Agriculture: Le potentiel grandissant du Sahara algérien

Un ouvrier cueille des olives dans un bosquet à Ain Oussera dans la province de Djelfa en Algérie (Photo, AFP).
Un ouvrier cueille des olives dans un bosquet à Ain Oussera dans la province de Djelfa en Algérie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 30 juillet 2022

Agriculture: Le potentiel grandissant du Sahara algérien

  • L’Algérie s’engage à reconquérir des centaines de milliers d'hectares de terres œuvrant à la dynamisation des zones arides
  • Les dunes cèdent progressivement la place à la culture des premiers légumes

ALGER: La province d'El Oued, située dans le nord-est du Sahara algérien, et le deuxième producteur de dattes du pays, s'est transformée en un véritable pôle agricole international, créant des opportunités d'emploi et améliorant la sécurité alimentaire du pays.

En effet, un article d’Euro News a attiré l’attention sur le désert algérien comme étant une véritable forteresse alimentaire pour le monde, révélant le secret de son succès et de sa transformation en une importante source agricole.

L’Algérie s'est engagée à reconquérir en quelques décennies des centaines de milliers d'hectares de terres cultivées dans le désert en œuvrant à la dynamisation des zones arides et semi-arides. Les dunes cédant progressivement la place à la culture des premiers légumes.

Le soleil toute l'année permet aux agriculteurs de produire et d'exporter des pommes de terre non saisonnières, ainsi que des tomates, des cacahuètes, des oignons et autres légumes. De plus, l’utilisation des pesticides est minime, 70% des produits du désert sont bios.

Le directeur des services agricoles de la wilaya d'El Oued, Adlan Matallah, a expliqué à la presse que « toutes les fermes sont connectées à l'électricité. On utilise des technologies modernes pour économiser l’eau et pour maintenir le niveau des eaux souterraines. Nous n'utilisons pas beaucoup de pesticides. Notre objectif est d’instaurer une agriculture durable. »

« Nous avons une gamme de produits très diversifiée : des dattes fraîches, dénoyautées et séchées. Nous exportons vers plusieurs régions du monde et vers les quatre continents du monde : Europe, Amérique, Asie et Afrique.», a expliqué le responsable. 

Afin d’exploiter au maximum le potentiel du grand sud algérien, les agriculteurs ont décidé de fusionner les techniques agricoles ancestrales à de diverses technologies.

D’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le système des ghouts de la région d’El Oued, est considéré comme étant « un système ingénieux du patrimoine agricole mondial ». 

Cette technique d’autosubsistance traditionnelle, reconnue par l'UNESCO, se caractérise par un savoir-faire local où les palmiers sont plantés directement au-dessus du niveau de l'eau, dans des creux creusés entre les dunes et la récolte se fait manuellement. Ce système oasien millénaire puise dans les eaux souterraines pour irriguer les palmiers-dattiers, palliant ainsi au manque de précipitations. 

Les ghouts, propres à la région du Souf, sont apparus au XVᵉ siècle et perdurent encore aujourd’hui. Ils puisent l'eau de la nappe phréatique et irriguent les terres entourées de palmiers, créant une sorte de microclimat.

Les technologies modernes sont également utilisées pour la pollinisation, la fertilisation et la récolte. Les machines permettent ainsi aux travailleurs de traiter jusqu'à 80 arbres par jour de manière pratique sur une seule ferme.

L'Algérie est classée par le Programme alimentaire mondial (PAM) première en Afrique en matière de sécurité alimentaire. C’est le seul pays du continent dont le taux de personnes sous-alimentées est inférieur à 2,5% de la population totale, selon un recensement effectué entre 2018 et 2020.

Un secteur en constante expansion 

Le rapport indique que l'Algérie, pour sa sécurité alimentaire, dépend pareillement des grandes cultures vertes du nord. Le pays veut aller plus loin en attirant les investisseurs étrangers, pour éviter d'importer la moitié du blé consommé dans le pays. Et ainsi, encourager l'activité économique et développer l'agriculture dans la vallée.

« La politique actuelle est une politique de défi. La capacité à produire plus, à réduire les importations et à nouer des partenariats », explique Amine Bensman, président de la Fondation Filaha Inov.

De plus, le secteur continue de se restructurer, tandis que les entreprises modernes développent des solutions agricoles intelligentes et recherchent également des partenaires.

