Les ministres arabes des Affaires étrangères s'engagent à soutenir les négociations avec le FMI et le processus de réforme du Liban

Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe s'est réuni à l'hôtel Al-Habtoor à Sin El-Fil, dans la capitale libanaise Beyrouth le 2 juillet 2022 (Photo, AFP).
Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe s'est réuni à l'hôtel Al-Habtoor à Sin El-Fil, dans la capitale libanaise Beyrouth le 2 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 03 juillet 2022

Les ministres arabes des Affaires étrangères s'engagent à soutenir les négociations avec le FMI et le processus de réforme du Liban

  • Les représentants de la Ligue arabe ont également discuté de la guerre en Ukraine, de l'alimentation et de l'énergie
  • La réunion préparera le sommet arabe qui se tiendra en Algérie en novembre prochain

BEYROUTH: Les ministres arabes des Affaires étrangères ont promis samedi leur soutien aux négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) et au processus de réforme du Liban, à l'issue d'une réunion de la Ligue arabe tenue à Beyrouth.

Ils ont déclaré que leur présence au Liban dans une situation économique et politique «extrêmement difficile» montrait que les pays arabes étaient favorables à la stabilité et qu’ils soutenaient les négociations du pays avec le FMI et le processus de réforme.

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a déclaré: «Nous sommes ici pour dire qu'il y a un problème et que vous devez chercher à le résoudre».

Il a indiqué lors d'une conférence de presse que la réunion avait abordé les préparatifs, le calendrier et les participants du prochain sommet de la Ligue arabe.

«Nous avons tenu quelques discussions et échangé des points de vue qui feront l'objet d'une décision à l'endroit approprié. Nous avons également abordé la guerre en Ukraine, la nourriture, l'énergie et la question de la Somalie, où des millions de Somaliens risquent de mourir de faim.»

«Nous avons, en outre, discuté de la cause palestinienne sur fond de mouvements américano-israéliens et de la manière dont nous réagissons à ces événements. Nous n'avons convenu de rien, car il s'agit de simples discussions que nous ne révélerons pas», a-t-il ajouté.

«Tous sont favorables à la fin de la pression exercée sur les réfugiés syriens. L'État libanais leur prodigue des soins mais, lorsque des décisions similaires à l'accord sur leur retour dans leur pays sont prises, il faut que des circonstances spécifiques soient réunies.»

Il a rappelé qu'une guerre civile était en cours en Syrie et que les destructions étaient «énormes».

«Au moins 500 millions de dollars sont nécessaires pour réhabiliter l'infrastructure syrienne», a-t-il ajouté. «Ce sont des questions très complexes qui ne peuvent être résolues par une simple décision. Mais la communauté internationale a la volonté de mettre fin à la guerre en Syrie et continue de faire pression concernant la question des réfugiés au Liban, en Jordanie et dans d'autres pays.»

Le Liban, représenté par le ministre des Affaires étrangères sortant, Abdallah Bou Habib, a présidé la réunion ministérielle.

L'Algérie accueillera le sommet de la Ligue arabe début novembre après son report en 2020 et 2021 en raison des confinements liés à la Covid-19.

Ont participé à la réunion de samedi les ministres des Affaires étrangères du Koweït, du Yémen, de la Jordanie, du Qatar, de la Tunisie, de l'Algérie, des Comores, du Soudan, de la Somalie et de la Palestine, le vice-ministre des Affaires étrangères de l'Égypte, ainsi que les représentants permanents de la Ligue arabe en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, à Djibouti, en Irak, au Maroc, à Oman et en Libye, un représentant de la Mauritanie et l'ambassadeur de Bahreïn en Syrie.

La délégation ministérielle arabe a rencontré le président libanais Michel Aoun, qui a exprimé l'importance des relations régionales dans les «circonstances critiques que traverse le monde arabe, les défis auxquels il est confronté, et qui exigent la plus grande consultation et coopération».

Il a évoqué les crises auxquelles le Liban est confronté et le poids des réfugiés syriens dans le pays qui, selon lui, n'est «plus capable de gérer cette réalité».

«Nous cherchons à trouver un accord avec le FMI. Il y a une médiation américaine pour délimiter les frontières maritimes sud du Liban», a-t-il indiqué, ajoutant que le Liban conservait ses ressources en eau, en pétrole et en gaz.

Répondant aux questions des médias sur la révocation de la suspension de l'adhésion de la Syrie à la Ligue arabe, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a déclaré: «Nous n'avons pas soutenu la suspension de son adhésion car la Syrie est un membre fondateur de la Ligue. Le ministre syrien des Affaires étrangères se rendra en Algérie et nous examinerons cette question avec le plus haut sens des responsabilités.»

La délégation ministérielle arabe a également rencontré le président du Parlement libanais, Nabih Berri, qui a déclaré que le Liban demandait désormais à ses «frères arabes de venir s'attaquer au cœur de ses souffrances».

