Julie Gayet: «La musique et l’image ont une histoire fusionnelle depuis toujours»

Julie Gayet, comédienne, actrice et productrice. (Photo, Marie Astrid Jamois)
Julie Gayet, comédienne, actrice et productrice. (Photo, Marie Astrid Jamois)
Short Url
Publié le Jeudi 23 juin 2022

Julie Gayet: «La musique et l’image ont une histoire fusionnelle depuis toujours»

Julie Gayet, comédienne, actrice et productrice. (Photo, Marie Astrid Jamois)
  • La musique et Julie Gayet, c'est une longue histoire d'amour: avant d'embrasser une carrière de comédienne et de productrice, elle se rêvait chanteuse lyrique
  • «Chaque concert sera accompagné d’un écran, de la même façon que chaque film projeté sera accompagné d’un orchestre»

PARIS: Du 22 au 25 juin, la ville de Rochefort va vivre au rythme des «Sœurs jumelles» si chères à Jacques Demy, à travers un festival qui propose de faire se rencontrer la musique et l’image. Pendant trois jours, des compositeurs, des réalisateurs, des techniciens, des éditeurs, des concepteurs de jeux vidéo, mais aussi des étudiants, ou tout simplement des amateurs de cinéma pourront échanger au cours de différents événements organisés. Grande nouveauté de l’édition 2022, le cinéma libanais sera à l’honneur à travers un cycle de films qui seront projetés en partenariat avec l’association baptisée «Rochefort sur Toile» et en présence de réalisateurs et de compositeurs venus du Liban. 

Un volet professionnel permettra aussi d’aborder les problématiques communes aux secteurs de la musique et de l’image: financement, droits d’auteur et statuts juridiques afin de donner une vision aussi complète que possible de ces filières. Rochefort vivra donc au rythme de ce festival qui fait référence à ces célèbres Demoiselles de Rochefort, une des comédies musicales françaises les plus célèbres dans le monde qui rappelle le lien fusionnel qu’entretiennent la musique et l’image. 

À quelques heures du lancement, Arab News en français s’est entretenu avec Julie Gayet, comédienne, productrice et cofondatrice de ce projet unique en son genre.

La musique et Julie Gayet, c'est une longue histoire d'amour: avant d'embrasser une carrière de comédienne et de productrice, elle se rêvait chanteuse lyrique. 

«J'ai commencé par le chant quand j'étais jeune. J'ai toujours été très sensible à la musique. J'ai commencé par le chant lyrique, mais j'ai arrêté de chanter pour jouer parce que je voulais aller plus loin dans l'interprétation. Et lorsque j'ai commencé ma formation, j’abordais mes rôles à travers la musique, le rythme», confie la comédienne. «Puis en produisant, je me suis aperçue combien la musique était essentielle pour le réalisateur et combien il pouvait lui être difficile de trouver le bon compositeur. Ces deux langages, pourtant si complémentaires au cinéma, dans les séries, ont parfois du mal à communiquer. 

Ce n’est pas forcément évident pour les réalisateurs, parce qu'il y a déjà, au moment de l'écriture de son scénario, la question des finances. Et parfois, cette question arrive trop tard ou trop tôt. Parfois, on a du mal à trouver le bon équilibre, ou alors c'est trop tard. Et le budget, même pour la musique, n’est parfois pas suffisant. Cela a donc toujours été une question importante pour moi, à la fois comme actrice, et puis comme productrice, qui n'en finit pas de marier ces deux mondes que j'aime», indique Julie Gayet qui avait à cœur dès la création de sa société de production Rouge International en 2007, «de faire se rencontrer les compositeurs, qui sont les troisièmes auteurs d’un film, avec les scénaristes et les réalisateurs, qui en sont les deux premiers, pour créer du lien, rayonner et imaginer leur futur ensemble».

1

Pour la soirée d’ouverture, Julie Gayet, connue pour son féminisme inclusif, mais déterminé (elle est par ailleurs membre du collectif 50/50 promouvant la parité au cinéma), a tenu, avec son équipe, à rendre hommage aux femmes. En particulier à une icône du 7e art avec laquelle elle-même a fait ses premiers pas: Agnès Varda. Et aussi à sa compositrice fétiche, Joanna Bruzdowicz.

«Elle le disait toujours: “Le futur pour les femmes, c’est maintenant, il faut se fédérer!” Et moi, je me suis dit que ce festival constituait un bon moyen», confie la productrice qui précise que «si des œuvres composées par les femmes restent si peu connues, c’est tout simplement parce qu’elles ne sont pas jouées. Contrairement à un tableau, par exemple, une musique cesse d’exister si elle n’est pas interprétée.» 

