Royaume-Uni: Pas de retour dans l'UE envisagé par le Labour, affirme le chef de l'opposition

Plus modéré et europhile que son prédécesseur Jeremy Corbyn, Keir Starmer a été pendant trois ans responsable du Brexit au sein de l'opposition (Photo, AFP).
Plus modéré et europhile que son prédécesseur Jeremy Corbyn, Keir Starmer a été pendant trois ans responsable du Brexit au sein de l'opposition (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 05 juillet 2022

Royaume-Uni: Pas de retour dans l'UE envisagé par le Labour, affirme le chef de l'opposition

  • Remettre en cause le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne serait «la recette pour plus de divisions», a affirmé Keir Starmer
  • Plus tôt lundi, il a accusé sur ITV News le Premier ministre Boris Johnson «d'utiliser le Brexit pour alimenter les vieilles divisions»

LONDRES: Le chef de l'opposition britannique Keir Starmer a affirmé lundi qu'il n'envisageait pas que le Royaume-Uni retourne dans l'Union européenne si son parti arrivait au pouvoir.

Remettre en cause le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne serait "la recette pour plus de divisions", a-t-il affirmé lors d'un discours où il présentait l'approche des travaillistes pour "faire fonctionner le Brexit".

"Sous (un gouvernement) Labour, le Royaume-Uni ne retournera pas dans l'UE. Nous ne rejoindrons pas le marché unique. Nous ne rejoindrons pas l'union douanière", a-t-il dit dans les locaux du groupe de réflexion Centre for European Reform.

Plus modéré et europhile que son prédécesseur Jeremy Corbyn, Keir Starmer a été pendant trois ans responsable du Brexit au sein de l'opposition, utilisant son expertise juridique pour demander régulièrement des comptes au gouvernement.

S'il s'était un temps montré en faveur d'un second référendum, M. Starmer ne remet que rarement la question du Brexit sur la table depuis qu'il a été élu à la tête du parti il y a deux ans.

"On ne peut pas passer à autre chose, grandir en tant que pays, changer ou regagner la confiance de ceux qui ont perdu foi en la politique si on se concentre constamment sur les disputes passées", a affirmé le leader travailliste.

Ses déclarations interviennent alors que 54% des Britanniques estiment que la sortie de l'UE s'est mal passée, selon un récent sondage de l'institut YouGov. 61% des sondés pensent par ailleurs que la gestion du Brexit par le gouvernement est mauvaise.

Plus tôt lundi, Keir Starmer a accusé sur ITV News le Premier ministre Boris Johnson "d'utiliser le Brexit pour alimenter les vieilles divisions".

Le gouvernement conservateur a présenté un projet de loi adopté la semaine dernière pour une révision unilatérale des dispositions douanières post-Brexit en Irlande du Nord, jugée illégale par l'Union européenne qui laisse planer la menace de représailles commerciales.

L'accord visait à protéger le marché unique européen après le Brexit, sans provoquer le retour d'une démarcation physique entre la province britannique et la République d'Irlande, membre de l'UE, ce qui pourrait remettre en cause la paix signée en 1998 après trois décennies de violences meurtrières.

Si le Labour arrive au pouvoir, M. Starmer a affirmé qu'il "remettrait de l'ordre" dans le protocole nord-irlandais, en agissant comme un "honnête négociateur".

Le Labour connaît un regain de popularité cette année au moment où M. Johnson et les conservateurs accumulent les scandales. Selon les sondages toutefois, rien n'est acquis pour le parti travailliste alors que les prochaines élections sont prévues fin 2024.


Chine: La BBC dénonce l'arrestation d'un de ses journalistes en Chine

Ed Lawrence a été arrêté et menotté pendant qu'il couvrait les manifestations à Shanghai (Photo, AFP).
Ed Lawrence a été arrêté et menotté pendant qu'il couvrait les manifestations à Shanghai (Photo, AFP).
Short Url
  • Le porte-parole a expliqué que la BBC n'avait eu «aucune explication ou excuse officielle des autorités chinoises»
  • Selon lui, «il a été battu et frappé par la police», alors qu'il travaillait en tant que journaliste accrédité dans le pays

LONDRES: La groupe de médias britannique BBC a indiqué dimanche qu'un de ses journalistes en Chine, qui couvrait à Shanghai les manifestations contre la politique draconienne "zéro Covid" du régime, a été arrêté et "frappé par la police".

"La BBC est très inquiète de la manière dont a été traité notre journaliste Ed Lawrence qui a été arrêté et menotté pendant qu'il couvrait les manifestations à Shanghai", a indiqué un porte-parole du groupe dans une déclaration transmise à l'AFP.

Selon lui, "il a été battu et frappé par la police", alors qu'il travaillait en tant que journaliste accrédité dans le pays.

Des centaines de personnes ont manifesté ce week-end en Chine dans plusieurs grandes villes, dont Shanghai et Pékin, pour protester contre les confinements et les restrictions imposées par les autorités pour lutter contre l'épidémie de coronavirus.

Le porte-parole a expliqué que la BBC n'avait eu "aucune explication ou excuse officielle des autorités chinoises, au-delà d'une affirmation des fonctionnaires, qui l'ont ensuite libéré, qu'ils l'avaient arrêté pour son propre bien au cas où il aurait attrapé la Covid (au milieu) de la foule".

"Nous ne considérons pas cela comme une explication crédible", a-t-il ajouté.