Il a indiqué à ses invités que les négociations indirectes entre le Liban et Israël, avec la médiation des États-Unis, visant à délimiter les frontières maritimes en vue de l'extraction de gaz, progressaient.

Par ailleurs, le Premier ministre désigné, Najib Mikati, a rencontré les délégations vendredi soir.

Il a réitéré l'engagement du Liban à mettre en œuvre toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et de la Ligue arabe de manière à renforcer la politique de dissociation à l'égard de tout différend arabe, à étendre la souveraineté de l'État sur l'ensemble de son territoire et à prévenir toute offense à l'égard de tout État arabe et toute menace pour sa sécurité.

De son côté, Aboul Gheit a reçu une lettre politique du Front souverain pour le Liban s'opposant au Hezbollah et au rôle de l'Iran au Liban.

La lettre demande «l'activation du droit du Liban à être libre de la domination iranienne qui se sert du Liban et de ses territoires comme d'une plateforme pour mener des hostilités, mettant le pays en danger et l'exposant à des attaques de toutes parts».   

Elle souligne «la persistance de l'armement illégal représenté par la milice armée organisée du Hezbollah, qui reçoit le soutien, les ordres et le financement de l'Iran».


Tunisie: deux soldats blessés dans un accrochage avec des djihadistes présumés

Les autorités tunisiennes affirment avoir réalisé des progrès significatifs dans la lutte contre les djihadistes. (Photo, AFP)
Les autorités tunisiennes affirment avoir réalisé des progrès significatifs dans la lutte contre les djihadistes. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'accrochage s'est produit au cours d'une opération de l'armée dans la zone du Mont Salloum, près de Kasserine, se trouvent des maquis djihadistes
  • « Il y a eu des blessés parmi les terroristes qui ont pris la fuite" et "deux militaires ont subi des blessures sans gravité»

TUNIS : Deux soldats tunisiens ont été légèrement blessés vendredi dans un échange de tirs avec des djihadistes présumés dans une zone montagneuse du centre de la Tunisie, a appris l'AFP auprès du ministère de la Défense.

L'accrochage s'est produit au cours d'une opération de l'armée dans la zone du Mont Salloum, près de Kasserine (centre-ouest), ville proche de la frontière avec l'Algérie, où se trouvent des maquis djihadistes, selon les médias locaux.

"Il y a eu un échange de tirs entre des militaires et un groupe de terroristes dans la zone de Kasserine", a indiqué à l'AFP Mohamed Zekri, porte-parole du ministère de la Défense.

Selon lui, "il y a eu des blessés parmi les terroristes qui ont pris la fuite" et "deux militaires ont subi des blessures sans gravité".

Le dernier accrochage similaire en Tunisie remonte à mars dernier quand des djihadistes présumés avaient tiré sur des gendarmes à l'entrée d'une caserne de la garde nationale à Kairouan, grande ville située à environ 150 km à l'est de Kasserine.

Après la révolte populaire de 2011 en Tunisie, le pays a connu un essor des groupes djihadistes qui ont mené plusieurs attaques sanglantes ayant fait des dizaines de morts parmi les touristes et les forces de sécurité.

Les autorités tunisiennes affirment avoir réalisé des progrès significatifs dans la lutte contre les djihadistes.

La dernière attaque d'ampleur menée par les djihadistes contre les forces de sécurité remonte à 2016 à Ben Guerdane (sud-est) au cours de laquelle 13 membres des forces de sécurité et 7 civils avaient péri, de même que 55 djihadistes.


Alors que son mandat touche à sa fin, l’ambassadeur danois revient sur son séjour en Arabie saoudite

M. Moesby évoque certains de ses plus beaux souvenirs dans le Royaume, l’interaction avec la communauté locale aux voyages et l’épanouissement personnel qu’il a trouvé à travers la culture et le patrimoine de l’Arabie saoudite. (Photo/Yawed Abdullah)
M. Moesby évoque certains de ses plus beaux souvenirs dans le Royaume, l’interaction avec la communauté locale aux voyages et l’épanouissement personnel qu’il a trouvé à travers la culture et le patrimoine de l’Arabie saoudite. (Photo/Yawed Abdullah)
Les routes larges et peu encombrées de Riyad sont très agréables pour faire du vélo. (Photo fournie)
Les routes larges et peu encombrées de Riyad sont très agréables pour faire du vélo. (Photo fournie)
L’ambassadeur fait du vélo – pour défendre une cause – avec le personnel de l’ambassade dans le quartier diplomatique de Riyad. (Photo fournie)
L’ambassadeur fait du vélo – pour défendre une cause – avec le personnel de l’ambassade dans le quartier diplomatique de Riyad. (Photo fournie)
L’ambassadeur profite d’une balade à dos de chameau dans les déserts de Riyad, loin de l’agitation de la vie urbaine. (Photo fournie)
L’ambassadeur profite d’une balade à dos de chameau dans les déserts de Riyad, loin de l’agitation de la vie urbaine. (Photo fournie)
Short Url
  • Ole Emil Moesby est ambassadeur du Danemark auprès de l’Arabie saoudite, d’Oman, de Bahreïn, du Koweït et du Yémen depuis le 5 septembre 2017
  • L’ambassadeur soutient que les gens ne devraient pas se faire une opinion d’un pays sans l’avoir visité et sans s’approprier sa culture