« Aujourd'hui, nous avons des startups algériennes qui essaient d'innover, qui s'échinent à créer une agriculture intelligente, etc. Le vrai défi est de travailler à les développer pour devenir plus fortes et créer des entreprises », explique Fadel Bouayach, expert en technologie agricole dans la même société.

Ces nouvelles technologies seront nécessaires pour conserver les eaux souterraines et renforcer ainsi la durabilité de l'agriculture dans le désert.


L'incendie d'une église en Égypte était accidentel, d’après l’enquête

Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Short Url
  • Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées
  • La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église après qu'il a été allumé en raison d'une panne de courant

LE CAIRE: L'incendie qui s'est déclaré dimanche dans l'église d'Abu Sefein en Égypte n'était pas délibéré, selon une enquête du ministère public.

La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église allumé à la suite d'une panne de courant.

Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées, qui ont affirmé avoir entendu le bruit de charges électriques émanant de l'intérieur de l'église, et l’incendie s'est ensuite déclenché. Le procureur général Hamada El-Sawy a déclaré que les victimes avaient succombé à l'inhalation de fumée.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mohammed ben Salmane reçoit le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Short Url
  • Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak
  • De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion

RIYAD: Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a reçu à Djeddah le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak, Ammar al-Hakim, a rapporté tôt vendredi l'Agence de presse saoudienne.

Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak et de questions d'intérêt commun.

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji.

De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Israël défie l'ONU en lançant un raid contre des ONG palestiniennes

Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a réitéré les allégations de financement d'organisations terroristes
  • Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens faute de preuves fournies par Israël à l'appui de ses accusations

RAMALLAH: Israël a défié la condamnation de l'ONU et de l'UE jeudi en attaquant sept groupes de défense des droits des Palestiniens en Cisjordanie.

Les forces de sécurité israéliennes ont pris d'assaut les bureaux des groupes à Ramallah et ont saisi des dossiers, des ordinateurs et d'autres équipements avant d'en sceller les entrées et de les déclarer définitivement fermés.

Les groupes visés sont les suivants: Addameer Prisoner Support and Human Rights Association ; Al-Haq ; Centre Bisan pour la recherche et le développement ; Defense for Children International – Palestine ; Les comités de travail sur la santé ; Syndicat des Comités de Travail Agricole ; et l’Union des comités de femmes palestiniennes.

Israël a désigné six de ces groupes comme terroristes, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, a réitéré jeudi les affirmations discréditées selon lesquelles ils auraient collecté des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine, qu'il considère comme une organisation terroriste.

L'ONU a demandé que les désignations terroristes soient révoquées. «Malgré les offres qui leur ont été faites, les autorités israéliennes n'ont présenté à l'ONU aucune preuve crédible pour justifier ces déclarations», a déclaré le Bureau des droits de l'homme de l'ONU. «En tant que telles, les fermetures semblent totalement arbitraires.»

Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens parce qu'Israël n'a fourni aucune preuve à l'appui de ses accusations. «Les allégations passées de mauvaise utilisation des fonds de l'UE en relation avec certaines organisations de la société civile palestinienne n'ont pas été étayées», a déclaré jeudi Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. «L'UE continuera à défendre le droit international et à soutenir les organisations de la société civile.»

Après les raids, le personnel d'Al-Haq a retiré la tôle qui recouvrait la porte de son bureau et a juré de se remettre au travail. «Nous avons été établis ici non pas par Israël, non pas par leur décision, et nous allons continuer notre travail», a affirmé le directeur Shawan Jabarin.

Le Premier ministre palestinien, Mohammed Shtayyeh, a visité le bureau du groupe et a promis son soutien. «Il ne s'agit pas seulement d'une ONG, mais aussi d'une institution de l'État Palestinien — par conséquent, tant qu'ils travailleront dans le respect de la loi, nous serons à leurs côtés», a-t-il assuré.

Pour certains analystes, Israël a attaqué les groupes parce qu'ils étaient de plus en plus efficaces pour dénoncer la répression du peuple palestinien par l’Etat hébreux. «Je crois qu'Israël veut restreindre les activités des institutions palestiniennes de défense des droits de l'homme qui ont œuvré à soumettre des dossiers à la Cour pénale internationale et qui ont pu faire évoluer l'opinion mondiale sur les questions de droits de l'homme en Palestine», a déclaré Majed al-Arouri, expert en droits humains, à Arab News.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com