Les Slovènes valident une loi visant à dépolitiser la TV publique

Vue générale du bâtiment où se trouve l'Agence de presse slovène (STA) à Ljubljana (Photo, AFP).
Vue générale du bâtiment où se trouve l'Agence de presse slovène (STA) à Ljubljana (Photo, AFP).
Short Url
  • Plus de 40 salariés ont quitté la rédaction qui réunit quelque 2.100 membres au total
  • Plus de 62% des électeurs ont donné leur aval, selon les résultats publiés dans la soirée par la Commission électorale

LJUBLJANA: Les Slovènes ont validé dimanche par référendum une loi visant à empêcher les nominations politiques au sein de la télévision publique, après une dégradation du climat médiatique sous le précédent Premier ministre Janez Jansa.

Plus de 62% des électeurs ont donné leur aval, selon les résultats publiés dans la soirée par la Commission électorale, ouvrant la voie à son entrée en vigueur dans le pays alpin de deux millions d'habitants, probablement début 2023.

Plusieurs associations de défense de la presse, comme l'Organisation des médias du sud-est de l'Europe (SEEMO), ont salué un amendement destiné à "protéger l'indépendance éditoriale" de la chaîne RTV Slovenija face aux "abus politiques et à une destruction certaine".

Le dirigeant conservateur Janez Jansa, au pouvoir de 2020 à 2022, avait multiplié les attaques contre les médias, les accusant de partialité, et remplacé la plupart des responsables de RTV pour y nommer des proches.

La chaîne a depuis été secouée par une série de grèves et de manifestations contre la réorientation des programmes et les pressions subies par les journalistes, tandis que la Slovénie a chuté du 54e au 36e rang dans le dernier classement de l'ONG Reporters sans Frontières (RSF).

C'est le parti de l'ex-Premier ministre qui avait demandé la tenue d'un référendum dans l'espoir d'enterrer cette nouvelle loi, adoptée peu après l'arrivée en avril d'une coalition de centre-gauche. Janez Jansa subit là un nouveau camouflet.

Selon le texte, le gouvernement et le Parlement n'auront désormais plus le droit de procéder à des nominations, et la chaîne sera placée sous la supervision de groupes de la société civile (employés, défenseur des droits, Académie des sciences...).

"Il y a des dommages irréversibles, mais l'autonomie éditoriale sera préservée" par cet amendement, a commenté Helena Milinkovic, porte-parole du principal syndicat de la télévision, interrogée par l'AFP.

Plus de 40 salariés ont quitté la rédaction qui réunit quelque 2.100 membres au total, a-t-elle précisé. Une dizaine de journalistes, qui travaillaient auparavant pour des médias pro-Jansa, sont arrivés entre temps.

"Le nouveau système de gouvernance limitera de manière significative la capacité de tout gouvernement (...) d'interférer dans le travail du média public", ont abondé RSF et d'autres signataires dans un communiqué, jugeant le cadre législatif actuel "dépassé".


Royaume-Uni: Le Brexit a aggravé la pénurie de médecins, selon une étude

Pour le Nuffield Trust, "la campagne et le résultat du référendum est la raison évidente de ce changement de tendance"  (Photo, AFP).
Pour le Nuffield Trust, "la campagne et le résultat du référendum est la raison évidente de ce changement de tendance" (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette étude est publiée alors que le système public de santé souffre de nombreuses difficultés après des années d'austérité
  • Le Nuffield Trust s'est penché sur quatre spécialités: anesthésie, pédiatrie, chirurgie cardio-thoracique et psychiatrie

LONDRES: Le Brexit a aggravé la pénurie de médecins au Royaume-Uni, en entraînant un manque estimé à 4.000 médecins issus de l'Union européenne dans quatre spécialités majeures, selon une étude publiée dimanche d'un centre de réflexion spécialisé dans la santé.

Cette étude, réalisée à l'initiative du quotidien The Guardian, est publiée alors que le système public de santé (NHS) souffre de nombreuses difficultés après des années d'austérité, avec des listes d'attente record dans les hôpitaux dues à la pandémie de Covid-19, mais aussi aux pénuries de médecins et d'infirmières.

Le Nuffield Trust s'est penché sur quatre spécialités - anesthésie, pédiatrie, chirurgie cardio-thoracique et psychiatrie - dans lesquelles les médecins européens étaient particulièrement représentés avant la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Dans ces quatre spécialités, connaissant déjà des tensions dans leur recrutement, "la progression des effectifs issus de l'UE ou de pays de l'Association européenne de libre-échange (AELE, à savoir Norvège, Islande, Suisse et Liechtenstein) a ralenti", montre l'étude.

Si la tendance observée avant le Brexit s'était poursuivie, il aurait dû y avoir plus de 41.000 médecins issus de l'UE et de l'AELE enregistrés en 2021, soit au moins 4.000 de plus que les chiffres effectivement constatés.

Pour le Nuffield Trust, "la campagne et le résultat du référendum (de 2016 sur la sortie de l'UE) est la raison évidente de ce changement de tendance".

En cause : dans un premier temps, l'incertitude sur les nouvelles règles de circulation des personnes, puis le durcissement des règles d'attribution des visas, et enfin une "détérioration des conditions de travail" en général dans le système de santé.

"Ces résultats suggèrent que la stagnation du nombre de médecins issus de l'UE dans ces spécialités a exacerbé les pénuries existantes dans des domaines où le NHS n'est pas capable de trouver de la main-d'œuvre qualifiée ailleurs", ajoute l'étude.