RIYAD: L’ambassadeur du Danemark auprès de l’Arabie saoudite, Ole Emil Moesby, fera ses adieux au Royaume à la fin de sa période de service à Riyad, plus tard au cours du présent mois.

«Je tiens à dire merci du fond du cœur», déclare-t-il à Arab News. «J’ai passé un moment fantastique ici. On est plus ou moins touché lorsqu’il s’agit de changement, mais, en tant que diplomate, on est assez habitué à changer de pays.»

«Je n’ai jamais ressenti cela auparavant. J’ai l’impression d’abandonner quelque chose derrière moi. Cela va me manquer en raison de la façon dont j’ai été reçu et de l’inspiration que j’ai trouvée ici. Par ailleurs, la communication avec les gens a été extraordinaire», confie M. Moesby.

«L’expérience que j’ai vécue a été remarquable. Je tiens donc à dire merci.»

L’ambassadeur Ole Emil Moesby rend une visite de courtoisie au roi Salmane. (Photo fournie)
L’ambassadeur Ole Emil Moesby rend une visite de courtoisie au roi Salmane. (Photo fournie)

M. Moesby est ambassadeur du Danemark auprès de l’Arabie saoudite, d’Oman, de Bahreïn, du Koweït et du Yémen depuis le 5 septembre 2017. Son dernier jour de service est le 31 août.

S’adressant à Arab News, M. Moesby évoque certains de ses plus beaux souvenirs au Royaume, où il a passé cinq ans. Il parle de l’interaction avec la communauté locale, des voyages et de son épanouissement personnel grâce à la culture et au patrimoine de l’Arabie saoudite.

«Ce fut une période fantastique au cours de laquelle j’ai pu assister aux changements mis en place en Arabie saoudite», précise-t-il.

«Bien sûr, la région d’AlUla a connu un essor remarquable. Toutefois, même des endroits comme Yanbu ou Djeddah ont beaucoup changé, en réalité. Sans oublier Riyad, évidemment.»

L’ambassadeur est en équilibre sur le «Bout du monde» – Jebel Fihrayn –, qui fait partie de l’escarpement Tuwaiq, à Riyad, et comprend des falaises de 300 mètres de haut. (Photo fournie)
L’ambassadeur est en équilibre sur le «Bout du monde» – Jebel Fihrayn –, qui fait partie de l’escarpement Tuwaiq, à Riyad, et comprend des falaises de 300 mètres de haut. (Photo fournie)

«Il est en outre intéressant de constater de quelle manière l’évolution a changé les attitudes et la culture dans ces endroits, tout en gardant intact le patrimoine de ces lieux», explique M. Moesby.

L’ambassadeur a été témoin de nombreux changements, notamment l’ouverture de salles de cinéma dans le Royaume et la levée de l’interdiction de conduire imposée aux femmes, en 2018.

«C’est vraiment exceptionnel d’assister à cette évolution», poursuit-il. «J’ai assisté aux premières projections de films dans les cinémas et, auparavant, mon équipe de travail, essentiellement composée de femmes, était conduite à l’ambassade le matin. Désormais, elles conduisent elles-mêmes», fait-il observer.

«Ainsi, au lieu de connaître des problèmes de circulation comme c’était le cas autrefois, nous avons désormais des difficultés de stationnement», plaisante l’ambassadeur.

«C’est un changement notable qui restera dans ma mémoire une fois que je serai parti.»

L’ambassadeur s’est également rendu dans l’emblématique Centre du roi Abdelaziz pour la connaissance et la culture (Ithra) à Dhahran, construit par Saudi Aramco. (Photo fournie)
L’ambassadeur s’est également rendu dans l’emblématique Centre du roi Abdelaziz pour la connaissance et la culture (Ithra) à Dhahran, construit par Saudi Aramco. (Photo fournie)

M. Moesby soutient qu’il lisait Arab News tous les matins pour se tenir au courant des derniers événements.

«Tout a changé depuis le 5 septembre 2017. Ainsi, chaque jour, Arab News m’informe de ce qui se passe ici. Cela a été une expérience extraordinaire en raison des changements que vous avez mis en place», indique-t-il.