Par ailleurs, pour Julie Gayet, il y a encore trop peu de femmes dans les milieux de l’image et de la musique: «Elles sont moins de 3 %», affirme-t-elle et c’est pour cela qu’elle insiste sur la transversalité de tous les supports: «Nous allons chercher toutes les associations et les collectifs de femmes dans ces industries.» Les femmes orientales ne seront pas en reste puisque la célèbre chanson Aatiny al-nay Wa Ghanni de l’icône Fayrouz sera jouée lors de l’ouverture du festival, clin d’œil au cinéma libanais invité d’honneur de cette édition. Un documentaire de Gérard Pont consacré à la vie de diva libanaise sera par ailleurs projeté le 23 juin.

Des créations inédites, consacrées à un univers musical différent

La musique résonnera donc dans toute la ville pendant le festival: «Ces trois jours sont ponctués d’un concert quotidien», explique Julie Gayet. «D’abord à l’issue d’une journée consacrée aux Femmes de la musique et de l’image, un spectacle joyeusement féministe impulsé par Rosalie Varda, inspiré par le film L’une chante, l’autre pas d’Agnès Varda, et mis en scène par Judith Henry, qui mettra en lumière les figures des années 1970 qui nous ont ouvert la voie: Delphine Seyrig, Gisèle Halimi, Anne Sylvestre... 

Puis une carte blanche sera accordée le deuxième soir à la musique urbaine et aux liens qu’elle entretient avec l’image, en partenariat avec le festival Ina Sound. Et enfin, la troisième soirée de spectacle sera consacrée à une création musicale inédite d’un compositeur de musique actuelle. Le dernier spectacle sera placé sous le signe de la bonne humeur et du partage avec le grand public. Chaque concert sera accompagné d’un écran, de la même façon que chaque film projeté sera accompagné d’un orchestre qui viendra jouer sur la petite scène du cinéma L’Appolo», ajoute la productrice.

Le meilleur du cinéma libanais à Rochefort

«Le festival a également conclu un partenariat avec l’association Rochefort sur Toile et pour l’édition 2022, le cinéma libanais sera à l’honneur», indique Julie Gayet qui a par ailleurs coproduit le film libanais l’Insulte du réalisateur Ziad Doueiry, finaliste dans la catégorie du meilleur film étranger aux Oscars en 2017, une première pour le Liban.

«Nous avons donc commencé la projection d’une sélection de films libanais dès le début du mois de juin: du 10 au 19 juin, ce sont les films Face à la mer, d’Ely Dagher (2021); Tombé du ciel, de Wissam Charaf (2016); L’insulte, de Ziad Doueiri (2017); Sous le ciel d’Alice, de Chloé Mazlo (2020, avec Alba Rohrwacher et Wajdi Mouawad)», précise la productrice. «Puis nous prolongerons cette exploration cinématographique durant le festival, au cours duquel seront programmés trois films libanais du 22 au 25 juin 2022: Memory Box, de Joanna Hadjithomas et Khalil Joreige, en présence de la réalisatrice; Caramel de Nadine Labaki, en présence du compositeur Khaled Mouzannar et un documentaire sur Fayrouz de Frédéric Mitterrand, qui sera présenté par Gérard Pont», explique la fondatrice du festival.

«C’est vraiment la bonne année pour mettre en avant le cinéma libanais qui est en train de briller ces dernières années et d’exploser grâce à l’ensemble de ses talents; réalisateurs – et surtout réalisatrices! –, producteurs, compositeurs, acteurs…», ajoute-t-elle. «Pour cette deuxième édition, la philosophie reste donc identique: entremêler les supports, allier la musique et l’image. Comme des sœurs jumelles!», conclut Julie Gayet


