Le différend entre l'Égypte et l'Éthiopie au sujet du barrage de la Renaissance, sera-t-il à l'ordre du jour de la visite de Biden à Riyad?

Selon les experts régionaux, il est urgent que l'Éthiopie parvienne à un accord avec l'Égypte et le Soudan sur l'exploitation du barrage, et le soutien des États-Unis pourrait y contribuer. (Photo, AFP)
Selon les experts régionaux, il est urgent que l'Éthiopie parvienne à un accord avec l'Égypte et le Soudan sur l'exploitation du barrage, et le soutien des États-Unis pourrait y contribuer. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 13 juillet 2022

Le différend entre l'Égypte et l'Éthiopie au sujet du barrage de la Renaissance, sera-t-il à l'ordre du jour de la visite de Biden à Riyad?

  • Des experts ont déclaré à Arab News qu'il était urgent que l'Éthiopie parvienne à un accord avec l'Égypte et le Soudan sur l'exploitation du barrage, et que le soutien des États-Unis pourrait y contribuer
  • Au cours de sa visite en Arabie saoudite ce mois-ci, le président américain rencontrera les dirigeants des pays du Golfe et de l'Égypte afin de discuter d'une série de questions importantes

LE CAIRE: En novembre 2021, les ministères des Affaires étrangères égyptien et américain ont publié une déclaration commune à l'issue des entretiens stratégiques entre les deux pays à Washington. Cette déclaration comprend un appel à la reprise urgente des négociations sur l'exploitation du barrage de la Renaissance en Éthiopie.

Ces discussions devraient avoir lieu sous les auspices de l'Union africaine, conformément à la déclaration présidentielle publiée par le Conseil de sécurité des Nations unies le 15 septembre 2021 et à l'accord de déclaration de principes signé par l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan en 2015.

La déclaration a également mis l’accent sur le soutien du président américain, Joe Biden, à la sécurité de l'eau de l'Égypte, mais aucun autre commentaire de Washington n'a clarifié la position américaine sur l'intransigeance éthiopienne qui a bloqué les négociations, ou sur les actions unilatérales continues prises par Addis-Abeba.

Selon les experts auxquels Arab New a parlé, au cours de sa visite à Riyad ce mois-ci, Biden devrait rencontrer les dirigeants des pays du Golfe et de l'Égypte afin de discuter d'une série de questions importantes et le barrage de la Renaissance pourrait bien être l'une d'entre elles.

1
Le différend régional concernant le grand barrage éthiopien de la Renaissance devrait figurer dans les discussions entre le président américain, Joe Biden, et les dirigeants du Golfe à Riyad. (Photo, AFP)

Ali al-Hafni, ancien ambassadeur d'Égypte en Chine et ancien vice-ministre des Affaires étrangères chargé des affaires africaines, a déclaré que la question du barrage de la Renaissance devait être abordée lors de la visite de Biden, surtout après que l'Éthiopie a nommé le mois dernier son négociateur en chef, Seleshi Bekele.

Selon Al-Hafny, le barrage constitue actuellement une question cruciale pour les autorités éthiopiennes et l'une des tâches de Bekele sera d'expliquer la position de son pays à ce sujet aux décideurs américains.

Il a ajouté que les relations américano-éthiopiennes ont été tendues sous l'administration du président Donald Trump, qui s'est montré souple dans ses relations avec Le Caire et a imposé des sanctions à Addis-Abeba en raison de la guerre civile entre le gouvernement éthiopien et la région du Tigré, qualifiée de génocide par de nombreux membres du Congrès américain.

Mohammed Nasr Allam, ancien ministre égyptien des Ressources en eau, a déclaré à Arab News que toutes les discussions entre les responsables américains et égyptiens au sujet du barrage de la Renaissance se dérouleront par les voies de communication appropriées, et que même si ces discussions ne sont pas rendues publiques, elles auront certainement lieu.