L’ambassadeur souligne la manière dont sa mission a renforcé les relations bilatérales entre le Danemark et l’Arabie saoudite grâce à des initiatives et des collaborations dirigées par l’ambassade.

«En tant qu’ambassadeur, il faut comprendre ce qui se passe en Arabie saoudite et en informer les Danois. Il faudrait également faire comprendre aux gens d’Arabie saoudite ce que pense le Danemark. C’est ainsi que s’établit une relation bilatérale», précise-t-il.

La plupart de ses initiatives s’articulent autour du commerce, des partenariats commerciaux et de la promotion des échanges culturels. L’une d’elles consiste à organiser un tournoi international de football féminin – la coupe Global Goals – en Arabie saoudite avec vingt-huit équipes venues de l’ensemble du Royaume.

«Nous avons été très actifs dans la mise en place du football féminin. Le tournoi que nous avons organisé a été un grand succès […] puisqu’il a également montré le rôle que les femmes peuvent jouer dans les événements sportifs», déclare-t-il.

Au mois de février, l’ambassade a organisé les célébrations du jubilé d’or de la reine Margrethe II du Danemark et l’ambassadeur a convié de jeunes artistes saoudiennes pour peindre un portrait de la reine en vue de commémorer l’événement.

«On assiste à un développement incroyable des capacités et des possibilités culturelles en Arabie saoudite. Pour la reine du Danemark, c’est un indicateur des bonnes relations à long terme entre l’Arabie saoudite et le Danemark», affirme M. Moesby.

L’ambassadeur Ole Emil Moesby a visité l’ancienne ville d’AlUla, une merveille archéologique située dans la région nord-ouest de Médine. (Photo fournie)
L’ambassadeur Ole Emil Moesby a visité l’ancienne ville d’AlUla, une merveille archéologique située dans la région nord-ouest de Médine. (Photo fournie)

 


Transfert de Syrie en Irak de près de 700 Irakiens liés à l'EI

Un membre de la force des gardes-frontières fidèle aux Forces démocratiques syriennes (SDF) surveille depuis une position dans la campagne près de la ville syrienne d'al-Hol, dans la province nord-est de Hasakah, une clôture frontalière en béton érigée du côté irakien , le 29 mars 2022. (Photo, AFP)
Un membre de la force des gardes-frontières fidèle aux Forces démocratiques syriennes (SDF) surveille depuis une position dans la campagne près de la ville syrienne d'al-Hol, dans la province nord-est de Hasakah, une clôture frontalière en béton érigée du côté irakien , le 29 mars 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), il s'agit de 620 Irakiens, des proches de combattants de l'EI retenus dans le camp d'Al-Hol, et de 50 chefs et combattants de l'EI
  • Cette opération effectuée en coordination avec les autorités irakiennes est la quatrième du genre depuis le début de l'année

BEYROUTH : Les autorités kurdes dans le nord-est de la Syrie ont transféré dans leur pays près de 700 Irakiens liés au groupe djihadiste Etat islamique (EI), a indiqué vendredi une ONG syrienne.

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), il s'agit de 620 Irakiens, des proches de combattants de l'EI retenus dans le camp d'Al-Hol, et de 50 chefs et combattants de l'EI détenus dans une prison des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants dominée par les Kurdes.

Cette opération effectuée en coordination avec les autorités irakiennes est la quatrième du genre depuis le début de l'année. Le camp d'Al-Hol, sous contrôle des forces kurdes, est situé dans la province de Hassaké, à moins de 10 km de la frontière irakienne.

Environ "620 personnes, des proches de membres de l'EI, ont quitté le camp d'Al-Hol" conformément à une opération coordonnée entre la direction du camp et le gouvernement irakien, a précisé l'OSDH.

Ces membres de 150 familles irakiennes, "des femmes, des enfants et des hommes, dont certains sont malades", ont quitté le camp jeudi, a dit à l'AFP un responsable de l'administration autonome kurde installée dans les régions du nord-est de la Syrie, pays morcelé par la guerre déclenchée en 2011.

Mercredi, l'agence de presse officielle irakienne INA, citant le porte-parole du ministère des Déplacés, a affirmé que "500 familles du camp Al-Hol devraient être rapatriées cette année".

Ces derniers mois, des centaines d'Irakiens liés à l'EI ont quitté le camp surpeuplé d'Al-Hol, qui abrite quelque 56.000 personnes selon l'ONU.

Au total, "3 500 détenus irakiens" se trouvent dans les prisons kurdes dans le nord-est syrien, avait indiqué en juin un haut responsable militaire irakien.

En première ligne dans le combat contre l'EI, les FDS, soutenues par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, ont vaincu en 2019 le groupe djihadiste en Syrie en le chassant de son dernier fief dans l'est syrien.

Fin 2017, l'Irak a proclamé sa victoire contre l'EI chassé de la totalité de ses fiefs dans le pays.