Mika Kobayashi chante pour la première fois en Arabie saoudite, à Djeddah

La chanteuse japonaise Mika Kobayashi a donné deux concerts à Djeddah en Arabie saoudite (Photo Fournie).
La chanteuse japonaise Mika Kobayashi a donné deux concerts à Djeddah en Arabie saoudite (Photo Fournie).
La chanteuse japonaise Mika Kobayashi a donné deux concerts à Djeddah en Arabie saoudite (Photo Fournie).
La chanteuse japonaise Mika Kobayashi a donné deux concerts à Djeddah en Arabie saoudite (Photo Fournie).
La chanteuse japonaise Mika Kobayashi a donné deux concerts à Djeddah en Arabie saoudite (Photo Fournie).
La chanteuse japonaise Mika Kobayashi a donné deux concerts à Djeddah en Arabie saoudite (Photo Fournie).
La chanteuse japonaise Mika Kobayashi a donné deux concerts à Djeddah en Arabie saoudite (Photo Fournie).
La chanteuse japonaise Mika Kobayashi a donné deux concerts à Djeddah en Arabie saoudite (Photo Fournie).
La chanteuse japonaise Mika Kobayashi a donné deux concerts à Djeddah en Arabie saoudite (Photo Fournie).
La chanteuse japonaise Mika Kobayashi a donné deux concerts à Djeddah en Arabie saoudite (Photo Fournie).
Short Url
  • La chanteuse Mika Kobayashi travaille avec Hiroyuki Sawano depuis 2010
  • Elle a d'abord collaboré à l'album «Massugu na Otoko», en prêtant sa voix pour la chanson «Illusion.»

DJEDDAH: La chanteuse japonaise Mika Kobayashi a chanté pour la première fois en Arabie saoudite avec deux concerts à Djeddah vendredi et samedi.

La chanteuse a hypnotisé son public avec un spectacle puissant de morceaux célèbres, allant de Attack on Titan, Gundam UC à Aldnoah Zero, au City Walk's Anime Village.

Mika Kobayashi a confié à Arab News que l'Arabie saoudite lui avait laissé une impression totalement différente des autres lieux où elle avait chanté.

Elle a affirmé : «Le public était dès le départ réellement attachant et stimulant. C'était incroyable de voir que mes chansons allaient au-delà de la langue, et que tant de gens me connaissaient et m'écoutaient.

Malgré la chaleur, Mika Kobayashi a senti que l’ambiance était détendue, car la réaction du public l'a maintenue à l'aise tout au long de son spectacle.

Elle souhaite maintenant en savoir plus sur ses fans en Arabie saoudite, et attend avec impatience les opportunités futures qui l’attendent dans le Royaume.

Amour pour l’anime 

Elle a ajouté: «Je ne connaissais pas vraiment l'Arabie saoudite auparavant, mais visiter ce pays a été vraiment mémorable et a changé ma vision des choses.»

«Les gens sont tellement aimables et accueillants. C'est l'une des raisons pour lesquelles je veux revenir et chanter à nouveau».

La chanteuse Mika Kobayashi travaille avec Hiroyuki Sawano depuis 2010. Elle a d'abord collaboré à l'album Massugu na Otoko, en prêtant sa voix pour la chanson Illusion.

On la retrouve dans Final Fantasy, Blue Exorcist et divers autres projets en solo. Son style particulier de chant doit beaucoup à la musique classique, sachant que son talent se distingue par la puissance qu'elle déploie lorsqu'elle interprète des chansons de batailles et de conflits.

Hamza Mohammed, âgé de 25 ans, qui a assisté à l'un de ses spectacles, a confié  : «Ce fut un véritable régal pour le public. Nous avons fredonné les passages connus des chansons avec Mika Kobayashi.

«L'amour pour l'anime dans le Royaume a augmenté, et de tels concerts apportent tellement aux fans comme nous qui peuvent écouter nos chansons préférées et dialoguer avec les chanteurs.»

Muzn Alhind, 29 ans, a indiqué: «L’Anime Village est la meilleure zone de City Walk. J'ai assisté à trois concerts jusqu'à présent et je les ai tous appréciés. Le concert de Mika était l'un des meilleurs en tant que premier spectacle. Elle a chanté intensément et puissamment tout en dialoguant avec le public.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Algérie: Le mois du patrimoine, un riche programme culturel à travers le territoire

Restauration de la casbah d'Alger. (Photo fournie)
Restauration de la casbah d'Alger. (Photo fournie)
Short Url
  • Sous le thème «Patrimoine culturel algérien et ses prolongements africains», cette manifestation a été inaugurée le 18 avril 2023 par Soraya Mouloudji, ministre de la Culture et des Arts
  • «Le vaste Sahara algérien a joué un rôle essentiel dans l'émergence de l'humanité en donnant naissance à des cultures et des civilisations depuis près de deux millions d’années»

PARIS: Séminaires et rencontres académiques, conférences, ateliers de formation, journées d’étude et expositions sont au programme dans les musées à travers tout le territoire national à l’occasion de la célébration du mois du patrimoine organisé par le ministère de la Culture et des Arts.

bardo
L'intérieur du musée bardo à Alger (Photo fournie).