1
Un membre de la fanfare républicaine pose pour une photo avant la cérémonie de la production inaugurale d'énergie au grand barrage éthiopien de la Renaissance. (Photo, AFP)

Allam a également souligné que l'Égypte doit proposer aux États-Unis, et à la communauté internationale, en coopération avec le Soudan, un accord sur les règles de remplissage et d'exploitation du barrage qui garantisse aux deux pays leur part équitable des eaux du Nil et n'affecte pas le fonctionnement et la sécurité des barrages existants, conformément au droit international.

Il a ajouté que Le Caire et Khartoum doivent également confirmer à Washington le cadre juridique nécessaire à leur engagement, et à celui d'Addis-Abeba, sur ces règles de remplissage et d'exploitation du barrage, en particulier les mesures juridiques qui peuvent être prises en cas de violation des accords entre les trois pays, sous les auspices internationaux et régionaux.

Tous les accords techniques et juridiques doivent être publiés officiellement pour que le monde entier puisse en prendre connaissance, a-t-il insisté, et un délai, n'excédant pas six semaines, doit être fixé pour que l'Éthiopie présente ses observations officielles à leur sujet, faute de quoi ces accords seront considérés comme contraignants. Toute violation ultérieure des accords par Addis-Abeba serait considérée comme un acte officiel d'agression contre les deux autres pays, a signalé Allam.

1
Des ouvriers sur le site du grand barrage éthiopien de la Renaissance (GERD) à Guba, en Éthiopie, le 19 février 2022. (Photo, AFP)

Allam a souligné que le temps presse sur la question du barrage, mais que la communauté internationale, avec l'Amérique en tête, ferme les yeux sur ce que fait l'Éthiopie d'une manière qu'il a qualifiée d'«étrange».

L'accord d'Entebbe a été signé en mai 2010 par l'Éthiopie, l'Ouganda, le Rwanda et la Tanzanie, tous situés en amont du barrage. L'Égypte et le Soudan, qui sont en aval, s'y sont opposés parce qu'il met fin à leurs droits historiques à une part des eaux du Nil.

Le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi a tenu une réunion avec le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, en mai, au cours de laquelle il a souligné la position ferme de l'Égypte sur la nécessité de conclure un accord juridique contraignant pour le remplissage et l'exploitation du barrage de manière à préserver la sécurité de l'eau en Égypte et à servir les intérêts communs de l'Égypte, du Soudan et de l'Éthiopie. Toutefois, les négociations sur le barrage sont suspendues depuis un certain temps.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’armée libanaise attaquée par les mitrailleuses israéliennes

Mercredi, un site de l’armée libanaise, situé à la périphérie de la ville frontalière d’Alma el-Chaab, a été la cible de tirs de mitrailleuses de l’armée israélienne. Personne n'a été blessé lors de l’incident. (Reuters)
Mercredi, un site de l’armée libanaise, situé à la périphérie de la ville frontalière d’Alma el-Chaab, a été la cible de tirs de mitrailleuses de l’armée israélienne. Personne n'a été blessé lors de l’incident. (Reuters)
Short Url
  • L’artillerie israélienne a également visé la périphérie de Mays el-Jabal, Wazzani, Jebbayn, Chihine et Kfar Kila
  • Le porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee, a déclaré que les défenses aériennes avaient intercepté un «objet aérien suspect» dans la région de Ras Naqoura sans activer aucune sirène

BEYROUTH: Un site de l’armée libanaise situé à la périphérie de la ville frontalière d’Alma el-Chaab a été la cible, mercredi, de tirs de mitrailleuses de l’armée israélienne. Personne n’a été blessé lors de l'incident.

L’artillerie israélienne a également visé la périphérie de Mays el-Jabal, Wazzani, Jebbayn, Chihine et Kfar Kila.

Dans un communiqué publié par le Hezbollah, ce dernier aurait à son tour pris pour cible «le matériel d’espionnage nouvellement installé sur le site d’Al-Raheb, le frappant de plein fouet et le détruisant».

