter un réacteur de la centrale du Tricastin (Drôme) en raison des températures élevées des fleuves.

Des baisses de production pour ces raisons interviennent régulièrement en période estivale, même si cette année, elles sont intervenues beaucoup plus tôt que d'habitude - dès le mois de mai.

EDF relativise la portée de ces événements, soulignant que depuis 2000, les pertes de production ont représenté en moyenne 0,3% de la production annuelle du parc.


Une touriste française blessée par un ours blanc au Svalbard

Un ours polaire se tient sur une banquise près de l'archipel norvégien du Svalbard (Photo, AP).
Un ours polaire se tient sur une banquise près de l'archipel norvégien du Svalbard (Photo, AP).
Short Url
  • La touriste a été évacuée par hélicoptère vers l'hôpital de Longyearbyen
  • Elle participait à une expédition et séjournait dans des tentes en pleine nature

OSLO: Une touriste française a été blessée par un ours polaire qui s'est introduit dans un campement sur l'archipel norvégien du Svalbard dans l'Arctique, mais ses jours ne sont pas en danger, ont annoncé lundi les autorités locales.

La femme, dont l'identité n'a pas été précisée, faisait partie d'une expédition de 25 personnes qui séjournaient dans des tentes en pleine nature dans l'ouest de ce territoire grand comme deux fois la Belgique, à un peu plus d'un millier de kilomètres du pôle Nord.

"Un ours a pénétré dans un campement ce matin vers 08 h 30 (06 h 30 GMT) et blessé une femme de nationalité française au bras", a déclaré à l'AFP le chef de la police locale, Stein Olav Bredli.

"Ses jours ne sont pas en danger", a-t-il ajouté.

La touriste a été évacuée par hélicoptère vers l'hôpital de Longyearbyen, la principale localité de l'archipel.

"C'est une femme d'une quarantaine d'années qui a été légèrement blessée", a déclaré à l'AFP une porte-parole des autorités hospitalières, Solveig Jacobsen.

Les circonstances exactes de l'incident n'ont pas été précisées.

"Des tirs ont visé l'ours polaire qui a été effrayé et a quitté les lieux", a indiqué M. Bredli.

Blessé, l'animal a ultérieurement été localisé par les autorités qui, en raison de l'ampleur de ses blessures, l'ont achevé.

Au Svalbard, le port d'un fusil est obligatoire quand on quitte les communautés urbaines pour être paré en cas de rencontre fortuite avec un ours qui pèsent entre 300 et 600 kg pour les mâles et moitié moins pour les femelles.

Selon un décompte de 2015, le secteur norvégien de l'Arctique abrite un millier d'ours polaires, espèce protégée depuis 1973.

Quelque 300 d'entre eux vivent toute l'année sur l'archipel et certains se sont réinstallés dans l'ouest du territoire - où se concentre aussi la présence humaine - où ils avaient disparu quand la chasse était encore permise.

Six attaques mortelles pour l'homme y ont été dénombrées depuis 1971. La dernière impliquant un Néerlandais de 38 ans remonte à 2020.

Selon les experts, le recul de la banquise sous l'effet du réchauffement climatique prive les ours de leur terrain de chasse favori, où ils se gavent de phoques, et les pousse à s'approcher des endroits peuplés par l'homme, en quête de nourriture.