Sous le thème «Patrimoine culturel algérien et ses prolongements africains», cette manifestation a été inaugurée le 18 avril 2023 par Soraya Mouloudji, ministre de la Culture et des Arts, en présence de nombreuses personnalités du monde de la culture, des arts et des sciences. Son objectif principal est d'évaluer les progrès réalisés dans le programme de restauration, de conservation et de mise en valeur du riche patrimoine culturel et historique de l'Algérie. Des visites guidées et des ateliers ont été organisés pour l’occasion par l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés (OGEBC) dans les musées et sites archéologiques tels que le musée de Tipasa, le mausolée du roi Massinissa à Constantine, le fort de Santa Cruz à Oran, le site de Timgad à Batna ou encore le musée des antiquités et des arts islamiques à Alger.

timgad
Timgad, vue du ciel. (Photo fournie)

Le Musée national de Cherchell propose au public la découverte de l’Histoire de la Numidie à travers la Maurétanie Césarienne, sous le règne de Juba II. De son côté, le Musée national Cirta de Constantine organise des journées portes ouvertes, des conférences académiques ainsi que des ateliers pour enfants. À Alger, le palais de la Culture abrite, quant à lui, une exposition sur les diverses traditions et coutumes du patrimoine algérien et africain. Il s’agit de pièces qui ont permis de démontrer les spécificités et les liens culturels, historiques et spirituels unissant les pays africains.

musée cherchell
Le Musée national de Cherchell. (Photo fournie)

Algérie, carrefour de la culture africaine

Lors de son intervention à une conférence organisée au Musée national de Sétif, Djawhar Brahim, chercheur de l’institut d’archéologie de l’université Alger, a indiqué que l’Algérie constitue «un carrefour des cultures africaines». Il a rappelé que ce lien culturel remonte à la préhistoire avec des sites datant de 2,4 millions d’années, à l’exemple des sites d’Aïn Boucherit, dans la commune de Guelta Zerka, à l’est de Sétif, et le site de Gona, en Éthiopie, présentant de nombreuses similitudes. L’universitaire a précisé que les migrations humaines ont favorisé les influences mutuelles entre les cultures algériennes et celles des autres pays d’Afrique.

Soraya Mouloudji a annoncé l’inauguration en juin 2023 du projet de construction d’un musée africain qui sera «un phare pour l’Algérie et l’Afrique et jouera un rôle important dans la promotion et la valorisation du patrimoine africain».

De son côté, Soraya Mouloudji a souligné l’extrême importance accordée par le pays au patrimoine culturel, avec toutes ses composantes. La ministre a annoncé l’inauguration en juin 2023 du projet de construction d’un musée africain qui sera «un phare pour l’Algérie et l’Afrique et jouera un rôle important dans la promotion et la valorisation du patrimoine africain».

«L’appartenance et l’Histoire communes nous imposent de coopérer et de déployer plus d’efforts afin de renforcer des visions constructives qui visent à protéger le patrimoine culturel humain algérien et africain», a-t-elle affirmé. Elle a souligné que «l’Algérie demeure fidèle à ses engagements envers le continent, à travers le Centre régional pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Afrique qui accompagne tous les pays africains dans la préservation et l’inscription du patrimoine immatériel».

Le Sahara à travers les civilisations et les cultures préhistoriques

Lors d’une conférence tenue à l’École nationale supérieure de conservation et de restauration des biens culturels à Tipasa, le thème abordé était «Le Sahara à travers les civilisations et les cultures préhistoriques». Farid Ighilahriz, universitaire et chercheur au Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH), a souligné que «le vaste Sahara algérien, qui n’a pas toujours été aride, a joué un rôle essentiel dans l'émergence de l'humanité en donnant naissance à des cultures et des civilisations depuis près de deux millions d’années». Le chercheur ajoute que «les habitants du Sahara algérien ont créé des œuvres superbes, imprégnées d’une esthétique remarquable, tant dans la peinture que dans la gravure».

fresques
Les fresques de Tassili n'Ajjar. (Photo fournie)

 

 


70 ans après sa conquête, la cime de l'Everest attire toujours

Des Sherpas se reposent au sommet du mont Everest au Népal (Photo, AFP).
Des Sherpas se reposent au sommet du mont Everest au Népal (Photo, AFP).
Short Url
  • Le trek de huit jours pour atteindre le camp de base de l'Everest figure parmi les randonnées les plus populaires du Népal
  • Dans la région, l'alpinisme fait vivre des hommes et des femmes depuis trois générations

KHUMJUNG: Depuis que l'Everest a été vaincu pour la première fois il y a 70 ans par Edmund Hillary et Tenzing Norgay Sherpa, des milliers d'alpinistes ont tenté de suivre leurs pas et se sont lancés à la conquête du toit du monde.