Le porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee, a déclaré que les défenses aériennes avaient intercepté un «objet aérien suspect» dans la région de Ras Naqoura sans activer aucune sirène.

«Des avions de chasse ont attaqué un bâtiment militaire abritant des membres du Hezbollah dans la région de Naqoura. Les avions ont également attaqué des bâtiments du Hezbollah à Ramyah et Al-Tiri, dans le sud du Liban», ajoute-t-il. Un raid sur la ville de Naqoura a occasionné plusieurs blessures légères.

Le chef de la Force intérimaire des nations unies au Liban-Sud (Finul), le général Aroldo Lazaro, a exhorté toutes les parties à cesser le feu, à réaffirmer leur engagement envers la résolution 1 701 et à commencer à travailler en vue d’une solution politique et diplomatique, qui, selon lui, est le seul moyen de résoudre la situation.

La situation sécuritaire dans la région a empêché la Finul d’organiser des célébrations pour marquer la Journée internationale des soldats de la paix des nations unies.

Dans un communiqué, le général Lazaro déclare: «Les morts et les destructions que nous avons vues des deux côtés de la Ligne bleue sont déchirantes. Trop de vies ont été perdues et perturbées. Des milliers de personnes sont toujours déplacées et ont perdu leur maison et leurs moyens de subsistance. En tant que soldats de la paix, nous réaffirmons chaque jour notre engagement à œuvrer pour restaurer la stabilité.»

Des soldats de la paix en provenance de quarante-neuf pays sont actuellement dans le sud et ils rendent régulièrement des comptes au Conseil de sécurité.

Hier, Jean-Yves Le Drian, envoyé spécial du président français au Liban, a rencontré le chef du bloc parlementaire de la Loyauté à la résistance du Hezbollah, le député Mohammad Raad, dans son bureau à Beyrouth.

Il est arrivé mardi soir pour sa sixième mission, en vue de discuter de l’évolution de la situation dans le pays avec des responsables libanais.

M. Le Drian a rencontré plusieurs dirigeants, dont le Premier ministre par intérim, Najib Mikati, et le président du Parlement, Nabih Berri, ainsi que d’autres chefs de partis chrétiens d’opposition et du bloc de la Modération nationale composé en majorité de députés sunnites.

Selon les informations divulguées, le responsable français a insisté sur la nécessité d’une concertation entre les puissances libanaises pour nommer un président.

Jean-Yves Le Drian prévient: «La particularité politique du Liban disparaîtra si la crise et le vide présidentiel persistent. Le Liban ne pourra conserver que sa particularité géographique.»

M. Berri a assuré à M. Le Drian qu’il «répondrait à l’appel à des consultations inconditionnelles centrées sur l’élection présidentielle et s’adresserait au Parlement pour procéder à des tours de scrutin successifs avec une liste de candidats jusqu’à ce qu’un nouveau président de la république soit élu».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le président égyptien Sissi appelle à empêcher tout déplacement de Gazaouis «  par la force »

Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne". (AFP).
Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne". (AFP).
Short Url
  • "J'appelle la communauté internationale à fournir immédiatement une aide humanitaire à long terme à la bande de Gaza, à mettre fin au siège israélien et à cesser toute tentative de contraindre les Palestiniens à quitter leur terre par la force"
  • Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne"

PEKIN: Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé jeudi la communauté internationale à empêcher tout déplacement de Gazaouis "par la force", lors d'un forum Chine-pays arabes à Pékin.

"J'appelle la communauté internationale à fournir immédiatement une aide humanitaire à long terme à la bande de Gaza, à mettre fin au siège israélien et à cesser toute tentative de contraindre les Palestiniens à quitter leur terre par la force", a déclaré le chef de l'Etat égyptien dans un discours.