Le trek de huit jours pour atteindre le camp de base de l'Everest figure parmi les randonnées les plus populaires du Népal. Chaque année, ce sont des dizaines de milliers de touristes qui arpentent ce chemin.

A l'époque de l'expédition de 1953, de petits villages agricoles peuplaient encore la région. Ces derniers ont depuis été remplacés par d'importants complexes hôteliers, des magasins d'équipement et des maisons de thé, qui alimentent toute une économie locale.

Le long de la route qui mène à l'Everest, les Sherpas et autres peuples d'Himalaya ont également ouvert des restaurants et des maisons d'hôtes.

Dans la région, l'alpinisme fait vivre des hommes et des femmes depuis trois générations. Un secteur d'activité bien plus lucratif que l'agriculture ou l'élevage de yacks.

Au cours d'une saison d'escalade, qui dure environ trois mois, un guide expérimenté peut espérer gagner jusqu'à 10.000 dollars (9.300 euros), soit plusieurs fois le revenu annuel moyen népalais.

Guide de montagne retraité, Phurba Tashi Sherpa est né dans le village de Khumjung, à une dizaine de kilomètres du camp de base de l'Everest. Durant toute son enfance, il a observé son père et ses oncles partir en montagne pour y accompagner des expéditions.

Dans leur sillage, ce dernier a conquis 21 fois l'Everest. "Il n'y avait que quelques expéditions" par an, se souvient Phurba Tashi Sherpa.

Depuis, leur nombre a connu une spectaculaire hausse, générant ainsi "une augmentation des revenus", souligne cet ancien guide de haute montagne. "Cela a contribué à l'amélioration de nos modes de vie ici".

Les alpinistes népalais, issus pour la plupart de l'ethnie Sherpa, ont toujours accompagné les expéditions visant la conquête de l'Everest, et ce depuis la première tentative d'ascension du toit du monde dans les 1920 par une équipe britannique.

Aujourd'hui, le terme "sherpas" désigne plus généralement les guides de haute montagne de l'Himalaya, qui fixent les cordes, réparent les échelles et transportent la nourriture et l'équipement des alpinistes venus de l'étranger.

Longtemps restés dans l'ombre des grimpeurs occidentaux, les sherpas ont récemment connu la lumière, grâce aux exploits d'une jeune génération d'alpinistes népalais, qui a révélé au grand jour le rôle clé de ces guides de haute montagne.

Dans une interview avec l'AFP, en 2021, le célèbre alpiniste italien Reinhold Messner avait ainsi souligné une ascension bien méritée. "C'est une évolution", avait-il insisté. "Et c'est également important pour l'économie du pays".

«Cadeau des montagnes»

Chaque année, la région du Khumbu (est), qui ouvre la marche vers le toit du monde, accueille plus de 50.000 randonneurs.

"C'est un cadeau des montagnes et nous devons remercier le premier des sommets (l'Everest, ndlr) d'avoir ouvert la région au tourisme", estime Mingma Chhiri Sherpa, maire du village de Khumbu Pasanglhamu.

Afin d'aider la communauté avec laquelle il travaillait, l'alpiniste néo-zélandais Edmund Hillary a financé la première école de cette région. Située dans le village de Khumjung, il y aurait même transporté du bois pour aider à sa construction.

Ang Tsering Sherpa, un des premiers élèves de l'école, est désormais propriétaire d'une agence spécialisée dans les expéditions himalayennes.

"C'est grâce à l'alpinisme que les jeunes Sherpas ont aujourd'hui un niveau d'éducation plus élevé", estime-t-il. "Cela a apporté une vague de prospérité économique."

Actuellement, plus de 10% des Népalais travaillent dans le secteur du tourisme. Les permis d'ascension de l'Everest ont rapporté cette année plus de 5 millions de dollars (4,6 millions d'euros) au gouvernement népalais, à raison de 11.000 dollars (près de 10.000 euros) par alpiniste étranger.

Selon le glaciologue Tenzing Chogyal Sherpa, dont le grand-père Kancha Sherpa faisait partie de l'expédition de 1953, l'accès à l'éducation a ouvert de nouvelles perspectives aux jeunes Sherpas.

"Un Sherpa peut désormais être médecin, ingénieur ou homme d'affaires, tout ce qu'il veut. C'est une très bonne chose", juge-t-il. "Et s'ils veulent devenir alpinistes, ils le peuvent".