L'armée israélienne a annoncé avoir pris le contrôle "ces derniers jours" du couloir de Philadelphie, une zone tampon stratégique de 14 kilomètres de long qui borde la frontière égyptienne le long du sud de la bande de Gaza, près de Rafah.

Jeudi, le président égyptien a estimé qu'il n'y avait "pas de chemin vers la paix et la stabilité dans la région" sans une "approche globale de la cause palestinienne".

Il a appelé à un "engagement sérieux et immédiat envers une solution à deux Etats et la reconnaissance du droit légitime des Palestiniens à un Etat indépendant".

L'attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien Hamas, le 7 octobre en Israël, a entraîné la mort de plus de 1.189 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte réalisé par l'AFP à partir des derniers chiffres officiels disponibles.

Sur les 252 personnes emmenées comme otages pendant l'attaque, 121 sont toujours détenues à Gaza, dont 37 sont mortes selon l'armée.

En représailles, Israël a juré d'anéantir le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne, et a lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 36.171 morts dans la bande de Gaza, selon le ministère de la Santé de l'administration du Hamas.

La guerre a déplacé la majorité des quelque 2,4 millions d'habitants de Gaza et provoqué une catastrophe humanitaire majeure.


Frontière Gaza-Egypte: Israël annonce avoir pris le contrôle du couloir de Philadelphie

Un responsable militaire israélien a déclaré mercredi que les forces israéliennes avaient obtenu le contrôle tactique du couloir de Philadelphie qui longe la frontière entre la bande de Gaza et l'Égypte. (AFP)
Un responsable militaire israélien a déclaré mercredi que les forces israéliennes avaient obtenu le contrôle tactique du couloir de Philadelphie qui longe la frontière entre la bande de Gaza et l'Égypte. (AFP)
Short Url
  • Le couloir de Philadelphie est un chemin de patrouille frontalier que l'armée israélienne s'était taillé le long de la frontière avec l'Egypte à l'intérieur de la bande de Gaza avant le retrait israélien unilatéral de ce territoire palestinien en 2005
  • Mercredi, des combats de rue et des bombardements ont secoué Rafah, ville frontalière de l'Egypte à la lisière sud de la bande de Gaza

JÉRUSALEM: L'armée israélienne a pris le contrôle du couloir de Philadelphie, zone tampon à la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte, a affirmé mercredi soir le porte-parole de l'armée israélienne.

"Ces derniers jours", les forces armées israéliennes "ont pris le contrôle opérationnel du couloir de Philadelphie à la frontière entre l'Egypte et Rafah", a affirmé le contre-amiral Daniel Hagari, lors d'une déclaration télévisée.

Le couloir de Philadelphie est un chemin de patrouille frontalier que l'armée israélienne s'était taillé le long de la frontière avec l'Egypte à l'intérieur de la bande de Gaza avant le retrait israélien unilatéral de ce territoire palestinien en 2005, après 38 années d'occupation.

"Le couloir de Philadelphie servait de tuyau d'oxygène au Hamas, par lequel il faisait transiter régulièrement des armes vers la bande de Gaza", a poursuivi M. Hagari, ajoutant que l'armée israélienne avait découvert "une vingtaine de tunnels" dans cette zone.

"Ces dernières semaines, nos forces ont découvert une infrastructure terroriste souterraine sophistiquée à l'est de Rafah d'une longueur d'un kilomètre et demi à une centaine de mètres du passage" frontalier de Rafah, entre l'Egypte et la bande de Gaza, a en outre déclaré le porte-parole.

Ce poste-frontière, seul point de passage entre la bande de Gaza et l'Egypte, est fermé depuis que l'armée israélienne en a pris le contrôle au début du mois de mai.

Mercredi, des combats de rue et des bombardements ont secoué Rafah, ville frontalière de l'Egypte à la lisière sud de la bande de Gaza, au lendemain de l'entrée de chars israéliens dans le centre de la ville, devenue, ces dernières semaines, l'épicentre de la guerre entre l'armée israélienne et le Hamas.